Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Religion


VENISE
Célébrations pour le 300e anniversaire de la Fondation mékhitariste

Le patriarche de Venise, Mgr Zekiyan et les frères.

Le 8 septembre est une journée cruciale dans l’histoire de la Congrégation Mékhitariste. C’est le 8 septembre 1700 que l’abbé Mékhitar a fondé son Ordre à Constantinople ; le 8 septembre 1715 qu’il est arrivé à Venise ; et le 8 septembre 1717 qu’il établit le siège permanent de sa congrégation sur l’île de San Lazzaro, après avoir obtenu l’autorisation de la République Venise. Enfin, c’est encore un 8 septembre qu’un décret impérial, délivré par Napoléon en 1810, a accordé aux moines mékhitaristes de maintenir leur congrégation sur l’île de San Lazzaro, tandis que toutes les autres congrégations religieuses du Nord de l’Italie ont été fermées et leurs biens confisqués.

Toutefois, le début officiel de ce jubilé a été précédé d’une série d’événements dont un concert remarquable de l’ensemble vocal spécialisé dans le répertoire de la musique sacrée, The Tallis Scholars. Ce récital, qui a inclus deux œuvres sacrées arméniennes, a été donné le 14 juillet dans le cadre magnifique de la basilique Saint-Marc en présence de Sa Beatitude Francesco Moraglia, patriarche de Venise.

Le 8 septembre 2017, à 11h, la célébration solennelle de la Divine Liturgie pour la Nativité de la Sainte Vierge Marie a été officiée par le père Serovpe Jamourlian en présence de Mgr. Levon Zekiyan, délégué pontifical pour la Congrégation mékhitariste, dans l’église de l’abbaye.

JPEG - 3.3 Mo

La ministre Hranush Hakobyan et les ambassadeurs : Mikayel Minasyan (Vatican) et Victoria Bagdassarian (Italie).

Le samedi 9 septembre, à 16h, la première d’un film documentaire sur la vie de l’abbé Mékhitar, réalisé par Hakob Papazyan (Arménie, 2017), a été projeté au collège Moorat-Raphael, en présence de Mgr. Zekiyan, de la ministre de la Diaspora de la République d’Arménie, Hranush Hakobyan, de l’ambassadeur en Italie, S.E. Victoria Bagdassarian, et de l’ambassadeur arménien au Vatican, S.E. Mikayel Minasyan. À 18 h, un service de vêpres solennelles dans le rite arménien a été célébré en la basilique Saint-Marc en présence de Mgr. Francesco Moraglia, patriarche de Venise, et du haut clergé de la ville.

JPEG - 3.7 Mo

Les fidèles durant la messe du 10 septembre.

Le dimanche 10 septembre a été marqué par plusieurs événements. À 11h, la Divine Liturgie a été célébrée dans l’église du monastère, par Mgr. Lévon Zekiyan en présence de Mgr. Francesco Moraglia. Après la célébration, à 13 h, la Congrégation a invité à déjeuner tous ceux qui avaient assisté à la liturgie. À 15h30, une exposition sur l’histoire de l’abbaye de San Lazzaro et sa fondation a été officiellement inaugurée, exposition qui sera visible jusqu’au 10 septembre 2018. A 17h, dans l’église du monastère, un concert de musique sacrée et laïque arménienne a été donné par le joueur de doudouk Aram Ipekdjian et l’ensemble Edesse dirigé par par Justine Rapaccioli.

JPEG - 4.3 Mo
JPEG - 5.5 Mo

Célébration de la Divine liturgie le 10 septembre, avec à droite le Patriarche de Venise.

La Congrégation Mekhitariste a officiellement annoncé que d’autres événements seront consacrés en 2018 à la célébration du 300e anniversaire de sa fondation afin de rendre hommage à la figure extraordinaire de l’abbé Mékhitar et au rôle de la Congrégation dans les domaines religieux, culturels... Sans oublier son rôle dans la renaissance sociale de la nation arménienne, à la fois dans sa patrie historique et dans ses diverses colonies qui existaient déjà à cette époque (de l’Inde à Amsterdam et à Londres).

JPEG - 3.3 Mo

Remise de cadeaux durant le déjeuner qui a suivi la messe.

Texte : Elisabeth Baudourian / Photos : Lévon Mkrtchyan

posté le 22 septembre 2017 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Image 450  Italie  Religion  Venise 


ROMANS (DRÔME)-EGLISE ARMENIENNE
L’église Saint-Nicolas de Romans était pleine pour la première messe officielle du père David Margaryan

L’église Saint-Nicolas de Romans (Drôme) était pleine pour la première messe officielle du père David Margaryan dimanche 10 septembre.

Le père David (né Armen Margaryan) ordonné prêtre par Sainte Etchmiadzine (siège du ca-tholicosat arménien de l’Eglise apostolique arménienne) en octobre dernier, a été désigné par Mgr Vahan Hovhannessian (Primat de l’Eglise apostolique arménienne de France) pour pren-dre la charge des offices de l’Eglise apostolique arménienne Saint-Nicolas à Romans et des environs. Le Conseil paroissial de onze membres, présidé par Bernard Cakici était présent au complet lors de cette messe inaugurale.

Parmi la centaine de fidèles, outre les Romanais, de très nombreux fidèles étaient également venus de valence. Avec des personnalités telles que le sculpteur Toros, Edouard Torossian et André Hasbanian. Mais également de nombreux membres ou présidents d’associations armé-niennes de Valence, dont Krikor Amirzayan (président d’« Arménia » et coprésident du C24 Comité du 24 Avril Drôme-Ardèche) et Khosrof Iliozer (président de l’Amicale de Malatia de Valence). Des membres de l’Ugab-Valence étaient également présents. Le père David, aidé par plusieurs diacres dont Vartkès Vartanian, a célébré une très belle messe avec sa très belle voix. Son homélie en français parfait et en arménien sur « l’ouverture de son cœur vers l’autre » fut très appréciée. Le père David qui place l’individu, le fidèle, au centre des intérêts de l’Eglise arménienne « qui doit sortir des lieux de prière pour investir l’humain, la vie, la force vivante ».

Un message très œcuménique qui dépasse le cadre de l’Eglise et la foi arménienne pour deve-nir universel. Au terme de la messe, un repas fut servi salle Sevan de l’Amicale des Arméniens de Romans.

Les messes se dérouleront une fois par mois. La prochaine est fixée au dimanche 22 octobre à 10 heures pour le 4ème anniversaire de la re-consécration de l’Eglise Saint-Nicolas, en présence de Mgr Vahan Hovhannessian, Primat de l’Eglise apostolique arménienne de France.

Krikor Amirzayan à Romans (Drôme) texte et reportage-photos

JPEG - 2.9 Mo
JPEG - 3.1 Mo
JPEG - 2.9 Mo
JPEG - 3.1 Mo
JPEG - 3 Mo
JPEG - 1.5 Mo
JPEG - 3.1 Mo
JPEG - 3 Mo
JPEG - 3 Mo
JPEG - 2.7 Mo
JPEG - 2.9 Mo
JPEG - 2.7 Mo
JPEG - 2.9 Mo
JPEG - 3 Mo
JPEG - 3.1 Mo
JPEG - 3 Mo
JPEG - 2.2 Mo
JPEG - 3.1 Mo
JPEG - 2.9 Mo
JPEG - 2.9 Mo
JPEG - 2.8 Mo
JPEG - 3.4 Mo
JPEG - 2.3 Mo
JPEG - 3.3 Mo
JPEG - 2 Mo
JPEG - 2 Mo
posté le 11 septembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


l’Eglise d’Akhtala, par Jean Guréghian

Extrait de « Architectures Arménienne » de J. V. Guréghian, éditions Geuthner :

Le monastère d’Akhtala date du Xe siècle, il est à proximité de la ville du même nom dans la région de Lori à 185 kilomètres au nord d’Erevan. La forteresse a joué un rôle important dans la défense du pays, elle est l’une des mieux préservées. L’église principale du complexe est renommée pour ses fresques. Les princes Zakarian perdent le contrôle de la région dans les années 1220, à la suite des invasions mongoles. Le fils d’Ivané, Avag, reconnaît l’autorité mongole, laquelle dure jusqu’en 1335.

La forteresse, datant du Xe siècle, est construite sur les hauteurs de la colline. Les falaises sont renforcées de tours et de murs épais.

PNG - 2.1 Mo

Il y aurait eu, en ce lieu, la croix utilisée par Jean-Baptiste pour baptiser Jésus. L’église principale, Sainte-Mère-de-Dieu, a été construite au XIe siècle. C’est une basilique cruciforme à dôme, sur les murs intérieurs, les fresques, réalisées sous Ivané Zakarian entre 1205 et 1216, portent des inscriptions en grec. Les thèmes sont issus de l’Ancien et du Nouveau Testament.

Il y a aussi d’autres constructions à proximité du monastère, comme l’église Sainte-Trinité, l’église Saint-Georges, ainsi que des chapelles russes et grecques.

JPEG - 199.4 ko
L’église Saint-Grégoire d’Aroutj, avec reconstitution de la coupole, d’après J. Guréghian". Vue du sud-est
posté le 10 septembre 2017 par Jean Eckian/armenews


EGLISE ARMENIENNE
Profanation de l’église arménienne Sourp Guiragos de Dyarbakir

Les images de profanation de la cathédrale arménienne Sourp Guiragos de Diyarbakir -ancienne Tigranakert, capitale de l’Arménie occupée par la Turquie et habitée aujourd’hui en majorité par les Kurdes- publiées par l’Armenian Weekly. Trous dans les murs de l’église, icônes et images de Jésus Christ éventrées, croix arrachées. Tout témoigne d’un réel désir de profaner ces lieux saints de la chrétienté arménienne. L’église Sourp Guiragos se trouvent au centre même des combats entre l’armée turque et les Kurdes a été fortement dégradée et ces profanations témoignent d’un réel désir des agresseurs d’effacer l’identité arménienne de ce lieu de culte. Selon le journal arménien « Asbarez » paraissant aux Etats-Unis, ces images furent prises au mois de juillet. On ignore l’origine des profanateurs.

Longtemps en ruine, cette cathédrale Sourp Guiragos, l’une des grandes églises arméniennes du monde par sa dimension avait été rénovée et rouverte au culte de l’Eglise apostolique arménienne en octobre 2011. De nombreux « Arméniens cachés » avaient alors révélé leur identité arménienne dans cette partie orientale de la Turquie peuplée par une majorité de Kurdes.

Krikor Amirzayan

posté le 9 septembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


RELIGION
Karekine II va rencontrer le plus haut chef chiite azéri à Moscou

Les principaux leaders religieux d’Arménie et d’Azerbaïdjan se réuniront à Moscou la semaine prochaine pour discuter des moyens de faciliter une résolution pacifique du conflit du Haut-Karabagh, a déclaré l’Église apostolique arménienne hier.

“La réunion est provisoirement programmée pour le 8 septembre“, a annoncé un porte-parole de l’église, le révérend Vahram Melikian. “Des discussions sont en cours concernant les questions à l’ordre du jour et ce ne sera que quand l’ordre du jour sera définitivement convenu qu’il sera possible de confirmer enfin le jour de la rencontre.“

Le chef suprême de l’église, le Catholicos Karegin II, et le plus haut chef musulman chiite azerbaïdjanais, Sheikh-ul-Islam Allahshukur Pashazade, se rencontreront pour la première fois en six ans, en présence du patriarche Kirill II de l’Église orthodoxe russe.

“Beaucoup de temps s’est écoulé depuis 2011“, a expliqué Melikian. “Je pense que cette réunion est importante maintenant, surtout après la guerre d’avril 2016.“

Selon Melikian, Karegin et Pashazade cherchent à contribuer à la « paix et à la solidarité entre les deux peuples ». Ils espèrent également « former une atmosphère » propice à un dialogue arméno-azerbaïdjanais sur « des problèmes très délicats ».

Les deux ecclésiastiques proches de leurs gouvernements respectifs se sont rencontrés à Erevan en novembre 2011 en marge d’un sommet de chefs spirituels d’ex-états soviétiques. Dans une déclaration conjointe avec Kirill, ils ont appelé au retrait des tireurs d’élite arméniens et azerbaïdjanais de « la ligne de contact » autour du Karabagh. Ils ont également rencontré le président Serge Sarkissian à l’époque.

Karegin s’était rendu à Bakou en avril 2010 pour assister à un sommet des leaders religieux mondiaux. Il a également rencontré le président azerbaïdjanais Ilham Aliev et a prié dans une église arménienne abandonnée à Bakou.

posté le 1er septembre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



Art sacré
Le Baptistère de Nicolas Bouriot
JPEG - 50.7 ko

Après un long travail créatif, le Baptistère créé par Nicolas Bouriot, un sculpteur Bourguignon, (JPEG) spécialisé en Art sacré et arménien, a été mis en place à la Paroisse Saint-Grégoire l’Illuminateur de Beaumont à Marseille.

Ce projet est le fruit de rencontres insolites menées par Gilbert Derdérian et par une équipe de professionnels bénévoles qui a accepté de monter l’oeuvre de Nicolas Bouriot.

Mais aussi un mécène qui gardera l’anonymat. Arménien, Industriel Français, représentant la 4e génération d’une famille de réfugiés arrivées en France en 1922 avec comme seul sésame le “passeport Nansen“. Document étendu par le tampon à l’encre rouge “sans retour possible“ attribué aux Arméniens survivants ayant fuit le génocide perpétré par les Ottomans.

Et le Père Archen, Francophile et Francophone qui a accepté de valider ce merveilleux projet conforme aux Canons de l’Eglise Apostolique Arménienne depuis l’an 306.

L’inauguration de l’oeuvre de Nicolas Bouriot aura lieu ultérieurement

JPEG - 105.9 ko

Page dédiée de Nicolas Bouriot, voir lien plus bas

posté le 1er septembre 2017 par Jean Eckian/armenews


EGLISE ARMENIENNE
L’église arménienne Sourp Krikor Loussavoritch va être inaugurée ce matin à Vladimir (Russie)

La ville de Vladimir (cité de 350 000 habitants, proche de Moscou) en Russie va inaugurer aujourd’hui dimanche 13 août à 10 heures sa nouvelle église arménienne, Sourp Krikor Loussavoritch (Saint Grégoire l’Illuminateur).

JPEG - 43 ko

La construction de l’église Sourp Krikor Loussavoritch de Vladimir a débuté en 2006. L’église arménienne a une hauteur de 37 mètres. Elle fut réalisée par des artisans et maçons Arméniens et Russes.

JPEG - 58.1 ko

Ainsi que la décoration intérieure de l’église avec ses peintures aux murs et au plafond. Ses architectes sont Artak Koulyan et Alexandre Trofimov. Ce dernier étant l’architecte de l’église orthodoxe russe du diocèse de Vladimir. La cloche en bronze est l’œuvre de maîtres Russes.

Krikor Amirzayan

posté le 13 août 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Diaspora  Image 450  Religion  Russie 


EGLISE ARMENIENNE
Les élections du Patriarcat arménien de Constantinople se dérouleront le 13 décembre

La Commission de l’élection du Patriarcat arménien de Constantinople a adressé au Préfet d’Istanbul le dossier des élections du nouveau Patriarche arménien qui se déroulera le 13 décembre prochain. Le journal « Agos » a indiqué que le dossier signé par le locum tenens l’Archevêque Karékine Bekdjian a signé la demande adressée par la Commission d’élection. Le 10 décembre seront élus les délégués chargés de voter pour cette élection. Par ailleurs, le nombre de candidats à la tête du Patriarcat arménien de Constantinople sera limité à cinq.

Krikor Amirzayan

posté le 12 août 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Image 450  Religion 


JUSTICE
Le père Anton Totonjian accusé d’avoir financé le complot de Vartanian

Un procureur a affirmé vendredi qu’un prêtre catholique arménien avait financé des membres d’un groupe militant qui voulait s’emparer du pouvoir avant d’être arrêté en novembre 2015.

Le père Anton Totonjian a été arrêté peu de temps après que les forces de sécurité arméniennes ont attaqué la planque du groupe à Erevan. Ils y ont trouvé de grandes quantités d’armes et d’explosifs qui s’y trouvaient et ont arrêté une quinzaine de personnes dirigée par Artur Vartanian.

Vartanian a vécu en Espagne avant de retourner en Arménie en avril 2015 et a mis en place son groupe appelé Hayots Vahan Gund. Le service national de sécurité (SNS) affirme que Vartanian et ses associés ont élaboré des plans détaillés pour se saisir de l’administration présidentielle, du gouvernement, du Parlement, de la Cour constitutionnelle et des édifices de télévision d’État à Erevan.

Totonjian, qui a dirigé une station de radio catholique à Gumri, a été libéré en janvier 2016, mais il a encore été jugé avec Vartanian et 18 autres hommes en décembre. “Tout est fabriqué“, a déclaré le prêtre de 71 ans aux journalistes au début du procès.

S’adressant à un tribunal de district d’Erevan, l’un des procureurs du procès a affirmé que Totonjian et Vartanian se sont vus plusieurs fois en avril et mai 2015 pour discuter de la situation en Arménie. Il a déclaré qu’ils étaient d’accord pour dire que le leadership actuel de l’Arménie devrait être renversé par la force.

“Ayant une expérience des actions armées et des compétences militaires, Artur Vartanian s’est engagé à créer, dans le but de saisir le pouvoir, une association criminelle dont le financement complet serait assuré par Anton Dikran Totonjian“, a accusé le procureur. Il a ajouté que le prêtre avait déboursé 60 000 $ à Vartanian en plusieurs versements.

Vartanian nie les accusations faites contre lui. “Artur Vartanian ne rejette pas seulement les actes qui lui sont attribués, mais considère également que ces accusations sont fabriquées“, a expliqué son avocat, Levon Baghdasarian, vendredi.

Baghdasarian n’a pas nié que Vartanian a mis en place le groupe et a acquis des armes à feu et des explosifs. Mais il a insisté sur le fait que son client n’avait jamais l’intention de saisir des bâtiments du gouvernement.

posté le 31 juillet 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200