Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Cinéma


ARMENEWS WEB TV
Les racines du mal : un film sur les liens entre génocide arménien et Shoah

Les racines du mal est un projet de film documentaire mêlant enquête historique, film d’animation et rencontres avec les acteurs du travail de mémoire pour comprendre comment le génocide des Arméniens a pu contribuer à rendre possible la Shoah.

Comme pour Le fils du marchand d’olives, Mathieu Zeitindjioglou sera derrière la caméra alors que sa femme Anna servira de guide. Les recherches, c’est ensemble que le couple qui partage un génocide en héritage (lui est Arménien, elle Polonaise) les font, aimant étudier l’impact psychogénéalogique que cela peut avoir sur leur vie.

Ce film qui a vocation à être montré en salles s’annonce essentiel pour mettre en lumière les liens entre génocide arménien et solution finale, mais aussi pour comprendre les enjeux de mémoire. Ils commenceront le tournage cet été à Auschwitz, mais lancent dès à présent une campagne de crowdfunding.

Plus d’infos : https://www.kisskissbankbank.com/les-racines-du-mal

posté le 18 avril 2018 par Claire/armenews

Texte, photo et vidéo : Claire Barbuti

THEMES ABORDES : Arménie  Cinéma  Culture  France  Génocide  Image 450  Pologne 


CINEMA
Festival de Cannes : Robert Guédiguian dans le jury

Les actrices américaine Kristen Stewart et française Léa Seydoux, les réalisateurs canadien Denis Villeneuve et français Robert Guédiguian feront partie du jury du 71e Festival de Cannes, composé majoritairement de femmes, selon un communiqué du Festival publié aujourd’hui. Leur palmarès sera dévoilé le 19 mai.

Le jury, qui comptera 5 femmes et 4 hommes, sera présidé par l’actrice australienne Cate Blanchett. Il comprendra également l’acteur chinois Chang Chen, la scénariste américaine Ava DuVernay, la chanteuse burundaise Khadja Nin et le réalisateur russe Andreï Zviaguintsev.

Robert Guédiguian et le Festival de Cannes, c’est une histoire qui dure depuis des dizaines d’années puisque le réalisateur y a montré son premier film en 1981, Dernier été. Mais c’est avec Marius et Jeannette qu’il obtiendra un prix en 1997, celui de la programmation « Un certain regard ».

posté le 18 avril 2018 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Cinéma  Culture  France  Image 450 


CINEMA-DISPARITION
Disparition cinéaste italien Vittorio Taviani qui avait réalisé « Le Mas aux alouettes »

Il avait réalisé en 2007 avec son frère Paolo plusieurs grands films dont « Le Mas aux alouettes » sur le génocide des Arméniens. Le cinésate italien Vittorio Taviani vient de disparaître à Rome dimanche 15 avril à l’âge de 88 ans à la suite d’une longue maladie. En compagnie de son frère Vittorio Taviani avait réalisé plus d’une quinzaine de films dont le plus connu fut « Padre pdrone » sorti dans les salles en 1977 qui lui avait permis de recevoir deux Palme d’Or au Festival de Cannes en 1977. « La Nuit de San Lorenzo » (1982) lui valent le grand prix spécial du jury de Cannes.

Krikor Amirzayan

posté le 16 avril 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Cinéma  Image 450 


CINEMA
« La Promesse » : sortie DVD de la fresque hollywoodienne sur le génocide

On l’attendait depuis des années, ce film grand public qui parlera du génocide arménien. L’attente a été encore plus longue en France, puisque c’est l’un des derniers pays à l’avoir sorti sur grand écran. A partir du 11 avril, il sera disponible en DVD.

La Promesse (The Promise) n’a pas vocation à être un documentaire mais est extrêmement bien documenté. Par le prisme d’un triangle amoureux entre un jeune étudiant en médecine arménien (Oscar Isaac), un reporter américain (Christian Bale) et sa fiancée arménienne (Charlotte Le Bon), Terry George embarque dans un fresque hollywoodienne en 1915. Enfin ! Car plus que jamais, la maxime du film est d’actualité : « Notre vengeance sera de survivre ».

JPEG - 79.2 ko

Le rêve de Michael, interprété par Oscar Isaac, est de devenir médecin. Il quitte la campagne arménienne grâce à l’argent donné par le père de sa fiancée pour venir à Constantinople. Et rien ne se passe comme il aurait pu l’imaginer. «  Terry George voulait faire un film classique, pour que ce soit facile d’entrer dedans. Que ça semble familier, alors que l’histoire du génocide ne l’est pas du tout », explique Oscar Isaac. Celui que l’on a pu voir dans la peau d’un Jedi, d’un X-Men ou de Llewyn Davis joue à la perfection cet Arménien perdu entre ses sentiments contraires - la raison le pousse vers sa fiancée, la passion vers une femme totalement opposée - et l’horreur de la situation à laquelle il doit faire face - heureusement, il peut compter sur son ami de l’école de médecine, un Juste qui se rebelle contre les agissements de sa famille... De quoi y voir une pointe d’optimiste, comme le souligne Oscar Isaac : « Encore aujourd’hui, partout dans le monde, des atrocités se répètent encore, et encore, et encore. Le film transmet un message plein d’espoir, ce qui est particulièrement nécessaire en ce moment, surtout avec ce que l’on peut voir du traitement des réfugiés ».

JPEG - 4.1 Mo

La réalisateur Terry George © Claire Barbuti.

«  Je crois que le cinéma est le médium le plus efficace pour éduquer », nous disait Terry George lors de la sortie de The Promise, qui n’est finalement resté que peu de jours à la programmation des cinémas. Avec cette sortie DVD, l’occasion est là pour tenter de montrer ce film didactique et émouvant au plus grand nombre.

posté le 10 avril 2018 par Claire/armenews

Claire Barbuti



TURQUIE-GENOCIDE
Fetih Akin est considéré comme un « ennemi de la Turquie » depuis son film « The Cut » sur le génocide des Arméniens

Dans une interview accordée au journal turc « Tuhaf », le réalisateur Allemande d’origine turque Fetih Akin le réalisateur du film « The Cut » évoquant le génocide des Arméniens, a évoqué le climat raciste en cours actuellement en Turquie. Fetih Akin a affirmé que depuis ce film sur le génocide, depuis 3 ans il n’avait pas été en Turquie.

Fetih Akin affirme que « la Turquie vit des moments difficiles et cela m’inquiète fortement. La haine et le racisme ont empoisonné tout le pays en laissant de profondes traces dans la société turque. Jadis les élites du pays exploitaient les provinciaux, maintenant en s’appuyant sur ces provinciaux, les autorités se vengent. Il faut que je reste loin de cette Turquie d’aujourd’hui et actuellement je n’ai pas l’intention d’y tourner un quelconque film. Si j’essaie de filmer quoi que ce soit, je serai emprisonné. Depuis mon film « The Cut » je suis considéré en Turquie comme un ennemi du pays ».

Krikor Amirzayan

posté le 7 avril 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Cinéma  Image 450  Turquie 


CINEMA
Bande-annonce / L’histoire anatolienne - Artak IGITYAN / Gérard DARMON - Samy NACERI

“L’histoire anatolienne”, un film réalisé par Artak IGITYAN, d’après le roman de Mark Aren, ayant pour thème le génocide des Arméniens et sa négation. Avec dans les rôles principaux Gérard DARMON et Samy NACERI. Prochainement sur vos écrans.

Le réalisateur Artak Igityan tourne en ce moment le film “L’Histoire anatolienne“ en France, basé sur le roman “Où fleurissent les roses sauvages : histoire anatolienne“ de Mark Aren (né Karen Margaryan). Le compositeur du film est le compositeur musical français Michel Legrand, rapporte Allinnet.info.

“L’Histoire anatolienne“ met en vedette des acteurs français renommés tels que Samy Naceri (connu pour son rôle principal dans la franchise française “Taxi“), Gerard Darmon, et Hermine Stepanyan dans le rôle féminin principal. Hermine Stepanyan a partagé son expérience encore rare de travailler avec le réalisateur :

“J’ai rencontré le réalisateur Artak Igityan lors de la première du film“ L’aube de la mer. “Nous n’avons pas réussi à trop bavarder, je l’ai félicité et je suis parti. Deux ans plus tard, nous nous sommes retrouvés au cinéma “ Moscou “. Cette fois, Igityan était avec sa femme Anna, je me suis approché d’eux et j’ai dit que j’aimais le film.La femme d’Artak m’a regardé et a dit : ’Artak, elle est un excellent personnage.’ Ainsi, a commencé une conversation sur le film, ainsi que d’autres sujets, a précisé Hermine Stepanyan.

“Bien sûr, j’ai vu des films avec Darmon et Naceri, et après avoir réalisé que nous allions jouer dans le même film, j’ai commencé à regarder chaque film et à lire leurs interviews pour en apprendre plus sur eux. Je ferai mieux connaissance avec eux en raison de la communication directe plus facile “, a déclaré Hermine Stepanyan.

posté le 5 avril 2018 par Stéphane/armenews


CINEMA
Sur la pression de Bakou, les autorités d’Istanbul censurent la diffusion du film arméno-iranien « Eva »

Les autorités d’Istanbul viennent d’interdire la diffusion du film arméno-iranien « Eva » (Yéva) au Festival international du cinéma féminin Filmmor à Istanbul viennent d’annoncer les organisateurs du festival. Sur Bianet l’organisateur du festival Melek Ozman a déclaré que l’ambassade d’Azerbaïdjan a présenté par écrit une protestation officielle à l’Institut français chargé du festival Filmmor afin que le film « Eva » soit retiré de la liste des films diffusés lors du festival. « Plus tôt ministère des Affaires étrangères d’Azerbaïdjan avait demandé également la censure à la Turquie » ajouta M. Ozman. Le film « Eva » (Yéva) de la réalisatrice arménienne d’Iran Anahit Abad raconte l’histoire d’une femme qui, après la mort de son mari, fuit la famille de ce dernier et se réfugie dans un village de l’Artsakh. C’est parce que les scènes se déroulent en Artsakh que Bakou considère qu’elles furent tournées sans son autorisation...alors que la République de l’Artsakh est indépendante depuis plus d’un quart de siècles...

Krikor Amirzayan

posté le 21 mars 2018 par Krikor Amirzayan/armenews


Cinéma
« Le Scandale Paradjanov » disponible en replay jusqu’au 22 mars

Pour celles et ceux qui n’ont pu assister hier soir à la diffusion du « Scandale Pardjanov », de et avec Serge Avédikian, la chaine Arte le propose jusqu’au 22 mars en replay.

Pour voir le film en plein écran, cliquer sur le carré, en bas et à droite du player.

posté le 16 mars 2018 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Cinéma 


Cinéma
Film « Le Scandale Paradjanov », de et avec Serge Avédikian sur Arte ce soir

Pour celles et ceux qui n’ont pas eu la chance et le bonheur de voir le film Le Scandale Paradjanov de Serge Avédikian, auteur avec Oléna Fétisova, réalisateur et acteur, à vos télécommandes sur Arte.

Outre la truculence du film, où le cinéaste arménien (Les Chevaux de feu - Sayat Nova) paraît ici dans toute sa vérité, il s’agit aussi d’une renversante performance d’acteur à laquelle nous convie Serge Avédikian, et qui n’a d’égale que la générosité même de l’homme Paradjanov (Sarkis Paradjanian).

A ne manquer sous aucun prétexte ce soir sur Arte, malgré l’heure tardive (vendredi 16 mars à 0h10 - nuit du jeudi 15 mars).

posté le 15 mars 2018 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Cinéma  Image 450