Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Vladimir Poutine


DIPLOMATIE
Les liens russo-arméniens ne sont pas affectés par le changement de régime

Le récent changement de gouvernement arménien à la suite des manifestations de masse n’a pas eu d’impact négatif sur les relations étroites de la Russie avec l’Etat du Caucase du Sud, a déclaré vendredi un haut diplomate russe.

“Nous n’avons pas arrêté ou ralenti la coopération avec l’Arménie“, a assuré le vice-ministre des Affaires étrangères Aleksandr Pankin à l’agence de presse TASS. “Quand [le président russe] Vladimir Poutine a rencontré le nouveau Premier ministre d’Arménie [Nikol Pachinian], il a été confirmé que tout serait préservé. Le vecteur et la dynamique [des relations bilatérales] restent les mêmes. “

“Tous les projets relatifs à l’interaction financière, commerciale, d’investissement et humanitaire restent sur la table“, a-t-il confié. “Donc, il n’y a pas de déviation ou de réduction.“

Poutine et Pachinian se sont rencontrés dans la ville russe de Sotchi le 14 mai près d’une semaine après que ce dernier a été élu Premier ministre suite à des semaines de manifestations qui ont entraîné la démission du Premier ministre précédent, Serge Sarkissian.

Pachinian a assuré à Poutine que l’Arménie restera alliée à la Russie pendant son mandat. “Personne n’a jeté le doute et, je pense, jettera le doute sur l’importance stratégique des relations russo-arméniennes“, a-t-il souligné.

Le nouveau Premier ministre a également salué les réactions “équilibrées“ et “très constructives“ de Moscou au mouvement de protestation mené par lui.

Moscou a observé de près les événements en Arménie, déclenchés par la tentative de Sarkissian de poursuivre son pouvoir en Arménie. Dans leurs déclarations publiques, les responsables russes ont évité de prendre parti.

Pashinian a depuis déclaré à plusieurs reprises qu’il ne sortira pas l’Arménie de l’Union économique eurasienne et de l’Organisation du Traité de sécurité collective. L’ancien chef de l’opposition âgé de 42 ans avait critiqué par le passé l’appartenance de l’Arménie aux deux blocs dirigés par la Russie.

posté le 28 mai 2018 par Claire/armenews


DIPLOMATIE
Pachinian participera au sommet eurasiatique en Russie

Le nouveau Premier ministre arménien, Nikol Pashinian, a confirmé hier sa participation à un sommet des Etats membres de l’Union économique eurasienne (UEE), qui sera accueilli par le président russe Vladimir Poutine à Sotchi la semaine prochaine.

Pashinian a discuté de l’ordre du jour et de la préparation du sommet du 14 mai avec Vache Gabrielian, vice-Premier ministre par intérim, quelques heures après son entrée en fonction. Une déclaration de son service de presse l’a cité comme appelant à “l’expansion des relations avec les Etats membres“ du bloc commercial dirigé par la Russie comprenant cinq ex-Etats soviétiques.

Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev n’ont pas tardé à féliciter Pashinian d’avoir été élu Premier ministre plus tôt dans la journée. Pashinian, pour sa part, a envoyé un message de félicitations à Medvedev, que Poutine a renommé comme Premier ministre après avoir prêté serment pour un quatrième mandat présidentiel lundi.

Pashinian a également tenu des réunions séparées avec le chef du Service de sécurité nationale (SSN) arménien, Georgi Kutoyan, le ministre par intérim de la Défense, Vigen Sargsian, et le général Onik Gasparian, le premier chef adjoint de l’état-major arménien.

Le nouveau Premier ministre a déclaré que Sargsian et Gasparian l’ont informé, entre autres choses, de la situation le long de la frontière arméno-azerbaïdjanaise et de la “ligne de contrôle“ autour du Nagorno-Karabakh. “Dans l’ensemble, tout va bien et est sous contrôle“, a-t-il commenté lors de son premier post Facebook depuis l’ancien palais présidentiel d’Erevan qui servira désormais de quartier général.

Sargsian a annoncé sa démission immédiatement après la rencontre avec Pashinian. “C’est la bonne chose à faire“, a-t-il assuré dans un discours adressé aux responsables du ministère arménien de la Défense et au personnel militaire. “Le ministre est un responsable politique et son travail ne peut être efficace que dans une équipe d’individus partageant les mêmes idées.“

“Vous êtes l’épine dorsale de notre nation“, a-t-il dit. “Restez fort et notre état ne fera que progresser.“

Sargsian, qui a longtemps été un personnage proche de l’ancien président Serge Sarkissian, a continué à défendre son bilan. Il a affirmé avoir réprimé avec succès les pratiques de corruption au ministère de la Défense et avoir aidé à fournir aux forces armées de nouvelles armes et d’autres équipements militaires depuis qu’il a été nommé ministre de la Défense en octobre 2016.

“Je suis fier de remettre une armée plus efficace et prête au combat à mon successeur“, a ajouté Sargsian.

posté le 9 mai 2018 par Claire/armenews


MOSCOU
Rencontre entre Serge Sarkissian et Vladimir Poutine

Le président arménien Serge Sarkissian a rencontré hier son homologue russe Vladimir Poutine au Kremlin dans le cadre de sa visite de travail à Moscou.

Selon un rapport publié par le Kremlin, les deux dirigeants ont discuté de “l’interaction des deux pays dans les sphères politiques et économiques, dans le domaine de la sécurité et de la coopération humanitaire“.

Poutine aurait également remercié le président arménien pour ses efforts en vue de l’organisation à Moscou d’une exposition consacrée à l’ouverture des Journées de la culture arménienne en Russie.

“L’avancement de la coopération russo-arménienne est évident“, a s’est réjoui le président Sarkissian. “Les contacts étroits entre nos deux peuples, les liens culturels, éducatifs, scientifiques sont particulièrement importants pour nous.“

Plus tard dans la journée, les dirigeants arménien et russe se sont rendus dans la galerie Tretyakov où sont actuellement exposées des œuvres du peintre arménien Martiros Sarian.

Selon les informations publiées par le bureau de presse du président arménien, au cours de la réunion, les deux parties ont également abordé le processus de règlement du Haut-Karabagh.

Les ministres des Affaires étrangères de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan, Edouard Nalbandian et Elmar Mammadyarov, devraient discuter de la question du Karabagh aujourd’hui lors d’une réunion qui se tiendra à Moscou, par l’intermédiaire du Groupe de Minsk de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe

Lors d’une conférence de presse à Bakou, Mammadyarov a déclaré que l’Azerbaïdjan ne voulait pas qu’il “y ait des négociations juste pour dire qu’il y a eu des négociations“. “Nous demandons des résultats concrets“, a-t-il ajouté.

Par ailleurs, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, devrait effectuer des visites en Arménie et en Azerbaïdjan en début de semaine prochaine.

L’agence de presse russe TASS a rapporté mardi que M. Lavrov avait déclaré que ses voyages à Erevan et à Bakou seraient liés au 25ème anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques russo-arméniennes et russo-azerbaïdjanaises.

Pourtant, le haut diplomate russe a affirmé que les questions internationales seront également discutées au cours des réunions. “Nous allons essayer de comprendre à quel stade nos efforts sur le règlement du Haut-Karabagh sont, et ce après la réunion des présidents de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan à Genève“, a expliqué M. Lavrov.

Le président arménien Sarkissian et son homologue azerbaïdjanais Ilham Aliev se sont engagés à intensifier le processus de paix et à renforcer le régime de cessez-le-feu dans la zone du conflit du Haut-Karabagh lorsqu’ils se sont rencontrés dans la ville suisse le 16 octobre.

posté le 16 novembre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



DIPLOMACIE
L’Arménie et l’Azerbaïdjan plus proches d’une résolution pacifiste d’après la Russie

Après de récentes réunions dntre leurs présidents, l’Arménie et l’Azerbaïdjan sont désormais plus proches de la résolution du conflit du Haut-Karabagh que jamais auparavant, a déclaré mardi le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, lors d’une visite à Bakou.

“Nous avons des raisons de penser que cette fois nous avançons beaucoup plus près de la perspective de succès qu’auparavant, » a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse conjointe avec son homologue azerbaïdjanais, Elmar Mammadyarov.

Dans ses remarques médiatisées par le ministère russe des Affaires étrangères, M. Lavrov a qualifié de “très utile“ son entretien avec le président azerbaïdjanais Aliev llham, tenue lundi soir. “Cela nous aidera à aller de l’avant dans l’application de l’accord conclu par les présidents de la Russie, de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan, lors de leur réunion à Saint-Pétersbourg le 20 juin,“ a-t-il précisé.

Mammadyarov a fait écho de l’optimisme prudent de Lavrov. Les dirigeants azerbaïdjanais espèrent que “l’intensification du processus de négociation“ offrira une percée.

Dans un communiqué conjoint publié après le sommet de Saint-Pétersbourg, les trois présidents ont annoncé qu’Aliev et son homologue arménien, Serge Sarkissian, on atteint un terrain d’entente sur les « problèmes » non spécifiés qui entravent un accord de paix sur le Karabagh. On ne sait pas s’ils ne visent que des mesures ayant pour but de renforcer le cessez-le autour du Karabagh ou encore un règlement global du conflit.

Lavrov a refusé d’aller dans les détails, en disant qu’Aliev, Sarkissian et le président russe, Vladimir Poutine, ont convenu de ne pas les communiquer pour l’instant, ni tout autre indication des progrès réalisés dans le processus de paix prolongée.

Poutine a téléphoné au président américain, Barack Obama, le 6 juillet pour l’informer des discussions de Saint Pétersbourg. Selon la Maison Blanche, Obama se serait déclaré prêt à “intensifier“ les efforts conjoints de Washington avec la Russie et la France dans la négociation arméno-azerbaïdjanaise d’un accord de paix.

Secrétaire d’Etat américain, John Kerry doit se rendre à Moscou jeudi. Kerry a eu des entretiens séparés avec Aliev et Sarkissian la semaine dernière, en marge d’un sommet de l’OTAN à Varsovie. Les États-Unis, la Russie et la France ont co-présidé le Groupe de Minsk de l’OSCE sur le Karabagh depuis la fin des années 1990. Le président français François Hollande aurait proposé d’accueillir la prochaine réunion Aliev-Sarkissian prévue plus tard cette année.

Vice-ministre des Affaires étrangères arménien, Shavarsh Kocharian a indiqué lundi que Erevan continue de considérer un accord-cadre avancé par les médiateurs américains, russes et français au cours de la dernière décennie, comme base de la résolution du conflit. Il a choisi un élément clé des médiateurs parmi les “principes de base“ : le statut du Karabagh sera déterminé par sa population, majoritairement arménienne, dans un futur référendum.

Dans ce contexte, Kocharian a balayé les appels récents d’Aliev pour une résolution “ par étapes “, qui ne pouvait donner au Karabagh que le statut de région autonome d’Azerbaïdjan.

Aliev et Sarkissian ont plus récemment été proches d’un accord sur les principes de base lors d’une réunion en 2011, tenue à Kazan, en Russie. Les fonctionnaires arméniens et russes ont dit qu’Aliev a sabordé l’accord à la dernière minute en exigeant des concessions supplémentaires du côté arménien.

On ignore encore si la Russie ou les deux autres puissances médiatrices ont apporté des changements majeurs dans le document de Kazan ces derniers mois. Ils ont accéléré leurs efforts de paix après les lourds combats d’avril autour de Karabagh, qui ont presque dégénéré en une guerre tous azimuts arméno-azerbaïdjanaise.

posté le 13 juillet 2016 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



DIPLOMATIE
Kerry rencontre les présidents d’Arménie et d’Azerbaïdjan

Vendredi, le Secrétaire d’État américain, John Kerry, a eu des entretiens séparés avec les présidents de l’Arménie et l’Azerbaïdjan,à Varsovie dans le cadre de l’intensification des efforts internationaux pour mettre fin au conflit du Haut-Karabagh.

Kerry a déjà parlé avec les présidents Serge Sarkissian et Ilham Aliev par téléphone le premier juillet. Le département d’Etat américain n’a pas immédiatement communiqué sur ces réunions de suivi avec les deux dirigeants.

Le bureau d’Aliev n’a donné aucun détail sur sa réunion avec Kerry, qui a eu lieu en marge d’un sommet de l’OTAN dans la capitale polonaise. Il a seulement déclaré qu’ils “ont échangé des vues sur des questions d’intérêt mutuel.“

Pour sa part, le service de presse de Sarkissian a déclaré que le président arménien a discuté avec Kerry des détails de la conversation téléphonique de mercredi entre les présidents américains et russes, qui a porté sur le conflit arméno-azerbaïdjanais.

Il a ajouté que Sarkissian et Kerry ont également convenu du besoin d’une « mise en œuvre inconditionnelle“ des accords de confiance atteints lors des deux dernièrs sommets arméno-azerbaïdjanais, à Vienne et Saint-Petersbourg.

Kerry était présent au sommet de Vienne, qui a eu lieu le 16 mai, plus d’un mois après les violents combats entre les forces arméniennes et azerbaïdjanaises déployées autour du Karabagh. Le président russe, Vladimir Poutine, a accueilli la réunion de Saint-Pétersbourg entre Aliev et Sarkissian le 20 Juin.

Poutine a informé le président américain, Barack Obama, des résultats de cette rencontre au cours de leur appel téléphonique. Les deux hommes auraient convenu d’intensifier leurs efforts conjoints pour éviter une nouvelle escalade du conflit et parvenir à sa résolution complète.

Vendredi Sarkissian à de nouveau salué les efforts de paix américains. Il a annoncé que Kerry mérite le crédit des accords conclus avec Aliev, non seulement à Vienne mais aussi à Saint-Pétersbourg.

Dans une déclaration conjointe avec Poutine publiée après la réunion du 20 Juin, Aliev et Sarkissian se sont à nouveau engagés à renforcer le fragile régime de cessez le feu dans la zone de conflit. Ils ont également annoncé qu’ils étaient parvenus à un “accord“ sur des questions non précisées qui entravent un règlement du Karabagh.

posté le 11 juillet 2016 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ÉCONOMIE
Nette augmentation des exportations agricoles arméniennes

L’exportation de fruits et légumes frais arméniens vers la Russie a presque doublé les cinq premiers mois de l’annnée, d’après le Service National des Statistiques (SNS).

Le gouvernement a également annoncé une augmentation à deux chiffres des revenus d’exportation de boissons alcoolisées et de plats préparés. La Russie est le marché d’exportation principal de ce genre de produits.

Les informations du SNS présentent des données qui montrent la valeur du marché commun de l’exportation de fruits et légumes arméniens à environ 30 millions de janvier à mai, alors qu’il était à 8 millions en 2015 sur la même période.

La production agricole arménienne n’augmente que de 8% d’année en année, suggérant que la part de ventes internationales - en Russie par exemple - augmente beaucoup plus vite.

À Erevan, le gouvernement attribuera cette tendance à l’adhésion de l’Arménie à l’Union Économique Eurasienne, effective depuis le 1 janvier 2015.

Les exportations arméniennes vers la Russie ont chuté de près de 27 % en 2015, principalement en raison d’une forte dépréciation du rouble russe. Avec les prix du pétrole commencent à se rallier en janvier, la monnaie russe a renforcé de près de 20 pour cent par rapport au dollar américain depuis le début de cette année, se traduisant par plus de revenus pour les exportateurs arméniens. Selon le NSS, le total des exportations arméniennes vers la Russie a doublé pour atteindre 132,4 millions de dollars en janvier-mai 2016.

Citant des chiffres publiés par l’organe exécutif de l’UEE à Moscou, le journal de Erevan, “168 Zham“, a rapporté la semaine dernière que le brandy arménien, populaire en Russie, a représenté la plus grande part de ce gain.

Les statistiques officielles arméniennes montrent que la production de brandy dans le pays a grimpé de plus de moitié en termes physiques sur la période de cinq mois. L’industrie du cognac et du vin arménien, traditionnellement orienté vers le marché russe, a été durement touché par l’affaiblissement du rouble l’an dernier.

“168 Zham“ a également révélé une augmentation par 10 des exportations de tomates arméniennes vers la Russie et d’autres Etats membres de l’UEE. L’arrêté du gouvernement russe interdisant les importations agricoles en provenance de Turquie l’année dernière a clairement contribué à cette augmentation sans précédent.

Le 22 juin, le Ministre de l’Agriculture Serge Karapetian a déclaré aux journalistes que l’Arménie a exporté 63.700 tonnes de fruits et légumes jusqu’à présent cette année, contre 76.700 tonnes exportées dans l’ensemble de l’année 2015. I a ajouté que les abricots ont représenté près de 10 % du volume total et leurs exportations ont plus que doublé en termes physiques en janvier-mai.

Le président russe Vladimir Poutine a salué l’augmentation des importations de produits alimentaires et de boissons alcoolisées de l’Arménie lors de sa rencontre avec son homologue arménien Serge Sarkissian à Saint-Pétersbourg le 20 juin. Poutine a attribué cela au “processus d’intégration“ entre les deux pays, faisant clairement allusion à l’adhésion controversée de l’Arménie au UEE.

posté le 6 juillet 2016 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



HAUT-KARABAGH
La Russie et les Etats-Unis appellent au cessez-le-feu

Erevan, 3 avr 2016 (AFP) - La Russie et les Etats-Unis ont appelé à un cessez-le-feu immédiat au Nagorny Karabakh, territoire disputé où au moins 30 soldats ont été tués dans des combats entre forces azerbaïdjanaises et arméniennes.

Ces affrontements, qui ont débuté dans la nuit de vendredi à samedi, sont les plus meurtriers survenus depuis 1994 dans cette région d’Azerbaïdjan à majorité arménienne qui a proclamé son indépendance en 1991 et que se disputent Bakou et Erevan.

Le président russe Vladimir Poutine a appelé samedi “les deux parties à un cessez-le-feu immédiat et à faire preuve de retenue pour éviter qu’il y ait de nouvelles victimes“.

Les ministres russes des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, et de la Défense, Sergueï Choïgou, ont téléphoné à leurs homologues azerbaïdjanais et arménien.

A Washington, le secrétaire d’Etat américain John Kerry, condamnant “dans les termes les plus forts“ les affrontements, a pressé les deux parties de “respecter strictement le cessez-le-feu“. “Il n’y a pas de solution militaire à ce conflit“, a déclaré le chef de la diplomatie américaine.

- Accusations mutuelles -
L’Arménie et l’Azerbaïdjan s’accusent mutuellement d’avoir déclenché les hostilités.

Selon Erevan, “l’Azerbaïdjan a lancé vendredi soir une attaque massive à la frontière du Nagorny-Karabakh avec chars, artillerie et hélicoptères“.

Bakou a immédiatement démenti, assurant que ses forces n’avaient fait que répondre à une attaque venue du côté arménien.

Le président arménien Serge Sarkissian a déclaré lors d’une allocution télévisée qu’il s’agissait “des plus graves combats armés depuis l’instauration d’un cessez-le-feu en 1994“.

“Au cours des combats avec les forces armées azerbaïdjanaises, de notre côté, 18 militaires arméniens ont été tués et environ 35 blessés“, a déclaré M. Sarkissian.

Erevan a également annoncé la mort d’un garçon de 12 ans, touché par des tirs d’artillerie azerbaïdjanais qui ont aussi blessé deux civils dans un village de la frontière.

Sept civils ont été blessés au total, selon les autorités de cette région séparatiste soutenue par l’Arménie.

Selon le ministère azerbaïdjanais de la Défense, “douze soldats azerbaïdjanais ont été tués au combat et un hélicoptère a été abattu par les forces arméniennes“.

Bakou a en outre indiqué qu’un civil avait été tué du côté azerbaïdjanais.

Les deux parties ont fait état en fin de journée d’une stabilisation de la situation.

“Au cours des deux dernières heures, la situation sur la ligne de confrontation s’est stabilisée. Les tirs ont cessé“, a déclaré vers 18h30 GMT à l’AFP le porte-parole du ministère azerbaïdjanais de la Défense Vaguif Diargakhli.

Erevan a assuré “avoir ramené la situation sous contrôle et infligé des pertes importantes“ à l’armée ennemie. “La situation reste tendue“, a toutefois estimé M. Sarkissian, qui présidait une réunion d’urgence de son gouvernement.

- ’Entrer immédiatement en négociations’ -

M. Kerry et le ministre allemand des Affaires étrangères Frank-Walter Steinmeier, président en exercice de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), ont demandé aux belligérants “d’entrer immédiatement en négociations sous les auspices du groupe de Minsk“.

Ce groupe de médiateurs internationaux réunis sous l’égide de l’OSCE a souligné sa “vive préoccupation“ devant le risque d’une escalade.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a réclamé un “arrêt immédiat des combats“. Il s’est dit “particulièrement préoccupé par l’usage d’armes lourdes et par le grand nombre de victimes, dont des civils“.

La responsable de la diplomatie de l’Union européenne, Federica Mogherini, a elle aussi “appelé à la fin immédiate des combats et au respect du cessez-le-feu“ de 1994, de même que le secrétaire général du Conseil de l’Europe, Thorbjoern Jagland, et le président français, François Hollande.

Le Nagorny-Karabakh a été entre 1988 et 1994 le théâtre d’une guerre qui a fait 30.000 morts et des centaines de milliers de réfugiés. Malgré la signature en 1994 d’un cessez-le-feu, aucun traité de paix n’a été signé.

L’Azerbaïdjan menace périodiquement de reprendre par la force la région séparatiste si les négociations n’aboutissent pas. L’Arménie estime pour sa part qu’elle pourrait faire face à toute offensive.

En 2014, les tensions entre les deux pays s’étaient intensifiées avec, en novembre, le crash d’un hélicoptère arménien abattu par les forces azerbaïdjanaises et la mort des trois membres de son équipage, selon les médias arméniens. Depuis, des accrochages armés ont régulièrement lieu.

posté le 3 avril 2016 par Claire/armenews


Diplomatie
Génocide arménien : Erdogan se serait plaint auprès de Poutine

Recep Tayyip Erdogan se serait plaint au sujet de la position arménienne sur le génocide arménien de 1915 lors d’une conversation téléphonique de 30 minutes avec son homologue russe, Vladimir Poutine, mardi soir. La conversation portait également sur les relations russo-turques et la crise en Ukraine.

Selon l’agence de presse Anatolie, Erdogan a déclaré à Poutine que la question du génocide doit être abordée dans une “perspective juste“. L’agence a déclaré que le dirigeant turc a également critiqué Erevan pour ne pas accepter de mettre en place une commission turco-arménienne d’historiens chargés de rechercher ce qui s’est passé en 1915.

Le Kremlin n’a pas mentionné la question du génocide dans sa lecture de l’appel téléphonique initié par Erdogan. Il a seulement dit que les deux dirigeants ont discuté de “questions internationales et régionales pressantes.“

Il n’est donc pas clair si Erdogan s’est opposé à la décision de Poutine de prendre part aux cérémonies du 24 avril à Erevan.

posté le 19 mars 2015 par Claire/armenews


Diplomatie
Le président biélorusse préoccupé par l’adhésion de l’Arménie au EUU

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a réitéré ses doutes sur l’adhésion de l’Arménie dans l’Union économique eurasienne (EUU).

Loukachenko a discuté de la question avec le président russe Vladimir Poutine jeudi soir lors d’un entretien téléphonique qui aurait porté sur la décision de la Russie d’interdire les importations de produits alimentaires en provenance d’Europe et des États-Unis en représailles aux sanctions économiques occidentales.

“Les chefs d’Etat ont également discuté de leur coopération dans le cadre de l’Union économique eurasienne et son élargissement“, a déclaré le service de presse de Loukachenko dans un communiqué. “Pour le président biélorusse, l’adhésion de l’Arménie ne doit pas se faire au détriment des intérêts que l’Union douanière a réaffirmé.“

Le Kremlin n’a pas mentionné l’adhésion arménienne parmi les questions abordées au cours de la conversation de Poutine avec Loukachenko.

Le ministre de l’Economie arménien Karen Chshmaritian a insisté vendredi pour dire que l’Arménie et trois Etats membres de l’Union ont déjà travaillé sur une liste d’environ 800 produits lors de négociations d’adhésion toujours en cours. Chshmaritian a dit qu’Erevan espère donc de signer un traité d’adhésion avec le bloc en octobre.

Le gouvernement russe a officiellement approuvé le projet de traité jeudi. Le document doit maintenant être envoyé à Poutine pour l’approbation finale.

Par ailleurs, Nazarbaïev s’est également entretenu avec Poutine par téléphone jeudi. Selon le bureau du leader kazakh, ils ont discuté, entre autres, des réunions de Poutine avec Sarkissian et Ilham Aliev prévues pour samedi. Les discussions devraient aborder la dernière recrudescence des combats meurtriers dans la zone du conflit du Karabakh.

posté le 11 août 2014 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200