Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Etats-Unis


TURQUIE
Ankara lie Gülen à l’enquête sur le meurtre du journaliste Hrant Dink en 2007

Istanbul, (AFP) - Les autorités turques ont émis mardi un mandat d’arrêt contre le prédicateur Fethullah Gülen, exilé aux Etats-Unis, dans le cadre de l’enquête sur l’assassinat en 2007 du célèbre journaliste d’origine arménienne Hrant Dink, selon les médias.

C’est la première fois qu’Ankara évoque formellement un lien entre ce meurtre qui a secoué la Turquie et la mouvance de M. Gülen. Ce dernier, ancien allié du président turc, est désigné par Recep Tayyip Erdogan comme le cerveau du putsch manqué en juillet.

Le parquet d’Istanbul a demandé l’arrestation de M. Gülen, ainsi que de cinq autres personnes, dont l’ex-procureur Zekeriya Öz, considéré en Turquie comme un “güléniste“, selon l’agence de presse progouvernementale Anadolu.

L’agence ne précise toutefois pas les motifs ayant conduit le parquet à prendre cette décision, ni les éléments sur lesquels elle repose.

Le gouvernement turc accuse M. Gülen, installé en Pennsylvanie, d’être l’instigateur du putsch avorté de juillet, ce que l’intéressé nie fermement. La Turquie demande régulièrement aux Etats-Unis son extradition.

Le ministre turc de la Justice Bekir Bozdag a encore demandé mardi à son homologue américain l’extradition du prédicateur lors d’un entretien téléphonique, selon le quotidien Hürriyet.

Hrant Dink a été tué de deux balles en pleine rue devant le siège du journal Agos qu’il dirigeait, le 19 janvier 2007. La photographie de son corps sans vie, recouvert d’un drap, a marqué les esprits en Turquie.

Le tireur, Ogun Samast, 17 ans au moment des faits, a avoué le meurtre et a été condamné à près de 23 ans de prison en 2011. Mais l’identité de ses commanditaires éventuels continue de faire l’objet d’une vive polémique. Hrant Dink s’est fait connaître en fondant Agos, un journal paraissant en turc et en arménien, abordant des sujets jusque-là tabous.

Il était haï par les nationalistes turcs pour avoir qualifié de génocide les massacres dont les Arméniens ont été les victimes pendant la Première Guerre mondiale sous l’Empire ottoman. Ankara refuse catégoriquement de reconnaître tout génocide.

posté le 22 mars 2017 par Ara/armenews
THEMES ABORDES : Etats-Unis  Image 450  Turquie 


DEFENSE
Un centre de formation de l’armée arménienne rénové grâce à l’aide des EU

L’armée arménienne a officiellement lancé vendredi une rénovation financée par les Etats-Unis du principal centre de formation de sa brigade spéciale qui permet l’envoi de troupes aux missions multinationales de maintien de la paix à l’étranger.

Le ministre de la Défense, Vigen Sargsian, l’ambassadeur des Etats-Unis en Arménie, Richard Mills, et des officiers du Corps des ingénieurs de l’armée américaine ont inauguré le début des travaux de reconstruction avec une cérémonie spéciale qui s’est tenue au centre d’instruction militaire de Zar.

« Grâce à l’aide de nos partenaires américains, le centre de formation des forces arméniennes de maintien de la paix sera entièrement rénové et aura un nouveau visage dans les mois à venir, a déclaré Sargsian lors de la cérémonie. Cela prouve la coopération entre les États-Unis et l’Arménie dans le domaine de la défense ».

Sargsian a remercié le gouvernement et l’armée des États-Unis pour l’aide apportée. Une déclaration sur l’événement publié par le ministère arménien de la Défense n’a pas indiqué le montant du financement américain. Il précise seulement que l’Arménie finance également une partie de la rénovation.

La Brigade de maintien de la paix de l’armée arménienne a reçu une aide financière et technique considérable des États-Unis et des autres pays membres de l’OTAN depuis sa création au début des années 2000.

Plus de 130 soldats de la brigade sont actuellement déployés au Kosovo, en Afghanistan et au Liban. L’Arménie prévoit de rejoindre plus de missions de maintien de la paix à l’étranger avec des unités médicales et de déminage spécialisées. Elles seront soumis à une formation de l’OTAN avant leur déploiement.

En octobre 2016, Sargsian et Mills ont inauguré une nouvelle école paramédicale des armées arméniennes. Des instructeurs militaires américains ont formé le premier groupe de professeurs arméniens pour l’école en août 2015.

La déclaration du ministère de la Défense a cité Mills comme ayant dit vendredi que la coopération en matière de défense est maintenant “l’une des pierres angulaires clés“ des relations américano-arméniennes.

posté le 6 mars 2017 par Claire/armenews


Cinéma
The Promise : nouvelles images

« The Promise », le film qui raconte l’histoire du génocide arménien en Turquie au début de la Première Guerre mondiale.

Écrit par Terry George et Robin Swicord et réalisé par Terry George (Hôtel Rwanda), The Promise est interprété par Oscar Issac, Christian Bale et Charlotte Le Bon. Musique de Gabriel Yared.

Le film parle d’une histoire d’amour au milieu de l’agitation croissante en 1914 en Turquie, menant aux horreurs du génocide arménien. Alors que la Grande Guerre se profile, le puissant Empire ottoman s’effrite. Constantinople, la capitale multiculturelle autrefois vibrante sur les rives du Bosphore, est sur le point d’être consumée par le chaos. Michael Boghosian (Oscar Isaac), arrive dans le centre cosmopolite en tant qu’étudiant en médecine déterminé à ramener la médecine moderne à Siroun, son village ancestral dans le sud de la Turquie où les musulmans turcs et les chrétiens arméniens ont vécu côte à côte pendant des siècles.

Le nouveau trailer

posté le 5 mars 2017 par Jean Eckian/armenews


Humanitaire
Elton John présentera le film sur le génocide arménien « The Promise » à la fête des Oscars

La 25e soirée annuelle de la Fondation Elton John pour la lutte contre le sida (EJAF) aura lieue le 26 février au West Hollywood Park, le jour même de la remise des Oscars du cinéma, au cours de laquelle Sir Elton John et David Furnish présenteront le film Open Road et Survival Pictures « The Promise », qui raconte l’histoire du génocide arménien en Turquie au début de la Première Guerre mondiale. Écrit par Terry George et Robin Swicord et réalisé par Terry George (Hôtel Rwanda), The Promise est interprété par Oscar Issac, Christian Bale et Charlotte Le Bon. Musique de Gabriel Yared.

« Nous devons seulement considérer que l’épidémie de VIH / SIDA qui a suivi le génocide rwandais au milieu des années 1990 pour comprendre le lien direct entre les atrocités, les atteintes aux droits de l’homme et les crises de santé publique comme l’épidémie du SIDA“, a déclaré le fondateur d’EJAF Elton John.

“Grâce à nos amitiés avec la famille Manoukian et le producteur Eric Esrailian de l’UCLA, David et moi sommes devenus plus personnellement conscients du génocide arménien et sa pertinence concernant les questions sociales aujourd’hui. Le thème du film The Promise peut être interprété comme garder la promesse de se rappeler et d’apprendre des atrocités du passé, ainsi que de garder la promesse de mettre fin au sida. Chez EJAF, nous nous engageons à défendre The Promise et sensibiliserons ce film puissant qui utilise la narration classique pour inspirer les gens à agir aujourd’hui. Nous sommes honorés de partager le moment important de notre événement de la Nuit des Oscars pour présenter au public The promise . “ a déclaré Elton John.

En plus de partager la vision de l’EJAF pour défendre les droits de l’homme, l’équipe The Promise de Survival Pictures a pris l’engagement sans précédent de faire don de tout le produit du film à des organisations à but non lucratif, y compris à l’EJAF et d’autres ONG et de droits humains. Dans le cadre de cet engagement et pour inspirer généreusement les invités de la fête, Survival Pictures fera correspondre les promesses faites par les invités à l’EJAF par le biais d’achats de textes et d’enchères en direct effectués au cours de la fête de l’EJAF, avec pour objectif d’en faire une soirée record.

JPEG - 55.7 ko

Le Comité National Arménien d’Amérique (ANCA) a remercié Elton John pour son initiative dans un message Facebook

« Ce don est le premier du genre avec un film de cette envergure, nous voulions que le monde le sache et nous sommes incroyablement reconnaissants“, a déclaré David Furnish, président de l’EJAF. “Nous sommes honorés d’annoncer cette générosité, grâce au philanthrope, humaniste et ancien patron de la MGM Kirk Kerkorian, à la veille de la 25e soirée annuelle de l’EJAF Academy Awards Party. Non seulement The Promise s’engage à soutenir le travail d’EJAF, mais des fonds de contrepartie seront fournis pour inspirer d’autant plus les donateurs tout au long de l’événement et aux enchères en direct.

Survival Pictures a également développé une campagne d’impact social pour The Promise afin d’aider à sensibiliser le public mondial sur les génocides et les atrocités de masse des 20ème et 21ème siècles, sur la définition juridique du génocide et sur le déni historique. La campagne d’impact informera et inspirera les gens à prendre des mesures pour qu’ils deviennent partie-prenante du mouvement anti-génocide mené par des organisations de défense des droits humains comme l’EJAF, ainsi que les décideurs dédiés à mettre fin aux crimes contre l’humanité et traduire les auteurs en justice.

Le film parle d’une histoire d’amour au milieu de l’agitation croissante en 1914 en Turquie, menant aux horreurs du génocide arménien. Alors que la Grande Guerre se profile, le puissant Empire ottoman s’effrite. Constantinople, la capitale multiculturelle autrefois vibrante sur les rives du Bosphore, est sur le point d’être consumée par le chaos. Michael Boghosian (Oscar Isaac), arrive dans le centre cosmopolite en tant qu’étudiant en médecine déterminé à ramener la médecine moderne à Siroun, son village ancestral dans le sud de la Turquie où les musulmans turcs et les chrétiens arméniens ont vécu côte à côte pendant des siècles. Le Photo-journaliste Chris Myers (Christian Bale), n’est venu ici que provisoirement pour couvrir la géopolitique. Il est fasciné par son amour pour Ana (Charlotte Le Bon), une artiste arménienne qu’il a accompagné de Paris après la mort soudaine de son père. Lorsque Michael rencontre Ana, leur patrimoine commun arménien déclenche une attraction qui explose dans une rivalité romantique entre les deux hommes. Alors que les Turcs forment une alliance avec l’Allemagne et que l’Empire se retourne violemment contre ses propres minorités ethniques, ces passions conflictuelles doivent être reportées tandis qu’elles s’unissent pour survivre alors même que les événements menacent de les submerger. Des promesses sont faites et des promesses sont rompues. La seule promesse qui doit être tenue est de vivre et de raconter l’histoire.

« Le génocide arménien ne doit évidemment jamais être oublié et devrait être reconnu, mais les informations actuelles montrent que les mêmes modèles de violations des droits de l’homme sont reproduits dans de trop nombreuses régions du monde aujourd’hui », a déclaré le producteur Eric Esrailian. « Nous sommes honorés d’avoir le soutien d’Elton, David et toute la famille EJAF. En unissant nos forces, nous pouvons aider les populations dans le monde qui ont besoin d’aide en ce moment“.

posté le 24 février 2017 par Jean Eckian/armenews


ETATS-UNIS/TURQUIE
Les Etats-Unis veulent un « nouveau départ » avec la Turquie

Ankara, 19 fév 2017 (AFP) - Le vice-président américain Mike Pence a affirmé au Premier ministre turc Binali Yildirim que son administration souhaitait “un nouveau départ“ dans les relations entre Washington et Ankara, a rapporté dimanche un média turc.

Selon la chaîne NTV, M. Pence a déclaré que les Etats-Unis souhaitaient développer les relations avec la Turquie, lors d’un entretien samedi avec M.  Yildirim en marge de la Conférence sur la sécurité de Munich.

Pour sa part, M. Yildirim a déclaré qu’une extradition de l’imam Fethullah Gülen, un prédicateur exilé aux Etats-Unis, “ouvrirait une nouvelle page“ dans les relations entre les deux pays, selon NTV.

Dans un communiqué, la Maison Blanche a indiqué que M. Pence avait au cours de l’entretien réitéré l’engagement des Etats-Unis à l’égard de la Turquie comme partenaire stratégique et allié au sein de l’Otan.

“Les deux dirigeants ont également discuté des moyens d’accélérer nos efforts conjoints pour vaincre“ le groupe Etat islamique, a ajouté le communiqué.

Les deux hommes ont évoqué le moyen de parvenir à une solution permanente permettant de mettre fin au conflit syrien, selon NTV.

La Turquie a présenté aux Etats-Unis deux plans de bataille excluant les milices kurdes pour bouter le groupe Etat islamique (EI) hors de Raqa, sa “capitale“ autoproclamée en Syrie, a rapporté samedi le quotidien Hürriyet.

Ankara, qui a lancé une offensive d’envergure dans le nord de la Syrie, qualifie de “groupes terroristes“ des milices kurdes soutenues par Washington pour combattre les jihadistes au sol.

Le Premier ministre turc a prévenu samedi que si Washington choisissait de s’appuyer sur les milices kurdes, cela “poserait un sérieux problème à nos relations avec les Etats-Unis“.

posté le 19 février 2017 par Ara/armenews


DIPLOMATIE
Les USA contre les manoeuvres de Bakou vis à vis de l’OSCE en Arménie

Les Etats-Unis ont averti l’Azerbaïdjan jeudi contre le fait de forcer la fermeture du bureau d’Erevan de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe.

Le bureau a été confronté à un avenir incertain depuis Bakou a voté récemment une nouvelle extension de ses activités, en s’opposant fermement à un programme de déminage humanitaire mis en œuvre par elle en Arménie.

La délégation azerbaïdjanaise au siège de l’OSCE à Vienne a insisté dans une déclaration de janvier selon laquelle le programme « peut renforcer les capacités et les compétences des structures arméniennes pertinentes » dans le conflit du Haut-Karabakh. Elle a accusé l’Arménie de vouloir « abuser du Bureau de l’OSCE à Erevan contre les intérêts légitimes de l’Azerbaïdjan ».

L’Arménie a écarté ces allégations, affirmant que l’Azerbaïdjan essaie simplement de forcer l’OSCE à fermer le bureau d’Erevan, après avoir lui-même fermé en 2015 un bureau semblable de l’OSCE à Bakou. Les décisions de l’OSCE concernant l’ouverture de telles missions et l’extension de leur mandat doivent être approuvées par les 57 États membres de l’organisation.

Bakou n’a pas abandonné ses objections, même après que le gouvernement arménien ait apparemment convenu plus tard en janvier d’exclure le déminage d’un large éventail d’activités de l’OSCE en Arménie.

“Nous sommes très préoccupés par la situation concernant le Bureau de l’OSCE à Erevan“, a déclaré Kate Byrnes, chargée d’affaires de la mission américaine à l’OSCE.

“Ce bureau, comme toutes les missions et institutions de l’OSCE sur le terrain, est un élément important du travail effectué par cette organisation pour aider les Etats participants à mettre en œuvre leurs engagements de l’OSCE“, a déclaré M. Byrnes lors d’une réunion du Conseil permanent de l’OSCE à Vienne.

“Si le Bureau à Erevan devait être forcé de fermer, cela refléterait mal l’engagement de l’Azerbaïdjan et de son gouvernement envers l’OSCE“, a-t-elle averti. “Nous exhortons le gouvernement de l’Azerbaïdjan à s’engager de manière constructive à trouver une solution de compromis dès que possible qui permettra au bureau à Erevan de rester ouvert“.

posté le 10 février 2017 par Ara/armenews

P.S Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Des investisseurs occidentaux moderniseront les centrales électriques

La Société financière internationale (IFC), basée à Washington, a déclaré hier qu’elle avait aidé le principal propriétaire américain du plus grand complexe hydroélectrique d’Arménie à obtenir des prêts de 140 millions de dollars qui serviront à renforcer sa capacité.

Dans le cadre d’un accord de prise de contrôle avec le gouvernement arménien signé en juin 2015, la société d’énergie basée à New York, ContourGlobal, a versé 180 millions de dollars pour l’achat de la Cascade hydroélectrique de Vorotan. Elle est ainsi devenue la première entreprise occidentale à acquérir des actifs majeurs dans le secteur énergétique arménien, partiellement contrôlé par les géants énergétiques russes.

L’accord a également engagé ContourGlobal à investir 70 millions de dollars dans les trois centrales hydroélectriques qui composent la cascade. Elles ont été construites à l’époque soviétique sur la rivière Vorotan qui coule à travers la montagne Syunik. Elles produisent actuellement environ 15% de l’électricité de l’Arménie.

IFC, qui a acheté une part de 20% dans le complexe de Vorotan plus tard en 2015, a indiqué que le nouveau propriétaire pourrait investir deux fois plus avec le financement multimillionnaire qu’il a obtenu.

“Cela comprend un prêt de 45 millions de dollars pour le compte propre de la SFI et des prêts parallèles de 65 millions de dollars de la FMO, la banque de développement néerlandaise, et 30 millions de DEG, la Société allemande d’investissement et de développement“, a indiqué la SFI dans un communiqué.

FMO et DEG sont contrôlés par les gouvernements néerlandais et allemand, tandis que la SFI fait partie du Groupe de la Banque mondiale.

“Les prêts aideront ContourGlobal à moderniser le complexe de Vorotan de 404 mégawatts dont certaines parties datent de près de quatre décennies (...) Le financement devrait accroître la fiabilité de l’électricité, fournissant un approvisionnement régulier en énergie propre à 60 000 clients résidentiels supplémentaires“, précise le communiqué.

“L’augmentation de la capacité de Vorotan est essentielle pour l’Arménie, un pays qui importe du carburant pour couvrir environ 90 % de ses besoins énergétiques“, a-t-il ajouté.

La SFI a cherché à aider l’Arménie à accroître sa capacité en sources d’énergie renouvelables avant même d’investir dans les installations de Vorotan. Grâce à son projet de financement de l’énergie durable en Arménie lancé en 2010 conjointement avec le gouvernement autrichien, l’institution multilatérale a fourni une assistance financière et technique aux entreprises arméniennes impliquées dans la production d’énergie hydroélectrique.

Au cours de la dernière décennie, la part de l’hydroélectricité dans la production d’électricité en Arménie est passée de 20 % à environ 32 % grâce à plus de 150 petites centrales hydroélectriques privées construites sur les rivières montagneuses à débit rapide du pays. L’électricité produite par eux est beaucoup moins cher que celle des centrales thermiques. Ces derniers représentaient 35% de la production d’électricité arménienne l’an dernier.

Les données du NSS montrent également que la production combinée des centrales hydroélectriques arméniennes a augmenté de près de 7% en 2016, soit près de la quantité d’électricité fournie par la centrale nucléaire de Metsamor.

posté le 8 février 2017 par Claire/armenews


ETATS-UNIS
Trump redit son engagement vis-à-vis de l’Otan dans des appels à Rajoy et Erdogan

Washington, 8 fév 2017 (AFP) - Donald Trump a réaffirmé mardi l’engagement des Etats-Unis vis-à-vis de l’Otan dans deux appels au président turc Recep Tayyip Erdogan et au Premier ministre espagnol Mariano Rajoy, selon la Maison Blanche.

Avec M. Erdogan, M. Trump a évoqué “la longue relation de proximité entre les Etats-Unis et la Turquie et leur engagement commun à combattre le terrorisme sous toutes ses formes“, a indiqué dans un communiqué l’exécutif américain.

“Le président Trump a renouvelé le soutien américain à la Turquie en tant que partenaire stratégique et allié de l’Otan, et apprécie toutes les contributions dans la campagne contre le groupe Etat islamique“, a poursuivi la Maison Blanche.

M. Erdogan avait appelé M. Trump pour le féliciter après les élections de novembre, mais c’était la première discussion entre les deux hommes depuis la prise de fonction de l’homme d’affaires. M. Trump a également réaffirmé son engagement vis-à-vis de l’organisation atlantique au cours d’une discussion avec le Premier ministre espagnol, Mariano Rajoy, mardi.

Il s’agissait de la première conversation entre les deux dirigeants depuis la prise de fonction du candidat républicain le 20 janvier. Il a “réaffirmé le solide partenariat entre les deux pays à travers une série d’intérêts mutuels“, selon un communiqué de la Maison Blanche.

“Les deux dirigeants ont discuté de leurs priorités communes, notamment les efforts pour éliminer le groupe Etat islamique“, a poursuivi le communiqué. “Le président Trump a réaffirmé l’engagement américain vis-à-vis de l’Otan et a insisté sur l’importance pour tous les alliés de l’Otan de partager le poids des dépenses de défense“.

A peine arrivé à la Maison Blanche, le président Trump avait ébranlé les alliés européens en prônant une ligne plus souple vis-à-vis de Moscou et en remettant en cause l’engagement de Washington, vieux de près de 70 ans, envers l’Otan, une alliance qu’il avait qualifiée “d’obsolète“ et de fardeau injuste pour le contribuable américain.

Toutefois, il a déjà exprimé dimanche son “ferme soutien à l’Otan“, et la Maison Blanche a précisé que Donald Trump allait rencontrer ses alliés de l’organisation en mai. Le président américain a aussi convenu avec Mariano Rajoy de “poursuivre la coopération en matière de sécurité, d’économie et d’antiterrorisme“.

posté le 8 février 2017 par Ara/armenews


DIPLOMATIE
Les USA demandent à l’Arménie de montrer sa volonté d’avoir des élections démocratiques

L’ambassadeur des Etats-Unis en Arménie Richard Mills a demandé hier aux autorités arméniennes de démontrer leur “volonté politique“ de tenir des élections démocratiques et de lutter sérieusement contre la corruption gouvernementale.

Mills a également laissé entendre que le gouvernement des États-Unis a mis sur la liste noire des personnes qui, selon lui, ont commis de graves irrégularités lors d’un référendum constitutionnel contesté tenu en Arménie en décembre 2015.

Peu de temps après ce référendum, l’ambassade des États-Unis à Erevan a déclaré qu’elle déciderait si les personnes impliquées dans des fraudes déclarées « peuvent participer aux programmes ou activités de l’ambassade ». Elle n’a pas précisé si elles pouvaient être interdites d’entrer aux États-Unis.

Mills a fait référence à cet avertissement lorsqu’il a prononcé un discours important à la Chambre de commerce américaine d’Arménie à Erevan. “Bien que je ne puisse pas partager l’information sur les individus qui ont été affectés par cette décision par respect pour leur intimité, je peux vous assurer que nous avons accompli notre engagement“, a t-il dit.

Mills a ensuite souligné l’importance des élections parlementaires arméniennes prévues pour le 2 avril. “Je suis d’accord avec la caractérisation du président arménien selon laquelle les prochaines élections vont façonner l’avenir de l’Arménie et il est crucial qu’elles soient libres et équitables“, a-t-il déclaré.

Les autorités d’Erevan ont promulgué l’année dernière un ensemble d’amendements juridiques visant à prévenir les fraudes graves, notamment le vote multiple, lors des prochaines élections. En particulier, ils ont convenu d’introduire une vérification électronique de l’identité des électeurs et une diffusion en direct des votes dans tout le pays. Les États-Unis et l’Union européenne ont alloué jusqu’à 10 millions de dollars pour l’achat d’équipements appropriés.

Tout en se félicitant de ces mesures anti-fraude, Mills a souligné qu’elles ne peuvent à elles seules garantir la liberté et l’équité du vote. “Les élections ne seront libres et équitables que si le gouvernement démontre la volonté politique de le faire et si l’opposition politique et la société civile agissent de manière responsable pour préserver le processus“, a-t-il commenté.

« Il incombe au gouvernement et à ses institutions constituantes - la Commission électorale centrale, les organismes d’application de la loi et le pouvoir judiciaire - de prendre les mesures appropriées et de favoriser un climat dans lequel le peuple arménien puisse exprimer librement sa volonté au moment de voter dans l’isoloir“, a ajouté le diplomate.

M. Mills a déclaré que la « volonté politique » est également essentielle pour lutter contre la corruption endémique en Arménie. Il a été “encouragé“ par l’action anti-corruption plus importante promise par le nouveau Premier ministre récemment nommé, Karen Karapetian.

Mais l’ambassadeur a souligné que le gouvernement devrait envoyer un « message clair de la part de la haute direction que la corruption ne sera pas tolérée et que personne n’est au-dessus de la loi ». “En l’absence de ce message, aucun changement véritablement transformateur ne peut se produire“, a-t-il prédit.

À cet égard, M. Mills a suggéré que le gouvernement mette sur pied un « organisme de lutte contre la corruption entièrement indépendant qui peut à la fois enquêter et poursuivre ». « Il semble que ce soit le bon moment pour le gouvernement d’examiner cette suggestion, décider comment restructurer le Conseil anti-corruption“, a t-il fait valoir.

Le conseil était précédemment supervisé par le prédécesseur de Karapetian, Hovik Abrahamian. Il a approuvé en 2015 un plan triennal d’actions contre diverses pratiques de corruption. Malgré le scepticisme exprimé par de nombreux membres de la société civile arménienne, l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID) s’est engagée en février 2016 à soutenir la mise en œuvre du programme avec une subvention de 750 000 $.

Mills a révélé que l’USAID a depuis alloué moins de 2,5 % de cet argent en raison d’un manque de « progrès concrets » dans le travail de l’organisme anti-fraude. “Sur la base des résultats de nos discussions avec le Premier ministre, nous déciderons de nos prochaines étapes, y compris s’il faut continuer à soutenir le Conseil ou rediriger ces fonds vers un autre mécanisme de lutte contre la corruption“, a t-il précisé.

posté le 2 février 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200