PATRIMOINE ARMENIEN

Ces derniers mois, le nombre de touristes sur le site d’Ani la capitale de l’Arménie en l’an mille, a été multiplié par trois


Le site d’Ani, ancienne capitale de l’Arménie du royaume des Bagratides de 961 à 1045, situé à frontière arméno-turque, classé Patrimoine culturel de l’UNESCO en juillet 2016 a reçu un nombre record de touristes durant la période hivernale. Le nombre des visiteurs qui se sont rendus sur le site d’Ani a été multiplié par trois. Surnommée « Capitale de l’an mille », « la ville aux quarante portes » ou la « ville aux mille et une églises », Ani captive les touristes de Turquie, d’Arménie ou des Etats-Unis qui y viennent par milliers. Selon le site Ermenihaber, les touristes qui viennent à Ani sont très nombreux à emprunter la liaison ferroviaire appelée « L’express oriental » qui relie Ankara à Kars en 25 heures... Une ligne qui avait après un long arrêt, repris ses activités en 2018. Ces touristes sont -selon les guides- émerveillés par la beauté architecturale du site d’Ani que les guides se gardent pourtant de présenter comme la capitale de l’Arménie de l’an mille ! Ces touristes s’émerveillent particulièrement lors de la visite de la Cathédrale principale Amenaprguitch, l’église Dikran Honents ou celle d’Ablougharib Pahlavouni. Selon les spécialistes du tourisme, en cas d’ouverture de la frontière entre la Turquie et l’Arménie, le site d’Ani enregistrerait un flot de plusieurs millions de touristes Arméniens tant d’Arménie que de la diaspora arménienne.

Krikor Amirzayan (Գրիգոր Ամիրզայեան)

<span class="caps">JPEG</span> - 89.5 ko
<span class="caps">JPEG</span> - 55.2 ko
<span class="caps">JPEG</span> - 57.4 ko

par Krikor Amirzayan le samedi 12 janvier 2019
© armenews.com 2019


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés