Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Grenoble


GRENOBLE
Inauguration à Grenoble de la rue Mélinée et Missak Manouchian samedi 26 mai à 11 heures

A l’initiative conjointe d’Eric Piolle, maire de Grenoble et de Daniel Marandjian, président de l’Association des Anciens Combattants et Résistants Arméniens de l’Armée Française (AACRAAF). La cérémonie se déroulera en présence de Katia Guiragossian, petite nièce de Mélinée Manouchian, des autorités civiles et militaires, des élus, des représentants du monde combattant, du collectif des associations arméniennes de l’agglomération grenobloise, avec la participation des élèves de la Maison de la Culture Arménienne de Grenoble et du Dauphiné et de l’école Simone Lagrange située dans cette même rue.

Nous vous attendons nombreux à cet événement exceptionnel et symbolique d’hommage de Grenoble, Ville Compagnon de la Libération, à ce couple emblématique d’orphelins, rescapés du génocide des Arméniens de 1915, épris de culture française et des idéaux du Siècle des Lumières, qui se sont battus au péril de leur vie dans les rangs des Francs-Tireurs et Partisans - Main d’Œuvre Immigrée aux heures noires de l’occupation de la France pendant la seconde Guerre mondiale.

Par cette inauguration, servie par un programme ambitieux, la ville de Grenoble et l’AACRAAF poursuivent leur travail de mémoire et de transmission auprès des jeunes générations, des valeurs d’engagement de ces combattants étrangers qui ont fait le sacrifice de leur vie au service de la libération de leur pays d’accueil.

A l’issue de la cérémonie, un apéritif d’honneur de la ville de Grenoble, agrémenté de spécialités arméniennes préparées par les bénévoles des associations, vous sera proposé au sein de l’école Simone Lagrange.

Le Bureau de l’AACRAAF

posté le 23 mai 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Grenoble 


GRENOBLE-ARMENIE-DIASPORA
Un flash mob avec le Qochari le 26 mai à 17 heures à Grenoble, en France, en Arménie et en diaspora

Initié par la Maison de la Culture Arménienne de Grenoble et du Dauphiné, le projet du flash mob avance bien. Déjà 21 pays, donc 42 villes 72 organisations. Même une troupe de danse d’Istanbul. Rendez-vous le 26 mai à 17 heures à Grenoble (rue Félix Poulat, devant l’église Saint-Louis) mais également dans diverses villes du monde ainsi qu’en Arménie pour un flash mob mondial avec pour thème le Qochari (ou Kotchari) la danse arménienne.

Krikor Amirzayan

posté le 15 mai 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Diaspora  Grenoble  Image 450 


GRENOBLE
Rencontre avec Gabriel Terneuil sur L’art chrétien arménien

Rencontre avec Gabriel Terneuil pour une projection-débat sur l’art chrétien arménien du IXe siècle en Turquie orientale.

L’Arménie méridionale historique du bassin vanique fut depuis la plus haute antiquité le cœur d’une brillante civilisation. Christianisée dès le 1er siècle, le pays se couvrit d’une multitude de sanctuaires paléochrétiens, notamment à partir du IXe siècle.

Des prestigieux monastères furent édifiés tant sur le littoral que sur les nombreuses iles de la mer de Naïri (lac de Van) qui se trouve actuellement en Turquie. Certains édifices ont disparu. Ce sera l’occasion de les voir.

Vendredi 06 Avril 2018, à 19h30
Maison des associations
6 rue Berthe de Boissieux - Grenoble
Verre de l’amitié & Spécialités arméniennes
Réservation nécessaire : catherine_AEP@hotmail.com
Participation au chapeau à partir de 5 €

posté le 30 mars 2018 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Grenoble 


ARMENIE-DIASPORA
Un Flashmob mondial avec le Qochari (Kotchari) le 26 mai

A l’initiative de la dynamique Siranouche Khachatrian (Maison de la Culture Arménienne de Grenoble et du Dauphiné), un appel à un Flashmob à travers le monde est lancé avec pour lien le Kotchari (Qochari) la danse arménienne. Le message d’annonce de la MCAGD affirme « Le 26 mai 2018 prends part à la Flashmob pan-arménienne, où que tu sois, en Arménie ou hors de ses frontières, indépendamment du sexe, de l’âge, de la profession et des compétences de danse.

PNG - 197.8 ko
Dansons le Qochari (Kotchari) ensemble en Flashmob partout dans le monde le 26 mai prochain

En l’honneur de toutes nos victoires passées et futures, nous dansons le qochari victorieux. Pour plus d’information rejoins notre page Facebook, écris à notre adresse électronique, visite notre site internet et ... N’HÉSITE PAS, DANSE, TOI AUSSI ! (Initiatrice du projet, Maison de la culture arménienne à Grenoble, France). »

Նախագծի մասին 2018թ. սպասվող տոնակատարություններին ընդառաջ՝ Գրենոբլի « Հայկական մշակույթի տունը » հանդես է գալիս նախաձեռնությամբ՝ կազմակերպելով համահայկական ֆլեշմոբ « Արի պարի քոչարի »՝ նվիրված Հայաստանի առաջին հանրապետության 100 և Էրեբունի-Երևանի 2800 ամյակներին : Նախագծի նպատակն է 2018թ. մայիսի 26-ին աշխարհի տարբեր անկյուններում բնակվող բոլոր հայերով պարել մեր հաղթական քոչարին՝ ի պատիվ մեր բոլոր հաղթանակների և ի նշան մեր միասնականության : Բաց մի թողեք աշխարհին ներկայանալու նման հնարավորությունը : Նախագծի մանրամասներին կարող եք ծանոթանալ կայքից

Comment participer ? Se rendre sur le site : http://www.aripariqochari.com

- Website : http://aripariqochari.com/

- Facebook : https://www.facebook.com/pg/aripariqo...

- Twitter : https://twitter.com/aripariqochari

Et aussi la bande annonce sur you tube. Il y a en 4 langues.

- https://www.youtube.com/watch ?v=V16ziob8318

Rendez-vous sur les sites pour prendra part à ce Flashmob.

Krikor Amirzayan

posté le 20 mars 2018 par Krikor Amirzayan/armenews


REGION DE GRENOBLE
Commémoration du 74e anniversaire de l’exécution du groupe Missak Manouchian à Echirolles (Isère)

Dimanche 25 février à Echirolles (Isère), malgré un froid perçant, quelque 120 personnes se sont réunies à l’invitation du maire d’Echirolles (Isère) Renzo Sulli et de Daniel Marandjian, président de l’Association des anciens combattants et résistants arméniens de l’armée française (AACRAAF) afin témoigner leur attachement à cette si fragile mémoire des 22 hommes fusillés le 21 février 1944 au Mont Valérien et de la seule femme décapitée plus tard en Allemagne.

JPEG - 207 ko

On notait à la cérémonie, la présence de Martine Kholy, vice-présidente du conseil départemental, Sylvette Rochas et Daniel Bessiron, conseillers départementaux, Alexis Jolly conseiller régional, Claire Kirkyacharian, 1ère vice-présidente de Grenoble-Alpes Métropole, Martine Jullian conseillère municipale déléguée de Grenoble et Alexandre Cohen conseiller municipal délégué de Fontaine, ainsi que les présidents des associations d’anciens combattants, résistants, déportés et amis de la résistance et les représentants des associations arméniennes de l’agglomération grenobloise.

JPEG - 286.9 ko

Après l’accrochage d’une gerbe sous la plaque de la rue Manouchian, le cortège s’est rendu au Monument aux morts. Daniel Marandjian dans son discours a salué la mémoire de « ces héros de l’ombre » que furent les combattants du groupe Manouchian. Il a réitéré la demande de transfert au Panthéon, des cendres de ces martyrs qui attendent toujours dans leurs tombes du cimetière d’Ivry la reconnaissance suprême de la Patrie. En souhaitant que le récent soutien du plasticien Ernest Pignon-Ernest fasse avancer ce dossier...

JPEG - 398.5 ko

Il a souligné l’attitude exemplaire de Missak Manouchian lors du procès de l’hôtel Continental qui devait les condamner à mort. S’adressant aux juges français il dit : « Vous avez hérité de la nationalité française, nous, nous l’avons méritée ».

Tirant les leçons du passé, il a évoqué le présent dans un Monde, une Europe, une France où nous voyons à nouveau monter des idéologies de rejet de l’autre, de xénophobie, de racisme et d’antisémitisme.

Tiphaine Sarrat et Charlie Forestier, lycéens, ont ensuite lu le poème « L’Affiche rouge » d’Aragon avec une émotion palpable, avant que Jean Forestier vice-président de l’AACRAAF et Pierre Manoukian, trésorier procèdent à l’appel des 23 exécutés. Le Chant des Partisans, Mer Hayrenik et la Marseillaise ont ponctué la cérémonie conclue par plusieurs dépôts de gerbes (Ville d’Echirolles, Département, Métropole, Ville de Grenoble, anciens combattants Arméniens et comité de liaison) et le salut aux porte- drapeaux dont Jacques Sahaguian.

posté le 5 mars 2018 par Krikor Amirzayan/armenews


GRENOBLE
Rencontre sur les chemins d’Arménie

Discussion avec Christine Qualizza, Claudine Tournebize et Hervé Maisonneuve, qui ont fait un trek en Arménie cet été et qui relateront leur voyage, leurs découvertes grâce à des photos inédites. Avec également une exposition des tableaux de Vartkès Mardirossian.

Mercredi 7 février à 20h
Maison des associations
6 rue Berthe de Boissieux - 38000 Grenoble
Réservation nécessaire : catherine_AEP@hotmail.com
Avec verre et spécialités arméniennes - Participation au chapeau à partir de 5 €

posté le 10 janvier 2018 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Grenoble 


GRENOBLE
Hranouche Hakobyan la ministre de la diaspora arménienne à MCAGD de Grenoble

Après Marseille, Lyon et Valence, la Maison de la culture arménienne de Grenoble et du Dauphiné (MCAGD) a reçu lundi 27 novembre la visite de Hranouche Hakobyan, la ministre arménienne de la Diaspora. C’était la première visite -de très courte durée- de Hranouche Hakobyan à Grenoble. La ministre a rencontré d’abord les représentants des associations arméniennes de la communauté grenobloise avec présentation par ces derniers de leurs activités et des projets.

La ministre était accueillie dans la salle Jean Marandjian de la Maison de la culture par le chant des enfants de l’école hebdomadaire, suivi de l’allocution de la présidente, Siranouche Khachatrian.

Un film-documentaire sur les différentes activités de la MCAGD permit à la ministre de prendre connaissance de toutes les activités poursuivies dans le centre culturel. De son côté Hranouche Hakobyan en arménien -malheureusement sans traduction faute de temps- a remercié les Arméniens de Grenoble pour la réception et encouragé le dynamisme des activités associatives culturelles arméniennes. Une projection sur les activités du ministère arménien de la Diaspora permit également de connaitre les actions et projets entrepris en Arménie et en diaspora. Au terme de la rencontre, la ministre de la Diaspora remit des médailles d’or -la plus haute distinction du ministère- à Grégoire et Monique Atamian ainsi qu’à Albert Kaladjian pour leur grande implication depuis de très nombreuses années au sein de l’activité communautaire.

Siranouche Khachatrian et Antoine Bédrossian ont reçu la « Médaille de gratitude » du ministère de la Diaspora pour leur investissement, notamment pour la réalisation d’Antoine Bédrossian de la très belle exposition consacrée aux orphelins du génocide. Pour leur mission pédagogique dans le cadre de la préservation de l’identité arménienne huit enseignants de la MCAGD ont reçu également des certificats de remerciements de la part du ministère de la Diaspora de la RA.

La réception s’est terminée devant un buffet de spécialités arméniennes concocté par les dames de l’association.

Le lendemain, Hranouche Hakobyan a été reçue par Eric Piolle, maire de Grenoble. L’entretien a eu pour cadre la collaboration franco-arménienne notamment les programmes de coopération entre la ville de Grenoble et la ville de Sevan (Arménie).Le maire de Grenoble a par ailleurs présenté les projets que la mairie de la ville de Grenoble réalise avec la communauté arménienne ainsi qu’avec l’Arménie. Il a affirmé que malgré leur intégration et leur participation active à la vie de Grenoble, les Arméniens restent fidèles à leurs racines et à leur culture. infos : Lilit Hakobyan

Krikor Amirzayan

posté le 4 décembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


GRENOBLE
Conférence d’Anouche Kunth : Les réfugiés en France aux lendemains de la 1ère GM

En partenariat avec le Réseau Traces, l’association Arménie Echange et Promotion organise une conférence d’Anouche Kunth à l’occasion de la parution de son ouvrage : Exils arméniens, Du Caucase à Paris, 1920-1945, qui s’intéressera aux réfugiés et apatrides en France aux lendemains de la Grande Guerre. Une soirée très riche et intéressante en perspective à une période où nous sommes confrontés quotidiennement à la question des migrants.

La Grande Guerre laisse en Europe une dizaine de millions de réfugiés dont le vécu est au demeurant très disparate, et dont le devenir le sera tout autant au gré des traités de paix et des redécoupages territoriaux. Parmi eux, des groupes humains (Russes ayant fui la révolution bolchevique de 1917, Arméniens de l’ancien Empire ottoman) font l’objet dans leur pays d’origine de politiques inédites de dénaturalisation forcée et automatique, qui rendent impossible toute perspective de retour au pays. Où aller alors que le monde se couvre de frontières et que les statuts personnels sont déterminés par le port d’une nationalité ? Cette conférence s’attachera à retracer les parcours des réfugiés russes et arméniens depuis les empires en déliquescence jusqu’à la France, qui donna l’asile à nombre d’entre eux.

Anouche Kunth est historienne, chargée de recherche au CNRS (Migrinter). Ses travaux actuels, consacrés au monde arménien en exil, abordent l’événement génocidaire depuis la dispersion massive et forcée des survivants. Elle est l’auteur, notamment, de Arméniens en France, du chaos à la reconnaissance (L’Attribut, 2010), co-écrit avec Claire Mouradian.

Dans son dernier ouvrage Exils arméniens, Du Caucase à Paris, 1920-1945, elle s’intéresse à la révolution bolchevique qui jettent hors de Russie plus d’un million de réfugiés, qui croient leur fuite temporaire. Elle va s’avérer irréversible, la perte de la patrie se conjuguant bientôt avec celle des droits nationaux. Parmi ces « sans-droits », quelques centaines de grandes familles arméniennes, issues des marges caucasiennes de l’Empire des Romanov. Banquiers et industriels, artistes, professeurs d’université, hommes politiques : tous, vers 1920, s’enfuient avec femmes et enfants, par crainte des violences que le nouveau régime de Moscou inflige à ses « ennemis de classe ». Hors de Russie, et tout particulièrement en France où convergent des dizaines de milliers d’exilés, leurs trajectoires croisent celles des Arméniens de Turquie, persécutés quant à eux pour des motifs ethno-confessionnels.

L’histoire des exils arméniens s’écrit ici à hauteur d’hommes et de femmes en fuite, de familles soudées face au danger, parfois séparées, plongées dans l’opacité après le renversement de l’ordre ancien. Que faire ? Où aller ? Quel projet poursuivre en ces temps de chaos et d’incertitude ? Comment préserver ses ressources et recréer un ordre pour soi ? Les parcours de ces anciens sujets d’empires donnent à penser ce que reconstruit l’exil, lieu de mise à l’épreuve individuelle et de ré-élaboration des destinées collectives.

Mercredi 04 octobre 2017 à 19 h
Maison des Associations - 6 rue Berthe-de-Boissieux - Grenoble
Réservation nécessaire : catherine_AEP@hotmail.com
Participation libre au chapeau

posté le 12 septembre 2017 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Grenoble 


GRENOBLE
Succès pour FAIR

A l’occasion de l’inauguration de son antenne à Grenoble le 15 juin 2017, FAIR (France Arménie International Réseau) a réuni ses membres et amis entrepreneurs de la région Auvergne-Rhône-Alpes au Novotel de Grenoble-Nord-Voreppe pour un dîner-conférence autour du thème majeur de la relation Banque-Entreprise.

Aramazd Abedi, président de FAIR, a ouvert la soirée en saluant la présence importante de chefs d’entreprises et de professionnels représentant un grand spectre de domaines d’activité de l’économie régionale. Le Président a exposé les objectifs régionaux, nationaux et internationaux de l’association. Il a annoncé la création de FAIR à Grenoble comme une réponse aux demandes émanant de plusieurs entrepreneurs du Dauphiné. Cette étape sera suivie de l’extension prochaine de FAIR dans la Drôme.

Jean-Claude Parukanian, trésorier et responsable du développement local de FAIR, a remercié Richard Kaladjian et Daniel Marandjian d’avoir contribué à la préparation de cette première rencontre à Grenoble destinée à développer le réseau dans le Dauphiné. Il a appelé à de nouvelles adhésions afin de permettre à tous de tirer un maximum de bénéfices de l’effet réseau de FAIR.

Manoug Pamokdjian,administrateur et responsable des conférences et de l’événementiel de FAIR, a présenté le conférencier et le thème de la soirée.

L’invité de la soirée, Hervé Garabedian, associé et fondateur du cabinet Alfil & Gambit, expert de la relation Banque-Entreprise, spécialiste de la modélisation des flux et du cash management, du financement et de la couverture des risques, a exposé l’impact de la mondialisation, de la numérisation, du développement des télécoms sur l’industrie bancaire. Il a dévoilé les opportunités et les risques pour les entreprises soumises aux aléas de ces évolutions de l’univers bancaire. Hervé Garabedian a présenté aux participants l’application Tresaudit, élaboré par son cabinet, permettant d’analyser le positionnement de la société, et de programmer l’optimisation des coûts permettant de négocier avantageusement avec la banque. En conclusion, le conférencier a souligné l’importance du réseau ; il a encouragé les participants à profiter des opportunités offertes par FAIR afin de partager et de s’informer ensemble des difficultés rencontrées ainsi que des solutions trouvées par leurs pairs.

A l’issue de la conférence, Manoug Pamokdjian a soumis à l’assemblée présente le projet de FAIR de fédérer les TPE et PME permettant ainsi la mutualisation des solutions dans les relations avec le système bancaire.

La soirée s’est poursuivie par un buffet dînatoire qui a permis les contacts et échanges entre les professionnels venus de la région lyonnaise, stéphanoise et grenobloise.

Pour adhérer à FAIR : http://www.france-armenie-fair.com/rejoindre-notre-reseau/
FAIR 40 rue d’Arménie, 69003 Lyon - Tel : +33 (0) 9 72 52 12 70
mailto: contact@france-armenie-fair.com
www.france-armenie-fair.com/Facebook
Facebook : @fairreseau

posté le 19 juin 2017 par Claire/armenews