JUSTICE Rubrique

De graves accusations de corruption à l’encontre du frère de Serge Sarkissian


Les forces de l’ordre ont porté de nouvelles accusations de corruption encore plus graves à l’encontre d’un frère de l’ancien président Serge Sarkissian, qui aurait apparemment fui l’Arménie avant d’être mis en accusation l’an dernier.

Le comité d’enquête a déclaré que Levon Sarkissian était intervenu illégalement dans un projet de 250 millions de dollars visant à la reconstruction d’importantes autoroutes arméniennes, dans le but de s’enrichir et d’enrichir deux hommes d’affaires liés à lui. Il a été accusé de corruption et de blanchiment d’argent.

Les accusations, pour lesquelles on peut encourir entre six à douze ans de prison, ont été portées dans le cadre de l’enquête pénale en cours devant le Comité d’enquête sur des abus financiers qui auraient été commis au cours de la mise en œuvre d’un projet de route Nord-Sud.

Le mois dernier, l’agence chargée de l’application de la loi a déposé des accusations de fraude et de détournement de fonds contre l’un des dirigeants d’une entreprise espagnole sous contrat avec l’ancien gouvernement arménien en 2012 pour la remise à niveau de plus de 90 kilomètres de routes.

Les deux premières autoroutes reconstruites reliant Erevan aux villes d’Ararat et d’Ashtarak ont ​​été inaugurées à la fin de 2015. Toutefois, la société Corsan Corviam Construccion n’a jamais reconstruit la route restante, longue de 40 kilomètres.

Dans une déclaration publiée mardi, la commission d’enquête a affirmé que les sous-traitants arméniens de Corsan avaient été choisis non pas par la firme espagnole, mais par Levon Sarkisian. Il a précisé que ce dernier avait attribué ces contrats en contrepartie des commissions promises par les sous-traitants.

Le directeur de l’une de ces sociétés a versé à Sarkissian jusqu’à la moitié de ses bénéfices escomptés, selon le communiqué. Le comité n’a pas nommé de noms ni précisé le montant total des sommes d’argent prétendument versées à Sarkissian.

Il a ajouté avoir émis des mandats d’arrêt internationaux à l’encontre de Sarkissian et des deux propriétaires d’une autre société arménienne qui, selon lui, ont collaboré avec le frère de l’ex-président dans le cadre du « stratagème criminel ».

Levon Sarkissian avait déjà été accusé d ’« enrichissement illégal » après que des inspecteurs des impôts ont découvert en juin 2018 que ses deux enfants et lui-même détenaient près de 7 millions de dollars en dépôts non déclarés dans une banque arménienne.

En vertu du droit arménien, de telles déclarations de patrimoine sont obligatoires pour les hauts responsables de l’État et les membres de leur famille. Cette obligation légale s’appliquait à Sarkissian car il avait travaillé comme ambassadeur itinérant au ministère des Affaires étrangères arménien jusqu’à ce que son frère aîné soit renversé a la suite de la Révolution de velours d’avril/mai 2018.

Sarkissian aurait quitté l’Arménie peu de temps avant d’être mis en accusation. Il n’a fait aucune déclaration publique depuis. Le chef du Service national de sécurité (SNS) d’Arménie, Artur Vanetsian, a dit plus tôt cette année qu’il vivait maintenant au Liban.

Le deuxième frère de Serge Sarkissian, Aleksandr, fait également l’objet de poursuites. Il a été accusé de fraude en février, plusieurs mois après que le SNS a gelé son compte bancaire de 30 millions de dollars dans le cadre d’une enquête criminelle distincte.

Aleksandr Sarkissian, mieux connu sous le nom de « Sashik », a évité l’arrestation et a même été autorisé à quitter temporairement le pays après avoir accepté de transférer l’intégralité de cette somme au budget de l’État.

par Claire le mercredi 11 septembre 2019
© armenews.com 2019