Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Armée


GUERRE
L’Arménie porte plainte pour crimes de guerre contre l’Azerbaïdjan

Des centaines d’Arméniens ont porté plainte à la Cour Européenne des Droits de l’Homme, accusant l’Azerbaïdjan d’avoir décapité des soldats arméniens et d’avoir commis d’autres atrocités lors des combats de l’an dernier autour du Haut-Karabagh.

Ara Ghazarian, un expert juridique arménien impliqué dans une action judiciaire sans précédent, a déclaré mardi que le tribunal de Strasbourg a déjà demandé des informations officielles à Bakou sur plus de 20 des 359 poursuites intentées en Arménie et au Karabagh.

« Nous nous attendons à une juste compensation », a déclaré Ghazarian lors d’une conférence de presse conjointe avec les Défenseurs des Droits de l’Homme d’Arménie et du Karabakh. « Cela pourrait être à la fois une reconnaissance des violations [de la Convention Européenne des Droits de l’Homme] et une indemnisation ultérieure pour les dommages matériels et moraux. Mais avant tout, nous devons veiller à ce que la Cour Européenne reconnaisse qu’il y a eu des violations ».

Les crimes de guerre évoqués par les plaignants auraient eu lieu lors des hostilités d’avril 2016 dans la région du Karabagh, qui ont provoqué la mort d’au moins 180 soldats des deux côtés du conflit. Les autorités de Stepanakert et d’Erevan affirment que trois soldats arméniens ont été décapités par les troupes azéries. Selon eux, le Major Hayk Toroyan, âgé de 31 ans, était encore vivant quand ses ravisseurs azéris ont commencé à lui couper la tête.

Le corps décapité d’un autre soldat, Kyaram Sloyan, a été remis à sa famille et enterré le 4 avril 2016, deux jours après que l’armée azérie ait lancé une offensive à deux points de la « ligne de contact » du Karabagh. La famille du soldat de 19 ans a reçu la tête coupée par la suite.

Selon les procureurs du Karabagh, 15 autres soldats arméniens ont eu les oreilles coupées après avoir été tués par les forces azéries.

Le gouvernement et l’armée azéris ont nié ces accusations. Ils ont affirmé que les Arméniens ont eux-mêmes mutilé les corps de soldats azéris tués dans la zone de conflit. Ces affrontements sont les plus violents qu’ai connu le Karabagh depuis 1994.

Une autre plainte arménienne déposée à Strasbourg concerne la mort violente de trois personnes âgées à Talish, un village du nord du Karabagh qui a été détruit par les bombardements azéris en avril 2016. Ils auraient été assassinés par des commandos azéris qui ont fait irruption dans leur maison située sur la périphérie de Talish.

posté le 26 juillet 2017 par Claire/armenews


ARMENIE-DEFENSE
Le président arménien a visité le front dans la région de Tavouch au nord-est de l’Arménie

Le président arménien Serge Sarkissian, chef des armées, s’est rendu le 13 juillet en visite d’inspection et de travail sur les bases arméniennes au front, dans la région de Tavouch au nord-est de l’Arménie. Serge Sarkissian s’est entretenu avec les soldats, et examiné les travaux de sécurisation de la frontière arméno-azérie. Il s’est également intéressé à la vie et les conditions des soldats dans leur base de défense. Le président arménien a récompensé par des cadeaux les soldats et officiers méritants qui avaient fait preuve d’actes de courage et de discipline au sein de l’armée. Serge Sarkissian les a félicité et affirmé que grâce à nos soldats, la population civile de l’Arménie pouvait vivre en toute sécurité. A Idjévan, Serge Sarkissian en présidence du ministre arménien de la Défense et de nombreux officiers et personnalités a participé à l’inauguration d’une base militaire.

Krikor Amirzayan

JPEG - 29.9 ko
JPEG - 43.3 ko
JPEG - 77 ko
posté le 14 juillet 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Armée  Arménie  Défense  Image 450 


ARMENIE-ARMEE
L’Arménie 95e puissance militaire dans le monde au classement Global Firepower

Le site spécialisé américain Global Firepower, a récemment publié son classement annuel des plus grandes puissances militaires. L’Arménie est en 95e position sur 132 pays classés. Les Etats-Unis sont en tête avec un budget militaire annuel de 587 milliards de dollars devant la Russie et la Chine. Arrivent ensuite l’Inde, la France, le Royaume-Uni, le Japon, la Turquie, l’Allemagne et l’Italie. La Turquie dispose donc de la 8e armée la plus puissante du monde. L’Azerbaïdjan est 59e et la Géorgie 80e. L’Iran est 20e. Le classement de Global Firepower est effectué en prenant en compte une cinquantaine d’éléments. Parmi ces derniers, les armées de terre d’air et de mer, les ressources en hommes, en finances, et la position géographique du pays. Nous ignorons si Global Firepower a intégré à l’Arménie les forces militaires de la République de l’Artsakh (Haut-Karabagh) pour effectuer ce classement. Par ailleurs de tels classements n’intègrent pas le moral des troupes et la détermination des soldats.

Et pour le cas de l’Arménie, ces éléments peuvent faire la différence...

Krikor Amirzayan

posté le 2 juillet 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


ARMEE ARMENIENNE
L’Azerbaïdjan aurait perdu au minimum 8 soldats au cours des 10 derniers jours selon le ministre arménien de la Défense

Lors d’une conférence de presse à Erévan mercredi 28 juin, le ministre arménien de la Défense, Viguen Sarkissian a déclaré qu’au cours des 10 derniers jours, les forces armées d’Azerbaïdjan ont perdu 8 soldats. « Selon des sources confirmées lors des 10 derniers jours l’Azerbaïdjan a perdu 8 soldats. Mais d’après des sources non confirmées, le nombre de victimes est supérieur à cela » dit le ministre arménien de la Défense face aux nombreux journalistes. Il a ainsi assuré que les « opérations de punition » après la mort de 4 soldats Arméniens tués le 16 et 17 juin ont été réalisées avec succès par l’Armée arménienne. Concernant le nombre des soldats Azéris tués, Viguen Sarkissian a affirmé que les médias azéris et les autorités azéries passent ces informations sous le silence.

Krikor Amirzayan

posté le 29 juin 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Armée  Arménie  Azerbaïdjan  Image 450 


GÉOPOLITIQUE
De nouvelles armes russes livrées à l’Azerbaïdjan

La Russie a livré un nouveau lot de systèmes de missiles antichar en Azerbaïdjan dans le cadre de négociations lucratives avec Bakou qui ont été fortement critiquées par l’Arménie au cours de la dernière année.

Le ministère de la Défense Azéri a publié ce week-end une vidéo montrant une douzaine de systèmes Khrizantema-S déchargés d’un cargo cargo russe dans le port de la mer Caspienne de Bakou.

Khrizantema-S est conçu pour détecter et détruire des citernes, des véhicules blindés, des fortifications de terrain et même des cibles aériennes volantes avec des missiles guidés. Il est entré en service avec les forces armées russes en 2005.

L’Azerbaïdjan aurait reçu 10 systèmes de ce type en 2015. Ils auraient été commandés en 2014.

Les principaux responsables militaires arméniens ont refusé lundi de commenter la dernière livraison. Le ministre de la Défense, Vigen Sargsian, a déclaré qu’il se prononcerait lors d’une conférence de presse plus tard cette semaine.

« Ce sont les leaders politiques qui s’attaqueront à cette question et réagiront », a déclaré le colonel General Movses Hakobian.

La Russie a également vendu près de 5 milliards de dollars de réservoirs, systèmes d’artillerie et autres armes à l’Azerbaïdjan conformément aux contrats de défense signés entre 2009 et 2011. Selon le Registre des Armes Classiques des Nations Unies, la Russie a envoyé six systèmes d’artillerie lourde à l’armée Azérie l’année dernière.

Les dirigeants arméniens ont intensifié leurs critiques sur ces accords d’armement suite à l’offensive de l’Azerbaïdjan en avril 2016 au Haut-Karabagh. Ils ont déclaré que les approvisionnements en armes sont contraires à l’alliance militaire de la Russie avec l’Arménie et encouragent Bakou à tenter une solution militaire au conflit du Karabagh.

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a rejeté la critique arménienne après avoir visité Erevan plus tard en avril 2016. Il a déclaré que la Russie délivre des armes à la fois à l’Arménie et à l’Azerbaïdjan et soutient ainsi l’équilibre militaire dans le conflit.

En août, le président russe, Vladimir Poutine, a nié que Moscou a augmenté le risque d’une autre guerre du Karabagh. Après des entretiens au Kremlin avec son homologue arménien Serge Sarkissian, Poutine a laissé entendre que l’Azerbaïdjan - pays riche en pétrole - aurait pu acheter des armes offensives à d’autres pays. Il a également soutenu que la Russie fournit depuis longtemps une aide militaire substantielle à l’Arménie.

L’armée arménienne a présenté de nouvelles armes récemment acquises à la Russie lors d’un défilé militaire en septembre 2016 à Erevan. Ceux-ci incluaient des missiles balistiques d’Iskander.

posté le 29 juin 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



RUSSIE-AZERBAÏDJAN
De nouvelles armes Russes sont arrivées en Azerbaïdjan et vont être transférées au front de l’Artsakh (Haut-Karabagh)

La coopération militaire entre la Russie et l’Azerbaïdjan continue. La Russie, partenaire stratégique de l’Arménie vend des armes à l’Azerbaïdjan ! Une nouvelle livraison d’armes et de chars est arrivée à Bakou. Réception d’armes qui fut confirmée par le ministère azéri de la Défense sur son site internet. Ces armes seront après les essais et réglages, transférées vers les frontières, essentiellement avec la République de l’Artsakh (Haut-Karabagh).

JPEG - 60.1 ko

Armes qui seront bien évidemment utilisées contre les Arméniens...Merci Moscou, partenaire stratégique de l’Arménie pour les dizaines de victimes arméniennes que ces armes vont occasionner dans les rangs de l’armée arménienne...

Krikor Amirzayan

posté le 25 juin 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


ARMENIE-EDUCATION
Certaines unités de l’Armée arménienne vont se former aux technologies de l’information en partenariat avec les centres Tumo

Lors de la réunion des membres du gouvernement vendredi 23 juin, Karen Karapetyan le Premier ministre arménien a déclaré que « dans de nombreux domaines nous avons un manque de spécialistes tels que dans le domaine des Technologies de l’information ». Un domaine en pleine croissance dans lequel l’Arménie a encore des parts de marché à gagner. Le chef du gouvernement a également critiqué le système scolaire « qui réagit très mal aux besoins des marchés ». Viguen Sarkissian le ministre arménien de la Défense a précisé de son côté que les premiers pas d’études complémentaires s’effectuent au sein de l’armée. « Dans des bases importantes nous désirons ouvrir des centres Tumo afin de préparer les soldats aux technologies de l’information. Nous étudions le projet avec le centre Tumo » dit le ministre de la Défense.

Krikor Amirzayan

posté le 24 juin 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Armée  Arménie  Image Panoramique  Technologie 


HAUT-KARABAGH
Nalbandian assure que, lors du Sommet de Moscou, aucun accord a été discuté

Le ministre des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian, a insisté hier sur le fait que lui et son homologue azerbaïdjanais, Elmar Mammadyarov, n’avaient pas discuté en détail des propositions de paix existantes avec les médiateurs internationaux sur la résolution du conflit du Haut-Karabagh lors de leur dernier rendez-vous en avril.

La réunion s’était tenue à Moscou en présidence du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Les trois hommes avaient été rejoints par les coprésidents américain, russe et français du Groupe Minsk de l’OSCE après un entretien tripartite.

“Les ministres des Affaires étrangères n’ont pas tenu de négociations sur aucun document à Moscou“, a révélé Nalbandian, allant ainsi à l’encontre des affirmations de Mammadyarov faites lundi. “Le seul texte qui a été discuté là-bas, c’est celui du communiqué de presse conjoint qui a été approuvé par les ministres en présence des coprésidents“.

“Il a ensuite été publié par les ministères des Affaires étrangères de la Russie et de l’Arménie, tandis que le ministère des Affaires étrangères de l’Azerbaïdjan a publié sa propre version“, a-t-il rappelé lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre des Affaires étrangères de l’Estonie, Sven Mikser.

La déclaration du 28 avril citée par Nalbandian soulignait que les participants aux négociations de Moscou “avaient noté la nécessité de respecter“ les accords de confiance qui ont été conclus par les présidents de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan l’année dernière. Les accords prévoient des mesures spécifiques pour renforcer le régime de cessez-le-feu dans la zone de conflit.

Le gouvernement azerbaïdjanais est réticent à l’idée de mettre en pratique ces garanties de trêve, assurant qu’elles pourraient cimenter le statu quo. La partie arménienne soutient que les progrès dans les négociations de paix substantielles dépendent de l’introduction de mécanismes pour prévenir de graves violations du cessez-le-feu.

Nalbandian a déclaré aux coprésidents du groupe de Minsk qu’ils devaient prendre des “actions concrètes“ pour forcer l’Azerbaïdjan à déstabiliser le conflit quand il les a rencontrés à Erevan samedi. Il a affirmé hier que les pouvoirs de médiation se rendent enfin compte de la nécessité de prendre des « mesures appropriées » contre Bakou.

posté le 14 juin 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARTSAKH
Selon Davit Babayan, une nouvelle guerre au Karabagh est improbable

Les violations continues du cessez-le-feu le long de la « ligne de contact » arméno-azerbaïdjanaise autour du Haut-Karabagh ne devraient pas conduire à une nouvelle guerre à grande échelle, a prédit un haut fonctionnaire à Stepanakert vendredi.

“Bien que la guerre puisse éclater à tout moment, sa probabilité reste assez faible“, a déclaré Davit Babayan, chef d’état-major adjoint de Bako Sahakian, président du Karabagh.

“Pourquoi ? Parce que l’Azerbaïdjan a passé 22 ans à se préparer pour commencer la guerre de quatre jours d’avril 2016“, a-t-il expliqué au service arménien de RFE / RL (Azatutyun.am).

“Un peu plus d’un an s’est écoulé depuis la guerre d’avril 2016. Compte tenu du nombre de victimes du côté azerbaïdjanais et de la position claire de la communauté internationale, je ne pense pas qu’une autre guerre soit possible maintenant“, a ajouté Babayan.

Les hostilités de quatre jours mentionnées par le fonctionnaire arménien du Karabagh ont marqué les pires combats dans le conflit depuis qu’une trêve russe a arrêté la guerre arméno-azerbaïdjanaise en 1994.

Dans un rapport publié jeudi, l’International Crisis Group (ICG), un groupe de réflexion basé à Bruxelles, a mis en garde contre un risque sérieux de nouveaux combats intenses entre les forces arméniennes et azerbaïdjanaises. “Un an après la guerre de quatre jours, l’Arménie et l’Azerbaïdjan sont plus proches de la guerre qu’à aucun autre moment depuis le cessez-le-feu de 1994“, a t-il assuré, demandant des efforts internationaux plus vigoureux pour trouver une solution pacifique au conflit.

Babayan a rejeté cette conclusion, rappelant que l’ICG n’avait pas prédit les hostilités d’avril 2016. “Cela ne reflète pas la réalité“, a t-il dit.

Les violations de la trêve sur “la ligne de contact“ se sont intensifiées périodiquement au cours de l’année écoulée. Dans la plus récente escalade, les forces azerbaïdjanaises ont tiré des missiles guidés sur un système de défense aérienne de l’Armée de défense armée par les arméniens du Karabagh le 16 mai. Les forces arméniennes ont riposté en incendiant un mortier.

Les médiateurs américains, russes et français qui dirigent le groupe Minsk de l’OSCE ont condamné les « violations importantes du cessez-le-feu ». Dans une déclaration du 18 mai, ils ont exhorté les parties à « prendre toutes les mesures nécessaires pour éviter toute nouvelle escalade dans la zone de conflit. “

posté le 5 juin 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200