Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Slovaquie


International
La République Tchèque vend illégalement des Armes à l’Azerbaïdjan via Israël

Publié le 3 mai 2018

par Harut Sassounian éditeur

The California Courrier

Tandis que l’armée azerbaïdjanaise montrait ses armes dans une vidéo promotionnelle, lors de ses manœuvres des 18 au 22 septembre 2017, les observateurs avaient noté la présence des pièces d’artillerie DANA (des obusiers de portée 11 miles), et des lance-roquettes Rm-70 de portée 12 miles, des armes de fabrication tchèque. On ignorait jusqu’alors que ces armes avaient été livrées à Bakou, la République tchèque n’ayant autorisé aucun de ses fabricants à vendre de tels équipements à l’Azerbaïdjan. Selon les lois de la République tchèque, l’approbation des ministères des Affaires étrangères, de la Défense nationale et de l’Intérieur sont nécessaires à la vente d’armes que propose, conformément à la procédure, le ministère de l’Industrie et du commerce.

En outre, l’Union européenne (UE) et l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) avaient recommandé que leurs états membres ne fournissent aucun armement à l’Azerbaïdjan et à l’Arménie du fait de l’existence du conflit en Artsakh. De plus, les ventes d’armes à l’Azerbaïdjan violeraient les dispositions de la Résolution 853 du Conseil de sécurité des Nations unies, adoptée le 29 juillet 1993, qui engageait les états membres à “s’abstenir de livrer toutes armes ou munitions qui pourraient intensifier le conflit (du Karabagh) ou prolonger l’occupation du territoire“. Plusieurs pays ont jusqu’à présent violé cette résolution du Conseil de sécurité : Israël, la Turquie, la Russie, l’Ukraine et le Pakistan. Dans sa réponse, le porte-parole du Ministre de la Défense de la République tchèque Jan Pejsek, a déclaré que le “Ministère n’avait approuvé aucune exportation militaire à l’Azerbaïdjan“. Entre temps, Irena Valentova, porte-parole du Ministre tchèque des Affaires étrangères, avait déclaré au Prague Daily Monitor qu’ “aucun permis n’avait été donné pour l’exportation de matériel militaire à l’Azerbaïdjan, tandis que quelques licences, pour l’exportation d’obusiers automoteurs modernisés Dana-M1 et de lanceurs de roquettes RM-70, avaient été rejetées en 2016-2017 et que les pays partenaires de l’UE avaient été informés de ce rejet“.

En 2016, “l’Azerbaïdjan a acheté à la République tchèque pour plus d’un million d’euros d’armes non-létales, ce qui est trois fois moins qu’il il y a trois an“, lisait-on dans l’Hospodarske Noviny. Il y a des années, quand l’Azerbaïdjan avait tenté d’importer des armes de la République tchèque, de tels envois militaires avaient été refusés. Le Prague Daily Monitor avait écrit que “les autorités tchèques et les services secrets de ce pays avaient ouvert une enquête sur la façon dont les armes tchèques... s’étaient retrouvées dans le Caucase“.

Entre temps, le 17 avril 2018, le Slovak Spectator avait révélé que “l’aéroport de Bratislava (la capitale de la Slovaquie) était utilisé comme lieu de transit pour les livraisons frauduleuses de lanceurs de roquettes et d’obusiers à l’Azerbaïdjan. Les armes seraient fabriquées par la Czechoslovak Group Holding, qui serait, selon la Czech Television, une filiale de Czech Jaroslav Stmad... Un employé de la fabrique d’armes slovaque MSM a révélé et décrit la façon dont les anciennes armes sont rénovées dans une compagnie basée à Trencin et sont ensuite transportées via Israël en Azerbaïdjan, selon l’agence de presse TASR“.

L’employé de MSM a ainsi déclaré aux journalistes de Czech Television, d’après la citation faite par TASR selon le Slovak Spectator : “l’ensemble de ce processus débute par la réception des obusiers DANA usagés, qui sont ensuite démontés directement dans les locaux de la compagnie... Les sous-ensembles de remplacement, dont les systèmes de navigation, les systèmes de communication et les caméras étaient envoyés d’Israël, a ajouté l’employé. Il a de plus révélé qu’un contrat avait été signé pour la distribution cette année de 18 obusiers et 15 lanceurs de roquettes, et des mêmes quantités l’an prochain, toujours d’après TASR... La compagnie a fait état de la livraison à Israël des systèmes DANA-M1 et RM-70“.

Le Slovak Spectator “a même filmé une telle expédition sur caméra“, confirmant la livraison des armes à Israël et à partir de là, en fraude, à l’Azerbaïdjan. “Le transport d’un premier lanceur de roquettes a été effectué le 27 décembre 2017 par camion depuis Trencin jusqu’à l’aéroport de Bratislava, où il a été chargé à bord d’un avion de Silk Way, une compagnie de transport aérien azerbaïdjanaise. L’avion a ensuite atterri à Tel Aviv en Israël, ville où la compagnie Elbit, décrite comme client final, a son siège. Ce rapport révèle ensuite que l’avion a continué vers Bakou en Azerbaïdjan. Rien n’a été déchargé en Israël ; seul un arrêt a été fait pour vérification de la conformité des documents“, a déclaré l’employé de MSM à la télévision tchèque. “L’avion a volé directement depuis l’aéroport israélien jusqu’en Azerbaïdjan“, a écrit le Slovak Spectator.

Les officiels arméniens devraient exprimer sans attendre des protestations auprès des gouvernements de la République tchèque, de la Slovaquie et d’Israël pour l’inobservation par eux-mêmes de leur règlementation et la violation de l’embargo sur les ventes d’armes à l’Azerbaïdjan décidé par l’UE, l’OSCE et le Conseil de sécurité de l’ONU. Si de telles réclamations ne sont pas faites, ces trois pays et plusieurs autres seront encouragés à envoyer plus d’armes létales à l’Azerbaïdjan ; des armes utilisées à tuer et à blesser des soldats et civils arméniens.

Traduction Gilbert Béguian pour Armenews

Nikol Pachinian se trouve aujourd’hui en Artsakh

posté le 9 mai 2018 par Jean Eckian/armenews


GENOCIDE DES ARMENIENS
Andrej Danko le Président du Conseil National de Slovaquie s’incline devant le mémorial du génocide des Arméniens à Erévan

La délégation de parlementaires de Slovaquie, emmenée par Andrej Danko le Président du Conseil National (Parlement) slovaque est en visite en Arménie. Jeudi 3 novembre, Andrej Danko accompagné d’Edouard Charmazanov le vice-Président du Parlement arménien ainsi qu’une délégation de députés et personnalités slovaques et arméniennes, se sont rendus au mémorial du génocide des Arméniens à Erévan. Au nom du Conseil National de Slovaquie, Andrej Danko a déposé des œillets et s’est recueilli devant la flamme éternelle du mémorial du génocide des Arméniens de 1915. Un génocide exécuté par l’Empire ottoman et qui fit 1,5 million de victimes arméniennes. La délégation slovaque s’est ensuite rendue au Musée du Génocide pour y inscrire quelques mots dans le livre d’or. Andrej Danko y a inscrit la phrase « Avec douleur et respect je m’incline devant ce mémorial et je n’essaie jamais de cacher mes larmes ». Dans la journée, les représentants du Conseil National de Slovaquie furent reçus par le président arménien Serge Sarkissian.

Krikor Amirzayan

posté le 4 novembre 2016 par Krikor Amirzayan/armenews


Slovaquie
Selon Achot Grigorian, un ambassadeur turc a reconnu le génocide

Le 12 octobre, à l’occasion d’une conférence de presse, Achot Grigorian, président du Forum des Associations Arméniennes d’Europe (FAAE) et chef de la communauté arménienne de Slovaquie, a tenu à rappeler qu’une loi a été adoptée le 1er septembre 2009 en Slovaquie criminalisant la négation du génocide des arméniens. Ainsi, toute personne niant cette réalité sera condamnée à 5 années d’emprisonnement.

Une mesure qui visiblement ne plait que très peu à l’Azerbaïdjan, qui dans sa propagande n’a de cesse de nier l’existence d’une telle loi, comme d’ailleurs l’ambassadeur lui-même de Slovaquie, Oleg Migash, semble-t-il trop tenté par les pétrodollars azerbaïdjanais, à nier l’existence d’un tel droit dans le pays.

Dans ce contexte Achot Grigorian a rappelé la déclaration faite par Gulhan Ulutekin, ambassadeur de Turquie en Slovénie et ses conséquences. ’’ Quand Gagik Mkrtumyan, président de la Cour constitutionnelle et Arman Mkrtumyan, président de la Cour de cassation ont rendu visite au khatchkar dédié aux victimes du génocide et rendu hommage à leur mémoire, l’ambassadeur de Turquie en Slovaquie a ensuite publié une déclaration, par écrit, explicitant qu’il n’y avait pas eu de génocide.“ A la suite de cet incident, Achot Grigorian a déposé une plainte demandant de soumettre l’Ambassadeur à la peine prévue par la loi. Invité à se présenter à un poste de police, Gulhan Ulutekin a finalement annoncé qu’il n’avait rien contre le génocide arménien, admettant ainsi explicitement la reconnaissance de cette réalité. Dans un livre publié après les commémorations du génocide, le diplomate a appelé à la prudence sur ce sujet, affirmant que plus de Turcs avaient été tués dans la période du génocide contre les Arméniens.

Achot Grigorian ajoute : ’’ Pour l’occasion nous avons même envoyé une lettre de remerciements exprimant notre gratitude à Monsieur Ahmet Davutoğlu, ministre des Affaires étrangères pour la reconnaissance du génocide arménien à un haut niveau diplomatique.“

La Slovaquie a reconnu le génocide des arméniens en 2004. Stefan Harabin, président de la Cour suprême de Slovaquie a visité le mémorial de Tsitsernakaberd et a rendu hommage aux victimes du génocide arménien le 11 Octobre.

posté le 13 octobre 2012 par Jean Eckian/armenews


POLÉMIQUE
Nalbandian ne désavoue pas l’ambassadeur de Slovaquie en Russie

Le Président du Forum des Associations Arméniennes d’Europe déclare que de ministre arménien des affaires étrangères s’oppose à la clarification de la situation créée par les déclarations anti-arméniennes de l’ambassadeur de Slovaquie en Russie

Arminfo, Mardi 22 mai

En septembre 2011, le parlement de Slovaquie a adopté une loi pénalisant la négation du Génocide des Arméniens, que j’aimerai appliquer à l’ambassadeur de Slovaquie en Russie, Jozef Migas, qui a dit au cours d’une entrevue à un journal azerbaïdjanais que le Conseil National n’avait jamais discuté un tel texte, a dit le président du Forum des Associations Arméniennes en Europe (FAAE), Ashot Grigoryan, dans une conférence de presse à Erevan.

Je suis indigné du fait que le ministre des affaires étrangères d’Arménie ne réagi pas à cette déclaration et ne fait aucune demande pour obtenir que cette question soit clarifiée, et les raisons d’une telle déclaration de l’ambassadeur de Slovaquie en Russie. En réponse à ma demande au Ministre des affaires étrangères, on m’a fermement fait comprendre qu’Edouard Nalbandian est opposé à toute déclaration relative à l’incident“, a dit Grigoryan. Il a également ajouté que si le ministre des affaires étrangères d’Arménie n’est pas disposé à prendre aucune mesure ; il devrait au moins ne pas s’opposer à ce que le FAAE ne les prennent.

Il a dit que les autorités et les groupes de pression turcs ont bien travaillé, qu’ils sont parvenus à corrompre beaucoup de personnes influentes y compris au Sénat français, où la loi de pénalisation du Génocide des Arméniens avait été repoussée. A présent, la Turquie essaie par tous les moyens d’empêcher les manifestations prévues pour le 100 ème anniversaire du Génocide des Arméniens.

Le vice-premier président de la Cour Suprême de Slovaquie, Stefan Harabin, avait déclaré précédemment que le texte pénalisant la négation du Génocide des Arméniens avait été évalué et confirmé en tant que loi. Désormais, tout citoyen de Slovaquie sera puni d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à cinq ans.

posté le 23 mai 2012 par Jean Eckian/armenews

Traduction Gilbert Béguian pour Armenews



SLOVAQUIE
La Négation du Génocide des Arméniens punie de 5 ans de prison

Il y a quelques jours le vice-Premier ministre, président de la Cour suprême de Slovaquie Stefan Harabin, a annoncé à Achot Grigorian, chef de la communauté arménienne de Slovaquie, président du Forum des syndicats arméniens d’Europe, que le projet de loi criminalisant la négation du génocide des Arméniens, qui a été soumis au Conseil national il y a quelques temps, a été confirmé et prend pouvoir de loi.

Il y a deux ans, alors vice-Premier ministre et ministre de la Justice, Stefan Harabin avait déclaré qu’il préparait une modification de la loi punissant ceux qui nient l’Holocauste juif, en l’étendant au génocide arménien. La résolution sur le génocide des Arméniens avait été ratifiée par le Conseil national de Slovaquie en 2004, donnant l’occasion de promulguer la loi précitée envers ceux qui nieraient le génocide arménien.

Selon lui, tout citoyen de Slovaquie qui nierait le génocide des Arméniens dans quelque pays que ce soit, sera puni jusqu’à 5 ans d’emprisonnement.

posté le 23 novembre 2011 par Jean Eckian/armenews