Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Etats-Unis


USA
Attentat en Egypte : le sang des chrétiens doit cesser de couler, selon Trump

Le président américain Donald Trump a déclaré vendredi que “le sang des chrétiens doit cesser de couler“, en réaction à l’attaque qui a visé vendredi des coptes d’Egypte, faisant au moins 28 morts.

“Les terroristes sont engagés dans une guerre de civilisation et il appartient à tous ceux qui accordent de la valeur à la vie d’affronter et de vaincre ce mal“ a ajouté Donald Trump qui participe au sommet du G7 à Taormina, en Italie.

posté le 27 mai 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Etats-Unis 


USA
Trump opère des coupes drastiques dans l’aide à l’Arménie

La proposition de budget présentée lundi 22 mai par l’administration Trump envisage des coupes drastiques, de l’ordre de 70 % (69,6% pour être précis) dans les aides prévues pour l’ Arménie au cours de l’année fiscale 2017.

Si une enveloppe de 22,4 millions de dollars d’aides diverses était prévue pour l’Arménie, celle-ci devrait se contenter d’une aide globale de quelque 6,8 millions de dollars si le budget Trump est approuvé.

Si elle était prévisible, car conforme au credo isolationniste et protectionniste du nouveau président américain, cette coupe a néanmoins surpris les associations arméniennes d’Amérique, qui ont aussitôt réagi pour dénoncer ce mauvais coup porté aux relations entre les Etats-Unis et l’Arménie, qui aurait besoin au contraire d’une aide plus importante et comptent sur les législateurs américains pour rétablir l’équilibre budgétaire.

M. Hamparian, de l’Armenian National Committee (ANCA) a notamment souligné que la nouvelle administration devait se conformer aux termes de l’accord de 2015 sur le commerce et les investissements ainsi qu’au nouveau climat commercial, plus prometteur, entre les Etats-Unis et l’Arménie, qui a bénéficié de quelque 500 millions de dollars de nouveaux investissements américains ; un climat qui nécessite un environnement juridique plus propice aux affaires, avec notamment la mise en place de liaisons aériennes directes entre Los Angeles et Erevan ou des programmes de formation dans les écoles arméniennes.

Les coupes budgétaires de l’administration Trump ne visent il est vrai pas seulement l’Arménie ; l’Azerbaïdjan verrait ainsi l’aide américaine tomber à 1 million de dollars, soit une baisse de 90 % par rapport à 2016.

La proposition de budget Trump prévoit une aide de 4 millions de dollars à l’Arménie au titre du Fonds pour l’aide et développement économique ; le reste de l’enveloppe destinée à l’Arménie prévoit 1,5 million de dollars au titre de la législation sur le contrôle international des produits stupéfiants, et 700 000 dollars au titre des programmes liés à la non prolifération, l’antiterrorisme et le déminage.

Le principe de la parité militaire entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan est maintenu dans le budget proposé, chacune des deux Républiques du Sud Caucase devant recevoir 600 000 dollars au titre de la formation militaire internationale et se voyant par ailleurs privée de l’aide d’un montant d’un million de dollars prévue dans le budget 2017 au titre du Foreign Military Financing (FMF, Fonds pour les forces armées étrangères).

posté le 26 mai 2017 par Gari/armenews


TENNIS
Premier entraînement pour André Agassi et Novak Djokovic à Roland Garros

Jeudi 25 mai en début d’après-midi a eu lieu le premier entraînement entre Novak Djokovic et son tout nouveau conseiller technique, André Agassi.

JPEG - 134.8 ko

C’est sur un petit court annexe que l’ancien numéro 1 mondial a observé son nouveau poulain et donné ses premiers conseils. Pourquoi ce court numéro 5 ? La rumeur affirme que le binôme aurait tout simplement oublié de réserver un créneau sur un des deux grands courts, dont le Chatrier sur lequel se sont entraînés Nadal et Murray !

JPEG - 101.3 ko

Détendus et souriants, les deux hommes ont pris leurs marques ensemble lors d’une séance d’entraînement de 90 minutes. Une nouvelle collaboration qui semble avoir été placée sous le signe du plaisir à en croire les nombreux sourires échangés, et la bonne humeur affichée à la sortie du court par la légende arméno-américaine qui s’est dit ravi d’être de retour à Paris où il a eu tant de bons souvenirs, même s’il ne restera pas jusqu’au bout pour voir l’ensemble du tournoi. “Cette séance d’entraînement avec Novak était très fun. Je ne sais pas encore ce que je peux lui apporter. Avant de lui enseigner quelque chose, il faut déjà que j’apprenne moi-même !“, a plaisanté André Agassi face à de rares journalistes à la sortie du court, avant de s’adonner à quelques selfies.

JPEG - 89.4 ko

L’ancien tennisman, raquette en main et lunettes de soleil sur le nez, a gardé la même dégaine d’il y a quelques années, quelques poignets d’amour en plus... Lui-même l’a concédé, en longeant le Chatrier : “Je ne peux pas vous parler en marchant, c’est fou. Ce n’est plus ma vie ça !“. Lui qui prend cet échange avec Novak Djokovic à Roland Garros “absolument pas comme un job à temps complet“ espère en tout cas aider de son mieux par ses conseils avisés le numéro 2 mondial en perte de vitesse ses derniers temps.

JPEG - 67.2 ko

Un duo gagnant ? Réponse après les tirages au sort qui auront lieu aujourd’hui à 12h, pour un début de tournoi dimanche prochain.

JPEG - 204.6 ko
posté le 26 mai 2017 par Claire/armenews

Claire Barbuti



USA
Le gouverneur de Californie oppose son veto à la libération conditionnelle d’Hampig Sassounian

Tenant compte du lobbying des Turcs aux Etats-Unis et de l’administration Trump, le gouverneur Jerry Brown a mis son veto à la libération conditionnelle d’un Arméno-américain qui a assassiné le consul général de Turquie à Los Angeles en 1982.

Hampig « Harry » Sassounian avait 19 ans quand lui et un compagnon, qui n’a pas été arrêté ont tiré et tué Kemal Arikan alors que le consul était assis dans sa voiture à une intersection dans le district de Westwood de Los Angeles. Les Commandos des Justiciers du Génocide arménien, auquel Hampig Sassounian aurait appartenu, a appelé un service de presse peu après et avait revendiqué la responsabilité de l’attaque et d’autres assassinats de diplomates turcs, « pour exiger la justice pour le crime génocidaire en Turquie en 1915. »

Condamné à la prison à vie, Hampig Sassounian s’était vu à plusieurs reprises opposé un refus quant à une libération conditionnelle jusqu’en Décembre, lorsque le Conseil d’Etat des audiences de libération conditionnelle a recommandé sa libération de la prison de San Quentin. Le conseil d’administration a déclaré qu’Hampig Sassounian, traumatisé par la terrible guerre dans son Liban natal comme enfant, avait accepté la responsabilité de son crime, fait preuve de remords et a participé à de nombreux programmes de traitement et de formation professionnelle en prison.

JPEG - 21.3 ko

Jerry Brown, qui en tant que gouverneur peut passer outre les décisions de sa commission des libérations conditionnelles nommé, a accepté les demandes de libération conditionnelle dans environ 80 pour cent des cas mais il a dit lundi qu’il croyait qu’Hampig Sassounian pouvait encore être « un danger déraisonnable pour la société s’il était libéré. »

Le meurtre était « une volonté délibérée, l’assassinat planifié d’un diplomate, » tracée au moins deux semaines à l’avance, a déclaré Jerry Brown. Le gouverneur, contrairement aux présidents américains, a déjà qualifié les massacres des Arméniens de génocide mais, a-t-il dit, ces meurtres ne pouvaient pas justifier un meurtre des décennies plus tard.

Les associations turques avaient exhorté le gouverneur à refuser la libération conditionnelle. Ils ont été rejoints par le secrétaire d’Etat Rex Tillerson et le procureur général Jeff Sessions, qui ont envoyé une lettre à la Commission des libérations conditionnelles le 28 Mars s’opposant à la libération de Sassounian.

Les deux responsables de l’administration Trump a qualifié l’assassinat d’Arikan « une attaque contre la diplomatie elle-même. »

L’avocat de Sassounian, Mark Geragos, a qualifié l’action du gouverneur « d’alarmante ».

« C’était un jeune enfant, clairement influencé par l’émotion au moment » du meurtre, qui est maintenant « utilisé à plusieurs reprises comme un ballon de football politique », a déclaré Geragos. « Je ne comprends pas pourquoi le Département d’Etat est impliqué », a-t-il dit, et « je ne savais pas que le gouverneur essayait de gagner les faveurs du dictateur brutal Erdogan. »

posté le 21 mai 2017 par Stéphane/armenews


USA
Le Dr Mary Papazian devient présidente de l’Université d’état de San Jose

Le 4 mai 2017 a été une journée marquante pour l’Université d’État de San Jose et les Arméniens. Le Dr Mary Papazian a été investit en tant que 30e Présidente de l’Université d’Etat de San Jose. Elle est la première femme arménienne, présidente d’une université d’État de Californie et seulement la troisième femme présidente de SJSU.

Son Eminence, l’Archevêque Hovnan Derderian, Primat du Diocèse de l’Ouest, était représenté par le Père Datev Harutyunian, Pasteur de l’Eglise arménienne St. Andrew de Cupertino.

Il a transmis les félicitations de l’archevêque Derderian au docteur Papazian sur ce poste bien mérité en tant que président de l’Université d’Etat de San Jose. Les remarques du Père Harutyunian ont été poignantes et mémorables, rappelant que « la valeur de l’éducation est l’outil le plus puissant que la société dispose pour assurer sa perpétuation dans le présent et sa prospérité et son bonheur à l’avenir ». Il a reconnu que le travail du Dr Papazian au sein de la communauté a été exemplaire et illustre sa compréhension que, dans le monde d’aujourd’hui, les établissements d’enseignement et la sphère publique doivent travailler main dans la main ». En conclusion le Père Harutyunian a offert une dernière bénédiction au Dr Mary Papazian, ses proches et “que le Créateur puisse bénir l’Université d’Etat de San Jose sous votre direction“.

La docteure Mary Papazian s’est adressée à la foule lors de la cérémonie en parlant de son patrimoine arménien, des récits sur le génocide de son grand-parent à l’engagement de ses parents à apprendre l’arménien et à transmettre leur amour de l’éducation à leurs enfants et la passion de sa mère comme éducatrice dans une école arménienne à Los Angeles.

posté le 21 mai 2017 par Stéphane/armenews


USA-TURQUIE
Erdogan à Washington : des manifestants « brutalement attaqués »

Washington, (AFP) - La police de Washington a dénoncé mercredi une “attaque brutale visant des manifestants pacifiques“ après des affrontements la veille entre des gardes du président turc Recep Tayyip Erdogan et des protestataires kurdes.

Ces violences se sont déroulées mardi soir devant la résidence de l’ambassadeur de Turquie, où le chef de l’Etat turc s’est rendu après son entretien à la Maison Blanche avec le président américain Donald Trump.

La rixe, une “attaque brutale visant des manifestants pacifiques“ selon les mots du chef de la police de la capitale, Peter Newsham, s’est soldée par le bilan suivant : 11 personnes plus un policier blessés, neuf personnes parmi les blessés transportées à l’hôpital, d’où elles sont ressorties depuis.

La police a interpellé deux suspects domiciliés aux Etats-Unis, à l’encontre desquels elle a engagé des poursuites, le premier pour coups et blessures, le second pour agression d’un membre des forces de l’ordre.

Les enquêteurs ont précisé disposer de “très bonnes vidéos“ sur la rixe. Ces images montrent des partisans du président turc Recep Tayyip Erdogan s’affrontant avec des manifestants kurdes.

Selon des témoins cités par des médias, les gardes du corps du président turc ont attaqué des manifestants qui brandissaient le drapeau des milices kurdes syriennes du PYD, qu’Ankara considère comme une émanation du Parti des Travailleurs du Kurdistan (séparatiste kurde turc). “Nous faisons part, dans les termes les plus forts, de notre préoccupation au gouvernement turc“, a réagi mercredi le département d’Etat américain.

La maire de Washington, Muriel Bowser, a de son côté condamné dans un communiqué “une violente attaque contre des manifestants pacifiques, qui est un affront aux valeurs de Washington et à nos droits en tant qu’Américains“.

M. Newsham n’a pas clairement confirmé si les agresseurs en costume sombre visibles sur les vidéos étaient bien des gardes du corps du président Erdogan, en indiquant que l’enquête se poursuivait. “L’intervention de la police était risquée car il y avait des personnes porteuses d’arme à feu“, a toutefois déclaré le chef de la police.

“Il est possible que se pose une question d’immunité diplomatique“, a-t-il ajouté, en précisant que cela n’empêcherait pas les investigations de se poursuivre.

Il a enfin confirmé que le Secret Service, l’agence d’élite chargée de protéger les personnalités officielles aux Etats-Unis, avait “stoppé“ deux personnes, sans confirmer si elles avaient été relâchées.

posté le 18 mai 2017 par Ara/armenews


États Unis
Turcs et Arméniens s’affrontent à Washington

Washington - Mardi, des manifestants kurdes, arméniens et yezidis, défenseurs des droits humains, ont été violemment agressés par des turcs pro-Erdogan, face à la résidence de l’ambassadeur de Turquie à Washington. Neuf personnes ont été blessées et deux arrêtées.

L’altercation s’est produite en marge de la visite officielle du président turc avec Donald Trump à la Maison blanche.

La police a eu les pires difficultés à séparer les deux groupes d’une centaine de personnes.

Selon, La Voix de l’Amérique, qui a filmé les affrontements, le département d’état des États-Unis a refusé de commenter les faits.

posté le 17 mai 2017 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Etats-Unis 


USA
Sensibilisation au génocide des Arméniens sur le pont de Brooklyn

l’emblématique pont de Brooklyn a servi de site de sensibilisation au génocide des Arméniens le 22 avril, alors que plus de 100 personnes - dont les sportifs arméniens Migran Harutyunyan et Albert Ghazaryan - ont participé à la première édition annuelle de Walk-a-Thon pour la sensibilisation au génocide.

JPEG - 170.9 ko

Lors d’une marche à pied du pont de Brooklyn du côté de Manhattan par l’Hôtel de ville, les participants ont porté des drapeaux américain, arménien et de l’artsakh, ainsi que des affiches commémorant les génocides du 20ème siècle. Des brochures informatives ont été transmises aux piétons du pont, qui se sont arrêtées pour prendre des photos et ont voulu converser.

posté le 11 mai 2017 par Stéphane/armenews
THEMES ABORDES : Arménie  Etats-Unis 


SYRIE
Les USA associeront la Turquie à la bataille contre l’EI à Raqa

Copenhague, 9 mai 2017 (AFP) - Les États-Unis vont associer la Turquie aux opérations militaires pour reprendre le bastion de l’organisation État islamique (EI) à Raqa en Syrie, a annoncé mardi le secrétaire américain à la Défense Jim Mattis.

L’annonce faite par le chef Pentagone tranche avec la condamnation, fin avril, de frappes aériennes de la Turquie contre une milice kurde soutenue par les États-Unis, qui avait provoqué la colère à Washington.

“Notre intention est de collaborer avec les Turcs, les uns aux côtés des autres, pour prendre Raqa“, a déclaré M. Mattis lors d’une conférence de presse à Copenhague, à l’issue d’une réunion des principaux pays de la coalition contre l’EI.

“Nous allons nous occuper de cela et trouver de quelle manière nous allons le faire, mais nous y sommes tous engagés“, a-t-il ajouté. Les États-Unis n’envisagent pas que la Turquie participe à l’offensive terrestre contre une ville tenue par les jihadistes depuis plus deux ans, a précisé M. Mattis.

Washington soutient les milices kurdes YPG (Unités de protection du peuple kurde) qui sont la principale composante des Forces démocratiques syriennes (FDS), alliance de combattants kurdes et arabes contre les jihadistes.

Or la Turquie considère les YPG comme l’extension en Syrie du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), organisation séparatiste qui livre une sanglante lutte armée contre Ankara depuis 1984, et classée “terroriste“ par la Turquie et ses alliés occidentaux.

Les FDS ont pris Raqa en étau et sont vraisemblablement sur le point de lancer une offensive, dans lequel le rôle des YPG reste à déterminer.

Dans la capitale danoise, M. Mattis a rencontré le sous-secrétaire adjoint au ministère de la Défense turc, Bazat Öztürk.

Les discussions entre tous les pays représentés ont porté sur les besoins futurs de cette coalition, alors que le “califat“ autoproclamé s’effondre peu à peu.

“Nous avons examiné la situation de l’ennemi et discuté de la suite pour nous assurer que nous étions tous sur la même longueur d’ondes. Nous allons accélérer ce combat“, a commenté le secrétaire à la Défense américain.

Davantage de moyens de déminage dans les zones évacuées par l’EI sont en particulier nécessaires pour la coalition, a indiqué un responsable gouvernemental américain s’exprimant sous couvert de l’anonymat.

Des fonds et des moyens pour contribuer à la stabilisation et à la protection des zones désertées par l’EI sont également requis, selon des responsables présents à Copenhague. Quinze pays étaient représentés à Copenhague, à l’invitation du ministre danois de la Défense, Claus Hjort Frederiksen. Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, était présent.

Sur le terrain, la dynamique est du côté de la coalition. Après de violents combats de rue, l’EI a perdu le contrôle de l’essentiel de son bastion de Mossoul, dans le nord de l’Irak, et l’étau se resserre contre lui à Raqa, en Syrie.

Dans ce contexte, la question du retour de milliers de combattants étrangers de l’EI dans leurs pays d’origine se pose de façon aiguë.

Selon le même responsable gouvernemental américain, Interpol à identifié 14.000 de ces combattants étrangers qui se sont rendus en Syrie et qui sont toujours en vie.

Les plus nombreux sont les Tunisiens, suivis des Saoudiens. Mais il y en a également des milliers venus d’Europe, dont une centaine du Danemark, a précisé ce même responsable. Interpol fait partie de la coalition, dont elle est devenue le 68e membre.

posté le 10 mai 2017 par Ara/armenews