Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Israël


DIPLOMATIE
Erevan soutient la résolution de l’ONU rejetant la reconnaissance des USA de Jérusalem

L’Arménie faisait partie des 128 pays qui ont voté jeudi soir pour une résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies rejetant la décision de Washington de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël. La Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, le Japon et la Russie ont également soutenu la résolution non contraignante demandant à l’assemblée de déclarer la reconnaissance américaine de Jérusalem comme « nulle et non avenue ».

Trente-cinq pays se sont abstenus, notamment l’Australie, le Canada, le Mexique et les Philippines. Aux côté des États-Unis et Israël, qui ont voté contre la résolution étaient le Guatemala, le Honduras, les Îles Marshall, la Micronésie, Nauru, Palau et le Togo.

Le président américain, Donald Trump, avait mis en garde contre les réductions potentielles de l’aide étrangère aux pays qui accepteraient la résolution. « Nous surveillons ces votes », a déclaré Trump mercredi. « Laissez-les voter contre nous, nous allons économiser beaucoup. Nous ne nous en soucions pas. »

L’ambassadeur américain à l’ONU, Nikki Haley, a fait écho à cet avertissement avant le vote de l’assemblée. Dans une lettre adressée à certains pays, N. Haley a déclaré que « le président suivra attentivement ce vote et a demandé que je fasse rapport sur les pays qui ont voté contre nous. Nous prendrons note de chaque vote sur cette question », a-t-elle écrit.

Le ministère arménien des Affaires étrangères a déclaré vendredi que la décision d’Erevan de voter pour la résolution reflétait sa position inchangée sur la question. « Nous suivons de près tous les développements liés à Jérusalem », a déclaré le porte-parole du ministère, Tigran Balayan, au service arménien de RFE / RL (Azatutyun.am). « En ce qui concerne les positions prises récemment concernant Jérusalem, nous convenons qu’elles ne peuvent préjuger de la détermination du statut final de Jérusalem par des négociations. »

Rappelons que Donald Trump avait annoncé le 6 décembre sa décision de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël et de déplacer l’ambassade américaine de Tel-Aviv, déclenchant une condamnation internationale et des protestations à travers le monde musulman. Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a qualifié le vote symbolique de l’ONU de « victoire pour la Palestine ». Mais Israël l’a rejeté et a remercié Trump pour sa position « sans équivoque ».

posté le 25 décembre 2017 par Claire/armenews


AZEBAÏDJAN-ISRAËL
L’Azerbaïdjan prévoit de construire des drones tueurs en collaboration avec la société israélienne Aeronautika

L’Azerbaïdjan a créé avec la société israélienne Aeronautika une entité de production de drones a annoncé Yever Djamilov le ministre azéri de l’industrie militaire. Des pourparlers sont également en cours avec la société turque Aselsan. «  Nous avons décidé d’ouvrir un centre de services à l’usine Alov. En 2018 nous avons la volonté de réaliser un certain nombre de projets avec nos partenaires étrangers. Parmi les projets, la production de fusils de snipers de 23 mm qui portera à 3000 mètres » a déclaré Y. Djamilov. Il a également affirmé que des travaux sont en cours pour chasser les drones ennemis. « Nous avons également le projet de production de missile anti-aériens. Nous avons réalisé des essais avec les premiers drones qui peuvent porter des missiles » ajouta le ministre azéri.

Krikor Amirzayan

posté le 19 décembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Image 450  Israël 


CRISE DE JERUSALEM
Ilham Aliev : « L’Arménie ne peut pas être un ami des pays musulmans »

Lors de la réunion de l’Organisation pour la coopération islamique (OCI), qui a été convoquée par la Turquie, le mercredi 13 décembre, à Istanbul, le président azerbaïdjanais Ilham Aliev a déclaré que “l’Arménie ne peut pas être un ami des pays musulmans“, rapporte le site arménien, Lragir (journal d’opposition).

La Turquie, qui assure la présidence tournante de l’OCI, a ouvert une session extraordinaire pour témoigner la solidarité du monde musulman à l’égard des Palestiniens, après la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël par les Etats-Unis.

Présent lors de la réunion, le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev a fait remarquer, rapporte Lragir, qu’il ne reconnaissait pas la décision du président américain Donald Trump sur Jérusalem, sans oublier au passage de mentionner la question de l’Artsakh. Selon le président Aliev, “l’Arménie a agressé l’Azerbaïdjan et a l’intention d’établir des relations amicales avec différents pays musulmans“. “C’est la plus grande hypocrisie. Les musulmans du monde entier doivent savoir que l’Arménie, qui détruit les mosquées, ne peut pas être un ami des pays musulmans “, a-t-il poursuivi.

La rédaction des NAM

posté le 14 décembre 2017 par Ara/armenews


JERUSALEM
Flambée de tension entre la Turquie et Israël

Istanbul, 10 déc 2017 (AFP) - Les dirigeants turc Recep Tayyip Erdogan et israélien Benjamin Netanyahu ont échangé dimanche des accusations de “terrorisme“ lors d’une brusque escalade verbale entre leurs pays, sur fond de tensions autour du statut de Jérusalem.

Le président turc, qui s’oppose fermement à la décision des Etats-Unis de reconnaître la Ville sainte comme capitale de l’Etat hébreu et accuse les autorités israéliennes de recourir à la force de façon “disproportionnée“, a ouvert les hostilités dimanche.

“La Palestine est une victime innocente (...) Quant à Israël, c’est un Etat terroriste, oui, terroriste !“, a lancé M. Erdogan lors d’un discours enflammé. “Nous n’abandonnerons pas Jérusalem à la merci d’un Etat qui tue des enfants“.

Lors d’un déplacement à Paris, M. Netanyahu lui a sèchement répondu, affirmant n’avoir “pas de leçons de moralité à recevoir d’un dirigeant qui bombarde des villages kurdes en Turquie, qui emprisonne des journalistes, aide l’Iran à contourner les sanctions internationales et aide des terroristes, notamment à Gaza“.

Cette flambée de tension survient alors que les relations entre la Turquie et Israël restent fragiles, en dépit d’une normalisation l’an dernier après six années de froid dues à un grave incident maritime.

Signe que l’escalade pourrait se poursuivre, Ankara a vertement réagi aux déclarations de M. Netanyahu. “Nous condamnons avec la plus grande fermeté les déclarations du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu“, a déclaré le porte-parole de M. Erdogan, Ibrahim Kalin.

“Au lieu de s’en prendre à notre pays et à notre dirigeant, les autorités israéliennes feraient mieux de mettre fin à leur occupation des territoires palestiniens“, a-t-il ajouté.

- ’Ô, Netanyahu !’ -

Ces tensions surviennent quelques jours après la reconnaissance par le président américain Donald Trump de Jérusalem comme capitale d’Israël, une annonce qui a été fermement condamnée par Ankara.

Signe du caractère explosif de cette question, M. Erdogan avait déclaré, avant l’annonce de M. Trump, que reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël pourrait provoquer une nouvelle “rupture“ des relations diplomatiques entre la Turquie et l’Etat hébreu.

Le président turc, qui a plusieurs fois qualifié Jérusalem de “ligne rouge pour les musulmans“, a souligné que la décision américaine était “nulle et non avenue“ pour Ankara.

“Ô, Trump ! Ô, Netanyahu ! Nous ne tomberons pas aussi bas que vous !“, a lancé M. Erdogan dimanche. “Nous allons lutter jusqu’au bout par tous les moyens“ contre cette décision, a-t-il poursuivi, rappelant qu’un sommet de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) devait se tenir mercredi à Istanbul.

Lors de son discours, M. Erdogan a fait projeter derrière lui une photo montrant un adolescent présenté comme un Palestinien habitant à Hébron, en Cisjordanie occupée, emmené, les yeux bandés, par des individus en uniforme présentés comme des soldats israéliens.

“Voyez comment ces terroristes traînent cet enfant de 14 ans“, a fulminé le président turc en désignant cette photo dont l’authenticité n’a pu être vérifiée dans l’immédiat.

Par ailleurs, plusieurs milliers de personnes ont participé dimanche à un rassemblement propalestinien à Istanbul.

Les relations entre la Turquie et Israël avaient été quasiment rompues en 2010 après un raid israélien contre un navire d’une ONG se dirigeant vers la bande de Gaza, qui avait fait dix morts parmi les militants turcs.

Depuis leur réconciliation, à l’été 2016, les deux pays ont depuis intensifié leur coopération, notamment dans le domaine de l’énergie.

posté le 11 décembre 2017 par Ara/armenews


JERUSALEM
Ankara exhorte les pays musulmans à « dépasser les condamnations »

Le gouvernement turc a appelé dimanche les pays musulmans à “aller au-delà des condamnations“ lors d’un sommet qui doit se tenir mercredi à Istanbul pour examiner la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d’Israël.

“Il faut qu’une position, une attitude allant au-delà des condamnations sorte“ de ce sommet de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), a déclaré le porte-parole du gouvernement turc, Bekir Bozdag, cité par l’agence de presse étatique Anadolu. “En ce qui concerne les Palestiniens et Jérusalem, la Turquie a toujours suivi une politique très claire et nette, sans faire de zigzag“, a-t-il soutenu. “La Turquie ne changera pas d’opinion ni de position, même si nous devons être les seuls“.

Le président américain Donald Trump a reconnu mercredi Jérusalem comme capitale d’Israël, suscitant la colère des Palestiniens et des réactions de réprobation bien au-delà du Proche-Orient. Le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a plusieurs fois qualifié Jérusalem de “ligne rouge pour les musulmans“, a vivement critiqué cette décision, indiquant qu’elle était “nulle et non avenue“ pour Ankara.

Dans un apparent effort de mobiliser la communauté internationale, le président turc a eu cette semaine des entretiens téléphoniques avec les principaux dirigeants de la région, mais aussi avec ses homologues russe Vladimir Poutine et français Emmanuel Macron, ainsi qu’avec le pape François.

Le sommet de l’OCI aura pour but de “coordonner et d’unifier“ la réponse des pays musulmans, a indiqué M. Erdogan cette semaine, sans préciser toutefois si des mesures concrètes seraient étudiées.

La Turquie et Israël ont normalisé leurs relations l’année dernière, après une crise diplomatique déclenchée en 2010 par un raid israélien contre un navire d’une ONG en direction de la bande de Gaza, qui a fait dix morts parmi les activistes turcs.

Les deux parties ont intensifié leur coopération, notamment dans le domaine de l’énergie, mais M. Erdogan, défenseur de la cause palestinienne, continue à critiquer régulièrement la politique israélienne.

Istanbul, 10 déc 2017 (AFP) -

posté le 10 décembre 2017 par Ara/armenews


FRANCE
François BUSNEL reçoit Charles Aznavour et Yaïr Auron

L’émission La grande Librairie diffusée le jeudi soir sur France 5 accueillera le 23 novembre à 20h30 Charles Aznavour et Yaïr Auron à l’occasion du livre de l’universitaire israélien intitulé “Israël et le génocide arménien“ (éditions Sigest), qui évoque entre autre l’implication de la famille Azvanour dans le sauvetage de Juifs durant l’occupation.

JPEG - 38.8 ko
posté le 22 novembre 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  France  Image 450  Israël 


MARSEILLE
La conférence du professeur Auron à l’école Hamazkayin

Après Paris le 16/11 et Décines le 17/11, Yaïr Auron accompagné de Varoujan Sirapian (Institut Tchobanian) et Harout Mardirossian (CDCA) est arrivé à Marseille le samedi 18 novembre pour la présentation/dédicace de son livre “Israël et le génocide des Arméniens“. Profitant de son passage à Marseille Yaïr Auron a visité l’association ARAM, une véritable ruche où sont conservés, archivés, numérisés nombreux documents, journaux, livres, revues... concernant la mémoire collective de la communauté arménienne de France et d’ailleurs. Fondée par Garbis Artin, aujourd’hui disparu, l’association est actuellement présidée par Jacques Ouloussian.

JPEG - 32.9 ko

Dans la soirée une quarantaine de personnes ont assisté à la conférence du professeur Auron, animée par Harout Mardirossian, poser des questions et faire dédicacer le livre.

JPEG - 30 ko

La tournée du professeur Auron continuera jusqu’au 22 novembre ; lundi 20 à la MCA de Paris, mardi 21 chez Medem et mercredi 22 au Centre culturel A. Manoogian.

Plus d’informations sur le lien plus bas

posté le 20 novembre 2017 par Ara/armenews