Soutenez Armenews !
ARMÉNIE-AZERBAÏDJAN-RUSSIE-TURQUIE Rubrique

Vladimir Poutine n’a pas eu d’entretien avec Aliev ni avec Erdogan


L’attaché de presse du président Poutine, Dimitri Peskov, a déclaré que la Russie ne manquait pas de contacts de travail sur le conflit du Haut-Karabakh, que ce soit avec l’Azerbaïdjan ou avec la Turquie. Mais il précise ensuite : « Cela dépend des horaires de travail et de l’opportunité des présidents. Vous savez que cela ne signifie pas du tout que la partie russe connaît une sorte de déficit de contacts de travail », a déclaré Peskov, répondant à la question de savoir pourquoi le président russe Vladimir Poutine s’est entretenu à trois reprises avec le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan depuis le début du conflit au Karabakh. Mais jamais - avec les présidents de la Turquie et de l’Azerbaïdjan, Tayyip Erdogan et Ilham Aliyev (ndlr au 5 octobre), rapporte RIA Novotsi.

Dimitri Peskov, a déclaré que le dirigeant russe n’avait pas encore de plans concrets pour s’entretenir avec les présidents azerbaïdjanais et turc concernant le conflit du Haut-Karabakh, déclarant qu’il était difficile de faire des prévisions « en raison de l’évolution rapide de la guerre dans la région ».

« Si une telle nécessité existait, il ne fait aucun doute que le président Poutine discutera de ce sujet avec ses collègues », a déclaré Peskov.

Invité à préciser si de tels pourparlers pourraient avoir lieu cette semaine, Peskov a déclaré qu’ils n’avaient pas de plans concrets pour le moment.

« Mais vous savez qu’il s’agit de guerre. Et bien sûr, là-bas au Karabakh, des développements rapides se produisent, c’est pourquoi il est difficile de faire des prévisions. La nécessité d’un dialogue se développera en fonction de l’évolution des circonstances », a déclaré Peskov.

« Le fait qu’un certain potentiel de conflit, disons, existe, l’est vraiment. Mais aucun anneau ne rétrécit. C’est un potentiel de conflit - dans le monde entier il tend désormais, malheureusement, à la croissance... Bien sûr, on ne peut que regretter qu’une partie de ce potentiel se concentre autour de nos frontières, mais en tout cas, on parle de pays proches de nous. Dans ce cas, je veux dire la Biélorussie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan et le Kirghizistan », précise Dimitri Peskov. « La Russie est intéressée par une situation stable, la paix et la prospérité dans les États voisins », a-t-il déclaré.

par Jean Eckian le mercredi 7 octobre 2020
© armenews.com 2020


 


 
Thèmes abordés