Soutenez Armenews !
Soutenez Armenews !
TRANSPORT Rubrique

Le Parlement discute d’un allégement fiscal pour les compagnies aériennes low cost


Le Parlement a débattu mardi d’une proposition de réduction de la taxe sur l’aviation qui, selon le gouvernement, attirerait des compagnies aériennes étrangères low cost dans le pays.

L’un de ces transporteurs à bas coûts, Ryanair, a annoncé en octobre qu’il commencerait ses vols entre Erevan et Milan, ainsi qu’entre Erevan et Rome en janvier, avant d’ouvrir deux autres vols l’été prochain. L’annonce a été bien accueillie en Arménie, les responsables gouvernementaux prévoyant une baisse significative du coût du transport aérien et une impulsion majeure pour le secteur du tourisme intérieur.

La décision de Ryanair est censée être liée à une promesse du gouvernement d’exempter la société d’une taxe fixe de 21 USD prélevée sur chaque billet d’avion vendu dans le pays. L’allégement fiscal s’appliquerait également à toute autre compagnie aérienne qui lance des vols vers de nouvelles destinations en provenance d’Arménie.

Tatevik Revazian, présidente de la Commission arménienne de l’aviation civile, a de nouveau défendu l’incitation financière proposée en présentant un projet de loi du gouvernement en conséquence devant l’Assemblée nationale.

« Nous sommes en train d’encourager le lancement de nouvelles liaisons qui n’ont pas été exploitées depuis 12 mois, a-t-elle déclaré au Parlement. Nous avons posé cette condition afin que les compagnies aériennes opérant actuellement [en Arménie] ne ferment pas leurs routes existantes et sollicitent ce privilège [fiscal] ».

« En même temps, nous obligerons les compagnies aériennes à effectuer leurs vols [hors taxe] pendant une année entière », a ajouté Revazian.

De nombreux députés, y compris des membres de l’alliance au pouvoir Mon pas, ne semblaient pas convaincus. Certains d’entre eux craignaient que les nouveaux venus sur le marché intérieur de l’aviation civile acquièrent ainsi un avantage concurrentiel injuste par rapport aux compagnies aériennes étrangères et nationales qui opèrent depuis longtemps en Arménie.

Deux députés, dont Karen Hambardzumian, de Mon pas, ont suggéré que le gouvernement supprime totalement la prétendue « taxe aérienne ». Hambardzumian a expliqué que la perte estimée à 11 milliards de drams (23 millions de dollars) du produit annuel de ce droit serait compensée par les revenus d’un plus grand nombre de touristes en visite en Arménie.

La commission parlementaire sur les questions économiques a approuvé l’allégement fiscal proposé tout en exprimant des réserves à ce sujet. Le président du comité, pro-gouvernemental, Babken Tunian, a confié qu’il espérait que le projet de loi serait modifié avant d’être adopté par le Parlement en dernière lecture.

« Je vois des risques sérieux dans cette affaire car certaines compagnies aériennes pourraient se retrouver en difficulté à cause de ce projet de loi, a prévenu Tunian face à ses collègues législateurs. Prenez Air France, par exemple, qui dessert l’Arménie depuis l’aéroport Charles de Gaulle de Paris... Une compagnie aérienne à bas prix pourrait profiter de ce privilège et se rendre en Arménie depuis un autre aéroport parisien. »

Le projet de loi devrait donc être modifié pour préciser que les nouvelles destinations de vol désignent de nouvelles villes plutôt que des aéroports, a proposé Tunian.

par Claire le mercredi 4 décembre 2019
© armenews.com 2019


 

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200




 
Thèmes abordés