Soutenez Armenews !
OPINION Rubrique

Entre les provocations des azéris et les fake news, le défaitisme, par Sam Tilbian


L’adjoint au maire de Goris fait état d’une occupation par les forces azéries du village de Chournoukh sur la route entre David Begh et Goris.
Le maire du village de Chournoukh déclare « Cher peuple, tout est fini, les Azéris sont venus…il n’y a rien à faire. Ils nous ont donné un délai, jusqu’au 5 janvier pour quitter le village. Les postes militaires azéris sont déjà installés. Au 5 janvier rien ne doit rester au village, habitants et animaux… ».
La section de la route qui traverse le village de Shurnukh constitue en fait la frontière azerbaïdjanaise. Elle comporte une douzaine d’habitations côté azéri et une cinquantaine côté arménien. Elle est protégée par les troupes frontalières arméniennes et russes pour éviter des heurts.

C’est le cas sur 21 km, entre Davit Begh et Voratan, où la frontière correspond à la route sur laquelle est situé le village de Chournoukh. C’est sur cette route que les soldats azéris ont placé un panneau avec une carte et les couleurs de l’Azerbaïdjan comportant l’inscription « Bienvenue en Azerbaïdjan ».
Je connais bien cette route pour l’avoir empruntée une dizaine de fois.
Plus loin lorsqu’on aborde la descente sur Vorotan, la route s’écarte de 500 m de la frontières de telle sorte que je ne comprend pas comment la centrale qu’on aperçoit à gauche, en descendant dans le dzor du Vorotan, puisse être transférée à Bakou, selon Zangezur TV.
De plus l’Azerbaïdjan aurait pris le contrôle des terres agricoles dans le village de Karahunj,
Il faut noter que ce village est situé à 2 km de la frontière, sur la route qui conduit depuis Vorotan à Goris, dans la vallée réputée pour la culture en terrasses le long du cours d’eau, du « lobi de Goris ».

Le service de sécurité nationale (NSS) d’Arménie a déclaré que la route reliant la ville de Goris à Kapan, est sûre pour les déplacements.

Il faut s’attendre à d’autres provocations, maintenant que les turcs ont pris pied en Azerbaïdjan, et que les azéris cherchent à conforter leurs avantages pour avoir des monnaies d’échange lorsque le droit de passage vers le Nakhitchevan viendra sur la table. S’attendre aussi à d’autres fakes news et d’autres propos défaitistes invitant les habitants à fuir l’Artsakh et les zones frontalières.

Je ne peux m’empêcher d’évoquer l’épisode la résistance de David Begh et de son lieutenant en chef et successeur Mkhitar Sparapet qui, dans ces mêmes lieux, avec 300 combattants, retranchés dans la forteresse d’Halidzor, firent face à une armée de 70 000 Turcs.

Lorsqu’il sentit le danger de l’encerclement, David Begh mena une charge suicidaire vers le bas de la colline qui terrifia l’armée turque, laissant lors de sa fuite, un grand nombre de morts sur le terrain.

Quelques temps après David Bek mourut, l’armée ottomane indiqua aux défenseurs qu’ils entendaient prendre le contrôle de la forteresse mais qu’ils laisseraient le bataillon et les habitants sains et saufs. Mkhitar Sparapet qui était maintenant aux commandes de la forteresse ouvrit les portes pour négocier, mais les négociateurs furent mis à mort.
Et Mkhitar fut assassiné par les villageois arméniens de Khndzoresk, qui l’avaient imploré de se soumettre plutôt que de sacrifier les habitants de leur village.
Sa tête fut présentée au Pacha ottoman de Tabriz, qui trouva cet acte de trahison détestable et fit décapiter les meurtriers.

J’espère que le même sort sera réservé à tous les responsables, défaitistes, traîtres et déserteurs, qui envoyèrent les appelés du contingent à l’abattoir, et qui continuent de saper le moral et la cohésion du pays par des fakes news.
Certains préconisant même une cohabitation en Artsakh et en Arménie, avec les coupeurs de têtes et les tortionnaires de nos prisonniers !
A tel point qu’on ne peut s’empêcher de s’interroger sur les causes de notre défaite. Tous les moyens ont-ils été déployés sur les champs de bataille ?
Ou la défaite a été programmée et imposée par le « protecteur », avec ses réseaux serviles, sans contrepartie à un pays privé de sa souveraineté.

par Ara Toranian le mercredi 6 janvier 2021
© armenews.com 2021