Soutenez Armenews !
CINÉMA Rubrique

Sylvie Vartan « Sous le joug turc »


Sylvie VARTAN, qui est apparue samedi dans l’émission « La Fête de la chanson française » (France 2), animée par André Manoukian, dans laquelle plusieurs artistes lui ont rendu hommage, a débuté sous les sunlights à l’âge de 7 ans, en 1952, dans un film bulgare intitulé « Sous le joug turc ». Ça ne s’invente pas...

<span class="caps">JPEG</span> - 620.7 ko
Sylvie Vartan à gauche derrière le pupitre

Ce film, signé Dako Dakovski, est tiré d’un roman de Ivan Vazov de la jeune littérature bulgare, fortement influencé par le romantisme français . Le titre « Sous le joug » évoque un temps historique bulgare sous la domination ottomane.

Sylvie Vartan, alors petite fille, joue le rôle d’une écolière soumise à un examen de fin d’année où on la voit chanter, avec ses camarades, un chant patriotique.

<span class="caps">JPEG</span> - 73.7 ko
Comme on le sait, la chanteuse ne s’est que très rarement prévalue d’une origine arménienne par son père Georges Vartan, né en 1912 à Champigneulles (Meurthe-et-Moselle), devenant l’attaché de presse à l’ambassade de France à Sofia. En 1936 il épousera Ilona Mayer.

<span class="caps">JPEG</span> - 103.2 ko
C’est son grand-père paternel, Robert, qui conseilla à la famille de rejoindre la France. Ilona, Georges, Eddie (Edouard, frère de Sylvie) et Sylvie arrivent à Paris en 1952, l’année de la sortie de « Sous le joug turc ».

Jean Eckian

Photo de couverture Jean Eckian 1961

par Jean Eckian le lundi 11 janvier 2021
© armenews.com 2021


 


 
Thèmes abordés