PARIS

L’entrepreneuriat en débat : conférences de l’UGAB, en présence d’Armen Sarkissian


L’entrepreneuriat, l’innovation et la pensée critique sont essentiels pour l’avenir des communautés arméniennes aux quatre coins du monde. L’AGBU l’a bien compris et a organisé hier, le 8 janvier, une journée de discussions et d’ateliers stimulants avec des conférenciers et des contributeurs de renommée internationale, réunis à la Station F de Paris. Des délégués venus de 40 pays ont parlé de l’entrepreneuriat et des nouvelles technologies en Arménie, avec un discours du président Armen Sarkissian de passage en France.

Le président arménien, par ailleurs également membre du conseil d’administration central de l’UGAB, a notamment indiqué dans sa déclaration que l’UGAB était une institution à la fois globale et clairement arménienne, qui défendait les intérêts de l’ensemble du pays, mais aussi de l’humanité dans son ensemble. « Nous entrons dans l’ère d’une évolution rapide, a déclaré Armen Sarkissian. Elle est basée sur les recherches effectuées au 20e siècle, les découvertes scientifiques en mathématiques, physique, chimie et biologie, la découverte des lois du nouveau monde qui sont les lois quantiques, la mécanique quantique jusqu’à la théorie de la relativité, la gravitation, etc. Au 20e siècle, nous menions des recherches en tant que travail académique. Cependant, le moment est venu où les résultats de ces recherches deviennent industriels. ” Mentionnant les nouvelles technologies et la découverte de l’intelligence artificielle, le président arménien a expliqué que celle-ci jouerait un rôle important et crucial, introduisant des changements profonds et spectaculaires dans nos vies. « Cela va influencer notre vie, de la gestion des grandes villes à la simplification de la vie dans ces villes », ajoutant : » Erevan a les mêmes problèmes que Paris. En fin de compte, l’intelligence artificielle résoudra ces problèmes. " Mais, selon lui, il faut l’utiliser de manière morale.

Armen Sarkissian s’est également adressé à la jeunesse : « Si j’étais quelqu’un à qui on demandait en tant que professeur de donner un conseil sur ce qu’il faut faire pour réussir dans la vie, s’il vaut mieux être enseignant, avocat, docteur ou autre, ma réponse serait la suivante : ne songez pas à devenir quelqu’un. Tout d’abord, explorez vous-même, comprenez qui vous êtes, quelles sont vos qualités, car chaque enfant est né avec un talent« . Concluant par un message d’espoir pour le futur : »Nous avons prouvé que nous avions la capacité de renaître de nos cendres. Nous avons cette fantastique qualité de survie, qui est importante dans le nouveau monde du 21e siècle. (...) Le nouveau monde est aussi notre monde".

<span class="caps">JPEG</span> - 107.3 ko

Après une introduction de Stéphane Petrossian, de l’UGAB France, c’est Robert Vassoyan qui a pris en premier la parole. Impliqué au sein de la société Atos, il a mis en avant la nécessité de travailler aujourd’hui sur les datas données, et l’idée qu’il ne fallait pas se poser la question de ce qui était possible, mais ce qui était acceptable. En effet, selon lui, le futur est plein d’opportunités, mais il faut surtout que les implications soient plus responsables. Pour cela, nous avons besoin de nouveaux profils, de nouveaux intervenants, de plus de femmes, pense-t-il.

<span class="caps">JPEG</span> - 156.8 ko

Trois entrepreneurs se sont succédé ensuite pour parler de l’entrepreneuriat plus spécifiquement en Arménie : il s’agissait de Tatul Ajamyan, fondateur de startups dans le domaine des nouvelles technologies, Aline Kamakian, fondatrice des restaurants Mayrig, et Vahé Keushguerian, cofondateur de Hub.

<span class="caps">JPEG</span> - 125.2 ko

Après une pause déjeuner, l’après-midi a démarré par une prise de paroles de trois femmes qui ont réussi à se faire une place dans leur domaine respectif de compétence : Astrid Panosyan (entrepreneure et membre de La République en marche), Emma Arakelyan (auteure et professeure à New York) et Valérie Toranian (journaliste et directrice de la Revue des Deux mondes) ont parlé du rôle des femmes dans la politique, l’économie et la société en Arménie. Un consensus : la nécessité pour les femmes de reconquérir la place qui leur revient.

<span class="caps">JPEG</span> - 157.7 ko

Puis l’AGBU a présenté ses programmes et ses partenariats, par la voix de trois personnalités : Talar Kazandjian (directeur exécutif de l’AGBU Arménie), Armen Verdian (fondateur de HyeTech Europe) et Haïk Khanamiryan (de l’AGBU Europe), et ce avant que Stéphane Petrossian de l’UGAB France ne reprenne la parole pour clore cette journée riche et passionnante.

<span class="caps">JPEG</span> - 299.4 ko
<span class="caps">JPEG</span> - 211.9 ko

par Claire le dimanche 10 février 2019
© armenews.com 2019


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés