Soutenez Armenews !
FOOTBALL-DISPARITION Rubrique

Disparition de l’arbitre international Michel Kitabdjian (89 ans)


L’arbitre international Français d’origine arménienne Michel Kitabdjian est mort dans la nuit du 17 au 18 mars à l’âge de 89 ans. Michel Kitabdjian était né le 7 mai 1930 à Nice (Alpes-Maritimes) dans une famille d’origine arménienne.

La Fédération Française de Football a placé un large article sur la disparition de Michel Kitabdjian :

"Avec la disparition ce mardi de Michel Kitabdjian à l’âge de 89 ans, le football français a perdu l’un des plus illustres arbitres de son histoire.

De tous les arbitres français, il est celui qui présente la plus grande longévité au niveau international. Durant dix-neuf saisons, de 1961 à 1980, Michel Kitabdjian a représenté l’arbitrage français en dehors de nos frontières et il en fut un ambassadeur apprécié et respecté.
À ses états de service figurent notamment deux rencontres lors du tournoi de football des Jeux olympiques d’été 1968 ou la finale de la Coupe d’Europe des Clubs Champions, le 28 mai 1975 au Parc des Princes, entre le Bayern Munich et Leeds United (2-0). Au total, il a dirigé 233 matches à l’étranger, dont deux demi-finales de Coupe d’Europe.
Nommé arbitre fédéral en 1959, le Niçois a également arbitré la finale de la Coupe de France 1965 entre Sedan-Torcy et le Stade Rennais. Au total, il a dirigé environ 1 500 rencontres et a été classé arbitre français numéro de 1965 à 1976 par la Commission centrale des arbitres, l’ancêtre de la Direction technique de l’arbitrage et de la Commission fédérale des arbitres.
Une fois retiré des terrains, Michel Kitabdjian s’est très largement investi dans la formation des jeunes arbitres du District de Côte-d’Azur (dont il était président d’honneur) mais aussi à l’échelle fédérale. « Il était membre de la Commission centrale des jeunes à la FFF, rappelle Claude Colombo, ancien arbitre international. Au niveau de la Ligue de Méditerranée, avec Gilles Veissière ou Bruno Coué notamment, nous savons ce que nous devons à Michel. Pendant des années, la formation des jeunes arbitres a été sa mission, sa passion, sa raison d’être. Il avait un charisme très marqué, un CV extraordinaire mais surtout, une humilité exceptionnelle. Il faisait l’unanimité partout où il passait. Il avait le souci de rendre au football et à l’arbitrage ce que le football et l’arbitrage lui avaient apporté. C’était son leitmotiv. Il restera comme un exemple extraordinaire pour tous ceux qui l’ont connu. » Fédération Française de Football

La Ligue Méditerrannée qui a annoncé la triste nouvelle communique sur cet « homme honnête, très courageux, engagé auprès de la jeunesse ».

Ci-dessous le communiqué de la Ligue Méditerranée
L’ancien arbitre international de très haut niveau, Michel Kitabdjian, est décédé dans la nuit du 17 au 18 mars 2020, à l’âge de 89 ans.
Membre de la Commission Centrale des Arbitres pendant 24 ans, observateur de l’UEFA ainsi qu’en 1re Division professionnelle, vice-président du District de la Côte d’Azur et administrateur de ce territoire pendant une cinquantaine d’années, il laisse le souvenir d’un homme honnête, très courageux, engagé auprès de la jeunesse (l’apprentissage et l’évolution des jeunes arbitres étaient son grand combat).
Il avait également été arbitre de la Ligue du Sud-Est en 1955, interrégional deux ans plus tard, arbitre fédéral en 1959 et international à partir de 1961. Il a dirigé de nombreux matches internationaux dont la finale de la Coupe d’Europe des clubs champions qui avait opposé, à Paris, le Bayern Munich à Leeds (2-0).
La LMF présente à son épouse, ses enfants et petits-enfants, ses condoléances les plus attristées. »

-Le communiqué du district Côte d’Azur
« La grande famille du football et de l’arbitrage azuréen est en deuil. L’un de ses membres les plus emblématiques, notre ami Michel Kitabdjian, vient de nous quitter ce jour. (…) Ancien arbitre International de renom, ayant notamment dirigé en 1975 la finale de la Coupe d’Europe, celui qui a eu la plus longue carrière internationale de tous les arbitres français (19 ans) était surtout une immense figure du football départemental, régional et national.
Président d’honneur du District de la Côte d’Azur, membre de la Commission d’Arbitrage de la FFF durant près d’un quart de siècle, Insigne spécial de la FIFA, médaille d’or de la Jeunesse et des Sports cet ancien joueur de l’US Arménienne (de 1946 à 1953), Michel Kitabdjian laissera surtout, en plus d’une carrière sportive exceptionnelle, le souvenir d’un homme exemplaire, engagé et profondément humain.
Engagé auprès des jeunes surtout, ayant formé des générations de jeunes arbitres en les accompagnant pour certains jusqu’au plus haut niveau. Il fut aussi et surtout un homme juste, plein d’humanité car toujours prêt à tendre la main à l’autre, à écouter, à partager et à aider.
Michel Kitabdjian c’était la simplicité même, bien que doté d’un charisme exceptionnel. Ce qui est la marque des « Grands Hommes ». Tous ceux qui l’ont côtoyé et qui l’ont accompagné durant une partie de sa longue carrière auront le sentiment aujourd’hui de perdre l’un des leurs.
Le District se sent orphelin d’un homme illustre et terriblement attachant. C’est un peu une partie de beaucoup d’entre-nous, de ceux qui ont eu la chance et le privilège de le connaître, qui s’en est allée avec lui aujourd’hui.

En ces circonstances pénibles, le District de la Côte d’Azur, la famille du football dans son ensemble, tiennent à adresser à son épouse Rosette, à ses enfants, à ses petits-enfants, ainsi qu’à toute sa famille et ses proches, leurs condoléances émues. »

Aharon Boyadjian « il m’a laissé une très bonne impression lors de notre rencontre »
Même tristesse pour notre collaborateur des Nouvelles d’Arménie Magazine, Aharon Boyadjian qui avait rencontré Michel Kitabdjian pour la première fois à Paris en 1978. Aharon Boyadjian dont le père, Khatchadour Boyadjian fut au Liban le 1er arbitre international arménien de la FIFA du Liban et également le 1er Arménien dans le monde en 1963, nous a évoqué sa rencontre avec Michel Kitabdjian au siège de la Fédération Française de Football.

« Il m’a laissé l’impression d’un homme posé, souriant, engagé dans sa passion du football français et de l’arbitrage. Quelqu’un de gentil, plein d’humilité et très ouvert qui m’a fait visiter le siège de la Fédération » nous confie Aharon Boyadjian et ajoute « il ne connaissait pas mon père, mais après sa présentation, il me demandait des nouvelles de lui ».

Notre rédaction présente également ses condoléances à sa famille.

Krikor Amirzayan

par Krikor Amirzayan le jeudi 19 mars 2020
© armenews.com 2021


 


 
Thèmes abordés