Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Allemagne


TURQUIE-ALLEMAGNE
Cem Özdemir : le gouvernement turc a eu un rôle dans l’assassinat de Hrant Dink

Selon Cem Özdemir le député Allemand d’origine turque et leader du parti des Verts, le gouvernement turc a eu un rôle dans l’assassinat du journaliste Arménien Hrant Dink. Déclaration effectués sur la chaîne de télévision allemande DW. Interrogé sur les récentes déclarations du député turc d’origine arménienne Garo Paylan au sujet de la préparation d’assassinats en Europe mené par la Turquie, Cem Özdemir a affirmé qu’il n’a pas d’informations sur le sujet mais rien ne l’étonnerait surtout en tenant compte de ce qui est arrivé à Hrant Dink.

« Nous voyons comment les opposants turcs sont non seulement emprisonnés mais en plus on les oblige à garder le silence ou on les expulse, nous voyons comment ils sont brutalisés et subissent des violences physiques. L’Allemagne soit être informée de cela et prévenir le développement des organisations qui puissent sévir sur son sol. Parmi ces dernières je citerai l’Osmanen Germania formée par une bande de boxeurs nationalistes Turcs ainsi que l’Union des Démocrates Turcs d’Europe (UETD) » dit Cem Özdemir. Le député a également confié que récemment il avait participé à une manifestation au cours de laquelle le journaliste turc d’origine arménienne Hayko Baghdad portait un gilet pare-balles après les menaces reçues la veille. « Nous devons comprendre que l’Allemagne ne peut tolérer un tel climat de peur. C’est très mauvais qu’au sein de la population turque de telles peurs soient en place » a ajouté Cem Özdemir.

Krikor Amirzayan

posté le 25 décembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


Allemagne-Turquie
Charjoum exprime sa vive inquiétude quant au sort de Hrant Kasparyan, militant arménien de Turquie interné par les autorités allemandes
JPEG - 32.8 ko

Hrant Kasparyan, journaliste et membre de la Ligue turque des droits de l’Homme, a dû s’exiler de Turquie suite à la tentative de coup d’Etat et à la répression qui a suivi. Il est actuellement en Allemagne dans un centre pour réfugié où il est en danger.

Le régime de Recep Erdogan a, depuis les événements de 2016, accentué la répression contre les minorités du pays et les militants des droits humains. Le président Erdogan et le parti islamiste dont il est issu (l’AKP) concentrent tous les pouvoirs politiques du pays. La doctrine de l’Etat turc, teintée de nationalisme et d’idéologies religieuses totalitaires, est imposée au peuple par la violence. La Turquie vit en effet une vague de répression sans précédent contre les militants, les journalistes et même plus récemment contre les bibliothèques qui proposeraient des ouvrages jugés subversifs par le régime. En effet, c’est plus de 140 000 livres qui sont à actuellement retirés de la circulation pour être détruits.

En tant que militant arménien de Turquie, activiste LGBTI, en faveur des droits des Kurdes et plus généralement des droits humains, Hrant Kasparyan figurait parmi les personnes menacées par ce regain de répression. Il a donc quitté la Turquie pour se réfugier en Allemagne où il a fait une demande d’asile politique.

JPEG - 15.8 Mo

De gauche à droite : Baskın Oran (politologue, militant des droits de l’homme)), Tamer Çilingir (journaliste blogueur), Ragip Zarakolu (éditeur, militant des droits de l’homme), Yavuz Baydar (journaliste), Raffi. Hermon Arax (journaliste), Hrant Kasparyan (journaliste)

Dans l’attente de voir sa situation régularisée, les autorités allemandes ont interné Hrant. Dans l’attente de voir sa situation régularisée, les autorités allemandes ont interné Hrant Kasparyan dans un centre pour réfugiés. En plus des conditions d’internement exécrables, il doit partager son quotidien avec des groupes d’hommes partageant les idéologies religieuses fanatiques qui ont fortement contribué à sa fuite de Turquie.

Le psychologue du centre, constatant la situation dramatique que vit Hrant Kasparyan, ainsi que les pressions qu’il subit quotidiennement, a requis son placement dans un lieu plus sûr. Mais les autorités allemandes n’ont pas réagi à l’heure où Charjoum et d’autres voix expriment leur vive inquiétude.

