Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Concert


MARSEILLE-CONCERT
Exceptionnel concert du chœur Sahak-Mesrop pour son 40e anniversaire à l’abbaye Saint-Victor de Marseille

Vendredi 24 novembre, c’est dans la salle archi-comble de l’abbaye Saint-Victor de Marseille que le cœur arménien Sahak-Mesrop dirigé par maître Khatchig Yilmazian accompagné de l’orchestre Provence-Verdon a donné un concert mémorable été donné.

JPEG - 5.5 Mo

Concert à l’occasion de 40e anniversaire de la fondation du chœur Chorale Sahak-Mesrop. Concert placé sous la présidence de Mgr Karékine Bekdjian Prélat de l’Eglise apostolique arménienne d’Allemagne et locum tenens du Patriarcat arménien de Constantinople, Mgr Vahan Hovhanessian prélat de l’Eglise apostolique arménienne en France, Hranush Hakopyan mi-nistre arménienne de la Diaspora et Vartan Sirmakes Consul général d’Arménie à Marseille. A noter également la présence de nombreux élus -dont l’Adjoint au Maire de Marseille Didier Parakian- et de personnalités de la communauté et des responsables d’associations armé-niennes.

JPEG - 5.6 Mo

Merveilleusement dirigé par maître Khatchig Yilmazian, le chœur Sahak-Mesrop et ses solistes, Ani Yilmazian, Kariné Mirzoyan, Antranik Minassian, Noubarik Der Minassian et V. Makvetsyan ont par la musicalité et l’intonation produit une réelle magie acoustique arrachant de nombreux standing-ovation du public. Le programme était riche des compositions de Komitas, Hovhannessian, Haroutiounian et Bartevian et de l’opéra « Anouch » d’Armen Dikranian.

A l’issue du concert le public debout, applaudit longuement Khatchig Yilmazian ainsi que le chœur Sahak-Mesrop et l’orchestre Provence-Verdon.

JPEG - 5.3 Mo

Hranush Hakopyan remit alors la médaille du ministère de la diaspora à Juliette Yilmazian la médaille « Movsès Khorenatsi » à Khatchig Yilmazian ainsi que des médailles du ministère de la diaspora aux solistes Ani Yilmazian, Antranik Minassian, Noubarik Der Minassian, Garine Mirzoyan tout comme à diverses personnalités qui ont œuvré pour la chorale, Jaques Dona-bedian ainsi qu’à Robert Azilazian, le Président de la cathédrale arménienne Sourp Tarkmantchatz (Saint Traducteurs) de Marseille.

Photos Isahak Akkayan

Krikor Amirzayan

JPEG - 5.3 Mo
JPEG - 5.6 Mo
JPEG - 5.5 Mo
JPEG - 5.4 Mo
JPEG - 5 Mo
JPEG - 5 Mo
JPEG - 5.5 Mo
posté le 29 novembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


MUSIQUE
Chouchane et Astrig Siranossian en concert vendredi 17 et samedi 18 novembre à Romans

Chouchane et Astrig Siranossian accompagnées de leurs amis musiciens seront à Romans en concert ce week-end. Les mélomanes de la région romanaise se donneront rendez-vous vendredi 17 et samedi 18 novembre (20 heures) à la Cité de la Musique de Romans (Drôme) pour deux concerts magiques dans le cadre des Musicades Romanesques Festival. Au total cinq artistes musiciens sont au programme de ces deux soirées musicales.

JPEG - 51.4 ko
Astrig Siranossian
JPEG - 74.4 ko
Chouchane Siranossian

- L’édition s’ouvrira le vendredi 17 novembre à 20h avec un mariage gourmand, musique et chocolat, en partenariat avec la « Cité du chocolat Valrhona ». Duo gourmand - Recital violoncelle/piano, Violoncelle : Astrig Siranossian. Piano : Julien Gernay

- Le samedi 18 novembre à 20h, poursuite de ces soirées musicales avec un voyage romantique autour des quatuors avec piano de G. Fauré et J. Brahms, accompagnés de lectures de M. Proust. Voyage Romantique - Violon : Chouchane Siranossian. Alto : Manuel Vioque-judde. Violoncelle : Astrig Siranossian. Piano : Julien Gernay. Lecture : Alexandre Risso.

Après chaque concert, une rencontre avec les artistes sera proposée, agrémentée de quelques surprises...

- Concert : 20€ (plein) 15€ (réduit)/ Gratuit pour les - de 12 ans / Pass 2 concerts : 30 €, réduit : 24 € - Concert du Samedi 18 : Gratuit pour les « Madeleine » (sous présentation de la carte d’identité) / Gratuit pour les - de 12 ans

Krikor Amirzayan

posté le 15 novembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


PARIS
Macha Gharibian et Alexis Avakian au Festival Jazz’N’klezmer

Pour sa 16e édition, le Festival Jazz’N’Klezmer s’émancipe et brouille les pistes : entre classique et expérimental, traditionnel et hybride... Toujours Jazz, toujours Klezmer, mais aussi Pop, Rock, Funk, hip-hop, électro, punk, musique contemporaine, musiques du monde, musiques actuelles et projets conceptuels.

Dans une programmation féminisée, rajeunie et décalée, on retrouve notamment Macha Gharibian et Alexis Avakian.

Alexis Avakian
Le 16 novembre à l’espace Rachi - 39 rue Broca - 75005, Paris

JPEG - 40.3 ko

Compositeur et musicien émérite, Alexis Avakian joue un jazz subtilement rythmé par le folklore et la culture arménienne où le doudouk s’invite parfois. Son second album Hi Dream paru en janvier 2017 nous plonge dans un univers onirique sur des tempos exotiques. Les compositionsparlent de rencontres et d’attachements, portées par des interprètes complices qui se jouent des codes musicaux avec un sens du bluff époustouflant ! Un jazz lyrique, moderne et élégant, d’une grande richesse sonore ! Alexis Avakian au saxs est accompagné de Fabrice Moreau (percussions), Ludovic Allainmat (piano), Mauro Gargano (batterie) et Artyom Minasyan (doudouk).

Macha Gharibian
Le 21 novembre au New Morning - 7/9 Rue des Petites Écuries, 75010 Paris

JPEG - 58.3 ko

Après son premier disque Mars (2013) qui avait alerté les mélomanes, Macha Gharibian s’installe avec Trans Extended dans le paysage des musiques inclassables. Chanteuse, pianiste de solide formation classique, diplômée de l’Ecole Normale de Musique de Paris, auteure, compositrice, elle amorce son virage musical en quittant Paris pour New York. Là-bas, elle s’affranchit des étiquettes classiques, world et jazz et expérimente son univers, un mélange de ce qui l’inspire et l’attire. Trans Extended, son deuxième album (2016), évoque la transmission, le départ vers un ailleurs lumineux. Avec Macha Gharibian (piano, chant) : Théo Girard (contrebasse), Dré Pallemaerts (batterie), David Potaux-Razel (guitare), Tosha Vukmirovic (kaval & clarinette).

Plus d’infos sur le Festival : https://jazznklezmer.fr/

posté le 10 novembre 2017 par Claire/armenews


MARSEILLE-MUSIQUE ET CHANTS
Concert du chœur arménien Sahak-Mesrop à l’occasion de son 40e anniversaire

Le chœur arménien Sahak-Mesrop accompagné de l’orchestre Provence-Verdon, à l’occasion de son 40e anniversaire donnera un concert en direction de maître Khatchig Yilmazian. Le concert se déroulera Vendredi 24 Novembre à 20h45 à l’Abbaye Saint Victor à Marseille (7e). Un concert qui devrait attirer un nombreux public dans ce lieu exceptionnel par la qualité de l’acoustique qu’est l’Abbaye Saint Victor de Marseille.

Krikor Amirzayan

posté le 4 octobre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Concert  Marseille 


PARIS
Concert de l’ensemble dirigé par Eric Van Lauwe : Reger, Mozart, Strauss

Premier concert de la saison pour l’ensemble dirigé par Eric Van Lauwe. Il aura lieu le samedi 23 septembre à 20 h 30, en la cathédrale Sainte-Croix des Arméniens catholiques, 13 rue du Perche, Paris 3e.

Le concert débutera par une œuvre rare, L’Ermite au violon, un poème symphonique délicat et raffiné du compositeur allemand Max Reger, inspiré d’un tableau du peintre suisse Arnold Böcklin, devenu une grande figure du symbolisme allemand. Ce tableau exposé à la Alte Nationalgalerie de Berlin représente un vieil homme seul jouant du violon sous le regard attentif et ému des anges.

Puis, ce sera le 24e concerto pour piano de Mozart, composé en mars 1786, œuvre magistrale et dramatique faisant partie de la série des grands concertos pour piano de la maturité du compositeur. Suscitant notamment l’admiration de Beethoven et de Brahms, il est considéré par certains musicologues comme étant le plus grand des concertos mozartiens.

Enfin sera interprété le concerto pour violon du jeune Richard Strauss, alors âgé de 17 ans. Sans rivaliser avec les grands poèmes symphoniques et opéras qui ont assuré la gloire du compositeur, cette belle œuvre juvénile et virtuose, injustement négligée, n’est pas sans rappeler Mendelssohn, mais elle révèle aussi «  un talent peu ordinaire », dixit Eduard Hanslick, ami de Brahms et célèbre critique musical viennois influent et redouté.

Les deux solistes Alain Stepanian et Haïk Davtian apporteront leur brillant concours.

posté le 1er septembre 2017 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Concert  Musique  Paris 


SOAD n’a rien perdu de son énergie et de son engagement

Vendredi 30 juin, System of a Down a fait danser les festivaliers du Mainsquare Festival d’Arras (Pas-de-Calais). Dans une ambiance survoltée, ils ont joué des morceaux rocks et engagés devant un public aussi emballé que nostalgique.

Ce célèbre groupe de rock californien est actuellement composé de quatre membres, tous d’origine arménienne. Formé en 1994, le groupe rencontre son premier succès en 2001 avec l’album Toxicity qui les popularisera rapidement sur la scène internationale. Cette reconnaissance du public leur offre alors une tribune pour diffuser un discours engagé qui se retrouve autant dans les paroles de leurs chansons que dans leurs interventions dans les médias. Pacifistes et grands critiques de la société de consommation, le groupe s’est également fait le porte-étendard de grandes causes, notamment la reconnaissance du génocide arménien, dont il est directement fait mention dans certaines de leurs titres.

Le dernier album de System of a Down est sorti en 2005. Le groupe s’est temporairement séparé entre 2006 et 2010. Certains membres du groupe ont alors monté d’autres projets musicaux : Serj Tankian a débuté une carrière solo, Shavo Odadjian a formé le groupe Achozen, et Daron Malakian a formé Scars on Broadway. Mais en 2010, System of a Down renait de ses cendres et le groupe repart en tournée. Aucun album n’a vu le jour depuis, mais ces rockeurs engagés régalent de nouveau leur public à grand coup de live enflammé.

C’est ainsi que System of a Down s’est retrouvé vendredi dernier sur la grande scène du Mainsquare Festival, au cœur de la majestueuse Citadelle d’Arras. Ce lieu magnifique et chargé d’histoire a été le cadre d’un concert mené d’une main de maître. Les anciens tubes du groupe se sont enchainé pour la dernière date française de leur tournée. Après une performance mitigée au Download Festival de Paris, System of a Down a marqué des points auprès de son public avec un concert d’une heure et demi très bien rythmé, prouvant qu’ils n’avaient rien perdu de leur énergie et de leur engagement.

posté le 1er juillet 2017 par Claire/armenews

Geneviève Augé



CHANSON ARMENIENNE
Harout Pamboukjian a donné samedi 20 mai un concert intitulé « My Life » à Erévan face à des milliers de fans. Intense émotion

Le célèbre chanteur arménien Harout Pamboukjian a donné samedi 20 mai un concert exceptionnel « My Life » (« Իմ կյանքը » en arménien) au Complexe culturel et sportif Karen Demirdjian à Erévan en présence de plusieurs milliers de fans. Harout Pamboukjian était accompagné pour quelques chansons par les chanteuses Sirusho et Kristiné Bebelyan ainsi que le chanteur Razmig Amyan.

JPEG - 53 ko

« Je suis heureux de me trouver à nouveau à Erévan en concert, six ans après mon dernier concert. Erévan c’est ma ville, ici c’est mon pays, je suis né et j’ai grandi ici. J’ai toujours un énorme plaisir à chanter ici » dit Harout Pamboukjian avant le concert. Durant deux heures, Harout Pamboukjian, surnommé « Tsakh Harout » a enflammé la salle en reprenant ses tubes qui ont fait le tour de la planète. Très émouvante fut l’interprétation de sa chanson « Yes arants kéz » (« Ես առանց քեզ » en arménien, « Moi sans toi » en arménien) dédiée à son épouse Rouzanna disparue il y a quelques années. « C’est ma douleur. Jusqu’à la perte d’un être cher nous ne savons pas sa valeur. Je réalise ce que Rouzanne voulait » dit le chanteur en versant très ému ne parvenant pas à retenir quelques larmes. Harout Pamboukjian qui a également chanté l’une de ses dernières chansons dédiée aux soldats Arméniens, héros de « la guerre de quatre jours » en Artsakh en avril 2016. Durant le concert, Harout Pamboukjian descendit plusieurs fois de la scène pour se mêler et être photographié en compagnie de ses fans, de tout âge. Le dernier concert de Harout Pamboukjian à Erévan datait de 2012. Et l’Arménie attendait avec impatience le retour de « Tsakh Harout », chez lui en Arménie.

Krikor Amirzayan (Գրիգոր Ամիրզայեան)

posté le 22 mai 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


PARIS
Le nouveau spectacle de Nara Noïan

Nouveau spectacle “Parfum de femme“, de la chanteuse Nara Noïan. Au programme, ses propres compositions issues de ses albums : “Bradyaga“, “Cristal“, “Kino“, “Oriental Express“, “NR 5“, “Shadows & Lights“, “Les regrets inutiles“, des pièces pour piano, mais aussi des musiques traditionnelles russes et arméniennes.

C’est l’histoire d’une femme passionnée et nomade à travers l’exil, l’amour, les coups de gueule, la mélancolie, la joie, la rupture, la maternité, le voyage, la sensualité aussi.

“Parfum de femme“ est né dans l’imaginaire de Nara Noïan, auteure, compositrice, interprète et pianiste, née “Anna-Naïra Pavlovna Mnoian“ à Erevan, en république soviétique d’Arménie, et immigrée en France en 1990, juste avant la chute de l’Union Soviétique.

L’univers personnel développé dans ses compositions donne envie de prendre la route, de se perdre dans les confins du rêve et de l’inconscient et d’être transporté, aux sons de son piano et de sa voix sur les sentiers de son exil.

Mercredi 31 mai à 20h30
Péniche Anako - Face au 61 quai de Seine - 75019 Paris
Renseignements et réservations : 06 07 15 35 28

posté le 9 mai 2017 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Concert  Musique  Paris 


PARIS
Concert dirigé par Eric Van Lauwe : Tomasi, Rachmaninov et Stravinsky

Le prochain concert de l’orchestre orchestral dirigé par Eric Van Lauwe aura lieu samedi 20 mai.

Le programme débutera par les impressionnantes Fanfares liturgiques pour ensemble de cuivres et percussions d’Henri Tomasi, grand compositeur marseillais d’origine corse. Arrangées en 1947 à partir d’extraits de l’opéra Don Juan de Mañara (1942-44), ces Fanfares liturgiques sont, avec le concerto pour trompette et orchestre, l’œuvre la plus célèbre et la plus jouée du compositeur. Il y a quelques mois, Eric Van lauwe a eu la joie de pouvoir acquérir le manuscrit autographe complet de ce chef d’œuvre singulier.

Rachmaninov composa son premier concerto pour piano à 18 ans, lorsqu’il était encore étudiant. Insatisfait, il le remania profondément en 1917, juste avant de quitter définitivement sa Russie natale. Sous sa forme définitive très réussie, ce Concerto n° 1 se situe en fait chronologiquement après les célébrissimes 2e et 3e concertos, et avant le mal-aimé 4e concerto et la splendide Rapsodie sur un thème de Paganini. Les auditeurs de l’émission Apostrophes de Bernard Pivot reconnaîtront la merveilleuse phrase lyrique qui en illustrait musicalement le générique. C’est le jeune et brillant pianiste Jimmy Mullaert qui sera le soliste de cette œuvre superbe, mais finalement relativement assez peu jouée en concert.

Enfin, en deuxième partie, ce sera Jeu de cartes de Stravinsky, créé en 1937 par l’American Ballet au Metropolitan Opera de New York, sur une chorégraphie de George Balanchine. Assurément un des sommets de la période dite « néo-classique » du compositeur, cette partition étincelante pour l’orchestre illustre une partie de poker en 3 donnes. Moins connu que la trilogie des premiers ballets (L’Oiseau de feu, Petrouchka et Le Sacre du printemps) qui a assuré à Stravinsky sa notoriété, Jeu de cartes mériterait pourtant bien d’être plus souvent joué, à la scène comme au concert...

Samedi 20 mai à 20 h 30
Cathédrale Sainte-Croix des Arméniens catholiques, 13 rue du Perche, Paris 3e.

posté le 5 mai 2017 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Concert  Musique  Paris