Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Armée


ARMEE ARMENIENNE
Un haut-responsable des forces armées arméniennes aide un soldat à faire ses lacets...

Quelle est la force morale de l’Armée arménienne ? Cette photo issue du site facebook d’Ardzroun Hovhannissian le porte-parole de l’Armée arménienne résume à elle seule cette force. Elle montre le général Movses Hagopian le chef des forces armées arméniennes et ex-ministre de la Défense de l’Artsakh aider un soldat arménien à faire les lacets de sa chaussure. Un général venant en aide à un jeune appelé, la photo est très évocatrice de l’état d’esprit et de la force de l’Armée arménienne.

Krikor Amirzayan

posté le 8 janvier 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Armée  Arménie  Image 450  Karabagh 


ARTSAKH
L’Azerbaïdjan a violé le régime de cessez-le-feu 200 fois la semaine dernière

La situation sur la ligne de contact entre les forces armées du Karabagh et de l’Azerbaïdjan est restée relativement stable du 31 décembre au 6 janvier.

La situation le long de la ligne de contact n’a pas changé considérablement, a déclaré l’Armée de Défense de l’Artsakh.

Pendant la période mentionnée, les forces azerbaïdjanaises ont violé le régime du cessez-le-feu environ 200 fois en tirant plus de 2 000 fois vers les positions du Karabagh.

Les forces de l’armée de défense continuent à remplir leur tâche militaire et à contrôler la situation.

posté le 8 janvier 2018 par Claire/armenews


ARMENIE-DEFENSE
Le président arménien s’est rendu sur une position de défense frontalière dans la région de Tavouche au nord-est de l’Arménie

Le président arménien Serge Sarkissian, chef de l’Etat-major de l’armée arménienne a s’est rendu quelques heures avant le réveillon du Nouvel An sur un point de défense frontalier ainsi qu’au village frontalier de Parakavar dans la région de Tavouche au nord-est de l’Arménie. Il était accompagné du Catholicos Karékine II et du ministre de la Défense Vicken Sarkissian. Comme chaque année, il s’est entretenu avec les soldats, déjeuné avec eux et offert des prix et des cadeaux aux officiers qui s’étaient distingués dans l’exercice de leur fonction. Serge Sarkissian a levé le verre à la santé de tous les soldats de l’Armée arménienne qui défendent vaillamment les frontières de l’Arménie et de l’Artsakh.

JPEG - 78.2 ko

Il a par ailleurs rencontré les habitants du village frontalier de Parakavar pour les écouter et répondre à leurs interrogations. Toujours à Parakavar il a déposé une gerbe et allumé une bougie en compagnie du Catholicos Karékine II, devant le khatchkar dressé à la mémoire des combattants arméniens tombés lors de la libération de l’Artsakh et de la défense de l’Arménie. Le président arménien a également rencontré des habitants des villages frontaliers de Varakavan, Nerkin Dzargavan, Tchinitch ainsi que des villes d’Idjévan et de Berd.

Krikor Amirzayan

JPEG - 37.6 ko
JPEG - 48.9 ko
JPEG - 66.4 ko
JPEG - 74.2 ko
JPEG - 67.4 ko
posté le 1er janvier 2018 par Krikor Amirzayan/armenews


DEFENSE
Un sondage révèle un fort soutien à l’armée arménienne

Le ministre de la Défense Viguen Sargsian inspecte les troupes déployées le long de la frontière avec l’Azerbaïdjan.

L’armée arménienne reste l’institution la plus digne de confiance en Arménie, selon un sondage d’opinion mené récemment. La branche arménienne du Centre de recherche sur les ressources du Caucase (CRRC), financé par les Etats-Unis, a interviewé plus de 1 600 ménages choisis au hasard dans tout le pays, en novembre, dans le cadre du sondage annuel du Baromètre du Caucase du CRRC.

L’enquête a mesuré l’opinion publique en Arménie et en Géorgie sur un large éventail de problèmes auxquels sont confrontés les deux pays voisins.

Selon ses conclusions publiées la semaine dernière, 51% des Arméniens « font totalement confiance » et 26% « font plutôt confiance » à leurs forces armées. Les sondages antérieurs du CRRC ont révélé un soutien populaire similaire à l’armée arménienne, un sentiment qui semble refléter le conflit non résolu du Haut-Karabakh.

Le dernier sondage de la CRRC montre que l’Église apostolique arménienne et d’autres organisations religieuses actives dans le pays étaient la deuxième institution la plus digne de confiance, avec un score de 74%. Le sondage a révélé des degrés beaucoup moins élevés de confiance du public à l’égard des pouvoirs exécutif et législatif du gouvernement. En particulier, seuls 18% des sondés ont déclaré avoir confiance dans le président Serge Sarkissian, selon le CRRC.

La confiance du public dans le Parlement arménien s’est avérée encore plus faible. Des deux tiers des sondés ont déclaré qu’ils approuvaient, d’une manière ou d’une autre, l’adhésion de l’Arménie à l’Union économique eurasienne dirigée par la Russie.

En conséquence, 64% ont décrit la Russie comme le partenaire étranger le plus « amical » de l’Arménie. Dans le même temps, 55% des sondés ont exprimé des degrés variables de soutien en faveur de l’adhésion potentielle de l’Arménie à l’Union européenne.

posté le 1er janvier 2018 par Claire/armenews


SECURITE NATIONALE
Mise en garde de Serge Sarkissian contre les révoltes armées

Le président Sarkissian remet une médaille à un officier du Service de la sécurité nationale à Erevan, le 22 décembre 2017.

Le président Sarkissian a mis en garde vendredi contre les tentatives de déposition de force de son gouvernement et a demandé à l’agence de sécurité la plus puissante d’Arménie d’intensifier sa « lutte contre le terrorisme ».

« En Arménie, aucun problème ne sera résolu par la violence et les armes », a déclaré M. Sarkissian dans un discours prononcé au National Security Service (NSS). « Je veux mettre en garde ceux qui essaieront d’atteindre leurs intérêts personnels ou paroissiaux avec des méthodes illégales, a-t-il dit. Nos forces de l’ordre sont prêtes à contrer ... toute manifestation compromettant l’ordre constitutionnel. »

Le président arménien a attiré l’attention sur la réponse du NSS et des autres forces de l’ordre à la saisie, en juillet 2016, d’un commissariat de police à Erevan par des membres armés et des sympathisants d’un groupe d’opposition radicale. Les hommes armés avaient exigé la libération du leader emprisonné du mouvement du Parlement fondateur, Jiraïr Sefilian, et la démission du président. Ils s’étaient rendus aux forces de sécurité après une impasse de deux semaines qui avait fait trois morts parmi les policiers. Serge Sarkissian avait déclaré le lendemain de leur reddition que toute autre tentative d’effectuer un changement politique en Arménie par des moyens violents échouerait également. « Erevan n’est ni Beyrouth ni Alep. Que personne n’essaie d’importer des solutions de l’époque de la Guerre froide du Moyen-Orient à l’Arménie », avait-t-il déclaré dans une référence claire au passé libanais de Sefilian.

S’adressant aux officiers supérieurs du NSS vendredi, Serge Sarkissian a déclaré que l’Arménie pourrait désormais être exposée à un plus grand risque d’attaques terroristes en raison de sa géographie, d’un « environnement extérieur spécial » ou même d’un nombre croissant de touristes étrangers visitant le pays. « Vous devez donc être vigilant », a-t-il dit. « Je pense que vos actions antiterroristes doivent être intensifiées. »

Dans ce contexte, le président a mentionné la réunion de son Conseil national de sécurité la semaine dernière, centrée sur « la lutte contre le terrorisme ». Le Conseil a approuvé un nouveau plan d’action visant à prévenir cette violence compte tenu du « degré élevé de menaces terroristes dans la région » et la nature changeante du terrorisme contemporain. Le bureau du président n’a donné aucun détail sur ce plan.

La réunion du conseil a eu lieu le lendemain de l’annonce par le NSS que les autorités répressives d’Erevan avaient délivré un mandat d’arrêt contre un citoyen américain d’origine arménienne accusé d’avoir appelé et motivé des violences politiques en Arménie.

Une déclaration du NSS a indiqué que le suspect, identifié comme R.K, a ouvert récemment un faux compte Facebook pour promouvoir un groupe radical faisant campagne pour un renversement violent du gouvernement arménien.

Il a affirmé que le groupe appelé « Combattant pour la Justice » (MHA) a également cherché à recruter des Arméniens mécontents, prêts à mener de violentes attaques contre le gouvernement et les forces de l’ordre. Le quotidien “Haygagan Jamanak“ a révélé par la suite que le suspect arrêté est Robert Koorkian, un résident de Californie. Se référant à l’article, Koorkian n’a pas nié avoir ouvert ce compte sur les réseaux sociaux, mais a insisté sur le fait qu’il n’a jamais projeté d’actes de violence.

Sur la page Facebook du 6 décembre, il était écrit que la MHA s’est embarquée dans « la deuxième phase de la lutte armée » lancée par les hommes armés emprisonnés actuellement en procès. L’ambassade des États-Unis à Erevan a déclaré le 15 décembre qu’elle coopérait avec les autorités arméniennes dans leur enquête mais n’en a pas précisé les modalités.

posté le 25 décembre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



SECURITE
L’armée arménienne poursuivra ses missions au Kosovo et en Afghanistan

L’Arménie continuera de fournir des troupes aux missions dirigées par l’OTAN en Afghanistan et au Kosovo et renforcera sa coopération plus large avec l’OTAN, ont annoncé hier de hauts responsables à Erevan.

Selon Levon Ayvazaian, chef du département de la politique de défense du ministère arménien de la Défense, 121 soldats arméniens sont actuellement déployés en Afghanistan et 35 autres au Kosovo.

“Notre participation s’est poursuivie à la même échelle cette année et nous avons pris la décision politique de la poursuivre dans les années à venir“, a annoncé M. Ayvazian.

Les soldats qui y sont en poste font partie de la brigade spéciale de maintien de la paix de l’armée arménienne qui a reçu une aide considérable de la part des États-Unis et d’autres États membres de l’OTAN. Les États-Unis ont notamment aidé à rénover le centre de formation de la brigade près d’Erevan. Des hauts responsables militaires arméniens et américains ont inauguré les installations le 31 octobre.

Les déploiements arméniens au Kosovo et en Afghanistan ont mis en évidence les liens croissants de l’Arménie avec l’OTAN, issus d’un plan d’action individuel de partenariat lancé à l’origine en 2006 et régulièrement mis à jour depuis lors.

Armen Yedigarian, un haut responsable du ministère arménien des Affaires étrangères, a déclaré que la cinquième version la plus récentedu plan d’actions a été approuvée par l’OTAN en avril. Le document énumère les activités conjointes prévues pour 2017-2019.

Yedigarian et Ayvazian ont rencontré la presse lors du lancement officiel d’une « Semaine de l’OTAN » en Arménie. Rosaria Puglisi, chef adjoint d’un bureau de liaison de l’OTAN dans le Caucase du Sud, a également pris la parole lors de cet événement. Elle a annoncé que la secrétaire générale adjointe de l’OTAN, Rose Gottemoeller, arrivera lundi à Erevan pour des entretiens avec le président Serge Sarkissian et d’autres dirigeants arméniens.

Selon Ayvazian, « la coopération militaro-technique » est également à l’ordre du jour des négociations entre l’Arménie et l’OTAN et ses États membres. “Il ne se limite pas à l’achat d’armes et de munitions“, a-t-il expliqué. “Il y a également de nombreux autres éléments tels que la coopération sur la technologie, les solutions conjointes, les entreprises, etc.“

Le responsable de la défense a cité l’exemple d’une coentreprise arméno-polonaise créée en 2013 pour fabriquer des équipements de protection tels que des casques de l’armée, des gilets pare-balles, et des tentes gonflables pour l’armée arménienne.

“Nous avons également une expérience assez longue dans la mise en place et l’exploitation de coentreprises avec la Grèce“, a ajouté Ayvazian. “Nous menons des négociations dans ce sens avec différents Etats et je pense que nous aurons de meilleurs résultats, plus visibles, au fil du temps“.

posté le 14 décembre 2017 par Claire/armenews


ARMEE ARMENIENNE-EGLISE ARMENIENNE
L’Eglise arménienne ne peut être dissociée de l’Etat et de l’Armée selon Vicken Sarkissian le ministre arménien de la Défense

L’Eglise arménienne ne peut être séparé ni de l’Etat ni de l’Armée a déclaré vendredi 8 décembre le ministre arménien de la Défense Vicken Sarkissian lors d’une manifestation à l’Opéra national d’Erévan à l’occasion du 20e anniversaire de la création d’une section des prêtres aumôniers de l’Eglise arménienne au sein de l’Armée arménienne.

JPEG - 24.9 ko

Etaient présents à la manifestation le Catholicos Karékine II ainsi que des hauts-gradés militaires et des ecclésiastiques. Le responsable des prêtres de l’Armée arménienne l’Archevêque Vrtanès Abrahamian a présenté l’histoire des aumôniers de l’Armée arménienne au cours des 20 années de son existence.

Le ministre de la Défense, Vicken Sarkissian a dans son discours rappelé qu’en l’absence de l’Etat arménien, durent de nombreux siècles l’Eglise arménienne a pris la charge du regroupement et de l’éducation de la nation. « L’Eglise ne peut être dissociée ni de l’Etat ni de l’armée. C’est écrit dans notre Constitution, les lois, et le plus important, dans le cœur de chaque Arménien. Nous sommes également ensemble sur le champ militaire des combats où nos religieux ont toujours guidé l’armée arménienne » dit le ministre arménien de la Défense.

C’est le 13 novembre 1997 à l’initiative du Catholicos Karékine Ier et du ministre de la Défense Vazken Sarkissian que fut créé au sein de l’Armée arménienne la représentation des prêtres de l’Eglise arménienne.

Krikor Amirzayan

posté le 10 décembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


ARMENIE
Un général a été contraint de quitter l’armée

L’un des généraux les plus influents de l’Arménie a été limogé hier après avoir été publiquement réprimandé par le ministre de la Défense Vigen Sargsian.

Le président Serge Sarkissian a démis le lieutenant-général Haykaz Baghmanian de ses fonctions de chef adjoint de l’état-major de l’armée arménienne.

S’adressant aux journalistes, M. Sargsian a déclaré que M. Baghmanian avait demandé à ne plus faire partie de l’armée “à ma demande“. Il a accusé ce dernier de ne pas avoir respecté des “accords de travail“ non spécifiés “incompatibles avec d’autres services conjoints“.

Baghmanian occupe ce poste depuis 2009. L’ancien officier de l’armée soviétique avait auparavant commandé deux corps d’armée arméniens.

Baghmanian a longtemps été sous les projecteurs des médias en raison de ses intérêts commerciaux et de son style de vie somptueux qui ont soulevé des questions au sujet de son intégrité. Il a également été parfois pointé du doigt suite à des controverses.

L’année dernière, par exemple, un entrepreneur de la ville de Martuni, dans l’est de l’Arménie, a allégué que Baghmanian avait acquis la propriété d’une de ses entreprises par des moyens frauduleux. Le général a nié l’allégation. L’entreprise en question, une station d’essence liquéfiée, est maintenant dirigée par son fils de 28 ans.

En 2010, la publication d’une enquête de Hetq.am a rapporté que Baghmanian a été repéré lors d’un service de requiem en l’honneur d’un criminel notoire décédé.

Hakob Badalian, un analyste politique basé à Erevan, a suggéré qu’en attaquant ouvertement et en forçant Baghmanian à démissionner, Sargsian a cherché à démontrer qu’il avait une autorité suffisante sur l’armée.

“C’est un signal pour les puissances étrangères, les civils arméniens et les hommes au pouvoir concernant l’influence politique de Vigen Sargsian sur les forces armées“, a commenté Badalian.

Sargsian, 42 ans, est largement considéré comme un protégé et un successeur potentiel du président Sarkissian. Il était le chef de l’équipe présidentielle avant d’être nommé ministre de la Défense il y a un peu plus d’un an.

Rencontrant de hauts responsables militaires fin octobre, Sarkissian s’est engagé à « moderniser » l’armée arménienne à travers un plan d’action de sept ans qui, selon lui, sera lancé moins de trois mois avant la fin de son mandat présidentiel en avril.

posté le 6 décembre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMEES ARMENIENNES
Le président arménien Serge Sarkissian en visite de travail en République de l’Artsakh

Le président arménien Serge Sarkissian chef des forces armées arméniennes se trouve en Artsakh pour une visite de travail dans le cadre de la coopération entre les deux républiques arméniennes (Arménie et Artsakh). Serge Sarkissian en compagnie de son homologue de l’Artsakh Bako Sahakian s’est rendu au commandement militaire (Etat-major) pour la traditionnelle analyse de fin d’année en compagnie des ministres de la Défense et des hauts gradés de l’Armée de la République d’ Arménie et de la République de l’Artsakh. La rencontre a porté sur le renforcement de la défense et le développement de l’armée.

Krikor Amirzayan

JPEG - 54.1 ko
JPEG - 114.7 ko
JPEG - 62.6 ko
JPEG - 55.1 ko
posté le 2 décembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Armée  Arménie  Image 450  Karabagh