Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Pashinian


DIPLOMATIE
Les liens russo-arméniens ne sont pas affectés par le changement de régime

Le récent changement de gouvernement arménien à la suite des manifestations de masse n’a pas eu d’impact négatif sur les relations étroites de la Russie avec l’Etat du Caucase du Sud, a déclaré vendredi un haut diplomate russe.

“Nous n’avons pas arrêté ou ralenti la coopération avec l’Arménie“, a assuré le vice-ministre des Affaires étrangères Aleksandr Pankin à l’agence de presse TASS. “Quand [le président russe] Vladimir Poutine a rencontré le nouveau Premier ministre d’Arménie [Nikol Pachinian], il a été confirmé que tout serait préservé. Le vecteur et la dynamique [des relations bilatérales] restent les mêmes. “

“Tous les projets relatifs à l’interaction financière, commerciale, d’investissement et humanitaire restent sur la table“, a-t-il confié. “Donc, il n’y a pas de déviation ou de réduction.“

Poutine et Pachinian se sont rencontrés dans la ville russe de Sotchi le 14 mai près d’une semaine après que ce dernier a été élu Premier ministre suite à des semaines de manifestations qui ont entraîné la démission du Premier ministre précédent, Serge Sarkissian.

Pachinian a assuré à Poutine que l’Arménie restera alliée à la Russie pendant son mandat. “Personne n’a jeté le doute et, je pense, jettera le doute sur l’importance stratégique des relations russo-arméniennes“, a-t-il souligné.

Le nouveau Premier ministre a également salué les réactions “équilibrées“ et “très constructives“ de Moscou au mouvement de protestation mené par lui.

Moscou a observé de près les événements en Arménie, déclenchés par la tentative de Sarkissian de poursuivre son pouvoir en Arménie. Dans leurs déclarations publiques, les responsables russes ont évité de prendre parti.

Pashinian a depuis déclaré à plusieurs reprises qu’il ne sortira pas l’Arménie de l’Union économique eurasienne et de l’Organisation du Traité de sécurité collective. L’ancien chef de l’opposition âgé de 42 ans avait critiqué par le passé l’appartenance de l’Arménie aux deux blocs dirigés par la Russie.

posté le 28 mai 2018 par Claire/armenews


EPILOGUE AU 31E JOUR
Après une rencontre avec N. Pachinian, G. Choukaszian met un terme à sa grève de la faim

La journée a été riche en événements : tandis que Garo Yeghnoukian était libéré à l’issue d’une audience au tribunal de Schengavit où comparaissaient plusieurs membres des Sasna Tsrer, le Premier ministre Nikol Pachinian rencontrait sur le parvis du Matenadaran l’activiste du Parlement fondateur Garegin Chougaszian qui poursuivait une grève de la faim depuis son interpellation le 24 avril dernier et sa libération conditionnelle le 11 mai.

JPEG - 373.7 ko
JPEG - 574.9 ko

Libéré, Garo Yeghnoukian retrouve sa fille.

« N’attendez pas de moi que j’aille ouvrir les portes des cellules » avait déclaré Pachinian voici quelques jours « ni que j’appelle tel ou tel juge au téléphone pour lui dicter sa conduite ». Tout au long de la crise qui avait provoqué le blocage partiel des tribunaux par les soutiens et familles de prisonniers, Pachinian répétait que chaque libération se ferait dans le cadre légal, par décision de justice. Cette orientation, bien que saluée par Choukaszian, imposait un rythme qui impatientait les familles, défiantes à l’égard du système judiciaire.

JPEG - 65.7 ko

Rien n’a encore filtré sur les paroles échangées en privé par les deux hommes, assis à l’écart sur les chaises de jardin du campement de Choukaszian au pied du Matenadaran où il avait élu domicile depuis le 12 mai. Une poignée de main scellait leur entente. Après avoir donné l’accolade à Garo Yeghnoukian et Libarid Petrossian, tous deux récemment libérés de prison, le Premier ministre a déclaré vouloir « préserver l’énergie positive de notre révolution », et qu’il est un bien pour toute la société qu’il n’existe plus de prisonniers politiques en Arménie.

JPEG - 1.8 Mo

Autour de Nikol Pachinian et Garegin Choukaszian, Alec Yenikomchian, Garo Yeghnoukian, Libarid Petrossian et Toros Sefilian.

Choukaszian ajoutait : « En dépit des entraves et du travail de sape des forces de confrontation, nous sommes parvenus à une communauté d’idées dans une confiance réciproque. Ma grève de la faim a atteint son but et je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour que l’atmosphère de tolérance mutuelle et de conciliation se maintiennent dans la société arménienne, pour que les mécanismes propres à nous débarrasser du lourd héritage de l’ancien régime soient activés. Je suis totalement satisfait. »

JPEG - 18 ko

La magistrature reste un bastion du Parti républicain et le chantier de la justice est l’un des plus sensibles dans le pays. Les semaines à venir dévoileront quelle aura été la contribution de Choukaszian à sa réforme. Rappelons que ses demandes portaient en premier lieu sur la libération des prisonniers politiques et s’étendaient aux conditions carcérales dégradantes, « dignes du goulag » selon ses propres termes, en solidarité avec tous les prisonniers du pays. Enfin, il appelle de ses vœux l’instauration d’une justice transitionnelle propice à faire la lumière sur les crimes d’Etat perpétrés durant la dernière décennie et restaurer la confiance entre l’Etat, le système judiciaire et les citoyens d’Arménie.

Myriam Gaume

posté le 25 mai 2018 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Image 450  Justice  Pashinian 


ARMENIE
Nikol Pachinian à l’épreuve de l’opposition radicale

Le premier ministre Nikol Pachinian a rejeté mercredi 23 mai les declarations des leaders d’un groupe de l’opposition radicale emprisonnés par le pouvoir precedent, en les qualifiant de “menaces de violence”.

Il a rappelé qu’il ne chercherait pas à exercer quelque pression sur la Cour en vue d’obtenir la libération de Jirayr Sefilian, Varujan Avetisian et d’autres membres emprisonnés du mouvement Parlement fondateur qui ont attaqué et occupé un poste de police à Erevan en juillet 2016. MM. Sefilian et Avetisian, qui dirigent le Parlement fondateur, ont critiqué l’hésitation de N. Pachinian à exercer des pressions en ce sens sur la justice, deux jours avant.

Dans une lettre ouverte au premier ministre élu le 8 mai à la faveur d’une Révolution de velours, ils avaient déclaré que leur maintien en détention ainsi que l’existence d’autres « prisonniers politiques » pourraient avoir de “graves conséquences” pour l’Arménie. “Comme vous le savez, le processus de liberation des prisonniers politiques a commencé et il se poursuit”, a répondu N.Pachinian en commentant la lettre. “Mais je veux être clair sur un point : on ne peut pas parler au peuple en proférant des menaces de violence et se soumettre à ces menaces de violence”, a ajouté le premier ministre, en précisant devant les journalistes : “J’espère que vous comprendrez tous que s’il y a eu un changement de la situation politique, ce changement de situation politique s’opère dans le comportement de chacun”.

N.Pachinian a aussi récusé les accusations de MM. Sefilian et Avetissian selon lesquelles il semblait se “laver les mains” du sort des militants de l’opposition radicale emprisonnés par l’ancien pouvoir en place. “Nous devons verifier ce qu’on entend par ‘se laver les mains’”, a poursuivi N. Pachinian. “S’il s’agit de mes declarations selon lesquelles je n‘entendais pas donner des ordres aux juges, alors je reste sur mes positions parce que donner des instructions à des juges pour quelque motif que ce soit, cela reviendrait à engager un processus de re‘SergeSarkisianisation’, a poursuivi le premier ministre, en expliquant qu’un seul ordre donné à un juge ruinerait le crédit d’une justice qui se veut indépendante désormais.

posté le 25 mai 2018 par Gari/armenews


ARMENIE
Nikol Pachinian remplace le chef de l’armée

Le général de l’Arménie, Movses Hakobian, a été limogé hier dans un mouvement initié par le Premier ministre Nikol Pachinian.

Un décret signé par le président Armen Sarkissian a été demandé par Pachinian conformément à la Constitution arménienne.

Le Premier ministre a annoncé le limogeage imminent d’Hakobian au début d’une réunion hebdomadaire du cabinet tenue plus tôt dans la journée. Il a annoncé qu’Hakobian serait transféré vers un autre poste.

“Je veux préciser que la décision a été prise dans une atmosphère de consentement mutuel“, a déclaré Pachinian.

Hakobian a été remplacé par le major-général Artak Davtian. Agé de 47 ans, il est le commandant du cinquième corps de l’armée arménienne depuis septembre 2017. Il avait précédemment occupé des postes supérieurs à l’état-major général.

Pashinian, quant à lui, a annoncé sa décision de nommer Hakobian en tant qu’inspecteur militaire en chef de l’Arménie.

Hakobian a été nommé chef de l’armée en octobre 2016 par le président Serge Sarkissian. Il a travaillé comme chef adjoint de l’état-major général depuis 2015.

Ce colonel-général de 53 ans est originaire du Haut-Karabagh et ancien officier de l’armée soviétique qui a servi en Afghanistan de 1987 à 1988. Il a joué un rôle important dans la guerre de 1991-1994 avec l’Azerbaïdjan.

Hakobian était le commandant de l’armée soutenue par l’Arménie du Karabagh de 2007 à 2015.

posté le 25 mai 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



Erevan
Nikol Pachinian souhaite un bon anniversaire à Charles Aznavour

Très cher Charles Aznavour,

Au nom de tout notre peuple et en mon nom personnel, je vous présente mes chaleureuses félicitations à l’occasion de votre anniversaire.

Votre vie et votre parcours artistique représentent un exceptionnel exemple de talent, de force de volonté et de victoire en servant de source d’inspiration pour des millions de personnes dans le monde entier. Ils ont valeur d’exemple également dans le contexte des changements fondamentaux actuels en Arménie, prouvant que la force de volonté humaine ne connait pas de barrière, et que tout objectif est atteignable si l’on a suffisamment de confiance, de vision, de patience de foi.

Très cher Charles Aznavour,

C’est exactement grâce à ces qualités que notre peuple a rétabli son pouvoir en avril-mai 2018. Et nous avons hâte de vous accueillir en Arménie afin que vous puissiez voir de vos propres yeux la victoire du citoyen d’Arménie, le triomphe du talent, de la vision et de la force du peuple arménien.

Je vous présente mes meilleurs vœux de santé et d’énergie inépuisable. Les services inestimables que vous avez rendus à la patrie ont toujours rempli et continuent à remplir de chaleur nos esprits et nos cœurs.

Nikol Pachinian

posté le 24 mai 2018 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Aznavour  Pashinian 


ARMENIE
Nikol Pachinian exhorte à nouveau les manifestants à cesser leur protestation

Le Premier ministre, Nikol Pachinian, a de nouveau demandé hier la fin immédiate des fermetures de routes et d’autres manifestations qui ont lieu en Arménie, affirmant qu’elles allaient “saboter“ le nouveau gouvernement.

Pachinian a déjà lancé un appel similaire le 17 mai, alors que des groupes de citoyens bloquaient les rues et les autoroutes à travers le pays et manifestaient devant des bâtiments gouvernementaux à Erevan. En conséquence de quoi pratiquement toutes ces manifestations se sont arrêtées.

En particulier, une grande rue d’Erevan a été débloquée par des dizaines de personnes exigeant la libération des membres emprisonnés d’un groupe d’opposition radical qui a lancé une attaque meurtrière contre un poste de police en 2016. Mais ils ont continué à manifester devant un tribunal d’Erevan presque quotidiennement.

En outre, un groupe de résidents de la province de Vayots Dzor, dans le sud-est du pays, a bloqué pour la quatrième journée consécutive toutes les routes menant à une mine d’or massive construite par une société américano-britannique, Lydian International, au gisement Amulsar. Ils ont exigé un arrêt permanent de toutes les opérations de construction et d’exploitation minière. Des centaines d’autres personnes travaillant pour Lydian et ses entrepreneurs arméniens n’ont donc pas pu aller travailler.

“Chers compatriotes, je vous le demande à nouveau : arrêtez toutes les actions de désobéissance civile sans exception et travaillez avec le gouvernement pour résoudre les problèmes qui vous préoccupent“, a écrit Pachinian dans un post sur Facebook.

“Prendre des mesures de désobéissance civile contre un gouvernement qui jouit de la confiance du peuple signifie prendre des mesures de désobéissance civile contre soi-même ou commettre des actes de sabotage contre le gouvernement bénéficiant de la confiance du peuple“, a t-il déploré. Il a averti que le fait de ne pas tenir compte de son appel « serait critiqué par le peuple ».

Pachinian a également diffusé un message vidéo en direct sur Facebook mardi dans la soirée dans une réponse apparente à la situation tendue autour du site minier d’Amulsar. Il a annoncé qu’il ordonnerait aux inspecteurs du gouvernement de vérifier « toutes les mines de métaux » dans le pays et, si nécessaire, d’assurer leur conformité avec les normes de protection de l’environnement et leurs obligations fiscales.

Pachinian a précisé en même temps que son gouvernement favorise une « approche explicitement équilibrée » dans le secteur minier domestique qui génère une part considérable des recettes d’exportation de l’Arménie. “Nous ne pouvons pas dire que nous allons fermer l’industrie minière arménienne“, a t-il souligné.

“Toutes nos actions doivent être professionnelles et se conformer strictement à la loi afin qu’il n’y ait pas de conséquences négatives pour l’Arménie dans les instances internationales et aussi en relation avec ce contexte positif pour le climat d’investissement“, a ajouté le Premier ministre.

Lydian a commencé à construire ses installations d’extraction et de fusion d’or à Amulsar 2016. Depuis, la société a embauché plus de 1 000 travailleurs arméniens pour la construction qui, selon elle, coûtera 370 millions de dollars en investissements. Les travaux sur la mine devraient être achevés avant la fin de cette année. Les exportations d’or de l’Arménie devraient augmenter fortement.

Les groupes arméniens de protection de l’environnement s’opposent au projet Amulsar. Lydian maintient qu’elle utilisera une technologie de pointe et évitera tout dommage à l’écosystème local.

Le projet minier est fortement soutenu par les gouvernements américain et britannique. L’année dernière, l’ambassadeur des États-Unis en Arménie, Richard Mills, a déclaré qu’il était jugé « pleinement conforme » aux normes de protection de l’environnement établies par la Banque mondiale et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD).

posté le 24 mai 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARTSAKH
L’Arménie se dit prête pour des négociations avec l’Azerbaïdjan

L’Arménie est prête à reprendre les pourparlers de paix avec l’Azerbaïdjan après les appels lancés par son nouveau Premier ministre, Nikol Pashinian, en faveur d’une participation directe du Haut-Karabagh, a déclaré hier le ministère des Affaires étrangères à Erevan.

“Ce n’est pas que nous refusons les négociations“, a déclaré le porte-parole du ministère, Tigran Balayan, aux journalistes. “En tant que garant de la sécurité du Karabagh, l’Arménie poursuivra les négociations et dira en même temps que la participation directe de l’Artsakh est une condition nécessaire pour parvenir à une paix durable et équilibrée“.

Lors d’une visite à Stepanakert le 9 mai, Pachinian a critiqué le refus de Bakou de négocier directement avec la direction arménienne du Karabagh. “Ce format de négociation ne peut être considéré à part entière que lorsque l’une des parties au conflit, la direction de l’Artsakh (Karabagh), y participe“, a-t-il dit.

Le gouvernement azerbaïdjanais a rejeté les appels de Pachinian, accusant Erevan de créer un obstacle supplémentaire à la relance du processus de paix.

Balayan a insisté sur le fait que la déclaration du Premier ministre n’est pas une condition préalable aux nouveaux contacts d’Erevan avec Bakou : “Notre insistance sur la participation de l’Artsakh aux pourparlers arméno-azerbaïdjanais n’est pas quelque chose de nouveau“. “Nous avons depuis des années dit et continuerons à le dire. C’est juste que les réalités ont maintenant changé (...) Ce qui suppose une plus grande implication de l’Artsakh dans le processus de négociation. “

“Le Karabagh est impliqué dans les négociations d’une manière ou d’une autre. Le problème est que l’Azerbaïdjan a refusé pendant des années de négocier directement avec le Karabagh“, a ajouté le responsable.

Balayan a également déclaré que les médiateurs américains, russes et français qui codirigent le Groupe de Minsk de l’OSCE pourraient se rendre à Erevan le mois prochain pour leur première rencontre avec Pachinian.

Les médiateurs ont rencontré le ministre des Affaires étrangères azerbaïdjanais, Elmar Mammadyarov, à Paris le 15 mai. Dans une déclaration commune, ils ont déclaré avoir discuté avec lui des “modalités pour faire avancer le processus de paix“.

“Le ministre Mammadyarov a affirmé que l’Azerbaïdjan était prêt à reprendre les négociations le plus rapidement possible“, peut-on lire dans le communiqué. “Les coprésidents s’attendent à rencontrer le nouveau leadership arménien en juin.“

posté le 23 mai 2018 par Claire/armenews


ECONOMIE
Nikol Pashinian souhaite des réformes fiscales rapidement

Le Premier ministre Nikol Pashinian a demandé vendredi une amélioration plus radicale de l’administration fiscale en Arménie, en présentant le nouveau chef du Comité des recettes d’Etat aux hauts fonctionnaires de l’agence gouvernementale.

Pashinian a déclaré que les réformes menées par le précédent chef de la SRC, Vartan Harutiunian, sont “insuffisantes“. La SRC doit éviter “d’entraver les entités économiques“ tout en luttant vigoureusement contre l’évasion fiscale et pour l’augmentation des recettes fiscales.

Pashinian a également déclaré au successeur d’Harutiunian, Davit Ananian, qu’il fallait “déraciner la corruption“ parmi les fonctionnaires des impôts et des douanes, qui a longtemps été une source majeure de plaintes des hommes d’affaires arméniens.

“Le succès de nos efforts pour transformer l’énergie positive accumulée à la suite des récents développements politiques en résultats économiques concrets dépend largement du travail de la SRC, des autorités fiscales et douanières“, a-t-il assuré.

“Monsieur le Premier ministre, je peux vous assurer que nous accomplirons les tâches que le gouvernement du pays nous assignera“, a répondu M. Ananian.

Ananian a travaillé comme vice-ministre des finances à partir d’octobre 2016 jusqu’à sa nomination comme chef de la SRC. Agé de 46 ans, il a été inspecteur des impôts dans les années 1990 et a dirigé un cabinet de conseil en fiscalité et en comptabilité de 2006 à 2016.

Harutiunian, qui est proche de l’ancien Premier ministre Karen Karapetian, a démissionné jeudi. Il a promis de s’engager dans une réforme majeure après avoir été nommé pour diriger la SRC en octobre 2016.

Le montant total des taxes et des droits de douane perçus par le SRC a augmenté de plus de 7% l’année dernière, aidant le gouvernement à réduire le déficit du budget de l’Etat à 3,3% du PIB. Le SRC a signalé une augmentation encore plus rapide des recettes de l’État au premier trimestre de cette année.

Avec 1,16 billion de drams (2,4 milliards de dollars), les recettes fiscales du gouvernement arménien en 2017 représentaient près de 21% du PIB. La proportion est encore assez faible par rapport aux normes internationales, reflétant l’ampleur de l’évasion fiscale en Arménie.

Le ratio impôts/PIB était inférieur à 18% en 2012. Il a augmenté de 0,5 point de pourcentage en 2017, selon la SRC.

Harutiunian, que Pashinian a publiquement remercié pour son travail, a défendu son bilan dans une déclaration d’adieu aux employés du SRC publiée vendredi. “Les efforts considérables déployés pour améliorer le système de perception des impôts et la mise en œuvre de projets efficaces ont porté leurs fruits : les relations entre les entreprises et la structure de l’Etat ont évolué vers un dialogue et un partenariat“, a-t-il commenté.

Le Fonds monétaire international a salué les « efforts du gouvernement de Karapetian pour améliorer l’administration fiscale » déjà en juin 2017. Il avait expliqué qu’ils ont « contribué à la perception de recettes plus élevée que prévu ».

posté le 21 mai 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Le nouveau ministre de la Justice demande le calme au Sasna Tzrer

Le ministre de la Justice Artak Zeynalian a appelé vendredi les partisans du groupe armé d’opposition qui a saisi un poste de police à Erevan en 2016 à éviter de déstabiliser la situation en Arménie à la suite de ce qu’il a nommé “une révolution démocratique“.

Ces derniers jours, plusieurs dizaines de personnes ont bloqué une grande rue et un palais de justice dans la capitale arménienne pour demander la libération immédiate d’une trentaine d’hommes armés qui ont été jugés coupables suite à leur affrontement tragique avec la police.

Ils ont débloqué la rue jeudi après une première demande du Premier ministre Nikol Pashinian. Ce dernier a affirmé que ces manifestations et d’autres manifestations perturbatrices tenues à travers le pays sont « incompréhensibles » après le succès de sa « révolution de velours ».

Zeynalian, qui a été nommé ministre de la Justice la semaine dernière, a fait écho aux déclarations de Pashinian ainsi que celles de l’ancien président Levon Ter-Petrosian, expliquant qu’“une atmosphère d’anarchie pourrait ruiner le pays“.

“Chacun doit être conscient de ses actions et s’assurer qu’elles ne nuisent pas à l’intérêt commun“, a t-il commenté lors d’une conférence de presse. “Cette révolution est une révolution unique pour le monde et chacun d’entre nous en est responsable. “

Lors du déblocage de l’avenue Arshakuniats à Erevan, les manifestants radicaux ont encerclé un tribunal voisin où des audiences ont lieu concernant le procès en cours de dix principaux membres du groupe armé. Ils ont ainsi empêché les forces de sécurité de ramener les accusés dans leurs cellules carcérales.

Les représentants des manifestants ont rencontré Pashinian jeudi soir.

Pashinian, qui a été élu Premier ministre par le Parlement le 8 mai, a mis en avant que l’une de ses priorités était d’assurer la libération de tous les “prisonniers politiques“ à travers des mécanismes uniquement juridiques. Mais il a déclaré que le cas des hommes armés qui avaient saisi un poste de police dans le district d’Erebuni à Erevan est “un peu différent“ car il a fait trois victimes du côté des forces de l’ordre. Il a précisé que cela devait être résolu à la suite de “discussions“ publiques qui doivent impliquer des proches des trois policiers tués.

Le leader de ces opposants, Varuzhan Avetisian, a condamné les remarques de Pashinian comme étant de la “bouffonnerie“ et du “faux humanisme“ dans la salle d’audience mercredi. Il a de nouveau fermement défendu la prise d’otages de 2016, affirmant que les pertes sont inévitables lors de telles “rébellions“.

posté le 21 mai 2018 par Claire/armenews