Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Ohanian


ARMEE
Le ministre de la Défense nie avoir échappé à l’obligation de son service militaire

Le ministre de la Défense, Vigen Sargsian, a appelé hier les médias arméniens à cesser de le questionner lui et les services de défense, réitérant l’idée qu’il n’avait jamais éludé son service militaire.

La question a été soulevée lors des débats parlementaires de la semaine dernière sur un projet de loi du ministère de la Défense qui abolira la plupart des ajournements au service militaire dont pouvaient bénéficier les étudiants des universités publiques. Les députés de l’opposition qui ont voté contre le projet de loi ont avancé que les autorités doivent d’abord s’assurer que les hauts fonctionnaires du gouvernement et leurs proches ne sont plus en mesure d’éviter le service militaire de deux ans.

Certains de ces députés ainsi que des médias critiquant le gouvernement ont spécifiquement émis des doutes sur les archives officielles montrant que Sargsian a servi techniquement dans les forces armées en 2000-2003 alors qu’il était assistant du ministre de la Défense de l’époque, Serge Sarkissian.

La femme du prédécesseur de Sargsian, Seyran Ohanian, a ajouté à la polémique ce week-end en attaquant un “haut fonctionnaire“ - sans le nommer - qui a échappé au service militaire dans années 1990. Pour beaucoup, cette déclaration de Ruzanna Khachatrian fait référence à l’actuel ministre qui a remplacé son mari .

Un porte-parole du ministère arménien de la Défense a réagi lundi en avertissant implicitement qu’il pourrait attaquer Khachatrian pour diffamation et “fausse dénonciation“.

Khachatrian a réitéré ses attaques plus tard dans la journée de lundi. Dans un autre post sur Facebook, elle a affirmé qu’avec son physique ventru, le fonctionnaire en question ressemble à une « femme enceinte de sept ou huit mois » et « ses lèvres sont comme les lèvres de Kim Kardashian ».

Sargsian n’a pas réagi hier à ces déclarations. “Je ne sais pas de qui elle parle“, at-il seulement répondu aux journalistes. “Je suppose que tu devrais lui demander.“

“Pourquoi ne clôturez-vous pas ce sujet ?“, a poursuivit le ministre de 42 ans. “Je répète que j’ai servi dans les forces armées d’une manière définie par la loi et j’en suis très fier. Je ne blâme pas ceux qui ne se rendent pas compte qu’il existe différents types de service militaire et que la législation proposée ouvre de telles opportunités pour de nombreux jeunes. “

“Je pense que notre discours doit changer et vous devriez jouer un rôle dans le changement“, a-t-il conclu.

posté le 1er novembre 2017 par Claire/armenews


POLITIQUE
Hovannisian insiste auprès de l’opposition pour obtenir un changement de gouvernance

Le leader de l’opposition, Raffi Hovannisian, a une nouvelle fois demandé aux autres forces d’opposition arméniennes d’empêcher conjointement le président Serge Sarkissian de prolonger son mandat l’année prochaine.

« [Sarkissian] doit démissionner, il ne doit pas être le prochain Premier Ministre arménien, ni le chef du parti [au pouvoir] », a déclaré le chef du parti Héritage.

« S’il tente [de devenir Premier ministre], le parti Héritage et moi-même feront bloc avec ceux qui veulent tout faire pour empêcher la “Sergeocratie“ », a-t-il annoncé lors d’une conférence de presse.

Sarkissian terminera son deuxième et dernier mandat présidentiel en avril 2018. L’Arménie passera alors à un système de gouvernence parlementaire. Il n’a pas publiquement exclu la possibilité de devenir premier ministre et ainsi rester l’homme le plus puissant du pays.

Les dirigeants du parti d’opposition l’Alliance Yelk, qui a terminé troisième lors des récentes élections législatives, ont prévenu ce mois-ci qu’ils pourraient organiser des manifestations anti-gouvernementales si Sarkissian choisit de s’accrocher au pouvoir. Mais ils ont été réticents face à l’idée d’unir leurs forces avec Hovannisian et son parti.

Le parti Héritage s’est présenté aux élections du 2 avril avec une alliance entre l’ancien ministre de la Défense, Seyran Ohanian, et un autre parti d’opposition dirigé par l’ancien ministre des Affaires étrangères Vartan Oskanian. L’alliance ORO n’a pas réussi à obtenir de sièges au Parlement avec un score de seulement 2% - selon les résultats officiels, rejetés par l’alliance pour fraudes. En revanche, Yelk est représenté par neuf députés, sur 105 au total à l’Assemblée Nationale.

Hovannisian a déclaré à la fin de la semaine dernière que la décision éventuelle de Sarkissian de devenir Premier Ministre devrait déclencher une « révolution de velours » contre le gouvernement en Arménie. Il a ajouté que le parti Héritage est prêt à unir ses forces avec d’autres groupes d’opposition pour diriger un tel mouvement de protestation.

posté le 3 juillet 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Le parti républicain met en garde Seyran Ohanian

Le parti républicain de l’Arménie (HHK) a mis en garde hier l’ancien ministre de la Défense, Seyran Ohanian, et ses alliés de l’opposition contre toute tentative de renversement violent du gouvernement.

Ohanian a déclaré mardi que son alliance ORO et d’autres groupes d’opposition doivent être préparés à « des développements en dehors du Parlement qui pourraient conduire à une situation de force majeure ». Il semblait faire allusion à la possibilité de futures manifestations anti-gouvernementales à Erevan.

En ce qui concerne ces remarques, Vahram Baghdasarian, leader parlementaire du HHK, a rétorqué : « Nous sommes prêts à coopérer avec une opposition saine, parlementaire ou extraparlementaire, si elle propose des solutions pour le développement de l’État. Mais si elle a des objectifs différents, pour réaliser quelque chose à travers une rébellion ou une révolution, alors rien n’est possible“.

“Aucun Etat, en particulier celui confronté à une telle situation politique extérieure, permettra des bouleversements politiques internes“, a confié Baghdasarian.

“Franchement, si je n’avais aucun respect pour cette personne, je ne ferais pas de commentaire [sur ses déclarations]“, a-t-il ajouté. “Mais nous avons travaillé ensemble et poursuivi les mêmes objectifs pendant de nombreuses années. Par conséquent, je vais simplement dire : attendons les développements politiques. “

Selon la Commission centrale des élections (CEC), le bloc de l’ORO co-dirigé par Ohanian, Vartan Oskanian et Raffi Hovannisian a obtenu seulement 2 % des voix et n’a par conséquent pas réussi à obtenir des sièges dans le nouveau Parlement de l’Arménie. Le bloc a rejeté les résultats des votes officiels comme étant frauduleux. Ohanian a insisté mardi sur le fait que, selon lui, les élections ont été truquées.

Baghdasarian a rejeté cette affirmation comme étant une excuse pour justifier le mauvais score électoral d’ORO. Il a déclaré que le fait qu’ORO er d’autres groupes d’opposition s’abstiennent de mettre en place des manifestations post-électorales signifie que “tout le monde est d’accord avec les résultats des élections“.

Les États-Unis et l’Union européenne ont donné des évaluations largement positives de la conduite des sondages législatifs, tout en se déclarant préoccupés par « des informations crédibles sur l’achat de vote et la pression sur les fonctionnaires et les employés des entreprises privées » rapportées par les observateurs occidentaux. Le chef de la politique étrangère de l’UE, Federica Mogherini, a déclaré par un porte-parole le 4 avril que les résultats officiels du vote “reflètent la volonté globale du peuple arménien“.

posté le 8 juin 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Ohanian continue à militer pour le changement de régime

L’ancien ministre de la Défense Seyran Ohanian a clairement indiqué hier qu’il ne quitterait pas la politique en dépit du mauvais score de son alliance d’opposition lors des récentes élections législatives de l’Arménie.

“Les faux rapports médiatiques affirmant que j’ai quitté l’Arménie, et que j’ai trouvé un travail à l’étranger [en Russie] sont faux et inacceptables“, a déclaré Ohanian. “J’ai servi ma patrie pendant 38 ans, j’ai passé toute ma vie ici, et je continuerai à la servir“.

“Tout le monde est en politique aujourd’hui“, a ajouté Ohanian. “Aujourd’hui, aucune force capable et intelligente ne pensant à l’avenir, à la sécurité et au développement de l’Arménie ne peut rester loin des processus qui se déroulent en Arménie et autour de l’Arménie“.

Général de l’armée à la retraite, Ohanian a été licencié en octobre de l’année dernière après avoir travaillé comme ministre de la Défense dans l’administration du président Serge Sarkissian pendant plus de huit ans. Il a commencé à critiquer le gouvernement arménien peu de temps après. En janvier, il s’est associé avec des partis d’opposition dirigés par les anciens ministres des Affaires étrangères, Vartan Oskanian et Raffi Hovannisian, pour se présenter aux élections législatives du 2 avril.

Selon la Commission centrale des élections (CEC), leur alliance ORO a obtenu seulement 2 % des voix, loin du seuil des 7 % nécessaire pour avoir des sièges au Parlement de l’Arménie. Le bloc a rejeté les résultats officiels des votes comme étant frauduleux mais s’est abstenu de mettre en place des manifestations de rue post-électorales. Ses leaders ont peu parlé depuis.

Ohanian a insisté sur le fait que la nouvelle Assemblée nationale contrôlée par le Parti républicain de Sarkissian (HHK) “ne reflétait pas la volonté du peuple“. Selon lui, les groupes d’opposition qui ne sont pas représentés dans la législature doivent donc s’efforcer de « faire entendre la voix de nos gens » aux autorités.

“À cet égard, je n’exclus pas les développements en dehors du Parlement qui pourraient conduire à une situation de force majeure“, a déclaré M. Ohanian, faisant allusion à la possibilité de futures manifestations anti-gouvernementales. “Je crois que les gens doivent faire entendre leur voix aux autorités“, a-t-il précisé.

posté le 7 juin 2017 par Claire/armenews


POLITIQUE
L’Alliance Ohanian-Raffi-Oskanian promet de continuer la lutte

L’ancien ministre de la Défense, Seyran Ohanian et ses alliés de l’opposition ont rassemblé mardi plusieurs milliers de partisans à Erevan, appelant de nouveau les Arméniens à utiliser les prochaines élections générales pour changer leur gouvernement.

Les dirigeants de l’Alliance Ohanian-Raffi-Oskanian (ORO) ont également renouvelé leurs revendications pour la libération de Samvel Babayan, un général de l’armée à la retraite allié à eux qui a été arrêté la semaine dernière pour des accusations de possession d’armes illégales. De nombreux manifestants rassemblés place de la Liberté d’Erevan portaient des photos de Babayan.

« Mes coéquipiers et moi sommes résolus, » a annoncé Ohanian à la foule avant de traverser le centre-ville. « Je crois que nous avons un puissant poing pour donner le pouvoir au peuple, le vrai maître. »

Un autre dirigeant de l’ORO, l’ancien ministre des Affaires étrangères, Vartan Oskanian, a attaqué la politique étrangère du président Serge Sarkissian, affirmant que l’Arménie n’est plus considérée comme un État souverain par les puissances mondiales. Oskanian a également accusé l’administration sarkissienne d’être prête à faire des concessions disproportionnées à l’Azerbaïdjan dans le conflit du Haut-Karabagh.

« Si la paix n’est pas juste, elle ne peut jamais être réelle », a déclaré Oskanian dans son discours. Il a affirmé que les autorités avaient arrêté Babayan, ancien commandant militaire du Karabagh, afin de pouvoir poursuivre leurs « négociations traîtres » avec Bakou.

L’avocat de Babayan a déclaré lundi que son client ne se considère pas comme un prisonnier politique en dépit des accusations portées contre lui.

Les dirigeants de l’ORO ont refusé de préciser ce qu’ils feront s’ils concluent que les élections de dimanche ont été truquées en faveur du parti républicain au pouvoir de l’Arménie (HHK).

« Nous nous tiendrons avec les gens. Nous ferons que les gens nous disent, » a annoncé Ohanian en restant flou. Il a déclaré que les éventuelles actions post-électorales de l’ORO seraient « légales » et « pacifiques », mais n’a pas élaboré.

Ohanian a commencé à critiquer le gouvernement arménien peu de temps après qu’il a été démis du poste de ministre de la Défense en octobre. Il a occupé le ministère pendant plus de huit ans.

posté le 29 mars 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
Le bloc d’Ohanian prédit la défaite du parti républicain

L’alliance menée par l’ancien ministre de la Défense, Seyran Ohanian, a affirmé vendredi que le Parti républicain (HHK) du président Serge Sarkissian perdrait son pouvoir à la suite des prochaines élections législatives.

Il a également déclaré que les principales forces d’opposition arméniennes devraient déjà officiellement s’engager à former un « gouvernement d’accord national ». La proposition a fait face au scepticisme d’autres candidats majeurs de l’opposition aux élections prévues pour le 2 avril.

Dans un communiqué, le bloc ORO coprésidé par Ohanian et les anciens ministres des Affaires étrangères, Vartan Oskanian et Raffi Hovannisian, a assuré que “deux semaines restent avant la fin de la domination du HHK“. Les Arméniens sont fatigués de la “corruption systémique“ et des violences préélectorales. Ils veulent “des réformes radicales“, selon lui.

Le communiqué ajoute que ORO est prêt à signer une déclaration conjointe avec d’autres concurrents de l’opposition sur un accord post-électoral de partage du pouvoir qui exclura le HHK.

Armen Martirosian, haut responsable de ORO, a expliqué qu’un tel accord engagerait les signataires à ne pas conclure de coalitions post-électorales avec le parti au pouvoir. “S’ils ne signent pas, ils montreront qu’ils n’excluent pas une coalition avec le HHK“, a t-il expliqué.

Naira Zohrabian, haut représentant d’un autre bloc dirigé par l’homme d’affaires Gagik Tsaroukian, a exprimé le scepticisme au sujet de la proposition, mettant en avant le fait qu’il n’est pas encore clair de savoir quels groupes d’opposition gagneront des sièges au prochain Parlement.

Zohrabian a également rappelé : “Le Bloc de Tsaroukian exclut catégoriquement la coopération post-électorale avec le Parti républicain, dans n’importe quel forme que ce soit. Gagik Tsaroukian l’a clairement expliqué“.

Levon Zurabian (alliance Congrès-HZhK) a également décrit l’idée d’ORO comme étant prématurée. “Je pense qu’il est inutile de parler à l’avance de ce qu’il se fera ou ne se fera pas avec d’autres forces, d’autant plus que nous ne savons pas encore exactement quel est le poids électoral de chaque force politique“, a t-il commenté.

Zurabian a indiqué que les élections montreraient que les groupes nominalement opposés sont véritablement opposés au président Sarkissian. Il a révélé que le Congrès-HZhK soupçonne que certains de ces groupes sont autorisés par les autorités à distribuer des pots-de-vin lors de la campagne électorale.

Aram Sarkisian, un dirigeant du bloc d’opposition Yelk, n’a pas non plus été intéressé par l’idée d’une déclaration de l’opposition. “Je pense que le Bloc de Tsaroukian formerait certainement une coalition avec le HHK, plutôt que d’autres forces, dans certaines circonstances“, a-t-il déclaré. « Il en va de même pour Dashnaktsutyun et le Renaissance arménienne ».

posté le 20 mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Trois membres du groupe d’opposition dirigé par Ohanian violemment agressés

L’alliance de l’opposition dirigée par l’ancien ministre de la Défense, Seyran Ohanian, a accusé les autorités arméniennes de répandre une “atmosphère de peur“ avant les élections législatives du mois prochain, après que trois de ses soutiens aient été violemment agressés hier.

Trois habitants de Jrarat, un village situé à 20 kilomètres au sud-ouest d’Erevan, ont été emmenés dans un hôpital de la capitale arménienne après avoir été attaqués par un grand groupe d’habitants. L’un d’eux, Hakob Melkonian, âgé de 27 ans, a été visé par un tir de fusil d’assaut et blessé à la jambe, tandis que son oncle Melik Melkonian a été poignardé dans le dos.

Le bloc d’opposition dirigé par Ohanian a déclaré que les deux hommes avaient été “pris dans une embuscade“ par des dizaines de loyalistes du gouvernement alors qu’ils se précipitaient pour aider le fils de Melik, Ara, 17 ans, qui avait été battu devant l’école du village. L’adolescent a le bras cassé.

Les autorités policières ont déclaré plus tard dans la journée qu’ils ont arrêté un homme dans le cadre de ces attaques violentes. Le Comité d’enquête arménien a révélé qu’il avait lancé une enquête criminelle et qu’il avait déjà obtenu des “données factuelles concernant les motifs du différend“.

Cet acte violent a eu lieu deux jours après un autre incident à Jrarat qui a suivi un rassemblement de campagne d’Ohanian et d’autres chefs de son bloc. Plusieurs partisans locaux de l’alliance ont affronté d’autres hommes qui les auraient insultés. Un de ces hommes, Lernik Yeranosian, a tiré des coups de feu pendant l’affrontement.

Yeranosian est un officier de police dont le frère Levon est le chef adjoint très controversé du service de police national. Le maire pro-gouvernemental de Jrarat, Samvel Galstian, est leur cousin. Les représentants du bloc d’Ohanian ont accusé Galstian d’avoir orchestré les deux incidents pour intimider les villageois sympathiques à l’opposition.

Dans un communiqué, la direction du bloc d’opposition a condamné le dernier incident dans le village, disant qu’il était lourd de “conséquences politiques imprévisibles.“ Il a prétendu que le parti républicain essaye de “garder des citoyens arméniens dans une atmosphère de peur“ et les dissuadent donc de voter pour les forces de l’opposition lors des élections du 2 avril.

La déclaration a également allégué que les policiers ont été témoins des dernières attaques dans Jrarat mais “n’ont rien fait“ pour les arrêter.

“Il s’agit d’un banditisme préélectoral, une tentative de répandre la terreur“, a déclaré Stepan Markarian, membre du bloc d’opposition, à l’hôpital d’Erebuni, où les trois victimes devaient subir des interventions chirurgicales.

Armen Ashotian, vice-président du HHK, a rejeté ces allégations. “Le Parti républicain n’a pas besoin de conduire sa campagne électorale et de participer aux élections en violant la loi“, s’est-il défendu. “Je pense que l’enquête permettra d’établir les causes de l’incident et il n’est absolument pas nécessaire de faire des évaluations politiques de cet incident maintenant.“

Ashotian a continué à accuser le bloc d’Ohanian d’exploiter les tensions dans Jrarat pour augmenter ses chances électorales.

posté le 15 mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Seyran Ohanian appelle à des réformes radicales

L’Arménie a besoin des réformes radicales qui ont été mises en place dans la Géorgie voisine sous l’ancien président Mikheil Saakashvili, a déclaré l’ancien ministre de la Défense Seyran Ohanian lors d’un rassemblement de campagne organisé par son alliance d’opposition vendredi.

“Je veux nous comparer à la Géorgie“, a expliqué Ohanian à des centaines de partisans dans la ville centrale arménienne de Hrazdan. “C’était un pays extrêmement corrompu avec un gouvernement faible et sans plan de développement économique. Saakachvili a mis en œuvre des réformes drastiques et difficiles, ce qui a produit de bons résultats. La corruption a été pratiquement éradiquée et le système de gouvernance de l’État a commencé à être guidé par des normes avancées.“

“L’Arménie a également besoin de réformes drastiques et difficiles“, a déclaré Ohanian, ajoutant qu’il était prêt à les « diriger ».

Un général d’armée à la retraite, Ohanian, a été renvoyé en octobre après avoir été ministre de la Défense dans l’administration du président Serge Sarkissian pendant plus de huit ans. Il a commencé à critiquer le gouvernement arménien peu de temps après. Il a fait équipe avec les partis d’opposition dirigés par les anciens ministres des Affaires étrangères Vartan Oskanian et Raffi Hovannisian en janvier pour participer aux élections législatives du 2 avril.

Ohanian a dit que les réformes géorgiennes ont été également suivies par la conduite en 2012 d’élections démocratiques dans lesquelles le parti de Saakashvili a été défait par un bloc d’opposition. Il a souligné que Saakashvili n’a pas tenté de les manipuler.

L’Arménie n’a subi aucun changement de régime à la suite d’élections depuis 1990. Pratiquement toutes les élections présidentielles et parlementaires organisées dans le pays ont été entachées de graves allégations de fraude.

posté le 13 mars 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
Seyran Ohanian s’en prend au parti républicain

L’ancien ministre de la Défense Seyran Ohanian a indiqué hier que son alliance avec les dirigeants de l’opposition, Vartan Oskanian et Raffi Hovannisian, ne tentera pas de conclure des accords de partage du pouvoir avec le parti républicain (HHK) après les élections législatives qui ont lieu le mois prochain.

Ohanian, Oskanian et d’autres membres influents de l’alliance ont critiqué le parti républicain alors qu’ils faisaient campagne dans la province du Nord Tavoush.

“Nous allons nous battre contre le parti républicain au pouvoir“, a déclaré Ohanian au service arménien de la RFE / RL (Azatutyun.am) après des rassemblements organisés dans les villes régionales d’Ijevan et de Dilijan.

Le général de l’armée à la retraite, qui a été ministre de la Défense du président Serge Sarkissian pendant plus de huit ans, a déclaré qu’il avait « beaucoup de respect » pour tous les autres candidats aux élections, à l’exception de ceux qui le sont pour le HHK.

À cet égard, Ohanian a déclaré que son alliance était prête à coopérer avec un autre bloc dirigé par l’homme d’affaires Gagik Tsaroukian après le vote du 2 avril. “Nous avons communiqué, discuté et évalué la situation“, a t-il précisé. “Nous sommes amis et, au moment opportun, nous serons prêts à discuter de toute situation ou décision de resserrer les rangs, de créer un axe pour la victoire“, a t-il dit.

Tsarukian lui-même n’a pas encore commenté la possibilité de conclure d’éventuelles coalitions post-électorales avec le HHK ou les forces de l’opposition. Il a également évité de critiquer publiquement les autorités arméniennes à ce jour.

posté le 8 mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200