Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Union européenne


DIPLOMATIE
L’UE a hâte de commencer à travailler avec Nikol Pachinian

L’Union européenne a réagi hier à la nomination de Nikol Pashinian comme nouveau Premier ministre arménien, déclarant qu’elle prévoyait de poursuivre les efforts pour mettre en œuvre l’accord historique conclu récemment par l’UE avec l’Etat du Caucase du Sud.

La chef de la politique étrangère de l’UE, Federica Mogherini, et le commissaire à la politique européenne de voisinage, Johannes Hahn, ont déclaré que Pachinian avait été élu par le Parlement arménien “conformément à la Constitution“.

“L’Union européenne a hâte de travailler avec lui et son gouvernement à la mise en œuvre de l’accord de partenariat élargi UE-Arménie signé en novembre dernier, en vue de consolider davantage la démocratie, l’état de droit et le respect des droits de l’homme, et également de créer un pays prospère et résilient au profit de tous les citoyens de l’Arménie “, peut-on lire dans une déclaration conjointe.

“Pour atteindre ces objectifs importants, un dialogue global entre toutes les parties prenantes de la politique en Arménie, y compris la société civile, reste crucial“, ont-ils ajouté.

L’UE a insisté à maintes reprises sur ce dialogue lors de la crise politique en Arménie déclenchée par la tentative de l’ancien président Serge Sarkissian de conserver le pouvoir après son second mandat présidentiel le 9 avril. Donald Tusk, président du Conseil européen, et Jean-Claude Juncker , le président de la Commission européenne, ont félicité M. Sarkissian suite à sa nomination au poste de Premier ministre deux jours avant sa démission le 23 avril, au milieu de manifestations de rue massives menées par Pachinian.

L’accord de coopération entre l’UE et l’Arménie engage les autorités arméniennes à mener des réformes politiques qui démocratiseront le système politique du pays et renforceront la protection des droits de l’homme. Erevan doit également « rapprocher » progressivement les lois et règlements économiques arméniens de ceux de l’UE.

Pachinian a appelé à une ratification rapide de cet accord par tous les Etats membres de l’UE lorsqu’il s’est adressé aux législateurs arméniens peu de temps avant qu’ils ne votent pour l’élire Premier ministre hier. Il a également déclaré que son gouvernement visera à entamer “dans un proche avenir“ des négociations avec Bruxelles sur la levée des exigences de visa de l’UE pour les ressortissants arméniens se rendant en Europe.

Tout en promettant de donner un “nouvel élan“ aux relations de l’Arménie avec les États-Unis, Pachinian a précisé que son pays resterait allié politiquement et militairement à la Russie.

posté le 9 mai 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



L’UE préconise des négociations pour débloquer la situation a Erevan

L’Union européenne a appelé dimanche le Premier ministre Serge Sarkissian et les forces de l’opposition à reprendre de toute urgence les négociations pour régler la crise politique qui s’aggrave en Arménie.

Un porte-parole du chef de la politique étrangère de l’UE, Federica Mogherini, a également déclaré que les autorités arméniennes doivent “respecter pleinement“ le droit constitutionnel des citoyens de manifester pacifiquement et “appliquer la loi de manière juste et proportionnée“.

“Tous ceux qui ont été détenus en exerçant leur droit fondamental de réunion conformément à la loi doivent être libérés immédiatement“, a déclaré Maja Kocijancic dans un communiqué publié plusieurs heures après l’arrestation du chef de la protestation, Nikol Pashinian, et de deux autres députés de l’opposition.

“Il est de la plus haute importance que toutes les parties impliquées fassent preuve de retenue et agissent de manière responsable“, ajoute le communiqué. “Un dialogue inclusif, comme l’a demandé le président Armen Sarkissian, visant à un règlement immédiat et pacifique de la situation actuelle, est essentiel“.

Le responsable de l’UE a qualifié de “décevante et inquiétante“ l’échec des discussions de crise de courte durée tenues par Serge Sarkissian et Pashinian dans la matinée.

“L’Union européenne réitère qu’il est essentiel que toutes les parties fassent preuve de retenue et de responsabilité et recherchent d’urgence une solution négociée“, a déclaré un communiqué publié par la délégation de l’UE en Arménie et les ambassades des Etats membres de l’UE.

Au milieu des protestations suscitées par la décision de Serge Sarkissian d’étendre son pouvoir, deux hauts responsables de l’UE l’ont félicité pour son élection en tant que Premier ministre arménien le 17 avril.

Le président Sarkissian, qui a organisé la rencontre du Premier ministre avec le leader de l’opposition, a semblé accuser Pashinian de l’échec des pourparlers de dimanche, tout en appelant à un dialogue renouvelé. “Il est essentiel d’abandonner la position et le comportement non constructifs, qui pourraient compromettre la stabilité du pays, et de continuer à chercher des possibilités de dialogue“, a-t-il déclaré.

La Fédération révolutionnaire arménienne (Dashnaktsutyun), partenaire de la coalition de Serge Sarkissian, a également déclaré que des solutions de compromis peuvent être trouvées même après les “derniers événements.“ Il ne peut y avoir “ni gagnant ni perdant“.

Pendant ce temps, l’alliance de l’opposition Yelk, dont Pashinian est le leader, a fermement condamné l’arrestation de ses trois parlementaires et a exigé leur libération immédiate. Il a déclaré que Pashinian, Ararat Mirzoyan et Sasun Mikaelian doivent être libérés afin d ’“assurer un déroulement pacifique des événements“.

posté le 23 avril 2018 par Claire/armenews

PHOTO MAX SIVASLIAN NAM/ARMENEWS.COM



DIPLOMATIE
Des dirigeants européens félicitent Serge Sarkissian

Deux hauts responsables de l’Union européenne ont félicité Serge Sarkisian pour avoir été élu Premier ministre, tout en l’exhortant à ne pas utiliser la force contre les citoyens qui protestent pacifiquement contre son maintien en place.

“Nous aimerions vous féliciter pour votre élection au poste de Premier ministre de la République d’Arménie“, a déclaré Donald Tusk, président du Conseil européen, et Jean-Claude Juncker, chef de la Commission européenne, dans un message commun publié sur le site officiel de Sarkissian samedi.

Tusk et Juncker ont noté que les relations de l’Union européenne avec l’Arménie ont été “renforcées“ avec la signature en novembre dernier de l’Accord de partenariat global et renforcé (CEPA). “Nous espérons continuer à coopérer avec vous dans vos nouvelles fonctions, en particulier sur la mise en œuvre du nouvel accord, notamment en vue de consolider davantage la démocratie, de renforcer l’état de droit et de protéger les droits de l’homme“.

“Dans ce contexte, nous espérons que les autorités arméniennes feront tout pour respecter le droit des citoyens à exercer leur liberté de réunion pacifiquement et conformément à la loi“, ont-ils ajouté dans une référence claire aux manifestations de rue en cours à Erevan et ailleurs dans le pays.

Les protestations massives ont été déclenchées par la décision de Sarkisian de rester au pouvoir après avoir terminé son deuxième et dernier mandat présidentiel le 9 avril.

Le 18 avril, l’UE a réagi aux manifestations en publiant une déclaration conjointe de sa délégation en Arménie et des ambassades des États membres de l’UE basées à Erevan. Ils ont soutenu le « droit légitime des Arméniens d’exercer la liberté de réunion de manière pacifique ».

La déclaration a également souligné : “Les autorités de l’Etat ont le devoir d’assurer la sécurité et la santé publiques en appliquant la loi de manière juste et proportionnée. Il est important que toutes les parties impliquées continuent à faire preuve de retenue et de responsabilité. “

posté le 22 avril 2018 par Claire/armenews


Diplomatie
UE/ Turquie, des liaisons dangereuses

Des citoyens de l’UE emprisonnés, l’offensive militaire en Syrie ou encore l’érosion de l’État de droit en Turquie : depuis plus d’un an, le climat entre l’UE et la Turquie est tendu. A l’occasion d’un sommet organisé en Bulgarie, le président turc Recep Tayyip Erdogan, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker et le président du Conseil Donald Tusk ont prévu d’évoquer leurs différends. ARTE Info revient sur ces nombreux désaccords.

Journaliste : Hanna Peters, Mathieu Boch

Cette vidéo n’est disponible qu’aujourd’hui même

posté le 28 mars 2018 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Turquie  Union européenne 


Télévision
Turquie Europe, l’union forcée ?

Mardi 27 mars, Caroline Roux présentait dans l’émission C dans l’air (France 5), un débat sur les relations entre l’Ue et la Turquie.

Avec la participation d’Ariane Bonzon (Slate.fr), François Clémenceau (JDD), Jean-Dominique Mercet (L’Opinion) et Didier Billion (IRIS).

Pour voir la vidéo, lien plus bas. Commencer la lecture à partir de 14,40 mn

posté le 28 mars 2018 par Jean Eckian/armenews


COOPERATION
D’après F. Mogherini, l’Arménie et l’UE n’ont jamais été aussi proches

L’Arménie et l’Union européenne n’ont jamais été aussi proches qu’aujourd’hui, a déclaré Federica Mogherini, haute représentante de l’Union européenne pour les Affaires étrangères et la politique de sécurité, s’adressant dans une vidéo aux participants de la réunion de planification européenne qui se tenait à Erevan.

L’événement annuel, qui s’est tenu pour la première fois dans la capitale arménienne, a rassemblé 220 animateurs de la jeunesse de 24 pays européens.

“Je sais que c’est la première fois que vous tenez votre réunion annuelle dans cette partie de l’Europe. Et le moment que vous avez choisi est tout simplement parfait “, a expliqué Mme Mogherini, également vice-présidente de la Commission européenne, dans son discours aux jeunes.

“En novembre dernier, nous avons eu un très important sommet à Bruxelles avec nos six partenaires d’Europe de l’Est, et avec l’Arménie en particulier, nous avons signé trois accords novateurs. Nous avons signé un nouvel accord de partenariat qui, nous l’espérons, peut grandement faciliter la vie de nos citoyens, tant en Arménie que dans l’Union européenne.

“Par exemple, si vous êtes un jeune ingénieur arménien, il vous sera beaucoup plus facile de travailler à l’intérieur de l’Union européenne et vice versa. Les universités arméniennes auront désormais accès aux programmes de recherche et d’innovation de l’Union européenne, le plus grand programme de recherche international au monde. Nous avons également signé de nouveaux accords pour améliorer les liaisons entre l’Union européenne et l’Arménie, à la fois par avion et sur la route.“

Dans ses remarques adressées aux jeunes participants du forum à Erevan, Mogherini a souligné que l’UE rêve d’un “continent européen où les frontières ne sont pas un obstacle, mais une porte d’entrée pour les jeunes comme vous“.

Avant d’ajouter : “Et nous avons demandé à la société civile et aux organisations de la société civile en particulier de nous aider à faire en sorte que ces accords correspondent à vos suggestions et recommandations“.

L’accord de partenariat global et renforcé entre l’UE et l’Arménie a été signé par Mogherini et le ministre arménien des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian, à Bruxelles le 24 novembre. Le gouvernement arménien a approuvé l’accord de 350 pages en décembre et l’approbation de la CEPA par le Parlement arménien est prévu plus tard ce mois-ci.

posté le 12 mars 2018 par Claire/armenews


UNION EUROPEENNE
160 millions d’euros d’aide à l’Arménie pour les trois prochaines années

L’Union européenne a annoncé mercredi qu’elle fournirait à l’Arménie environ 160 millions d’euros (197 millions de dollars) d’aide nouvelle au cours des trois prochaines années, conformément à un récent accord visant à approfondir ses relations avec Erevan. Federica Mogherini, haute-représentante de l’UE pour les Affaires étrangères, et Edouard Nalbandian, ministre arménien des Affaires étrangères, ont signé à Bruxelles un document énumérant les « priorités de partenariat » des deux parties pour les années à venir.

Le bureau de F. Mogherini a indiqué que le document “guidera“ l’aide de l’UE prévue à l’Arménie, qui sera canalisée, entre autres domaines, vers l’éducation et l’innovation.

« L’Union européenne et l’Arménie sont, avec ces priorités de partenariat, en train de renforcer notre amitié et notre coopération déjà solides », a déclaré F. Mogherini lors de la cérémonie de signature qui s’est tenue après ses entretiens avec E. Nalbandian. « Avec notre nouvel accord de partenariat global et renforcé (CEPA) que nous avons signé il y a trois mois, au sommet du partenariat oriental à Bruxelles, nous renforçons notre engagement commun à produire des résultats positifs dans des domaines qui font vraiment la différence dans la vie des gens. à la fois dans l’UE et en Arménie », a-t-elle ajouté.

Selon le CEPA, le gouvernement arménien doit mener des réformes politiques et renforcer la protection des droits de l’homme. Il doit également « rapprocher » progressivement les lois et règlements économiques arméniens de ceux de l’UE. L’accord de 350 pages doit être ratifié par le parlement arménien, les 28 États membres de l’UE et le Parlement européen pour entrer pleinement en vigueur. Cependant, certaines de ses dispositions clés peuvent être mises en pratique juste après la ratification arménienne prévue le mois prochain.

Selon le ministère arménien des Affaires étrangères, E. Nalbandian et F. Mogherini ont discuté de « la mise en œuvre de plusieurs dispositions de l’accord après sa ratification par l’Arménie. » La déclaration de l’UE précise qu’ils ont parlé des actions concrètes du CEPA qu’Erevan s’est engagé à mener d’ici 2020 et que la « bonne gouvernance » et le « développement économique et les débouchés commerciaux » figureront parmi les principaux domaines de coopération entre l’UE et l’Arménie.

posté le 22 février 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ECONOMIE
L’UE prévoit de nouvelles aides pour les régions arméniennes

Piotr Switalski, chef de la délégation de l’UE en Arménie, remet un prix à un festival de ski de fond parrainé par l’UE à Ashotsk, le 4 février 2018.

Le Parlement européen prévoit d’allouer environ 40 millions d’euros (50 millions de dollars) à des projets de développement qui seront lancés dans trois régions du nord de l’Arménie cette année, selon un haut diplomate européen.

« Nous discutons avec le gouvernement arménien de notre plan d’action pour 2018 et nous nous concentrerons probablement sur trois directions : le tourisme, l’agriculture et l’économie créative », a déclaré Piotr Switalski, chef de la délégation de l’UE à Erevan. S’exprimant lors d’un festival de ski de fond parrainé par l’UE à Ashotsk, petite ville du nord-ouest de l’Arménie, M. Switalski a déclaré que le nouveau programme d’aide vise à stimuler l’activité économique et réduire la pauvreté dans les provinces de Chirak, Lori et Tavouch. Le Chirak a longtemps été la région la plus pauvre du pays. Il est encore sous le choc du tremblement de terre dévastateur de 1988 qui a tué des dizaines de milliers de personnes et laissé de nombreux autres sans-abri.

Commentant les programmes d’aide prévus pour cette région, M. Switalski a déclaré en particulier que l’UE dépensera plus de 500 000 euros en un projet pilote visant à soutenir le traitement commercial de la laine à Amasia, une ville provinciale appauvrie, située à 23 kilomètres au sud-ouest d’Ashotsk.

L’UE fera également la promotion du tourisme dans la région connue pour les conditions hivernales rigoureuses, a-t-il ajouté. Le festival de ski qui s’y déroule fait partie de cet effort. « Nous voyons un potentiel ici », a déclaré Switalski aux journalistes. « Nous pensons qu’avec ses partenaires arméniens et autres, l’UE peut aider à créer des emplois et d’autres opportunités pour les habitants afin qu’ils voient la réalisation de leurs rêves ici. »

L’UE est l’un des principaux donateurs étrangers en Arménie depuis le début des années 1990. M. Switalski a déclaré en novembre qu’il fournirait au moins 170 millions d’euros d’aide au pays au cours des trois prochaines années. Le diplomate s’est exprimé peu de temps après la signature d’un accord de partenariat global et renforcé entre l’UE et l’Arménie.

posté le 7 février 2018 par Claire/armenews


STRASBOURF
Serge Sarkissian s’est exprimé à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe

Le président Serge Sarkissian a de nouveau décrit l’Arménie comme une nation européenne et a promis d’approfondir ses relations avec l’Union européenne lors d’une visite à Strasbourg hier.

“Nous nous considérons Européens, indépendamment du fait que les Européens le pensent ou non“, a déclaré M. Sarkissian lors d’une séance de questions-réponses à l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE).

“Nous sommes certains que notre coopération avec l’UE va s’intensifier parce que nous coopérons avec les structures de l’UE, mais aussi parce que nous nous considérons comme porteurs du système de valeurs européen“.

Dans ce contexte, M. Sarkisian a cité la récente signature de l’Accord de partenariat global et renforcé (CEPA) entre l’Arménie et l’UE. L’accord historique a ouvert « de très bonnes perspectives pour le développement de l’Arménie », s’est-il réjoui.

Le CEPA est un accord moins ambitieux que l’accord d’association qui a été presque finalisé par Erevan et Bruxelles en 2013. Sarkissian a fait volte-face au dernier moment, décidant d’adhérer à l’UEE dirigée par la Russie.

Sarkissian a défendu cette décision hier, affirmant qu’elle était soutenue par la plupart des Arméniens et s’est révélée bénéfique pour l’économie du pays. Répondant à une question d’un membre de l’APCE, il a également soutenu que l’adhésion à l’UEE n’a pas empêché l’Arménie de vouloir des liens plus étroits avec l’UE.

En vertu de l’accord, le gouvernement arménien doit mener des réformes politiques et renforcer la protection des droits de l’homme. Il doit également « rapprocher » progressivement les lois et règlements économiques arméniens de ceux de l’UE.

Dans son discours à Strasbourg, Sarkissian a affirmé que l’Arménie avait fait des progrès significatifs dans la démocratisation de son système politique depuis son adhésion au Conseil de l’Europe il y a 17 ans.

“Je peux affirmer avec fierté aujourd’hui que nous avons rempli nos principaux engagements vis-à-vis du Conseil de l’Europe concernant la démocratisation de l’Arménie“, a-t-il assuré. “Ce n’est pas seulement ce que nous nous disons. Nos succès dans la mise en place d’institutions démocratiques ont été reconnus dans les rapports établis par les structures de suivi du Conseil de l’Europe. “

Les « réformes » en cours continueront de prendre de l’ampleur avec la transition imminente de l’Arménie vers un système de gouvernement parlementaire issu des changements constitutionnels radicaux promulgués en 2015. Selon lui, ces changements ont été largement approuvés par des experts juridiques du Conseil de l’Europe.

Les opposants politiques de Sarkissian pensent que l’objectif principal de la réforme constitutionnelle controversée est de lui permettre de rester au pouvoir après avoir son dernier mandat présidentiel en avril 2018. Ils soutiennent également que l’administration de Sarkissian continue de bafouer les droits de l’homme et de truquer les élections.

posté le 25 janvier 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200