ARMENIE

Conférence de presse suite au scandale des écoutes


L’armée a non seulement participé à la répression des manifestations postélectorales en Arménie en 2008, mais a également tiré sur la foule et des immeubles résidentiels, a accusé hier un haut responsable arménien.

Sasun Khachatrian, chef du Service spécial d’enquête (SIS), a tenu une conférence de presse conjointe avec le directeur du Service de la sécurité nationale (SNS), Artur Vanetsian. Cette conférence a été organisée à la dernière minute, suite au scandale des écoutes téléphoniques qui a éclaté hier.

Une source anonyme a divulgué à la presse un enregistrement secret de conversations téléphoniques concernant les poursuites engagées contre l’ancien président Robert Kotcharian et d’autres anciens responsables en relation avec les événements meurtriers des 1er et 2 mars 2008, dans une tentative apparente de montrer que l’administration du Premier ministre récemment élu, Nikol Pachinian, aurait influencé le pouvoir judiciaire dans des affaires connexes.

Pachinian, qui est arrivé au pouvoir suite aux manifestations pacifiques du printemps dernier et sur un programme de réformes politiques et de lutte anti-corruption, a écarté les accusations, soulignant que son gouvernement « ne cèdera pas au chantage ».

Kotcharian et plusieurs autres anciens hauts responsables sont accusés d’avoir violé la Constitution en ordonnant l’utilisation de l’armée pour réprimer les manifestations de l’opposition à la suite d’une élection présidentielle contestée en 2008. Dix personnes, dont deux agents de sécurité, ont été tuées.

L’enquête sur les événements qui ont eu lieu pendant les dix années de présidence de Serge Sarkissian, allié de longue date de Kotcharian et son successeur, n’a révélé qu’aucune personne ne pouvait être accusé pour ces meurtres.

Après le changement de gouvernement, l’ex-président Kotcharian a été arrêté le 28 juillet, mais une cour d’appel l’a libéré le 13 août, estimant que la Constitution lui accordait une immunité de poursuites. Les procureurs ont interjeté appel de la décision devant une instance judiciaire supérieure. Dans l’intervalle, il a été décidé de ne pas laisser Kotcharian quitter l’Arménie en attendant que l’enquête soit menée.

À la conférence de presse d’hier en fin de journée, le chef du SIS, Khachatrian, a révélé certains détails de l’enquête, arguant que les enquêteurs avaient des preuves de la participation de l’armée aux événements.

« Notre enquête a déjà établi que l’armée a non seulement participé aux événements des 1er et 2 mars 2008, mais a également tiré en direction de personnes, d’appartements, c’est-à-dire que l’armée a pleinement participé à ces actions. Deuxièmement, je veux divulguer plus de détails que je ne voulais vraiment pas faire, mais c’est l’occasion pour cela. La population doit le savoir. Après l’ordre secret où il a été décidé de rassembler des militaires de différentes unités militaires à Erevan, peu de soldats étaient en service aux postes-frontières, ce qui a créé une situation très dangereuse, vous savez qu’il y avait un raid [d’un commando azerbaïdjanais] ", a mis en lumière Khachatrian.

Selon lui, la chose la plus honteuse qui soit arrivée à l’armée à cette époque était que les dirigeants du pays « ont transformé les soldats en mercenaires et les ont utilisés contre le peuple ».

« Dans le cadre de l’affaire pénale, il a déjà été établi que, après le 23 février 2008 et jusqu’au 8 mars 2008, les oligarques ont donné de l’argent aux soldats pour les protéger, pour protéger leurs biens et leurs aspirations politiques », a poursuivi le chef du SIS, montrant un registre original « avec les noms et signatures des soldats et de leurs commandants, ainsi que les montants des paiements effectués à partir des comptes bancaires des oligarques et des hauts fonctionnaires ».

Lorsqu’on lui a demandé si le SIS allait rendre ces noms publics, Khachatrian a répondu : « Je donnerai les noms plus tard. Pourquoi les nommer maintenant ? Si ce n’est pour leur donner l’opportunité de fuir ? »

par Claire le mercredi 12 septembre 2018
© armenews.com 2018


 

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés