Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Cinéma


DOCUMENTAIRE
Women of 1915 de Bared Maronian

Dimanche 19 mars, il n’y avait plus un siège libre au Club de l’Etoile, où la Croix Bleue des Arméniens de France projetait le remarquable documentaire de Bared Maronian, Women of 1915, sous titré en français. Le documentaire d’une durée de 90 mn, fut suivi d’un débat avec le réalisateur avec l’aimable participation de Claire Mouradian qui a assuré la traduction.

JPEG - 6.3 Mo

Le public - Photo : Roger Kasparian.

Récompensé en 2016 par le Prix Armin T. Wegner du Festival International du Film ARPA, Women of 1915 est le premier documentaire à rendre hommage aux Arméniennes victimes du premier génocide du XXe siècle ainsi qu’aux femmes venues d’Europe et des Etats-Unis qui ont porté secours aux survivantes et à leurs enfants.

A l’aide d’images d’archives, de témoignages de descendants, d’interventions d’historiens et autres spécialistes, Bared Maronian met l’accent sur la résilience des ces Arméniennes qui en dépit des horreurs qu’elles ont vu et des violences dont elles ont été victimes, ont su pour certaines, combattre les armes à la main, témoigner (comme Aurora Mardiguian) et transmettre à leurs descendants leur capacité à surmonter les obstacles.

JPEG - 467 ko

Capture d’écran du film : Aurora Mardiganian.

Le documentaire met également en lumière le rôle essentiel de ces femmes venues du nord de l’Europe ou des USA qui parfois au péril de leurs vies, ont protégé les survivantes et les enfants comme la missionnaire danoise Maria Jacobsen qui a sauvé des centaines d’Arméniens des massacres et des déportations.

PNG - 4.2 Mo

Capture d’écran du film : la docteure américaine Ruth Parmalee.

Sorti l’an dernier aux Etats-Unis, Women of 1915 a nécessité trois années de travail mais le résultat est à la hauteur du sujet. Bared Maronian nous fait découvrir l’existence de 400 orphelines recueillies par le pape, les visages de ces Arméniennes tatouées par leurs nouveaux maîtres arabes, le témoignage d’un Kurde qui montre les gorges où furent précipité les Arméniens et l’unique survivante de ces meurtres de masse...

JPEG - 875.3 ko

Capture d’écran du film : orphelines recueillies par le pape.

Né au Liban, Bared Maronian qui vit en Floride depuis plusieurs années est l’auteur du documentaire Orphand of the genocide, vu par plus de 50 millions de téléspectateurs américains et diffusé à Paris au Musée de la Shoah à Paris en 2015. Avec des images d’archives présentées pour la première fois dans en 3 D - grâce au talent de Bardig Kouyoumdjian - Women of 1915 est une œuvre majeure qui montre le génocide des Arméniens sous un angle inédit mais ô combien édifiant.

JPEG - 9.7 Mo

Bared Maronian par Roger Kasparian.

Ne manquez sous aucun prétexte les prochaines projections :

- Issy les Moulineaux, 20 mars, 20 h, La Halle aux Epinettes, 47 rue de l’Egalité

- Alfortville, 21 mars, 20 h, MCA 9 rue de Madrid

- Décines, 22 mars, 20h, Salle des Fêtes, Place Roger Salengro

- Valence, 23 mars, 20h, Cinéma Lux, 36 Bd du Général de Gaulle

- Marseille, 24 mars, Ecole Hamaskaïne, 60 Bd Pinatel ,13e

Elisabeth Baudourian

posté le 21 mars 2017 par Claire/armenews


Paris
Le documentaire « Women of 1915 » projeté au Club de l’Étoile

Le film documentaire “Women of 1915” de Bared Maronian sera projeté le 19 mars à 20h au Club de l’Étoile, 14 rue Troyon, Paris 17e.

Documentaire récompensé par le Prix “Armin T. Wegner” au festival du film « ARPA » à Los Angeles 2016.

Et du Prix du “Meilleur Documentaire” au festival de film « Pomegranate », Toronto 2016.

JPEG - 61.5 ko

L’introduction du documentaire est nominée à l’“Emmy Awards”

posté le 17 mars 2017 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Cinéma  Génocide  Paris 


REVUE DE PRESSE - ALETEIA
L’incroyable parcours de Mher Sarkissian d’Alep jusqu’au Festival de Cannes

Mher Sarkissian est un jeune photographe et producteur syrien de 26 ans, né à Alep et d’origine arménienne. Diplômé de Design Graphique, passionné de photographie et production cinématographique, le jeune Aleppin a commencé sa carrière artistique dès sa première année de licence.

Lors du Festival des Jeunes auteurs de courts-métrages en Syrie en 2014, Mher a reçu le prix du meilleur film pour Peace et le prix de la meilleure réalisation pour son film Le retour.

Après avoir frôlé la mort deux fois, Mher Sarkissian a fait ses valises pour aller s’installer au Liban. Il présentera son dernier court-métrage A message from above lors du prochain festival de Cannes. Aleteia l’a rencontré.

Lire l’interview ici : http://fr.aleteia.org/2017/03/12/un-jeune-chretien-syrien-presentera-son-court-metrage-au-festival-de-cannes/

posté le 15 mars 2017 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Cinéma  Syrie 


FRANCE
Présentations du documentaire Women of 1915, en présence du réalisateur

Women of 1915 de Bared Maronian est le premier documentaire qui témoigne du rôle des femmes arméniennes pendant le premier génocide du XXe siècle.

Il apporte un nouveau regard sur le rôle joué par les femmes arméniennes dans leur communauté respective ainsi que sur ces femmes héroïques qui sont venues à leur secours depuis les quatre coins du monde pendant cette période douloureuse. Il nous éclaire enfin sur celles qui ont péri avec la chute de l’Empire ottoman pour permettre aux femmes arméniennes d’être des piliers des communautés post-génocidaires.

Documentaire Women of 1915 de Bared Maronian (66 minutes), sous-titré en français
Dimanche 19 mars à 20h au Club de l’Etoile (14 rue Troyon - 75017 Paris / rés. au 06 81 76 38 66 ou femmesde1915@gmail.com)
Lundi 20 mars à 20h à la Halle aux Epinettes (47 rue de l’égalité - 92130 Issy les Moulineaux)
Mardi 21 mars à 20h à la MCA Alfortville (9 rue de Madrid - 94140 Alfortville)
Mercredi 22 mars à 20h à la salle des fêtes de Décines (Place Roger Salengro - 69150)
Jeudi 23 mars à 20h à Valence
Vendredi 24 mars à 20h à l’école Hamazkaïne (60 bd Pinatel - 13013 Marseille)

posté le 10 mars 2017 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Cinéma 


PARIS
Présentation du film Resident Forever

Organisée par l’Association Sainte-Croix des Arméniens Catholiques de France, une présentation du documentaire Resident Forever de la cinéaste sud-coréenne Lyang Kim aura lieu au Centre culturel St Mesrob, en présence du représentant d’Artsakh en France, Hovhannès Guevorguian.

Née pendant la guerre du Haut-Karabagh dans un village frontalier de l’Arménie, Maria nous guide au long des frontières de son pays. Dans de splendides paysages, la menace du conflit et la tension sont permanentes. Comment ces habitants vivent-ils avec la peur ? Rester ou partir ?

Présentation le samedi 18 mars à 15h
10 bis rue Thouin - 75005 Paris
Entrée libre - Cocktail

Le film sort le 22 mars 2017 tous les jours à 13h pendant 2 semaines au Cinéma Saint André des Arts (30 rue St André des Arts, 75006 Paris).

posté le 10 mars 2017 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Cinéma  Paris 


Cinéma
The Promise : nouvelles images

« The Promise », le film qui raconte l’histoire du génocide arménien en Turquie au début de la Première Guerre mondiale.

Écrit par Terry George et Robin Swicord et réalisé par Terry George (Hôtel Rwanda), The Promise est interprété par Oscar Issac, Christian Bale et Charlotte Le Bon. Musique de Gabriel Yared.

Le film parle d’une histoire d’amour au milieu de l’agitation croissante en 1914 en Turquie, menant aux horreurs du génocide arménien. Alors que la Grande Guerre se profile, le puissant Empire ottoman s’effrite. Constantinople, la capitale multiculturelle autrefois vibrante sur les rives du Bosphore, est sur le point d’être consumée par le chaos. Michael Boghosian (Oscar Isaac), arrive dans le centre cosmopolite en tant qu’étudiant en médecine déterminé à ramener la médecine moderne à Siroun, son village ancestral dans le sud de la Turquie où les musulmans turcs et les chrétiens arméniens ont vécu côte à côte pendant des siècles.

Le nouveau trailer

posté le 5 mars 2017 par Jean Eckian/armenews


ARAM
Marseille : invitation en avant première du documentaire : « Ô, ma patrie, douce et glaciale »

Le documentaire « Ô, ma patrie, douce et glaciale », témoigne des répressions staliniennes contre les rapatriés arméniens (1946‑1956) et de l’exil dans la région d’Altaï en Sibérie.

Une projection aura lieue le samedi 11 mars 2017 à 19h à l’Association pour la recherche et l’archivage de la mémoire arménienne : 8 bis, place Pélabon - 13013 Marseille

JPEG - 756.9 ko

En présence des réalisateur, scénariste et de toute l’équipe technique du film.

Film en arménien, sous-titré en français.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

posté le 5 mars 2017 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Cinéma  Histoire  Marseille 


UNE PEPITE AU CINEMA
Tramontane de Vatche Boulghourjian : la quête identitaire d’un musicien aveugle au Liban

Présenté en compétition à la semaine de la Critique au Festival de Cannes en 2016, Tramontane de Vatche Boulghourjian sort dans les salles françaises le 1er mars. Une sublime quête identitaire d’un jeune chanteur aveugle dans un Liban meurtri.

Pour partir en tournée en Europe, Rabih, musicien non-voyant qui vit dans une petite ville de la montagne libanaise, a besoin d’un passeport. Une démarche administrative en apparence simple, qui va pourtant faire basculer toutes ses certitudes sur son histoire. Il apprend qu’il a été adopté : quand ? comment ? pourquoi ? Face au silence ou aux mensonges de son entourage, il se met en quête de ses origines, sur les routes de son pays, un Liban meurtri, encore traumatisé par la guerre qui a fait rage il y a 40 ans.

JPEG - 5.3 ko

Le réalisateur Vatche Boulghourjian signe ici un premier long métrage bouleversant, en oubliant pas une petite évocation à ses racines arméniennes...

posté le 2 mars 2017 par Claire/armenews

Claire Barbuti



Humanitaire
Elton John présentera le film sur le génocide arménien « The Promise » à la fête des Oscars

La 25e soirée annuelle de la Fondation Elton John pour la lutte contre le sida (EJAF) aura lieue le 26 février au West Hollywood Park, le jour même de la remise des Oscars du cinéma, au cours de laquelle Sir Elton John et David Furnish présenteront le film Open Road et Survival Pictures « The Promise », qui raconte l’histoire du génocide arménien en Turquie au début de la Première Guerre mondiale. Écrit par Terry George et Robin Swicord et réalisé par Terry George (Hôtel Rwanda), The Promise est interprété par Oscar Issac, Christian Bale et Charlotte Le Bon. Musique de Gabriel Yared.

« Nous devons seulement considérer que l’épidémie de VIH / SIDA qui a suivi le génocide rwandais au milieu des années 1990 pour comprendre le lien direct entre les atrocités, les atteintes aux droits de l’homme et les crises de santé publique comme l’épidémie du SIDA“, a déclaré le fondateur d’EJAF Elton John.

“Grâce à nos amitiés avec la famille Manoukian et le producteur Eric Esrailian de l’UCLA, David et moi sommes devenus plus personnellement conscients du génocide arménien et sa pertinence concernant les questions sociales aujourd’hui. Le thème du film The Promise peut être interprété comme garder la promesse de se rappeler et d’apprendre des atrocités du passé, ainsi que de garder la promesse de mettre fin au sida. Chez EJAF, nous nous engageons à défendre The Promise et sensibiliserons ce film puissant qui utilise la narration classique pour inspirer les gens à agir aujourd’hui. Nous sommes honorés de partager le moment important de notre événement de la Nuit des Oscars pour présenter au public The promise . “ a déclaré Elton John.

En plus de partager la vision de l’EJAF pour défendre les droits de l’homme, l’équipe The Promise de Survival Pictures a pris l’engagement sans précédent de faire don de tout le produit du film à des organisations à but non lucratif, y compris à l’EJAF et d’autres ONG et de droits humains. Dans le cadre de cet engagement et pour inspirer généreusement les invités de la fête, Survival Pictures fera correspondre les promesses faites par les invités à l’EJAF par le biais d’achats de textes et d’enchères en direct effectués au cours de la fête de l’EJAF, avec pour objectif d’en faire une soirée record.

JPEG - 55.7 ko

Le Comité National Arménien d’Amérique (ANCA) a remercié Elton John pour son initiative dans un message Facebook

« Ce don est le premier du genre avec un film de cette envergure, nous voulions que le monde le sache et nous sommes incroyablement reconnaissants“, a déclaré David Furnish, président de l’EJAF. “Nous sommes honorés d’annoncer cette générosité, grâce au philanthrope, humaniste et ancien patron de la MGM Kirk Kerkorian, à la veille de la 25e soirée annuelle de l’EJAF Academy Awards Party. Non seulement The Promise s’engage à soutenir le travail d’EJAF, mais des fonds de contrepartie seront fournis pour inspirer d’autant plus les donateurs tout au long de l’événement et aux enchères en direct.

Survival Pictures a également développé une campagne d’impact social pour The Promise afin d’aider à sensibiliser le public mondial sur les génocides et les atrocités de masse des 20ème et 21ème siècles, sur la définition juridique du génocide et sur le déni historique. La campagne d’impact informera et inspirera les gens à prendre des mesures pour qu’ils deviennent partie-prenante du mouvement anti-génocide mené par des organisations de défense des droits humains comme l’EJAF, ainsi que les décideurs dédiés à mettre fin aux crimes contre l’humanité et traduire les auteurs en justice.

Le film parle d’une histoire d’amour au milieu de l’agitation croissante en 1914 en Turquie, menant aux horreurs du génocide arménien. Alors que la Grande Guerre se profile, le puissant Empire ottoman s’effrite. Constantinople, la capitale multiculturelle autrefois vibrante sur les rives du Bosphore, est sur le point d’être consumée par le chaos. Michael Boghosian (Oscar Isaac), arrive dans le centre cosmopolite en tant qu’étudiant en médecine déterminé à ramener la médecine moderne à Siroun, son village ancestral dans le sud de la Turquie où les musulmans turcs et les chrétiens arméniens ont vécu côte à côte pendant des siècles. Le Photo-journaliste Chris Myers (Christian Bale), n’est venu ici que provisoirement pour couvrir la géopolitique. Il est fasciné par son amour pour Ana (Charlotte Le Bon), une artiste arménienne qu’il a accompagné de Paris après la mort soudaine de son père. Lorsque Michael rencontre Ana, leur patrimoine commun arménien déclenche une attraction qui explose dans une rivalité romantique entre les deux hommes. Alors que les Turcs forment une alliance avec l’Allemagne et que l’Empire se retourne violemment contre ses propres minorités ethniques, ces passions conflictuelles doivent être reportées tandis qu’elles s’unissent pour survivre alors même que les événements menacent de les submerger. Des promesses sont faites et des promesses sont rompues. La seule promesse qui doit être tenue est de vivre et de raconter l’histoire.

« Le génocide arménien ne doit évidemment jamais être oublié et devrait être reconnu, mais les informations actuelles montrent que les mêmes modèles de violations des droits de l’homme sont reproduits dans de trop nombreuses régions du monde aujourd’hui », a déclaré le producteur Eric Esrailian. « Nous sommes honorés d’avoir le soutien d’Elton, David et toute la famille EJAF. En unissant nos forces, nous pouvons aider les populations dans le monde qui ont besoin d’aide en ce moment“.

posté le 24 février 2017 par Jean Eckian/armenews