Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Nalbandian


HAUT-KARABAGH
Rencontre entre Edouard Nalbandian et les médiateurs de l’OSCE

Le ministre des Affaires étrangères Edouard Nalbandian a discuté d’une éventuelle rencontre avec son homologue azerbaïdjanais, Elmar Mammadyarov, lors d’une rencontre hier avec des médiateurs internationaux pour faire avancer les efforts de paix dans le règlement du conflit du Haut-Karabagh.

La rencontre entre Nalbandian et les coprésidents du Groupe de Minsk de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), le Russe Igor Popov, le Français Stéphane Visconti et l’Américain Andrew Schofer, a eu lieu à Moscou.

Selon un communique du ministère des Affaires étrangères d’Arménie, Andrzej Kasprzyk, représentant personnel du président en exercice de l’OSCE, a également participé à la réunion.

Au cours de celle-ci, les parties ont échangé leurs points de vue sur les mesures nécessaires pour créer les conditions propices à l’avancement du processus de règlement exclusivement pacifique du conflit du Haut-Karabagh. Les interlocuteurs ont discuté des mesures visant à mettre en œuvre les accords conclus lors des sommets à Vienne, à Saint-Pétersbourg et à Genève, précise le communiqué.

“La possibilité d’organiser une réunion entre les ministres des Affaires étrangères d’Arménie et d’Azerbaïdjan a été discutée“, révèle-t-il.

Le ministre adjoint des Affaires étrangères de l’Arménie, Shavarsh Kocharian, a déclaré au début de ce mois-ci que les ministres des Affaires étrangères de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan envisageaient d’entamer de nouveaux pourparlers sur le conflit du Haut-Karabagh.

Les présidents Serge Sarkissian et Ilham Aliev se sont engagés à intensifier le processus de paix et à renforcer le régime de cessez-le-feu dans la zone de conflit lors de leur rencontre à Genève le 16 octobre. Les médiateurs américain, russe et français ont annoncé la tenue de “séances de travail“ avec le ministre des Affaires étrangères Nalbandian et son homologue azerbaïdjanais Mammadyarov.

Mammadyarov a déclaré à la fin du mois dernier qu’il pourrait rencontrer Nalbandian à Moscou le 16 novembre. Le ministre azerbaïdjanais devrait rencontrer les médiateurs ce jour-là. Nalbandian accompagnera le président Sarkissian lors d’un voyage dans la capitale russe, qui débutera le 15 novembre.

Par ailleurs, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, se rendra prochainement en Arménie, puis en Azerbaïdjan, a rapporté l’agence de presse russe TASS.

“Au début de la semaine prochaine, des visites à Erevan et à Bakou sont prévues. Elles sont liés au 25e anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques russo-arméniennes et russo-azerbaïdjanaises. Les questions de relations bilatérales sont à l’ordre du jour, nous avons de riches relations avec ces deux pays “, a commenté M. Lavrov.

Selon lui, les questions internationales seront discutées lors des réunions.

En attendant, avant la tournée régionale de Lavrov, le président azerbaïdjanais Ilham Aliev a réitéré la position de son pays sur le règlement du Haut-Karabagh. S’exprimant lors d’une réunion consacrée au 25e anniversaire de la fondation du nouveau parti d’Azerbaïdjan au pouvoir, Aliev a de nouveau déclaré que le conflit du Haut-Karabagh doit être réglé “dans le cadre du principe de l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan“.

“Il n’y a pas d’autre moyen. Nous ne permettrons jamais la création d’un second Etat arménien sur notre territoire historique “, a affirmé le dirigeant azerbaïdjanais. Il a en outre affirmé que l’Azerbaïdjan restaurera à tout prix son intégrité territoriale. Selon Aliev, l’Azerbaïdjan renforcera constamment ses forces armées.

“D’après les estimations internationales, notre armée est l’une des armées les plus puissantes au monde. L’armée recevra autant de moyens et d’équipements que nécessaire, sans restriction “, a prévenu Aliev.

posté le 15 novembre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



DEFENSE
L’Arménie et Israël ont discuté de la vente d’armes à l’Azerbaïdjan

L’Arménie a tenu des discussions “très ouvertes et positives“ avec Israël concernant les ventes à grande échelle d’armes fabriquées par Israël en Azerbaïdjan, a déclaré le ministre des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian, lors d’une visite officielle à Jérusalem la semaine dernière.

Dans une interview accordée à la télévision publique israélienne, Nalbandian a également déclaré qu’Erevan s’attendait à ce que l’Etat juif reconnaisse officiellement le génocide arménien de 1915 par la Turquie ottomane. “C’était un sujet dont nous avons parlé“, a-t-il déclaré dans des remarques publiées vendredi par le ministère arménien des Affaires étrangères.

M. Nalbandian a rencontré le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le ministre de la Coopération régionale Tzachi Hanegbi, le président de la Knesset Yuli Edelstein et d’autres responsables israéliens lors de ce qu’il a qualifié de visite “courte mais très intensive“ qui a débuté lundi dernier.

Netanhyahu a tweeté après ses entretiens avec le chef de la diplomatie arménienne qu’ils ont accepté de “renforcer“ les relations bilatérales dans des domaines tels que la technologie de l’information et l’agriculture. On a également rapporté que Nalbandian a exprimé sa confiance en une « nouvelle impulsion » des relations entre les deux pays.

Les relations arméno-israéliennes ont été glaciales jusqu’à présent à cause de la coopération militaire étroite d’Israël avec l’Azerbaïdjan. Les compagnies de défense israéliennes ont vendu au moins 1,6 milliard de dollars d’armes à Bakou au cours des dernières années seulement. Certains d’entre eux ont été utilisés par l’armée azerbaïdjanaise lors des combats d’avril 2016 au Nagorno-Karabakh.

“Le commerce des armes n’est pas un commerce de légumes et il a toujours un côté sombre qui pourrait avoir des conséquences négatives“, a déclaré M. Nalbandian à la chaîne de télévision israélienne. “Ce qui est important dans les relations de l’Arménie avec Israël, c’est que nous n’avons pas de questions taboues dans nos discussions, et que, même pour des questions sensibles, nous discutons ouvertement et essayons de trouver des solutions.“

“Nous discutons de la question d’une manière très ouverte et très positive“, a-t-il ajouté lorsqu’il a été interrogé sur les attentes d’Erevan concernant les accords d’armement du gouvernement d’Israël avec Bakou.

Nalbandian n’a pas non plus précisé clairement s’il avait discuté avec Netanyahou d’un récent scandale impliquant une compagnie israélienne accusée d’avoir attaqué une position de l’armée arménienne cet été avec des drones “suicides“ fabriqués et vendus à l’armée azerbaïdjanaise. En août, une agence gouvernementale israélienne a interrompu la livraison des drones Orbiter en Azerbaïdjan en attendant une enquête menée par elle.

Dans un court communiqué publié mardi dernier, un porte-parole de Netanyahu a expliqué que le leader israélien avait soulevé avec Nalbandian “la question des tentatives iraniennes d’établir une présence militaire dans la région et son influence négative“.

Nalbandian a insisté sur le fait que les relations cordiales de l’Arménie avec l’Iran ne sont pas un “obstacle dans nos relations bilatérales avec Israël.“

Dans une autre indication de leur relation difficile, l’Arménie et Israël n’ont toujours pas ouvert d’ambassades dans leurs capitales respectives. L’ambassadeur israélien en Arménie est basé à Tbilissi.

“Dès qu’Israël aura ouvert une ambassade en Arménie, nous ferons de même et ouvrirons une ambassade en Israël“, a commenté M. Nalbandian. Il n’a pas précisé quand cela pourrait arriver.

posté le 13 novembre 2017 par Claire/armenews


ISRAEL
Edouard Nalbandian rencontre Benjamin Netanyahu

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’est engagé à améliorer les relations d’Israël avec l’Arménie après s’être entretenu hier à Jérusalem avec le ministre arménien des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian.

Les deux hommes auraient discuté non seulement des relations arméno-israéliennes mais aussi de la situation au Moyen-Orient et dans la zone du conflit du Haut-Karabagh, Netanyahu s’inquiétant des “tentatives d’établissement d’une présence militaire dans la région“.

“Nous renforcerons les relations entre Israël et l’Arménie dans les domaines de la technologie, du cyberespace et de l’agriculture“, a tweeté le leader israélien, également ministre des Affaires étrangères de son pays, après les pourparlers.

Le ministère arménien des Affaires étrangères a également déclaré que Netanyahu a expliqué à Nalbandian qu’Israël était prêt à “approfondir“ ses relations avec l’Arménie et qu’il voyait “un grand potentiel de coopération“ entre les deux nations.

Nalbandian a aussi exprimé sa confiance que les contacts bilatéraux recevront “une nouvelle impulsion“. Ils se sont déjà intensifiés ces derniers temps, a-t-il ajouté lors de sa première visite officielle en Israël.

JPEG - 58.7 ko

Un communiqué du ministère précise que les deux hommes ont exploré les moyens de stimuler le commerce bilatéral et de coopérer dans les domaines de l’agriculture, de la technologie de l’information, de l’éducation et du tourisme.

Le ministre israélien de la Coopération régionale, Tzachi Hanegbi, avait également assuré vouloir « renforcer nos relations » lors de sa visite à Erevan fin juillet. Hanegbi et Nalbandian avaient signé des accords sur l’évitement de la double imposition et la levée mutuelle des exigences de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques arménien et israélien. Le membre du gouvernement israélien, affilié au parti de Netanyahou, avait également rencontré le Premier ministre Karen Karapetian.

Les relations arméno-israéliennes sont assez tendues jusqu’à présent, reflétant les différentes priorités géopolitiques des deux États. L’Arménie a maintenu un bon rapport avec l’Iran pour atténuer son isolement géographique, tandis qu’Israël a poursuivi une coopération stratégique avec la Turquie et l’Azerbaïdjan.

JPEG - 101.3 ko

L’Arménie a été particulièrement préoccupée par les accords d’armement à grande échelle d’Israël avec son ennemi. En 2012, les responsables de la défense israélienne ont confirmé un accord pour fournir à l’armée azerbaïdjanaise des armes pour une valeur combinée de 1,6 milliard de dollars. L’armée azerbaïdjanaise a utilisé certaines de ces armes fabriquées par Israël, notamment des fusées antichar, lors de la guerre d’avril 2016 au Karabagh.

Quelques semaines après le voyage de Hanegbi à Erevan, une agence du ministère israélien de la Défense a stoppé les exportations vers l’Azerbaïdjan de drones “suicide“ fabriqués par une compagnie israélienne, accusée de les avoir utilisé contre une position armée arménienne début juillet. L’agence de contrôle des exportations a ouvert une enquête sur l’incident allégué en août.

Le quotidien israélien “Maariv“ a rapporté à l’époque que des représentants de l’entreprise Aeronautics Defence Systems (ADS) se sont rendus en Azerbaïdjan cet été pour finaliser un contrat de vente de drones Orbiter à l’armée azerbaïdjanaise. Le journal affirmait que deux opérateurs de drones israéliens travaillant pour l’entreprise avaient repoussé la demande des autorités azerbaïdjanaises de démontrer l’utilisation du drone mortel en frappant la position arménienne. Mais d’autres cadres supérieurs de l’ADS se sont mis d’accord pour lancer l’engin meurtrier sur la cible, selon “Maariv“. ADS a démenti le rapport.

On ne sait pas si Nalbandian a discuté de l’attaque de drone présumée avec Netanyahu. La déclaration du ministère arménien des Affaires étrangères a seulement indiqué qu’il avait informé Netanyahu des efforts déployés par les médiateurs arméniens et internationaux pour parvenir à une solution “uniquement pacifique“ au conflit du Karabagh.

Le ministère a ajouté que les deux hommes ont également “échangé leurs points de vue sur les problèmes régionaux et internationaux pressants, et les développements au Moyen-Orient“.

Dans une courte déclaration d’un porte-parole de Netanyahu, on peut lire : “Le Premier ministre a soulevé la question des tentatives de l’Iran d’établir une présence militaire dans la région et de son influence négative.“

posté le 8 novembre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



HAUT-KARABAGH
Bakou et Erevan se préparent pour de nouveaux pourparlers

Un haut responsable d’Erevan a déclaré vendredi que les ministres des Affaires étrangères de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan envisageaient de tenir de nouveaux pourparlers sur le conflit du Haut-Karabagh afin de renforcer les accords conclus par leur président le mois dernier.

Les présidents Serge Sarkissian et Ilham Aliev ont promis d’intensifier le processus de paix et de renforcer le régime de cessez-le-feu dans la zone de conflit lors de leur rencontre à Genève le 16 octobre. Les médiateurs américain, russe et français ont annoncé la tenue de “séances de travail de suivi“ avec le ministre des Affaires étrangères Edouard Nalbandian et son homologue azerbaïdjanais Elmar Mammadyarov.

Mammadyarov a déclaré en début de semaine dernière qu’il pourrait rencontrer Nalbandian à Moscou le 16 novembre. Le ministre azerbaïdjanais devrait rencontrer les médiateurs ce jour-là. Nalbandian accompagnera Sarkissian lors d’un voyage dans la capitale russe.

Le vice-ministre des Affaires étrangères arménien, Shavarsh Kocharian, a confirmé qu’une réunion des deux ministres des Affaires étrangères était “prévue“. “Elle sera annoncée dès qu’il y aura un accord sur sa tenue, a t-il précisé aux journalistes.

Interrogé sur la date et le lieu des pourparlers, Kotcharian a rétorqué : “Je ne peux pas le dire tant qu’il n’y aura pas d’accord concret.“

Rencontrant de jeunes membres et partisans de son parti républicain (HHK) la semaine dernière, M. Sarkissian a déclaré qu’une résolution pacifique du conflit du Karabagh ne pouvait être que “douloureuse“ pour les deux parties en conflit.

Commentant cette remarque, Kotcharian a souligné que le président arménien faisait référence à un règlement du Karabagh fondé sur des concessions mutuelles. “Si l’Azerbaïdjan revient à la raison et s’il existe vraiment une solution de compromis, il est normal que cela soit douloureux pour les deux parties“, a-t-il déclaré. “Il n’y a aucun signe de cela aujourd’hui, cependant.“

S’exprimant juste après le sommet de Genève, Sarkissian a de nouveau exclu tout accord de paix qui conduirait au contrôle azerbaïdjanais sur le Karabagh. Cette affirmation a irrité les autorités azerbaïdjanaises. Ils ont accusé le président arménien d’avoir violé les accords conclus avec Aliev.

Sarkissian a ignoré cela. “Je n’ai même pas dit un mot de notre conversation [avec Aliev] à qui que ce soit“, a-t-il commenté le 26 octobre.

posté le 6 novembre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



HAUT-KARABAGH
Erevan continuera les pourparlers malgré les violations azéries du cessez-le-feu

Le ministre des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian, a déclaré vendredi que l’Arménie n’allait pas arrêter la possibilité de nouveaux pourparlers de paix avec l’Azerbaïdjan, malgré les dernières violations du cessez-le-feu au Nagorno-Karabakh, qui ont fait un mort du côté arménien.

Le soldat de 19 ans, Tigran Khachatrian, aurait été tué jeudi par un tireur azerbaïdjanais trois jours après la dernière réunion des présidents arménien et azerbaïdjanais qui s’est tenue à Genève.

Serge Sarkissian et Ilham Aliev se sont engagés à intensifier le processus de paix et à renforcer le régime de cessez-le-feu dans la zone du conflit du Karabagh. “Nous avons convenu de prendre des mesures pour apaiser les tensions afin de ne pas faire de victimes sur les lignes de front“, a affirmé le président arménien après les pourparlers.

Les médiateurs américain, russe et français ont déclaré à cet égard qu’ils organiseront prochainement des “séances de travail“ de suivi avec M. Nalbandian et son homologue azerbaïdjanais, Elmar Mammadyarov.

Réagissant à la mort du soldat arménien jeudi, le Parti républicain (HHK) a accusé Bakou d’“essayer de s’éloigner“ des accords de Genève. M. Nalbandian a également déploré la violation de la trêve azerbaïdjanaise lorsqu’il a pris la parole après des entretiens à Erevan avec le ministre des Affaires étrangères polonais, Witold Waszczykowski.

“Malheureusement, après le sommet tenu à Genève, Bakou a fait plusieurs violations du cessez-le-feu dans la zone de conflit. Un soldat arménien a été tué hier“, a regretté Nalbandian lors d’un point de presse.

“Mon homologue polonais et moi-même sommes d’accord sur le fait qu’il n’y a pas d’alternative possible à une résolution uniquement pacifique du conflit du Karabagh, basée sur les principes du droit international“, a t-il ajouté.

Nalbandian n’a pas précisé quand lui et Mammadyarov tiendront les réunions prévues avec les trois médiateurs qui dirigent le groupe de Minsk de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe.

posté le 23 octobre 2017 par Claire/armenews


SECURITE
L’Arménie blâme de nouveau l’Azerbaïdjan pour l’impasse au Karabagh

L’Azerbaïdjan n’accepte pas les propositions de paix faites par les États-Unis, la Russie et la France, malgré les appels à des négociations « substantielles » pour une résolution du conflit du Haut-Karabagh, a insisté hier le ministre des Affaires étrangères Edouard Nalbandian.

“L’Azerbaïdjan continue de tromper la communauté internationale en assurant être prête à des négociations substantielles“, a-t-il affirmé après des pourparlers à Erevan avec son homologue bosniaque Igor Crnadak.

Nalbandian a mis au défi Bakou de “prouver“ son engagement pour un règlement pacifique en acceptant les principes reconnus internationalement du non-usage de la force, de l’autodétermination des peuples et de l’intégrité territoriale des États.

Les trois principes sont au cœur d’un accord de paix à plusieurs reprises modifié par les coprésidents américain, russe et français du Groupe Minsk de l’OSCE au cours de la dernière décennie. L’accord proposé prévoit le retrait arménien de pratiquement l’ensemble des sept districts autour du Karabagh. En retour, la population majoritairement arménienne du Karabagh déterminerait son statut lors d’un référendum.

“L’Arménie est d’accord avec les coprésidents du Groupe de Minsk“, a affirmé Nalbandian. “En ce qui concerne l’Azerbaïdjan, il rejette ces principes et même refuse de signer des documents internationaux qui se réfèrent simplement à ces principes“.

“L’Azerbaïdjan devrait avant tout affirmer son engagement envers les trois principes proposés par les coprésidents“, a-t-il poursuivi lors d’une conférence de presse.

Le gouvernement azerbaïdjanais condamne régulièrement les Arméniens pour l’impasse persistante dans le processus de négociation, assurant qu’ils évitent les entretiens afin de cimenter le statu quo.

Bakou se montre réticent à mettre en place des accords de confiance qui ont été conclus par les présidents arménien et azerbaïdjanais à Vienne et à Saint-Pétersbourg l’année dernière.

Les deux dirigeants ont expressément accepté de permettre à l’OSCE de déployer davantage d’observateurs sur le terrain dans la zone de conflit et d’enquêter sur les violations du cessez-le-feu qui s’y produisent. Erevan insiste sur le fait que ces garanties sont essentielles pour progresser.

“L’Azerbaïdjan devrait mettre en place les accords conslus à Vienne et Saint-Pétersbourg, plutôt que de s’y opposer“, a déclaré Nalbandian.

Nalbandian et le ministre des Affaires étrangères de l’Azerbaïdjan, Elmar Mammadyarov, se retrouveront fin septembre en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies à New York. Les médiateurs américain, russe et français espèrent préparer le terrain pour un sommet arménien-azerbaïdjanais plus tard cette année.

posté le 31 août 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE/AZERBAIDJAN
Nouvelle rencontre entre les deux ministres des Affaires étrangères en septembre

Le ministre des Affaires étrangères arménien, Edouard Nalbandian, a confirmé hier qu’il poursuivra ses discussions sur le conflit du Haut-Karabagh lors d’une rencontre avec son homologue azerbaïdjanais Elmar Mammadyarov à New York le mois prochain.

Il a précisé que la réunion se déroulerait “au cours de la deuxième quinzaine de septembre“ et mettrait l’accent sur “la création des conditions nécessaires pour faire avancer le processus de négociation“.

Nalbandian et Mammadyarov se sont rencontrés à Bruxelles le 11 juillet en présence des coprésidents américain, russe et français du groupe de Minsk de l’OSCE. Les médiateurs ont continué à faire pression pour que se rencontrent les présidents arménien et azerbaïdjanais. Dans une déclaration conjointe, ils ont expliqué que les deux ministres ont convenu de se réunir à nouveau en septembre.

Selon Nalbandian, il n’y a toujours pas d’accord définitif sur la tenue d’un sommet entre les présidents des deux pays. “Il n’y a rien de concret sur la réunion entre les présidents“, a assuré le ministre aux journalistes.

Dans une interview télévisée diffusée le 16 juillet, le président Serge Sarkissian affirmait qu’un “accord préliminaire“ sur ses entretiens en face à face avec Ilham Aliev avait été atteint lors de la tournée des co-présidents dans la zone de conflit du Haut-Karabagh en juin. “Mes attentes de la réunion ne sont pas grandes, mais cette réunion pourrait avoir lieu cet automne“, a-t-il dit à la chaîne de télévision nationale arménienne.

Les deux présidents se sont rencontrés en mai et juin 2016, peu de temps après la Guerre des Quatre Jours. Ils ont convenu de permettre à l’OSCE de déployer plus d’observateurs de terrain dans la zone de conflit et d’enquêter sur les violations de la trêve qui se produisent là-bas.

Le gouvernement azerbaïdjanais a depuis été réticent à mettre en œuvre ces mesures, mais a déclaré qu’ils allaient cimenter le statu quo en l’absence de progrès dans les pourparlers de paix. Les dirigeants arméniens insistent, entre-temps, sur la nécessité d’une mise en œuvre inconditionnelle des mesures de confiance approuvées par Aliev et Sarkissian.

Nalbandian a convenu hier qu’il ne s’attendait pas à ce que les médiateurs américain, russe et français proposent de nouvelles propositions de paix.

posté le 10 août 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



DIPLOMATIE
Possibilité d’une nouvelle rencontre entre les ministres des affaires étrangères arménien et azéri

Le ministre des affaires étrangères, Edouard Nalbandian, a déclaré vendredi qu’il pourrait rencontrer son homologue azéri, Elmar Mammadyarov, dans les prochaines semaines pour aborder des questions non résolues concernant le conflit du Haut-Karabagh.

« Une réunion des ministres des affaires étrangères pourrait avoir lieu prochainement », a-t-il précisé aux journalistes. « Peut-être en juillet ».

Les coprésidents américains, russes et français du groupe de Minsk de l’OSCE ont annoncé le 19 juin qu’ils ont l’intention de bientôt rencontrer Nalbandian et Mammadyarov pour discuter des « modalités des travaux à venir ». Ils ont souvent été présents aux entretiens entre les deux ministres.

Les trois médiateurs ont publié cette déclaration à la fin de leur dernière visite à Bakou, Erevan et Stepanakert. Ils ont annoncé que les présidents arménien et azéri avaient « exprimé leurs intentions de reprendre le dialogue politique afin de trouver une solution de compromis sur les points les plus controversés de l’accord ».

Il n’est pas certain que les présidents Serge Sarkissian et Ilham Aliev soient prêts à se rencontrer dans un avenir proche. Les médiateurs ont insisté pour qu’une telle rencontre ait lieu dans l’espoir de relancer le processus de paix au Karabagh.

En mars, le coprésident américain du groupe de Minsk, Richard Hoagland, a exprimé l’espoir que Nalbandian et Mammadyarov « prépareront le terrain » pour un sommet arménien-azéri. Les diplomates arméniens et azéris n’ont signalé aucun accord dans ce sens après leur dernière rencontre à Moscou en avril.

Lors de son entrevue avec les législateurs arméniens, Nalbandian a réitéré que tout accord de paix entre Bakou et Erevan devrait être approuvé par les dirigeants du Karabagh. Il a déclaré que les propositions de paix officielles des médiateurs précisent clairement que « les représentants du Haut-Karabagh doivent participer à la rédaction finale de l’accord de paix ». « Aucun accord ne peut être signé sans cela », a-t-il ajouté.

posté le 3 juillet 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



HAUT-KARABAGH
Nalbandian assure que, lors du Sommet de Moscou, aucun accord a été discuté

Le ministre des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian, a insisté hier sur le fait que lui et son homologue azerbaïdjanais, Elmar Mammadyarov, n’avaient pas discuté en détail des propositions de paix existantes avec les médiateurs internationaux sur la résolution du conflit du Haut-Karabagh lors de leur dernier rendez-vous en avril.

La réunion s’était tenue à Moscou en présidence du ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov. Les trois hommes avaient été rejoints par les coprésidents américain, russe et français du Groupe Minsk de l’OSCE après un entretien tripartite.

“Les ministres des Affaires étrangères n’ont pas tenu de négociations sur aucun document à Moscou“, a révélé Nalbandian, allant ainsi à l’encontre des affirmations de Mammadyarov faites lundi. “Le seul texte qui a été discuté là-bas, c’est celui du communiqué de presse conjoint qui a été approuvé par les ministres en présence des coprésidents“.

“Il a ensuite été publié par les ministères des Affaires étrangères de la Russie et de l’Arménie, tandis que le ministère des Affaires étrangères de l’Azerbaïdjan a publié sa propre version“, a-t-il rappelé lors d’une conférence de presse conjointe avec le ministre des Affaires étrangères de l’Estonie, Sven Mikser.

La déclaration du 28 avril citée par Nalbandian soulignait que les participants aux négociations de Moscou “avaient noté la nécessité de respecter“ les accords de confiance qui ont été conclus par les présidents de l’Arménie et de l’Azerbaïdjan l’année dernière. Les accords prévoient des mesures spécifiques pour renforcer le régime de cessez-le-feu dans la zone de conflit.

Le gouvernement azerbaïdjanais est réticent à l’idée de mettre en pratique ces garanties de trêve, assurant qu’elles pourraient cimenter le statu quo. La partie arménienne soutient que les progrès dans les négociations de paix substantielles dépendent de l’introduction de mécanismes pour prévenir de graves violations du cessez-le-feu.

Nalbandian a déclaré aux coprésidents du groupe de Minsk qu’ils devaient prendre des “actions concrètes“ pour forcer l’Azerbaïdjan à déstabiliser le conflit quand il les a rencontrés à Erevan samedi. Il a affirmé hier que les pouvoirs de médiation se rendent enfin compte de la nécessité de prendre des « mesures appropriées » contre Bakou.

posté le 14 juin 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200