Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Travail


ECONOMIE
Le géant minier arménien pourrait réembaucher des travailleurs licenciés

Exploitation à ciel ouvert du gisement de cuivre de Teghut.

Une importante compagnie minière arménienne a déclaré mardi qu’elle espérait reprendre rapidement ses activités de production dans une grande mine de cuivre dans le nord de l’Arménie et réembaucher des centaines de personnes qui y travaillaient jusqu’à ce mois.

L’entreprise, Vallex Group, avait envoyé la grande majorité de ses 1 200 employés travaillant au gisement de Teghut en congé à durée indéterminée le 12 janvier, invoquant le besoin de « réparations prophylactiques planifiées » des installations d’élimination des déchets de la mine. Le 2 février, elle avait annoncé qu’elle mettrait fin à ses activités en raison d’un « arrêt prolongé » de l’exploitation minière et du traitement du minerai à Teghut.

Dans sa dernière déclaration, Vallex a précisé que les licenciements couvrent plus de 85% de ses effectifs de Teghut mais que près de 300 employés seraient préservés pour maintenir un équipement sophistiqué et garder le vaste site minier. La compagnie a également déclaré que 200 autres travailleurs licenciés seront transférés à d’autres entreprises minières lui. Il s’agit d’une fonderie de cuivre dans la ville voisine d’Alaverdi et de mines de métaux dans le Haut-Karabakh.

« L’entreprise espère que dans le cas d’un déroulement favorable des événements, elle parviendra à rétablir, dans un court laps de temps, le personnel [de Teghut] formé au fil des années », a précisé le communiqué. Aucun calendrier n’a été indiqué. Vallex a déclaré être en mesure de « relancer rapidement la production après avoir résolu les problèmes auxquels l’entreprise est confrontée ».

La société enregistrée au Liechtenstein a annoncé les licenciements plusieurs mois après avoir exprimé son intention d’augmenter de manière significative l’extraction du minerai de cuivre à Teghut. Il avait déclaré le 2 février qu’il devait engager des consultants arméniens et étrangers pour mener des « recherches scientifiques » à cette fin.

Au cours des derniers mois, des groupes de protection de l’environnement ont signalé à plusieurs reprises des fuites toxiques provenant de la décharge de Teghut contaminant une rivière avoisinante. Vallex a nié ces rapports. Les écologistes s’étaient opposés à l’exploitation minière à ciel ouvert à Teghut avant même son lancement en 2014. Ils avaient soutenu, entre autres, que le projet de plusieurs millions de dollars entraînera la destruction de centaines d’hectares de forêt riche.

Vallex s’est engagé à planter une nouvelle et plus grande forêt dans les zones adjacentes. La compagnie a également promis de créer 1 300 emplois, de construire de nouvelles écoles et de moderniser d’autres infrastructures dans les villages voisins. La mine Teghut a généré plus de 42% des revenus d’exploitation totaux de Vallex, qui ont grimpé d’environ 32% pour atteindre 358 millions de dollars l’an dernier. Le groupe minier a bénéficié de la hausse des prix internationaux du cuivre et d’autres métaux non ferreux. Un prêt, accordé par la banque commerciale russe VTB, a couvert la majeure partie des 380 millions de dollars d’investissements en capital que Vallex prétend avoir réalisés à Teghut. La société a également tenté d’obtenir, via VTB, un crédit de 62 millions de dollars auprès d’un fonds de pension danois pour l’achat de matériel minier danois. L’agence de crédit à l’exportation du Danemark (EKF) a initialement accepté de garantir le crédit à l’exportation. Cependant, EKF a retiré la garantie en octobre, accusant l’opérateur de Teghut de ne pas respecter les normes environnementales.

posté le 14 février 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



Monde de l’entreprise
Chefs d’entreprise de Provence-Alpes-Côte d’Azur au Micro de Richard Findykian

L’ émission « Le CLUB ARARAT TV » de Richard Findykian sur RCF est consacrée à Bernard Kéklikian, fils du fondateur des sandales K.Jacques, célèbre enseigne de Saint-Tropez et actuel dirigeant de la marque tropézienne. Second invité du Club : Lionel Minassian, vice-président de The Camp à Aix-en-Provence, le campus nouvelle génération pensé pour que les entreprises mais aussi les startups, les étudiants et experts puissent travailler ensemble sur la technologie et la « ville de demain ».

JPEG - 1.6 Mo

Photo de gauche : Richard Findykian avec Lionel Minassian, vice-président de The Camp et Corinne Vezzoni, architecte de THE CAMP à Aix-en-Provence

Photo de droite : Kate Moss, cliente de Jacques Kéklikian, patron de K’Jacques à Saint-Tropez