ONE WOMAN SHOW

Marion Mezadorian : « J’ai découvert la communauté en jouant mon spectacle »


© Claire Barbuti.

Depuis plus de 2 ans, Marion Mezadorian partage sur scènes ses Pépites, à savoir ses rencontres avec des personnes aussi attachantes que drôles... Et notamment sa grand-mère arménienne, toujours encline à rajouter plus de sucre sur ses baklavas. Celle qui se considère avant tout comme une comédienne (elle vient d’ailleurs de tourner dans Les footeuses, en salles en 2019) a fait son premier voyage en Arménie pour ses 30 ans. Elle nous en parle, et nous explique sa rencontre avec la communauté arménienne, qui vient en nombre à son spectacle et s’y retrouve. A découvrir chaque mardi à 20h30 au Théâtre du Marais, et en tournée les weekends dans toute la France.

Nouvelles d’Arménie Magazine : Ces pépites que vous partagez sur scène, c’est quoi ?
Marion Mezadorian :
Ce sont les personnes que j’ai rencontrées dans ma vie, et qui m’ont fait rire, qui m’ont émue. J’avais envie de les partager avec les spectateurs, et de mettre leurs plus belles failles en lumière. C’est pour ça qu’il y a des moments de tendresse dans le spectacle, au-delà de l’humour.

NAM : Vous êtes humoriste... Mais aussi comédienne. Vous vous considérez comme quoi avant tout ?
M. M. :
Plus comme comédienne. Après ça reste un spectacle d’humour. Mais ce que j’aime, c’est de voir comment les gens digèrent tout ça à la sortie. Parce qu’on aime bien mettre certaines choses dans des cases mais, des fois, c’est bien aussi de s’en extraire. J’aime bien surprendre les spectateurs, et les amener faire un beau voyage pendant 1h.

NAM : Un voyage qui les amène jusqu’en Arménie ?
M. M. :
Ils vont dans plein d’endroits ! Ils vont en Arménie, dans le Sud vers Marseille, dans mon enfance, dans leur enfance. J’interprète des personnes de plein de générations : ça va d’un garçon que je gardais quand je faisais du baby sitting à ma grand-mère. Il y en a pour tout le monde !

NAM : Votre grand-mère, de la branche arménienne de votre famille, c’est un personnage important pour vous ?
M. M. :
Oui ! C’est un personnage très fort, et très dur, par rapport à ce qu’elle a vécu. Dans le spectacle, c’est surtout un personnage assez révoltée par rapport à la nouvelle génération. Après, c’est vrai que tous les Arméniens se retrouvent dans ce spectacle ! Dès que je discute avec eux à la sortie, ils me disent qu’ils se reconnaissent dans ce que je peux dire sur ma famille, sur la force de travail. Ils retrouvent leur famille, ils se retrouvent eux-mêmes. Et c’est beau parce que c’est un peu comme si on créait des liens invisibles. Je n’ai pas grandi dans la communauté arménienne : je l’ai découverte en jouant mon spectacle. C’est une vraie surprise, et un vrai bonheur.

NAM : En 2016, vous me disiez vouloir allez en Arménie... Ca en est où ?
M. M. :
Ca y est ! J’y suis allée il y a un an. Pour mes 30 ans, mes amis m’ont dit : « T’es mignonne, tu nous parles de l’Arménie sur scène, ce serait bien que tu y ailles. » Du coup, ils m’ont offert le voyage. Ca a été un sacré voyage en famille. Ma grand-mère nous a montré plein d’endroits où elle a vécu, les restaurants, ... On a aussi visité le village près de la frontière géorgienne où mon père est né et a grandi. J’ai étais touchée par ce voyage car j’ai vraiment compris quelles étaient mes origines, d’où venaient les valeurs qu’on m’avait transmises, cette façon de voir la vie, de considérer l’autre. Ne jamais lâcher et être un battant.

NAM : Vous continuez à tourner en France avec votre spectacle. Mais est-ce que vous avez d’autres projets ?
M. M. :
Un premier spectacle pour un humoriste, c’est très important, on le chouchoute. Mais sinon, j’ai aussi tourné cet été Les footeuses. L’histoire se passe dans un village du Nord de la France. Les hommes sont suspendus de leur petit championnat de foot parce qu’ils ont tapé l’arbitre ! Pour pas que le club s’effondre sur la fin de saison, les femmes des joueurs décident de prendre le relai pour les trois derniers matchs. Et tous les rôles sont donc inversés. C’était une belle expérience, et puis, ça parle de foot et t’es toute la journée en crampons... Pour les quelques personnes qui ont vu mon spectacle, elles savent à quel point c’est important pour moi !

Propos recueillis par Claire Barbuti

par Claire le mardi 9 octobre 2018
© armenews.com 2018


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés