Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Australie


AUSTRALIE-ARTSAKH
Les Verts d’Australie reconnaissent la République de l’Artsakh

Le parti des Verts d’Australie a reconnu officiellement la République de l’Artsakh. Ce parti des Verts a appelé le gouvernement australien à « reconnaître l’indépendance de l’Artsakh et consolider les relations entre l’Australie et la population de l’Artsakh ». L’information est communiquée par le Comité Hay Tad (Cause arménienne) d’Australie et diffusée par Yerkirmedia. Vatché Ghahramanian le directeur du Comité Hay Tad d’Australie a salué la décision du parti des Verts au sujet de l’Artsakh « qui est depuis des millénaires un territoire arménien ».

Krikor Amirzayan

posté le 14 décembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Australie  Image 450  Karabagh 


AUSTRALIE
L’ANC Australie condamne les tracts niant l’Holocauste diffusés dans les grandes universités australiennes

Le Comité national arménien d’Australie (ANC-AU) condamne fermement la distribution récente de tracts dans plusieurs campus universitaires majeurs à Melbourne, à Canberra, à Sydney et à Queensland niant l’Holocauste juif.

“Le déni est le L’acte final du crime de génocide, qui doit être condamné sans équivoque par la communauté dans son ensemble pour préciser qu’il est complètement inacceptable “, a déclaré Vache Kahramanian, directeur général de l’ANC-AU.

“Ces matériaux offensifs négatifs n’ont rien à voir avec la« liberté académique »ou la« liberté d’expression ». Les éditeurs et les distributeurs d’un tel matériel négatif se rendent complices du crime de génocide et doivent être exposés pour ce qu’ils sont.

“Alors que les négationnistes juifs de l’Holocauste, tels que les responsables de ce matériel offensant, n’ont heureusement pas le soutien d’un état négationniste, comme dans le cas de la politique continue et institutionnalisée de l’Etat turc de renier le génocide arménien, toutes les formes de déni du génocide doivent être combattu. “

“Nous ajoutons donc notre voix dans la condamnation sans équivoque de ce refus de l’Holocauste juif et transmettons nos sympathies aux membres de la communauté juive australienne, en particulier les survivants et leurs familles, pour l’infraction grave que cause ce déni“.

posté le 7 mai 2017 par Stéphane/armenews


Australie
La ville de Ryde commémore le génocide des Arméniens

Samedi 29 avril la ville de Ryde, en Australie, a commémoré le 102ème anniversaire du génocide arménien au Memorial War Park, en prédence de plusieurs personnalités, dont Bill Pickering - Maire de Ryde.

Le 12 avril 2005, à l’occasion du 90ème anniversaire du génocide arménien, le Conseil municipal de Ryde a adopté à l’unanimité une résolution reconnaissant le génocide arménien et érigé un monument. La municipalité a décidé de commémorer chaque année cette importante journée de commémoration. Elle a demandé au gouvernement fédéral de faire de même. En fait, le conseil municipal de Ryde est la première autorité du gouvernement local en Australie à avoir adopté cette résolution aux côtés des nouveaux parlements du pays de Galles du sud et de l’Australie.

Au cours du 100ème anniversaire du génocide arménien, en 2015, le conseil municipal de Ryde a réaffirmé sa position à l’unanimité sous l’impulsion du Conseiller Sarkis Yedelian.

JPEG - 62.4 ko

Sarkis Yedelian

JPEG - 250.2 ko
JPEG - 244 ko
posté le 30 avril 2017 par Jean Eckian/armenews


SYDNEY/MELBOURNE
10e anniversaire de l’assassinat de Hrant Dink en Australie
JPEG - 1.6 Mo
 : Rev. Dr. Krikor Youmshajekian, Président / Directeur exécutif d’AMA-Australie, Mme Rakel Dink et M. Krikor Soghomonian, Président d’AMA-Australie

Pour honorer le 10ème anniversaire de l’assassinat de Hrant Dink, l’Association arménienne Missionnaire d’Australie (AMA-Australie) a invité sa veuve Rakel Dink qui a participé à une série d’événements commémoratifs et visité les écoles et autres lieux communautaires, en particulier l’Hamazkaine Galstaun College et AGBU Alexander School. Le 12 mars elle a assisté au service du dimanche de l’Église évangélique arménienne de Sydney, où elle a témoigné de sa foi en le Christ, même pendant les moments très difficiles qui ont suivi la mort de son mari. Le dimanche 19 mars dans la soirée, elle a pris la parole à la commémoration de Hrant Dink qui a eu lieu au Chatswood Concourse Theatre. L’événement a été organisé conjointement avec le Comité national arménien d’Australie (ANC-Australie). Elle s’est également rendue à Melbourne. L’AMA Australie a envoyé ces quelques photos pour les lecteurs d’armenews.com

JPEG - 1.6 Mo
 : Rev. Dr. Krikor Youmshajekian, Président / Directeur exécutif d’AMA-Australie, Mme Rakel Dink et M. Krikor Soghomonian, Président d’AMA-Australie
posté le 9 avril 2017 par Ara/armenews
THEMES ABORDES : Australie 


AUSTRALIE
L’arméno-australienne Gladys Berejiklian, Premier ministre de l’Etat des Nouvelles Galles du Sud (Australie)

L’arméno-australienne Gladys Berejiklian (46 ans) représentante du Parti Libéral des Nouvelles Galles du Sud, est devenue le 45e Premier ministre de l’Etat australien des Nouvelles Galles du Sud le plus grand Etat d’Australie. Gladys Berejiklian remplace Mike Baird qui vient de démissionner. Lors de ses interviews données aux médias australiens, elle rappela ses racines arméniennes. Proche de ses origines, Gladys Berejiklian s’était rendue en 2013 en Arménie et au Haut-Karabagh. A ce titre, elle a eu « l’honneur » de figurer dans la Liste Noire de l’Azerbaïdjan des personnes indésirables...

Krikor Amirzayan

posté le 23 janvier 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Australie  Derniere minute  Image 450 


HAUT KARABAGH-SOLIDARITE
Les Arméniens d’Australie ont manifesté à Canberra pour accuser l’agression de l’Azerbaïdjan et en solidarité avec le Haut Karabagh

Les Arméniens d’Australie ont manifesté hier devant l’ambassade d’Azerbaïdjan à Canberra contre l’agression de l’Azerbaïdjan au Haut Karabagh. Des centaines de manifestants étaient présents. Selon le bureau de la Cause Arménienne (Hay Tad) d’Australie, les manifestants ont désiré transmettre à l’Ambassadeur azéri un message adressé à Aliev. Mais le diplomate azéri a refusé de recevoir les Arméniens pour la remise de la lettre. Les responsables de l’association « Nigol Touman » qui organisaient cette manifestation ont lu publiquement la lettre qui demandait à l’Azerbaïdjan de mettre fin à l’agression du Haut Karabgh et condamnait Bakou pour crimes de guerre contre les populations civiles du Haut Karabagh.

Krikor Amirzayan

posté le 9 avril 2016 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Australie  Diaspora  Image 450  Karabagh 


Australie
La ville de Ryde vote une motion de reconnaissance du Génocide des Arméniens

10 ans après, en date du 12 avril 2005, la ville de Ryde, renouvelle, à l’unanimité, sa reconnaissance du génocide des Arméniens sous l’impulsion de Sarkis Yedelian*, premier élu d’origine arménienne d’Australie.

Cette motion fait suite à un niveau sans précédent de la couverture médiatique sur le génocide des Arméniens en Australie.

JPEG - 89.7 ko

Sarkis Yedelian et Artin Etmekdjian

Motion

Le Conseil municipal se joint à la communauté arménienne d’Australie pour marquer le centenaire du génocide des Arméniens en décidant de :

(A) d’honorer la mémoire des innocents, hommes, femmes et enfants qui ont été victimes du premier génocide moderne ;

(B) condamner le génocide des Arméniens ; et tous les autres actes de génocide comme acte ultime de l’intolérance raciale, religieuse et culturelle ;

(C) reconnaître l’importance de se souvenir et apprendre de ces chapitres de l’histoire humaine afin de s’assurer que de tels crimes contre l’humanité ne puissent se répéter ;

(D) condamner et empêcher toutes les tentatives d’utiliser la marche du temps à nier ou à falsifier la vérité historique du génocide des Arméniens et autres actes de génocide commis au cours de ce siècle ;

(E) rappeler les témoignages de prisonniers de guerre australiens de la Première guerre mondiale, témoins du génocide des Arméniens ;

(F) souligner l’importante contribution humanitaire apportée par les habitants de l’Australie aux victimes et survivants du génocide arménien ; et

(G) appelle le Commonwealth d’Australie à reconnaître et condamner tous les génocides dont le génocide des Arméniens.

JPEG - 55.1 ko

Sarkis Yedelian le jour de son élection comme Conseiller municipal et le Maire de Ryde Ivan Petch

* 55 ans, marié, père d’un garcon et d’une fille, Sarkis Yedelian, né au Liban, est le premier australien élu d’origine arménienne.

Contrairement à la grande majorité des arméniens, la famille de Sarkis Yedelian a pu échapper au Génocide. Originaire d’Aintab, ancien vilayet d’Alep, son père naît en 1918 sur l’itinéraire de la déportation à Ourfa, comme il le dit lui-même “actuellement située dans la région occupée de l’Arménie en Turquie”. Sa mère est originaire de Kessab, en Syrie, proche de la frontière turque.

Après avoir suivi toutes ses études à Beyrouth (1) jusqu’à l’Université américaine, section Technologie Électronique, Sarkis Yedelian et sa famille sont contraints de quitter le Liban pour cause de guerre civile. Ils rejoignent alors oncles et tantes, déjà installés en Australie.

1979, fraichement débarqué en terre australienne, Sarkis Yedelian trouve un job dans la photo et s’investit d’emblée au service de la communauté arménienne de la ville de Ryde (2) située à environ 12 kms au Nord-Ouest de Sydney. C’est ainsi que l’une de ses principales préoccupations sera de fonder l’école Hamazkain Arshag & Sophie Galstaun “pour perpétuer l’identité arménienne” , regrettant de constater que “les parents paressent à envoyer leurs enfants dans les écoles arméniennes”.

Un destin forgé à la force du poignet

Avec un bagage lui permettant de communiquer en cinq langues parmi lesquelles l’arménien, le français, l’arabe, le turc “parce que c’était la seule façon de pouvoir communiquer avec mes grand-parents” , et l’anglais, dont il dit, non sans humour, qu’ayant été la dernière langue qu’il ait apprise, il a gardé l’accent arménien. “Ils savent que je suis étranger, mais cela ne m’a pas découragé” dit-il, évoquant les australo-australiens de Ryde. “J’ai toujours affronté les défis et particulièrement lorsqu’ils sont difficiles”. C’est ainsi que deux ans après que le Parlement (3) de la Nouvelle Galles du Sud ait reconnu la réalité du Génocide des Arméniens, en 1999, Sarkis Yedelian se présente pour la première fois en tant que candidat indépendant aux élections du Conseil municipal de Ryde. Recalé par “manque d’expérience”, il est élu Conseiller le 6 avril 2004 (4) .

Dans le même temps, toujours dans l’objectif de réunir et d’informer la communauté arménienne, il fonde Armenian Sydney TV. Fonctionnant uniquement sur la base du volontariat, des dons et du sponsoring, Armenian TV Sydney émet depuis Gladesville, gratuitement, 3 heures par jour .

Objectif et Stratégie

Sous son impulsion, le 12 avril 2005, la ville de Ryde reconnaît unanimement le Génocide des Arméniens. L’intention avouée de cette reconnaissance a en réalité un autre dessein. En effet, Ryde abrite ni plus ni moins que le Premier ministre du gouvernement fédéral en la personne de l’honorable John Howard. “Là était la raison principale de la décision du Conseil” avoue Sarkis Yedelian. Influer sur sa personne au niveau fédéral par cette reconnaissance locale.

Jean Eckian

1- Dipômé de l’École Hamazkaine Nishan Palanjian Djemaran de Beyrouth

2- Avec ses 110 000 habitants, Ryde fait partie de Sydney. Elle est la cité d’Australie où est implantée la plus forte communauté arménienne sur les 38 000 vivants en Nouvelle Galles du Sud.

3- Un Mémorial commémorant le Génocide des Arméniens est installé dans l’enceinte même du Parlement de la Nouvelle Galles du Sud.

4- En Australie le vote est obligatoire. La ville de Ryde a 60 000 électeurs divisés en trois secteurs de 20 000 votants : Est - Centre - Ouest . Quatre Conseillers sont élus par secteur.

posté le 17 avril 2015 par Jean Eckian/armenews


GENOCIDE DES ARMENIENS ET DES GRECS PONTIQUES
Arméniens et Grecs demandent le retrait de la plaque dédiée à Atatürk au Hyde Park de Sydney (Australie)

Arméniens et Grecs ont protesté selon Greek Reporter devant le mémorial d’Atatürk au Hyde Park de Sydney (Australie). La manifestation était appelée par des organisations grecques et arméniennes. Elle réunit plusieurs centaines de manifestations qui ont appelé les autorités de la ville de Sydney à déplacer cette plaque dédiée à Atatürk. Les médias furent également appelés à diffuser leurs protestations. Dans un communiqué, le Collectif arméno-grec affirme « Kemal Atatürk est le responsable des crimes de masse contre les minorités nationales qui vivaient en Turquie. Mustafa Kemal Atatürk et ses proches collaborateurs connu pour être des kémalistes ont exercé des actes barbares contre la population des minorités nationales de Turquie ». Le Collectif demandant aux autorités locales de démonter la plaque de souvenir d’Atatürk du Hyde Park de Sydney. Rappelons que cette plaque avait été inaugurée le 19 février dernier à l’occasion des manifestations commémorant le 100ème anniversaire de la bataille de Gallipoli.

Krikor Amirzayan

posté le 28 mars 2015 par Krikor Amirzayan/armenews


L’Australie doit demander la Démission de son Ministre des Affaires étrangères pour avoir nié le Génocide Arménien

USA Armenian Life Magazine n° 1427

Par Harut Sassounian

31 juillet 2014

Le journal turc Sabah a publié la semaine passée la nouvelle regrettable suivante “ Ministre Australien des Affaires étrangères : le cas arménien n’est pas un génocide “.

Sabah y décrit les événements qui l’ont conduit à publier ce titre abominable. Gunah Evinch, membre et ancien président de l’Assemblée des Associations Américaines Turques (ATAA), s’était récemment rendu en Australie pour rendre compte à des groupes turcs locaux du procès Movsessian. Il leur avait dit que la “ Cour Suprême des États-Unis avait prononcé un sursis à statuer à propos d’une décision de la Cour d’appel du 9ème Circuit “, invalidant une loi de l’état de Californie qui définissait le cas arménien de génocide, parce que la politique fédérale des États-Unis est de ne pas définir le cas arménien sous le terme de génocide.

Sabah rend compte également que la visite de Evinch faisait “ partie d’un programme de coopération anglo-turc dans lequel les Turcs aux États-Unis, Canada, Royaume-Uni, Australie et au New Jersey (sic) partagent les meilleures pratiques fondées sur un héritage jurisprudentiel et politique commun “.

Suivant le conseil d’Evinch, Etunc Ozen, président de l’Alliance australienne des plaidoiries, avait écrit le 5 mai à Julie Bishop, Ministre des affaires étrangères d’Australie, “ exprimant ses préoccupations par rapport aux motions votées en mai 2013 par le parlement des Nouvelles Galles du Sud concernant la Turquie et le sort des diverses communautés de l’Empire ottoman au cours et au lendemain de la Première guerre mondiale “.

La ministre Bishop écrivit à Ozen le 4 juin : “ Le gouvernement australien reconnaît les effets dévastateurs que les tragiques événements de la fin de l’Empire ottoman ont eu sur les générations qui ont suivi, sur leur identité, sur leur héritage et leur culture “. De façon surprenante, elle a ajouté : “ Nous ne reconnaissons pas, cependant, ces événements comme ’ génocide ’. Les états et territoires d’Australie n’ont aucun rôle constitutionnel dans l’élaboration de la politique étrangère australienne. Tout en respectant les droits des individus et des groupes d’avoir leur vision forte sur ce sujet, l’approche de longue date et claire du Gouvernement australien a été de ne pas s’immiscer dans ce débat sensible “.

La ministre australienne se trompe sur trois points : 1) Elle se trompe lorsqu’elle déclare que l’Australie ne reconnaît pas le Génocide arménien. Tandis que le Gouvernement australien préfère ne pas employer le terme génocide pour ne pas contrarier la Turquie, aucun autre officiel n’a jamais déclaré que ne n’était pas un génocide, 2) Elle a écrit d’une manière incorrecte que les états australiens qui avaient reconnu le Génocide arménien élaboraient la politique étrangère. Ces états n’avaient fait que reconnaître un fait historique, et 3) elle s’est contredite elle-même en déclarant que le gouvernement australien ne s’immisce pas “ dans ce débat sensible “, alors qu’elle qu’elle déclare que ce n’est pas un génocide ! Vache Kahramanian, Directeur exécutif du comité national arménien d’Australie, a immédiatement publié, dans des termes forts, une lettre adressée à la Ministre des Affaires étrangères, qualifiant sa ’ déclaration mal avisée ’ de ’ profondément insultante et blessante pur la communauté arménienne d’Australie ’. Il a également qualifié les opinions de Bishop d’ ’ intolérables ’, d’ ’ inexcusables ’, de ’ grave offense ’ et de ’ mauvais service rendu à tous les Australiens ’. Kahramanian a judicieusement posé la question ’ Comment la conscience morale de l’Australie a-t-elle pu se corrompre à ce point ? ’.

Le Directeur exécutif de l’ANC-Australie a rappelé à la Ministre des Affaires étrangères que sa déclaration contrastait fortement avec les ’ opinions exprimées par beaucoup de ministres de haut rang dans le gouvernement actuel. Tout récemment, en avril 2014, le Ministre des finances d’Australie et honorable parlementaire Joe Hockey, a publié un communiqué officiel pour la commémoration du 99ème anniversaire du Génocide arménien le 24 avril, comme le jour où ’ nous nous réunissons pour se rappeler des 1,5 million de personnes mortes dans le génocide ’. Les ministres Turnbull, Morrison, aux côtés d’autres membres du parti Travailliste, des Verts, de partis plus petits et d’indépendants, ont appelé le Parlement à reconnaître officiellement les événements de 1915 comme un génocide. Le Premier ministre d’Australie, Tony Abott, au cours des années passées comme dirigeant de l’opposition, publiait une déclaration annuelle faisant référence au Génocide arménien sans recourir à aucune nuance ou euphémisme que ce soit ’.

Kahramanian a également dit à la Ministre des affaires étrangères : “ en niant le Génocide arménien, vous niez la propre histoire de l’Australie. Dans les Archives nationales australiennes, on trouve un nombre incalculable de témoignages de prisonniers Anzac détenus dans l’Empire ottoman... Ces témoignages rappellent de façon frappante les souffrances et l’extermination du peuple arménien ’.

Le Président de l’ANC-Australie Greg Soghomonian a demandé instamment à la Ministre des affaires étrangères de ’ revenir immédiatement sur sa considérable erreur de jugement ’, lui demandant audience.

Je propose que les Arméniens d’Australie demandent au Premier ministre Abott si la Ministre des affaires étrangères a pu s’expliquer sur sa lettre profondément offensante. Si elle ne l’a pas fait, l’ANC-Australie devrait demander sa démission immédiate. L’ANC devrait demander aux parlements des trois états qui ont reconnu le Génocide d’adopter une nouvelle résolution condamnant la position négationniste prise par ministre Bishop et pressant le Premier ministre de demander sa démission.

Traduction Gilbert Béguian pour Armenews

posté le 31 juillet 2014 par Jean Eckian/armenews