Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Image 450


FRONDE ANTI-SARKISSIAN
Echauffourées dans le centre ville d’Erevan

Erevan 15h30 - la situation reste très tendue alors que la plus grosse partie des manifestants, avec Nikol Pashinyan, arpente depuis ce matin tôt les quartiers plus excentrés de la ville. Il serait en ce moment en train de redescendre du quartier d’Avan. Mais c’est en plein centre, sur l’avenue Mashtots, au niveau du carrefour avec la rue Pushkine que les manifestants se sont aussi mobilisés. Nouvelle technique - ils ne barrent plus la chaussée, mais la traversent en permanence sur le passage piéton.Vers 15h40 la police bouscule - même les journalistes - et après une heure de confrontation très tendue et marquée par des interpellations très violentes - le matériel anti émeute est sorti, la police tente de repousser et contenir les jeunes sur les trottoirs en les bloquant avec leurs boucliers.

15h45 : arrivée de Bérets rouges sur ce carrefour, le concert des Klaxons incessant depuis deux jours couvre le bruit des sirènes des voitures de police. « C’est déjà gagné expliquait un peu plus tôt un Arménien de France qui vit à Yerevan. Avec tous ces jeunes dans la rue, le pouvoir ne peut plus rien faire pour arrêter le mouvement “ . Vahak, 27 ans, diplômés de l’institut de théâtre et qui se produit régulièrement sur scène, vit avec 70.000 drams par mois....même pour une vie d’artiste déjà reconnu et menée avec des petits boulots - la vie est tellement difficile qu’il ne parvient même pas à avoir une salle de bains chez lui, et qu’il lui impossible d’envisager un mariage . À côté des jeunes, les personnes âgées, souvent des femmes, essaient souvent d’empêcher les interpellations - mais Bedros 76 ans est tranquille dans cette ambiance insurrectionnelle. « C’est le peuple qui mène ce mouvement, c’est lui qui décide ». Et il s’essuie les yeux - persuadé que l’avion de Charles Aznavour est en train d’atterrir.

A 16 heures Un autre groupe de jeunes venu en moto fait la jonction avec celui du carrefour, toujours bloqué. Et le cortège principal, lui, d’après un collègue qui les a suivi et vient de parvenir au centre ville - compte des milliers de

Laurence Ritter
Journaliste à Nouvelles d’Arménie Magazine

posté le 21 avril 2018 par Ara/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Derniere minute  Image 450 


Opinion
Serj Tankian souhaite le départ de Serge Sarkissian

Le célèbre artiste Serj Tankian, s’exprimant via une vidéo adressée aux opposants du pouvoir arménien, souhaite le départ de Serge Sarkissian de son poste de premier ministre et également de celui de président du parti républicain.

Un extrait de sa déclaration :

« Je tiens à vous féliciter pour avoir mené jusqu’à présent l’une des campagnes de désobéissance civile les plus réussies de toute l’histoire de l’Arménie : ce mouvement est authentique et entièrement vôtre et devrait rester vierge de toute politique et de toute autre préoccupation.

La diaspora vous soutient, même ceux qui sont membres de certaines organisations qui, pour certaines raisons, s’opposent à vos efforts, mais à l’intérieur, ils vous soutiennent aussi. Votre éloquence, votre tranquillité et votre inclusivité nous ramènent à l’amour. Vos coeurs et vos sourires sur vos visages, comme je l’ai fait lorsque j’ai joué avec System Of A Down en 2015.

Je vois aussi dans les manifestations, une chose unique pour l’Arménie, une nouvelle révolution culturelle. la véritable révolution en Arménie aujourd’hui, vous avez changé votre culture et à cause de cela vous avez déjà gagné. Vous avez réalisé que ce changement culturel, cet éveil culturel et cette décision de poursuivre la justice sont un droit humain fondamental.

Notre lutte n’est pas ou pour l’Est ou l’Ouest, mais pour la justice et le changement progressif. Nous ne voulons pas être l’Etat client d’un empire et avons besoin de bonnes relations avec tous .

Ma suggestion serait d’insister pour que Serge Sarkissian quitte non seulement le poste de Premier ministre mais démissionne également en tant que chef de son parti. J’insisterais alors sur un ensemble de réformes pour gérer toutes les injustices que nous avons observées - de la corruption à la dégradation de l’environnement et tout ce qui se trouve entre les échéances pour que le nouveau gouvernement les adopte et les exécute. Si les réformes ne sont pas respectées, je fixerai une date pour une future grève, une autre grève - cette fois pour la démission de l’ensemble du Parlement et de nouvelles élections parlementaires.

Continuez à traiter la police comme vos frères et sœurs parce qu’ils le sont. »

posté le 21 avril 2018 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Derniere minute  Image 450  Serj Tankian 


TRIBUNE
« Sans la nommer », mais ça va mieux en le disant...

Certains de nos jeunes lecteurs nous demandent quel est le sens de « Sans la nommer », le titre de la tribune de Me Haytoug Chamlian. Il s’agit d’une référence à une belle chanson de Georges Moustaki, qui rappellera de bons souvenirs aux plus anciens...

posté le 21 avril 2018 par Ara/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  France  Image 450 


POLITIQUE
Sarkissian veut dialoguer, son adversaire réclame toujours son départ

Erevan, 21 avr 2018 (AFP) - L’ex-président d’Arménie, Serge Sarkissian, récemment nommé Premier ministre, a appelé samedi au “dialogue politique“ le chef de la contestation Nikol Pachinian, qui lui a répondu ne vouloir parler que du “départ“ du chef du gouvernement.

Au 9e jour de mobilisation contre sa nomination, M. Sarkissian s’est déclaré “très préoccupé par le déroulement des évènements politiques intérieurs“.

“Afin d’éviter des conséquences irréversibles, j’appelle le député Nikol Pachinian à s’asseoir à la table du dialogue politique et de la négociation“, a-t-il dit dans une déclaration.

JPEG - 2.2 Mo

M. Pachinian a rapidement répondu qu’il était prêt à discuter, mais “seulement pour parler des conditions du départ“ de son adversaire, selon des agences de presse.

Quelque 30.000 personnes, selon des journalistes sur place, ont manifesté vendredi à Erevan où la police a procédé à plus de 230 interpellations.

JPEG - 2.8 Mo

Le député Nikol Pachinian, 42 ans, qui mène la contestation, est un ancien journaliste et un opposant de longue date qui a brièvement été en prison après avoir déjà pris part à des mouvements de protestation contre Serge Sarkissian en 2008 qui avaient fait 10 morts.

Les protestataires accusent Serge Sarkissian, qui vient d’achever son deuxième mandat présidentiel, de s’accrocher au pouvoir en se faisant élire Premier ministre par les députés.

Alors que la Constitution interdit au président d’effectuer plus de deux mandats, M. Sarkissian avait fait voter en 2015 une réforme controversée donnant l’essentiel des pouvoirs au Premier ministre.

JPEG - 1.9 Mo
posté le 21 avril 2018 par Ara/armenews

PHOTOS DE MAX SIVASLIAN, JOURNALISTE DE NAM À EREVAN

THEMES ABORDES : Arménie  Image 450  Politique 


TRANSPORTS AERIENS
Premier vol direct Lyon-Erévan de la compagnie Armenia AirCompany réalisé le 19 avril

Le premier vol aérien de la liaison directe régulière entre la capitale arménienne Erévan et la capitale des gaules Lyon fut inauguré jeudi 19 avril dans la matinée. Cette première de la compagnie aérienne Armenia AirCompany qui met ainsi en place une liaison régulière Erévan-Lyon-Erévan à raison de deux vols hebdomadaires devrait connaitre le succès la région Rhône-Alpes comptant plus de 100 000 Arméniens avec de nombreuses communautés arméniennes établies à Lyon, Valence ou Vienne. Interrogé par le journal « Lyon Mag », le maire de Lyon, Georges Képénékian « se félicite de cette nouvelle liaison qui permettra de favoriser les échanges à double sens entre Lyon et Erévan ». Un partenariat de coopération entre Lyon et Erévan existant depuis 1992, cette nouvelle ligne aérienne relancera ces échanges.

Krikor Amirzayan

posté le 21 avril 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Image 450  Lyon  Transports 


Manifestations à Erevan
En direct : La longue marche vers ...

A 3 jours de la 103ème commémoration du génocide des Arméniens, la plupart des observateurs redoutent un affrontement frontal entre les opposants au pouvoir et les forces de police.

A ce stade Serge Sarkissian ne peut se permettre d’utiliser la force, sauf cas de force majeur. Mais rien n’est moins sûr. Le week end devrait apporter sa réponse.

posté le 21 avril 2018 par Jean Eckian/armenews


ARMENIE
Les manifestations anti-Serge Sarkissian à Erévan en photo

Alors que pour sa 7ème journée, le mouvement de protestation mené par Nikol Pashinyan contre l’élection de Serge Sarkissian au poste de Premier ministre d’Arménie ne faiblit pas, combien étaient-ils à la manifestation anti-Serge Sarkissian hier sur la Place de la République à Erévan ? 10 000, 20 000, 50 000 ? Les chiffres varient selon les camps...Nos confrères de Yerkir Media ont eu la bonne idée de réaliser hier 20 avril des photos de la Place de la République avec un drone. Photos qui donnent une idée plus générale du nombre de manifestants. A vous de compter...

Krikor Amirzayan

JPEG - 138.3 ko
JPEG - 138.8 ko
JPEG - 159.8 ko
posté le 21 avril 2018 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Image 450 


Turquie
Garo Paylan propose un projet de loi de « reconnaissance du génocide arménien » à la Grande assemblée turque

A quelques jours de la 103ème commémoration du génocide des Arméniens, Garo Paylan, représentant le Parti démocratique populaire (HDP) pro-kurde, a soumis un projet de loi à la Grande Assemblée nationale turque sur “La reconnaissance du génocide arménien“, “Le retrait des noms des génocidaires des lieux publics“ et un “Amendement à la loi sur la citoyenneté turque“.

Dans le préambule général du projet de loi, il est écrit “Selon un recensement effectué en 1914, environ deux millions d’Arméniens vivaient dans l’Empire ottoman. Dans la nuit du 24 avril 1915, environ 250 intellectuels arméniens, y compris des députés et des écrivains, ont été arrêtés à Istanbul. “

“Après que ces gens aient été envoyés en exil à Ayas et Cankiri, la grande majorité d’entre eux ont été tués. Parmi ceux qui ont été exilés et tués se trouvaient le docteur Nazaret Dagavaryan (député de l’Empire ottoman), Armen Doryan (poète et journaliste), Shavarsh Krisyan (rédacteur en chef du magazine sportif Marmnamarz), Levon Larents (poète), Rupen Sevag (poète) , Yenovk Sahen (artiste de théâtre), Siamanto [Atom Yarcanyan] (poète), Hagop Terziyan (pharmacien et écrivain), Taniel Varujan (poète), Krikor Yesayan (enseignant et traducteur), Rupen Zartaryan (écrivain et poète), Diran Kelekyan (écrivain et professeur de langue turque) et Krikor Zohrab (député de l’Empire ottoman et écrivain) », lit-on dans le projet.

Le projet de loi note que la Turquie ottomane a essayé de décrire le génocide comme une « mesure de guerre naturelle » et déclare que le déni a conduit à beaucoup de crimes de haine contre les minorités tout au long de l’histoire de la République turque.

posté le 21 avril 2018 par Jean Eckian/armenews


POLITIQUE
Pashinian demande des élections législatives anticipées

Le leader de l’opposition Nikol Pashinian a intensifié la pression sur les autorités arméniennes vendredi, affirmant qu’il ne discuterait avec elles que des conditions de la démission du Premier ministre Serge Sarkisian et des élections législatives anticipées.

Pashinian a répondu aux offres de « dialogue » du gouvernement en organisant ce qui semblait être son plus grand rassemblement à ce jour, après les protestations spontanées de ses partisans dans différentes parties d’Erevan tout au long de la journée.

S’adressant à des milliers de sympathisants sur la place centrale de la République, Pashinian a qualifié Sarkisian de « cadavre politique » qui a effectivement perdu le pouvoir. « Cela ne veut pas dire que nous ne sommes pas prêts à discuter [avec les autorités] », a-t-il dit. « Nous sommes certainement prêts à discuter des délais et de certaines conditions de la démission de Serge Sarkisian. »

JPEG - 263.5 ko

« Je pense que vous serez d’accord avec moi pour dire que nous ne voulons pas de vendettas ou de vengeance », a-t-il dit. « Et si Serge Sarkisian ouvre les yeux et démissionne le plus vite possible, ce ne pourra qu’être bon pour lui et pour l’Arménie. » Après la démission de Sarkisian, a poursuivi Pashinian, le parlement arménien doit nommer un « candidat du peuple » comme premier ministre, former un gouvernement intérimaire et convoquer de nouvelles élections générales qui devront être « 100 pour cent propres, libres et équitables ».

Cet homme de 42 ans a reconnu sa volonté d’être ce premier ministre par intérim. « Si les gens pensent que je devrais assumer une telle responsabilité, j’assumerai une telle responsabilité », a-t-il déclaré aux journalistes.

Sarkisian, qui gouverne l’Arménie depuis dix ans, a cherché à engager le dialogue avec Pashinian par l’intermédiaire de son Parti républicain (HHK) et de son partenaire de coalition, la Fédération révolutionnaire arménienne (Dashnaktsutyun). La direction du Dashnaktsutyun a proposé jeudi un « forum de consultations politiques » entre les principaux groupes politiques du pays, sous la médiation du président Armen Sarkissian.

JPEG - 278 ko

Le premièr vice-première ministre Karen Karapetian a également plaidé vendredi en faveur du dialogue, affirmant être « très préoccupé » par la vague de protestations d’une semaine qui a déferlé non seulement sur Erevan, mais aussi sur plusieurs autres villes. « Même les pays en guerre négocient et trouvent des solutions logiques », a déclaré Karapetian à la chaîne de télévision arménienne. « Nous, Arméniens, nous devons nous asseoir dans notre propre maison, négocier rationnellement et trouver des moyens logiques de sortir de cette situation. En cas d’instabilité, nous souffrirons tous, notre pays souffrira. »

Karapetian, qui a été remplacé par Sarkisian comme premier ministre le 9 avril, ne serait pas contre d’éventuelles concessions du gouvernement à l’opposition dirigée par Pashinian. « Écoutons les préoccupations, faisons des propositions, soulevons toutes les questions litigieuses et en parlons avec audace », a-t-il dit, avant le dernier discours de Pashinian. Un porte-parole du HHK a insisté jeudi sur le fait que la démission de Sarkisian est hors de question. Le parti au pouvoir n’a pas réagi immédiatement aux conditions préalables de Pashinian pour le dialogue proposé.

Pashinian, son parti Contrat civil et d’autres groupes d’opposition et groupes civiques ont lancé ces protestations quotidiennes le 13 avril afin d’empêcher Sarkisian de prolonger son pouvoir. La campagne n’a montré aucun signe de ralentissement vendredi, alors que davantage de jeunes Arméniens, y compris des lycéens, sont descendus dans les rues et ont essayé d’arrêter la circulation avant le rassemblement de la Place de la République. Plus de 230 d’entre eux ont été arrêtés par la police.

La police a continué de menacer de briser par la force les rassemblements « illégaux ». Un communiqué de police publié vendredi soir a averti que les forces de sécurité sont autorisées à utiliser des « moyens spéciaux », y compris probablement des grenades assourdissantes et des gaz lacrymogènes, contre les manifestants qui défient leurs ordres. Rejoint par des centaines de ses partisans, Pashinian a marché à travers les districts du nord et de l’ouest d’Erevan le matin et l’après-midi. Il a affirmé qu’il mènera sa campagne dans d’autres banlieues de la ville le samedi matin.

posté le 21 avril 2018 par Ara/armenews

P.S Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200