Soutenez Armenews !
HISTORIQUE Rubrique

« Un grand jour pour la démocratie » : la Région Ile-de-France présidée par Valérie Pécresse vote une motion de reconnaissance de l’Artsakh


Valérie Pécresse et Patrick Karam avec les coprésidents du CCAF, lors du dîner annuel de l’organisation en 2017 © Claire Barbuti.

Le 15 octobre, la région Île-de-France, réunie en commission permanente, adoptait à l’unanimité une motion de l’exécutif en faveur de la population arménienne du Haut-Karabakh.

Hier, elle s’est engagée aux côtés des associations arméniennes au moment le plus tragique de l’histoire du Karabakh et a voté 150 000 euros d’aide pour les accompagner en Île-de-France mais aussi pour soulager les souffrances des déplacés de la guerre.

<span class="caps">JPEG</span> - 64.8 ko

Aujourd’hui, aux alentours de 19h, la question de l’Artsakh a de nouveau été abordée en séance plénière. La présidente de cette région, Valérie Pécresse, a demandé la reconnaissance officielle du Karabakh : « Le Conseil régional affirme l’urgente nécessité d’aboutir à un règlement définitif du conflit ».

La motion, approuvée à l’unanimité par tous les bords politiques (pour le groupe Ensemble IDF, Pierre Kanuty et Roselyne Sarkissian se sont félicités de l’initiative, avec un soutien unanime de leurs conseillers régionaux), mandate la présidente du Conseil régional pour qu’elle saisisse le président de la République de la nécessité d’engager la France dans un processus de reconnaissance du Haut-Karabakh. La Région apporte également une aide humanitaire d’urgence d’un montant de 75 000 d’euros, via l’UGAB France, à la population « victime d’un conflit qui a été d’une brutalité terrible ». Valérie Pécresse a ainsi pu rappeler le « lien d’amitié très fort qui unit la région à l’Arménie ».

<span class="caps">JPEG</span> - 218.7 ko

<span class="caps">JPEG</span> - 141.6 ko

« Un grand jour pour la démocratie. Grâce à Valérie Pécresse, la région la plus puissante de France demande au président de mettre en œuvre un processus de paix et de reconnaissance du Karabakh, berceau de la civilisation arménienne. Je suis ému, très ému, Enfin, enfin la morale rejoint le droit ! », a réagit Patrick Karam, vice-président de la Région. Il s’est félicité que, « enfin l’agresseur est désigné : la coalition turco-azérie. Enfin l’utilisation des armes prohibées par le droit international est dénoncée comme les multiples offensives contre les hôpitaux, écoles et marchés ainsi que la population civile pris pour cible ». Pour le président de la Chrédo, il s’agit d’un fait politique majeur que le gouvernement doit entendre : « La France doit s’engager, cesser sa politique absurde, immorale de neutralité qui encourage l’agresseur, la rend complice des massacres et de l’épuration ethnique sous nos yeux impuissants. »

« J’ai le cœur serré en pensant à cette jeunesse sacrifiée, ces terres soumises par la coalition de dictateurs et la lâcheté de l’Occident qui invoquait la neutralité pour détourner le regard », avait-il tweeté quelques heures plus tôt, ajoutant : « Cette demande de reconnaissance du Karabakh par l’Ile-de-France doit maintenant se traduire par des actes. On a déjà manqué une occasion : l’Europe aurait dû décréter des sanctions économiques contre la Turquie qui a envoyé ses djihadistes Syrien combattre les Arméniens du Karabakh. »

L’intégralité de la séance à revoir ci-dessous :

par Claire le vendredi 20 novembre 2020
© armenews.com 2020


 


 
Thèmes abordés