Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
intempéries


CATASTROPHE
Un nouvel incendie fait rage en Arménie

Des centaines de pompiers, de travailleurs forestiers et de civils ont lutté contre un incendie de forêt massif dans le centre de l’Arménie pour la quatrième journée consécutive hier.

Le feu faisait rage dans une zone partiellement boisée près de Byurakan, un village à 35 kilomètres au nord-ouest d’Erevan. Il est situé sur le versant sud du mont Aragats, le plus haut du pays.

Les résidents de Byurakan et des communautés voisines ainsi que plus d’une centaine de soldats et un hélicoptère militaire ont rejoint les efforts de lutte contre les incendies cette semaine. Comme ce fut le cas lors de deux autres feux de forêt majeurs qui ont éclaté dans d’autres régions du pays le mois dernier, un terrain rocheux rendait pratiquement impossible pour le ministère arménien des Situations d’urgence le déploiement des pompiers près de la flamme.

De la fumée blanche et épaisse continuaient à monter au-dessus des pâturages, des arbres et des buissons autour de Byurakan hier après-midi.

“Nous avons des pompiers qui ont tout un équipement moderne, mais ils ne peuvent pas s’approcher d’un tel terrain“, a regretté le chef du département de la défense civile du ministère, Artak Nahapetian. Il a ajouté que ses équipes d’urgence ne pouvaient utiliser que certaines de leurs anciennes machines fabriquées par sous l’ère soviétique.

“À midi, il n’y avait pas de feu actif dans cette zone, mais il y avait encore de petites sources de combustion“, a relaté Nahapetian. “Mais comme vous le voyez, 200 à 300 mètres carrés de forêt brûlent là-bas et nous faisons tout pour le contenir“.

L’homme a estimé que le feu a brûlé 200 hectares de bois et de terrain depuis qu’il a éclaté dimanche.

Les autorités ont également lutté pour éteindre des feux de forêt en août qui ont éclaté dans la province de Vayots Dzor et la réserve d’état forestier de Khosrov au sud-est d’Erevan en l’espace de deux jours. Ils ont suivi des semaines de températures exceptionnellement élevées qui se sont poursuivies jusqu’à ce mois-ci.

Le feu de Khosrov était particulièrement grave. C’est grâce à un canadair russe qu’il a pu être finalement maîtrisé.

posté le 7 septembre 2017 par Claire/armenews


EREVAN
L’incendie de l’usine Naïrit presque éteint

Les pompiers ont en grande partie éteint hier l’incendie massif qui a pris dans une usine de produits chimiques à Erevan, entraînant des problèmes de santé chez les personnes habitants les zones résidentielles toutes proches.

Les flammes ont rapidement englouti lundi des récipients de stockage remplis de déchets chimiques de l’usine de Nairit situés dans la banlieue sud de la ville. Plus d’une centaine de pompiers ont été envoyés sur les lieux pour les contenir.

Le ministère arménien des Situations d’urgence a déclaré qu’il avait résorbé l’incendie dans trois des quatre cuves en feu. “Une petite source d’incendie reste active uniquement dans un conteneur“, a-t-il précisé dans un communiqué.

“Des efforts de refroidissement sont encore faits pour éviter d’autres poussées d’incendie“, a ajouté le chef du Centre National pour la Gestion des Crises du ministère, Hovannes Khangeldian.

Certains responsables ont suggéré que le feu a été causé par une explosion. “Il est trop tôt pour avancer des théories“, a averti Khangeldian. “Je pense que les organes compétents examineront toutes les théories et établiront les causes exactes“.

Dans une autre déclaration publiée plus tard dans la journée, le Le ministère arménien des Situations d’urgence a expliqué qu’il mènerait des tests médico-légaux à cette fin. Certains “matériaux concernant le feu“ ont déjà été soumis à un organisme arménien d’application de la loi, a t-il ajouté.

Les ministères arméniens de l’environnement et de la santé ont affirmé, dans le même temps, qu’ils prenaient des échantillons d’air dans des parties du district de Shengavit d’Erevan, à côté de Nairit. Ils ont insisté sur le fait que les émissions toxiques du feu ne posent aucun risque majeur pour la santé des résidents locaux.

Pourtant, le ministère de la Santé a publié une déclaration écrite lundi en les exhortant à rester à l’intérieur de leur appartement et à fermer les fenêtres.

Certains habitants de Shengavit se sont plaints que les fonctionnaires du gouvernement n’avaient pas visité leurs quartiers et qu’ils ne communiquaient avec eux en personne. “Ils auraient pu au moins nous dire ce qu’il fallait faire à travers des mégaphones“, s’est plaint une femme. “Ils travaillent beaucoup plus intensément lors des élections“.

posté le 30 août 2017 par Claire/armenews


INTEMPERIES
L’Arménie se joint aux efforts de lutte contre un grand incendie en Géorgie

L’Arménie a envoyé plusieurs dizaines de pompiers vers la Géorgie voisine hier, et ce afin d’aider les autorités à lutter contre un incendie qui a éclaté dans une réserve naturelle géorgienne le week-end dernier.

Des responsables géorgiens ont signalé que l’incendie dans le parc national Borjomi-Kharagauli s’étendait sur plus de douze hectares. Ils ont précisé que les vents forts et la grande fumée entravent les efforts des pompiers géorgiens pour contenir les flammes. Le paysage raide et accidenté rend également très difficile la lutte contre l’incendie.

L’ampleur de la catastrophe a conduit le gouvernement géorgien à demander aux États voisins de l’aide. Le Premier ministre Giorgi Kvirikashvili a déclaré aux journalistes hier que l’Azerbaïdjan et la Turquie ont envoyé des hélicoptères de lutte contre les incendies et que les pompiers d’Arménie sont « en route » dans la région montagneuse du centre-sud de la Géorgie.

Le ministère arménien des Situations d’urgence a confirmé l’information. Il a envoyé vers la réserve de Borjomi une équipe de 57 personnes, dont des pompiers, des médecins et d’autres travailleurs d’urgence.

Selon l’agence de presse Armenpress, le chef du service de sauvetage du ministère, Mushegh Ghazarian, coordonnera personnellement la participation de l’équipe aux efforts de lutte contre les incendies.

Les autorités d’Erevan ont fourni cette aide quelques jours seulement après avoir éteint deux incendies de forêt massifs qui ont brûlé des centaines d’hectares de bois en Arménie après des semaines de températures exceptionnellement élevées. Ils avaient demandé à la Russie d’envoyer un Canadair pour contenir un de ces incendies qui ont éclaté dans la réserve d’état forestier de Khosrov au sud-est d’Erevan le 12 août.

Les grandes quantités d’eau larguées par l’avion Ilyushin-72 ont été déterminantes dans l’opération de lutte contre les incendies menée là-bas.

Le ministère des Situations d’urgence a précisé hier que ses pompiers continuent à mener des « travaux de post-extinction » pour prévenir de nouvelles poussées des flammes à Khosrov.

posté le 23 août 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



APRES L’INCENDIE
Le gouvernement prévoit un projet de réhabilitation de la réserve de Khosrov

Le ministère de la Protection de l’environnement de l’Arménie s’est engagé vendredi à réhabiliter la réserve naturelle qui a été gravement endommagée par un incendie de forêt massif.

L’incendie dans la réserve d’état de Khosrov a éclaté le 12 août et a duré quatre jours avant d’être éteint par les travailleurs d’urgence arméniens avec l’aide d’un avion bombardier russe. Il aurait brûlé 360 hectares de bois dans la région montagneuse au sud-est d’Erevan.

La réserve de Khosrov s’étend sur environ 25 000 hectares de terres.

Le ministre de la Protection de l’environnement, Artsvik Minasian, a assuré que son ministère élaborera un plan de réhabilitation dans les prochaines années visant à juguler en grande partie les dommages causés dans la réserve protégée. Des experts arméniens et internationaux seront impliqués dans l’effort, a précisé le communiqué du ministère. Certaines organisations internationales ont offert de l’aide au gouvernement arménien, ajoute la déclaration sans préciser qui.

La secrétaire de presse de Minasian, Marine Karapetian, a déclaré qu’une équipe de fonctionnaires du ministère avait été envoyée à la réserve de Khosrov pour inspecter les sections brûlées et vérifier les dégâts. “Une fois cet examen terminé, nous aurons une idée globale et un plan de mesures prioritaires sera approuvé“, a-t-elle prévenu.

Selon elle, le plan sera mis en œuvre par un groupe de travail ad hoc. Le ministère, a t-elle poursuivi, pourra également interdire complètement la chasse dans au moins certaines parties de la réserve.

Khosrov est l’un des principaux sanctuaires d’animaux sauvages d’Arménie, avec un grand nombre d’ours bruns, de sangliers, de renards, de vautours et des centaines d’autres espèces qui l’habitent. Minasian a assuré qu’aucun de ces mammifères et oiseaux n’a été tué par le feu.

posté le 21 août 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
L’incendie des forêts en grande partie maîtrisé

Aidés par un avion bombardier russe, les pompiers arméniens ont quasiment maîtrisé l’ensemble de l’incendie de forêt de grande ampleur qui ravageait la réserve naturelle au sud-est d’Erevan depuis la fin de semaine dernière.

Le bombardier Ilyushin-72, qui a rejoint les efforts de lutte contre les incendies mardi, a transporté cinq autres vols d’un aérodrome d’Erevan vers la réserve forestière de Khosrov tout au long de la journée d’hier, déposant 200 tonnes d’eau supplémentaires sur la zone montagneuse.

Le ministère arménien des Situations d’urgence a déclaré que ce bombardier envoyé par le gouvernement russe “a créé des zones de sécurité et un environnement humide afin d’éviter une éruption répétée d’autres incendies“. Les flammes ont été contenues dans la journée de mardi, et ont été presque totalement éteintes hier, selon les déclarations du ministère.

“Le feu est contenu et sous contrôle“, a assuré le ministre des Situations d’urgence, Davit Tonoyan.

Tonoyan a déclaré que les pompiers et d’autres travailleurs des services d’urgence sont engagés dans des « travaux d’extinction » visant à prévenir de nouvelles éclosions. Ils ont été rejoints par plus d’une centaine d’hommes de l’armée arménienne.

Les prévisions de fortes pluies devraient donner une nouvelle impulsion aux efforts en cours dans la réserve de Khosrov. Selon Tonoyan, l’avion russe volera de nouveau sur la région ce jeudi matin, avant que les autorités d’Erevan ne déterminent si cela est encore nécessaire.

Le feu a éclaté samedi et s’est répandu rapidement en raison des températures élevées et des vents violents. Selon les estimations préliminaires du gouvernement, il a brûlé environ 400 hectares de bois dans les quatre jours qui ont suivi.

La réserve de Khosrov occupe environ 25 000 hectares de terres, dont 9 000 sont couverts de forêts.

Un autre incendie de forêt majeur a éclaté près d’un village dans la province de Vayots Dzor, au sud-est, le 10 août et aurait été ravagé 650 hectares de terres partiellement couverts d’arbres. Les autorités ont mis quatre jours pour l’éteindre.

Certains ont blâmé le Service de secours et d’autres divisions du ministère de Tonoyan pour l’ampleur des dégâts, expliquant que les autorités ne s’étaient pas assez préparé à une telle catastrophe. Les responsables du ministère ont rejeté la critique. Ils ont fait valoir que, sur un tel terrain montagneux, il est pratiquement impossible pour les pompiers de faire leur travail.

Le ministère de la protection de l’environnement, qui supervise les forêts et les réserves naturelles du pays, est également critiqué. Le ministre Artsvik Minasian a rejeté hier l’idée que son bureau n’a pas pris les précautions nécessaires malgré des semaines de temps exceptionnellement chaud.

“Il y a des informations stupides qui circulent“, a-t-il commenté. “En particulier, on prétend que des zones protégées ont été surveillées seulement après l’éruption de ces incendies. Ce n’est pas le cas.“

Minasian a cité des avertissements d’incendie qu’il a émis aux responsables forestiers le 17 juillet. “Toutes nos installations ont été mises en alerte“, a-t-il assuré.

Les autorités chargées de l’application de la loi soupçonnent que les deux incendies de forêt ont été causés par une négligence humaine. Ils ont lancé des enquêtes mais n’ont pas encore trouvé la cause exacte.

posté le 17 août 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



RESERVE DE KHOSROV
La Russie aide l’Arménie pour éteindre les incendies de forêt

Un avion bombardier russe a lancé hier plus de 200 tonnes d’eau sur une réserve naturelle en Arménie. Le pays est en proie à l’un des plus graves incendies de forêt qu’il a connu ces dernières années.

Le gouvernement russe a expédié l’avion Ilyushin-72 à la demande des autorités arméniennes qui luttent pour contenir le feu qui a éclaté dans la réserve d’État de Khosrov samedi.

L’avion spécial capable de transporter 42 tonnes d’eau à la fois a effectué six vols depuis une base aérienne d’Erevan jusqu’à la région montagneuse au sud-est de la capitale arménienne tout au long de la journée. Le ministère arménien des Situations d’urgence a déclaré que l’eau avait un impact “considérable“ sur les efforts continus pour contenir le feu. Il a précisé que l’opération aérienne de lutte contre l’incendie reprendrait ce mercredi matin.

Alors que l’avion russe survolait les arbres, les dizaines de pompiers arméniens, la centaine de soldats de l’armée et 55 travailleurs forestiers ont attendu pour reprendre ensuite leurs efforts de lutte contre les incendies.

“Personne n’est autorisé à entrer dans la réserve jusqu’à ce que l’avion termine son travail“, a expliqué Mushegh Ghazarian, chef du Service national de secours. Il a cité des raisons de sécurité.

Ghazarian a coordonné l’opération au sol et a communiqué avec le ministre des Situations d’urgence Davit Tonoyan par l’intermédiaire d’une radio en présence de journalistes. “La fumée noire est devenue blanche“, a-t-il décrit à Tonoyan lorsqu’il a été interrogé sur les premiers résultats des vols Ilyushin-72. “M. le ministre, s’ils continuent ainsi, nous terminerons le travail. “

Plus tôt dans la journée, le président Serge Sarkissian a tenu une réunion d’urgence avec Tonoyan et d’autres responsables impliqués dans l’effort pour canaliser l’incendie. “Je tiens à remercier les gens et les structures qui combattent le feu“, a t-il dit lors de la réunion. “Et je formule des remerciements particuliers à nos partenaires russes qui ont rapidement répondu à notre demande et participent activement à ce travail important“.

La réserve de Khosrov englobe environ 25 000 hectares de terres, dont 9 000 sont couverts de forêts initialement plantées par un roi arménien au 4e siècle, Khosrov III. Les responsables ont déploré hier le fait que l’incendie a déjà détruit environ 400 hectares de forêts.

Certains groupes de protection de l’environnement ont accusé le service de sauvetage et d’autres divisions du ministère de Tonoyan pour l’ampleur du dommage, soulignant que les autorités n’étaient pas préparées à faire face à une telle catastrophe. Les responsables du ministère rejettent la critique. Ils font valoir que, sur ce terrain montagneux il leur est pratiquement impossible de déployer des pompiers près des flammes.

La réserve de Khosrov est également un sanctuaire majeur d’animaux sauvages. Ghazarian a insisté sur le fait que les ours bruns, les sangliers, les renards, les vautours et les centaines d’autres espèces qui habitent la région ne sont pas en danger.

« Les animaux sont plus intelligents que nous », a lâché le chef du service de secours aux journalistes. “Ils ont quitté la zone de combustion depuis bien longtemps. Nous devons juste sauver les arbres. “

posté le 16 août 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



POLITIQUE
Le gouvernement arménien travaille à la mise en place d’exonérations suite aux tempêtes de grêle

Les autorités arméniennes cherchent des mesures pour atténuer les sévères dommages infligés aux agriculteurs par les tempêtes de grêle dans des dizaines de villages cet été, a déclaré lundi le Ministre de l’Agriculture, Ignati Arakelian.

Les tempêtes de grêle ont frappé ces communautés en juin et la semaine dernière, détruisant une partie de leurs cultures. De nombreux agriculteurs locaux ont ainsi perdu une grande partie de leurs revenus prévus pour cette année. La plupart d’entre eux ont des dettes impayées envers des banques. Ils prévoyaient de les rembourser avec le produit des ventes de leurs fruits et légumes.

Au cours des dernières semaines, les résidents de certaines des communautés touchées ont bloqué les routes voisines pour exiger une aide gouvernementale urgente.

Arakélien a déclaré que le gouvernement central et local évalue encore les dommages causés par la grêle dans six des dix provinces arménienne. En attendant, les autorités d’Erevan envisagent une série de mesures pour compenser les agriculteurs désespérés, a-t-il promis. Celles-ci incluent des exemptions complètes ou partielles du paiement de la taxe foncière agricole et des redevances d’irrigation d’eau.

« En ce qui concerne la taxe foncière, après que tous les dégâts aient été constatés, une décision du gouvernement sera prise au sujet du montant des indemnités », a déclaré Arakelian lors d’une conférence de presse. « En ce qui concerne l’eau d’irrigation, il a été convenu que dans les zones endommagées, il y aurait un régime indulgent pour la collecte des redevances d’irrigation d’eau afin que l’approvisionnement en eau ne soit coupé que lorsque la saison d’irrigation sera terminée ».

Le ministre a également déclaré que la Banque Centrale Arménienne a « pris des mesures » pour que les remboursements des dettes des agriculteurs soient reportés ou prolongés. Il n’a pas élaboré.

De nombreux agriculteurs sont très sceptiques quant à de telles assurances, affirmant que le gouvernement n’a pas réussi à les aider après de précédentes catastrophes naturelles. Amberd, un village de la province d’Armavir, a été frappé par la grêle le mois dernier et en 2016.

« Ils ne nous ont toujours pas aidé [pour 2016] », a déclaré le maire du village, Manvel Babayan. « Il n’y a eu qu’une petite compensation pour l’eau d’irrigation, mais rien sur l’impôt foncier ».

« Les habitants ne me croient plus », a ajouté Babayan. « Je dis juste que je suis optimiste ... Je ne sais pas. Que devrions nous faire ? Qui devrions-nous croire ? ».

Le maire d’un autre village d’Armavir, Aygeshat, a accusé les autorités de ne pas honorer leur promesse de geler les remboursements de la dette en 2016.

posté le 12 juillet 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



INTEMPERIE
Les agriculteurs réclament des aides après une forte tempête de grêle

Hier, des centaines d’agriculteurs en colère ont bloqué une route en Arménie pour exiger que le gouvernement les indemnise suite aux dommages massifs causés par une tempête de grêle puissante qui avait balayé le pays la nuit précédente.

Les manifestants étaient principalement des résidents de huit villages de la province d’Armavir, à l’ouest d’Erevan. Selon le ministère arménien de l’Agriculture, les grêlons ont détruit entre 40 et 100 % des cultures de ces agriculteurs.

Les résidents locaux ont totalement ou partiellement perdu leur principal revenu source de revenu pour cette année. Beaucoup d’entre eux ont des dettes impayées aux banques commerciales. Ils prévoyaient de rembourser leurs prêts agricoles avec le produit des ventes de leurs fruits et légumes.

“La grêle a détruit toute la récolte ici“, a expliqué un des villageois bloquant une autoroute d’Armavir. “Tout ce que l’argent a été investi ici est perdu“.

“Nous devons avoir une sorte d’assistance de l’État afin que nous puissions nous sentir mieux et ne pas quitter ce pays“, a déclaré un autre homme.

Les manifestants ont débloqué la route après que le ministre adjoint de l’Agriculture, Ashot Harutiunian, et le gouverneur d’Armavir, Ashot Ghahramanian, se soient rendus sur place et aient parlé avec eux. Les deux hommes politiques ont promis de présenter des propositions d’indemnisation au gouvernement dans les 10 jours. Les agriculteurs sont restés sceptiques.

“Ils disent que le remboursement de nos prêts sera reporté à l’année prochaine“, a affirmé l’un d’eux. “Mais nous n’avons encore jamais vu de telles choses jusqu’à présent“.

“L’année dernière, il y a eu une tempête de grêle encore plus forte“, a ajouté un autre villageois. “Aucune feuille n’a été laissée sur les arbres. Notre gouverneur nous a trompé en disant qu’ils nous dédommageraient et nous aiderait“.

Chaque année, une partie importante de la production agricole en Arménie est perdue en raison de la grêle. Le gouvernement a cherché à limiter les dommages en finançant ou en subventionnant l’installation des centaines de machines à travers le pays. Mais de nombreux villages manquent encore de telles installations.

De plus, l’efficacité de ces machines est mise en doute par certains experts en agriculture. Plus tôt cette année, le Premier ministre Karen Karapetian a discuté avec des responsables gouvernementaux pertinents d’autres moyens de protéger les récoltes, y compris grâce à des filets anti-grêle.

posté le 14 juin 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Des tempêtes de neige extrêmement fortes, qui causent la mort d’un homme

Des tempêtes de neige exceptionnellement fortes ont balayé l’Arménie ces derniers jours. Elles ont causé la mort d’une personne, bloqué les principaux autoroutiers et fait de nombreux dégâts matériels.

Des blizzards aggravées par des températures glaciales ont commencé le réveillon du Nouvel An et ont continué dans diverses parties du pays dans les jours qui ont suivi. Le sud-est de la province de Syunik a été particulièrement touché par la catastrophe.

La police a découvert hier le cadavre d’un homme de 48 ans près de Goris, une ville de Syunik. L’homme, qui s’occupait de bovins dans une ferme locale, avait été porté disparu lundi après avoir être sorti chercher un peu de nourriture.

Les chutes de neige extrêmement violente ont bloqué le trafic hier matin, notamment sur la route reliant Goris à une autre ville régionale, Sisian. Des dizaines de véhicules ont été abandonnés.

Les agents de la circulation ont ordonné à d’autres automobilistes de contourner cette route pour que les autorités locales et les secouristes puissent dégager la neige. Le tronçon d’autoroute a été seulement partiellement rouverte à la circulation hier soir.

Plusieurs autres routes passant par une autre province montagneuse, Gegharkunik, sont restés fermées. Les tempêtes de neige ont également sérieusement compliqué la circulation dans d’autres parties de l’Arménie, et même à Erevan. De nombreux habitants de la capitale arménienne ont critiqué avec colère les autorités municipales pour ce qu’ils considèrent comme une réponse lente à l’urgence.

“Nous n’avons pas eu un tel enneigement, aussi long et intense depuis de nombreuses années“, s’est défendu Hovannes Khangeldian, un haut fonctionnaire au ministère des Situations d’urgence.

“Les travaux de nettoyage se poursuivent dans toutes les directions, et si la météo ne nous surprend pas de nouveau dans les prochains jours, toutes les routes seront rouvertes très prochainement“, a t-il annoncé.

posté le 6 janvier 2016 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200