ARMENIE

Sommet d’Erevan : Emmanuel Macron appelle à réinventer la Francophonie


Le président français Emmanuel Macron a appelé jeudi, au Sommet de la Francophonie en Arménie, à « réinventer » la francophonie, qui n’est « pas un club convenu, un espace fatigué mais un lieu de reconquête » des valeurs comme les droits de l’homme, pomme de discorde avec l’Arabie saoudite qui a retiré sa candidature à son adhésion.

Le chef de l’État, qui s’adressait à une quarantaine de dirigeants au premier jour du XVIIe Sommet de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), a souligné les reproches parfois faits à une Francophonie « trop institutionnelle ». Elle n’est « pas un club convenu, un espace fatigué », a-t-il assuré. La considérant plutôt comme « un lieu de reconquête », Emmanuel Macron l’a appelée à se « réinventer ».

« La Francophonie doit se redonner un mandat fort en faveur de notre langue », a-t-il estimé, en particulier en promouvant le français « dans les échanges » et les institutions internationales comme l’Onu ou l’Union européenne. « On doit pouvoir échanger, négocier, proposer des initiatives dans notre langue. L’anglais est devenu une langue de consommation. Le français est une langue de création », a-t-il jugé, appelant de ses vœux la création d’un congrès des écrivains francophones.

« Cela n’a jamais été fait », a-t-il souligné, et cela permettrait de promouvoir le français comme étant « la langue de la création », ce qui le différencie de l’anglais, « langue d’usage ». Ce projet est initié par l’écrivaine franco-marocaine Leïla Slimani, sa représentante pour la francophonie.

« Le premier combat de la francophonie, c’est la jeunesse »

Mais « le premier combat de la Francophonie, c’est la jeunesse et tout particulièrement en Afrique », « épicentre » de la Francophonie, a ajouté le président, appelant également à lutter « contre l’obscurantisme, l’oppression faite aux femmes et le recul de l’éducation, en particulier celle des jeunes filles ».

maison
cinéma
arts
musique
opéra / classique
danse
théâtre
livres
mode

plus

Accueil
Culture

Sommet d’Erevan : Emmanuel Macron appelle à « réinventer » la Francophonie, alors que l’Arabie saoudite claque la porte
Par Culturebox (avec AFP) @Culturebox
Mis à jour le 11/10/2018 à 16H54, publié le 11/10/2018 à 13H29
Emmanuel Macron au Sommet de la Francophonie, à Erevan le 11 octobre 2018

Emmanuel Macron au Sommet de la Francophonie, à Erevan le 11 octobre 2018 © Ludovic Marin / AFP

78
Partages

Le président français Emmanuel Macron a appelé jeudi, au Sommet de la Francophonie en Arménie, à « réinventer » la francophonie, qui n’est « pas un club convenu, un espace fatigué mais un lieu de reconquête » des valeurs comme les droits de l’homme, pomme de discorde avec l’Arabie saoudite qui a retiré sa candidature à son adhésion.
Le chef de l’État, qui s’adressait à une quarantaine de dirigeants au premier jour du XVIIe Sommet de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), a souligné les reproches parfois faits à une Francophonie « trop institutionnelle ». Elle n’est « pas un club convenu, un espace fatigué », a-t-il assuré. La considérant plutôt comme « un lieu de reconquête », Emmanuel Macron l’a appelée à se « réinventer ».
« L’anglais est devenu une langue de consommation. Le français est une langue de création », estime Macron
« La Francophonie doit se redonner un mandat fort en faveur de notre langue », a-t-il estimé, en particulier en promouvant le français « dans les échanges » et les institutions internationales comme l’Onu ou l’Union européenne. « On doit pouvoir échanger, négocier, proposer des initiatives dans notre langue. L’anglais est devenu une langue de consommation. Le français est une langue de création », a-t-il jugé, appelant de ses vœux la création d’un congrès des écrivains francophones.

« Cela n’a jamais été fait », a-t-il souligné, et cela permettrait de promouvoir le français comme étant « la langue de la création », ce qui le différencie de l’anglais, « langue d’usage ». Ce projet est initié par l’écrivaine franco-marocaine Leïla Slimani, sa représentante pour la francophonie.
« Le premier combat de la francophonie, c’est la jeunesse »
Mais « le premier combat de la Francophonie, c’est la jeunesse et tout particulièrement en Afrique », « épicentre » de la Francophonie, a ajouté le président, appelant également à lutter « contre l’obscurantisme, l’oppression faite aux femmes et le recul de l’éducation, en particulier celle des jeunes filles ».
« L’avenir de l’Afrique sera féministe »
« La Francophonie doit être féministe. L’avenir de l’Afrique sera féministe », a-t-il lancé sous les applaudissements.

Emmanuel Macron, à ce titre, a souhaité une révision de la Charte de la Francophonie, pour notamment se pencher sur les modalités d’adhésion à l’OIF, qui regroupe 84 membres, afin de « l’adapter aux nouveaux enjeux du XXIe siècle ». En particulier « les combats contre l’obscurantisme, l’oppression faite aux femmes ou le recul de l’éducation, en particulier celle des jeunes filles ».

