NOCIDE DES ARMÉNIENS

Des preuves qui accablent la Turquie ottomane


L’Historien turc Taner Akçam, professeur d’études sur le génocide arménien à l’Université Clark dans le Massachusetts, a lancé sur internet une archive numérique d’éléments de preuves recueillies par Krikor Guerguerian, un rescapé du génocide arménien documentant les atrocités de 1915.

Ces archives ont été expertisées et numérisées avec l’aide d’experts turcs et d’étudiants diplômés du Centre Strassler de l’Université Clark d’études de l’Holocauste et du Génocide.

Krikor Guerguerian a parcouru le monde entier pour recueillir des preuves contenant des milliers de documents ottomans originaux et inédits, y compris les mémoires écrites de la main de Naim Bey, un bureaucrate ottoman stationné à Alep qui a participé activement à la déportation et aux massacres des Arméniens. Sont aussi présents des documents de première main du Patriarcat arménien de Jérusalem. Des télégrammes chiffrés envoyés par le ministre de l’Intérieur ottoman Talaat Pacha, ainsi que par les commandants de l’armée et le chef des paramilitaires aux gouverneurs parmi les matériaux les plus remarquables de l’archive.

« L’accès à ces matériaux a le potentiel de changer le discours scientifique et politique, et anéantir le déni turc », écrit le professeur Akçam, soulignant qu’il considère comme son devoir de faire connaître au monde entier ces preuves accablantes de la responsabilité du gouvernement turc ottoman dans l’extermination de la population arménienne.

Archives ici > https://wordpress.clarku.edu/guerguerianarchive/

par Jean Eckian le mercredi 5 décembre 2018
© armenews.com 2018


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés