Soutenez Armenews !
TURQUIE Rubrique

Une nécropole de l’époque d’Ourartou découverte dans la région de Van


Une antique nécropole, datant de l’époque du royaume d’Ourartou, qui dominait du 9e au 6e siècle avant notre ère de vastes territoires entre Caucase et Anatolie orientale, aura heureusement échappé à la cupidité des chercheurs de trésors qui écument l’est de la Turquie, détruisant des vestiges vieux de plusieurs siècles en quête de l’or et richesses qu’auraient pu y laisser les Arméniens et autres anciens occupants de la région. Si les archéologues turcs, conduits par le professeur Rafet Çavuşoğlu, dirigeant du département d’archéologie de l’Université Yüzüncü Yıl de Van, dont la découverte a été rapportée par le quotidien turc Sabah, citant des sources de l’agence de presse Anadolu, ont conscience d’avoir mis la main sur un véritable trésor, celui-ci ne brille sans doute pas du même éclat aux yeux des pillards qui s’acharnent sur les rares vieilles pierres que les gouvernements turcs successifs ont laissées debout dans la région.
Encore que… Le squelette féminin exhumé dans cette nécropole au pied de la citadelle de Çavuştepe, dans le district de Gürpınar, près de Van, porte une parure de bijoux intacte, trahissant l’appartenance de celle qui les porta il y a plus de 2 500 ans à la noblesse de l’Ourartou. Une découverte majeure pour l’équipe d’archéologues turcs, qui mène des fouilles depuis 2017 sur ce site qui s’avère bien avoir été une nécropole où étaient inhumés les nobles et hauts dignitaires du royaume d’Ourartou, qui fut, quoiqu’en disent les historiens turcs, le berceau de l’Arménie. La parure complète de bijoux retrouvés sur la dépouille confirme la maîtrise par ce peuple d’Ourartou, sous la double influence des Assyriens et des Hittites, de l’art de la joaillerie, dont le musée d’histoire d’Erevan comme celui de la citadelle d’Erebouni, au sud de la capitale arménienne, peuvent aussi témoigner. Les archéologues turcs doivent encore faire « l’autopsie » du squelette pour déterminer l’âge et les circonstances de la mort de la vénérable dame.
Mais ils se félicitent d’une découverte qui couronne trois années de recherches sur ce site et enrichit les connaissances scientifiques sur les traditions funéraires dans le royaume d’Ourartou et l’importance que revêtaient les bijoux dans cette civilisation encore peu connue, à laquelle les grandes invasions, des Mèdes surtout, au 6e siècle avant notre ère, devaient mettre un terme, permettant à l’élément arménien, qui était déjà bien implanté dans la région, de fusionner avec son peuple et de dominer l’ancien royaume d’Ourartou, qui figurera depuis lors sur les cartes sous le nom d’Arménie. Soulignant l’importance de la joaillerie dans les traditions funéraires des Urartes , M.Çavuşoğlu a notamment indiqué : “La dernière dépouille que nous avons exhumée appartient sans doute à une femme âgée de 20 à 25 ans. Mais ce qu’il faut noter avant tout, c’est que cette femme a été enterrée avec tous ses bijoux. Son squelette a conservé une parure presque complète de bijoux, ce qui confirme l’importance qu’accordait l’Ourartou aux parures et autres pièces de joaillerie féminines. Nous avons établi que le squelette est celui d’une femme appartenant à la noblesse, comme le montrent les bracelets qu’elle porte aux poignets, l’anneau de bronze à sa main gauche, ses boucles d’oreilles, la broche à la naissance du cou, lui-même orné d’un collier de pierres semi-précieuses. Il est clair qu’elle a été inhumée ornée de tous les bijoux qu’elle devait porter de son vivant ».
L’archéologue a ajouté que les fouilles avaient aussi renforcé les connaissances que l’on pouvait avoir sur « la place de la femme dans la société d’Urartou, étant entendu que la nécropole dans la citadelle renferme les dépouilles des épouses et proches des hauts dignitaires du royaume et non celles de citoyens ordinaires ». Il a mis l’accent sur l’anneau de bronze retrouvé sur le doigt du squelette, qui pourrait être selon lui le « premier témoignage archéologique d’un engagement prénuptial”.

par Garo Ulubeyan le mardi 15 septembre 2020
© armenews.com 2020


 


 
Thèmes abordés