DIPLOMATIE

Moscou condamne l’interdiction de voyager en Azerbaïdjan pour les Arméniens de Russie


La Russie a de nouveau demandé vendredi à l’Azerbaïdjan de cesser d’empêcher les citoyens russes d’origine arménienne de se rendre dans le pays du Caucase du Sud, affirmant que cette pratique était « incompatible avec les relations amicales entre les deux pays ».

« Nous avons soulevé à plusieurs reprises cette question avec la partie azerbaïdjanaise et avons déploré le fait que de tels cas étaient en train de devenir une habitude, une mauvaise habitude », a souligné Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères.

« À notre avis, de tels faits constituent une violation flagrante des droits des citoyens russes », a ajouté M. Zakharova lors d’un point de presse à Moscou.

« Le Ministère des affaires étrangères de la Russie a à plusieurs reprises attiré l’attention de la partie azerbaïdjanaise sur le caractère inacceptable de la situation actuelle. Nous avons demandé la fin des détentions et des expulsions. Cette pratique est incompatible avec les relations amicales entre les deux pays. »

Le gouvernement azerbaïdjanais maintient depuis longtemps une interdiction de voyager pour les citoyens arméniens mais également pour les Arméniens de souche originaires d’autres pays en raison du conflit non résolu du Haut-Karabagh. Il considère toute présence arménienne sur le sol azerbaïdjanais comme un risque pour la sécurité et un affront à l’honneur et à l’intégrité territoriale du pays.

Selon Zakharova, en 2018, au moins 16 cas de ressortissants russes ont été interdits ainsi d’entrée en Azerbaïdjan « pour des motifs ethniques ».

L’affaire la plus récente a été rapportée à la fin du mois dernier. Kristina Gevorkyan, détentrice d’un passeport russe et de nationalité arménienne, a déclaré avoir été détenue pendant treize heures à l’aéroport international Heydar Aliyev de Bakou avant d’être renvoyée en Russie.

Moscou avait déjà dénoncé publiquement cette pratique en juillet 2017. Réagissant à cette critique, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères azerbaïdjanais avait fait état de la poursuite de « l’occupation arménienne du territoire azerbaïdjanais ».

« Malheureusement, certaines personnes arméniennes font preuve d’une hostilité à caractère ethnique et c’est pourquoi nous prenons certaines mesures », avait-t-il affirmé à l’époque.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, est né d’un père d’origine arménienne. Lavrov se rend régulièrement à Bakou.

L’interdiction de l’Azerbaïdjan s’applique également aux Arméniens d’origine ethnique présumée ou réelle originaires de Turquie, son allié le plus proche. En 2014, un sportif appelé Zafer Noyan aurait été empêché d’entrer en Azerbaïdjan et de participer à une compétition majeure en raison de son nom de famille que les responsables de l’aéroport de Bakou avaient estimé être arménien. Noyan a été obligé de rentrer à Istanbul alors qu’il avait assuré ne pas être d’origine arménienne.

par Claire le lundi 14 janvier 2019
© armenews.com 2019


 

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés