Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
3 - News Importante Une Etoile


EREVAN (ARMENIE)
Le président Serge Sarkissian a reçu plus de 2 000 invités au ministère de la Défense à l’occasion de la célébration du 26ème anniversaire de l’Indépendance de la République d’Arménie

Jeudi 21 septembre à l’occasion de la célébration du 26ème anniversaire de l’Indépendance de la République d’Arménie, le président arménien Serge Sarkissian avait convié près de 2 000 invités au ministère de la Défense à Erévan.

Le président arménien accompagné de Rita Sarkissian la Première dame d’Arménie suivis d’une délégation imposante avec les Catholicos Karékine II et Aram Ier, Bako Sahakian le président de la République de l’Artsakh ainsi qu’Arkady Ghoukasyan l’ex-Président de l’Artsakh arriva devant le public. Le Premier ministre Karen Karapetyan ainsi que l’ensemble des ministres et personnalités marquantes de la République ainsi que de la diaspora étaient présentes. Tout comme de nombreux ambassadeurs et diplomates étrangers en poste à Erévan. Enfin notons la présence du député turc d’origine arménienne Garo Paylan et du chanteur, compositeur et musicien Michel Legrand, d’origine arménienne par son grand-père.

Le président Serge Sarkissian fit un discours relativement court soulignant les avancées de la République d’Arménie au cours des 26 années d’indépendance. « C’est une grande fête aujourd’hui, probablement la plus grande fête des Arméniens. La réalisation de l’Indépendance de l’Etat arménien était pour nous un rêve ancien. C’était le couronnement d’une lutte héroïque menée par des générations d’Arméniens. Nous appartenons à la génération heureuse qui a vu de ses yeux ce grand jour. Aujourd’hui 26 années de ces jours se sont écoulées, ce qui n’est pas peu » dit-il et d’ajouter « aujourd’hui l’Arménie est sur une bonne voie ».

Le président arménien évoqua la disparition de nombreux peuples et Etats et affirma que le peuple arménien continue sa voie. Serge Sarkissian évoqua dans son discours la volonté de son gouvernement d’arrêter l’émigration des citoyens d’Arménie. « Ces derniers jours j’ai déjà évoqué lors de la Conférence Arménie-Diaspora. Les raisons de cette émigration sont nombreuses. Cette émigration de la population nous la recevons avec douleur (...) nous avons posé la question du développement du nombre de la population de l’Arménie et de faire parvenir son nombre à 4 millions » ajouta-t-il.

Serge Sarkissian évoqua l’hostilité de l’Azerbaïdjan envers l’Arménie et l’Artsakh. « On voulait nous faire croire que les réussites économiques de l’Azerbaïdjan allaient faire aboutir à la disparition de l’Artsakh et de l’Arménie » dit-il et d’ajouter que les capacités de militaires de l’Arménie et de l’Artsakh étaient à même de défendre le pays et « Les deux Etats arméniens se développent ».

En réalisant sa réception à l’imposant ministère de la Défense, le président arménien a désiré démontrer la capacité de défense de l’Arménie.

Après le discours, les invités de cette garden-party saluèrent le président arménien et se réunirent autour de buffets accompagnés de nombreuses prestations musicales, dans la douceur de la soirée à Erévan.

Krikor Amirzayan texte et reportage-photo à Erévan (Arménie)

JPEG - 2.9 Mo
JPEG - 2.8 Mo
JPEG - 2 Mo
JPEG - 2 Mo
JPEG - 3 Mo
JPEG - 2.8 Mo
JPEG - 3.5 Mo
JPEG - 2.6 Mo
JPEG - 2.9 Mo
JPEG - 2.2 Mo
JPEG - 2.5 Mo
JPEG - 2.5 Mo
JPEG - 2.7 Mo
JPEG - 2.6 Mo
JPEG - 2.9 Mo
JPEG - 2.8 Mo
JPEG - 2.4 Mo
JPEG - 2.6 Mo
JPEG - 1.5 Mo
JPEG - 1.1 Mo
JPEG - 1 Mo
JPEG - 2.9 Mo
JPEG - 3.2 Mo
JPEG - 3.2 Mo
JPEG - 2.5 Mo
JPEG - 3 Mo
JPEG - 2.4 Mo
JPEG - 2.4 Mo
JPEG - 2.4 Mo
JPEG - 2.4 Mo
JPEG - 2 Mo
JPEG - 2.7 Mo
JPEG - 1.8 Mo
JPEG - 1.8 Mo
JPEG - 2.3 Mo
JPEG - 2.4 Mo
JPEG - 2.3 Mo
JPEG - 2.5 Mo
JPEG - 3.2 Mo
JPEG - 3.4 Mo
JPEG - 3.3 Mo
JPEG - 2.6 Mo
JPEG - 3.2 Mo
JPEG - 2.6 Mo
JPEG - 2.5 Mo
JPEG - 1.9 Mo
posté le 22 septembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


EREVAN (ARMENIE)
Conclusions et rapports des commissions lors de la dernière journée de la 6ème Conférence Arménie-Diaspora

Mercredi 20 septembre, lors de la dernière journée de la 6ème Conférence Arménie-Diaspora au complexe Keren Démirdjian à Erévan furent tirés les rapports des travaux des commissions. Parmi les nombreuses personnalités présentes, citons la présence de Mgr Barkev Martirosyan l’archevêque de l’Artsakh ainsi que du Dr. Garo Kebebjian, représenant permanent de la République du Haut-Karabagh (Artsakh) au Moyen-Orient. Hranouche Hagopian remercia l’ensemble des participants avant d’inviter le président du Parlement arménien Ara Babloyan. « Cette conférence a eu lieu à la veille du 26ème anniversaire de l’indépendance de la République d’Arménie et c’est un symbole. Permettez-mois de remercier à mon tour l’ensemble des participants. Je suis certain que cette conférence a renforcé nos liens » dit Ara Babloyan, rappelant également l’importance de ces conférences en Arménie et en diaspora. Les conclusions des quatre rapports furent présentées. Le vice-Premier ministre Vatché Gabriélian lut celui des « problèmes liés au développement de l’Arménie ». Papken Vardanyan présenta celui lié aux « Questions liées à la politique de défense moderne de l’Arménie ». Chavarche Kotcharian, vice-ministre des Affaires étrangères présenta celui de « l’agenda de la politique étrangère de la République d’Arménie » et Hranouche Hagopian la ministre de la Diaspora présenta les conclusions des travaux des « Questions liées à la défense de l’arménité ».

Krikor Amirzayan texte et reportage-photos à Erévan

JPEG - 2.9 Mo
JPEG - 2.6 Mo
JPEG - 2.8 Mo
JPEG - 3.4 Mo
JPEG - 3.4 Mo
JPEG - 3.5 Mo
JPEG - 2.9 Mo
JPEG - 3 Mo
JPEG - 3.4 Mo
JPEG - 2.7 Mo
JPEG - 3 Mo
JPEG - 3 Mo
JPEG - 2.9 Mo
JPEG - 2.6 Mo
JPEG - 2.1 Mo
JPEG - 3.1 Mo
posté le 21 septembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


FRANCE
L’excitation de Monica Nikoghosyan avant les battles de The Voice Kids

Les Battles de The Voice Kids commencent ce soir ! L’occasion d’écouter et d’encourager la jeune Lyonnaise Monica Nikoghosyan, 14 ans, dans l’équipe de Patrick Fiori. Elle avait fait se retourner les trois coachs lors des auditions à l’aveugle sur un titre technique et parfaitement maîtrisé de Whitney Houston.

Participer au concours sur TF1, c’est elle qui l’a voulu : “J’ai envie de devenir chanteuse. Et je voulais me montrer aux autres, me frotter à la scène“, nous confie celle qui vient de faire sa rentrée en 2nde.

Chanter, c’est un loisir qu’elle pratique depuis l’âge de 3 ans, mais toute seule chez elle. “J’ai jamais pris de cours d echant, je sais pas ce que c’est !, plaisante la jeune fille qui espère, au contact de Patrick Fiori, “apprendre à mieux chanter, à mieux respirer“.

D’ailleurs, pourquoi avoir choisi ce coach ? Lors de l’émission, elle a déclaré faire ce choix du Corso-Arménien car c’est le premier qui s’était retourné... En réalité, Monica est fan de l’artiste depuis toujours, et admirative de la carrière qu’il a eue... Même si, pour cette patriote “fière d’être Arménienne“, les origines du coach ont également pesé dans la balance. Elle pourra ainsi parler en Arménien avec lui, langue qu’elle pratique tout le temps à la maison.

Reste à découvrir le choix de chanson et de battle que le coach à réserver à Monica... “Dans tous les cas, j’ai chanté “I have nothing“ lors des auditions à l’aveugle car, quand je suis entrée sur scène, je n’avais rien. Maintenant, grâce à l’émission, je vais engranger de l’expérience : j’ai tout gagné !

posté le 16 septembre 2017 par Claire/armenews

Claire Barbuti



TURQUIE
La Turquie s’en prend à la Belgique après une décision de justice sur le PKK

La Turquie s’en est prise vendredi à la Belgique, la qualifiant de “maillon faible“ de la lutte antiterroriste mondiale, après une décision de la justice belge selon laquelle les séparatistes kurdes du PKK ne pouvaient être poursuivis pour terrorisme.

La cour d’appel de Bruxelles, saisie par la Turquie et le parquet fédéral belge, a confirmé jeudi un non lieu prononcé en novembre 2016 pour une quarantaine de militants kurdes accusés d’avoir recruté pour le Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK) et d’avoir procédé à des extorsions pour leur cause auprès de la communauté kurde en Belgique.

La cour a motivé sa décision par le fait que la législation terroriste ne pouvait s’appliquer au PKK étant donné que ce dernier est impliqué “dans un conflit armé contre l’Etat turc dans le sens du droit humanitaire international“.

“Cette décision est un nouvel exemple du soutien accordé aux groupes terroristes qui s’attaquent à la sécurité de la Turquie et à ses intérêts“, a déclaré le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué.

L’arrêt de la cour belge “montre de nouveau que la Belgique est un maillon faible en Europe et dans le monde en matière de lutte contre le terrorisme“, ajoute le ministère, selon qui la Turquie entend faire appel de cette décision.

Le PKK est une organisation classée “terroriste“ par Ankara et ses alliés occidentaux, dont l’Union européenne et les Etats-Unis.

Le conflit kurde en Turquie a coûté la vie à plus de 40.000 personnes depuis son déclenchement en 1984. Les combats ont repris en 2015 après la rupture d’une trêve qui a sonné le glas des pourparlers de paix entre Ankara et le Parti des Travailleurs du Kurdistan.

posté le 16 septembre 2017 par Stéphane/armenews


ARMENIE
Karen Karapetian défend son bilan

Le Premier ministre Karen Karapetian, en poste depuis un an, a insisté hier sur le fait que la situation macroéconomique en Arménie s’est améliorée depuis son arrivée.

Karapetian a souligné une croissance économique plus rapide enregistrée cette année lorsqu’il a été interrogé sur l’impact de la politique de son gouvernement sur la vie des citoyens lors d’une session de questions-réponses au Parlement.

“En ce qui concerne la façon dont nos concitoyens se sentent, nous vous avons présenté des indicateurs macroéconomiques qui sont - je suis désolé si cela peut paraître présomptueux - les meilleurs de la région, de l’Union économique eurasienne et de la CEI“, a-t-il mis en avant, alors qu’il répondait à une question d’un député du parti républicain.

“Cela signifie-t-il que nous avons résolu tous nos problèmes ? Bien sûr que non, car il n’existe pratiquement personne qui ne veuille pas améliorer sa qualité de vie. Nous ne pouvons avoir répondu aux attentes de chacun dans un délai d’un an.

“Mais je pense que la tendance générale, la direction dans laquelle nous nous déplaçons nous satisfait“, a ajouté Karapetian.

Karapetian a été chargé d’alléger les difficultés socioéconomiques dans le pays lorsque Sarkissian l’a nommé Premier ministre en septembre l’année dernière. Il s’est engagé à le faire grâce à des réformes qui amélioreraient l’environnement commercial domestique et attireraient davantage d’investissements étrangers dans l’économie arménienne en difficulté.

Selon les statistiques officielles, la croissance économique s’est accélérée de 0,2% en 2016, pour atteindre environ 5% au premier semestre de cette année. En outre, les recettes fiscales du gouvernement ont augmenté de près de 7% au cours de la dernière année.

Les politiciens de l’opposition et d’autres critiques du gouvernement ont rejeté ces chiffres, en disant qu’ils n’avaient aucun impact réel sur la population. Ils restent également très sceptiques quant aux promesses de réforme de Karapetian.

Karapetian a indiqué à plusieurs reprises son désir de rester Premier ministre après la fin du mandat présidentiel de Sarkissian en avril. Le président n’a pas encore précisé s’il envisage de devenir Premier ministre ou remplacer Karapetian par quelqu’un d’autre.

posté le 14 septembre 2017 par Claire/armenews


UNION EUROPEENNE
Libérez nos journalistes, lance Jean-Claude Juncker à la Turquie

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a exhorté mercredi la Turquie à libérer les journalistes emprisonnés dans le pays et à “cesser d’insulter“ les dirigeants européens, lors de son discours annuel sur l’état de l’Union à Strasbourg.

“J’adresse aujourd’hui un appel aux responsables en Turquie, libérez nos journalistes et pas seulement les nôtres, cessez d’insulter nos Etats membres, nos chefs d’Etat et de gouvernement en les traitant de fascistes et de nazis“, a-t-il lancé devant le Parlement européen.

Selon le site P24, spécialisé dans la liberté de la presse, quelque 170 journalistes sont détenus en Turquie. Les journalistes turcs sont de loin les plus touchés, mais leurs confrères étrangers sont également concernés. Deniz Yücel, journaliste germano-turc, est ainsi écroué depuis février, et Loup Bureau, jeune reporter français, depuis fin juillet.

La Turquie occupe la 155e place sur 180 au classement 2017 de la liberté de la presse établi par Reporters sans Frontières (RSF).

“La place des journalistes est dans les rédactions, là ou règne la liberté d’expression, leur place n’est pas dans les prisons“, a insisté M. Juncker.

L’appel de M. Juncker intervient dans un contexte de fortes tensions entre la Turquie et l’UE, accentuées par les purges massives qui ont suivi le coup d’Etat manqué de l’été 2016.

La chancelière allemande Angela Merkel a franchi un pas en demandant récemment l’arrêt des négociations d’adhésion avec Ankara, entamées en 2005 et aujourd’hui au point mort. Mais la plupart des autres pays européens préfèrent pour l’heure maintenir ce lien fragile, malgré leurs craintes sur les dérives du régime turc.

Pour chaque pays candidat à une adhésion, “il faut que l’Etat de droit, la justice et les valeurs fondamentales soient respectées“, a dit mercredi M. Juncker. “Cela exclut une adhésion de la Turquie à l’UE dans un avenir proche“, a-t-il ajouté, estimant que le pays, “depuis un certain temps (...) s’éloigne très vite de l’UE, à pas de géants“. “J’ai des fois l’impression que certains en Turquie veulent couper les ponts pour ultérieurement accuser l’UE de l’échec des discussions d’adhésion“, a estimé le chef de l’exécutif européen.

posté le 14 septembre 2017 par Stéphane/armenews


ARMENIE
Gaguik Tsaroukian n’exclut pas un accord de coalition avec le gouvernement
Gagik Tsarukian ménage le suspense sur sa possible collaboration avec le pouvoir en place depuis les législatives d’avril, qui ont conforté son movement éponyme comme la 2e force du Parlement arménien. L’homme d’affaires revenu en politique à la faveur de ce scrutin après une longue disgrace, n’a pas exclu lundi 11 septembre que son parti puisse conclure un accord en vue d’un partage du pouvoir avec le Parti républicain d’Arménie (HHK) du président Serge Sarkissian, avec lequel son premier parti, Arménie prospère avait cohabité dans un premier temps jusqu’ à ce que son ralliement à l’opposition l’entraîne dans un bras de fer avec le président arménien, qui le contraindra à quitter la politique. Il n’a toutefois pas precisé si le Bloc Tsarukian, qui se présente comme une force d’opposition au gouvernement arménien, pourrait s’opposer à la décision attendue du président Sarkissian de devenir premier ministre au terme normal de son mandat en avril 2018. S’exprimant devant les journalistes, G.Tsarukian a aussi désigné le premier ministre Karen Karapetian comme son “ami” et a salué son bilan à la tête du gouvernement. “Je n’exclu rien dans la vie”, a simplement déclaré G. Tsaroukian en répondant aux journalistes qui l’interrogeaient sur l’éventualité d’un accord de coalition avec le HHK. “L’essentiel est que je respecte mes engagements devant le peuple”.
posté le 12 septembre 2017 par Gari/armenews


FRANCE
Décès de Michel Kevorkian

Michel Kevorkian nous a quitté le 30 août 2017, après un long combat contre la maladie. Figure de la communauté, il avait très tôt embrassé la profession du BTP à l’international, impliqué dans l’ingénierie des grands ouvrages tels que le pont sur le Tage, au Portugal, ou les métros, d’Alger ou de Tel Aviv, des centrale nucléaires, en Chine, ou thermiques, au Vietnam ou au Pakistan, mais également sur des chantiers spécifiques en Guyane, comme le pas de tir d’Ariane 5, ou en Ukraine, sur le site de Tchernobyl.

Michel Kevorkian avait sillonné les 5 continents sur plus de 30 ans, mais c’est en 1975, sur son premier grand chantier à Ispahan, en Iran, qu’il rencontrera, un jour de congé passé dans la communauté de la nouvelle Julfa, Armineh, son épouse.

Malgré ses longues absences au sein de la communauté arménienne de France, Michel Kevorkian gardait un contact très fort avec tous ses acteurs et demeurait très informé à son sujet.

Il s’était fait son ambassadeur, à chaque fois qu’il le pouvait, auprès des Arméniens du monde entier qu’il rencontrait au gré de son activité.

JPEG - 295 ko

Mais Michel Kevorkian avait aussi un rêve. A l’approche de la retraite, au fil de ses nombreux voyages en Arménie, il avait conçu le projet d’un institut de hautes études liées aux métiers du BTP en Arménie. Cette idée consacrait, à ses yeux, l’excellence française qu’il louait dans les domaines de la construction, mise au service d’une nation qui a longtemps brillé par son architecture. Elève du Collège Mekhitarian, il se souvenait que pour bien aimer son épouse, La France, il faut vénérer sa mère, l’Arménie.

Dès 2011, il fondait l’Association ASIFA-BTP (Association de Soutien à l’Institut Franco-Arménien du BTP en Arménie) à laquelle il agrégeait, au delà du cercle d’arméniens proches, ses amis de la profession du BTP et de l’enseignement supérieur qui faisaient autorité dans leur domaine.

C’est fort de cette armée mexicaine que Michel Kevorkian a réussi à convaincre, en très peu de temps, les plus hautes autorités arméniennes sur la nécessité pour le pays de se doter d’une telle école.

C’est ainsi que l’IFA-BTP (Institut Franco-Arménien du BTP) a été inauguré dès le mois de Mai 2014, ouvrant ses portes au sein du campus de l’Université Franco-Arménienne de Erevan, pour créer un lycée professionnel, une école d’ingénieurs, un centre de recherche et un laboratoire.

C’était sans relâche que Michel Kevorkian travaillait à l’édification de cet institut unique en Arménie et il aura assumé sa fonction de président jusque dans les derniers jours de sa 67ème année, soutenu par sa femme Armineh et ses enfants Nora et Sevag.

Que mémoire à ce grand patriote, soit rendue.

posté le 11 septembre 2017 par Claire/armenews


ARMENIE-TOURISME
L’Arménie est prête à accueillir 3 millions de touristes par an

Le journal arménien « Past » écrit qu’entre janvier et juillet 2017 l’Arménie a connu une forte hausse du tourisme avec une croissance de 24,2% par rapport à la même période de l’an dernier. Sur les sept premiers mois de l’année, 622 381 touristes ont séjourné en Arménie, principalement venus de Russie, Géorgie, l’Union européenne et l’Iran. Avec également l’arrivée de touristes originaires de Chine, Corée du sud, Japon et Philippines. Selon le responsable du tourisme en Arménie, Mekhak Apresyan -rapporte « Past »- cette hausse du tourisme est la conséquence d’actions dynamiques des autorités arméniennes en faveur du développement du tourisme en Arménie. Le journal rapporte également les propos de M. Apresyan selon lesquels, l’Arménie est prête à accueillir 3 millions de touristes par an.

Krikor Amirzayan

posté le 10 septembre 2017 par Krikor Amirzayan/armenews