Cet ancien collaborateur du quotidien pro-kurde Özgur Gundem, du quotidien Taraf, du site Demokratik Haber et d’Agos, l’hebdomadaire arménien d’Istanbul, doit être mis en sécurité et obtenir le statut de réfugié sans délais.

posté le 16 décembre 2017 par Jean Eckian/armenews


ALLEMAGNE-AZERBAÏDJAN
La société pétrolière azérie Socar a réalisé en 2012 un don-bakchich de 28 000 euros au parti chrétien-démocrate d’Angela Merkel

Le journal allemand Süddeutsche Zeitung révèle que la section de Francfort du parti de la chancelière Angela Merkel, le parti chrétien-démocrate a reçu en 2012 un don important de la société pétrolière d’Azerbaïdjan la Socar. Le parti de Merkel aurait reçu 28 000 euros de Socar affirme Süddeutsche Zeitung.

Les dons de la compagnie nationale azérie s’est effectuée en deux fois avec un premier versement de 3 000 euros suivi de 25 000 euros. Mais ces deux dons firent l’objet durant 4 années d’un litige au sein de la section du parti chrétien-démocrate de Francfort car la législation allemande interdit aux partis politiques de recevoir des dons de pays extérieurs de l’Union européenne. Face à cette situation juridique difficile, le parti de Merkel a alors décidé en 2013 de transmettre cette sole de 28 000 euros au Trésor allemand. Le tribunal de Leipzig qui était saisi du dossier a décidé ne pas infliger d’amende au parti chrétien-démocrate au regard de ce geste. Le responsable de la filiale allemande de Socar, Elmar Mamedov a toutefois affirmé -pour justifier ce bakchich- qu’il était important de maintenir des liens de coopération avec les hommes politiques en Allemagne. Une pratique courante de la diplomatie azérie. Quitte à les corrompre ?

Krikor Amirzayan

posté le 28 octobre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


ALLEMAGNE
Le mémorial dédié au génocide des Arméniens dans la ville de Leer en Allemagne, vandalisé

Le mémorial-khatchkar (croix de pierre arménienne) dédié au génocide des Arméniens dans la ville de Leer (Basse-Saxe) en Allemagne a été vandalisée annonce le 31 août News.am. Selon les éléments recueillis sur place -mais non confirmés par la police allemande- ce vandalisme serait l’œuvre de jeunes Allemands proche des groupuscules néo-nazis -sans doutes quelque peu alcoolisés- hostiles à la présence de ce khatchkar dans un jardin public de Leer. Les caméras placées autour de la place du mémorial devraient rapidement délivrer l’identité des vandales.

JPEG - 61.9 ko
Le mémorial dédié au génocide des Arméniens dans la ville de Leer en Allemagne, vandalisé

Rappelons qu’en février dernier ce même mémorial avait été vandalisé. Le mémorial-khatchkar avait été inauguré le 10 octobre 2016, dédié aux victimes du génocide des Arméniens de 1915 dans l’Empire ottoman, génocide réalisé par le gouvernement turc.

Krikor Amirzayan

posté le 31 août 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Allemagne  Derniere minute  Génocide  Image 450 


GENOCIDE DES ARMENIENS
Un livre présenté à Berlin sur la responsabilité de l’Allemagne dans le génocide des Arméniens

A la Fondation Heinrich Böll à Berlin fut présenté le livre « Das Deutsche Reich und der Völkermord and den Armeniern » (Le Reich allemand et le génocide des Arméniens) qui regroupe de nombreux articles sur le rôle de l’Allemagne lors du génocide des Arméniens. Le sujet est devenu d’actualité après le vote de reconnaissance du génocide des Arméniens par le Parlement allemand le 2 juin 2016 et surtout l’affirmation dans le texte du Bundestag de la « part de responsabilité de l’Allemagne » lors du génocide. Même si le vote a créé la colère de la Turquie, cette reconnaissance de la part de responsabilité de l’Allemagne -allié de la Turquie lors du génocide- est d’une importance capitale et ouvre de nouvelles voies d’études sur le génocide.

Que savait l’Allemagne lors des crimes de 1915 ? Il s’avère au regard des articles de presse allemande et étrangère de l’époque des faits que Berlin n’ignorait pas les massacres de masse et la déportation des Arméniens. L’historienne Kristin Pchikkoltz qui a fait des recherches dans les archives allemandes affirme que le gouvernement de l’Allemagne comprenait la nécessité de la déportation des Arméniens de l’Empire ottoman et savait que ces déportations réalisées par les Jeune-turcs signifiaient l’anéantissement du peuple arménien. « L’Allemagne avait un réseau important de consulats dans l’Empire ottoman dont les agents informaient régulièrement Berlin de la situation des Arméniens et non seulement lors de la Première guerre mondiale, mais même avant cela. Le gouvernement allemand savait dans quelle situation difficile se trouvaient les Arméniens et combien la situation était explosive » affirme l’historienne allemande.
Lors de la présentation du livre, Rolf Hosfeld le directeur de la Fondation Heinrich Böll à Berlin a affirmé que le 7 juillet 1915 l’Ambassadeur d’Allemagne était revenu de Constantinople à Berlin. Le diplomate écrivait alors que la volonté des dirigeants turcs était l’élimination de la nation arménienne dans l’Empire ottoman. Il a également affirmé que les diplomates allemands avaient à l’époque présenté de façon très juste ce qui a été nommé plus tard par le terme génocide. Il a rappelé que les parlementaires allemands avaient non seulement qualifié du terme de « génocide » ce qui s’était produit en 1915-1916 dans l’Empire ottoman mais avaient également admis la responsabilité de l’Allemagne qui était l’alliée de la Turquie. Les députés allemands avaient également considéré que Berlin n’avait rien entrepris pour sauver les Arméniens des massacres et de la déportation.

Krikor Amirzayan

posté le 10 juin 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


GENOCIDE DES ARMENIENS
Levina la représentante de l’Allemagne à l’Eurovision 2017 était hier au mémorial du génocide des Arméniens à Erévan

La chanteuse Levina, la représentante de l’Allemagne au Concours Eurovision de la chanson 2017 qui se déroulera en mai à Kiev (Ukraine), Levina qui chantera « Perfect Life » était jeudi 13 avril en Arménie dans le cadre de sa tournée de présentation avant le concours de l’Eurovision. En compagnie d’Ardsvik la représentante de l’Arménie à l’Eurovision 2017, vendredi 14 avril Levina s’est rendue à Dzidernagapert au mémorial du génocide des Arméniens à Erévan.

JPEG - 51.2 ko
Levina la représentante de l’Allemagne à l’Eurovision 2017 était hier au mémorial du génocide des Arméniens à Erévan

Levina s’est recueillie devant la flamme éternelle du souvenir des 1,5 millions d’innocentes victimes de la barbarie turque en 1915. « J’ai déjà entendu au sujet du génocide des Arméniens avant même de venir en Arménie puisque dernièrement l’Allemagne l’a reconnu. C’est très émouvant de se trouver ici au mémorial » dit Levina émue.

Krikor Amirzayan

posté le 15 avril 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Allemagne  Arménie  Eurovision  Génocide  Image 450 


Turquie-Allemagne
Qui dit mieux ?

La guerre des communiqués et autres amabilités entre la Turquie et l’Allemagne vont bon train.

Sur son site internet le quotidien turc Günes avait publié un photomontage de la chancelière avec une moustache en brosse effectuant le salut nazi, sous le titre : « Il n’y a pas de différence avec Hitler“. L’hôpital qui se fout de la charité..

De son côté la Turquie avait condamné une Une du journal allemand Bild qui revendiquait dire “la vérité en face“ au président Erdogan, le proclamant persona non grata en Allemagne et dénonçant sa “folie du pouvoir“.

Cet article est « le produit d’une mentalité alimentée par le racisme et la xénophobie“, a affirmé dans un communiqué le ministère turc des Affaires étrangères. On croit rêver... quand on se souvient que le “Mein Kempf“ de Hitler s’est vendu à plus de cent mille exemplaires en Turquie.

posté le 17 mars 2017 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Allemagne  Image 450  Turquie 


Cem Ozdemir : Sans Hrant Dink, le Bundestag n’aurait probablement jamais voté la Résolution sur le Génocide

Publié e 17 février 2017

massispost.com

TORONTO --- Pour le 10ème anniversaire de l’assassinat de Hrant Dink, les organisations arméniennes politiques, culturelles, religieuses, philanthropiques et économiques de Toronto et de Montréal se sont réunies pour commémorer Hrant Dink et se rappeler son immense contribution aux droits de l’homme.

L’Institut Zoryan du Canada avait préparé la présentation audio-visuelle contextuelle, qui retraçait la vie de Hrant Dink, les événements qui conduisirent à son assassinat et l’étendue de sa perte, vis-à-vis des droits de l’homme dans le monde.

À cette occasion, M. Cem Ozdemir, co-président du parti allemand des Verts, et sa collègue, le Dr Henriette Rytz, sont venus de Berlin pour assister à cette manifestation et exprimer leur solidarité envers les principes défendus par Hrant Dink. M. Ozdemir fait parie des élus qui avaient pris fait et cause pour la résolution parlementaire en Allemagne qui reconnaît le massacre des Arméniens comme constitutif du crime de Génocide et la complicité de l’Allemagne avec les Turcs ottomans.

À cette même occasion, la veuve de Hrant Dink, Mme Rakel Dink, avait envoyé un message vidéo disant sa gratitude envers les personnes venues assister à la manifestation et à M. Ozdemir en particulier : “Je voudrais saluer chacun d’entre vous, organisateurs, participants et tout ceux qui ont travaillé à réaliser cet événement dans l’unité. Tout au long des dix ans passés, les militants des communautés et des droits de l’homme ont ensemble combattu la discrimination et accru leur efficacité. Je remercie spécialement Cem Ozdemir qui est parmi vous aujourd’hui. Il était constamment du côté de Hrant Dink il y a dix ans... Il a toujours pris une part importante dans cette lutte. Merci “.

Mme Megan Reid, Coordinatrice de l’assistance au Zoryan Institute, a ouvert la réunion en accueillant la délégation allemande conduite par M. Ozdemir et décrit le lien entre l’Institut et Hrant Dink.

“ L’Institut Zoryan partage les valeurs promues par Hrant Dink qui avait compris que la paix véritable ne peut être atteinte que si Turcs et Arméniens peuvent librement parler de leur passé “.

M. Raffi Bedrosyan, initiateur du programme et Conseiller spécial au Zoryan Institute pour les questions turques, était le modérateur de la soirée ; il a résumé la signification de la réunion : “ L’objectif de cette journée n’est pas seulement de commémorer Hrant Dink, il est aussi de réaffirmer notre engagement de poursuivre sa mission de réconciliation de peuples d’ethnies, de cultures et de religions différentes, en particulier les Arméniens et les Turcs “. Il a développé la façon dont Hrant Dink, fondateur et éditeur en chef d’Agos, travaillait à éliminer toute la haine, les discriminations et les stéréotypes prônés par les officiels turcs du niveau le plus élevé, rappelant le passage d’un discours de Recep Erdogan, président de Turquie, évoquant les gens qui le qualifiaient, “ suprême insulte, d’être un Arménien “.

L’orateur principal, M. Cem Ozdemir, ami proche de Hrant Dink, expliqua en termes sensibles les raisons de sa participation à cette rencontre, et les raisons de ce vote par le Bundestag allemand. Évoquant son passé et les valeurs qu’on lui a enseignées, il en a parlé en ces termes :

“ J’ai grandi dans une famille turque. Mes parents se sont rendus en Allemagne avec le statut de travailleurs invités, comme on disait. Ils m’ont appris que je ne devais pas choisir mes amis d’après leur nationalité ou religion mais en fonction de leurs qualités de cœur Ma mère avait grandi à Istanbul et avait vu, alors âgée de 6 à 7 ans, les pogroms de 1955 subis par les Grecs. Elle m’a raconté qu’ils étaient voisins avec eux et qu’ils vivaient ensemble. Ils leur rendaient visite à l’occasion de Noël et ils venaient chez eux les jours de fêtes musulmanes. Puis les nationalistes sont venus au pouvoir. Bien sûr, les voisins ne s’attaquaient pas à leurs voisins et il leur a fallu aller chercher des détenus de prisons lointaines pour agresser les Grecs. Ma mère qui était croyante musulmane m’a appris que mon devoir était de protéger les gens, même si leur religion est différente ou même... si ce sont des mauvais musulmans “.

Évoquant l’influence que Hrant Dink a eue sur lui, Cem Ozdemir expliqua la façon dont Hrant “ lui apprit l’essentiel sur le Génocide des Arméniens et ce qui était arrivé aux autres minorités chrétiennes en Turquie. Sans Hrant, je ne serais pas ici. Sans Hrant, beaucoup d’Arméniens de Turquie, croyez-moi, ne parleraient pas du Génocide. Sans Hrant, beaucoup de gens d’origine turque n’auraient jamais entendu parler de Génocide, et sans Hrant, le Bundestag allemand n’aurait probablement jamais voté la résolution du génocide “.

“ Il ne faut pas accuser la Turquie. Nous [Allemands] devrions également parler de notre implication. Nous étions témoins oculaires ; nos diplomates, missionnaires savaient exactement ce qui se passait. Ils nous ont dit précisément et grâce à M. Wolfgang Gust, sa femme et l’Institut Zoryan, tout cela est documenté “, a dit Ozdemir.

M. Ozdemir a expliqué qu’il est important “... de parler de la culpabilité de l’Allemagne et de la responsabilité de l’Allemagne. C’est pour cela que nous avons parlé de la responsabilité de l’Allemagne, pour que nous fassions tout, et bien sûr aussi l’UE, pour que l’Arménie, le pays que Hrant aimait tant, tout comme il aimait son autre pays, la Turquie, pour que ces deux pays que Hrant aimait tant ouvrent un jour leur frontière et qu’il soit facile de passer en Turquie depuis l’Arménie et en Arménie depuis la Turquie. Tout aussi facilement pour moi d’aller d’Allemagne en France et de France en Pologne “.

Réaffirmant la mission que s’était fixée Hrant Dink, Ozdemir a déclaré que : “ si nous avions la chance d’entendre l’autre côté de l’histoire, même ayant subi un lavage de cerveau, je suis certain que les questions commenceront à se poser. C’est ainsi que commencent les réflexions et les prises de conscience “.

Il a ensuite ajouté “... ayez confiance dans l’Institut Zoryan, ayez confiance dans ce que vos pères, mères et grands parents vous ont appris, personne ne peut le mettre en doute et personne ne peut le réduire à néant “.

Il a terminé son éloge de Hrant Dink sur une déclaration émouvante. “ Je veux à cette occasion remercier Hrant Dink et dire à quel point il me manque. Je suis certain qu’il vous manque aussi “.

Traduction Gilbert Béguian pour Armenews

posté le 22 février 2017 par Jean Eckian/armenews


ALLEMAGNE-TURQUIE
Ankara refuse que l’Allemagne investisse 58 millions d’euros pour la rénovation de la base d’Incirlik

C’est sans aucun doute la réponse d’Ankara au vote de la reconnaissance du génocide des Arméniens par le Bundestag. Les autorités turques refusent le plan de rénovation de la base aérienne d’Incirlik proposée par l’Allemagne écrit le journal allemand « Welt ». L’Allemagne prévoyait d’apporter une participation de 58 millions d’euros pour la rénovation d’Incirlik. Des travaux prévus par les Allemands essentiellement pour la réfection de la piste afin que ses avions bombardiers Tornado puissent atterrir et décoller dans des conditions optimales ainsi que des bâtiments de contrôle des vols. Au lendemain du vote de reconnaissance du génocide des Arméniens par le Parlement allemand, la Turquie avait interdit la visite de la base d’Incirlik par les députés Allemands.

Krikor Amirzayan

posté le 5 novembre 2016 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Allemagne  Génocide  Turquie