Soutenez Armenews !
PEINTURE Rubrique

Une exposition : comme un voyage temporel pour Guillaume Toumanian


Lunaire, 120 x 180 cm, huile sur toile, 2020

Les Landes font partie intégrante du parcours de Guillaume Toumanian : d’origine arménienne par son père, il est landais du côté de sa mère. Les expositions du Centre d’Art Contemporain Raymond Farbos ont largement contribué à son développement artistique dès ses premières années au lycée.

Revenir à Mont-de-Marsan à l’occasion de cette exposition personnelle, c’est pour lui accomplir une sorte de voyage temporel. Comme une évidence, Guillaume Toumanian revient sur ses terres, sur les traces de son enfance, et nous donne à voir de manière quasi autobiographique l’étendue de sa créativité qui se traduit essentiellement en peinture et encre.

C’est à Mont-de-Marsan, au centre culturel de la Minoterie, qu’il fera la connaissance du peintre Marc Ferrer, qui lui organisera sa toute première exposition, à tout juste vingt ans. C’est le début d’une grande amitié et d’une belle aventure artistique, mais aussi humaine, jalonnée de nombreuses rencontres, notamment avec les peintres Joan Castejón, Éric Marsiam ou Paul Rambié. Durant cette époque, en parallèle de ses études et de la fréquentation assidue du Centre d’art, il visite aussi régulièrement les collections du musée Despiau-Wlérick et les expositions municipales de la Minoterie.

<span class="caps">JPEG</span> - 111.7 ko
Scène d’atelier Bordeaux (crédit photo Gaëlle Hamalian-Testud).

Cette exposition regroupe une trentaine d’œuvres récentes. Parmi cette sélection, nous retrouverons notamment certaines peintures qui s’inscrivent dans la continuité de la série consacrée au Grand Chêne (2005-2007), celui de son enfance à Haut-Mauco, tout proche de Mont-de-Marsan.

L’airial familial sera une source d’inspiration qu’il abordera progressivement, déclinant le sujet en Sous bois, Lisière, Trouée, mais aussi Bord de route, qui marqueront son enracinement.

L’exposition donnera lieu à des moments de rencontres et d’échanges entre le public et l’artiste, qui animera des ateliers pédagogiques avec les scolaires (section arts plastiques du lycée Victor Duruy, collège Cel le Gaucher notamment), et d’autres publics spécifiques. Un catalogue sera édité et dédicacé à l’occasion de cette exposition personnelle. Un accompagnement musical, sous forme de performance acoustique surprise, est prévu le soir du vernissage.

<span class="caps">JPEG</span> - 128.8 ko
Champs I, 120 x 180 cm, huile sur toile, 2020.

« Dans l’Antiquité gréco-romaine, des esprits protecteurs, Genius loci, veillent à la fois sur des lieux et des individus. Guillaume Toumanian est un de ces gardiens car il sait capter et faire vivre une parcelle d’un paysage dans un tableau au sens de l’union intime du Moi avec la nature.

L’artiste a d’abord commencé avec une série de portrait du Grand Chêne de son enfance dans les Landes comme la méditation d’une Présence vivante qui est au cœur de son œuvre. Toumanian nous amène dans un autre temps, lequel ? Le temps suspendu de la peinture, du pouvoir suggestif de la couleur et de sa réverbération rétinienne, l’acuité de la perception qui s’ouvre à la contemplation. (...)

Une peinture nocturne donne sur une baie dans le lointain avec des touches jaunes scintillantes. Cette peinture atmosphérique quasi monochrome est une caisse de résonance entre les tonalités des couleurs et de notre corps. Le format des tableaux à l’échelle humaine induit un dialogue direct entre le spectateur et la toile ; celui-ci devient une interface entre l’extérieur du paysage et l’intérieur : l’œil de l’esprit.

« Lorsque j’exhume certaines de ces images, je me souviens exactement du moment. C’est là que le processus s’enclenche, c’est un travail de mémoire qui se matérialise dans l’atelier »

Les paysages de Toumanian sont issus du vécu personnel et de son expérience sensorielle qui se communique et fait resurgir chez le spectateur des réminiscences.

Le paysage devient alors un écran de projection qui donne à l’œuvre une force d’attraction suscitant le rêve. »

(Extrait du texte Genius loci de Jeanette Zwingenberger.
Née à Memmingen, Jeanette Zwingenberger est une historienne de l’art et commissaire d’exposition indépendante. Elle est membre de AICA, l’Association internationale des critiques d’art et membre suppléant du Comité consultatif pour les œuvres d’art de l’UNESCO. Elle collabore à plusieurs catalogues et publications dans des revues telles que art – Das Kunstmagazin.

<span class="caps">JPEG</span> - 247.1 ko
Équinoxe, 50 x 50 cm, huile sur toile, 2020.

Guillaume Toumanian, Enraciné
Exposition au Centre d’Art Contemporain Raymond Farbos
1 bis rue Saint-Vincent-de-Paul 40000 Mont-de-Marsan
10 septembre - 21 novembre 2020
Vernissage le jeudi 10 septembre à partir de 18 h, en présence de l’artiste
Plus d’infos : http://www.guillaume-toumanian.com

<span class="caps">JPEG</span> - 240.6 ko
Bruissement III, 180 x 97 cm, encre sur papier, 2020.

par Claire le dimanche 30 août 2020
© armenews.com 2020


 


 
Thèmes abordés