Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Ecologie


MANIFESTATIONS
Pachinian demande une « décision factuelle » au sujet du gisement d’Amulsar

Vendredi, le Premier Ministre arménien Nikol Pachinian a appelé à une décision sur l’avenir du projet de mine d’or d’Amulsar « fondée sur les faits plutôt que sur des émotions ».

Pachinian est arrivé dans la ville de Jermuk le deuxième jour de sa visite dans les provinces arméniennes du sud et du centre afin d’obtenir des informations de première main au sujet d’un différend local entre des membres de la communauté et des environnementalistes d’un côté, et une société minière prospectant de l’or de l’autre.

Toutes les routes menant à Amulsar ont été bloquées depuis le 23 juin par des groupes protestant contre les opérations d’extraction d’or prévues sur place. Les manifestants considèrent que les activités de Lydian International - une société minière basée aux États-Unis - pourraient contaminer l’air et l’eau de la région montagneuse. La société Lydian maintient qu’elle utilisera une technologie de pointe pour éviter tout dommage à l’écosystème local.

L’entreprise, qui a acquis des droits exclusifs sur le développement du gisement Amulsar, affirme avoir subi des pertes de plusieurs millions de dollars et pourrait intenter une action en justice si le projet, qui est un des plus importants projets commerciaux de l’histoire de l’Arménie, était perturbé.

Plus de 1 400 personnes employées par l’entreprise, dont beaucoup sont également des résidents locaux, n’ont pas pu aller travailler depuis le 23 juin. Plus de 200 employés de Lydian ont manifesté à Erevan le 2 juillet contre l’occupation continue du site, malgré l’appel du Premier Ministre Pachinian à mettre fin aux manifestations.

Pachinian a rencontré des représentants de Lydian, des communautés locales et des militants environnementaux pour discuter des manières possibles de résoudre la situation. En particulier, il a insisté sur le fait qu’une inspection impliquant toutes les parties prenantes, y compris des experts, devrait être menée pour apporter des réponses crédibles à deux questions clés : si les opérations du site minier affectent la qualité des ressources en eau et le développement futur de Jermuk.

Les deux parties semblaient s’accorder sur une inspection de la conformité de Lydian aux normes environnementales proposées par le Premier Ministre, mais ni l’une ni l’autre ne consentent à faire des concessions au sujet des activités actuelles sur le gisement. Des représentants de la communauté et des militants écologistes ont insisté sur le fait que la construction devrait être suspendue pour la période de l’inspection, tandis que le représentant de Lydian trouve cette approche inacceptable.

Joao Carrelo, président et chef de la direction de Lydian International, a déclaré que chaque jour qui passe sans activités coûte à l’entreprise environ un demi-million de dollars.

Le représentant de Lydian a suggéré que des inspections puissent être effectuées parallèlement aux activités minières. « Pour une entreprise responsable, chaque jour qui passe sans activité retarde tous les avantages que ce projet pourrait apporter à la communauté, au pays. La communauté internationale regarde et veut savoir si d’autres investissements vont venir en Arménie », a ajouté Carrelo.

A leur tour, les activistes présents ont déclaré qu’ils continueront à organiser des manifestations et qu’ils ne débloqueront pas les routes menant au site minier.

La production d’or à Amulsar devait commencer avant la fin de l’année. Il n’est pas encore clair si les manifestations vont retarder la mise en activité du site.

posté le 9 juillet 2018 par Claire/armenews


ENERGIE
Des entreprises européennes vont construire une centrale solaire en Arménie

Un consortium d’entreprises néerlandaises et espagnoles a remporté un appel d’offres international pour la construction de la première grande centrale solaire d’Arménie, dont le coût est estimé à environ 50 millions de dollars.

L’usine de 55 mégawatts sera construite à Mets Masrik, un village proche de la côte est du lac Sevan, dans le cadre des efforts du gouvernement arménien pour réduire la dépendance du secteur énergétique national vis-à-vis du gaz naturel importé de Russie.

La Banque mondiale s’est engagée en 2015 à financer la majeure partie du projet historique sous la forme d’une subvention allouée au gouvernement. L’appel d’offres qui en a résulté a attiré des offres émanant d’une vingtaine de sociétés énergétiques du monde entier. Dix d’entre eux ont été présélectionnés pour la dernière étape du concours.

Le ministère arménien de l’Energie a annoncé vendredi que le consortium constitué des sociétés néerlandaise Fotowatio Renewable Ventures et espagnole FSL Solar a remporté l’appel d’offres en promettant le coût le plus bas de l’électricité produite à l’usine solaire. Il sera moins cher que l’énergie fournie par les dizaines de petites centrales hydroélectriques disséminées dans le pays montagneux, a précisé le ministère dans un communiqué.

Les travaux sur l’usine de Mets Masrik pourraient commencer dès cette année, auquel cas ils seront achevés d’ici la fin de 2020. La nouvelle installation sera beaucoup plus puissante que les trois petites centrales solaires construites en Arménie à la fin de l’année dernière.

Le ministère a indiqué qu’il a également choisi des emplacements pour cinq autres centrales solaires de grande ou moyenne taille qui pourraient être construites dans les années à venir. Cela augmenterait la capacité solaire combinée de l’Arménie, atteignant au moins 120 mégawatts, a ajouté le communiqué du ministère.

Plus tôt cette année, le gouvernement arménien a réaffirmé ses promesses d’augmenter considérablement la part de l’hydroélectricité et des autres énergies renouvelables dans la production d’électricité du pays. Le ministre de l’Energie Ashot Manukian a déclaré que l’objectif du gouvernement est de s’assurer que les sources renouvelables répondent à au moins la moitié des besoins énergétiques de l’Arménie dans les prochaines années.

Selon le Service national des statistiques (SNS), les centrales hydroélectriques représentaient environ 30% de l’électricité produite dans le pays l’année dernière. En comparaison, les centrales thermiques utilisant le gaz représentaient 37% du total.

Manukian a cité la construction prochaine d’une centrale hydroélectrique de 76 mégawatts sur la rivière Debed qui traverse la province du nord de Lori. Le projet de 150 millions de dollars est dirigé par Samvel Karapetian, un homme d’affaires milliardaire russo-arménien.

Une autre société espagnole spécialisée dans les énergies renouvelables, ACCIONA Energy, étudie actuellement la possibilité de construire de grands parcs éoliens en Arménie, qui pourraient avoir une capacité combinée d’au moins 100 mégawatts. Le Premier ministre Karen Karapetian a rencontré les dirigeants d’ACCIONA à Davos, en Suisse, en janvier.

posté le 2 avril 2018 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ENVIRONNEMENT
Le gouvernement confirme des problèmes à la mine de cuivre de Teghut

Le ministre du Développement économique, Suren Karayan, a déclaré mercredi que les opérations de production de la deuxième plus grande mine de cuivre d’Arménie ont été arrêtées récemment parce que ses installations d’élimination des déchets ont besoin d’améliorations majeures.

Le groupe Vallex, une compagnie minière privée, a envoyé la grande majorité de ses 1 200 employés travaillant sur le site de Teghut en congé à durée indéterminée le 12 janvier, invoquant le besoin de « réparations prophylactiques planifiées ». Vallex a annoncé le 2 février qu’ils seront licenciés en raison d’un « arrêt prolongé ». Les dirigeants affirment avoir besoin de temps pour commander des études de faisabilité sur ses plans visant à augmenter considérablement la production dans le pays.

Plusieurs militants de la protection de l’environnement basés à Erevan ont déclaré lundi que la fermeture était le résultat de la propagation de fuites toxiques provenant de la mine contaminant une rivière voisine. L’un d’entre eux a soutenu qu’un dépôt de résidus à Teghut « pourrait s’effondrer à tout moment » mais Vallex n’a toujours pas commenté ces allégations. « Actuellement, des études liées à la décharge de résidus sont en cours », a indiqué Suren Karayan, à l’agence de presse Armenpress. « Deux entités étrangères travaillent pour voir ce qui doit être fait afin que la mine puisse continuer ses activités tout en respectant l’environnement. »

S’exprimant lors de la séance de questions-réponses du gouvernement arménien au Parlement, M. Karayan a déclaré que l’exploitation minière et le traitement du minerai à Teghut reprendraient après que Vallex ait modernisé certaines de ses installations. Le processus de « rééquipement » prendra « un peu de temps », a ajouté le ministre sans donner de délais.

Les dirigeants de la mine de Teghut n’ont pas non plus précisé quand la mine située dans la province du nord de Lori pourrait être réouverte. Le 2 février, ils ont annoncé qu’ils conserveraient un effectif de près de 300 employés pour assurer la garde du site et l’entretien de son équipement industriel.

posté le 1er mars 2018 par Claire/armenews


CE SOIR SUR FRANCE 3
Muriel Robin part à la découverte des jaguars, filmée par Jérôme Korkikian

Après le Congo et le Kenya, l’humoriste Muriel Robin et son ami soigneur Chanee s’envolent pour le Brésil à la rencontre des jaguars. Leur mission : servir de messagers entre les défenseurs de la nature et le public. Pour approcher le plus grand prédateur d’Amérique du Sud, ils explorent la savane immense et les terres inondées du Pantanal, le « Far West brésilien ». Au cours de leur périple, le duo d’aventuriers ne s’imagine pas qu’il est suivi par ce félin majestueux. Puis, il y a un face-à-face inoubliable entre eux et le gros félidé. Dans un orphelinat, Muriel Robin et Chanee découvrent des mammifères carnivores. Ils se prennent d’affection pour Luna, une femelle de 8 mois.

Une immersion rare au plus près de ces animaux fascinants, qui réserve des surprises émouvantes et attendrissantes mais aussi... quelques frayeurs. C’est le réalisateur Jérôme Korkikian qui, comme les fois précédentes, a suivi Muriel Robin et Chanee pour ce documentaire dépaysant.

JPEG - 71 ko

Muriel Robin et Chanee sur la terre des jaguars
Lundi 26 Février à 21h05 sur France 3

posté le 26 février 2018 par Claire/armenews


APRES L’INCENDIE
Le gouvernement prévoit un projet de réhabilitation de la réserve de Khosrov

Le ministère de la Protection de l’environnement de l’Arménie s’est engagé vendredi à réhabiliter la réserve naturelle qui a été gravement endommagée par un incendie de forêt massif.

L’incendie dans la réserve d’état de Khosrov a éclaté le 12 août et a duré quatre jours avant d’être éteint par les travailleurs d’urgence arméniens avec l’aide d’un avion bombardier russe. Il aurait brûlé 360 hectares de bois dans la région montagneuse au sud-est d’Erevan.

La réserve de Khosrov s’étend sur environ 25 000 hectares de terres.

Le ministre de la Protection de l’environnement, Artsvik Minasian, a assuré que son ministère élaborera un plan de réhabilitation dans les prochaines années visant à juguler en grande partie les dommages causés dans la réserve protégée. Des experts arméniens et internationaux seront impliqués dans l’effort, a précisé le communiqué du ministère. Certaines organisations internationales ont offert de l’aide au gouvernement arménien, ajoute la déclaration sans préciser qui.

La secrétaire de presse de Minasian, Marine Karapetian, a déclaré qu’une équipe de fonctionnaires du ministère avait été envoyée à la réserve de Khosrov pour inspecter les sections brûlées et vérifier les dégâts. “Une fois cet examen terminé, nous aurons une idée globale et un plan de mesures prioritaires sera approuvé“, a-t-elle prévenu.

Selon elle, le plan sera mis en œuvre par un groupe de travail ad hoc. Le ministère, a t-elle poursuivi, pourra également interdire complètement la chasse dans au moins certaines parties de la réserve.

Khosrov est l’un des principaux sanctuaires d’animaux sauvages d’Arménie, avec un grand nombre d’ours bruns, de sangliers, de renards, de vautours et des centaines d’autres espèces qui l’habitent. Minasian a assuré qu’aucun de ces mammifères et oiseaux n’a été tué par le feu.

posté le 21 août 2017 par Claire/armenews


GUMRI, VANADZOR, ALAVERDI
Une pollution atmosphérique anormalement élevée dans trois villes arméniennes

Le dioxyde de soufre dans l’air de trois grandes villes arméniennes - Gumri dans la région de Shirak, Vanadzor et Alaverdi dans la région de Lori - dépasse les limites des normes de qualité de l’air, selon les données publiées par le service national des statistiques d’Arménie.

Les données provenant de la surveillance de la qualité du bassin atmosphérique, tenue en novembre, révèlent que le dioxyde de soufre dépasse 1,5 fois la norme acceptable à Gumri, 1,2 fois à Vanadzor et 2,2 fois à Alaverdi.

Dans l’ensemble des autres villes testées, tous les polluants atmosphériques - poussière, dioxyde d’azote, dioxyde de soufre, monoxyde de carbone et ozone troposphérique - ont été conformes aux normes admises.

Le service détaille qu’en novembre, la surveillance de la qualité de la pollution atmosphérique de la République d’Arménie a été réalisée au moyen de 16 stations d’observation, situées dans tout le pays. Pour déterminer la teneur en polluants, 1 452 échantillons d’air et 1 528 échantillons d’air passif ont été prélevés dans 213 stations d’observation.

En général, 31 772 et 12 680 mesures d’air ont été effectuées à travers les stations automatiques situées respectivement à Erevan et Alaverdi.

posté le 9 janvier 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
Le gouvernement soutient le projet d’exploitation minière de l’or

Le ministre de l’Environnement, Artsvik Minasian, a rejeté hier les critiques des groupes de protection de l’environnement concernant la décision du gouvernement arménien de donner le feu vert à une nouvelle mine d’or construite en Arménie.

Une société américaano-britannique, Lydian International, a commencé à construire des usines d’extraction et de fusion d’or au gisement Amulsar, dans la province de Vayots Dzor, au sud-est du pays, en août. Elle prévoit de lancer des opérations d’extraction de minerai là-bas d’ici la fin de 2017.

Le projet Amulsar devrait générer plus de 1 000 nouveaux emplois et une augmentation significative des exportations d’or de l’Arménie (ces dernières tournaient autour de 100 millions de dollars l’an dernier). Lydian a attiré environ 370 millions de dollars d’investissement nécessaires à sa mise en œuvre auprès de sociétés américaines.

Les groupes arméniens de protection de l’environnement sont fortement opposés au projet. Pour eux, cela pose une menace sérieuse à l’écosystème local. Ils soutiennent également que le site minier de montagne est situé à moins de 20 kilomètres de Jermuk, station thermale la plus célèbre du pays.

Lydian et le gouvernement arménien ont cherché à dissiper ces inquiétudes, expliquant que l’entreprise utilisera une technologie de pointe qui permettra de minimiser les risques environnementaux.

Minasian a rejeté les tentatives continues des écologistes pour bloquer l’exploitation minière d’or à Amulsar, en justifiant sa construction par le fait que le projet a reçu l’autorisation du gouvernement conformément à toutes les exigences légales, y compris une évaluation des impacts environnementaux menée par son ministère.

“Je serai guidé seulement par la loi“, a t-il déclaré lors d’une conférence de presse. “S’il existe des motifs légaux pour une révision, nous sommes prêts à en discuter. Mais il est erroné de parler constamment du sujet sans un ensemble révisé de motifs juridiques parce que, par conséquent, nous endommageons aussi les initiatives liées aux programmes de protection de l’environnement“.

