Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Humanitaire


ETATS-UNIS
Samantha Power regrette qu’Obama n’ait pas reconnu le génocide

Samantha Power, ancienne conseillère spéciale du président Barack Obama, a exprimé vendredi son regret de n’avoir pas assuré la reconnaissance officielle du génocide arménien de 1915 par la Turquie ottomane pendant son mandat.

Samantha Power a déclaré qu’Obama n’a pas honoré une promesse de campagne électorale clé parce qu’il ne voulait pas compromettre un rapprochement entre l’Arménie et la Turquie, et craignait qu’Ankara puisse entraver les efforts américains pour vaincre le groupe de l’État islamique.

Power, qui a conseillé Obama sur la politique étrangère et les droits de l’homme avant de devenir ambassadrice américaine auprès des Nations Unies de 2013 à 2017, a également pointé du doigt la « personnalité très volatile » du président turc Recep Tayyip Erdogan.

Obama a qualifié le génocide arménien de « fait largement documenté soutenu par un ensemble de preuves historiques écrasantes » quand il a brigué la présidence en 2008. Il a déclaré que, s’il était élu, il reconnaîtrait officiellement le massacre de quelque 1,5 million d’Arméniens pendant la Première Guerre mondiale comme étant un génocide.

Au cours de cette campagne présidentielle, Power a enregistré une vidéo de cinq minutes qui exhortait les Américains d’origine arménienne à voter pour Obama en raison de sa position sur le génocide.

“Je regrette beaucoup que nous n’ayons pas réussi à atteindre la pleine reconnaissance comme nous l’avions promis“, a nuancé Power. “J’ai vraiment cru que nous le ferions lorsque nous étions à la Maison Blanche.“

“En 2009, qui était vraiment l’année où nous l’aurions fait dès le début, le président Obama a précisé que son point de vue sur les faits n’avait pas changé et que tout le monde connaissait son point de vue“, a-t-elle rappelé. “Mais il a estimé que la normalisation arméno-turque était à un stade très important mais encore trop fragile“.

“Ensuite, je pense, à l’occasion du centenaire [du génocide de 2015], alors que cela aurait été un autre moment opportun pour cette reconnaissance, nous venions d’avoir accès aux bases turques pour combattre l’EI (État islamique).“

“La Turquie est un pays très puissant et vaste. C’est un allié de l’OTAN et il a beaucoup de poids“, a noté l’ancienne responsable américaine. “Le président Erdogan est bien sûr une personnalité très volatile. Cela signifiait également que certaines des menaces qu’il avait faites étaient jugées plutôt crédibles. “

Power a clairement indiqué qu’elle pensait qu’aucun de ces facteurs justifie cette non-décision d’Obama. “Nous n’avons vraiment aucune excuse parce que, comme je l’ai écrit avant de devenir un représentant du gouvernement des États-Unis, il n’y a jamais vraiment de bon moment pour le faire“, a-t-elle expliqué.

Obama aurait été très proche de la reconnaissance du génocide en avril 2015. Tout en évitant le mot politiquement sensible, il a implicitement félicité le pape François d’avoir qualifié les massacres de 1915 de « premier génocide du XXe siècle ». Il a également rendu hommage à Henry Morgenthau, ambassadeur américain durant la Première Guerre mondiale à Constantinople qui tenta d’arrêter ce qu’il considérait comme une « campagne d’extermination raciale ».

La déclaration d’Obama en 2015 a fait suite à un débat apparemment animé au sein de son administration. L’Associated Press a rapporté à l’époque qu’une reconnaissance explicite du génocide arménien était préconisée par les fonctionnaires de l’administration qui traitent plus directement des questions de droits de l’homme. On disait que le pouvoir était parmi eux.

Power a déclaré vendredi que les administrations américaines actuelles et futures devraient suivre l’exemple de la vingtaine d’autres nations qui ont reconnu le génocide, et “défier l’intimidation que les négationnistes du génocide continuent à opérer.“ Interrogée pour savoir si elle pense que le président Donald Trump peut le faire, elle a répondu : “Trump est si imprévisible. Peut-être que nous nous réveillerons un matin et qu’il y aura le tweet que nous attendions tous : la reconnaissance du génocide. “

En tout cas, a poursuivi l’ancienne responsable de l’administration Obama, les Arméniens devraient continuer à se battre pour une plus grande reconnaissance internationale du génocide. Ils ont déjà fait des progrès importants dans cette entreprise, a-t-elle félicit, affirmant qu ’“il n’y a presque aucun doute dans le monde sur les événements de 1915“.

Power était en visite en Arménie en tant que nouveau membre d’un comité international qui a sélectionné ce week-end le dernier lauréat d’un prix humanitaire annuel créé à la mémoire des victimes du génocide arménien. Le Prix Aurora a été créé en 2015 par trois éminents Arméniens de la diaspora : les philanthropes Ruben Vardanyan et Noubar Afeyan, et Vartan Gregorian, le président de la Carnegie Corporation de New York. Il est conçu pour honorer les individus du monde entier qui risquent leur vie pour aider les autres.

posté le 11 juin 2018 par Claire/armenews


France-Arménie-Artsakh
Rejoignez le projet Yerguir

Cette année, le projet humanitaire de la F.R.A. Nor Seround s’ouvre aux non membres dans l’aide aux enfants d’Artsakh et d’Arménie.

En Arménie ou en Artsakh, vous pouvez venir aider le Nor Seround au niveau des activités, de l’animation, et être membre à part entière dans ce projet.

JPEG - 84.1 ko
posté le 11 juin 2018 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Artsakh  Humanitaire  Image 450 


HUMANITAIRE
Envoi d’un container en Arménie grâce à l’ASPA

C’est dans une ferveur inhabituelle que s’est préparé l’envoi d’un container en Arménie par l’ASPA.

Cela faisait plusieurs mois, que Jean, Achod et quelques autres militants ASPA se retrouvaient tous les matins au dépôt, au local Monté Melkonian, à Clamart pour recevoir les colis provenant de toute la France, de nombreux donateurs individuels et associatifs de la région. Il y a là, du matériel médical, des fauteuils d’handicapé, des vêtements hommes, femmes et enfants, des livres, du matériel de dentiste et de sports...

Il faut les mettre sous cartons, les emballer, les classer, les répertorier pour les douanes, les calibrer et les peser et surtout marquer correctement le contenu de chaque carton. Tout un travail de titan ! Cette année il y avait plus de 500 cartons.

Le jour J, une vingtaine de jeunes et moins jeunes se sont regroupés, le lundi 4 juin au matin, de bonne heure, autour de notre binôme de l’ASPA, (Achod et Jean) qui ne n’oublions pas sont également porte-drapeaux à chaque manifestations patriotiques et commémoratives.

Enfin un container de 60M3 arrive et se stationne devant l’Allée Charles Louis, à Clamart.

Alors commence le travail de fourmis avec des chariots plats, des diables, les palettes, à la main, à partir des hangars vers le camion durant plus de 4 heures et 3 autres volontaires sont dedans à empiler et ranger dans le container pour optimiser et caler les colis.

Vers midi, la venue et la bonne humeur de Robert Emmiyan, Président de la Fédération d’athlétisme d’Arménie, et toujours actuel détenteur du record d’Europe de saut en longueur, qui nous amène en dernière minute du matériel sportif, fait chaud au cœur de tous les présents. Photos souvenir de groupe devant le camion, ils pourront tous dire nous y étions.

Le container mettra plus d’un mois pour arriver à bon port qui sera alors déployé à Erévan avant d’être distribuer par des volontaires dans toutes les régions d’Arménie et d’Artsakh.

Encore bravo à Tous, et rendez-vous est donné prochainement pour un nouveau container.

Stépan Eolmezian

ASPA. B.P. 149. 92135 ISSY LES MOULINEAUX Cedex

posté le 9 juin 2018 par Claire/armenews


COMMUNIQUE
Trois humanitaires nominés pour le prix Aurora

Le Prix Aurora for Awakening Humanity récompense trois humanitaires pour leur engagement désintéressé à combattre la violence sexuelle en Inde, à défendre les droits des Rohingyas au Myanmar et à protéger les migrants d’Amérique centrale au Mexique.

24 AVRIL 2018 - EREVAN - Aujourd’hui, le Comité de sélection du Prix Aurora for Awakening Humanity a annoncé que trois humanitaires pourraient être les récipiendaires potentiels du Prix 2018. Chaque candidat a été choisi pour son courage exceptionnel, son impact profond et son engagement indéfectible à préserver la vie humaine et à faire avancer les causes humanitaires face à l’adversité. Le Prix Aurora, accordé par l’Initiative Humanitaire Aurora au nom des survivants du génocide arménien et en remerciement envers leurs sauveurs, a nominé :

• Mr. Kyaw Hla Aung, avocat et dirigeant rohingya, Myanmar. Ce musulman rohingya qui, malgré 12 années d’emprisonnement pour avoir manifesté pacifiquement contre les discriminations et les violences chroniques, utilise son expertise juridique pour lutter en faveur de l’égalité, de l’amélioration de l’éducation et la promotion des droits de l’homme et les droits de sa communauté. Il a nominé des organisations internationales qui apportent une aide médicale et une assistance aux réfugiés au Myanmar.

• Frère Héctor Tomás González Castillo. Fondateur de La 72, Mexique - ce religieux franciscain propose un abri, de la nourriture, de l’eau, des conseils et une assistance juridique à plus de 50 000 migrants centraméricains qui transitent par le Mexique. Il s’adresse à ceux qui subissent des agressions traumatiques, des tentatives d’enlèvement, à ceux qui sont chassés de leur propre pays. Il a nominé des organisations qui travaillent pour promouvoir les droits de l’homme, qui aident les personnes vivant avec le VIH / SIDA et qui fournissent une éducation culturelle aux Mayas du Mexique.

• Mme Sunitha Krishnan, co-fondatrice de Prajwala, Inde - cette survivante d’un viol collectif s’est muée en défenseuse des droits des femmes, faisant de son traumatisme une motivation pour sauver, réhabiliter et réinsérer les victimes du trafic sexuel et de la prostitution forcée dans la société. L’impact positif de cette organisation a changé la vie de plus de 17 800 femmes et enfants. Elle a nominé des organisations qui luttent contre les inégalités entre les sexes, les violences sexuelles et la traite dans toute l’Inde.

Les trois humanitaires seront honorés au cours de la troisième cérémonie annuelle du Prix Aurora à Erevan, en Arménie, qui se tiendra le 9 juin 2018. Parmi les trois nominés un(e) lauréat(e) du Prix Aurora 2018 sera désigné(e) au cours de la cérémonie qui se déroulera le 10 juin 2018. Le (ou la) lauréat(e) recevra une subvention de 100 000 dollars, ainsi qu’un Prix d’un million de dollars, ce qui lui donnera la capacité unique de poursuivre le cycle de dons en soutenant les organisations qui ont inspiré leur travail.

Chaque humanitaire a été invitée à désigner jusqu’à trois organisations qui recevront le Prix d’un million de dollars. M. Kyaw Hla Aung a nominé Médecins Sans Frontières (MSF) International, la Malaysian Medical Relief Society et la Commission internationale catholique des migrations (International Catholic Migration Commission - ICMC). Le frère Héctor Tomás

González Castillo a nominé El Oasis San Juan de Dios et La Escuela de Agricultura Ecológica U Yits Ka’an. Mme Sunitha Krishnan a nominé Prajwala, Stop à la traite et à l’oppression des enfants et des femmes (Stop Trafficking & Oppression of Children & Women - STOP), et Sanlaap India.

Co-présidé par l’acteur oscarisé et humanitaire George Clooney, le Comité de sélection comprend les Prix Nobel Oscar Arias, Shirin Ebadi et Leymah Gbowee. Mais aussi l’ancienne présidente de l’Irlande, Mary Robinson ; la militante des droits de l’homme Hina Jilani ; l’ancien ministre des Affaires étrangères de l’Australie et président émérite de l’International Crisis Group Gareth Evans ; l’ancien président du Mexique, Ernesto Zedillo ; le directeur de l’Institut d’innovation en santé mondiale à l’Imperial College de Londres, Lord Ara Darzi ; Bernard Kouchner, fondateur de Médecins sans Frontières ; et l’ancienne ambassadeur des États-Unis auprès des Nations Unies, Samantha Power. Le Comité a retenu les trois finalistes parmi 750 finalistes sur 509 candidatures uniques déposées en 12 langues depuis 115 pays.

“Ce sont des humanitaires qui sacrifient tellement sur les premières lignes des crises humanitaires les plus désespérées d’aujourd’hui“, a dit Vartan Gregorian, membre du Comité de sélection, président de la Carnegie Corporation de New York et co-fondateur de l’Initiative Humanitaire Aurora, au nom du Comité de sélection.

“Bien qu’ils proviennent de contextes et de lieux très différents, ces humanitaires d’Aurora illustrent une capacité universelle à protéger les plus vulnérables. Les Arméniens qui ont souffert d’un génocide il y a cent ans ont bénéficié de l’expression ultime de cette capacité universelle. L’objectif d’Aurora est de reconnaître cette expression, de féliciter ces preneurs de risques et d’honorer leurs engagements, afin que, tout en rendant hommage à leurs parcours, nous poursuivons le cycle de gratitude et de générosité. “

Le Prix Aurora 2017 a été décerné au Docteur Tom Catena, un missionnaire catholique américain, seul chirurgien dans les monts Nuba ravagés par la guerre au Sud-Soudan où l’aide humanitaire est limitée. “Le docteur Tom “comme il est connu localement, est mobilisé 24 heures par jour, sept jours par semaine à l’hôpital catholique Mother of Mercy, un dispensaire de 500 lits qui dessert une communauté de plus de 750 000 personnes. Chaque jour, le Dr Tom traite les patients atteints de blessures causées par les bombardements, souffrant du paludisme, de la malnutrition, de la lèpre et bien d’autres maux.

« Je suis éternellement reconnaissant envers le Prix Aurora pour sa reconnaissance de nos efforts et pour avoir fourni aux lauréats les ressources dont ils ont tant besoin pour faire avancer notre travail sur le terrain », a déclaré le Dr Tom. “Peut-être le plus important est que le Prix aide également à attirer l’attention internationale sur les problèmes que beaucoup voient chaque jour qui ne sont pas rapportés. Grâce au Prix, nous sommes en mesure d’expliquer la situation à Nuba, et j’attends avec impatience que le Prix puisse mettre en lumière les problèmes significatifs auxquels sont confrontés les humanitaires de cette année dans le monde. “

Marguerite Barankitse de Maison Shalom et de l’hôpital REMA au Burundi a été lauréate du premier Prix Aurora en 2016. Mme Barankitse a passé les 20 dernières années à fournir un asile aux orphelins et aux réfugiés ayant fui la violence et les persécutions pendant la guerre civile. Depuis qu’elle est lauréate, elle a soutenu 11 initiatives dans cinq pays, faisant progresser l’éducation des réfugiés burundais, émancipant les femmes, les filles et les victimes d’agressions sexuelles, réhabilitant les réfugiés et les victimes de la traite des êtres humains.

Le (ou la) lauréat (e) du Prix Aurora 2018 sera désigné(e) au terme d’un week-end d’événements qui comprend les Dialogues Aurora annuels. Les Dialogues sont un forum international dans lequel des représentants du monde humanitaire et les décideurs du milieu des affaires se réuniront pour discuter des moyens par lesquels la communauté internationale peut inciter à prendre des mesures significatives pour résoudre certains des problèmes les plus urgents du monde. Les Dialogues de cette année comprendront des discussions avec les trois Humanitaires qui partageront leur passion et leurs histoires personnelles.

posté le 2 mai 2018 par Claire/armenews


Arménie
Oxanna est en danger de mort

Oxanna, 9 ans, atteinte d’une affection cardiaque, a un coeur qui pourrait s’arrêter de battre dans les semaines à venir. Sa famille dépourvue de moyens financiers, ne peut subvenir aux frais de l’intervention chirurgicale qui devrait être pratiquée par un cardiologue arménien de Moscou.

Pour venir en aide à la jeune arménienne et ses parents, l’Association Arménienne du 13 (A.C.A 13), dont Annie Stepanow est membre, a lancé un appel aux dons. Sans cette aide l’opération ne pourrait avoir lieu.

Pour participer à la collecte, contacter d’urgence Annie Stepanow aux numéros de téléphone suivants : 06 12 15 78 93 / 06 14 43 13 71 et ou envoyer un chèque à l’ordre de “A.C.A du 13“ - Adresse : ACA du 13, Parc St Georges - bat B2 13170 Les Pennes Mirabeau

C’est Annie Stepanow elle-même qui se déplacera à Erevan pour remettre vos dons à la famille d’Oxanna.

Si l’argent nécessaire est réuni, l’opération pourrait être programmée au mois d’avril. Un Cerfa vous sera délivré.

posté le 13 février 2018 par Jean Eckian/armenews


Humanitaire
Des panneaux solaires pour l’Artsakh (ASPA)

ASPA 1989-2018

JPEG - 2 Mo

L’Association de Soutien aux Patriotes Arméniens (ASPA), adresse à tous ses sympathisants et Amis, pour la nouvelle année 2018, ses vœux de santé, de bonheur, prospérité et la réalisation de tous leurs projets.

(JPEG)

L’ASPA souhaite également d’avoir une pensée toute particulière, pour nos valeureux jeunes soldats qui protègent les frontières d’Arménie et d’Artsakh. Nos jeunes ont déjà prouvé en Avril 2016 mais aussi d’une façon permanente, cet esprit de défense exemplaire de notre Patrie. N’oublions pas leur difficile mission, soyons solidaires et allégeons leur engagement.

JPEG - 386.4 ko

L’A.S.P.A., après l’envoi en novembre 2017, de son containeur traditionnel de plus de 65 m3, composé de 565 colis destinés à nos frères d’Arménie et d’Artsakh, l’ASPA s’investit dans l’achat de panneaux solaires complets fabriqués en Arménie (2 panneaux, 2 batteries, 1 chargeur, un transformateur 220V et prises de courant) pour les populations et les régions en demande en Arménie et en Artsakh.

Nous lançons un appel de soutien financier urgent, afin que l’ASPA continue l’équipement de panneaux solaires au profit de nos unités combattantes et pour les populations en demande des fermes isolées, afin de leur fournir l’énergie nécessaire à leur quotidien (charger leur téléphone, s’éclairer, faire de la cuisine, se chauffer...).

En Arménie et en Artsakh, il y a une source d’énergie gratuite et simple : « le soleil ».

A ce jour, l’ASPA a fourni et installé 220 panneaux solaires, chaque appareil coûtant 500 €, équipés de : 2 panneaux solaires, de 2 batteries, d’un chargeur, d’un transformateur 220V et de prises de courant.

Merci à tous de soutenir l’initiative

Envoyez vos chèques (libellés au nom de l’ASPA), à Achot SCHEMAVONIAN - 06 63 85 77 61 - achotschema@gmail.com - A.S.P.A. B.P. 149 - 92135 - Issy-les-Moulineaux - Cedex.

Pour chaque don, un CERFA vous sera envoyé en retour.

Pensons également à nos tous petits, l’ASPA a pris en charge la rénovation d’ une salle de classe maternelle de 27 élèves, de l’Ecole 123, portant le nom de notre grand poète, Barouyr Sévag de la ville d’Erébouni, près du musée forteresse.

La rénovation de cette classe (réfection des parquets, peintures des murs, plafond et boiseries, remise en état des portes et fenêtres, électricité et isolation) Les parents d’élèves ont déjà commencé les travaux mais pour terminer les travaux il nécessiterait environ 3000€. Si quelques donateurs pouvaient subvenir à ces dépenses ils réaliseraient pour ces enfants de 6 ans, au seuil de cette nouvelle année, un rêve de pouvoir appendre dans de meilleures conditions.

Les noms des donateurs seront cités dans la Classe, ce qui laissera une empreinte

Merci

posté le 18 janvier 2018 par Jean Eckian/armenews


Document TV sur la chaîne Histoire
Le « Passeport Nansen pour les apatrides » : avec Jacky Nercessian

Trente ans avant la Convention de Genève, le diplomate norvégien Fridtjof Nansen crée le 5 juillet 1922 un passeport auquel il donnera son nom qui, entre 1922 et 1945, protégera environ 500 000 hommes et femmes destitués de leur nationalité et devenus apatrides du fait des grands bouleversements occasionnés par la première guerre mondiale, le génocide arménien, la révolution russe.

JPEG - 694.3 ko

Ce « passeport Nansen » est un document d’identité, rédigé en français et dans la langue du pays d’accueil, qui a été reconnu dès 1924 par 38 États (dont la France), permettant aux réfugiés apatrides de passer les frontières. Imaginé en 1921, il a été créé comme certificat d’identité et de voyage le 5 juillet 1922 par la conférence internationale de Genève grâce à Nansen qui créa « l’Office international Nansen pour les réfugiés ».

Né en 1861, Fridtjof Nansen était un scientifique norvégien (notamment un célèbre explorateur polaire), avant de devenir diplomate et homme d’État ; il fut surtout, sa vie durant, un humaniste conséquent.

En 1920, le gouvernement norvégien le nomme président de la délégation norvégienne auprès de la Société des Nations (SDN, ancêtre des Nations unies basée à Genève), ce qu’il restera jusqu’à sa mort en 1930. La SDN le charge aussitôt de la première mission humanitaire d’envergure qu’elle met sur pied : le rapatriement de 450 000 prisonniers de guerre. En 1921, il devient ainsi le premier « Haut-Commissaire pour les réfugiés » de la SDN. La question la plus brûlante est alors celle des réfugiés de l’ancien Empire russe fuyant la révolution d’Octobre, car un décret soviétique du 15 décembre 1922 a révoqué la nationalité de tous les émigrés qui sont donc devenus apatrides.

(JPEG) Prix Nobel de la paix (1922), Nansen a aussi participé à la négociation du Traité de Lausanne de 1923 entre les gouvernements grec et turc. Ce Traité étant revenu notamment sur l’indépendance de l’Arménie « ex-ottomane » (dans le nord-est de la Turquie actuelle) qui avait été reconnue en 1920 par le Traité de Sèvres, Nansen, après avoir essayé de contribuer à la recherche d’une solution à la crise arménienne, a étendu le bénéfice du « passeport Nansen » aux réfugiés arméniens (survivants du génocide). Il fit de même pour les autres victimes de l’abandon du Traité de Sèvres qu’étaient les Assyro-Chaldéens, en 1928.

Après eux, il servira aux juifs chassés d’Allemagne par le nazisme et aux républicains espagnols poursuivis par la dictature. C’est l’histoire d’un homme hors du commun que raconte ce passionnant documentaire illustré par d’étonnantes images d’archives et par des témoignages de descendants des bénéficiaires de l’œuvre de Nansen.

En 1938, le prix Nobel de la Paix est décerné à l’Office international Nansen (Nansen International Office for Refugees) « qui avait poursuivi son œuvre ».

JPEG - 152.5 ko

Parmi les témoignages de descendants de rescapés du génocide, celui particulièrement émouvant de Jacky Nercessian qui, le 24 avril 2015, s’est recueilli sur la tombe de Nansen et a visité la maison natale de cet homme à qui les Arméniens doivent tant. C’est d’ailleurs sur des paroles du comédien que s’achève ce documentaire à la fois pédagogique et poignant.

Un document de Valentine Valera, réalisé par Philippe Saada, avec Jacky Nercessian : Intervenante : Dzovinar Kévonian (historienne). Diffusé Vendredi 12 janvier sur la chaîne Histoire, à 20h40.

Rediffusions : Samedi 13 janvier à 23h35 - Lundi 22 janvier à 08h25 - Vendredi 26 janvier à 14h05 et le jeudi 1er février à 14h05

Histoire est disponible sur abonnement : Orange canal 117 - Numéricable canal 134 - Sfr canal 182 - Free canal 205 - Bouygues canal 216

posté le 11 janvier 2018 par Jean Eckian/armenews


FONDS ARMENIEN
A suivre ce soir, le 20ème Téléthon du Fonds Arménien en direct sur les chaînes de télévisions d’Arménie

Aujourd’hui jeudi 23 novembre correspondant à la fête du Thanksgiving Day aux Etats-Unis, se déroulera le 20ème Téléthon du Fonds Arménien (Hayastan Himnatram) qui sera transmis en direct depuis Los Angeles sur la Chaîne Publique d’Arménie, Armenia TV ainsi que d’autres médias et sites internet. Dans la soirée -vers 19 heures en France- et durant 12 heures l’Arménie, l’Artsakh et la diaspora suivront en direct sur leurs écrans l’évolution des dons au Fonds Arménien. Une occasion de découvrir l’Arménie, l’Artsakh ainsi que les communautés et institutions arméniennes de la diaspora qui se joignent à cette action de solidarité qui sera cette année encore centrée sur le soutien au développement de l’Artsakh.

Krikor Amirzayan

posté le 23 novembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Diaspora  Humanitaire  Image 450  Karabagh 


Arménie-Artsakh
Mission Noël : Un colis pour l’Arménie avec Adriana Karembeu et Aram Ohanian

Cette année, Adriana Karembeu et Aram Ohanian soutiennent l’opération « Un colis pour l’Arménie » pour les familles et les soldats. Son poids sera celui de notre générosité.

Les Besoins

1. Articles d’hygiène • rasoir • mousse à rasoir • dentifrice • brosse à dents • savon

2. Pour les familles • Vêtements (veste, blouse, doudoune, gants, chapeau, écharpe, pantalon) • Chaussures • Affaires de classes (cahier, stylo, crayon, gomme, trousses, taille-crayon, règle )

Évidemment, la liste des besoins n’est pas exhaustive. Vous pouvez la compléter avec ce que vous jugerez nécessaire de mettre dans votre colis.


>

Ensemble, agissons !

JPEG - 227.2 ko

Pour plus d’informations, rendez-vous sur la page Facebook dédiée >Mission Noël > ICI , et cliquer sur “Envoyer un message“ pour poser votre question.

posté le 8 novembre 2017 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Humanitaire  Image 450  Karabagh