ARMENIE Rubrique

Une société française sous le coup d’une enquête pour corruption en Arménie


Les autorités chargées de l’application des lois en Arménie ont ouvert une enquête pénale sur ce qu’elles appellent des pratiques de corruption des autorités de réglementation des services publics et d’une société française exploitant le réseau de distribution d’eau du pays. La société Veolia Jur a violemment condamné lundi les allégations de la police arménienne. Une déclaration de la police a indiqué que, fin 2017, le président de la Commission de réglementation des services publics (PSRC), Robert Nazarian, et sept autres hauts responsables de l’organisme de réglementation se sont rendus en France pour une visite entièrement financée par Veolia Jur. L’opérateur de l’eau, qui fait partie du géant français des services publics Veolia, a pris en charge des frais de déplacement et d’hébergement totalisant plus de 26 000 dollars.

La déclaration exigeait que ces paiements équivalaient à un pot-de-vin que le directeur général de Veolia Jur, Christian Lefaix, et un autre cadre supérieur ont payé en échange de la décision subséquente du PSRC d’autoriser l’entreprise à augmenter le prix de l’eau potable. La police a également déclaré avoir constaté des irrégularités financières dans les contrats de Veolia avec des fournisseurs arméniens d’une valeur de 3,7 milliards de drams (7,7 millions de dollars). L’enquête préliminaire a été lancée par un collaborateur du Premier ministre Nikol Pashinian. Elle sera désormais poursuivi par un autre organisme chargé de l’application de la loi, le Service spécial d’enquête (SIS). Un porte-parole de SIS a déclaré lundi que personne n’avait encore été officiellement accusé en relation avec l’enquête.

Veolia Jur a exprimé son « indignation » face aux allégations, accusant la police de violer la présomption d’innocence avant l’achèvement de l’enquête. « La société n’accepte pas le ton incriminant de la police », a-t-elle déclaré dans un communiqué. Un porte-parole de l’opérateur a promis de donner des explications plus détaillées. La PSRC a également rejeté les accusations « sans fondement ». Un communiqué de la commission a déclaré que le voyage de 2017 en France faisait partie du « partage d’expériences » qui ne préjuge pas des décisions de la commission. Veolia a géré le réseau d’eau et d’assainissement d’Erevan de 2007 à 2016. Elle est responsable de l’approvisionnement en eau dans tout le pays depuis novembre 2016. Son contrat de gestion de 15 ans avec le gouvernement arménien signé à l’époque prévoyait des augmentations annuelles du prix de l’eau qui pourraient être annulées après 2023. it.

Au début du mois, la société Veolia a demandé à la PSRC d’augmenter ses prix de 7% supplémentaires, affirmant qu’elle avait besoin de revenus supplémentaires pour améliorer son réseau d’eau vieillissant. Inessa Gabayan, récemment nommée à la tête du Comité d’État sur les ressources en eau, s’est vivement opposée à la mesure proposée. Citant une récente série de ruptures de conduites d’eau et d’autres accidents à Erevan et à l’extérieur, elle a déclaré que de nombreux Arméniens n’étaient pas satisfaits de l’entreprise. Veolia a réussi à éliminer le rationnement de l’eau de l’ère soviétique dans la grande majorité des quartiers d’Erevan après avoir pris le contrôle du réseau municipal. « En 2030, toute la population arménienne sera approvisionnée en eau potable [24 heures sur 24] grâce à Veolia », a promis la compagnie en novembre 2016.

par Stéphane le samedi 1er septembre 2018
© armenews.com 2019


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...