Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Lévon Ter Pétrossian


Politique
Pas d’accord dans l’opposition

Le BHK et les deux principaux groupes d’opposition établis ont annoncé qu’aucun accord concret n’avait été signé lors d’une réunion inédite de leurs hauts dirigeants jeudi.

Tsarukian, l’ancien président Levon Ter-Petrossian et Raffi Hovannisian ainsi que leurs proches collaborateurs se sont réunis pour discuter de leur réponse commune à la démission surprise du gouvernement arménien. Une déclaration publiée par leurs partis a donné aucun détail sur les négociations.

Ruben Hakobian, un haut responsable de Zharangutyun qui a pris part à la réunion, a décrit comme “ très productive et constructive “ l’entrevue, mais a déclaré que les dirigeants de l’opposition n’ont pas trouvé un nouveau plan d’actions conjointes . “ Nous allons tenir davantage de réunions bientôt et continuer à essayer de former un agenda commun “, a déclaré Hakobian.

Tsarukian a rencontré ses alliés de l’opposition, quelques heures après la tenue de consultations avec le Président Serge Sarkissian sur la formation d’un nouveau gouvernement. Le bureau de Sarkissian n’a pas divulgué de détails. Selon les représentants du BHK, Tsarukian a précisé que son parti n’est pas intéressé par un poste ministériel.

Après la rencontre avec Tsarukian, Sarkissian a reporté la nomination d’un nouveau Premier ministre à aujourd’hui. Un porte-parole du HHK a déclaré que le président doit tenir d’autres consultations avec les forces de minorités parlementaires, y compris le BHK et la FRA. Les dirigeants de la FRA ont ostensiblement refusé de participer à la réunion de l’opposition de jeudi, attisant la spéculation sur le retour imminent de leur parti au gouvernement.

Zharangutyun et le HAK ont refusé de tenir des pourparlers avec Serge Sarkissian, en disant qu’ils ne considèrent pas le président comme légitime.

Le HAK, le BHK, la FRA et Zharangutyun ont prévu de proposer un vote de confiance au gouvernement le 28 avril. Ils ont également convenu le 1er avril d’organiser des rassemblements à Erevan à l’appui de cette motion. Le Premier ministre Tigran Sarkissian a démissionné de façon inattendue deux jours plus tard, provoquant l’annulation des actions conjointes de l’opposition.

posté le 14 avril 2014 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



Politique
Ter-Petrossian met en garde l’opposition contre la tentation gouvernementale

Levon Ter-Petrossian a averti ses alliés de l’opposition hier vis-àvis d’un partage du pouvoir avec le président Serge Sarkissian et les a exhortés à aller de l’avant avec des rassemblements anti-gouvernementaux communs qui avaient été prévus avant la démission du Premier ministre Tigran Sarkissian.

Ter -Petrossian a insisté sur le fait que le chef de l’Etat a contraint Tigran Sarkissian et l’ensemble de son gouvernement à démissionner la semaine dernière dans l’espoir d’éviter ces manifestations. Il a déclaré que le président Sarkissian essaie maintenant de diviser l’opposition en nommant un “ plus ou moins acceptable “ Premier ministre et des “ leurres “ de l’opposition à des postes ministériels.

“ J’ai le sentiment que l’opposition n’a pas encore pleinement réalisé qu’elle a marqué une grande victoire en obtenant la démission du Premier ministre avec une simple menace de rassemblements et que Serge Sarkissian a au moins partiellement capitulé “, a déclaré Ter-Petrossian.

“ L’opposition doit en aucun cas entrer dans le jeu de Serge Sarkissian en rejoignant le nouveau gouvernement, même si le poste de Premier ministre est offert à l’une des figures de l’opposition “, a ajouté Ter-Petrossian. Il a fait valoir que Sarkissian pourrait facilement le licencier plus tard, une fois la tempête politique actuelle passée.

Le HAK, le BHK, la FRA et Zharangutyun, a continué Ter-Petrossian, devraient donc rallier conjointement de nouveaux supporters lors des débats parlementaires à venir lors du vote de confiance du nouveau gouvernement.

L’avertissement de Ter-Petrossian semble être principalement adressée au BHK, la deuxième force parlementaire dirigée par Gagik Tsarukian. Ce dernier est considéré comme proche de président du parlement Hovik Abrahamian, qui serait le candidat favori en tant que Premier ministre.

Le BHK et la FRA faisaient partie de la coalition au pouvoir en Arménie dans le passé. Aucun des deux partis n’a exclu la possibilité d’un retour au gouvernement.

Stepan Markarian, un député BHK, a insisté hier pour dire qu’un tel retour n’est “ pas à l’ordre du jour du parti. “

Le chef du parti Zharangutyun Raffi Hovannisian, quant à lui, a précisé que son parti ne rejoindra le gouvernement en aucun cas. Hovannisian, qui était le principal candidat de l’opposition à l’élection présidentielle de l’année dernière, a déclaré que le Zharangutyun continuera de considérer Sarkissian comme un président illégitime. Les forces de l’opposition doivent le forcer à démissionner dès ce mois-ci, dit-il.

S’exprimant lors d’une conférence de presse au Liberty Square d’Erevan, Hovannisian a également réitéré ses appels pour que les hauts dirigeants des quatre partis se rencontrent en face à face et discutent de leurs nouvelles mesures.

posté le 10 avril 2014 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



Politique
Un changement de régime n’est pas à l’ordre du jour du BHK

Hier, le BHK a insisté sur le fait qu’il ne cherche pas la démission du président Serge Sarkissian, même si le parti est de plus en plus critique envers les politiques économiques du gouvernement et qu’il coopère de plus en plus avec l’opposition.

Stepan Markarian (BHK) a déclaré que le chef du parti, Gagik Tsarukian, n’a pas discuté de “ changement de régime “ avec les représentants du HAK lors d’une réunion mardi. Le BHK estime que les forces anti-gouvernementales représentées au Parlement devraient s’efforcer de se rassembler pour demander la démission du Premier ministre Tigran Sarkissian et de son cabinet, a t-il dit.

Markarian a confirmé que le chef du groupe parlementaire du HAK, Levon Zurabian, et deux autres membres éminents du parti de Ter -Petrossian ont réaffirmé leur désir de voir le président Sarkissian quitter le pouvoir dès le début de la réunion avec Tsarukian. “ Mais personne n’a abordé la question ensuite “, a t-il dit.

“ La démission du président n’est pas à l’ordre du jour des quatre partis “, a déclaré aux journalistes Markarian, se référant au BHK, HAK ainsi qu’à la FRA et au Zharangutyun. Le parti de Tsarukian est contre toute tentative de renverser le président parce qu’il veut épargner des « bouleversements » au pays, a t-il dit.

Tsarukian a commencé une série de consultations avec les trois partis d’opposition la semaine dernière après une forte critique du bilan économique du gouvernement. Les quatre partis travaillent actuellement sur une proposition conjointe de défiance envers le gouvernement, qui devrait être présentée au Parlement arménien contrôlé par le Parti républicain du président.

posté le 13 mars 2014 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



Politique
Des alliés de Ter-Ptrossian parlent de discussions productives avec le BHK

De proches collaborateurs du chef de l’opposition Levon Ter-Petrossian ont fait ce qu’ils appellent des discussions “productives“ avec le chef du BHK, Gagik Tsarukian, hier. Selon eux, cela conduira à une coopération plus étroite entre les deux partis.

Toutefois, Tsarukian a donné une évaluation beaucoup plus prudente de la réunion. Il a fait savoir par un porte-parole qu’il y a encore des “ différences visibles “ entre le BHK et le HAK de Ter-Petrossian.

“ Nous considérons la réunion très productive, car nous sommes arrivés à un accord sur des questions très importantes, “ a dit le chef du groupe parlementaire du HAK, Levon Zurabian.

“ Il est évident pour nous deux que cette réunion a jeté les bases vers un approfondissement de notre coopération. Je n’exclus pas qu’il y ait beaucoup plus de réunions à l’avenir », a déclaré Zurabian. Il n’a pas exclu la possibilité de rencontrer Ter-Petrossian avec Tsarukian prochainement.

« Cette réunion a été un succès. Elle a été prometteuse et pragmatique “, a déclaré Aram Manoukian, autre figure du HAK. “ Elle pourrait bientôt avoir un impact sérieux sur la situation politique en Arménie. “

Cette réunion était la dernière d’une série de consultations tenues par Tsarukian et ses principaux collaborateurs, dont l’ancien ministre des Affaires étrangères Vartan Oskanian, avec les chefs des partis de l’opposition établis en Arménie. Tsarukian a appelé à leur “ consolidation “ mais jusqu’ici est resté vague sur ses objectifs politiques.

Il n’est pas encore clair si le magnat, qui contrôle la deuxième plus grande faction au parlement de l’Arménie, est en accord avec les appels de l’opposition pour l’éviction du président Serge Sarkissian. Le BHK a seulement exigé la démission du Premier ministre Tigran Sarkissian et de son cabinet.

Dans une déclaration écrite, le secrétaire de presse Tsarukian Iveta Tonoyan a cité des “différences visibles“ entre le HAK et le BHK. Elle n’a pas précisé, disant seulement que le BHK est principalement mécontent de la politique économique du gouvernement.

En revanche, les représentants du HAK veulent que le président Sarkissian démissionne pour ouvrir la voie à des élections présidentielles et législatives anticipées. “ Nous ne voyons pas d’autres solutions aux problèmes du pays “, a déclaré Zurabian.

Interrogé pour savoir si Tsarukian soutient cette position, Zurabian a répondu que le BHK, le HAK ainsi que l’opposition de la FRA et du Zharangutyun sont actuellement d’accord sur la nécessité de rechercher un vote parlementaire de confiance envers le gouvernement. Le parti de Ter-Petrossian estime qu’une telle démarche devrait marquer la première étape de leur effort commun pour un “changement de régime complet“, a t-il dit.

“ Je ne suis pas pessimiste “, a ajouté Zurabian. “Je pense que la situation dans le pays est telle que toutes les forces politiques cherchent des réponses à des questions pressantes. Ces réponses ne peuvent venir que de la démission du gouvernement. “

posté le 12 mars 2014 par Claire/armenews


Opposition
Kotcharian soutient Tasrukian dans sa critique du gouvernement

L’ancien président Robert Kotcharian a salué hier la récente prise de position d’un porte-parole du BHK, Gagik Tsarukian, qui a critiqué les politiques économiques du gouvernement arménien.

Le secrétaire chargé des relations avec la presse de Kotcharian, Victor Soghomonian, a dit que Tsarukian a fait “ de nombreuses évaluations objectives de la situation actuelle en Arménie “ lorsqu’il s’est adressé à un congrès BHK à Erevan le week-end.

Dans son discours, Tsarukian a fustigé les politiques socio-économiques du gouvernement, “ stériles “, disant que les Arméniens sont de plus en plus en train de perdre l’espoir d’une vie meilleure. Le magnat a aussi été soutenu par Kotcharian en ce qui concerne sa récente prise de bec avec le Premier ministre Tigran Sarkissian, largement interprétée comme une attaque à peine voilée contre le président Serge Sarkissian.

L’ex- président a critiqué à plusieurs reprises les autorités au cours des dernières semaines pour minimiser l’importance de la croissance économique enregistrée au cours de sa présidence 1998-2008. Les attaques verbales ont relancé les spéculations sur son désir de revenir à la politique avec l’aide de la BHK.

Le Parti républicain d’Arménie (HHK) a ignoré les critiques de Tsarukian. “ Franchement , nous avons un peu peur, mais nous ne sommes pas concernés », a plaisanté Hovannes Sahakian, haut législateur HHK.

Sahakian a noté que le chef du BHK reste réticent à déclarer ouvertement que son parti est dans l’opposition. « Il faut être franc et honnête : vous êtes dans l’opposition ou pas » demande-t-il.

Le discours de Tsarukian a été bien accueilli par le Congrès national arménien (HAK), parti d’opposition dirigé par un autre ancien président, Levon Ter -Petrossian. Le vice-président de la HAK, Levon Zurabian, a déclaré qu’il continue a souligné “ l’évolution “ de la BHK vers une force d’opposition.

Zurabian a réitéré la ligne officielle de HAK selon laquelle le BHK, qui faisait partie de la coalition au pouvoir en Arménie jusqu’en Juin 2012, n’est pas contrôlée par Kotcharian, l’homme qui a ordonné une répression meurtrière sur le mouvement d’opposition de Ter-Petrossian en 2008. “ Le BHK est un facteur indépendant, et est beaucoup plus puissant que Robert Kotcharian “, a t-il dit.

Mais un autre parti d’opposition, Zharangutyun, a continué de jeter le doute. Stepan Safarian a en effet fait valoir que le magnat risque de perdre ses vastes fonds de commerce s’il milite véritablement pour un changement de régime.

posté le 19 février 2014 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



Politique
Les parents des victimes de violences de 2008 préoccupés par Kotcharian

Les parents des manifestants de l’opposition tués lors des violences post-électorale ont dénoncé hier l’ambition de l’ancien président Robert Kotcharian de revenir sur la scène politique et ont mis en garde les groupes d’opposition à ne surtout pas coopérer avec lui.

Ils ont dit que Kotcharian n’a pas le droit moral de gouverner à nouveau l’Arménie en raison de son rôle clé dans les violences mortelles des manifestations.

Huit partisans du principal candidat de l’opposition présidentielle, Levon Ter -Petrossian, et deux militaires de police ont été tués alors que les forces de sécurité ont tenté de disperser des milliers de personnes qui se sont barricadés dans le centre-ville d’Erevan. Kotcharian a vigoureusement défendu l’usage de la force létale à l’époque, disant qu’il déjoué un coup d’Etat prévu par Ter -Petrossian. Ce dernier a tellement insisté, cependant, que les autorités ont tué ceux qui ne respectaient pas les résultats officiels de l’élection.

Plus d’une centaine de partisans de Ter- Petrossian ont été arrêtés et inculpés dans les semaines suivantes. En revanche, aucun représentants de la loi ou d’autres personnes ont été poursuivis dans le cadre des dix décès.

“ Je vous conseille, Robert Kotcharian, ne pas revenir en la politique. Honte à vous “, a déclaré Sargis Kloyan, dont le fils Gor était l’une des victimes, en commentant ​​les dernières déclarations publiques de l’ex-président qui ont alimenté la spéculation sur son retour en politique.

“ Il doit être expulsé d’Arménie “, a dit Kloyan. « Je suis sûr qu’un jour il va passer en jugement. Il a peut-être oublié, mais pas nous “.

Alla Hovannisian, la mère de Tigran Khachatrian, un autre jeune homme tué dans les troubles, a déclaré : “ il y a beaucoup d’apathie, mais cela ne signifie pas que les gens ont oublié ce que Kotcharian a fait. “

« Je ne crois pas qu’il y ait des désaccords entre [ Kotcharian et Sarkissian , ] “ a ajouté Hovannisian. « Je crois qu’il y a une certaine entente secrète. Ils se moquent de nous “.

Les deux parents ont souligné qu’ils croient que les deux présidents sont également responsables de ce qui reste la pire violence dans rues dans l’histoire de l’Arménie. Ils ont également réprimandé les forces de l’opposition pour leur non-réaction face au possible retour de Kotcharian

« Je suis surpris que personne ne rappelle à Kotcharian son sang sur les mains », a déclaré Hovannisian . “ Une force politique debout derrière Kotcharian serait un ennemi du peuple arménien. “

posté le 15 janvier 2014 par Claire/armenews

P.S Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



Politique
Levon Ter-Petrosian réclame la démission de Serge Sarkissian

Le leader de l’opposition Levon Ter -Petrossian a appelé hier à la démission immédiate de Serge Sarkissian, disant qu’il a porté le discrédit sur l’Arménie et la conduit à la ruine avec sa politique étrangère “aventuriste“.

Dans une déclaration écrite publiée sur ilur.am, Ter- Petrosian a déclaré qu’on doit accorder l’immunité juridique à Sarkissian s’il accepte de démissionner.

“L’Arménie a besoin de réformes systémiques radicales“, a déclaré le chef de l’ opposition. “Attendre que Serge Sarkissian mettre en œuvre ces réformes est une vraie cécité politique. Seuls les « idéalistes » bureaucrates européens pouvaient se permettre la « naïveté » d’une tentative de transformer l’individu en réformateur“.

“Chaque jour est une perte pour l’Arménie et l’Artsakh pour la démographie, l’économie, les affaires matérielles, le sens politique, moral et psychologique“, a poursuivi Ter -Petrossian.

Selon lui, l’Arménie a besoin d’un nouveau président “capable de restaurer la réputation internationale du pays comme un partenaire digne de confiance et responsable. Sarkissian a détruit cette réputation avec ses “errances politiques aventuristes“ entre l’Occident et la Russie, ce qui pourrait avoir des « conséquences désastreuses » pour Arménie et le Haut -Karabakh“.

Ter-Petrosian, premier président de l’Arménie de 1991-1998, a fait clairement référence à la décision inattendue de Sarkissian de se joindre à l’Union douanière. Pour lui, l’Arménie a trompé l’UE et l’a humiliée. Pourtant, contrairement à d’autres leaders de l’opposition, Levon Ter-Petrosiana a cessé de s’opposer à l’Union avec la Russie.

Le chef du HAK a également précisé qu’il ne serait pas candidat à la présidence en cas de démission de Sarkissian. Il a ajouté que Robert Kotcharian ne doit lui non plus pas chercher à revenir au pouvoir.

Depuis les élections controversées, Ter- Petrosian est réticent à lancer une nouvelle campagne de protestations anti-gouvernementales. Il n’a pas précisé ce que ferait son parti si Sarkissian refuse de démissionner.

posté le 31 octobre 2013 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



Arménie-Russie
L’opposition arménienne divisée sur l’adhésion à l’Union douanière

Les principaux partis d’opposition arméniens ont réagi différemment au projet du gouvernement d’adhérer à l’Union douanière dirigée par la Russie. Seul l’un d’entre eux condamne le revirement inattendu de la politique étrangère arménienne.

