Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Transports


ARMENIE-COMMUNICATIONS
Les autorités arméniennes à la recherche de 1,5 milliard de dollars pour l’autoroute reliant Artachat à Megri

Selon des informations obtenues par le journal arménien « Jamanak » l’autoroute Nord-Sud devant traverser l’Arménie n’arrivera pas à sa réalisation totale par manque de moyens financiers. « Les autorités ont déjà compris que pour le projet les organisations internationales n’accorderont plus de crédits et actuellement le gouvernement est à la recherche d’investisseurs privés » écrit « Jamanak ». Le ministre Vahan Martirosyan a déclaré que le coût la portion reliant Artachat à Megri devra coûter 1,5 milliard de dollars. V. Martirosyan a également confié que des discussions sont en cours avec les investisseurs privés. En attendant ces financements, les travaux prennent du retard.

Krikor Amirzayan

posté le 8 novembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Image 450  Transports 


AVIATION CIVILE
L’Arménie et la Russie continuent les discussions pour l’acquisition des avions Sukhoï Superjet 100

L’Arménie et la Russie continuent les discussions pour la construction en Arménie d’avions russes Sukhoï Superjet 100 (SSJ100) adaptés à l’aviation civile arménienne communique le ministère russe des Transports. Le 24 octobre à Erévan, Maxim Sokolov le ministre russe des Transports accompagnait la délégation conduite par le Premier ministre russe Dimitri Medvedev. « Le ministre a informé que le ministère russe de l’Industrie et du commerce négociait la création en Arménie d’un avion de transport civil sur les bases de l’avion russe Sukhoï Superjet 100 (SSJ100) » affirme le communiqué.

Krikor Amirzayan

posté le 26 octobre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Russie  Transports 


ARMENIE-TRANSPORTS
Un train électrique ultra-moderne arrivé de Russie en Arménie

Un train électrique moderne avec ses deux wagons, sorti tout droit des usines de Russie est parvenu en Arménie. Le ministre arménien des Transports et des communications Vahan Martirosyan s’est rendu le 17 octobre au dépôt des trains à Erévan pour prendre connaissance avec ce nouvel engin ultra-moderne. Il y fut reçu par Sergueï Valko le directeur des « Lignes ferroviaires Sud-Caucasiennes ». Le train composé de deux wagons dispose de 129 places et d’équipements très développés. D’autres wagons seront incorporés au regard des besoins. Mais pour l’instant, des essais seront réalisés pour adapter le train au relief et aux voies ferrées de l’Arménie. Il entrera en exploitation au début de l’année 2018 si les essais sont concluants. L’arrivée de ce train en Arménie fait suite aux négociations entre le Premier ministre Karen Karapetyan et la société russe des « Lignes ferroviaires Sud-Caucasiennes ».

Krikor Amirzayan

JPEG - 132.8 ko
JPEG - 236.4 ko
JPEG - 141.2 ko
posté le 19 octobre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Image 450  Transports 


ECONOMIE
De plus en plus de touristes étrangers viennent en Arménie

Le nombre de touristes étrangers visitant l’Arménie a augmenté de plus de 24% au premier semestre de cette année, a annoncé vendredi le gouvernement arménien.

Dans un rapport détaillé sur ses activités au cours de l’année, le gouvernement a déclaré qu’il y avait eu 622 381 touristes étrangers qui sont venus en Arménie.

Les arrivées de touristes dans le pays ont augmenté d’environ 6 % l’année dernière, selon des données gouvernementales distinctes. Elles montrent également que le chiffre a augmenté en moyenne de 9% par an entre 2012 et 2016.

Le gouvernement a cherché à faciliter la croissance de l’industrie du tourisme national en libéralisant en 2013 le secteur de l’aviation civile. Le coût moyen des voyages aériens à destination et en provenance du pays a baissé depuis lors, même si certains voyagistes locaux estiment qu’il n’est pas encore suffisamment bas.

Par ailleurs, les autorités arméniennes ont unilatéralement supprimé les visas pour les citoyens des États membres de l’Union européenne et des États-Unis en 2012 et 2014 respectivement. Un accord sur les voyages sans visa entre l’Arménie et l’Iran est entré en vigueur en août 2016. La République islamique est une source majeure de tourisme entrant dans le pays du Caucase du Sud.

Erevan a également levé les restrictions de visa pour les citoyens du Japon, des Émirats arabes unis, du Qatar et de trois autres pays au cours de cette année. Dans un autre effort pour stimuler l’afflux de touristes, il a permis aux ressortissants russes en mars de visiter l’Arménie avec des passeports internes russes.

posté le 16 octobre 2017 par Claire/armenews


ESPACE AERIEN IRAK/ARMENIE
Malgré l’interdiction de Bagdad, les vols entre Erevan et Erbil continuent

Les vols hebdomadaires qui quittent l’Arménie pour aller vers la région du Kurdistan irakien ont continué vendredi malgré la décision des autorités irakiennes de fermer l’espace aérien de la région aux compagnies aériennes étrangères en représailles du vote en faveur de l’indépendance.

Un avion appartenant à une compagnie aérienne arménienne privée a volé d’Erevan vers la capitale du Kurdistan, Erbil, juste quelques heures avant l’entrée en vigueur de l’interdiction imposée par Bagdad.

L’interdiction fait suite au refus du gouvernement régional du Kurdistan de confier le contrôle des aéroports d’Erbil et d’une autre ville régionale, Sulaimaniya, aux autorités. L’Autorité de l’aviation civile irakienne a envoyé un avis aux compagnies aériennes étrangères en leur annonçant que les vols internationaux seront suspendus vendredi à 15 00 GMT et seuls les vols intérieurs seront autorisés.

Les vols Erevan-Erbil exploités par une compagnie irakienne ont eu lieu samedi.

Le directeur adjoint d’Armenia, Gevorg Khachatrian, a déclaré que sa compagnie aérienne n’avait pas encore l’intention de suspendre le service. “Nous n’avons reçu aucune notification, et à partir de maintenant, il n’y a pas de changement dans notre horaire de vol“, a t-il assuré.

La Direction générale de l’aviation civile de l’Arménie n’a pas précisé si elle ordonnerait à l’entreprise de suspendre les vols. “Si l’espace aérien est fermé, nous déciderons évidemment de continuer ou non les vols“, a dit évasivement un porte-parole de l’agence gouvernementale.

L’Iran voisin et la Turquie ont déjà déclaré qu’ils respecteront l’interdiction de Bagdad concernant les vols à destination et en provenance du Kurdistan. Reuters a rapporté qu’à partir de vendredi matin, deux transporteurs européens, Lufthansa et Austrian Airlines, avaient décidé de garder au moins un vol déjà prévu, après la date fixée par Bagdad.

Les Kurdes irakiens ont largement voté pour l’indépendance de leur région autonome lundi dernier lors d’un référendum fortement condamné par le gouvernement central irakien ainsi que par l’Iran et la Turquie.

L’Arménie a réagi avec précaution à ce référendum. Le ministre des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian, a exprimé son espoir mercredi que le Kurdistan et Bagdad “éviteront les tensions et trouveront des moyens de résoudre les problèmes“.

Erevan a maintenu jusqu’à présent des relations cordiales avec les deux côtés. Elle a formellement décidé d’ouvrir un consulat arménien général à Erbil en mars peu de temps après que Nalbandian a tenu de nouvelles discussions avec Massoud Barzani, le président irakien kurde, en Allemagne.

Le commerce de l’Arménie avec la région kurde et d’autres parties de l’Irak a considérablement augmenté ces dernières années. Les exportations arméniennes vers le Moyen-Orient représentent la majeure partie du commerce bilatéral, qui s’établissait à 138 millions de dollars l’année dernière.

posté le 2 octobre 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
Une première : projet d’installation de péages sur les routes

Le gouvernement prévoit d’introduire les premiers péages routiers en Arménie dans le but d’achever un projet coûteux pour améliorer les routes les plus fréquentées du pays, a révélé heir le ministre des Transports et des Communications, Vahan Martirosian.

Le projet, supposément lancé en 2009, a été retardé : jusqu’à présent, moins de 10 % des autoroutes nationales s’étendant sur 550 kilomètres jusqu’à la Géorgie et l’Iran ont été rénovées et agrandies. La rénovation sur deux autres sections routières devrait être terminé dans les prochaines années. Ces travaux routiers sont principalement financés par des prêts accordés au gouvernement par la Banque asiatique de développement (BAD).

Martirosian a insisté sur le fait que le gouvernement s’engageait à reconstruire les autoroutes restantes en passant principalement par les provinces montagneuses de Vayots Dzor et Syunik dans le sud-est du pays. Il a estimé que cela nécessiterait un financement de 1,5 milliard de dollars, ce qui équivaut à environ la moitié du budget de l’État arménien.

Martirosian a déclaré que le gouvernement espère attirer les investissements des entreprises privées, plutôt que de chercher un nouveau prêt de la BAD ou d’autres prêteurs internationaux. “La décision a déjà été prise et nous travaillons dans cette direction“, a t-il expliqué lors d’une conférence de presse.

Cela signifie, a déclaré le ministre, que les nouvelles autoroutes s’étendant sur plus de 350 kilomètres de la ville d’Ararat jusqu’à la frontière iranienne seraient à péages, exploités par des entreprises privées. Il a ajouté qu’elles fonctionneraient parallèlement aux routes gratuites.

Martirosian a continué en disant que le gouvernement tient déjà des pourparlers préliminaires avec des investisseurs privés potentiels mais ne les a pas nommés. Il prévoit également de promulguer une nouvelle loi sur les partenariats public-privé.

Les nouveaux chiffres cités par Martirosian augmentent le coût total du projet de transport Nord-Sud à plus de 2 milliards de dollars. Les fonctionnaires d’Arménie l’ont estimé à moins de 1 milliard de dollars lorsqu’ils ont négocié le premier accord de prêt avec la BAD en 2009.

La principale raison officielle de la mise à niveau des autoroutes est de faciliter l’accès du pays sans littoral aux ports géorgiens et iraniens. Elle est également destinée à permettre à l’Iran d’utiliser le territoire arménien et géorgien pour les envois de fret à grande échelle vers et depuis l’Europe.

posté le 27 septembre 2017 par Claire/armenews


DIPLOMATIE
L’UE demande à l’Arménie de se préparer à lever les exigences de visa

Un haut diplomate de l’Union européenne a exhorté hier le gouvernement arménien à entamer des “préparatifs internes“ pour la levée des exigences strictes de visa de l’UE pour les ressortissants arméniens.

“L’expérience de la Géorgie, de la Moldavie et de l’Ukraine montre que chaque pays doit apporter de nombreux changements législatifs et administratifs afin de répondre aux exigences nécessaires de l’UE“, a déclaré Piotr Switalski, chef de la délégation de l’UE en Arménie.

“Donc, ne perdez pas le temps. J’espère que ce moment viendra “, a t-il ajouté, faisant appel aux autorités d’Erevan.

L’UE a abandonné ses régimes pour les citoyens de la Géorgie, de la Moldovie et de l’Ukraine qui se rendent dans l’espace Schengen, qui couvre la majeure partie de l’Europe, après avoir signé des accords d’association avec les trois anciennes républiques soviétiques en 2014.

L’Arménie était en train de signer un tel accord avec l’UE jusqu’à ce que le président Serge Sarkissian ne décide de manière inopinée en 2013 de rejoindre l’Union économique dirigée par la Russie. Bruxelles et Erevan doivent signer un accord moins ambitieux lors d’un sommet de l’UE qui se tiendra à Bruxelles le 24 novembre.

“Je crois qu’il y aura de bonnes nouvelles pour l’Arménie lors du sommet de Bruxelles“, a confié Switalski lors d’une table ronde à Erevan.

Le ministre des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian, a intimé à l’UE de lancer un « dialogue » avec Erevan sur la libéralisation des visas lorsque les négociations sur l’accord de partenariat global et renforcé UE-Arménie ont officiellement commencé en décembre 2015.

Les dirigeants de l’UE se sont déclarés disposés à le faire lors d’un sommet de mai 2015 à Riga. Ils ont précisé qu’un tel processus dépendait de la « mise en œuvre intégrale » d’un accord UE-Arménie sur la « réadmission » des immigrants illégaux.

L’accord de réadmission a été signé en avril 2013 peu de temps après que l’UE a assoupli certaines de ses règles et procédures de visas pour les Arméniens. L’Arménie a aboli unilatéralement son régime de visas pour les citoyens des États membres de l’UE à cette époque.

posté le 27 septembre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



COOPERATION
Inauguration d’une nouvelle route reliant l’Arménie au Haut-Karabagh

Une deuxième autoroute reliant l’Arménie au Haut-Karabagh a été inaugurée vendredi en présence du président Serge Sarkissian et d’autres hauts fonctionnaires.

Les travaux sur la route longue de 115 kilomètres ont débuté en 2011 et ont été essentiellement terminés quelques mois avant la cérémonie d’inauguration. Ils ont coûté 17 milliards de drams (36 millions de dollars). Le gouvernement arménien et celui du Karabagh ont pris en charge 56% du projet de financement.

Le reste de la somme a été soulevé par le Hayastan All-Armenian Fund alors de téléthons annuels lancés à Los Angeles en 2013 et 2014. L’organisme de bienfaisance pan-arménique dont le siège est à Erevan a noté la « signification stratégique » du projet.

Le trafic de passagers et de fret entre l’Arménie et le Karabagh a jusqu’à présent été principalement réalisé par une route traversant Lachin.

La route de Lachin s’étend sur plus de 80 kilomètres, reliant Stepanakert, capitale du Karabagh, à la ville arménienne de Goris, au sud-est de l’Arménie. Elle a été construite en 1997 avec l’aide financière de la diaspora arménienne et du milliardaire américain Kirk Kerkorian.

La deuxième route s’étend de la ville du nord du Karabagh de Martakert, jusqu’à Vartenis dans l’est de l’Arménie.

Les fonctionnaires expiquent que la nouvelle route réduira non seulement le temps de déplacement entre Erevan et le nord du Karabagh, mais aussi stimulera l’activité économique dans les communautés rurales proches et attirera plus de touristes sur le territoire peuplé d’Arméniens. Cela facilitera notamment considérablement l’accès des visiteurs à deux monastères arméniens médiévaux situés dans la région.

La route reliant Vartenis à Martakert devrait également bénéficier à une société arménienne d’extraction d’or et de cuivre dans le nord du Karabagh. C’est le principal employeur et contribuable du Karabagh.

posté le 4 septembre 2017 par Claire/armenews


AVIATION CIVILE
Un avion reliant Salonique à Erévan touché par la foudre dans le ciel arménien se pose fort heureusement sans problème

Le journal arménien « Hraparak » révèle que le 18 août un avion reliant Salonique (Grèce) a Erévan pris dans des perturbations météorologiques a été touché par la foudre alors qu’il survolait l’espace aérien de l’Arménie. Les autorités arméniennes ont aussitôt été alertés et crée à l’aéroport Zvartnots d’Erévan une situation d’urgence, les services de secours étant prêts à intervenir. Mais selon « Hraparak », après des secousses provoquant une grande panique auprès des passagers, le pilote de l’avion a réussi à maitriser l’appareil et le poser sur l’aéroport d’Erévan sans dommages. Le pilote qui fut applaudi et félicité par les passagers...et on les comprend.

Krikor Amirzayan

posté le 20 août 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Transports