Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Diplomatie


ARMENIE-TURQUIE
L’avenir de la normalisation des relations arméno-turques n’est pas grand selon l’historien Suisse Hans-Lukas Kieser

Les perspectives d’avenir de la normalisation des relations diplomatiques arméno-turques ne sont as grandes selon l’historien Suisse Hans-Lukas Kieser. Déclaration qu’il a effectuée jeudi au siège de la présidence arménienne à Erévan. Pour son apport à l’étude du génocide des Arméniens, Hans-Lukas Kieser a été récompensé en 2016 de la Médaille du Président arménien. L’historien Suisse s’intéresse à l’Arménie depuis les années 1980. Il découvrait l’Arménie alors qu’il était étudiant à la Faculté d’histoire en Suisse.

Krikor Amirzayan

posté le 27 mai 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Diplomatie  Image 450 


RELATIONS UE/ARMENIE
Rencontre diplomatique entre Mogherini et Nalbandian à Bruxelles

L’Union européenne et l’Arménie ont réitéré leur attachement à des valeurs partagées et ont salué le travail actuel pour un nouvel accord qui sera signé plus tard cette année, lors d’une réunion entre leurs représentants diplomatiques hier à Bruxelles.

Lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre arménien des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian, après la 17ème réunion du Conseil de coopération Arménie-UE, Federica Mogherini (représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité) a déclaré que l’UE “attend avec impatience la position active et constructive de l’Arménie, en préparation du prochain sommet du partenariat oriental“ qui se tiendra à Bruxelles en novembre.

Le nouvel accord de partenariat global et renforcé entre l’UE et l’Arménie, dont les négociations ont été lancées à la fin de 2015, a été paraphé à Erevan en mars. Sa signature est attendue à ce sommet de Bruxelles.

“L’Union européenne est disposée à élargir et à approfondir la coopération avec l’Arménie. Nous sommes déjà le premier partenaire commercial du pays, le premier donateur international et le principal partisan des réformes. Nous sommes prêts à continuer de soutenir le processus de réforme de l’Arménie concernant diverses questions, y compris le développement économique, l’environnement des affaires, le système judiciaire, les droits de l’homme, la lutte contre la corruption - des questions très concrètes et pertinentes pour les citoyens arméniens“, a assuré Mogherini.

“Nous avons discuté aujourd’hui de nos valeurs partagées, y compris notre engagement envers la démocratie et les droits de l’homme, qui sous-tendent le nouvel accord et notre coopération future. Nous avons lancé des négociations en décembre 2015, nous deux ici à Bruxelles, et nous revenons aujourd’hui avec de bons résultats grâce au dur travail de nos équipes respectives, que j’aimerais également remercier pour tout ce que nous avons réussi à faire.“

Le responsable de l’UE a déclaré que la résolution pacifique du conflit du Haut-Karabagh a également été discutée lors de son entretien avec le représentant de l’Arménie. “L’Union européenne estime que le statu quo est insoutenable et que le conflit nécessite un règlement politique précoce conformément au droit international. L’Union européenne continue de soutenir pleinement les efforts de médiation et les propositions des Coprésidents du Groupe Minsk de l’OSCE [Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe].

“Nous avons également échangé sur des questions régionales : nous avons discuté de la situation autour du conflit en Syrie, ainsi que des problèmes régionaux plus larges. L’UE a également réitéré son engagement à soutenir la normalisation des relations entre l’Arménie et la Turquie et nos encouragements aux deux parties à s’engager dans ce processus sans conditions préalables “, a ajouté Mogherini.

Pour sa part, le ministre Nalbandian a déclaré que “l’Arménie demeure déterminée à atteindre les objectifs du Partenariat oriental et continue de contribuer lui-même aux efforts conjoints dans ce cadre multilatéral“.

En particulier, il a parlé des élections législatives du 2 avril en Arménie qui ont été marquées par la présence sans précédent d’observateurs internationaux “, ce qui a permis selon le ministre que les élections soient bien administrées, que les libertés fondamentales soient respectées et que les résultats reflètent la volonté de la population “. Il a également remercié l’Union européenne pour « une importante assistance financière et technique pour soutenir l’organisation d’un processus de vote gratuit et transparent ».

Nalbandian a confirmé que lors des discussions avec Mogherini, les parties ont abordé un certain nombre de grands problèmes régionaux et internationaux, notamment le Moyen-Orient, la Turquie, l’Iran, ainsi que le conflit du Haut-Karabagh.

“L’offensive militaire à grande échelle de l’Azerbaïdjan contre le Haut-Karabagh en avril 2016 a été l’escalade le plus dangereuse du conflit depuis 1994, date à laquelle un accord de cessez-le-feu a été signé entre l’Azerbaïdjan, le Haut-Karabagh et l’Arménie. L’agression azerbaïdjanaise a été accompagnée de violations flagrantes du droit international humanitaire dans une tentative apparente de terroriser les habitants du Haut-Karabagh“, a souligné le haut diplomate arménien lors de la conférence de presse.

“Deux sommets ont été convoqués après l’agression d’avril de l’Azerbaïdjan, où des accords ont été conclus pour créer des conditions appropriées pour l’avancement du processus de paix. Bakou refuse de mettre en œuvre ces accords, bien que leur importance ait été soulignée à de nombreuses reprises, notamment lors de la réunion des ministres des Affaires étrangères de Russie, d’Arménie et d’Azerbaïdjan du 28 avril. En outre, Bakou poursuit les violations flagrantes des accords trilatéraux de cessez-le-feu en défiant les appels cohérents des pays coprésidents du Groupe de Minsk et de la communauté internationale.

“Dans ce contexte, nous apprécions fortement la position de principe de l’Union européenne sur le règlement exclusivement pacifique du conflit du Haut-Karabagh et son soutien continu aux activités de la coprésidence du groupe de Minsk“, a rappelé Nalbandian.

Ce dernier a conclu ses remarques en disant que “l’Arménie attend avec intérêt de poursuivre la coopération fructueuse avec l’UE“.

Mogherini et Nalbandian ont commencé la conférence de presse en exprimant leur ferme condamnation de l’acte terroriste au Royaume-Uni, où au moins 22 personnes ont été tuées et 59 blessées lors d’un attentat-suicide à la fin d’un concert à Manchester.

posté le 24 mai 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



DIPLOMATIE
Echanges peu amicaux entre Arméniens et Azéris au sommet de la Mer Noire

Les représentants de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan se sont livrés à des échanges verbaux musclés à Istanbul, où ils participaient lundi 22 mai au sommet spécial organisé pour le 25e anniversaire de la création de la Coopération économique de la Mer noire (BSEC). Le conflit du Haut Karabagh était bien sûr au coeur de ces échanges peu amicaux, et le président turc Recep Tayyip Erdogan n’a pas manqué de faire savoir pour qui il prenait parti, en exprimant des objections à peine voilées au discours prononcé par le vice-ministre arménien des affaires étrangères. Les représentants d’une dizaine de pays membres de cette organisation créée à l’initiative de la Turquie, dont l’Arménie, avaient pris la parole lors de la cérémonie d’ouverture de ce sommet.

Selon l’agence de presse turque Dogan, dans une allusion évidente à l’Arménie, le président du Parlement azerbaïdjanais Oktay Asadov aurait déclaré dans son allocution que “l’un des membres de l’organisation ne voulait pas renoncer à son idéologie toxique et continue de démontrer l’intolérance et l’agression. Cette idéologie de l’Arménie en fait un pays mono-ethnique et cela prive le pays et la région des opportunités de développement. L’Arménie ignore la règle de droit et les quatre résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU qui exigent un retrait immédiat et inconditionnel des troupes arméniennes des territoires occupés azerbaïdjanais. Par conséquent, je voudrais assurer tout le monde que la pensée primitive de la direction arménienne que l’utilisation de la force pourrait favoriser les relations de bon voisinage est un imaginaire malade. L’Azerbaïdjan rétablira sans aucun doute son intégrité territoriale conformément aux normes du droit international”. Le vice-ministre arménien des affaires étrangères Ashot Hovakimian, répondant aux provocations du représentant de l’Azerbaïdjan, aurait déclaré que “l’Organisation de la Coopération économique de la Mer Noire n’est pas le lieu pour proférer de telles accusations”.

L’hôte de la cérémonie, le président turc Erdogan, aurait de son côté donné raison en un sens à la déclaration du représentant de l’Arménie, tout en lui adressant ces mots : “Aucun représentant n’a ici exprimé quelque accusation. C’est vous qui avez orientez complètement vos propos dans un sens politique”. Selon le site web officiel du ministère arménien des affaires étrangères, dans son discours prononcé au sommet de la BSEC, M.Hovakimian aurait critiqué l’Azerbaïdjan pour sa politique belliqueuse et pour ses tentatives de torpiller les efforts de paix de l’Arménie et des médiateurs internationaux dans le processus de règlement du conflit du Haut-Karabagh.

“Les accusations, la rhétorique de guerre et les exigences maximalistes unilatérales ne peuvent contribuer en aucune manière au règlement du conflit. Il serait possible de progresser sur la voie d’une résolution du conflit du Haut-Karabagh si l’Azerbaïdjan abandonnait sa politique de recours à la force et s’engageait sincèrement dans les négociations dans le format reconnu par le Groupe de Minsk de l’OSCE”, a déclaré le diplomate arménien. Le ministère arménien a signalé que le sommet de la BSEC à Istanbul avait adopté une déclaration à l’occasion du 25e anniversaire en réaffirmant à cette occasion la vocation strictement économique de cette organisation.

posté le 23 mai 2017 par Gari/armenews
THEMES ABORDES : Diplomatie  Image 450 


IRAN
Sarkissian félicite Rohani pour sa victoire

Le président Serge Sarkissian a souligné la nature amicale des relations de l’Arménie avec l’Iran et a assuré qu’il souhaitait continuer et renforcer cette coopération, lors de son message de félicitations envoyé au président Hassan Rohani. Ce dernier a remporté les élections qui se sont tenues dans la République islamique le 19 mai.

Rohani a battu son principal challenger, l’ex-procureur conservateur Ebrahim Raisi, lors du premier tour de l’élection en obtenant plus de 50% des voix.

Dans son message de félicitations, Sarkissian a exprimé sa confiance que, pendant le mandat du président iranien, « l’Iran amicalement voisin continuera à se développer vers le haut, apportant sa contribution considérable et importante à l’établissement de la paix et de la stabilité régionales. “

“J’espère que, grâce à nos efforts communs, les relations arméno-iraniennes traditionnellement chaleureuses et amicales continueront de se développer et de se renforcer dans tous les domaines, en enregistrant un niveau de coopération plus important entre nos peuples“, a ajouté Sarkissian.

“Je vous souhaite une excellente santé, un succès dans toutes vos entreprises, et je souhaite une paix et une prospérité durables au peuple iranien“, peut-on lire dans le message.

Sarkissian et Rohani ont discuté des moyens d’approfondir les liens économiques entre les deux pays lorsque le président iranien a effectué une visite en Arménie à la fin de l’année dernière. Ceux-ci incluent la coopération dans les domaines de l’énergie et des transports, ainsi qu’une zone libre d’impôt en Arménie pour les entreprises manufacturières iraniennes.

Sarkissian a également loué l’Iran pour sa position équilibrée sur le conflit arméno-azerbaïdjanais sur le Haut-Karabagh.

posté le 22 mai 2017 par Claire/armenews


DIPLOMATIE
Le représentant du président de l’OSCE rencontre le chef de la diplomatie de l’Artsakh
Le ministre des affaires étrangères de la République de l’Artsakh (Haut-Karabagh) Karen Mirzoyan a rencontré le représentant personnel du président en exercice de l’OSCE, l’ambassadeur Andrzej Kasprzyk le 12 mai. La rencontre, qui coïncidait avec le 27e anniversaire de l’accord de cessez-le-feu conclu le 12 mai 1994 sous l’égide de la Russie et de la CEI entre l’Arménie et le Haut-Karabagh et l’Azerbaïdjan, a été bien sûr l’occasion d’un état des lieux de la zone du conflit, où la trêve est globalement respectée depuis, malgré de brusques regains de tension, comme en avril 2016. La situation sur la Ligne de Contact, qui sépare les forces arméniennes du Karabagh de celles de l’Azerbaïdjan, a été tout particulièrement évoquée, et le ministre Mirzoyan n’a pas manqué à cette occasion d’attirer l’attention de ses interlocuteurs de l’OSCE sur les violations répétées du cessez-le-feu, à un rythme quasi quotidien, par les forces de Bakou. La discussion a confirmé les convergences entre la partie arménienne, en Artsakh comme en Arménie, et l’OSCE, concernant la nécessité d’une mise en oeuvre immédiate des engagements pris par les Arméniens comme les Azéris lors des sommets de Vienna (16 mai 2016) et de St. Petersbourg (20 juin 2016) visant notamment à renforcer les prérogatives du bureau du représentant personnel du président en exercice de l’OSCE et la mise en place de mécanismes d’enquêtes relatifs à de nouveaux incidents violents qui surviendraient sur la Ligne de contact.
posté le 16 mai 2017 par Gari/armenews


DIPLOMATIE
Le président Sarkissian en visite au Qatar

Les projets de suppression ou d’assouplissement du régime de visas entre l’Arménie et le Qatar figuraient en bonne place au menu des discussions qu’a eues le président arménien Serge Sarkissian avec l’émir du Qatar Sheikh Tamim Bin Hamad al Thani, lors de sa visite lundi 15 mai dans la petite monarchie pétrolière du Golfe. Lors de cette rencontre, le président Sarkissian a aussi évoqué les perspectives d’une plus grande ouverture du ciel arménien à la compagnie aérienne Qatari airlines, qui jetterait selon les deux parties les bases d’une “coopération mutuellement avantageuse”. Soulignant les “relations spéciales” liant l’Arménie aux pays arabes, “fondées sur une amitié pluriséculaire”, le leader arménien a ajouté que Erevan était désireux de voir se “renforcer le dialogue politique au plus haut niveau avec Qatar et se développer la coopération dans tous les domaines”.

Pour relancer cette dynamique « mutuellement profitable » dans les relations commerciales et économiques, le président arménien et l’émir du Qatar ont souligné la nécessité d’élargir le socle juridique commun aux deux pays sur lesquelles elles s’appuient, et d’intensifier le rythme des réunions de la commission intergouvernementale. La partie arménienne a proposé de son côté l’examen d’une série de projets d’investissement dans différents domaines, qui prendraient notamment en compte les capacités de transit du territoire de l’Arménie, ouvrant la voie plus particulièrement aux pays de l’Union économique eurasienne, une association de 5 Républiques ex-soviétiques dirigées par la Russie que l’Arménie a officiellement intégré en janvier 2016. Dans le cadre de la visite officielle au Qatar, le président Sarkissian a aussi rencontré le même jour le leader de Qatar Airways, Akbar Al Baker. Durant cette rencontre, les parties ont évoqué les perspectives de développement de la coopération arméno-qatarie dans le domaine de l’aviation civile. Le président Sarkissian a souligné à cette occasion “le rôle considérable joué par les avions de la Qatar Airways dans le développement de la coopération bilatérale”.

Qatar Airways a pénétré le marché de l’aviation civile arménienne en mai dernier, et ses vols réguliers Doha-Erevan-Doha sont très prometteurs. Selon le président arménien, l’accroissement du nombre des touristes originaires des pays du Golfe, dont le Qatar, dépend lui aussi du développement de ces liaisons aériennes directes. Rappelant que l’ Arménie avait adopté la politique d’Open Sky (Ciel ouvert) en 2013, le président Sarkissian a souligné que “la politique de l’Arménie dans le domaine de l’aviation civile et des communications fournit de nouvelles opportunités aux compagnies arméniennes et étrangères et assure les conditions d’une concurrence juste et libre pour tous”. Le président Sarkisian a aussi indiqué que l’Arménie encouragera et soutiendra les investisseurs Qataris dans leurs démarches pour développer leurs investissements dans différents secteurs de l’économie arménienne, dont l’aviation. Akbar Al Baker, pour sa part, a souligné que sa compagnie était désireuse de développer la coopération avec l’Arménie dans des termes qui soient avantageux aux deux parties.

posté le 16 mai 2017 par Gari/armenews


DIPLOMATIE
Moscou et Washington collaborent étroitement sur le dossier du Karabagh, selon Richard Hoagland

La Russie et les Etats-Unis coopèrent étroitement sur la question du Karabaghn et ce même s’ils sont en désaccord par ailleurs sur de nombreuses questions internationales, a déclaré le coprésident américain du Groupe de Minsk de l’OSCE, Richard Hoagland, dans un entretien accordé à la radio Voice of Armenia. “Certes, nos intérêts nationaux peuvent être différent de ceux de la Russie... Pourtant, avoir des intérêts différents ne signifie pas que nous ne pouvons travailler ensemble sur cette question”, a ajouté le diplomate américain, qui s’exprimait il est vrai peu avant la rencontre prevue à Washington le 10 mai entre le président américain Donald Trump et le ministre russe des affaires étrangères Sergueï Lavrov, qui est censée marquer le tournant dans les relations russo-américaines que le candidat Trump avait appelé de ses voeux durant sa campagne.

Selon l’ambassadeur américain, Moscou souhaite le retour à la paix dans le Sud Caucase, tout comme Washington et Paris. “Pour moi, il est clair que Moscou ne veut pas d’une guerre dans le Haut-Karabagh, Moscou ne veut pas d’une guerre entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan. Cela déstabiliserait toute la région et nuirait aux intérêts de la Russie”, a ajouté M. Hoagland, qui a rappelé que même au plus bas des relations entre la Russie et les Etats-Unis, les trois coprésidents du Groupe de Minsk n’avaient jamais cessé de collaborer en vue d’un règlement pacifique du conflit du Karabagh .

posté le 12 mai 2017 par Gari/armenews


DIPLOMATIE ARMENIENNE
Inauguration d’un bureau du Consul honoraire d’Arménie à Malaga (Espagne)

Mercredi 3 mai, lors d’une réception à l’Hôtel Castillo De Santa Catalina de Malaga, fut officiellement inauguré les bureaux du Consul honoraire d’Arménie à Malaga en Espagne. Dans son discours de bienvenue, Avet Adonts l’Ambassadeur d’Arménie en Espagne a affirmé que l’ouverture de ce Consulat d’Arménie à Malaga renforcera les liens d’amitié arméno-espagnols tout en développant les relations entre l’Arménie et l’Espagne. Alberto Benito Garcia le Consul honoraire d’Arménie à Malaga quant a lui a confié qu’il prendrait cette fonction avec sérieux et conscience. Etaient présents à la cérémonie, Francisco de la Torre Prados le maire de Malaga, le représentant de l’Eglise arménienne pour l’Espagne, Shnork Sarkissian ainsi que de nombreux responsables des autorités locales et des représentants de la communauté arménienne d’Espagne.

Krikor Amirzayan

posté le 5 mai 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Diplomatie  Espagne  Image 450 


COOPERATION
Les 25 ans de l’établissement des relations diplomatiques arméno-américaines

Le secrétaire d’État américain Rex Tillerson et le ministre arménien des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian, ont échangé des lettres dans le cadre du 25e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre leur pays respectif.

Dans sa lettre adressée à Tillerson, Nalbandian assure que les États-Unis et l’Arménie ont eu “de nombreuses réalisations remarquables“ dans leur “relation amicale basée sur la confiance et le respect mutuels“. Le gouvernement arménien a l’intention de l’approfondir, écrit-il.

“Le ministre arménien des Affaires étrangères a souligné que les États-Unis étaient le premier pays qui a ouvert une ambassade à Erevan [en 1992] et s’est entretenu avec notre nouvel État indépendant, notamment par le biais de vastes programmes d’assistance qui se sont révélés particulièrement vitaux au cours des premières années de son indépendance“, peut-on lire dans le communiqué.

Nalbandian a déclaré que les États-Unis et l’Arménie ont également « coopéré de près » dans le cadre de diverses organisations internationales. Erevan attache également une “grande importance“ à la participation des États-Unis aux efforts internationaux visant à mettre fin au conflit du Haut-Karabagh, il a été ajouté.

Selon le communiqué, Tillerson a déclaré à son collègue arménien que Washington poursuivra ses contributions à la sécurité, à la démocratisation et au développement économique de l’Arménie. Il a également salué l’augmentation considérable des investissements américains dans l’économie arménienne ces dernières années.

L’ambassadeur des États-Unis à Erevan, Richard Mills, a parlé de « progrès considérables » dans les liens économiques arméno-américains en février. Il a souligné des investissements américains de plusieurs millions de dollars dans les secteurs énergétique et minier de l’Arménie.

Tillerson et Nalbandian ont discuté de l’ordre du jour bilatéral et du conflit du Karabagh lors de leur premier appel téléphonique début mars. Ils doivent encore se rencontrer en personne.

L’ambassade des États-Unis à Erevan a donné une évaluation largement positive de la conduite des élections parlementaires du 2 avril en Arménie. Dans une déclaration du 4 avril, elle a soutenu les conclusions préliminaires d’une équipe de suivi dirigée par l’OSCE, qui assure que le vote a été « bien administré » mais « contaminé par des informations crédibles sur l’achat de vote » et la pression sur les électeurs. Mais l’ambassade a également déclaré que l’équipement anti-fraude électronique installé dans les bureaux de vote arméniens a permis de prévenir des irrégularités plus graves.

Le gouvernement américain s’est joint à l’Union européenne pour financer l’achat de ce matériel plus tôt cette année.

posté le 4 mai 2017 par Claire/armenews