Raffi Hovannisian, le leader américain du Zharangutyun, a de nouveau accusé le président Serge Sarkissian d’avoir sacrifié l’indépendance et la souveraineté du pays pour asseoir sa place à la tête de l’état. Il a ajouté qu’il soulèvera la question lors de manifestations anti-gouvernementales qu’il organisera dans les prochaines semaines.

Hovannisian a également fustigé les plans de la Russie, l’accusant de vouloir ainsi recréer l’ex-URSS. « Je pense que cela ne va dans le sens ni des intérêts russes, ni des intérêts arméniens », a-t-il dit.

Le point de vue de Hovannisian est partagé par plusieurs petits groupes d’opposition non représentés au Parlement, ainsi que par des parlementaires de l’opposition connus pour leur franc-parler, tels qu’Alexander Arzoumanian et Nikol Pashinian, tous deux affiliés à aucun parti.

En revanche, les deux autres partis de l’opposition siégeant au parlement - la Fédération révolutionnaire arménienne (FRA) et le Congrès national arménien (HAK) - ont eux soutenu l’adhésion arménienne à l’union douanière. Armen Rustamian, un leader de FRA, a déclaré qu’une telle adhésion était vitale pour la survie du pays. Il a ajouté que ni les Etats-Unis, ni l’Union européenne, n’ont offert à Arménie le genre de garanties de sécurité proposé la Russie.

« Nous travaillons depuis longtemps avec les européens sur la formation d’un système de sécurité au Caucase du Sud. Avons-nous réussi ? Non », a tranché Rustamian lors d’une conférence de presse.

Rustamian, dont le parti nationaliste a traditionnellement favorisé des liens étroits avec Moscou, compare cette future adhésion avec le transfert de 1920 effectué par le gouvernement FRA d’une république arménienne indépendante vers la Russie bolchevique. L’Arménie avait en conséquence été incorporée dans l’Union soviétique.

« Notre tâche aujourd’hui est de résoudre la question de notre survie... Notre tâche consiste à léguer 42000kms de territoire [sous contrôle arménien] aux générations futures », a déclaré le leader de la FRA.

Pour sa part, Levon Ter-Petrossian, leader de HAK, a cherché à rationaliser la prétendue pression russe sur Erevan. « J’aurais été surpris si la Russie n’avait pas fait pression », a-t-il déclaré, « la Russie est une superpuissance naturellement guidée par les règles du jeu des superpuissances. »

« Pourquoi la Russie devrait-elle garantir la sécurité de l’Arménie, contrôler le risque de reprise de la guerre au Karabakh, assurer un tiers du PIB de l’Arménie à travers les envois de fonds [de travailleurs migrants arméniens], et en même temps rester les bras croisés à regarder Serge [Sarkissian] se rapprocher de l’UE ? », a-t-il ajouté.

La semaine dernière, Ter-Petrosian avait mis en garde les membres de HAK de ne pas faire de déclarations anti-russes en réponse à la décision surprise de Sarkissian.

posté le 18 septembre 2013 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



Politique
Le Congrès national arménien continuera de coopérer avec le BHK

Le Congrès national arménien, Levon Ter-Petrossian, a déclaré mercredi 15 mai 2013 qu’il continue de considérer le Parti Arménie prospère (BHK) comme une force de l’opposition malgré les déclarations contraires faites par le chef du BHK, Gagik Tsarukian.

Levon Zurabian, vice-président du HAK, a également précisé que le parti d’opposition continuera à coopérer avec le BHK pour contester le gouvernement arménien.

S’exprimant au service arménien de RFE / RL (Azatutyun.am), Zurabian a minimisé la déclaration de Tsarukian. Zurabian a fait valoir que le parti de Tsarukian n’a pas soutenu la réélection contestée du président Serge Sarkissian et a soutenu les initiatives du HAK au Parlement arménien. « Toutes ces mesures montrent que Arménie prospère se comporte aujourd’hui comme une force d’opposition », a-t-il dit.

Ter-Petrosian a proposé de coopérer avec le BHK cette année. Ses partisans croient que Tsarukian a gardé des liens avec le gouvernement et avec l’ancien président Robert Kotcharian, qui a ordonné une répression meurtrière sur le mouvement de l’opposition Levon Ter-Petrosian en 2008.

Zohrabian a déclaré que le BHK continue d’avoir de profondes divergences avec les politiques menées par le gouvernement actuel.

posté le 16 mai 2013 par Laetitia/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007
Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave,
t N.W. Washington DC 200