Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Trump


ETATS-UNIS
Donald Trump félicite le nouveau leader arménien

Le président américain Donald Trump a félicité le Premier ministre, Nikol Pachinian, et a déclaré que son gouvernement coopérerait avec le nouveau gouvernement arménien sur « les nombreux domaines d’intérêt mutuel ».

“Je suis impatient de travailler avec vous sur les nombreux domaines d’intérêt mutuel entre nos deux pays, notamment le renforcement des liens commerciaux, les institutions démocratiques et la sécurité régionale“, a écrit M. Trump dans une lettre publiée hier sur le site Internet du Premier ministre arménien.

“Les progrès dans la lutte contre la corruption, la libre réunion de tous les partis politiques et la résolution pacifique du conflit du Haut-Karabagh assureront un brillant avenir à l’Arménie“, a-t-il rédigé.

Le Département d’Etat américain a publié une déclaration similaire quelques heures après que le Parlement arménien a voté pour élire Pachinian comme Premier ministre après des semaines de manifestations anti-gouvernementales massives qu’il a organisées. Il a affirmé que Washington “travaillera en étroite collaboration“ avec son gouvernement.

Le chef de cabinet de Pashinian, Eduard Aghajanian, a salué cette lettre de félicitations de Trump. “Je pense que cela témoigne de l’existence d’un nouveau type de gouvernement [en Arménie] et de sa perception par le monde“, a-t-il commenté.

Aghajanian a précisé qu’un approfondissement des liens entre les Etats-Unis et l’Arménie est “inévitable“. “Je suis convaincu que nos relations avec tous les pays et les Etats-Unis en particulier ont un potentiel de développement très sérieux“, a-t-il souligné.

“Nous sommes également prêts à coopérer dans les domaines mentionnés par le président américain“, a ajouté le responsable arménien.

Washington a suivi de près les récents développements en Arménie qui ont conduit à la démission du Premier ministre Serge Sarkissian et à son remplacement par Pachinian. Le Département d’Etat a exhorté à plusieurs reprises les factions politiques de l’Arménie à engager un dialogue.

Le secrétaire d’État américain Wess Mitchell a eu des conversations téléphoniques avec Pashinian et le ministre des Affaires étrangères Edouard Nalbandian le 30 avril. Richard Mills, ambassadeur des États-Unis à Erevan, a rencontré Pashinian puis le Premier ministre par intérim Karen Karapetian afin d’atténuer les tensions politiques dans le pays.

posté le 17 mai 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



RECONNAISSANCE
Trump fâche la Turquie en parlant de « l’une des pires atrocités de masse »

La reconnaissance de “l’Histoire douloureuse“ est une “étape cruciale pour construire un avenir plus juste et tolérant“. A l’occasion de la commémoration du 24 avril, Donald Trump s’est “joint à la communauté arménienne d’Amérique et à travers le monde dans le deuil de la perte de vies innocentes et la souffrance endurée par tant“ de personnes. Il a, par la même occasion, déclenché les habituelles réactions hostiles de la part de la Turquie dès que le sujet est abordé sur la scène internationale.

“Aujourd’hui, nous nous souvenons et honorons la mémoire de ceux qui ont souffert durant [...] l’une des pires atrocités de masse du 20e siècle“, a-t-il ajouté dans un communiqué. “Nous devons nous rappeler les atrocités pour éviter qu’elles ne surviennent à nouveau. [...] A partir de 1915, un million et demi d’Arméniens ont été déportés, massacrés, ou ont marché jusqu’à la mort dans les dernières années de l’Empire ottoman“, a encore rappelé le milliardaire républicain.

Un million et demi d’Arméniens ont été tués de manière systématique en 1915. Pourtant, la Turquie a dénoncé la “désinformation“ et les “mauvaises définitions“ de Donald Trump. “Nous attendons de l’administration américaine qu’elle n’accrédite pas la narration historique biaisée“ et qu’elle “prenne en considération les souffrances de tous les côtés“, a dénoncé le ministère des Affaires étrangères turc.

L’administration américaine a toutefois souligné que le président Trump n’avait jamais employé le mot “génocide“, tant décrié par Ankara. Le communiqué était “cohérent avec ceux qui avaient été émis pendant les dernières administrations“ américaines, a affirmé le porte-parole de la Maison Blanche, Sean Spicer.

Barack Obama, qui avait promis de reconnaître ce génocide, a quitté la Maison Blanche en janvier après huit années de pouvoir en sacrifiant sa promesse sur l’autel des bonnes relations avec la Turquie, allié crucial notamment dans la lutte contre le groupe Etat islamique.

posté le 25 avril 2017 par Claire/armenews


ETATS-UNIS
84 législateurs américains demandent à Trump de reconnaître le génocide

Plus de 80 membres de la Chambre des représentants des États-Unis ont appelé le président américain Donald Trump à reconnaître officiellement le génocide arménien de 1915 par la Turquie ottomane.

Dans une lettre conjointe diffusée lundi, ils ont déclaré que Trump devrait commémorer le 24 avril prochain le 102e anniversaire du début des massacres et des expulsions d’Arméniens ordonnées par le régime ottoman des « Jeunes-Turcs ».

“Grâce à la reconnaissance du génocide arménien, nous rendons hommage à la persévérance et à la détermination de ceux qui ont survécu, ainsi qu’aux Américains d’origine arménienne qui ont aidé à renforcer notre pays“, peut-on lire dans une lettre signée par 84 législateurs.

“Il est de notre devoir d’honorer ces contributions au moyen d’une déclaration honnête reconnaissant le massacre de 1,5 million d’Arméniens comme étant le premier génocide du 20e siècle. En commémorant le génocide arménien, nous renouvellerons notre engagement à prévenir de futures atrocités“, ajoutent les membres de la Chambre des représentants.

Au cours des dernières décennies, les présidents des États-Unis ont publié des déclarations le 24 avril commémorant le massacre de 1,5 million d’Arménien. Mais un seul d’entre eux, Ronald Reagan, a utilisé officiellement le mot « génocide ».

Le prédécesseur de Trump, Barack Obama, a promis de reconnaître le génocide lorsqu’il s’est présenté à la présidence. Mais après avoir été élu en 2008, il n’a pas tenu sa promesse, probablement par peur de dégradation des relations avec la Turquie. Dans une déclaration d’avril 2016, Obama s’est référé plutôt à “la première atrocité de masse du 20e siècle“.

Trump n’a pas commenté publiquement le sujet du génocide arménien ou cherché à courtiser d’une manière ou d’une autre la communauté arménienne influente aux États-Unis lors de la campagne présidentielle de 2016.

L’écrasante majorité des législateurs américains qui ont signé la lettre adressée à Trump sont des démocrates, représentant principalement la Californie et d’autres États américains avec des populations arméniennes importantes. La lettre a également été signée par une douzaine de républicains, dont Ed Royce, président du Comité des Affaires étrangères de la Chambre, et Devin Nunes, président du Comité du renseignement de la Chambre. Les deux hommes représentent les circonscriptions de la Californie.

Les signataires n’incluent pas Paul Ryan, président républicain de la Chambre des représentants, qui a pourtant appuyé le projet de résolution du Congrès sur le génocide arménien dans le passé. Ryan a été soutenu par le Comité national arménien d’Amérique (ANCA) avant les élections législatives de novembre 2016.

L’ANCA et l’autre grand groupe de pression arméno-américain, l’Assemblée arménienne d’Amérique, se sont félicités de l’appel conjoint des 84 membres de la Chambre. Ils ont également exprimé leur ferme soutien à la nouvelle résolution sur le génocide qui a été introduite par plusieurs membres du Congrès à la fin du mois dernier.

Le vice-président américain Mike Pence s’est opposé à une résolution similaire en mars 2010, alors qu’il était membre républicain du Comité des affaires étrangères de la Chambre. Tout en reconnaissant que les massacres arméniens de 1915 équivalaient à un génocide, Pence a déclaré que les États-Unis ne devraient pas affirmer cela parce que “la Turquie est un partenaire stratégique dans nos efforts en Afghanistan et en Irak“. Pence a menacé de reconsidérer sa position sur la question trois mois plus tard, au milieu d’une forte détérioration des relations de la Turquie avec Israël.

posté le 12 avril 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ETATS-UNIS
Alexis Ohanian (Reddit) dénonce le décret anti-immigration de Trump en parlant de ses racines

Alexis Ohanian, cofondateur de Reddit, affirme que le décret anti-immigration du président Donald Trump est à la fois « profondément non-américain » et « potentiellement anticonstitutionnel ». Ohanian a exprimé ses vues dans une lettre ouverte publiée sur le blog officiel de la communauté Reddit. Ohanian y explique que l’accueil des immigrants et des réfugiés est un avantage pour les Etats-Unis.

Voici la traduction de son Post :

Il y a un peu plus d’un siècle, un soldat turc a décidé que mon arrière grand-père était trop jeune pour être tué, et ce après avoir abattu ses parents devant lui. Au lieu de tourner l’épée sur le garçon, le soldat l’envoya dans un orphelinat. Beaucoup d’Arméniens, y compris ma arrière grand-mère, ont trouvé refuge à Alep, en Syrie. Tous deux s’y sont rencontrés et se sont dirigés vers l’île Ellis.

Heureusement, ils n’ont pas été rejeté. Ils ont trouvé ce message (NDLR : gravé sur le socle de la Statue de la Liberté) :
“Donne-moi tes pauvres, tes exténués,
Qui en rangs pressés aspirent à vivre libres,
Le rebut de tes rivages surpeuplés,
Envoie-les moi, les déshérités, que la tempête m’apporte
J’élève ma lumière et j’éclaire la porte d’or !“

Mon arrière grand-père ne parlait pas beaucoup l’anglais, mais il a travaillé dur et a pu obtenir un emploi chez Endicott-Johnson Shoe Company à Binghamton. C’était la porte d’or de sa famille. Bien que lui et mon arrière grand-mère aient eu quatre enfants, tous nés aux États-Unis, l’immigration a continué à remodeler leur famille, génération après génération. Le seul fils qu’ils avaient - mon grand-père - s’est volontairement engagé pendant la Seconde Guerre mondiale et a épousé une immigrante arménienne française. Et ma mère, originaire de Hambourg, en Allemagne, a décidé de quitter ses amis et sa famille après être tombée amoureuse de mon père, qui est né à San Francisco.

Elle a obtenu un visa de travail comme fille au pair aux États-Unis, déracinant sa vie entière par amour. Après qu’elle l’a épousé, elle a reçu une “Green Card“, qu’elle a gardée pendant plus d’une décennie jusqu’à ce qu’elle devienne une citoyenne américaine. J’ai grandi en parlant allemand, mais elle a insisté pour que je me concentre sur mon anglais afin de réussir.

Mes aïeux étaient de braves réfugiés qui ont trouvé un foyer dans ce pays. J’ai toujours été fier de vivre dans un pays qui disait oui à ces immigrants, qui créé un chemin pour qu’une femme qui voulait seulement travailler dur et fonder une famille puisse le faire ici.

Sans eux, il n’y a pas de moi, et il n’y a pas de Reddit. Nous sommes Américains. N’oublions pas que nous avons prospéré en tant que nation parce que nous avons été un phare pour les courageux - les fatigués, les exténués, les déshérités - tous les jetés.

À l’heure actuelle, la torche de La Statue de la Liberté s’obscurcit, c’est pourquoi il est plus important que jamais de parler et de prendre position pour soutenir tous ceux pour qui elle doit briller.

Notre plate-forme Reddit, comme notre pays, prospère plus il y a de gens et de communautés en son sein. Reddit continuera d’accueillir tous les citoyens du monde à notre communauté numérique et à notre bureau.

posté le 31 janvier 2017 par Claire/armenews


ETATS-UNIS/ARMENIE
Appel entre le vice-président Mike Pence et Serge Sarkissian

Le vice-président américain Mike Pence a téléphoné au président Serge Sarkissian pour discuter des relations entre les États-Unis et l’Arménie et de la sécurité régionale. Il s’agit du premier contact de haut niveau entre la nouvelle administration américaine et le gouvernement arménien.

Selon le bureau de presse de Sarkissian, les deux hommes ont exprimé leur confiance que les liens bilatéraux continueront à s’accroître sous la présidence de Donald Trump.

“Les interlocuteurs ont souligné que, dans le cadre de la nouvelle administration américaine, le niveau actuel élevé de la coopération entre les Etats-Unis et l’Arménie dans les domaines politique et économique ne sera pas seulement maintenu, mais recevra une nouvelle impulsion“, a révélé le bureau du président arménien.

Le communiqué indique que Sarkissian et Pence ont également parlé des « questions et défis régionaux » ainsi que d’autres questions « d’intérêt mutuel ».

Sarkissian avait félicité Trump pour “les qualités exceptionnelles de leadership, l’expérience et la vision“ après sa victoire surprise à l’élection présidentielle le 8 novembre. Dans une lettre, le dirigeant arménien avait affirmé croire que le « partenariat entre les États-Unis et l’Arménie continuera à se développer dynamiquement ».

Tout au long de sa présidence, Sarkissian a cherché à avoir des liens plus étroits avec les États-Unis tout en maintenant l’alliance politique et militaire de l’Arménie avec la Russie.

Bridget Brink, sous-secrétaire d’État adjointe aux Affaires européennes et eurasiennes, a commenté avec prudence les changements possibles dans la politique des États-Unis envers le Caucase du Sud sous Trump lorsqu’elle s’est rendue à Erevan il y a deux semaines. “Je ne peux pas prédire quels seront les contours exacts des politiques de la prochaine administration“, a t-elle déclaré aux journalistes.

Trump n’a jamais parlé publiquement des intérêts du Caucase du Sud et des États-Unis dans la région pendant sa campagne présidentielle américaine. Et ni lui ni sa rivale démocrate Hillary Clinton n’ont cherché à séduire la communauté arménienne aux États-Unis. Ils ont spécifiquement évité toute promesse de reconnaître officiellement le génocide arménien en cas de victoire.

L’un des deux principaux groupes de défense de la communauté, l’Assemblée arménienne d’Amérique, a félicité Trump pour sa victoire électorale.

Pour sa part, le Comité national arménien de l’Amérique (ANCA) a déclaré le 17 novembre qu’il cherchera à “rejoindre l’équipe de transition Trump“ par le biais de députés républicains pro-Arméniens, notamment Paul Ryan, nouvellement réélu président de La Chambre des représentants des États-Unis. L’ANCA a déclaré qu’il continuera à presser Washington pour qu’il reconnaisse le génocide, augmente l’assistance économique des États-Unis à l’Arménie et soutienne la “sécurité et l’autodétermination“ du Haut-Karabagh.

Ryan a été approuvé par l’ANCA lors de l’élection du Congrès de novembre en raison de son soutien aux projets de résolution du Congrès décrivant les massacres de 1915 et les déportations d’Arméniens comme étant un génocide.

En revanche, Pence s’est opposé à un tel projet de loi en mars 2010 lorsqu’il était membre républicain du Comité des affaires étrangères de la Chambre. Tout en reconnaissant que le massacre d’environ 1,5 million d’Arméniens constituait un génocide, Pence avait déclaré que les Etats-Unis ne devraient pas l’affirmer parce que “la Turquie est un partenaire stratégique dans nos efforts en Afghanistan et en Irak“.

Pence a menacé de reconsidérer sa position sur la question du génocide trois mois plus tard, au milieu d’une forte détérioration des relations de la Turquie avec Israël.

posté le 5 décembre 2016 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



Décembre 2016
Numéro 235
A la une : un grand reportage au cœur de la « petite Arménie » au Liban

- Politique : premier bilan des débuts du PM Karen Karapétian

- Justice : un humoriste harcelé

- Géopolitique : Trump une bonne nouvelle pour l’Arménie ?

- Société : le quotidien d’une famille ordinaire à Erevan

- Diaspora : la 89e assemblée générale de l’UGAB à New York

- Portrait : l’artisan cuisinier belge Karen Torosyan

- Gastronomie : le vin arménien s’exporte en France

- Informatique : la tablette d’A. Hekimyan

- Médecine : la mission de l’UMAF à Dzaghgatzor

- Portfolio : les œuvres d’Antoine Agoudjian au Karabagh

- Peinture : Le mystérieux Léon Tutundjian

- Opéra : la jeune soprano Nina Minasyan

- Concert : des artistes pour les artistes

- Musique : Sonia Nigoghossian de l’ADAMI

- Danse : la chorégraphe Christina Galstian

- Histoire : « Exils arméniens » par A. Kunth

- Poésie : « Feu nomade » par G. Chaliand

- Patrimoine : Les biens cultuels arméniens

- Opinions : René Dzagoyan, écrivain
 Opinions : Michel Marian, haut fonctionnaire et philosophe
   Opinion : Vahé Muradian, architecte.
posté le 1er décembre 2016 par Spidermian/armenews
THEMES ABORDES : Liban  Trump