Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Concert


MUSIQUE
Diffusion sur France 2 du concert Légende d’Arménie à l’Opéra Comique

Diffusion sur France 2 le 21 avril 2017 à 0h35 du magnifique concert à l’Opéra Comique sous la direction d’Alain Altinoglu, Légende d’Arménie .

Un voyage au cœur de l’Arménie à travers les œuvres de Prokofiev, Khatchaturian et Aprikian. Une soirée placée sous le signe de l’Arménie à l’Opéra Comique, avec au programme la Symphonie classique de Sergueï Prokofiev, la Mascarade Suite d’Aram Khatchaturian, et La Naissance de David de Sassoun de Garbis Aprikian.

La soirée s’ouvre avec la Symphonie classique de Sergueï Prokofiev qui, âgé de 26 ans en 1916, commença la composition de cette première symphonie en quatre mouvements (Allegro, Larghetto, Gavotta, Finale). La création de l’œuvre eut lieu le 21 avril 1918 à Pétrograd sous la direction du musicien, elle remporta un très vif et encourageant succès pour le jeune compositeur.

La deuxième œuvre inscrite au programme est la Mascarade Suite d’Aram Khatchaturian, sans doute le plus connu des compositeurs arméniens qui est toujours resté proche de ses origines et de son folklore : «  Être lié à son peuple, puiser dans les sources intarissables de son art, n’est-ce pas le but suprême de tout artiste ? ». Après le triomphe en 1940 de son Concerto pour violon qui le rendit célèbre, Khatchaturian composa l’année suivante la musique de scène de Mascarade, la pièce du poète Lermontov dont l’action se situe en 1830 à Saint- Pétersbourg pendant un bal masqué. L’œuvre fut créée en 1944. Chacun des cinq thèmes qui se succèdent exprime un climat particulier de la pièce et évoque le rythme entraînant de la danse. Le premier mouvement de la Suite, La Valse, aux couleurs dramatiques, a connu une grande popularité.

La Naissance de David de Sassoun qui célèbre le héros national arménien compte parmi les œuvres majeures du compositeur. Dédié à la chorale Sipan-Komitas, cet oratorio pour soli, deux chœurs et orchestre que Garbis Aprikian dirigea pour la première fois en 1994 au grand amphithéâtre de la Sorbonne, fut composé d’après la pièce en 3 actes et un prologue d’Hagop Oshagan (1883-1948), elle était initialement destinée aux élèves du séminaire arménien de Jérusalem. Selon ses propos, Garbis Aprikian a retenu « le prologue pour faire un oratorio, car cet épisode a un sens symbolique ».

L’œuvre est servie par trois interprètes prometteurs parmi les meilleurs de leur génération : Naïra Abrahamyan, soprano, Stella Grigorian, mezzo-soprano, et Wiard Witholt, baryton. L’Orchestre et le Chœur Calouste Gulbenkian ainsi que la Maîtrise des Hauts-de-Seine sont tous sous la direction d’Alain Altinoglu, aujourd’hui l’un des chefs les plus convoités de la planète lyrique.

posté le 18 avril 2017 par Claire/armenews


CONCERT
Dans les secrets du Maestro George Pehlivanian

Une soirée avec George Pehlivanian dans l’intimité de son Art... Reconnu dans le monde de la direction d’orchestre, George Pehlivanian est également professeur de la discipline au CNSMD de Paris ainsi qu’au Conservatoire Supérieur de Musique Katarina Gurska à Madrid. Il dévoilera au public sa propre pédagogie, sa technicité et sa conception du leadership autour de quatre représentations exceptionnelles dont l’une le 3 mai prochain dans le cadre de l’inauguration du nouvel auditorium - la Seine Musicale, nouvel écrin de la Culture en Ile de France situé sur l’Ile Seguin.

JPEG - 4.8 Mo

Programme
Représentations publiques articulées en trois parties et animées tout au long de la soirée par Maestro Pehlivanian en interaction avec les musiciens, les élèves chefs d’orchestre et le public.

- Introduction à l’Art de la Direction d’orchestre par Maestro Pehlivanian - Présentée par Stéphane Friederich, rédacteur en chef de la revue Pianiste

- Concerto en si mineur pour 4 violons de Vivaldi - Violon et direction : George Pehlivanian avec les élèves du CNSMDP et de jeunes solistes / Double concerto en ré mineur de J.S Bach Violon et direction : George Pehlivanian avec un jeune soliste du CNSMDP

- Histoire du Soldat d’Igor Stravinsky, Suite Orchestre composé des élèves et diplômés du CNSMDP (Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris) et des meilleurs conservatoires de l’Hexagone. Direction : Elèves Classe B de direction du CNSMDP et George Pehlivanian

Informations et réservations pour toutes les dates : www.secretsdumaestro.fr
Boulogne-Billancourt à la Seine Musicale le 3 mai 2017 à 20h30
Théâtre municipal de Béthune le 4 mai 2017 à 20h

posté le 17 avril 2017 par Claire/armenews


MUSIQUE
Sortie du disque « Tigran Mansurian : Requiem »

Tigran Mansurian a composé ce Requiem à la mémoire des victimes du génocide arménien. La pièce a été commandé par le Munich Chamber Orchestra et le RIAS Choir Berlin.

L’enregistrement a eu lieu en janvier 2016 à la Jesus-Christus-Kirche Dhalem, Berlin, sous la direction artistique de Manfred Eicher.

Cette œuvre marie le son et la sensibilité des traditions de ce pays au texte latin du Requiem dans un sens profondément émouvant et contemporain de la composition, lui-même illuminé par le chatoiement des modes arméniens, comme l’écrit Paul Griffith dans les notes de livret. Déjà largement reconnu comme le plus grand compositeur arménien, Mansurian a écrit ici une œuvre cruciale. Le Los Angeles Time a décrit cette musique comme “le baume apaisant d’une douleur culturelle profonde, d’où surgit une beauté aveuglante.

JPEG - 2.1 Mo

Tigran Mansurian : Requiem, ECM Records.

posté le 17 avril 2017 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Concert  Culture  France  Musique 


CONCERT
Le jeune ténor Migran Agadzhanyan au Victoria Hall de Genève

Le ténor arménien Migran Agadzhanyan, membre de la troupe des jeunes solistes en résidence au Grand Théâtre de Genève, se produira du 6 au 12 avril 2017 au Victoria Hall de Genève pour interpréter le rôle du roi de France Charles VII dans La Pucelle d’Orléans de Piotr Ilitch Tchaïkovski donné en version de concert avec une superbe distribution et l’Orchestre de la Suisse romande sous la direction du chef russe Dimitri Jurowski.

Beaucoup moins connu que ses autres œuvres lyriques, cet opéra en 4 actes, auquel le musicien accordait beaucoup d’importance, est rarement produit de nos jours. Il fut créé le 25 février 1881 au Théâtre Mariinski de Saint Petersbourg. Composé d’après la tragédie de Schiller, la musique épique et grandiose tant sur la plan vocal qu’orchestral épouse un sujet historique devenu un mythe. Il évoque la vision reçue par Jeanne d’Arc, la jeune pucelle d’Orléans, qui la poussa à s’engager pour la France et à prédire la défaite des Anglais dans la guerre dite de Cent ans qui opposait les deux puissances.

Remarquable artiste, le jeune ténor formé en Arménie et en Russie puis en Italie, chantera de sa voix ample et généreuse, avec la majesté qui convient au personnage, cette belle partition qui trace le portrait d’une illuminée fervente et intrépide et d’un souverain hésitant, confronté aux dures réalités des guerres qui déchirent son royaume.

Marguerite Haladjian

Genève, Victoria Hall les 6, 8, 10 avril à 19h30, le 12 avril à 20h

posté le 8 avril 2017 par Claire/armenews


PARIS
Concert au profit des enfants d’Alep

Après 4 années de guerre, de destruction, de famine et de souffrances, des centaines d’enfants d’Alep vivent, physiquement et psychologiquement, dans une grande misère.

L’orchestre symphonique et lyrique de Paris a généreusement accepté d’offrir un concert à leur profit. Le montant récolté sera envoyé à Alep et géré sur place par la Paroisse arménienne catholique. Cette somme sera affectée aux soins, nourritures, scolarités et vêtements des enfants.

Programme :
Marcello : Concerto pour Hautbois (soliste : Damien Fourchy)
Haydn : Concerto pour violoncelle en Ré Majeur (soliste : Astrig Siranossian)
Haydn : Sympphonie n°49, La Passion (sous la direction du violon Simon Milone)

Billets à 50 € et 20 € disponibles à la Cathédrale Sainte-Croix de Paris.
Règlement par chèque à l’ordre de la Paroisse arménienne catholique (13 rue Perche, 75003 Paris). Les billets vont seront adressés par courrier.

Vendredi 28 avril à 20h30
Cathédrale Saint Croix de Paris - 13 rue Perche - 75003

posté le 4 avril 2017 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Concert  Humanitaire  Paris 


Nouvel album pour Tigran Hamasyan et série de concerts en France

Le 31 mars, le pianiste arménien Tigran Hamasyan a sorti un nouvel album en solo, An Ancient Observer. Référence mondiale du piano, il rallie à ses notes les amateurs de classiques, de jazz et de folklore arménien dans un second projet solo tout en nuances.

Tigran Hamasyan revient en 2017 avec un nouvel album en piano solo, le deuxième du genre après le très remarqué A Fable paru en 2011. Un exercice toujours périlleux pour un artiste : celui de se retrouver seul face à son instrument. Mais c’est un exercice que Tigran maitrise à merveille. Reconnaissable en quelques notes, son jeu si singulier - profond, et prodige - nous rappelle qu’il est un compositeur inclassable, un interprète hors norme, et un musicien complet qui fait désormais parti des références mondiales en la matière.

En concert en France :
Vendredi 21 avril au Centre des arts - 12-16, Rue de la Liberation - 95880 Enghien-Les-Bains
Samedi 22 avril à 20h30 - Le Rocher de Palmer, Cenon
Mardi 25 Avril à 20h30 au Radiant-Bellevue (69300 Caluire et Cuire)

posté le 3 avril 2017 par Claire/armenews


Doudouk : « Souffles d’Arménie » à Nice

Dans le cadre de son programme Musique du Monde, le conservatoire de Nice s’est mis à l’heure arménienne avec « Souffles d’Arménie » du 28 février au 5 mars.

Premier emblème de la musique arménienne et inscrit au Patrimoine culturel immatériel de l’Humanité de l’UNESCO depuis 2005, le doudouk s’est popularisé en Occident ces vingt dernières années grâce à ses sonorités envoûtantes. Charlotte Bouchet, professeur de hautbois au conservatoire de Nice et responsable du programme Musique du Monde, avait comme objectif de faire découvrir le doudouk qui intègre désormais des formations musicales de tous genres. Pour élaborer son programme, elle avait fait appel à deux personnalités musicales reconnues : Alexandre Siranossian, pianiste et chef d’orchestre, et Levon Chatikyan, soliste et pédagogue.

Levon Chatikyan et son doudouk

Un large répertoire de musiques traditionnelles, sacrées, classiques et contemporaines transcrites ou composées par M. Yekmalian, R.P. Komitas, Sayat Nova, A. Khatchatoutian, A. Babadjanian, A. Aroutiounyan, S. Babayan, S. Avanessov, A. Hovaness, A. Reed, V. Sharafyan, L. Berio a été proposé au public. Des musiques de films comme Gladiator et Mayrig, ont été interprétées par des formations musicales d’élèves réunissant parfois 90 musiciens, le tout enrichi de projections d’images de l’Arménie en fond de scène. Diplômé du conservatoire supérieur de musique d’Arménie auprès de son maître Djivan Gasparian et titulaire d’un certificat d’aptitude pour l’enseignement de la musique traditionnelle, Levon Chatikyan a, comme à son habitude, mis en valeur le doudouk au point de provoquer une réelle demande d’enseignement de cet instrument. Alexandre Siranossian a, quant à lui, commenté les auditions et concerts, éclairant les auditeurs ou révélant des « petits secrets » de composition comme l’origine du thème du Cortège du Sardar (1894) d’Ippolitov-Ivanoff ou du concerto pour violon d’A. Khatchatourian (1940) et même d’une chanson de Serge Gainsbourg !

JPEG - 1.5 Mo

Atelier doudouk par Levon Chatikyan.

Création d’Armenian Memory

Le bilan de cette semaine est édifiant : une master-class, deux conférences sur Les musiques arméniennes, trois auditions, quatre concerts, la création d’Armenian Memory, pour doudouk, hautbois, cor anglais et orchestre de Philippe Dulat, spécialement écrite pour ce projet et, enfin, des ateliers de doudouk et la reprise de cette création dans la région. Ces manifestations ont été suivies par un important public, conquis par la beauté de ces musiques et du doudouk. Une manifestation culturelle sans précédent, qui honore le conservatoire régional de Nice et les professeurs qui ont préparé les élèves et participé aux concerts. La communauté arménienne a, quant à elle, organisé une exposition de costumes et d’instruments traditionnels, assuré la préparation d’un buffet de spécialités et participé au spectacle avec la troupe de danse Naïri.

posté le 25 mars 2017 par Claire/armenews


PARIS
L’UGAB Paris présente JAZZ-MAZZ, les nouveaux rendez-vous jazz

Ce nouveau programme musical a pour vocation de faire découvrir de nombreux artistes de haut niveau qui font vivre la musique folklorique ou sacrée arménienne à travers le Jazz, par un parfait alliage entre tradition et modernité.

Pour le premier rendez-vous jazz et à l’occasion de la sortie de son album Hi Dream, l’UGAB Paris accueille le groupe « Alexis Avakian Quintet » (Alexis Avakian en compagnie du batteur Fabrice Moreau, du contrebassiste Mauro Gargano, du pianiste Ludovic Allainmat et du joueur de doudouk Artyom Minasyan ), le 17 mars au sein du Centre Manoogian qui prendra des allures de Jazz Club !

Dans cette formation en quintet, les sonorités du doudouk et du saxophone s’entremêlent parfaitement, à l’image des racines multiples d’Alexis Avakian, qui a composé tous les morceaux de l’album, sauf la reprise du thème traditionnel Noubar. A venir découvrir sur scène.

JPEG - 2.2 Mo

Vendredi 17 mars au Centre Culturel Alex Manoogian (118 rue de Courcelles - 75017 Paris)
PAF : 20€ - Places limitées
Nous vous recommandons vivement d’acheter vos places directement en ligne en cliquant sur le lien suivant : https://www.helloasso.com/associations/union-generale-armenienne-de-bienfaisance/evenements/jazz-mazz-alexis-avakian-quintet
Bar ouvert dès 20h00 / Début du concert à 20h30
Contact :
infoparis@ugabfrance.org - Tel : 06.37.57.36.37

posté le 2 mars 2017 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Concert  Culture  Musique  Paris 


Récital sur deux pianos autour de la musique arménienne

Découvrir les compositeurs arméniens et faire partager des oeuvres peu connues, c’est le magnifique challenge lancé par Anahid Ter Boghossian et Nicolas Mazmanian. Ils se produiront ensemble le 25 mars à Marseille.

Anahid Ter Boghossian est née à Marseille et débute le piano sous le regard attentif de J.Ylmazian. Elle effectue ses études au Conservatoire à Rayonnement Régional de Marseille où elle obtient les Premiers Prix de piano (classe d’H.Cozic), de Musique de Chambre (classe d’E.Exerjean) et de formation musicale (classe de S.Coppin), ainsi que le CFEM d’accompagnement (classe de P.Morabia). Elle étudie ensuite l’harmonisation au clavier au CRD d’Issy-les-Moulinaux où elle y obtient également le Premier Prix de Piano à l’unanimité. Elle participe à des académies et bénéficie des conseils de J.Rouvier, G.Moutier, L.Cabasso, P.Zygmanovski et B.d’Ascoli. En 2002, elle séjourne à Berlin pour approfondir sa technique pianistique en travaillant aux cotés de L.Boullet. Enfin, elle se perfectionne à La Haute Ecole de Musique de Genève dans la classe de S.Risler et de G-M.Caillat, et obtient son Bachelor « mention Très-bien ». Diplômée d’Etat de Professeur de piano obtenu au Cefedem de Dijon, elle enseigne depuis 2009 au Conservatoire à Rayonnement Communal de Musique et d’Art dramatique de La Ciotat. Elle se produit régulièrement en tant que pianiste, chambriste et accompagnatrice. Elle donne plusieurs concerts/conférences aux côtés d’Hervé Deroeux, elle participe à la création du spectacle dramatico-lyrique « A travers Clara » écrit par Orianne Moretti, et accompagne au piano le joueur de Doudoug Levon Minassian dans différents lieux (Arnouvilles-les gonesses, Saint-Tropez, Théâtre Novarina à Thonon, le Silo à Marseille).

Nicolas Mazmanian étudie le piano au Conservatoire de Marseille avec les disciples de P.Barbizet tels que A-M.Ghirardelli, E.Exerjean et B.d’Ascoli. Il achève ses études en cycle de perfectionnement avec F.Aguessy au Conservatoire de Rouen. Il reçoit ensuite les conseils de maîtres tels que J.Rouvier, J-C.Pennetier, G.Sebok lors des ensembles en résidence du Festival de la Roque d’Anthéron. Il remporte le premier prix ainsi que le prix du public au Concours international de musique de chambre Henri Sauguet à Martigues en 1997. Il est pianiste de l’ensemble de musique contemporaine Télémaque dirigé par R.Lay avec lequel il se produit sur de nombreuses scènes : Théâtre des Bouffes du Nord, Opéra de Bordeaux, Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines, Opéra de Marseille, Stadhuis Arnhem (Pays-Bas), Théâtre des Salins à Martigues, La passerelle à Gap, Institut Culturel Français de Tétouan (Maroc), Studio S Flagey (Belgique), Théâtre Manuel (Malte). Ouvert à tous répertoires, il se produit en récital solo et en musique de chambre. Il donne de nombreux récitals avec le contre ténor A.Aubin dans le répertoire de la mélodie argentine. En 2014 il fonde le trio « Quizas » dédié à la Bossa nova avec la violoncelliste A.Gambini et la soprano L.Pessey. Il est le pianiste de l’ensemble Pythéas pour lequel il a composé et créé son trio. Passionné par la musique arménienne, il collabore avec le joueur de Doudouk L.Minassian et dirige actuellement l’orchestre traditionnel Kéram. Diplômé d’Etat, il enseigne le piano au Conservatoire de Marseille.

Récital samedi 25 Mars à 20h30
Eglise de Saint Loup, 71 boulevard de Saint Loup, 13010 Marseille
Entrée Libre


Programme :
Stepan Naghtian : « Hoy Nar »
Ashot Satian : « chanson sans parole » « Yerk arants khoski »
Robert Petrossian : « Danse Kurupatka »
Arno Babadjanian : « Elégie »
Arno Babadjanian : « Danse de Vagharchapat »
Aram Khatchaturian : « Oror, berceuse » extrait du ballet « Gayané »
Grigor Yeghiazaryan : « Danse n°2 » extrait du ballet « Sevan »
Nicolas Mazmanian : « Elegie »
Nicolas Mazmanian : « Diasporama »
A. Babadjanian /A. Aroutounyan : « Rapsodie »
Khatchadur Avedissian : « Dance »

posté le 2 mars 2017 par Claire/armenews