DIPLOMATIE Rubrique

L’Arménie et l’Azerbaïdjan poursuivent leurs négociations de paix


L’Arménie et l’Azerbaïdjan ont réaffirmé, lundi 15 avril, leur volonté de renforcer le régime de cessez-le-feu dans la zone du conflit du Haut-Karabagh, et de mettre en œuvre d’autres mesures de confiance, à l’occasion de nouveaux pourparlers de paix sous l’égide du ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov. S. Lavrov recevaient ses homologues arménien et azerbaïjanais, Zohrab Mnatsakanian et Elmar Mammadyarov, qu’ils réunissaient autour de la table des négociations, un peu plus de deus semaines après le sommet arméno-azerbaïdjanais de Vienne. Les trois ministres ont été rejoints à Moscou, par les médiateurs américain, russe et français coprésidant le Groupe de Minsk de l’OSCE. “Les ministres ont souligné leur intérêt pour une stabilisation plus nette de la situation dans la zone du conflit, en particulier durant les périodes cruciales pour les travaux agricoles”, indique le texte de la déclaration commune corédigée par les participants aux discussions. “Ils ont aussi convenu de prendre des mesures, sur une base mutuelle, afin de permettre aux familles de rendre visite à leurs proches maintenus en captivité dans les centres pénitentiers respectifs des parties du conflit”, ajoute la declaration.

“Les ministres expriment leur volonté d’engager un travail concret en vue d’établir des contacts entre les peuples, y compris par la voie de visites mutuelles de représentants des media”, précise le texte, en écho aux engagements formulés précédemment par les parties à l’appel des médiateurs internationaux, de “préparer les peuples des deux pays à la paix plutôt qu’à la guerre”. Le texte souligne que les discussions de Moscou s’inscrivent dans le prolongement des engagements pris par le premier ministre arménien Nikol Pachinian et le président azerbaïdjanais Ilham Aliev lors de leur rencontre au sommet à Vienne le 29 mars. Tant I. Aliev que N.Pachinian avaient donné un avis très largement positif sur le sommet, qui leur a permis d’officialiser un dialogue entamé à l’occasion des trois rencontres qu’ils avaient eues au cours des dix mois précédents, même si les interprétations ont divergé sur certains points de ce dialogue. Quelques jours après la rencontre de Vienne, N.Pachinian avait en effet reproché en termes vifs à I.Aliev d’avoir affirmé que la question de la participation du Karabagh aux discussions, qui lui est chère, aurait été retiree de l’ordre du jour.

Par ailleurs, on note une diminution des violations du cessez-le-feu le long de la frontière arméno-azérie et de la ligne de contact entourant le Karabagh depuis la première rencontre entre MM.Pachinian et Aliev à Douchanbe, au Tadjikistan, en marge d’un sommet de la CEI en septembre 2018, même si les autorités du Karabagh font état de tirs persistants visant les positions arméniennes depuis les lignes azéries.

MM.Lavrov, Mnatsakanian et Mammadyarov ont par ailleurs indiqué qu’ils avaient “échangé des points de vue argumentés et détaillés sur les aspects majeurs du processus de règlement”. On ne sait toutefois si ces discussions ont permis aux parties en conflit d’harmoniser leurs positions concernant le plan de paix propose par les Etats-Unis, la Russie et la France depuis plus d’une décennie. Leur communiqué se contente de préciser qu’ils “poursuivront leurs contacts dans un proche avenir”.

par Garo Ulubeyan le mardi 16 avril 2019
© armenews.com 2019


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés