Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Géorgie


COMMUNIQUÉ
Lettre de Monseigneur Vahan Hovhanessian à l’Ambassadeur de Géorgie

Dans une lettre adressée à l’Ambassadeur de Géorgie en France et dans un communiqué publique, Son Excellence Monseigneur Vahan Hovhanessian, Legat Pontifical pour l’Europe Occidentale et Primat du Diocèse de France, a exprimé son inquiétude face à la situation en Géorgie. Au nom des Arméniens vivant en France, aux Pays-Bas, en Italie, en Belgique, en Espagne, au Portugal et au Luxembourg, Son Excellence a déclaré à l’Ambssadeur « Votre Excellence, soyez certaine que dans leur unanimité les Français et Européens d’Origine Arménienne que j’ai l’honneur de servir dans mon ministère, ainsi que leur amis, sont outrés par ce genre d’actions d’une ère révolue et de surcroît de la part d’un pays européen tel que la Géorgie qui, de plus, est historiquement chrétienne. ». Son Excellence ajoute dans le Communiqué que “Nous sommes outrés par ce genre d’actions d’une ère révolue et de surcroît de la part d’un pays européen tel que la Géorgie qui, de plus, est historiquement chrétien.“. La situation dans le village de Gumburdo a été détériorée il y a environ une semaine.

LES EVENEMENTS QUI ONT EU LIEU SAMEDI 30 SEPTEMBRE DANS LE VILLAGE DE GUMBURDO DANS LA REGION DE SAMTSKHE-JAVAKHETIE

C’est avec une profonde indignation que nous avons appris les événements qui ont eu lieu Samedi 30 septembre dans le village de Gumburdo dans la Région de Samtskhe-Javakhetie. Les habitants d’origine Arménienne du village de Gumburdo souhaitaient ériger un « Khatchkar » (croix en pierre) dans la cour de l’Eglise de leur village où reposent depuis plusieurs générations les ossements de leurs aïeuls. Samedi 30 Septembre, ils ont été violemment attaqués par les Forces Spéciales Géorgiennes dépêchées de Tbilissi pour leur faire obstacle et les empêcher d’accomplir leur voeu pacifique et religieux À la suite de cette action, d’une extrême agressivité des forces spéciales, de nombreux villageois ont été blessés et les ossements de leurs aïeuls ont été dispersés.

L’Histoire des Arméniens, ancienne comme plus récente, est jalonnée de tels agissements qui se sont produits dans des pays tels que l’Empire Ottoman, la Turquie ou l’Azerbaïdjan, avec des pratiques d’oppression barbares envers les populations chrétiennes et plus particulièrement arméniennes.

Nous sommes outrés par ce genre d’actions d’une ère révolue et de surcroît de la part d’un pays européen tel que la Géorgie qui, de plus, est historiquement chrétien.

Nous avons fait part de notre stupéfaction et de notre condamnation de tels actes à Son Excellence, Madame l’Ambassadeur de Géorgie en France.

Nous sommes très préoccupés pour la sécurité de nos compatriotes du village de Gumburdo ainsi # # # Paris, le 5 octobre 2017

posté le 7 octobre 2017 par Ara/armenews


DJAVAKHK
Heurts entre Arméniens de la localité de Koumbourto au Djavakhk et les unités spéciales de la police géorgienne

Samedi 30 septembre des heurts se sont produits à Koumbourto au Djavakhk (région de Géorgie peuplée en majorité par les Arméniens) entre Arméniens et forces de l’ordre. Des blessés seraient recensés dans les deux camps.

JPEG - 15.7 ko

Les Arméniens désiraient réunir les ossements de leurs aïeuls se trouvant dans la cour de l’église arménienne du Xe siècle en rénovation et les placer près d’un khatchkar arménien. Mais les autorités géorgiennes de sont opposées au placement d’un khatchkar. Les policiers des unités spéciales de la police, dépêchés sur place ont affirmé qu’ils avaient ordre d’interdire le placement du khatchkar. Mais la population arménienne de Koumbourto a manifesté son opposition en affrontant la police. L’ancien député de la région, Achot Saharian -candidat aux élections parlementaires- a demandé à la communauté arménienne de ne pas affronter les forces de l’ordre et de placer le khatchkar le 4 octobre. Il a affirmé que tout serait réglé d’ici le 4 octobre. Mais les Arméniens ont demandé des garanties. Le ministre géorgien de l’Intérieur, Georgui Mhebriashvilli était attendu dans la journée à Koumbourto. Samvel Manoukian, le député arménien du Parlement de Géorgie était en cours de négociation entre les habitants Arméniens de Koumbourto et les autorités géorgiennes.

Krikor Amirzayan

posté le 1er octobre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


UKRAINE
Saakachvili résolu à rentrer en Ukraine dimanche

Varsovie, 5 sept 2017 (AFP) - L’ancien président géorgien Mikheïl Saakachvili reste déterminé à rentrer dimanche en Ukraine, en dépit de la demande d’extradition à son encontre adressée par Tbilissi à Kiev, a-t-il déclaré mardi soir à l’AFP.

M. Saakachvili, 49 ans, avait dirigé la Géorgie pendant une décennie et mené des réformes applaudies par l’Occident. Mais, autoritaire et responsable du désastre militaire face à la Russie en 2008, il est parti en disgrâce pour l’Ukraine, où il a été naturalisé et nommé gouverneur de la région d’Odessa. Il veut regagner ce pays pour contester la décision de Kiev de le priver de sa citoyenneté ukrainienne alors qu’il se trouvait à l’étranger. Et pour reprendre son action politique.

A ses yeux, la demande d’extradition géorgienne est inspirée par des “oligarques“ qui craignent sa présence en Ukraine, où il a notamment combattu la corruption.

Mikheïl Saakachvili est recherché par la justice de son pays pour “abus de pouvoir“, une accusation qu’il affirme motivée par des intérêts politiques. Mais il considère que “la loi est de son côté“ dans les deux pays et souhaite se défendre contre l’extradition devant les tribunaux ukrainiens.

“Maintenant ils menacent directement de me déporter en Géorgie. Mais, pour cela, il faut que je sois physiquement présent en Ukraine, il faut me laisser entrer en Ukraine, il faut suivre la procédure judiciaire“, a-t-il dit dans une interview téléphonique.

“Je suis patriote ukrainien“, a-t-il expliqué, rappelant qu’il avait passé une bonne partie de sa vie en Ukraine. “J’ai un parti politique que je dirige en Ukraine (...) j’ai des obligations envers les gens qui me soutiennent“. “L’Ukraine, ce n’est pas fini, nous devons nous battre et achever les réformes“, a-t-il ajouté.

C’est pourquoi, a-t-il expliqué, il se refuse à prendre la citoyenneté d’un autre pays européen. Père de deux enfants hollandais, il pourrait devenir citoyen des Pays-Bas, et il a été encouragé à prendre la nationalité lituanienne ou polonaise.

Saakachvili s’attend à être accueilli à la frontière par “des dizaines de parlementaires“ ukrainiens et des “milliers de sympathisants“. Il ne craint pas d’être “kidnappé“ à son arrivée et envoyé séance tenante en Géorgie : “ce serait un grossier acte criminel ordonné par le président“.

Mercredi, il se rend à Bruxelles pour rencontrer des parlementaires européens amis. Dans ce contexte, il déplore le “silence“ de la Commission européenne à son sujet.

Dimanche, il dit vouloir entrer en Ukraine par la route venant de Pologne.

posté le 7 septembre 2017 par Ara/armenews


MILITAIRE
Un diplomate américain loue la participation de l’Arménie à des entraînements de l’OTAN

Un diplomate des États-Unis a loué vendredi l’armée arménienne pour avoir participé aux derniers exercices militaires dirigés par l’OTAN en Géorgie. Il a assuré qu’il s’agissait là d’un « excellent exemple de la capacité de l’Arménie à équilibrer ses intérêts ».

“L’Arménie devrait être très fière“, a déclaré Richard Mills, ambassadeur américain à Erevan. “C’était le seul membre [de l’Organisation du Traité de sécurité collective] lors de cet exercice“.

“Et il a été un élément très important à cet exercice militaire avec les unités médicales qui ont soutenu tous les autres pays qui ont participé“, a-t-il ajouté. “Cela a aidé l’armée arménienne, et, je pense, cela a aidé la sécurité en Europe dans son ensemble“.

Les exercices qui ont duré deux semaines, en débutant fin juillet, ont impliqué environ 2 800 soldats des États-Unis, de la Géorgie, de la Grande-Bretagne, de l’Allemagne, de la Turquie, de l’Ukraine, de la Slovénie et de l’Arménie. Le vice-président américain Mike Pence a visité les troupes participantes lors d’un voyage du 1er août en Géorgie.

La participation d’une trentaine de soldats arméniens dans les forêts nommés « Noble Partner » a souligné la politique de l’Arménie consistant à compléter l’alliance militaire avec la Russie par des liens de sécurité plus étroits avec l’Occident.

“L’Arménie fait un bon travail en équilibrant ses relations avec tous ses voisins“, a affirmé Mills. “Cela comprend aussi bien la Russie, que l’Iran, mais aussi les États-Unis et l’Union européenne“.

“Le but de nos amis arméniens est de veiller à ce que l’Arménie puisse prendre ses propres décisions souveraines, qu’elle puisse choisir son modèle économique et politique“, a précisé Mills. “Et nous voulons aider l’Arménie à continuer de faire des choix souverains et à veiller à ce qu’elle ne soit pas excessivement influencée ou forcée par d’autres à suivre certains chemins que l’Arménie ne veut pas suivre“.

L’Arménie a approfondi la coopération en matière de défense avec les États-Unis et d’autres États membres de l’OTAN depuis le début des années 2000. Elle envoie actuellement plus de 100 soldats pour des missions dirigées par l’OTAN au Kosovo et en Afghanistan et participe régulièrement à des exercices multinationaux organisés par les militaires américains.

Ces troupes font partie de la Brigade de maintien de la paix de l’armée arménienne qui a reçu une aide considérable des États-Unis. Une rénovation financée par les États-Unis du centre de formation principal de la brigade a débuté en mars. Selon Mills, les États-Unis ont également fourni près de 50 millions de dollars de matériel militaire et ont formé plus de 200 militaires arméniens depuis 2002.

“Après les combats tragiques en avril 2016, nous nous sommes approchés de nos amis du ministère de la Défense arménien pour leur parler des enseignements à tirer en termes de structure militaire, de commandement de mission, de communication“, a également révélé le diplomate.

Mills a ajouté que le commandant de l’armée américaine de l’Europe, le lieutenant-général Ben Hodges, a discuté personnellement du problème avec les meilleurs militaires de l’Arménie lorsqu’il s’est rendu à Erevan en mai 2016.

Le diplomate a également précisé que, si Washington est engagé dans la sécurité de l’Arménie, il continuera à éviter de vendre des armes offensives à l’une des parties prenant part au conflit du Karabagh. “C’est un domaine où nous différons de la Russie“, a-t-il convenu.

Les États-Unis, la Russie et la France ont longtemps mené conjointement les efforts internationaux visant à mettre fin au conflit du Karabagh.

posté le 28 août 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



INTEMPERIES
L’Arménie se joint aux efforts de lutte contre un grand incendie en Géorgie

L’Arménie a envoyé plusieurs dizaines de pompiers vers la Géorgie voisine hier, et ce afin d’aider les autorités à lutter contre un incendie qui a éclaté dans une réserve naturelle géorgienne le week-end dernier.

Des responsables géorgiens ont signalé que l’incendie dans le parc national Borjomi-Kharagauli s’étendait sur plus de douze hectares. Ils ont précisé que les vents forts et la grande fumée entravent les efforts des pompiers géorgiens pour contenir les flammes. Le paysage raide et accidenté rend également très difficile la lutte contre l’incendie.

L’ampleur de la catastrophe a conduit le gouvernement géorgien à demander aux États voisins de l’aide. Le Premier ministre Giorgi Kvirikashvili a déclaré aux journalistes hier que l’Azerbaïdjan et la Turquie ont envoyé des hélicoptères de lutte contre les incendies et que les pompiers d’Arménie sont « en route » dans la région montagneuse du centre-sud de la Géorgie.

Le ministère arménien des Situations d’urgence a confirmé l’information. Il a envoyé vers la réserve de Borjomi une équipe de 57 personnes, dont des pompiers, des médecins et d’autres travailleurs d’urgence.

Selon l’agence de presse Armenpress, le chef du service de sauvetage du ministère, Mushegh Ghazarian, coordonnera personnellement la participation de l’équipe aux efforts de lutte contre les incendies.

Les autorités d’Erevan ont fourni cette aide quelques jours seulement après avoir éteint deux incendies de forêt massifs qui ont brûlé des centaines d’hectares de bois en Arménie après des semaines de températures exceptionnellement élevées. Ils avaient demandé à la Russie d’envoyer un Canadair pour contenir un de ces incendies qui ont éclaté dans la réserve d’état forestier de Khosrov au sud-est d’Erevan le 12 août.

Les grandes quantités d’eau larguées par l’avion Ilyushin-72 ont été déterminantes dans l’opération de lutte contre les incendies menée là-bas.