« Faut-il se contenter de prendre quelques engagements en matière de respect des droits de l’homme » pour rejoindre l’OIF, s’est-il demandé, alors que le sommet doit étudier la candidature contestée de l’Arabie saoudite en tant que membre observateur.

Hommage appuyé à Charles Aznavour

Le président de la République a rendu un hommage appuyé à Charles Aznavour, « trésor commun » des peuples français et arménien, qui est mort le 2 octobre à l’âge de 94 ans. Il devrait se rendre en début d’après-midi à la Maison Aznavour pour y rencontrer des proches du chanteur, puis assister dans la soirée à un concert hommage sur la principale place d’Erevan, où devraient notamment chanter Zaz et Serge Lama.

Emmanuel Macron a entamé sa visite en se recueillant au mémorial dédié aux victimes du génocide arménien de 1915-17. « La France n’oubliera jamais et portera le combat pour la vérité et de la reconnaissance » de ce génocide que Paris a reconnu en 2001, a-t-il écrit dans le livre d’or du musée. Il a ensuite planté un sapin, comme ses prédécesseurs, dans le parc du mémorial en mémoire des quelque 1,5 million de morts du genocide que la Turquie se refuse toujours à reconnaître.

L’Arabie saoudite suscite un tollé et retire sa candidature

L’Arabie saoudite a retiré sa demande d’adhésion à la Francophonie après avoir suscité une levée de boucliers, accusée notamment de violations des droits de l’Homme.

L’OIF devait étudier la candidature saoudienne jeudi après-midi, en pleines interrogations sur la disparition mystérieuse en Turquie du journaliste saoudien Jamal Khashoggi très critique envers le pouvoir saoudien. Le royaume a fait parvenir un courrier à l’OIF, demandant « le report » de sa demande d’adhésion.

Cette demande d’adhésion, en tant que simple membre observateur, donc sans droit de vote, avait suscité de vives critiques au sein de la Francophonie, visant le rapport lointain qu’entretient le pays avec la langue française mais également ses violations répétées des droits de l’Homme, selon des ONG.

Une Africaine à la tête de la Francophonie ?

Réunie depuis jeudi à Erevan, la Francophonie devrait nommer à sa tête vendredi la Rwandaise Louise Mushikiwabo, consacrant ainsi la victoire de l’Afrique, soutenue par Emmanuel Macron. Louise Mushikiwabo, ministre rwandaise des Affaires étrangères a la voie libre depuis que le Canada a annoncé, avec le Québec, qu’il retirait son soutien à la secrétaire générale sortante, la Canadienne d’origine haïtienne Michaëlle Jean, qui briguait un nouveau mandat.

Sa nomination imminente consacre le « retour » de l’Afrique à la tête de l’OIF, qui avait toujours été dirigée par des Africains avant Michaëlle Jean, et entérine son rôle incontournable de locomotive de la Francophonie. « L’épicentre de la langue française, de nos langues françaises, est sans doute dans le bassin du fleuve Congo ou quelque part dans la région », a ainsi répété le président français.

En vertu de son explosion démographique, l’Afrique, continent sur lequel se trouvent 27 des 54 membres de l’OIF ayant droit de vote, représentera 85% des francophones en 2050, sur un total de 700 millions, contre 274 aujourd’hui, selon l’OIF. « L’Afrique s’impose comme le moteur de la Francophonie », a renchéri le Premier ministre canadien Justin Trudeau, confirmant que « le Canada s’engage de plus en plus sur le continent africain ».
Louise Mushikiwabo, une candidate critiquée
Le dirigeant canadien a cependant souligné qu’Ottawa « continuera de promouvoir et défendre avec énergie les valeurs chères à l’OIF et au Canada que sont les droits de la personne et la langue française », allusion à peine voilée aux critiques qu’a suscitées la candidature de Louise Mushikiwabo.

La candidature rwandaise est accusée d’être contraire à la charte de l’OIF, qui a inscrit « le soutien aux droits de l’homme » parmi ses missions premières. Le Rwanda pratique « censure, menaces, arrestations, violences, assassinats » contre les journalistes qui osent dénoncer l’autoritarisme de ses dirigeants, a récemment dénoncé l’ONG Reporters sans frontières (RSF). Interrogée par l’AFP, Louise Mushikiwabo a récemment affirmé que « la majorité des Rwandais sont contents du système démocratique ».

Le Rwanda a de plus remplacé en 2008 le français par l’anglais en tant que langue obligatoire à l’école, avant de rejoindre le Commonwealth, pendant anglophone de l’OIF, un an plus tard. C’est d’ailleurs en anglais que le président rwandais Paul Kagame avait annoncé la candidature de sa ministre, à Paris en mai.

Un plurilinguisme qui n’est pas contraire à la défense du français que Emmanuel Macron veut inclusive, une position contestée par nombre de « puristes ». « Le combat fondamental pour notre langue est un combat pour le plurilinguisme », a répété le président français.

par Stéphane le vendredi 12 octobre 2018
© armenews.com 2018


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés