Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Religion


VALENCE (DRÔME)
Première messe du père David à l’église arménienne Saint-Sahag de Valence

Nouvellement ordonné prêtre à Sainte-Etchmiadzine, le père David (né à Etchmiadzine sous le nom d’Armen Margaryan) a donné dimanche 23 avril sa première messe en l’église apostolique arménienne Saint-Sahag de Valence. Le père Antranik Maldjian a tout d’abord présenté le père David avec lequel il a collaboré de nombreuses années dans cette même église de Saint-Sahag avant de lui laisser place pour l’exécution de cette première messe officielle de « Nor Guiragui » (Nouveau Dimanche) dans une église où les fidèles étaient venus en grand nombre.

Le père David prononça son homélie en français et en arménien. Une homélie très appréciée par les fidèles pour le message de force et d’espérance qu’il délivrait. Une première messe du père David qui fut mémorable pour le public de fidèles venus pour ce qui était un « évènement » à Valence par la qualité et le message de fraternité et de solidarité véhiculé par l’Eglise arménienne.

Krikor Amirzayan

JPEG - 1.9 Mo
JPEG - 1.8 Mo
JPEG - 1.9 Mo
JPEG - 2.2 Mo
JPEG - 1.5 Mo
JPEG - 1.8 Mo
JPEG - 1.8 Mo
JPEG - 2.2 Mo
JPEG - 474.2 ko
JPEG - 2 Mo
posté le 24 avril 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Image 450  Religion  Valence 


EGLISE ARMENIENNE
Messe de Pâques hier à Sainte-Etchmiadzine diffusée à travers le monde par la Chaîne publique d’Arménie

Hier la messe de Pâques à Sainte-Etchmiadzine (Arménie) diffusée dans le monde en direct sur la Chaîne publique d’Arménie fut suivie par de nombreux fidèles et téléspectateurs.

JPEG - 497.4 ko

La messe de Pâques fut célébrée par le catholicos Karékine II en présence de nombreuses personnalités dont le président arménien Serge Sarkissian accompagné de son épouse, du président de l’Artsakh Bako Sahakian, le président du Parlement Galoust Sahakian, du ministre de la Défense Viguen Sarkissian, et du maire d’Erévan Taron Margaryan.

Krikor Amirzayan

posté le 17 avril 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Image 450  Religion 


ELGLISE ARMENIENNE
Première messe du Père David à Valence dimanche 23 avril

Dimanche 23 avril à 10 heures, c’est le père David qui officiera la messe en l’église arménienne Saint-Sahag de Valence (12 rue de la Cécile). L’occasion de revenir sur cet ecclésiastique qui n’est pas un inconnu des valentinois puisqu’il réside à Valence depuis 16 ans déjà.

Le 23 octobre dernier, à Sainte-Etchmiadzine (Arménie), au terme d’un long cycle d’études de séminariste, le père David était ordonné prêtre par l’évêque Mgr Hovnan Hagopian, responsable du corps ecclésiastique d’Etchmiadzine. Le 4 décembre, le père David effectuait sa première messe à l’église Zoravar Sourp Asdvadzadzine à Erévan. Un moment important pour ce prêtre qui désire « être près des hommes et à leur côté (...) et aller vers les fidèles pour porter le message de l’Eglise arménienne dans les foyers » Puis le catholicos Karékine II le nommait au diocèse de l’Eglise apostolique arménienne de France. Mgr Vahan Hovhannessian primat du diocèse arménien de France nommait pour six mois le père David à la charge de l’église Sourp Nechan de la paroisse arménienne de Charvieu-Chavagneux ainsi qu’à l’église Sourp Hagop de Marseille (15e).

Le père David, né Armen Margaryan père de trois filles (Julia, Ofelia et Eva) est né le 2 avril 1977 (40 ans)... à Etchmiadzine à quelques pas des cloches de Sainte-Etchmiadzine ! La voie du Seigneur était donc tracée pour le jeune arménien qui devenait dès l’âge de 13 ans enfant de cœur à l’église Sourp Asdvadzadzine à Etchmiadzine. De 1992 à 1995 il se rendait à l’Académie de théologie de Gumri (région de Chirag en Arménie). De 1995 à 2001 il étudiait au séminaire « Guévorguian » à Sainte-Etchmiadzine. En 2001 il se rendait en Allemagne et devenait durant six mois l’assistant de Mgr Karékine Bekdjian, l’Archevêque des Arméniens d’Allemagne. En 2002 Armen Margaryan arrivait à Valence (Drôme). A l’église Saint-Sahag de Valence il prenait durant trois ans en main la chorale et préparait les diacres. De 2004 à 2016, durant 12 ans il était à l’église arménienne Sourp Hagop (Saint-Jacques) de Genève le responsable des offices religieux et assistant du prêtre.

Le père David qui célèbrera sa première messe à Valence se veut avant tout prêtre moderne et vivant dans son temps. « La mission première des prêtres est justement d’aller vers l’autre, vers le fidèle et lui donner l’amour de la foi et des autres. Et répondre à ses questions » dit-il et de confier « aujourd’hui les hommes de l’Eglise arménienne sont mieux préparés, mieux éduqués pour porter la parole du Christ dans nos sociétés modernes ».

Krikor Amirzayan

JPEG - 484.4 ko
JPEG - 106.7 ko
JPEG - 99 ko
posté le 17 avril 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Image 450  Religion  Valence 


VALENCE (DRÔME)-EGLISE ARMENIENNE
Cérémonie de la Passion de la Crucification en l’Eglise Saint-Sahag de Valence (Drôme) ce vendredi

Vendredi 14 avril à 18 heures, fut célébrée à l’église apostolique arménienne Saint-Sahag de Valence, la cérémonie de la Passion de la Crucification par le Père Antranik Maldjian. Plus de 250 personnes étaient présentes dans l’église arménienne venus vivre ces instants forts de la semaine pascale, de la Passion et de la Crucification. Comme chaque année, des dizaines de jeunes scouts Arméniens du Homenetmen étaient également présents. La procession fit le tour de l’église avec l’ensemble du public de tout âge réuni dans sa ferveur chrétienne. Témoignage fort de cette passion des Arméniens pour le Christ, l’Arménie étant ne l’oublions pas le premier Etat à avoir déclaré -en l’an 301- le christianisme comme religion d’Etat. Puis la cérémonie continua en l’église Saint-Sahag avant de se terminer par la distribution de fleurs, suivant en cela la tradition établie depuis des siècles.

Krikor Amirzayan

JPEG - 1.7 Mo
JPEG - 1.8 Mo
JPEG - 1.9 Mo
JPEG - 1.5 Mo
JPEG - 1.9 Mo
posté le 15 avril 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


EGLISE ARMENIENNE
Aujourd’hui en ce Jeudi Saint, l’Eglise arménienne procède à la « Messe de la Sainte Cène », puis au « Lavement des pieds » et l’office des Ténèbres

En ce Jeudi Saint (Ավագ Հինգշաբթի en arménien) de cette semaine sainte de Pâques, l’une des traditions de l’Eglise arménienne débutera -come en l’église Saint-Sahag de Valence (Drôme) par la « Messe de la Sainte Cène » le matin puis le « Lavement des pieds » en fin d’après-midi et « l’Office des ténèbres » le soir. Des cérémonies religieuses qui attirent de nombreux fidèles.

JPEG - 248.1 ko
Enluminure arménienne sur la Cène

Répétant le geste de Jésus lavant les pieds de ses disciples, dans les églises arméniennes -et généralement toutes les églises chrétiennes- les mêmes gestes de lavement des pieds seront répétés sur les enfants de chœur. Puis le soir lors du « Khavaroum » (en arménien), l’« l’Office des ténèbres » qui est le nom donné dans le rite romain aux offices qui devaient commencer pour ne finir qu’après le coucher du soleil1, d’où le nom de « Ténèbres ». Un office avec lectures de psaumes évoquant la figure du Christ avant sa résurrection. A noter que selon la tradition de l’Eglise arménienne, les fidèles réalisent sept nœuds sur un fil à chaque lecture puis portent ce fil autour de leur poignet durant plusieurs jours voir plusieurs semaines. Témoignage de leur foi en cette semaine de Pâques.

Krikor Amirzayan

posté le 13 avril 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


Israël
Discours de Sa Béatitude le Patriarche Nourhan Manougian lors de la Célébration de la Restauration de l’Aedicule à Jérusalem

Le monde chrétien se réjouit aujourd’hui de la réouverture du Saint Aedicule après des mois de restauration et de renforcement. Aujourd’hui, devant ce lieu sacré de tous les sanctuaires chrétiens du monde entier, nous nous rappelons inévitablement la passion et la crucifixion du Fils de l’Homme, Dieu de Dieu et Lumière de la Lumière, son enterrement ici et sa glorieuse Résurrection. Cette mémoire nous inspire et des millions d’autres chrétiens prétendent être ses disciples avec crainte, puisque cette structure petite, humble et vide est la porte d’entrée pour l’humanité à la vie éternelle.

Ces lieux saints nous incitent, en cette rare occasion, à se souvenir avec gratitude et affection de tous ces premiers chrétiens qui, sous de sévères persécutions, ont vénéré ce site et l’ont marqué comme étant un sanctuaire. Il ne faut pas oublier l’empereur romain Constantin le Grand, sa mère, la reine Hélène, les princes, les princesses et les fidèles qui ont réparé, restauré et rénové l’Édicule Saint avec les églises et les chapelles environnantes tout au long du moyen âge et des temps modernes. Pèlerins chrétiens sont venus ici pour prier. Je suis sûr que tous ont prié pour la paix sur terre et la bonne volonté parmi les hommes, comme nous le faisons aujourd’hui. Avec l’intercession des saints, prions pour les âmes des pèlerins et bienfaiteurs des temps passés qui sont maintenant dans le repos en Christ et pour le bien-être spirituel et physique de tous les pèlerins ici aujourd’hui ainsi que ceux qui viendront.

Nous reconnaissons tous que les fidèles chrétiens d’une extrémité de la terre à l’autre sont les héritiers de ce site sacré où le ciel et la terre se rencontrent et où les trois chefs des plus anciennes églises ont été délégués depuis des siècles avec la responsabilité de la tutelle.

Ce patrimoine sacré qui nous a été légué devrait nous faire prendre conscience de notre rôle et de nos obligations importantes. Chaque année, les fidèles témoins affluent dans ces lieux en tant que pèlerins afin de se sentir plus proches du Christ, et ils emportent avec eux des expériences spirituelles uniques d’ici à leurs terres respectives. La plupart d’entre eux nous reconnaissent, les gardiens, pas comme grec, catholique romain, le clergé ou les moines arméniens, mais comme les gardiens du Saint-Sépulcre et les autres sites dominicaux. Le fardeau de cette responsabilité qui transcende l’entretien des édifices est plus grave que ne le croit l’œil et exige un énorme effort spirituel de notre part pour répondre aux attentes de nos confrères chrétiens. Cet effort spirituel mérite une considération sérieuse aujourd’hui alors que nous entrons dans une Aedicule nouvellement rénovée pour prier.

D’abord et avant tout, nous devons prier sérieusement notre Seigneur Jésus-Christ de nous donner la sagesse et la capacité d’observer littéralement parmi nous son grand commandement de l’amour. Souvenons-nous de ce qu’il dit dans l’Évangile selon Jean : « Je vous donne un commandement nouveau : que vous vous aimiez les uns les autres ; comme je vous ai aimés, vous aussi vous devez vous aimer les uns les autres. Par ceci chacun saura que vous êtes mes disciples, si vous avez l’amour l’un pour l’autre. “(Jean 13 : 34-35)

Mes chers frères, nous lisons tous le même Evangile et le même verset dans nos dialectes respectifs et professons le seul et unique Jésus-Christ comme étant le Fils de Dieu, Dieu de Dieu et Lumière de Lumière. Nous n’avons aucune différence d’opinion à l’égard de ce commandement. Ainsi, à moins d’accepter le grand commandement de l’amour du Seigneur et de l’exprimer en paroles et en actes, comment pourrions-nous nous considérer comme des disciples du Christ ?

JPEG - 148.1 ko

Nos efforts unis pour restaurer le Saint Aedicule et le grand esprit de coopération entre nos églises, ici et là, sont de merveilleux signes de solidarité chrétienne et indiquent que notre amour pour le Christ et ses enseignements sont au-dessus des différences culturelles, liturgiques, linguistiques et doctrinales. Nous savons que les différences d’opinion et même les querelles entre les disciples du Christ existaient même dans les jours où il prêchait en Terre Sainte. Les lettres et les écrits de saint Paul datant de l’âge apostolique révèlent aussi de graves désaccords et divisions dans l’Église primitive. Malgré cela, l’Église de Jérusalem et les églises des gentils fonctionnaient comme le Corps Unique de Jésus-Christ. Nous avons été témoins de la manière dont l’amour du Christ nous a réunis en cette occasion et nous réunira à tout moment, pourvu que nous suivions son commandement de l’amour. Ce commandement me pousse aujourd’hui, en tant que l’un des trois gardiens traditionnels des sites dominicaux en Terre Sainte à considérer le statut des autres églises chrétiennes dans cette ville sainte. Trois d’entre elles, les anciennes églises d’Antioche, Syriac, Alexandrie, Copte et l’Église éthiopienne ont déjà certains privilèges dans et autour de l’église du Saint-Sépulcre. Mais les Églises anglicane et luthérienne, quoique présentes ici à Jérusalem, n’ont pas de présence dans cette cathédrale antique. En cette occasion festive, je demande respectueusement à mes frères en Christ, à Sa Béatitude le Patriarche grec orthodoxe et à Sa Paternité le Custode franciscain, d’envisager de donner aux cinq églises chrétiennes mentionnées le privilège d’offrir la Divine Liturgie une fois par an après Pâques . Je suis sûr que cela plaira à notre Seigneur Jésus-Christ dans le ciel et sera une étape très positive pour nous ici vers l’unité et la solidarité des chrétiens.

Que l’exemple que nous avons établi à cette occasion devienne un modèle pour notre temps et pour la postérité. Gardons toujours à l’esprit les conseils de Saint Paul aux Romains : « Que l’amour soit authentique ; Détestez ce qui est mauvais, retenez ce qui est bon ; Aimez-vous les uns les autres avec une affection fraternelle, excérez-vous les uns les autres dans l’honneur. “(Rom 12 : 9-10)

Je voudrais également saisir cette occasion pour remercier toutes les organisations gouvernementales et les individus qui ont soutenu moralement et financièrement ce projet agréable à Dieu. Merci et que Dieu vous bénisse tous.

Mgr Nourhan Manougian, Patriarche arménien de Jérusalem

L’église du Saint-Sépulcre de Jérusalem est construite sur le site où les chrétiens croient que Jésus a été crucifié, enterré et ressuscité

Le sanctuaire, de plusieurs mètres de haut et large sous le dôme de l’église, a été tenu pendant des décennies par un cadre métallique.

Ses dalles de marbre ont été affaiblies au cours des années en partie par des visites quotidiennes de milliers de pèlerins et de touristes. Il a été minutieusement démantelé et reconstruit pendant huit mois de travaux de restauration.

Les pièces cassées ou fragiles ont été remplacées tandis que les dalles de marbre qui ont put être préservées ont été nettoyées et la structure qui les soutient, renforcée.

Le travail est financé par les trois principales confessions chrétiennes du Saint Sépulcre - grec orthodoxe, franciscains et arméniens - ainsi que des contributions publiques et privées.

Le sanctuaire a été construit au début du 19e siècle sur le site de la grotte où Jésus est censé avoir été enterré.

posté le 24 mars 2017 par Jean Eckian/armenews


Turquie
Election du nouveau patriarche arménien sous la critique d’Istanbul

Raffi A. Hermonn nous communique qu’aujourd’hui 15 mars 2017, Karekin Srpazan Bektchian, leader religieux des Arméniens d’Allemagne a été élu ’’Patriarch interim’’ (Locum-tenens) des Armeniens de Turquie

Msg Bektchian a été élu avec 23 voix pour et 11 voix contre...

Les Arméniens de Turquie ont commencé à faire la fête car ils avaient tout entrepris pour empêcher Msg Ateshian, qui a occupé ce siège durant neuf ans, d’être reconduit. Ce dernier ne faisait rien en effet pour organiser les élections du nouveau Patriarche.

Dans le courrier ci-dessous, émanent du Vice-gouverneur d’Istanbul, ce dernier écrit au patriarcat que “par la loi vous ne pouvez pas commencer les préparatifs de l’élection du nouveau patriarche“.

Ce qui en d’autres termes veut dire que cette élection interne de l’église arménienne est inacceptable, car le favori d’Istanbul était Mgr Ateshyan. ’

JPEG - 51.8 ko
posté le 15 mars 2017 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Religion  Turquie 


EGLISE ARMENIENNE
Mgr Aram Atéchian écarté des élections du futur Archevêque des Arméniens de Constantinople

La nouvelle était attendue. Lors de la réunion qui se tenait le 23 et 24 février à Sainte-Etchmiadzine en présence du Catholicos Karékine II et les plus hauts représentants de l’Eglise arménienne il fut décidé que les élections de l’Archevêque arménien de Constantinople se dérouleront le 15 mars. Etaient présents à Sainte-Etchmiadzine l’Archevêque très contesté par la communauté arménienne, Mgr Aram Atéchian. Etaient également présents Mgr Karékine Bekdjian le représentant de l’Eglise arménienne en Allemagne ainsi que l’évêque Sahak Machalian.

JPEG - 491.7 ko

Il fut décidé lors de cette réunion que Mgr Aram Atéchian sera écarté des élections pour le siège d’Archevêque des Arméniens de Constantinople. Rappelons qu’Aram Atéchian était contesté par la communauté arménienne de Turquie. Au lendemain de la reconnaissance du génocide des Arméniens par le Parlement d’Allemagne (Bundestag) il avait été reçu par Recep Tayyip Erdogan, lui confiant son hostilité à cette reconnaissance du génocide par l’Allemagne. Une déclaration qui fut sans doute apprécié par Erdogan, mais pas par les Arméniens...

Krikor Amirzayan

posté le 26 février 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


ARMENIE-GEORGIE
Rencontre chaleureuse entre le Premier ministre arménien et Ilia II le catholicos-patriarche de l’Eglise orthodoxe de Géorgie

En visite officielle en Géorgie, le Premier ministre arménien Karen Karapetyan a rencontré à Tbilissi vendredi 24 février, le catholicos-patriarche de l’Eglise orthodoxe géorgienne Ilia II (Élie II). Ilia II a assuré que cette visite du chef du gouvernement arménien en Géorgie renforcera les liens entre les deux peuples.

JPEG - 95.8 ko
Rencontre chaleureuse entre le Premier ministre arménien et Ilia II le catholicos-patriarche de l’Eglise orthodoxe de Géorgie

« Les Géorgiens et les Arméniens ont des relations d’amitié séculaires et la coopération entre nos deux églises se construit sur des liens chaleureux et de bon voisinage. Nos deux gouvernements doivent faire le nécessaire pour développer la coopération et renforcer l’amitié. Je suis heureux qu’aujourd’hui la culture arménienne se développe, mais dans le même temps nous ne devons pas nous arrêter qu’à des visites nous devons réfléchir à assurer les bases de relations solides et productives entre nos peuples » dit le catholicos-patriarche de Géorgie Ilia II. Le Premier ministre arménien Karen Karapetyan a remercié Ilia II pour cette invitation et lui a transmis les messages chaleureux d’amitié du président arménien Serge Sarkissian et du catholicos Karékine II d’Etchmiadzine. Il a également assuré qu’il ferait tout pour renforcer les relations arméno-géorgiennes en matière d’économie et de culture ainsi que dans de nombreux autres domaines. « Nous avons une grande énergie pour le développement futur de la coopération entre les deux pays frères et nous sommes prêts à réaliser des pas importants » dit Karen Karapetyan tout en remerciant les autorités géorgiennes et l’Eglise géorgienne pour leur intérêt au patrimoine et à la culture arménienne en Géorgie.

Krikor Amirzayan

posté le 25 février 2017 par Krikor Amirzayan/armenews