Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Image 450


ARTSAKH (HAUT-KARABAGH)
L’Artsakh va disposer de grandes plantations d’oliviers

L’Artsatkh (Haut-Karabagh) disposera d’importants champs de plantation d’oliviers. Déclaration effectuée le 26 juillet à « Atrsakhpres » par Aram Mkoyan le ministre de l’Agriculture de la République de l’Artsakh (Haut-Karabagh). Le ministre a informé que les essais réalisés depuis 2016 sont concluants et les nouveaux progrès en matière agricole permettent aujourd’hui d’affirmer que l’Artsakh disposera de ses oliviers et produira tant des olives que de l’huile d’olive en quantité importante. « Il y a déjà sur le territoire de l’Artsakh de petites plantations d’oliviers, mais à l’avenir nous aurons de grandes plantations » a toutefois précisé le ministre Aram Mkhoyan. « Les plantations d’oliveraies nous permettront de nous assurer l’huile d’olive pour notre marché local mais nous aurons également la possibilité d’en exporter et d’assurer d’importants revenus financiers. L’olive étant l’un des éléments les plus rentables de la production agricole » a conclu le ministre.

Krikor Amirzayan

posté le 27 juillet 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Agriculture  Image 450  Karabagh 


CELEBRITES
Inauguration prochaine de la statue d’Ophélia Hampartsoumian au Panthéon d’Erévan

Le ministre arménien de la Culture l’a confirmé : au Panthéon « Komitas » à Erévan où reposent les grandes personnalités arméniennes, la diva de la chanson arménienne Ophélia Hampartsoumian (1925-2016) qui y repose aura sa statue. Des membres de sa famille et de nombreux fans, ainsi qu’Armen Amirian, le ministre de la Culture, des artistes et intellectuels seront présents à l’inauguration. La statue est l’œuvre du sculpteur Emin Petrosyan. Surnommée « la Reine de la chanson arménienne », Ophélia Hampartsoumian fut sans doute la plus grande chanteuse arménienne et la plus belle voix de l’Arménie.

- Ophélia Hampartsoumian fut durant près de 70 ans la grande voie, la diva de l’Arménie. Une voix exceptionnelle qui faisait d’elle la reine incontestée de la chanson arménienne. Se produisant en Arménie, mais également dans toute l’Union soviétique et en diaspora. Née le 9 janvier 1925 à Erévan, en 1944 Ophélia Hampartsoumian intégrait l’ensemble traditionnel de musique de la Radio publique d’Arménie en devenant la chanteuse principale. Ophélia Hampartsoumian était la voix de l’Arménie. Elle chantait des chansons traditionnelles de Sayat Nova, Djivani, Sheram, Havasi, Achot, Chahén, elle avait dans sa voix mélodieuse et pénétrante une puissance qui affectait l’auditeur. En 2011 elle recevait la médaille Saint Mesrop Machtots pour l’ensemble de sa carrière.

Krikor Amirzayan

posté le 27 juillet 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Chanson  Image 450 


GÉOPOLITIQUE
Le Ministre israélien de la Coopération Régionale souhaite renforcer les liens avec l’Arménie

Mercredi, un ministre du gouvernement israélien a parlé d’une « étape déterminante » dans les relations entre Israel et l’Arménie lors d’une visite officielle à Erevan, qui a porté sur les moyens de renforcer la coopération économique bilatérale des deux pays.

« Le but de ma visite est de renforcer nos relations », a déclaré le Ministre de la Coopération Régionale Tzachi Hanegbi peu de temps avant de rencontrer le Premier Ministre Karen Karapetian.

« L’amitié [entre les deux nations] existe depuis de nombreuses années », a déclaré Hanegbi. « Les relations diplomatiques existent depuis 25 ans. Mais maintenant, nous pensons à des domaines plus pratiques pour travailler ensemble et pour rendre cette amitié mutuellement bénéfique dans de nombreux domaines ».

« Je pense que depuis plus de dix ans, il n’y a pas eu de visite d’un ministre israélien [en Arménie]. Donc, c’est une nouvelle percée, et je suis heureux d’en faire partie », a-t-il ajouté.

Hanegbi, affilié au Premier Ministre Benjamin Netanyahu, a commencé son voyage mardi avec des discussions avec le Ministre des Affaires Étrangères, Edouard Nalbandian. « Le ministre Hanegbi a précisé qu’Israël veut développer des relations amicales avec l’Arménie et c’est le message principal de sa visite », a déclaré le Ministère Arménien des Affaires Étrangères dans un communiqué.

Les deux hommes ont signé des accords sur l’évitement de la double imposition et sur la levée mutuelle des exigences de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques arméniens et israéliens. Le ministre israélien a également signé un document distinct concernant les échanges culturels bilatéraux avec le Ministre Arménien de la Culture, Armen Amirian.

Karapetian a annoncé à Hanegbi qu’Erevan souhaite également renforcer les liens arméno-israéliens. « Les interlocuteurs ont échangé leurs points de vue sur les perspectives de relations économiques et de contacts commerciaux entre l’Arménie et Israël », a annoncé un communiqué du bureau du Premier Ministre.

Karapetian a également déclaré que son gouvernement souhaite attirer des investissements israéliens dans divers secteurs de l’économie arménienne, notamment les technologies de l’information. Le Ministre des Transports et des Communications, Vahan Martirosian, a ajouté que les centres technologiques opérant en Arménie « seraient heureux d’accueillir des entreprises israéliennes » lors d’entretiens avec Hanegbi tenus plus tôt dans la journée.

Selon les statistiques arméniennes officielles, le commerce entre l’Arménie et Israël s’élevait modestement à 8,5 millions de dollars en 2016.

Les relations entre l’Arménie et Israël se sont refroidies depuis l’effondrement du bloc soviétique, reflétant les priorités géopolitiques contradictoires des deux Etats. L’Arménie a maintenu un rapport chaleureux avec l’Iran pour compenser son isolement géographique, alors qu’Israël a poursuivi une coopération stratégique avec la Turquie et l’Azerbaïdjan.

L’Arménie a été particulièrement préoccupée par les accords de vente d’armes à grande échelle entre Israël et l’Azerbaïdjan. En 2012, les responsables de la défense israélienne ont confirmé un accord visant à fournir aux militaires azéris des armes d’une valeur combinée de 1,6 milliard de dollars. L’armée azérie a utilisé certaines de ces armes fabriquées par Israël - notamment des fusées antichars - au cours des hostilités d’avril 2016 au Haut-Karabagh.

Le Ministre de la Défense israélien, Avigdor Lieberman, est un fervent défenseur de liens étroits avec Bakou. Lieberman aurait réaffirmé en décembre dernier son soutien à « l’intégrité territoriale et l’inviolabilité des frontières » de l’Azerbaïdjan dans le conflit du Karabagh.

Hanegbi, qui occupait des postes de sécurité clés dans le cabinet israélien entre 2003 et 2006, a refusé de commenter les fournitures d’armes israéliennes à Bakou. « Mon voyage ici est concentré sur les aspects positifs de l’amélioration de la relation entre nos pays », a-t-il déclaré.

Nalbandian n’a rencontré aucun membre du cabinet israélien lorsqu’il s’est rendu en Israël en mars 2015 pour assister à un concert de l’Orchestre Symphonique de Jérusalem consacré au centenaire du Génocide Arménien. Nalbandian s’est de nouveau rendu à Jérusalem en mars de cette année pour prendre part à des cérémonies officielles marquant l’achèvement des travaux de restauration de l’église du Saint-Sépulcre. Il n’a pas discuté avec les dirigeants israéliens.

posté le 27 juillet 2017 par Claire/armenews


POLITIQUE
Le gouvernement tient à libéraliser le secteur énergétique arménien

Le gouvernement envisage de libéraliser le secteur énergétique arménien dans l’espoir d’attirer d’importants investissements des États-Unis et d’autres entreprises étrangères, a déclaré mercredi un haut responsable d’Erevan.

« Le gouvernement a lancé un processus de libéralisation du marché de l’énergie », a déclaré le Ministre des Infrastructures Énergétiques, Hayk Harutiunian. « Nous avons déjà présenté un plan d’actions qui garantira le passage du secteur énergétique à un nouveau modèle libéral d’ici 2021 ».

L’ambassadeur des États-Unis en Arménie, Richard Mills, a déclaré le mois dernier que les entreprises énergétiques américaines pourraient investir jusqu’à 8 milliards de dollars dans le secteur s’il était ouvert à la concurrence et si les autorités d’Erevan éliminent tous les obstacles aux exportations d’électricité vers la Géorgie et l’Iran.

Harutiunian a rejeté les suggestions selon lesquelles Mills a plaidé en faveur de la réduction de la dépendance de l’Arménie vis-à-vis de l’énergie russe. « Je crois que l’ambassadeur faisait référence au processus de libéralisation du marché de l’énergie que nous avons lancé. Le marché de l’énergie est entièrement réglementé et il n’y a pas de concurrence libre à ce jour ».

« Le chiffre de 8 milliards de dollars était une estimation faite par notre ministère principalement sur le potentiel commercial de l’énergie solaire », a déclaré le responsable. « Ce potentiel peut certainement être atteint. Mais il sera réalisé de manière progressive et cela dépendra grandement des prix internationaux ».

« Il y a des rencontres régulières entre l’ambassadeur américain et les entreprises américaines pour trouver les moyens de développer les activités des entreprises américaines dans le secteur énergétique arménien », a-t-il ajouté.

Harutiunian a précisé qu’une entreprise américaine, ContourGlobal, a déjà privatisé le plus grand complexe hydroélectrique d’Arménie il y a deux ans lors d’un accord de 250 millions de dollars, fortement soutenu par le gouvernement américain. Il a ajouté qu’une entreprise italienne a commencé à construire une centrale thermique à Erevan en mars.

Le gaz naturel et le combustible nucléaire russe génèrent au moins 60% de l’électricité en Arménie. En outre, le monopole russe Gazprom est propriétaire du réseau de distribution de gaz du pays.

L’Union Européenne soutient également une plus grande utilisation des énergies renouvelables en Arménie. Dans le cadre de cet effort, une délégation de l’UE à Erevan a installé deux arrêts de bus solaires à Erevan ce mois-ci. Le chef de la délégation, Piotr Switalski, a déclaré que l’UE « contribue ainsi à l’indépendance énergétique de l’Arménie ».

Harutiunian a insisté sur le fait que Switalski ne cherchait pas à transmettre des messages géopolitiques au gouvernement arménien. « Le développement des énergies renouvelables ne doit pas être envisagé uniquement par le prisme de la sécurité énergétique », a-t-il déclaré. « Il devrait également être envisagé en termes de réduction des prix et de mesures prises contre le changement climatique. Je ne pense donc pas qu’il soit approprié de politiser ces déclarations ».

Harutiunian a ajouté que plus de 100 petites centrales solaires opèrent déjà en Arménie.

posté le 27 juillet 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMÉNIE
Des villageois s’opposent à un projet de mine d’or

Des dizaines d’habitants d’un village de la province de Lori, dans l’ouest de l’Arménie, ont bloqué mercredi une route locale pour manifester contre le projet d’une obscure société privée qui envisage de chercher de l’or près de leur communauté.

Ils craignent que le projet de mine, s’il est mis en œuvre, cause des ravages sur l’écosystème local en contaminant les forêts et les pâturages entourant le village d’Ardvi. Ils affirment que les mines à ciel ouvert vont également effrayer les touristes qui visitent les sanctuaires du 10ème siècle situés à Ardvi.

L’entreprise en question, appelée Miram, n’a jusqu’à présent divulgué que quelques détails de ses projets de développement d’une mine d’or dans la région. Elle n’a pas encore obtenu l’autorisation du gouvernement pour l’exploitation proposée.

La loi arménienne exige que les entreprises souhaitant des licences minières organisent des audiences publiques dans les communautés affectées par leurs opérations. Miram a prévu de tenir une telle discussion mercredi.

Les villageois ont contrarié la procédure en bloquant une route menant à Ardvi. « Notre or est notre nature », a déclaré l’un des manifestants en colère.

« Leur objectif est de détruire notre village. Nous n’accepterons aucune audience », a crié un autre habitant du village.

Les représentants de Miram ne se sont jamais présentés. Jusqu’à présent, Arayik Zadoyan - directeur d’un restaurant dans la capitale provinciale Vanadzor - figurait parmi les actionnaires de la société. Le restaurant en question appartient à Vahram Baghdasarian, le leader parlementaire du Parti Républicain.

Zadoyan a affirmé mercredi qu’il ne détient plus de parts dans la société Miram. Il a ajouté que la société est contrôlée par un de ses amis depuis la Russie.

posté le 27 juillet 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



SPORTS
L’Arménie gagne 5 médailles aux Jeux d’été des sourdlympics à Samsun (Turquie)

Aux 23ème Jeux d’été des sourdlympics (sportifs ayant des problèmes auditifs) à Samsun (Turquie) en lutte-libre Sarkis Sarkissian (57 kg) a remporté une médaille de bronze pour l’Arménie. La médaille de Sarkis Sarkissian était la 5ème médaille de l’Arménie à ces 23ème Jeux d’été de Samsun. En lutte gréco-romaine 3 autres athlètes Arméniens avaient remporté des médailles de bronze tandis que Robert Gevorguian en judo avait arraché une médaille d’argent.

Krikor Amirzayan

posté le 27 juillet 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Image 450  Sports 


ARMENIE
Un marché typique d’Arménie
posté le 27 juillet 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Image 450 


SOCIÉTÉ
La réforme des retraites arméniennes fonctionne d’après le Ministre

Mardi, le Ministre du Travail et des Affaires Sociales, Artem Asatrian a déclaré que le gouvernement arménien met en œuvre avec succès une réforme controversée du système national de retraite, qui avait déclenché des manifestations de protestation il y a trois ans.

Le nouveau système, qui a pris effet en janvier 2014, couvrira progressivement environ 270 000 travailleurs arméniens nés après 1973. Ils devront gagner la majorité de leurs futures pensions en versant des sommes équivalentes à au moins 5 % de leur salaire brut, à des fonds de pension privés jusqu’à leur retraite.

Le gouvernement a déclaré que le mécanisme précédent des prestations de retraite, fondé sur la soi-disant solidarité des générations n’est pas durable en raison du vieillissement et de la réduction de la population arménienne.

La réforme a rencontré une forte résistance de la part de nombreux travailleurs, principalement employés par des entreprises privées. Des milliers d’entre eux ont manifesté à Erevan début 2014.

La Cour Constitutionnelle arménienne a gelé la réforme des retraites en avril 2014. Le gouvernement a réagit en ne rendant la réforme obligatoire que pour 70 000 salariés du secteur public dans un premier temps. Une seconde loi a permis aux personnes travaillant pour des entités privées de ne pas être couvertes par le nouveau système avant juillet 2018.

Asatrian a parlé des « très bons résultats » déjà générés par la réforme, lorsqu’il a répondu aux questions d’utilisateurs Facebook à Erevan. « Aujourd’hui, nous avons plus de 170 000 participants au [nouveau] système, dont 70 000 sont des employés du secteur public et plus de 100 000 d’entre eux travaillent dans le secteur privé », a-t-il déclaré.

« Si je ne me trompe pas, environ 80 milliards de drams (170 millions de dollars) [de taxes de retraite] ont déjà été accumulés par le système », a déclaré le ministre. Il a ajouté que les fonds de pension ont investi plus de 70 % de cet argent dans des obligations arméniennes et dans d’autres titres.

posté le 26 juillet 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200

THEMES ABORDES : Arménie  Erevan  Image 450  Manifestation  Politique  Réforme 


JUSTICE
Le Défenseur des Droits de l’Homme déplore les conditions de détention d’un opposant

Mardi, le Défenseur des Droits de l’Homme arménien, Arman Tatoyan, a qualifié « d’inacceptable » les conditions de détention d’un militant de l’opposition, qui a été gardé en isolement pendant trois semaines.

Le militant, Gevorg Safarian, qui purge une peine de prison de deux ans, a été transféré lundi à sa cellule précédente dans la prison de Nubarashen à Erevan suite aux protestations de ses avocats, de ses partisans, ainsi que de militants des droits de l’homme. L’administration pénitentiaire l’a maintenu dans une cellule d’isolement pendant 23 jours pour des raisons encore incertaines.

Safarian a attribué la mesure punitive à son refus d’être transféré au bloc principal de la prison, où il craint d’être agressé par des détenus reconnus coupables de crimes graves et violents. Gevorg Gorgisian, l’un des deux législateurs de l’opposition qui ont rendu visite au militant lundi, a déclaré que l’administration de Nubarashen a refusé de donner une raison claire justifiant la tentative de relocalisation.

Safarian, qui est affilié au mouvement d’opposition radicale Parlement Fondateur, s’est également plaint des conditions difficiles dans sa cellule d’isolement. Tatoyan considère les plaintes justifiées.

« Nous parlons d’humidité excessive, de lumière naturelle [insuffisante] et, oui, de la présence d’insectes », a déclaré Tatoyan lors d’une conférence de presse.

« Ce problème est constamment au centre de nos préoccupations », a-t-il ajouté. « Chaque fois que nous rendons visite à un détenu, les conditions de détention sont d’une importance primordiale pour nous. Les conditions de détention [dans la cellule solitaire de Safarian] sont pour nous inacceptables ».

Tatoyan a également remis en cause la tentative de changement de cellule de Safarian et les motifs de son isolement. Il a déclaré qu’il avait exigé des explications officielles de la part du Ministère de la Justice, qui dirige les prisons arméniennes.

Safarian fait parmi des dizaines de militants de l’opposition radicale qui ont affronté la police anti-émeutes alors qu’ils célébraient le Nouvel An Place de la Liberté à Erevan le 1er janvier 2016. Il a été arrêté et accusé d’avoir agressé l’un des officiers. Une accusation qu’il nie et considère politiquement motivée. Un tribunal d’Erevan a condamné le militant à deux ans de prison en janvier de cette année.

Dans une autre affaire judiciaire, Safarian et plusieurs autres membres du Parlement Fondateur sont accusés d’avoir comploté d’importants « troubles de l’ordre public » en avril 2015. Ils nient fermement ces accusations.

posté le 26 juillet 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200