Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Diplomatie


DIPLOMATIE
Deux députés américains en visite en Artsakh

Deux membres de la Chambre des représentants des États-Unis se sont rendus hier au Haut-Karabagh dans une démonstration de soutien à la poursuite de la reconnaissance internationale du territoire arménien.

Frank Pallone et Tulsi Gabbard ont rencontré des représentants du gouvernement et des députés à Stepanakert après avoir visité la ville historique de Shushi (Shusha), à proximité.

Pallone, qui est l’un des deux coprésidents du Congrès américain chargés du Caucase, a réaffirmé ses vues pro-arméniennes sur le conflit du Karabagh. “Nous croyons que les gens de l’Artsakh doivent pouvoir exercer leur droit à l’autodétermination et disposer de mécanismes pour assurer leur sécurité“.

“Nous allons faire de notre mieux au sein du Congrès ou dans le cadre du groupe Minsk de l’OSCE pour voir si nous pouvons jouer un rôle dans la création de mesures de confiance et évidemment dans un processus qui conduirait à un règlement du conflit et à la paix“, a déclaré Pallone aux journalistes.

“Mais tout cela nécessite que le Karabagh continue d’être arménien et ait sa propre autodétermination. Sur cela, nous insistons toujours“, a ajouté le démocrate du New Jersey qui a visité à plusieurs reprises le Karabagh par le passé.

Pallone et Gabbard, qui est un démocrate d’Hawaii, ont vanté le respect des droits de l’homme et de la démocratie par les autorités du Karabagh. L’Artsakh partage des « valeurs importantes » avec les États-Unis, a explicité M. Gabbard.

Les deux députés étaient accompagnés des présidents du Comité national arménien d’Amérique (ANCA) et de l’Assemblée arménienne d’Amérique, les deux principaux groupes de pression arméniens aux États-Unis. “Comme nos amis du Congrès l’ont vu aujourd’hui, l’Artsakh a une histoire très américaine : la victoire d’un peuple libre sur la domination étrangère, le triomphe grâce au mérite et durement gagné de la démocratie sur la dictature “, a affirmé Raffi Hamparian de l’ANCA.

Pallone et Gabbard faisaient partie d’une délégation de six membres du Congrès américain qui s’est entretenue mardi avec des députés arméniens et des hauts fonctionnaires du gouvernement à Erevan. Un autre membre de la délégation, David Valadao, s’est rendu lundi au Karabagh pour inspecter les activités de déminage financées par les États-Unis.

Plus tôt ce mois-ci, Valadao et d’autres législateurs pro-arméniens ont adopté à la Chambre des représentants un prolongement de l’aide humanitaire pour l’Artsakh. Le Congrès des États-Unis la finance depuis 2001 dans le cadre de l’assistance économique directe au Karabagh, malgré les fortes objections azerbaïdjanaises.

posté le 21 septembre 2017 par Claire/armenews


DISCUSSIONS A EREVAN
Des législateurs américains discutent Karabagh et investissements en Arménie

Six membres de la Chambre des représentants des États-Unis ont discuté du conflit du Haut-Karabagh et des obstacles à des liens commerciaux plus proches entre les États-Unis et l’Arménie avec des représentants du gouvernement arménien et des parlementaires lors d’une visite à Erevan hier.

La délégation du Congrès a rencontré le Premier ministre Karen Karapetian, l’orateur du Parlement Ara Babloyan et plusieurs autres députés arméniens représentant divers partis politiques. La délégation comprenait trois des quatre coprésidents du Congrès s’occupant du Caucase et des questions arméniennes : Frank Pallone, Jackie Speier et David Valadao.

Le conflit non résolu du Karabagh était au premier rang des discussion. Karapetian et Babloayn ont loué la médiation américaine pour les pourparlers de paix entre Arménie et Azerbaïdjanais. Les deux parties ont convenu de la nécessité d’une résolution pacifique du conflit.

Anna Eshoo, autre membre de la délégation des États-Unis, a souligné l’importance d’un règlement du Karabagh pour le développement économique de l’Arménie. “Je pense que l’avenir de l’Arménie repose beaucoup sur une résolution pacifique“, a t-elle avancé.

Eshoo a insisté sur le fait qu’une solution de compromis au conflit est possible malgré l’impasse actuelle du processus de négociation. “Je pense que nous devons être optimistes“, a assuré le démocrate californien.

La plupart des députés invités ont fortement appuyé l’aide économique directe des États-Unis au Karabagh depuis presque deux décennies. Une partie de cette aide a été consacrée aux opérations humanitaires de déminage menées par HALO Trust, un organisme de bienfaisance britannique. Il y a deux semaines seulement, la Chambre des représentants a approuvé un financement de 1,5 million de dollars pour de nouvelles activités.

Valadao s’est rendu lundi au Karabagh pour inspecter ces activités de déminage. Il a rapporté qu’il ne s’inquiétait pas d’être mis sur la liste noire par l’Azerbaïdjan pour avoir visité le territoire peuplé d’Arménie sans la permission de Bakou.

“C’est leur choix“, a commenté le député républicain. “Je ne veux pas m’en occuper“.

Les députés des États-Unis ont également parlé avec leurs homologues arméniens des moyens de stimuler les investissements américains en Arménie. Ils ont souligné l’importance de lutter contre la corruption gouvernementale dans le pays.

“La corruption est un anathème pour les entreprises américaines“, a lâché Eshoo. “Ils ont écouté avec attention [...] Je pense qu’il est important de toujours dire à ses amis la vérité.“

La réunion avec Karapetian a également porté sur les perspectives de signature d’un accord entre les États-Unis et l’Arménie visant à éviter une double imposition.

Le vice-ministre arménien des Transports et des Communications, Boris Demirkhanian, a affirmé qu’un tel accord est particulièrement important pour le secteur de la technologie de l’information en plein essor en Arménie. Il a pris la parole lors de la réunion séparée de la délégation américaine avec des responsables techniques locaux. Les députés invités ont été informés de la forte présence américaine dans le secteur, selon une déclaration du ministère arménien des Transports, des Communications et des Technologies de l’information.

Le secteur a augmenté en moyenne de plus de 20 % par an au cours de la dernière décennie. Il est dominé par les branches arméniennes des géants technologiques américains comme Synopsys, National Instruments, Mentor Graphics et VMware.

posté le 20 septembre 2017 par Claire/armenews


ARMENIE-DIPLOMATIE
Estera Mkrtoumyan l’Ambassadrice d’Arménie en Argentine également nommée Ambassadrice en Uruguay, Chili et Pérou

Par décret présidentiel, Estera Mkrtoumyan Ambassadrice d’Arménie en Argentine depuis février 2017 a également été nommée Ambassadrice plénipotentiaire en Uruguay, Chili et Pérou. Son siège sera Buenos Aires (Argentine). Estera Mkrtoumyan (41 ans) qui a effectué ses études universitaires à Erévan, maîtrise outre l’arménien, le russe, l’anglais et l’espagnol. E. Mkrtoumyan a exercé diverses fonctions diplomatiques. Elle est mariée et a une fille.

Krikor Amirzayan

posté le 14 septembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Diplomatie 


ECONOMIE
Un représentant du commerce américain encourage l’Arménie à exporter vers les USA

Un haut fonctionnaire des États-Unis a encouragé les hommes d’affaires arméniens à tirer le meilleur parti de l’accès de l’Arménie au marché américain lors d’une visite à Erevan hier.

Le représentant adjoint du commerce, Ed Gresser, les a informés sur le Système généralisé de préférences (SGP) des États-Unis lors d’une réunion organisée par la Chambre de commerce américaine en Arménie (AmCham) et l’Ambassade américaine à Erevan.

L’Arménie compte parmi 129 pays et territoires inclus dans le programme SGP, qui dispense, totalement ou partiellement, de nombreux produits qu’ils fabriquent des droits d’importation des États-Unis. Malgré ces préférences commerciales, les exportations arméniennes vers les États-Unis ont été assez modestes jusqu’à ce jour.

Selon les statistiques officielles, les entreprises arméniennes n’ont exporté qu’environ 39 millions de dollars de marchandises - principalement des feuilles d’aluminium, des bijoux et des produits alimentaires - aux États-Unis l’année dernière. Les exportations ont augmenté de 62 % en glissement annuel, au cours des sept premiers mois de 2017.

Gresser a expliqué que le régime commercial préférentiel donne aux exportateurs arméniens un avantage concurrentiel important pour les États-Unis. “Aucun pays de l’Union européenne n’est éligible au SGP“, a-t-il commenté. “La Russie n’est pas dans le système non plus, ni la Chine et l’Iran“.

“Alors, lorsque les acheteurs choisissent entre les produits de l’Arménie et ceux de certains pays voisins ou ceux de très grands exportateurs, les économies offertes par le SGP peuvent être un argument très convaincant en faveur du produit arménien“, a martelé le responsable américain.

L’Arménie est déjà le quatrième exportateur mondial de confiture de cerises aux États-Unis, a-t-il mis en avant.

“L’une de mes principales priorités en tant qu’ambassadeur depuis deux ans a été d’améliorer les liens économiques et les échanges entre l’Arménie et les États-Unis“, a souligné Richard Mills, l’ambassadeur américain à Erevan, après la réunion d’AmCham. “C’est pourquoi je suis très heureux d’accueillir cette semaine à Erevan deux membres du bureau du représentant commercial des États-Unis“.

“Ces deux visiteurs sont là pour parler du potentiel d’expansion de l’utilisation par l’Arménie du Système généralisé de préférences que les États-Unis ont mis en place“, a-t-il ajouté.

L’ambassade des Etats-Unis et le ministère arménien de l’Économie ont déjà organisé un séminaire en mars 2016 pour les entreprises manufacturières arméniennes intéressées par le progamme. Un autre haut fonctionnaire du Bureau du représentant commercial des États-Unis était présent pour présenter les opportunités commerciales découlant du régime commercial et des procédures légales pour pouvoir en bénéficier.

Gresser a rencontré mardi le ministre arménien des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian, et le ministre adjoint de l’Economie, Garegin Melkonian. Les sources officielles arméniennes ont révélé que les discussions portaient non seulement sur les questions liées au SGP, mais aussi sur la possibilité de liens commerciaux plus larges entre les deux pays. En particulier, les deux parties ont discuté des préparatifs d’une deuxième session du Conseil du commerce et de l’investissement des États-Unis et de l’Arménie.

Le conseil a été mis en place conformément à l’Accord-cadre sur le commerce et l’investissement signé par les autorités américaines et arméniennes à Washington en mai 2015. Il est chargé d’aborder les obstacles au commerce bilatéral.

posté le 14 septembre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE-DIPLOMATIE
L’Arménie et la Moldavie vont confirmer la levée mutuelle du régime des visas

L’Arménie et la Moldavie ont décidé de lever réciproquement le régime des visas. Lundi 11 septembre Chavarch Kotcharyan le vice-ministre des Affaires étrangères a présenté au Parlement arménien le projet. Il a rappelé que des accords mutuels entre pays de la CEI (Communauté des Etats Indépendants) étaient d’usage et devaient être votés pour être validés. L’un des objectifs de la levée des visas pour l’Arménie est de faciliter les échanges et surtout de développer le tourisme.

Krikor Amirzayan

posté le 12 septembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Diplomatie  Moldavie 


DIPLOMATIE
L’UE prête à soutenir financièrement les réformes promises par Karen Karapetian

Un haut diplomate de l’Union européenne a loué vendredi les réformes « ambitieuses » promises par le Premier ministre Karen Karapetian, expliquant que l’UE est prête à les soutenir grâce à une assistance économique plus importante en Arménie.

« Nous appuyons fermement votre programme de réformes », a déclaré Piotr Switalski, chef de la délégation de l’UE à Erevan. « Avec l’aide d’experts externes, nous avons analysé en profondeur votre programme de réforme. C’est un programme ambitieux. “

“Maintenant, nous pensons à la façon d’harmoniser nos efforts avec votre agenda de réformes. Nous souhaitons investir de l’argent lorsque vous pensez que les réformes seront efficaces », a ajouté Switalski, selon un communiqué.

“Je tiens à vous assurer que nous savons comment changer le pays car nous connaissons bien nos problèmes et nos défauts “, a répondu Karapetian.

Une déclaration distincte de la délégation de l’UE révèle que les deux hommes ont discuté des « programmes et projets financés par l’UE pour soutenir le développement économique de l’Arménie ».

Karapetian a déjà rencontré Switalski et les ambassadeurs basés à Erevan dans les principaux États membres de l’UE en juillet pour discuter du programme de cinq ans de son gouvernement approuvé par le Parlement nouvellement élu de l’Arménie. Le programme prévoit des réformes majeures visant à améliorer la situation socioéconomique en Arménie. Il engage spécifiquement le gouvernement à réformer le climat intérieur de l’investissement, à aider les entreprises orientés vers l’exportation et à lutter contre la corruption.

Karapetian a promis à maintes reprises de mettre en œuvre de telles réformes depuis qu’il a été nommé Premier ministre il y a un an. Un haut fonctionnaire du Fonds monétaire international a qualifié son cabinet de « réformiste » en avril.

Les politiciens de l’opposition arménienne ont cependant été plus critique. Ils pensent, en particulier, que les hommes d’affaires riches proches du gouvernement continuent à bénéficier d’un monopole sur les importations lucratives de biens essentiels. Certains d’entre eux ont également rappelé qu’il n’est toujours pas clair si Karapetian conservera son poste après la fin du mandat du président Serge Sarkissian en avril 2018.

Selon le bureau de presse de Karapetian, le Premier ministre a également discuté vendredi avec Switalski des préparatifs pour la signature, plus tard cette année, d’un accord de partenariat global et renforcé entre l’UE et l’Arménie.

posté le 11 septembre 2017 par Claire/armenews


ETATS-UNIS/TURQUIE
Conversation entre Trump et Erdogan sur la « stabilité régionale »

Washington, 9 sept 2017 (AFP) - Le président américain Donald Trump a évoqué samedi avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan la coopération entre les deux pays en vue d’“accroître la sécurité régionale“, a annoncé la Maison Blanche.

M. Trump a “mis l’accent sur l’engagement commun des Etats-Unis et de la Turquie de collaborer pour accroître la stabilité régionale“, indique la présidence dans un court communiqué sans autre précision.

Cette conversation téléphonique s’inscrit dans un contexte de détérioration des relations entre Washington et Ankara, notamment depuis la décision américaine d’armer des milices kurdes syriennes que la Turquie considère comme “terroristes“, pour lutter contre le groupe Etat islamique (EI) en Syrie. La Turquie a également demandé à plusieurs reprises, et sans succès, l’extradition de Fethullah Gülen, prédicateur installé en Pennsylvanie (nord-est) et à qui Ankara impute le putsch manqué de juillet 2016.

Les autorités américaines ont enfin inculpé plusieurs Turcs pour des transactions financières ayant violé l’embargo sur l’Iran, parmi lesquels Zafer Caglayan, ancien ministre de l’économie du gouvernement de M. Erdogan quand il était Premier ministre. Le président turc a dénoncé une décision “politique“ prise “contre la Turquie“.

M. Erdogan a déclaré qu’il rencontrerait Donald Trump, à l’occasion de l’Assemblée générale de l’ONU qui débute le 19 septembre à New York, “si l’occasion se présente“.

posté le 10 septembre 2017 par Ara/armenews


COOPERATION
L’UE se prépare à la signature d’un accord avec l’Arménie en novembre

L’Union européenne entreprend les préparatifs finaux pour signer un traité historique avec l’Arménie en novembre, a assuré hier le chef de la délégation de l’UE à Erevan, Piotr Switalski.

“Je reviens d’un voyage à Bruxelles, je viens de d’atterrir à Erevan à 5 heures ce matin“, a expliqué Switalski aux journalistes. “D’après mes conversations avec toutes les personnes chargées de préparer la signature de l’accord, je peux dire que tout va dans le bon sens“.

“Les gens à Bruxelles travaillent intensément pour que nous puissions signer l’accord lors du sommet du Partenariat oriental de l’UE en novembre, a-t-il confié. Du côté de l’UE, nous préparons tout.“

L’Accord de partenariat global et amélioré, finalisé en mars, vise à approfondir les relations politiques et économiques de l’UE avec l’Arménie. Il contiendra les principales dispositions politiques d’un accord d’association plus approfondi que les deux parties avaient presque conclu en 2013.

Le président Serge Sarkissian avait au dernier moment empêché la signature de cet accord, lorsqu’il avait demandé en surprenant tout le monde l’adhésion de l’Arménie à l’Union économique eurasienne (UEE) dirigée par la Russie. Cette volte-face a été largement attribuée à la pression de la Russie exercée sur le gouvernement arménien.

Sarkissian a rejeté à la fin du mois dernier des suggestions selon lesquelles l’accord de remplacement envisagé avec l’UE pourrait également s’effondrer à la dernière minute. “Nous n’avons aucune raison pour ne pas signer ce document“, a-t-il affirmé. Il a de nouveau insisté sur le fait que Moscou ne lui a pas demandé de ne pas signer l’Accord d’association il y a quatre ans.

Interrogé sur la question de savoir si les tensions croissantes de la Russie avec les puissances occidentales pouvaient mettre en péril l’Accord de partenariat global et amélioré, Switalski a réitéré l’idée que l’UE s’attend à signer l’accord en novembre.

Le diplomate européen a également noté à cet égard que l’Arménie et l’UE sont actuellement engagés dans un « dialogue de facilitation des visas » visant à aider les ressortissants arméniens à se rendre dans les États membres de l’UE. “Je pense que c’est un dialogue très fructueux“, a-t-il conclue.

posté le 7 septembre 2017 par Claire/armenews


DIPLOMATIE
A Erévan, Edouard Nalbandian a reçu Igor Crnadak le chef de la diplomatie de Bosnie Herzégovine

Hier 30 août à Erévan, Edouard Nalbandian, le ministre arménien des Affaires étrangères a reçu son homologue de Bosnie Herzégovine, Igor Crnadak. Un certain nombre d’accords entre l’Arménie et la Bosnie Herzégovine furent signés à cette occasion. La levée du régime des visas entre les deux pays furent examinés. Lors de la conférence de presse qui a suivi l’entretien, Edouard Nalbandian est revenu sur les déclarations d’Elmar Mamedyarov le chef de la diplomatie azérie qui déclarait que l’Azerbaïdjan était prêt à avancer dans le règlement du conflit de l’Artsakh (Haut-Karabagh) si l’Arménie acceptait un certain nombre de conditions. Edouard Nalbandian dit « Il n’y a rien de concret dans cette déclaration. L’Azerbaïdjan tente une nouvelle fois de tromper l’opinion internationale en déclarant ses bonnes intentions (...) alors que l’Azerbaïdjan refuse nombre de principes pour arriver à ces accords ». Le ministre Bosniaque des Affaires étrangères Igor Crnadak fut également reçu par le président arménien Serge Sarkissian.

Krikor Amirzayan

posté le 31 août 2017 par Krikor Amirzayan/armenews