FRANCE-ARTSAKH Rubrique

Plus de 400 signatures pour la pétition : « Non ! L’amitié entre la France et le peuple arménien de l’Artsakh ne peut être arrêtée »


La pétition lancée il y a quelques semaines par l’association culturelle « Arménia » (Valence) a atteint le seuil des 400 signataires avec 420 signatures à ce jour.
Elle continue encore et vous pouvez signer en ligne à l’adresse :
https://www.change.org/p/le-gouvernement-français-non-l-amitié-entre-la-france-et-le-peuple-arménien-de-l-artsakh-ne-peut-être-arrêtée?recruiter=350210496&utm_source=share_petition&utm_medium=facebook&utm_campaign=share_petition&utm_term=Search%3ESAP%3EFR%3EBrand%3EProper%3EBMM&recruited_by_id=07d06640-78ec-11e3-ad0f-dd95790e3ae2

Près de la moitié des signataires ne sont pas d’origine arménienne et n’ont pas de patronymes arméniens. Signe que l’Artsakh et l’amitié entre la France et le peuple arménien de l’Artsakh ne sont pas de vains mots.
Ci-dessous le texte de la pétition :
Les tribunaux administratifs français viennent d’annuler les Chartes d’Amitié entre plusieurs villes de France -dont Valence, Bourg-Lès-Valence, Bourg-de-Péage, Arnouville et le département de la Drôme- avec des villes de la République de l’Artsakh.

Le peuple arménien d’Arménie et de l’Artsakh partagent les mêmes valeurs judéo-chrétiennes et occidentales de la France et de l’Europe dont ils sont membres. L’amitié franco-arménienne plonge ses racines dans l’histoire. Le dernier roi d’Arménie, Léon VI de Lusignan est d’ailleurs mort en France et repose à la basilique de Saint-Denis en région parisienne. La Francophonie dont le 17e sommet s’est déroulé à Erévan en Arménie -avec un hommage au chanteur franco-arménien Charles Aznavour- n’était que le dernier reflet de cette amitié entre la France et l’Arménie.

La délégation valentinoise emmenée par le maire de Valence, Nicolas Daragon s’est récemment rendu en Artsakh et a confié à Bako Sahakian le président de l’Artsakh que « rien ne peut empêcher notre amitié, la profonde amitié entre la France et Arméniens tant d’Arménie que de l’Artsakh ».
L’annulation des chartes d’amitié par les tribunaux administratifs français est une commande de l’Azerbaïdjan qui désire mettre sous pression les 700 000 Français d’origine arménienne et exige ces annulations en contrepartie de commandes d’armes. Et cette pression soudaine de la France obéit à la vente d’armes à l’Azerbaïdjan qui monnaye ses pétrodollars en échange de l’arrêt des relations des villes françaises avec des villes de l’Artsakh.

Aujourd’hui la décision des tribunaux administratifs français nous afflige. Car l’amitié entre les peuples est un pas important pour l’installation de la paix en Artsakh. Rien ne peut arrêter cette amitié profonde entre les Français et ses citoyens d’origine arménienne et le peuple arménien de l’Artsakh. Une amitié que nous développerons. Mais les armes vendues par la France à l’Azerbaïdjan risquent de mettre en péril la vie de dizaines de milliers de civils Arméniens vivant en Artsakh. Car l’Azerbaïdjan qui est l’un des derniers Etats dictatoriaux de la planète et qui est en conflit contre l’Artsakh visera à utiliser ces armes contre la population de l’Artsakh. Aujourd’hui cette décision de la France d’annuler ces Chartes d’Amitié avec l’Artsakh met en danger le peuple de l’Artsakh.
Nous dénonçons cette décision absurde de la France ainsi que sa vente d’armes à l’une des dernières dictatures de la planète qui est en conflit contre l’Arménie et l’Artsakh.

NON A L’ANNULATION DES CHARTES D’AMITIE AVEC L’ARTSAKH

Association culturelle « Arménia »

par Krikor Amirzayan le samedi 13 juillet 2019
© armenews.com 2019


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés