Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Diplomatie


DIPLOMATIE
Les ventes d’armes à l’Azerbaïdjan ne remettent pas en cause les relations entre l’Arménie et la Russie

Mercredi un haut fonctionnaire arménien a critiqué la poursuite des ventes d’armes russes à l’Azerbaïdjan, mais a précisé qu’elles ne compromettraient pas les liens militaires entre l’Arménie et la Russie.

« L’Azerbaïdjan n’est pas le genre d’état à qui l’on peut vendre des armes, car les armes ne devraient être vendues qu’à des pays qui visent à les utiliser de façon défensive. J’espère que tout le monde sera d’accord avec cela dans le futur », a déclaré le vice-président du parlement, Edouard Sharmazanov, qui est également le porte-parole principal du Parti Républicain (HHK).

« D’autre part, cela ne doit pas entraver l’approfondissement des relations stratégiques et politiques russo-arméniennes », a ajouté Sharmazanov. « Elles ne doivent pas être conditionnées uniquement par les relations russo-azéries. Les relations russo-arméniennes sont plus profondes et découlent des intérêts des deux pays ».

La Russie a vendu près de 5 milliards de dollars de chars d’assaut, de systèmes d’artillerie et d’armes à l’Azerbaïdjan, conformément aux contrats de défense signés entre 2009 et 2011. Les approvisionnements en armes ont continué même après les critiques des dirigeants arméniens, suite à l’offensive azérie d’avril 2016 au Haut-Karabagh.

Selon le Registre des Armes Classiques des Nations Unies, l’année dernière les Russes ont expédié six systèmes d’artillerie lourde à l’armée azérie. À la fin du mois dernier, un navire de fret russe a livré un nouveau lot de systèmes de missiles antichars au port de Bakou. Et plus tôt cette semaine le Ministère de la Défense azéri a annoncé avoir reçu des centaines de roquettes thermostatiques russes pour les systèmes de lancement multiple TOS-1A.

Le président russe Vladimir Poutine a défendu ces accords d’armement lucratifs avec Bakou après avoir discuté avec son homologue arménien, Serge Sarkissian, à Moscou en août dernier. Poutine impliquait que l’Azerbaïdjan - pays riche en pétrole - aurait pu acheter des armes offensives à d’autres pays. Il a également rappelé que la Russie fournit depuis longtemps une aide militaire substantielle à l’Arménie.

Lors d’un défilé militaire en septembre 2016 à Erevan, l’armée arménienne a présenté de nouvelles armes russes, notamment des missiles balistiques Iskander à la pointe de la technologie.

La Russie est le principal fournisseur d’armes et de munitions de l’Arménie en raison de l’alliance militaire entre les deux nations. Erevan a reçu des armes russes à des tarifs réduit et même gratuitement.

posté le 13 juillet 2017 par Claire/armenews


GÉOPOLITIQUE
Nouvelles discussions entre les Ministres des Affaires Étrangères arménien et azéri

Les médiateurs américains, russes et français ont continué à faire pression pour la reprise des négociations entre les présidents arménien et azéri, lors d’une nouvelle réunion des Ministres des Affaires Étrangères des deux pays, mardi dernier à Bruxelles.

Les Ministres des Affaires Étrangères, Edouard Nalbandian et Elmar Mammadyarov, se sont rencontrés en présence des trois coprésidents du Groupe de Minsk pour des discussions sur la façon de relancer le processus de paix du Haut-Karabagh.

« Les coprésidents ont demandé aux ministres de transmettre aux présidents leur proposition d’organiser un sommet avant la fin de l’année », a déclaré le ministère arménien des Affaires Étrangères dans un communiqué. Il a ajouté que Nalbandian et Mammadyarov ont accepté de se réunir à nouveau en septembre à New York en marge de l’Assemblée Générale des Nations Unies.

Les médiateurs ont déclaré le mois dernier qu’Aliev et Sarkissian « ont exprimé leur intention de reprendre le dialogue politique afin de trouver une solution de compromis aux questions les plus controversées de l’accord de paix ».

Les sources officielles azéries n’ont fait aucune déclaration publique suite à la réunion de Bruxelles, qui a eu lieu après la dernière recrudescence des violations du cessez-le-feu le long de la « ligne de contact » du Karabagh. La semaine dernière, les trois médiateurs ont exhorté les parties belligérantes à « cesser leurs actions militaires ».

Selon le rapport du ministère arménien des Affaires Étrangères, Nalbandian a souligné mardi l’importance de « stabiliser la situation sur la ligne de contact ». Il a également insisté sur la mise en œuvre inconditionnelle des accords de confiance conclus par Aliev et Sarkissian l’année dernière.

Les deux leaders ont expressément accepté de permettre à l’OSCE de déployer plus d’observateurs de terrain dans la zone de conflit et d’enquêter sur les violations de la trêve qui se produisent là-bas. Le gouvernement azéri a depuis été réticent à mettre en œuvre ces garanties, arguant qu’elles allaient cimenter le statu quo en l’absence de progrès dans les pourparlers de paix.

Nalbandian a fustigé l’Azerbaïdjan lors d’une réunion informelle des ministres des Affaires Étrangères des États membres de l’OSCE tenue mardi à Mauerbach, en Autriche. Il a déclaré que l’incapacité de Bakou à prendre ces mesures de confiance remet en question sa « capacité à agir en tant qu’acteur des négociations ».

Un diplomate azéri présent à la réunion a dénoncé les propos de Nalbandian comme « extrêmement provocateurs » et a affirmé qu’Erevan souhaitait « perpétuer le statu quo actuel » au Karabagh.

À Mauerbach, Nalbandian a également rencontré le ministre russe des Affaires Étrangères Sergueï Lavrov. Les deux hommes ont discuté du conflit du Karabagh et ont convenu de la nécessité de mettre en œuvre les accords de 2016.

posté le 13 juillet 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE-DANEMARK
Alexandre Arzoumanian, nommé Ambassadeur d’Arménie au Royaume du Danemark

Le président arménien Serge Sarkissian vient par une notre présidentielle de mettre fin à la fonction de Hratchia Aghadjanian au poste d’Ambassadeur d’Arménie au Royaume du Danemark et de Norvège. Par un autre décret présidentiel, il nomme Alexandre Arzoumanian à ce même poste d’Ambassadeur d’Arménie au Royaume du Danemark et de Norvège dont le siège est à Copenhague (Danemark).

Alexandre Arzoumanian est né à Erévan le 24 décembre 1959. En 1986 il terminait ses études à la Faculté de mathématiques-mécanique de la capitale arménienne. Depuis 1988 il participa au Mouvement Karabagh. De 1988 à 1990 il était le responsable de centre de presse du Mouvement National Arménien. De 1990 à 1991 il fut le conseiller du Président du Parlement arménien. En 1991 il se rend aux Etats-Unis pour y mettre en place une mission diplomatique de la République d’Arménie. De 1992 à 1993 il devient Ambassadeur d’Arménie aux Etats-Unis. De 1992 à 1996 il était le représentant permanent de l’Arménie à l’ONU. De 1996 à 1998 il fut ministre des Affaires étrangères d’Arménie. De 2001 à 2004 il fut membre du Comité visant au rapprochement arméno-turc. En 2008 Alexandre Arzoumanian était le président du Comité électoral de Levon Ter-Pétrosyan pour les élections présidentielles. En mai 2012 il était élu député au Parlement arménien, représentant le parti « Jarankoutyoun » (Héritage). Il est marié et a un enfant.

Krikor Amirzayan

posté le 13 juillet 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


ARMENIE-CANADA
Levon Martirosyan (41 ans) nommé Ambassadeur d’Arménie au Canada

Le président arménien Serge Sarkissian par un décret présidentiel a démis de ses fonctions Armen Yeghanyan, l’Ambassadeur d’Arménie au Canada pour nommer Levon Martirosyan nouvel Ambassadeur d’Arménie au Canada avec pour siège à Ottawa.

Levon Martirosyan (41 ans) est né le 19 février 1976 à Erévan. En 1997 il terminait la Faculté de Droit à Erévan. Il a effectué son service militaire de 1997 à 1999 au sein de l’Armée arménienne. En 2002 il fréquenta la Faculté de Droit de l’Essex en Grande-Bretagne. Il fut diplômé en droit international. Il a également fréquenté de grandes universités telles que Harvard aux Etats-Unis. En juillet 2007 il était nommé au poste de collaborateur du Premier ministre d’Arménie puis de 2008 à 2012 collaborateur du Président arménien. En 2001 il avait fond l’Union des jeunes démocrates d’Arménie. Elu député au Parlement arménien sous l’étiquette du Parti Républicain d’Arménie, le 6 mai 2012, Levon Martirosyan est marié et père de deux enfants.

Krikor Amirzayan

posté le 13 juillet 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


DIPLOMATIE
Les chefs de la diplomatie de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan se sont rencontrés hier à Bruxelles

Mardi 11 juillet à Bruxelles, Edouard Nalbandian le ministre arménien des Affaires étrangères a rencontré son homologue azéri Elmar Mammadyarov à l’initiative des coprésidents du Groupe de Minsk de l’OSCE, Igor Popov, Stéphane Visconti et Richard Hoagland. Etait également présent Andrzej Kasprzyk le représentant du président de l’OSCE. Selon le communiqué du ministère arménien des Affaires étrangères Edouard Nalbandian et Elmar Mammadyarov ont poursuivi le dialogue autour du règlement pacifique du conflit du Haut-Karabagh. Le chef de la diplomatie arménienne a affirmé la nécessité de renforcer le régime du cessez-le-feu sur la frontière de l’Artsakh (Haut-Karabagh) avec l’application des accords de Vienne et Saint-Pétersbourg. Les coprésidents ont demandé à Edouard Nalbandian et Elmar Mammadyarov de transmettre à leurs présidents la proposition des coprésidents du Groupe de Minsk de l’OSCE d’organiser cette année un sommet consacré au règlement pacifique du conflit du Haut-Karabagh. Il a été décidé d’organiser la prochaine rencontre des ministres des Affaires étrangères d’Arménie et d’Azerbaïdjan en septembre prochain en parallèle de l’Assemblée générale de l’ONU à New York.

Krikor Amirzayan

posté le 12 juillet 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


GÉOPOLITIQUE
Moscou condamne la décision azérie de ne pas laisser les russes arméniens entrer sur leur territoire

Mercredi la Russie a demandé publiquement à l’Azerbaïdjan de mettre fin à l’interdiction faite aux citoyens russes d’origine arménienne de visiter le pays du Caucase du Sud, considérant que la « pratique discriminatoire » pourrait nuire aux liens entre la Russie et l’Azerbaïdjan.

Le gouvernement azéri a longtemps maintenu une interdiction de voyager non seulement pour les citoyens arméniens, mais aussi pour les Arméniens ayant d’autres nationalités, en raison du conflit du Haut-Karabagh. Le gouvernement considère que toute présence arménienne sur le sol azéri est un risque pour la sécurité du pays ainsi qu’un affront à l’honneur et à l’intégrité du territoire.

Un fonctionnaire du ministère russe des Affaires Étrangères a affirmé que 25 ressortissants russes ayant des noms arméniens, ont été détenus et expulsés après avoir tenté d’entrer en Azerbaïdjan depuis le début de l’année. Le fonctionnaire a déclaré que les agents d’immigration azéris ont également interrogé des personnes ayant des noms russes traditionnels soupçonnés d’avoir des ancêtres arméniens.

« Nous devons conclure que les ressortissants russes arrivant en Azerbaïdjan sont effectivement discriminés pour des raisons ethniques », a déclaré le responsable.

« Nous continuons à exiger la fin de la pratique discriminatoire qui n’est pas compatible avec les relations amicales entre les deux pays. Nous tirerons les conclusions qui s’imposent de cette situation ».

Le ministère russe des Affaires Étrangères a demandé à plusieurs reprises des explications aux autorités de Bakou, qui ont répondu que l’interdiction de voyager était nécessaire pour éviter les « incidents indésirables ».

En réponse à la condamnation russe d’une rare virulence, un porte-parole du ministère des Affaires Étrangères azéri a évoqué « l’occupation arménienne » du territoire azéri. « Malheureusement, certains individus d’origine arménienne manifestent une hostilité ethniquement motivée, et c’est pourquoi nous prenons certaines mesures », a déclaré le bureau ministériel.

Par ailleurs, le ministre russe des Affaires Étrangères Sergueï Lavrov est né d’un père d’origine arménienne. Lavrov a régulièrement visité Bakou.

L’interdiction de l’Azerbaïdjan s’applique également aux ressortissants turcs d’origine arménienne, la Turquie étant l’allié le plus proche de l’Azerbaïdjan.

posté le 6 juillet 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



DIPLOMATIE
Sarkissian félicite les relations solides entre l’Arménie et les États-Unis

Mardi le président Serge Sarkissian a salué le « partenariat fort » entre l’Arménie et les États-Unis, lorsqu’il a félicité son homologue américain, Donald Trump le jour de l’indépendance américaine.

« Aujourd’hui, nous pouvons affirmer sans équivoque qu’au cours du dernier quart de siècle, ensemble, nous avons réussi à établir un partenariat étroit et solide entre nos pays, ancré dans le respect mutuel et la confiance », a déclaré Sarkissian dans un message de félicitations à Trump.

Il a exprimé l’espoir que les deux pays « enrichiront l’agenda des relations arméno-américaines avec de nouvelles initiatives et projets mutuellement bénéfiques ». Il a de nouveau remercié les États-Unis pour l’assistance économique fournie à l’Arménie depuis le début des années 1990 et a salué le rôle de Washington dans les efforts internationaux de résolution du conflit du Haut-Karabagh.

Tout au long de ses neuf ans au pouvoir, Sarkissian a cherché à nouer des liens plus étroits avec les États-Unis, y compris dans le domaine de la défense, tout en maintenant une alliance politique et militaire avec la Russie. Il a affirmé à plusieurs reprises ces dernières années que les relations entre les États-Unis et l’Arménie n’ont jamais été aussi proches. En novembre, il a exprimé sa confiance pour que ces relations continuent à se développer pendant la présidence de Trump.

Sarkissian a également visité l’ambassade des États-Unis à Erevan et a rencontré l’ambassadeur américain Richard Mills. Les deux hommes ont planté un abricot dans le vaste complexe de l’ambassade qui symbolise l’anniversaire de l’indépendance des États-Unis et le 25e anniversaire de la création des liens diplomatiques entre les États-Unis et l’Arménie.

« Nous espérons que notre relation sera encore plus forte, et nous sommes particulièrement intéressés par l’approfondissement de nos liens commerciaux et d’investissement », a déclaré Mills, selon les services de presse de Sarkissian.

Vendredi, la mission américaine a accueilli une réception annuelle de la fête d’indépendance à laquelle ont assisté des centaines de dignitaires arméniens, y compris le Premier ministre Karen Karapetian et plusieurs membres de son cabinet. Dans un discours prononcé lors de l’événement, Karapetian a décrit les relations d’Erevan avec Washington comme « très bonnes, professionnelles, honnêtes et sincères ».

Karapetian a également déclaré qu’il espère que les deux gouvernements travailleront ensemble pour attirer davantage d’investissements américains dans l’économie arménienne.

Mills a parlé en février de « progrès considérables » dans les relations commerciales bilatérales, indiquant des investissements américains de plusieurs millions de dollars dans les secteurs énergétique et minier arméniens. Ceux-ci comprennent une acquisition du plus grand complexe hydroélectrique d’Arménie pour 250 millions de dollars. Une autre société privée du Colorado a commencé à construire l’année dernière une mine d’or qui augmentera considérablement les exportations arméniennes du précieux métal.

Mills a déclaré le mois dernier que l’État du Caucase du Sud peut attirer des milliards de dollars d’investissements des sociétés d’énergie américaines si elle libéralise son secteur énergétique.

Selon les données du gouvernement arménien, le commerce entre l’Arménie et les États-Unis représente 60 millions de dollars depuis le début de l’année. Ce chiffre équivaut à environ 3% du commerce extérieur global de l’Arménie sur cette même période.

posté le 5 juillet 2017 par Claire/armenews


DIPLOMATIE
Possibilité d’une nouvelle rencontre entre les ministres des affaires étrangères arménien et azéri

Le ministre des affaires étrangères, Edouard Nalbandian, a déclaré vendredi qu’il pourrait rencontrer son homologue azéri, Elmar Mammadyarov, dans les prochaines semaines pour aborder des questions non résolues concernant le conflit du Haut-Karabagh.

« Une réunion des ministres des affaires étrangères pourrait avoir lieu prochainement », a-t-il précisé aux journalistes. « Peut-être en juillet ».

Les coprésidents américains, russes et français du groupe de Minsk de l’OSCE ont annoncé le 19 juin qu’ils ont l’intention de bientôt rencontrer Nalbandian et Mammadyarov pour discuter des « modalités des travaux à venir ». Ils ont souvent été présents aux entretiens entre les deux ministres.

Les trois médiateurs ont publié cette déclaration à la fin de leur dernière visite à Bakou, Erevan et Stepanakert. Ils ont annoncé que les présidents arménien et azéri avaient « exprimé leurs intentions de reprendre le dialogue politique afin de trouver une solution de compromis sur les points les plus controversés de l’accord ».

Il n’est pas certain que les présidents Serge Sarkissian et Ilham Aliev soient prêts à se rencontrer dans un avenir proche. Les médiateurs ont insisté pour qu’une telle rencontre ait lieu dans l’espoir de relancer le processus de paix au Karabagh.

En mars, le coprésident américain du groupe de Minsk, Richard Hoagland, a exprimé l’espoir que Nalbandian et Mammadyarov « prépareront le terrain » pour un sommet arménien-azéri. Les diplomates arméniens et azéris n’ont signalé aucun accord dans ce sens après leur dernière rencontre à Moscou en avril.

Lors de son entrevue avec les législateurs arméniens, Nalbandian a réitéré que tout accord de paix entre Bakou et Erevan devrait être approuvé par les dirigeants du Karabagh. Il a déclaré que les propositions de paix officielles des médiateurs précisent clairement que « les représentants du Haut-Karabagh doivent participer à la rédaction finale de l’accord de paix ». « Aucun accord ne peut être signé sans cela », a-t-il ajouté.

posté le 3 juillet 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



DIPLOMACIE
Retour des vols entre Alep et Erevan

Un avion commercial syrien est arrivé mercredi à Erevan depuis Damas, marquant la reprise officielle des vols réguliers entre l’Arménie et la Syrie qui ont été arrêtés il y a quatre ans.

L’avion, appartenant au transporteur privé syrien Cham Wings Airlines, a atterri à l’aéroport international de Zvartnots avec plus de 100 passagers à bord, la plupart syriens d’origine arménienne. Les fonctionnaires arméniens et l’ambassadeur de Syrie à Erevan ont participé à la cérémonie d’accueil qui a eu lieu à cette occasion.

Cham Wings doit effectuer des vols hebdomadaires entre les capitales syrienne et arménienne au moins jusqu’à la fin de cet été. Il n’y a pas encore de plans pour restaurer les vols commerciaux entre Erevan et Alep, l’ancienne plus grande ville de Syrie, aujourd’hui ravagée par la guerre civile.

Un service de vol Alep-Yerevan a été exploité par les compagnies aériennes nationales syrienne et arménienne jusqu’à fin 2012. Il a été interrompu lorsque les nombreux combats entre les troupes du gouvernement syrien et les forces rebelles ont atteint la ville et son aéroport. Le régime du président syrien Bashar al-Assad a regagné le contrôle total d’Alep à la fin de l’année dernière.

La Syrie accueillait environ 80 000 Arméniens avant le début du conflit en 2011. La plupart d’entre eux vivaient à Alep. On considère que seuls quelques milliers d’arméniens syriens y résident encore.

Les arméniens d’Alep étaient parmi les passagers de Cham Wings arrivés à Erevan. « Nous espérons nous reposer et oublier nos chagrins ici à Erevan », a déclaré l’une d’entre eux, Suzan Gabrielian, à des journalistes.

Gabrielian et sa famille, qui ont des parents en Arménie, visitent pour la première fois leur patrie ancestrale. « Nous espérons que les arméniens retourneront à Alep », a-t-elle déclaré. « C’est vrai, notre patrie est ici, mais notre lieu de naissance est là-bas. »

Une autre arménienne d’Alep, Nora Abusefian, a également été « très heureuse » du renouvellement des vols vers l’Arménie. « Nous ne nous sommes pas vus depuis plus de trois ans et demi », a-t-elle déclaré en étreignant sa sœur qui vit à Yerevan.

posté le 29 juin 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200