Le ministère des Situations d’urgence a précisé hier que ses pompiers continuent à mener des « travaux de post-extinction » pour prévenir de nouvelles poussées des flammes à Khosrov.

posté le 23 août 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIENS DE GEORGIE
Cours de géorgien pour les Arméniens du Djavakh

Le ministère géorgien de l’Eduction et des sciences informe que les habitants d’Akhalkalak ainsi que les autres localités du Djavakh -région de Géorgie peuplée par une majorité d’Arméniens- vont suivre des cours d’apprentissage du géorgien. A l’initiative de l’Eglise apostolique arménienne, les cours vont débuter à l’école publique « Zourab Jvania » d’Akhalkalak. Le ministère géorgien de l’Education et des sciences indique que l’école « Zourab Jvania » a préparé 130 « groupes mobiles » qui vont se rendre dans diverses localités de la région pour enseigner le géorgien à la population. Selon des sources les Arméniens qui représentent 80% de la population d’Akhalkalak ne maîtrisent pas le géorgien. Ce qui nuirait à leur statut de citoyens à part entière de Géorgie. La maitrise du géorgien pouvant leur donner des chances égales dans la société géorgienne. Selon un recensement réalisé en novembre 2014 le nombre d’Arméniens vivant en Géorgie était de 168 100 personnes.

Krikor Amirzayan

posté le 13 août 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


ARMENIE-GEORGIE
Inauguration de la maison-musée du poète arménien Hovhannès Toumanian à Tbilissi

A Tbilissi (Géorgie) l’ex-Tiflis où les Arméniens étaient majoritaires au début du 20ème siècle, fut inaugurée la maison-musée du poète arménien Hovhannès Toumanian (1869-1923) en présence de nombreux représentants de la communauté arménienne de Géorgie et des personnalités politiques venues de Géorgie et d’Arménie. L’archevêque Vazken Mirzakhanian représentant de l’Eglise arménienne en Géorgie a procédé à une bénédiction. Puis l’évêque de la région de Tavouche (Arménie), Bagrad Galstyan a prononcé quelques paroles sur l’homme et l’œuvre d’Hovhannès Toumanian surnommé « le poète de tous les Arméniens ». Hovhannès Toumanian a vécu dans cette maison de Tiflis (aujourd’hui Tbilissi) au 18 rue Davidashvilli entre 1909 et 1923. En 1952 les biens de la maison furent transportés à Erévan. La maison fut acheté par un certain Lejava un riche géorgien. Elle était ensuite destinée à être vendue à une société turco-géorgienne. Mais l’Arménie s’est portée volontaire pour l’acquérir. Le maire de Gumri, Vartan Ghoukasyan a mis à la disposition de l’achat et de la rénovation 145 000 dollars.

Krikor Amirzayan

posté le 7 août 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


CINEMA
Hostages plonge dans l’histoire de la Géorgie soviétique

Le réalisateur géorgien Rezo Gigineishvili revient sur l’histoire de son pays à l’époque soviétique à travers un fait divers dramatique dans “Hostages“, un détournement d’avion qui avait fait trois morts en 1983.

Alors que les Géorgiens ne sont pas autorisés à quitter leur pays, sept amis inséparables, enfants de la classe privilégiée, vont briser les interdits. Au lendemain du mariage de deux d’entre eux, ils décident de détourner l’avion de leur voyage de noces pour rejoindre l’Ouest. Mais rien ne se passe comme prévu.

“Depuis ma plus tendre enfance, j’ai entendu parler de l’histoire que je raconte dans ce film. Tout le monde en Géorgie connait ce qu’on appelait +l’affaire des gamins dans l’avion+“, explique le réalisateur de 35 ans, dont le cinquième long métrage sort mercredi en France.

“Hostages“ raconte fidèlement les événements de novembre 1983 quand un jeune marié profite de sa notoriété d’acteur pour embarquer sans contrôles dans un appareil, avec sa jeune épouse et ses amis, armés jusqu’aux dents.

Le détournement tourne à la tragédie et fait trois morts parmi les passagers et le personnel de bord. L’affaire secoue durement l’ex-république soviétique. Les pirates de l’air condamnés à la peine capitale sont exécutés par balles. La jeune épousée est la seule à avoir la vie sauve et écope d’une peine de prison.

Encore aujourd’hui, leurs familles ignorent où se trouvent les corps des jeunes gens.

Rezo Gigineishvili voulait comprendre ce geste : “Comment ont-ils pu, eux dont la vie était enviée (...) aller jusqu’à commettre un tel crime ?“. Deux des victimes de la prise d’otages ont été tuées par les jeunes Géorgiens, preneurs d’otages.

Le réalisateur adopte le point de vue des jeunes pirates de l’air. Sans pour autant excuser leur geste.

On découvre avec eux la vie sous le joug soviétique et les privations de liberté. On ressent aussi la montée de tension qui précède le détournement.

La violence des scènes, lors de l’attaque dans l’avion, empêche de les considérer comme des héros.

Et c’est le système totalitaire qui est mis en accusation : “+Hostages+ met en avant ce qui se passe lorsque l’idée de liberté est faussée : des pathologies se développent et mènent à la tragédie, au sens classique du terme“, explique le scénariste Lasha Bugadze.

Une tragédie portée par un casting convaincant, même si on peine à s’intéresser à chacun des sept personnages. Irakli Kvirikadze, qui incarne le jeune marié Nika, fait une première apparition remarquée.

Sa partenaire à l’écran est jouée par Tina Dalakishvili, une habituée des films de Rezo Gigineishvili. Le réalisateur l’avait lancée en 2015 avec “L’amour avec accent“, gros succès du box-office russe.

posté le 5 août 2017 par Stéphane/armenews


UKRAINE
L’ex-président géorgien Saakachvili déchu de la nationalité ukrainienne

Kiev, 27 juil 2017 (AFP) - Le président ukrainien Petro Porochenko a déchu l’ex-président géorgien Mikheïl Saakachvili de la nationalité ukrainienne qu’il lui avait accordée en 2015, ouvrant théoriquement la voie à son extradition vers son pays d’origine où il est poursuivi.

La présidence a confirmé à l’AFP que M. Porochenko avait signé le décret privant l’ex-président géorgien réformateur de sa nationalité ukrainienne au motif qu’il avait fourni “des informations incorrectes“ au moment de sa naturalisation.

“Je vais me battre pour mon droit légal à retourner en Ukraine !“ a réagi M.  Saakachvili, qui se trouve actuellement aux Etats-Unis et se retrouve apatride car il avait déjà perdu son passeport géorgien, dans une déclaration transmise à l’AFP.

Charismatique réformateur arrivé au pouvoir à la suite de la Révolution de la Rose en 2003, M. Saakachvili a dirigé la Géorgie pendant une décennie. Critiqué pour son style autoritaire et surtout pour la guerre désastreuse avec la Russie en 2008, il est désormais recherché par la justice de son pays pour “abus de pouvoir“, une accusation qu’il dénonce comme politiquement motivée.

Proche des autorités pro-occidentales arrivées au pouvoir en 2014 en Ukraine après le mouvement du Maïdan, M. Saakachvili avait obtenu un passeport ukrainien, peu avant d’être nommé gouverneur de la région d’Odessa (sud) en mai 2015. Il avait alors été déchu de sa nationalité géorgienne.

Il a démissionné de son poste à Odessa en novembre 2016, dénonçant les entraves à la lutte contre la corruption et en accusant Petro Porochenko de “piller“ les Ukrainiens.

Il avait ensuite promis de créer une nouvelle force politique en Ukraine et d’obtenir la convocation d’élections législatives anticipées. “Porochenko a décidé de me priver de ma nationalité d’une manière sournoise, alors que je me trouve en dehors du pays !“, a réagit sur Facebook M. Saakachvili.

“Tout cela constitue une preuve incontestable des hautes qualités morales de ces deux personnes, qui jouent cette fantastique tragicomédie“, a pour sa part ironisé sur Facebook le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, président au moment de la guerre entre la Russie et la Géorgie.

Cette décision intervient après une rencontre à Tbilissi entre Petro Porochenko et son homologue géorgien Guiorgui Margvelachvili la semaine dernière, au cours de laquelle les deux dirigeants ont annoncé vouloir oeuvrer ensemble pour rejoindre l’Otan et l’Union européenne.

M. Saakachvili a accusé lundi M. Porochenko de s’être en réalité rendu en Géorgie pour “une rencontre secrète“ avec le milliardaire Bidzina Ivanichvili, son ennemi juré dont le parti détient les rênes du pouvoir depuis 2012.

Le décret de M. Porochenko rend impossible le retour de l’ex-président géorgien en Ukraine, selon un député ukrainien du parti présidentiel, Serguiï Lechtchenko.

“De fait, ils forcent Saakachvili à demander l’asile en Amérique et à oublier la politique ukrainienne“, a-t-il affirmé sur Facebook.

posté le 27 juillet 2017 par Ara/armenews