Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Armée


ARMEE ARMENIENNE
Le président arménien Serge Sarkissian a rencontré l’Armée arménienne lors d’exercices au sud de l’Arménie et salué la combativité des soldats

Chaque jour vous devenez encore plus forts et plus combatifs, je remercie vos parents pour l’éducation qu’ils vous ont donné a dit le président arménien devant des soldats Arméniens samedi 25 mars sur un terrain de manœuvres au sud de l’Arménie. Il était accompagné de son homologue de l’Artsakh, Bako Sahakian et de nombreux officiers de l’Armée arménienne. « Notre peuple au cours de son histoire a toujours connu des situations d’insécurité et aujourd’hui, grâce à l’Armée arménienne, la sécurité de notre peuple est entre de bonne mais. Nous devons tout faire avec vous pour que personne ne tente de saboter cette sécurité » dit le président arménien dans son discours face aux militaires. Serge Sarkissian a salué cette Armée arménienne qui s’était renforcée au cours des 25 années de son existence et sa grande combativité. Il a également assuré que le gouvernement arménien tout entier était derrière l’armement de l’Armée arménienne et son perfectionnement afin de « défendre nos frontières ».

Krikor Amirzayan

JPEG - 70.9 ko
L’Armée arménienne en exercice
JPEG - 76.3 ko
L’Armée arménienne en exercice
JPEG - 40.5 ko
Le président arménien (au centre) suit les manoeuvres de l’Armée arménienne
JPEG - 62.1 ko
Le président arménien Serge Sarkissian a félicité l’Armée arménienne
JPEG - 53.1 ko
Le président de l’Artsakh (Karabagh) Bako Sahakian salue son homologue de l’Arménie Serge Sarkissian
posté le 26 mars 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Armée  Arménie  Image 450 


GUMRI
Sarkissian appelle à la mise en place d’un complexe militaro-industruel arméno-russe

Le président Serge Sarkissian a suggéré l’idée que les gouvernements russe et arménien mettent en place un “complexe militaro-industriel commun“ à Gumri, où se trouve déjà le siège d’une base militaire russe en Arménie.

Dans un article publié hier par le quotidien moscovite Izvestia, Sarkissian explique que cela aiderait à moderniser la base russe, servirait de “plate-forme“ pour les exportations russes d’armes vers les états voisins et créerait des emplois dans la deuxième plus grande ville d’Arménie qui fait face à un chômage très élevé.

Moscou et Erevan ont signé en 2013 un accord sur la fabrication et le partage d’armes et d’autres équipements militaires. Seyran Ohanian, alors ministre de la Défense, avait déclaré que cela permettrait à l’industrie arménienne de défense de travailler avec les fabricants russes d’armes “à des conditions privilégiées“.

Le président russe Vladimir Poutine a inspecté les troupes russes à Gumri lorsqu’il a visité l’Arménie plus tard en 2013. Sarkissian a souligné cela dans son article qui coïncide avec le début de sa visite officielle à Moscou. Il doit rencontrer Poutine aujourd’hui.

L’actuel ministre arménien de la Défense, Vigen Sargsian, a déclaré le mois dernier que la présence militaire russe reste un élément “très important“ de la stratégie de sécurité nationale de l’Arménie.

La base russe, dont le siège est à Gumri, devrait posséder jusqu’à 5 000 militaires ainsi que des centaines de chars, véhicules blindés et systèmes d’artillerie et plus d’une douzaine de chasseurs MiG-29. Moscou l’a renforcée avec des hélicoptères de combat et d’autres matériels militaires depuis que l’accord arméno-russe en 2010 a étendu ses droits de base en Arménie de 24 ans, donc jusqu’en 2044.

Il a souligné que les deux pays avaient convenu l’année dernière de renforcer un système conjoint de défense aérienne et la force militaire russo-arménienne, initialement créée en 2000. Le président Sarkissian a qualifié la Russie d’“alliée stratégique“ de son pays.

posté le 15 mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMEE ARMENIENNE
3 soldats Arméniens blessés dont un très grièvement par l’explosion d’une mine lors des travaux d’ingénierie à la frontière

Le ministère arménien de la Défense par la voix de son porte-parole Ardzroun Hovhannissian vient d’indiquer que le 28 février lors des travaux d’ingénierie à la frontière, trois soldats Arméniens avaient été blessé par l’explosion d’une mine. L’état du soldat Narek Grigoryan serait extrêmement grave selon le communiqué tandis que l’état des deux autres soldats, Berdj Gabrielyan et Edik Sahakian est jugé grave. Les trois militaires furent transportés à la Clinique centrale du ministère de la Défense.

Krikor Amirzayan

posté le 4 mars 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Armée  Arménie 


ARMENIE-AZERBAIDJAN
Des combats meurtriers au Haut-Karabagh

Les violations du cessez-le-feu autour du Haut-Karabagh se sont considérablement intensifiées samedi matin. L’armée arménienne aurait repoussé des attaques majeures de l’Azerbaïdjan à deux sections de la ligne de front.

Le ministère de la Défense de l’Azerbaïdjan a confirmé les combats meurtriers le long de la “ligne de contact“ du Karabagh, mais a affirmé que ce sont les Arméniens qui ont attaqué ses positions de première ligne.

L’armée de défense du Karabagh a indiqué que les forces azerbaïdjanaises utilisaient des machines de déminage et d’autres “moyens spéciaux“ lorsqu’elle a tenté de s’emparer de leurs positions, à l’est et au sud-est du Karabagh. Les Azerbaïdjanais ont été repoussés, avec des pertes importantes, a assuré l’armée arménienne dans une déclaration.

“Personne n’a été tué ou blessé du côté arménien“, a précisé l’armée arménienne.

Le ministère de la défense azerbaïdjanais a déclaré que les troupes arméniennes « ont tenté de pénétrer nos positions ». Il a signalé un « violent combat » dans une zone proche du sud-est du Karabagh où « l’ennemi tentait de prendre des positions ».

“À la suite de l’affrontement, nos forces armées ont subi des pertes“, a ajouté le ministère, selon l’agence APA. Il n’a donné aucun chiffre.

L’armée arménienne du Karabagh a rapidement refusé les revendications azerbaïdjanaises.

Le ministère de la Défense de l’Arménie a accusé Bakou de « tromper son propre peuple et la communauté internationale ». « Le leadership politique et militaire de l’Azerbaïdjan a intensifié la situation le long de la ligne de contact et propagé la désinformation pendant plusieurs jours », , peut-on lire sur sa page Facebook.

“La partie arménienne observe le régime de cessez-le-feu et appelle la partie azerbaïdjanaise à s’abstenir de toute mesure visant à dégrader davantage la situation“, a t-il ajouté.

Le ministre de la Défense d’Azerbaïdjan, Zakir Hasanov, et le chef d’état-major de l’armée, le général Nejmeddin Sadiqov, ont visité la ligne de démarcation autour du Karabagh deux jours seulement avant la dernière escalade. Selon les informations, les troupes azerbaïdjanaises de première ligne doivent prendre des mesures plus sévères et plus résolues en réponse à ce qu’ils appellent des « provocations » arméniennes de plus en plus nombreuses.

Les médiateurs américains, russes et français ont exhorté les parties au conflit à adhérer strictement aux accords de cessez-le-feu immédiatement après avoir accueilli une réunion entre les ministres des Affaires étrangères arménien et azerbaïdjanais à Munich le 16 février. Les trois coprésidents du Groupe de Minsk de l’OSCE ont averti que « la guerre n’est pas une option ».

Les médiateurs ont également renouvelé leur appel aux parties belligérantes pour mettre en œuvre des accords de confiance qui ont été conclus par les présidents arménien et azerbaïdjanais l’année dernière. Les accords prévoient des enquêtes internationales sur les violations de la trêve et le déploiement d’un plus grand nombre d’observateurs de l’OSCE dans la zone de conflit.

Ces violations se sont intensifiées régulièrement au cours des dernières semaines, après plusieurs mois de calme relatif qui ont suivi les hostilités de quatre jours autour du Karabagh en avril 2016. Les deux parties se sont accusées d’utiliser des mortiers et des grenades propulsées par fusée presque quotidiennement.

Le 18 février, le président arménien Serge Sarkissian a averti l’Azerbaïdjan contre le lancement d’opérations militaires de grande envergure à l’approche des élections parlementaires arméniennes prévues pour le 2 avril. « Aujourd’hui, certains en Azerbaïdjan ont encore l’illusion qu’une Arménie concentrée sur les élections sera très distrait et donc vulnérable ... Toute provocation [armée] recevra une réponse adéquate », a t-il prévenu.

posté le 27 février 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMEMENTS
L’Azerbaïdjan a acheté 20 fois plus d’armes que l’Arménie au cours des 5 dernières années

Au cours des 5 dernières années l’Azerbaïdjan a acquis 20 fois plus d’armements que l’Arménie. Bakou a acheté la majeure partie de ses armes auprès de la Russie indique un rapport publié à Stockholm par l’Institut des études de la Paix. Mais selon un analyste stratégique arménien Taron Hovhannissian publié par « Razminfo » ce rapport de l’Institut international (SIPRI) est incomplet et recense de nombreuses erreurs et nombre d’informations liées particulièrement aux forces en présence au Sud-Caucase leur sont inconnues. Toujours est-il que d’après le rapport émanant de Stockholm, l’Azerbaïdjan fait partie des cinq premiers clients de la Russie en matière d’achat d’armes, la part de Bakou représentant 4% du marché des ventes d’armes de Moscou. D’après le rapport, sur la période 2012-2016 l’Azerbaïdjan a augmenté de 75% le volume de ses achats d’armes par rapport à la période 2007-2011. Du côté de l’Arménie l’acquisition la plus spectaculaire fut celle des Iskander-M d’une portée de 280 km et surtout des missiles défiant tous les systèmes de défense anti-missiles. L’Arménie peut ainsi atteindre une cible sur tout point du territoire de l’Azerbaïdjan. De son côté Bakou dispose d’une panoplie plus larges d’armes avec des chars, des canons, des batteries de missiles et d’une aviation militaire plus nombreuse et variée.

Krikor Amirzayan

posté le 24 février 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


ARMEE ARMENIENNE
L’Arménie décidera d’utiliser les missiles Iskander-M lorsqu’elle jugera nécessaire déclare le ministre arménien de la Défense

L’Arménie décidera d’utiliser les systèmes de missiles Iskander-M lorsqu’elle le jugera nécessaire et cela en fonction de l’évolution de la situation vient de déclarer le ministre arménien de la Défense Viguen Sargsyan à l’agence russe d’information RIA Novosti.

JPEG - 1.6 Mo
Erévan, 25e anniversaire de l’Indépendance de la République d’Arménie le 21 septembre 2016. L’Arménie présente ses missiles Iskander-M. (photo Krikor Amirzayan)

Une menace à peine voilée destinée à l’Azerbaïdjan qui continue sa course à l’armement, mettant la région dans une situation de déstabilisation. « La particularité de ces armes est de causer des dommages irréparables à l’infrastructure des pays ciblés. En conséquence, la décision d’utiliser ces Iskander-M est étroitement liée à l’évolution de la situation » dit Viguen Sargsyan. Le ministre a assuré que les Iskander-M livrés par la Russie aux forces armées de l’Arménie sont totalement maîtrisées par les militaires Arméniens qui ont reçu une formation pour l’utilisation de ces missiles dont l’une des particularités est qu’elles sont de la dernière génération, capable de défier tous les systèmes anti-missiles. L’Arménie étant le seul pays étranger auquel la Russie a livré ces missiles performants. Quatre de ces systèmes Iskander-M livrés par Moscou aux forces armées arméniennes ont été montrés pour la première fois lors du défilé militaire marquant le 25e anniversaire de l’Indépendance de l’Arménie.

Photos Krikor Amirzayan à Erévan -l’arrivée des Iskander-M- lors du défilé militaire du 21 septembre 2016 pour le 25e anniversaire de l’Indépendance de la République d’Arménie

Krikor Amirzayan

posté le 23 février 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


ARMEE ARMENIENNE
Le courage du soldat arménien Sarkis Stepanian amputé des deux jambes et d’un bras lors d’une attaque azérie...qui est retourné au combat

L’officier Sarkis Stepanian, l’un des héros de l’armée arménienne au Haut-Karabagh fêté ses 34 ans. Grièvement blessé lors d’une attaque azérie l’été 2014 et amputé de ses jambes et d’un bras, Sarkis Stepanian après plusieurs longs mois d’hôpital et d’opérations, est revenu servir à l’armée.

« Défendre la patrie, la famille, est une sainte mission » confie Sarkis Stepanian à l’un de nos confrères d’Arménie « Hay Zinvor ». Il avait été blessé lors de l’explosion d’une mine lorsqu’il portait secours à l’un de ses camarades blessé dans la zone neutre de la frontière. Les Arméniens avaient repoussé une attaque Azérie. «  On m’a dit que lors de l’opération chirurgicale mon cœur s’est arrêté plusieurs fois durant une vingtaine de minutes. Lorsque les médecins luttaient pour sauver ma vie, moi je rêvais que je combattais seul contre les Azéris, je tirais sur eux avec de nombreuses armes, je glissais au sol, je courais et en même temps j’entendais mon cœur et une voix interne qui me disais sans cesse de ne pas me rendre à l’ennemi » dit Sarkis Stepanian. Le soldat arménien ne s’est pas rendu à l’ennemi bien évidemment. Durant de longs mois il a lutté pour marcher. Puis pour faire du sport. Après un an et demi de rééducation, en 2016 lors des championnats du monde du bras de fer, il prenait la 4e place sur les participants de 59 pays. Actuellement il se prépare aux championnats d’Europe.

Sarkis Stepanian personnifie à lui seul la volonté et la force de combat du soldat arménien. Décoré des médailles « Maréchal Baghramian » par l’Arménie et du « Courage » par l’Artsakh, Sarkis Stepanian est donc retourné à l’armée pour continuer à défendre sa patrie.

Krikor Amirzayan

posté le 22 février 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


ARMENIE-DEFENSE
Le ministre de la Défense Vicken Sarkissian visite le front dans la région de Kégharkounik et Tavouche au nord-est de l’Arménie

Le ministre arménien de la Défense, Vicken Sarkissian s’est rendue le 13 février en visite de travail sur une base de l’armée arménienne au front au nord-est de l’Arménie dans la région de Tavouche. Au passage il a également rendu visite à la région de Kégharkounik. Il s’est assuré que tous les travaux contribuant à la sécurité des habitants des villages frontaliers s’effectuent selon les plans. Le ministre de la Défense était accompagné de Levon Altounian le ministre de la Santé, du général Movses Hagopian ainsi que de haut-responsables de l’Armée. La visite débuta par l’hôpital militaire et l’hôpital civil la ville de Vardenis. Vicken Sarkissian s’est ensuite rendu à la frontière arméno-azérie et fit connaissance des travaux réalisés pour améliorer la capacité de défense. Il s’est entretenu avec des soldats. Le ministre de la Défense accompagné de la délégation sa continué sa visite avec le village frontalier de Vahan (région de Kégharkounik). Il s’est entretenu avec la population. Puis il se dirigea vers la ville frontalière de Berd (région de Tavouche) en visitant également l’hôpital militaire et l’hôpital civil. Au terme de cette tournée sur le front, Vicken Sarkissian en compagnie de Levon Altounian a donné une conférence de presse.

Krikor Amirzayan

JPEG - 25.4 ko
posté le 15 février 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


HAUT-KARABAGH
L’Azerbaïdjan viole à 35 reprises le cessez-le-feu la nuit dernière, les Arméniens répliquent. Ce matin Bakou annonce la mort d’un de ses soldats

La nuit dernière -du 11 au 12 février- sur la ligne de contact au Haut-Karabagh, l’Azerbaïdjan a violé à 35 reprises le régime du cessez-le-feu avec plus de 430 projectiles de diverses dimensions en direction des positions de l’armée arménienne. Le ministère de la Défense de la République du Haut-Karabagh indique que les Arméniens ont répondu à ces tirs azéris « en cas de nécessité ». Ce matin -fait assez rare- Bakou admettait qu’un soldat engagé, le sergent-chef Fouad Ghafarov avait été tué lors de ces tirs de la nuit dernière.

Krikor Amirzayan

posté le 12 février 2017 par Krikor Amirzayan/armenews