DIPLOMATIE

L’Arménie suit de près la situation en Iran


Erevan suit de près l’évolution de la situation de l’Iran, à la suite des sanctions américaines appliquées à la République islamique, selon un représentant du ministère arménien des Affaires étrangères.

« Nous suivons de près les développements dans ce sens et sommes en contact permanent avec toutes les parties impliquées dans ce processus », a expliqué la porte-parole du ministère, Anna Naghdalian, dans un communiqué publié hier.

« Nous présentons clairement les problèmes et les préoccupations que nous avons. Les relations traditionnelles de bon voisinage avec la République islamique d’Iran sont d’une importance vitale pour la République d’Arménie », a-t-elle ajouté.

Naghdalian a déclaré qu ’« un examen approfondi de l’impact des sanctions contre l’Iran sur l’Arménie est en cours ».

Lundi, les États-Unis ont imposé de nouvelles sanctions à l’Iran visant des secteurs clefs de l’économie de la République islamique suite à la décision du président Donald Trump de retirer Washington de l’accord de 2015 sur le nucléaire conclu entre Téhéran et les puissances mondiales.

Le conseiller américain en matière de sécurité nationale, John Bolton, s’est rendu en visite fin octobre dans des pays du Sud-Caucase (Arménie, Géorgie et Azerbaïdjan) afin d’expliciter les sanctions que les États-Unis réimposent aux secteurs pétrolier et financier de l’Iran.

Dans une interview accordée au service arménien de RFE / RL le 25 octobre, Bolton a confié avoir dit au Premier ministre par intérim, Nikol Pachinian, que le gouvernement Trump appliquerait les sanctions à l’Iran « très vigoureusement ». Pour cette raison, la frontière arméno-iranienne va faire l’objet de beaucoup d’attention.

« De toute évidence, nous ne voulons pas causer de dommages à nos amis dans le processus », a précisé Bolton.

Dans un discours devant les députés arméniens le 1er novembre, M. Pachinian a réaffirmé la position de son gouvernement selon laquelle les « relations spéciales » de l’Arménie avec l’Iran, ce dernier étant l’un des deux pays, aux côtés de la Géorgie, qui servait de passerelle au pays sans littoral vers le monde extérieur. «  »Cette position a été très clairement exprimée aussi lors de ma rencontre avec M. Bolton et je pense que la position de l’Arménie était claire, compréhensible et même acceptable pour les représentants de la délégation américaine", a souligné le dirigeant arménien.

par Claire le mercredi 7 novembre 2018
© armenews.com 2018


 

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés