Soutenez Armenews !
UN ARTISTE PROMETTEUR Rubrique

Concert à Lille de Hakob Ghasabian


« Hakob Ghasabian, retenez ce nom », je l’avais déjà écrit et, aujourd’hui, je peux le répéter avec une encore plus grande conviction.
Il est si jeune, si talentueux et déjà vainqueur du concours de musique classique « Prodiges » dans la catégorie « chant », diffusé sur France 2.

<span class="caps">JPEG</span> - 1.6 Mo

La presse française a publié plusieurs articles sur Hakob, et ses interprétations ont déjà été diffusées sur les chaînes de télévision nationales françaises.

Hakob, depuis son plus jeune âge, a participé à de grands concerts, accompagné par des orchestres symphoniques tant en France qu’en Arménie.
Son premier concert solo était très attendu par Hakob et son public.

<span class="caps">JPEG</span> - 1.3 Mo

Le 8 décembre 2019, nous sommes à Lille, dans la salle « Le Grand Sud » où a lieu le concert de Hakob Ghasabian.
La salle est comble, je suis assise à côté de la chanteuse et violoniste Shushana Vardanian, venue spécialement de Paris, malgré la grève, pour assister au concert.

<span class="caps">JPEG</span> - 525.7 ko

En attendant le début du concert, nous discutons. Shushana se remémore ses premiers pas sur la scène, effectués également à un très jeune âge, notamment dans l’émission de Michel Drucker où elle avait à peine 18 ans. Elle me confie qu’alors, avec la fraicheur de sa jeunesse, elle ignorait le trac qui va en s’accroissant avec l’expérience.

Maintenant, Hakob prend possession de la scène, avec ses musiciens, comme un grand professionnel.
Le public est immédiatement sous son charme. Comme d’habitude, il brille avec talent.
Quand Hakob est sur scène, le public oublie son âge, il n’a pourtant que 16 ans.
C’est un grand artiste qui crée une communion avec son public, lequel ne verra pas passer les presque 2 heures du concert.

<span class="caps">JPEG</span> - 500.5 ko

Quelle voix, quelle énergie…
Le public est emporté par ce jeune artiste qui anime brillamment son concert.
Son répertoire est très riche et éclectique. Il passe de Elvis Presley à Patrick Fiori, de Louis Armstrong à Patrick Bruel, Queen, les Beatles et bien évidemment son chanteur favori, Charles Aznavour, dont les chansons ont une place toute particulière dans son concert.

Lorsque Hakob interprète la chanson « Hallelujah » de Leonard Cohen, j’ai l’impression que le compositeur canadien l’a écrite pour lui, tellement il se l’est appropriée avec talent.

Hakob chante également en duo avec la magnifique Jacqueline Baghdasaryan, « Une vie d’amour » de Charles Aznavour et, en espagnol, « Historia de un amor » de Carlos Eleta Almarán.

<span class="caps">JPEG</span> - 473.7 ko

Le merveilleux son du duduk joué par Vahé Derkaloustian a résonné dans la salle pour le chant « Horovel » de Komitas avec lequel Hakob a ému l’ensemble du public, qu’il soit d’origine arménienne ou non.

Hakob a invité sur la scène la troupe de danse « Nazani », sous la direction de Arminé Khachatryan-Altounian, pour assurer deux jolis intermèdes.

Ce concert n’aurait pas pu avoir lieu sans l’immense travail effectué dans l’ombre par Siranouche Babikian, la maman de Hakob, et par l’investissement de Toros Ghasabian, le frère de Hakob, trésorier de l’association Hay-Art qui a organisé le concert.

Etaient également présents dans la salle, la Maire de Lille, Madame Martine Aubry, accompagnée de ses adjoints à la culture, ainsi que l’adjoint au Maire de Oignies en charge de la culture, Monsieur Patrick Callot, venus pour soutenir ce jeune talent fier de son appartenance à la région des Hauts-de-France et très reconnaissant à sa ville natale de Lille où il a fait ses premiers pas il y a quelques années sur la même scène.

Texte de Monika Arakelyan
Photos de Florent Petit

par Carolik le vendredi 20 décembre 2019
© armenews.com 2020