Minasian, qui a été nommé ministre de l’Environnement il y a environ trois mois, a admis que le système gouvernemental existant pour mesurer les conséquences environnementales de l’exploitation minière à ciel ouvert en Arménie est « faible ». Mais il a ajouté que ce n’est pas une raison suffisante pour arrêter l’opération Amulsar.

“La mine n’est pas encore exploitée, mais vous demandez que le projet soit suspendu ou annulé. Quels sont les motifs légaux pour faire cela ? “, a-t-il demandé.

La Société financière internationale (SFI) et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), qui détiennent des participations minoritaires dans Lydian International, ont également examiné l’impact environnemental du projet Amulsar avant d’accepter d’y investir. Un haut responsable de la BERD a déclaré en août que Lydian s’était engagé à respecter “les conditions environnementales les plus strictes“ établies par l’institution de crédit basée à Londres.

L’Ambassade des États-Unis à Erevan a également exprimé son soutien à l’opération minière. Lors d’une cérémonie à Amulsar, l’ambassadeur Richard Mills a exprimé la confiance que Lydian va opérer en Arménie “dans le respect des normes environnementales et sociales internationales.“

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200

posté le 28 décembre 2016 par Claire/armenews


FRANCE 2 A 17H50
Chloé Nabédian invitée du nouveau rendez-vous de Michel Drucker

La rentrée de Michel Drucker sur le célèbre canapé rouge se fera avec deux talk-shows, ce dimanche 28 août à 17h50 avec Vivement la télé, une nouvelle émission, et à 18h25 avec Vivement dimanche prochain dont la durée est allongée.

À 17h50 dans Vivement la télé, l’animateur proposera un focus autour de l’actualité de la télévision. Il passera en revue les nouveautés des antennes de France Télévisions en matière de magazines, fictions, divertissements, talks-show et évènements. Il sera entouré de nombreuses personnalités qui font l’actualité de la semaine télé à venir. Parmi elles, Chloé Nabédian, la nouvelle recrue météo du service public. Celle qui est passée par la Chaîne Météo et ITélé alternera avec Anaïs Baydemir et Valérie Maurice pour les bulletins météo à la rentrée.

posté le 28 août 2016 par Claire/armenews

Photo : Claire Barbuti, en février 2016 dans les locaux d’ITélé.

THEMES ABORDES : Ecologie  Environnement  France  Image 450  Médias 


ENERGIE
Démarrage d’un nouveau projet minier en Arménie

Une société britannique a annoncé hier son intention de commencer à construire cet été une nouvelle mine d’or en Arménie. Grâce à ses plus de 400 millions de $ d’investissements, la société affirme que ce minier sera le plus grand du pays.

La société britannique, Lydian International, va construire cette mine d’or dans le gisement d’Amulsar, dans la province de Vayots Dzor au sud-est. Avant d’obtenir l’approbation finale du gouvernement l’année dernière, Lydian International avait promis de créer 770 emplois permanents et de payer environ 500 M de $ en impôts au cours de la prochaine décennie.

Lydian a récolté 325 millions de $ auprès de deux sociétés aux financements américains en novembre. Il a continué en attirant 40 millions $ en investissements de la Société financière internationale (SFI), membre du Groupe de la Banque mondiale.

Dans une déclaration, Lydian a expliqué avoir pris la décision d’aller de l’avant avec le projet d’Amulsar après avoir reçu « un droit minier modifié » du gouvernement arménien. Il n’a pas précisé les changements apparemment pris dans sa licence d’exploitation minière.

« À la fin, Amulsar devrait être la plus grande mine d’or en Arménie, produisant une moyenne de 243.000 onces d’or par année au cours de ses cinq premières années d’exploitation“, peut-on lire dans le communiqué. “La première coulée d’or est attendue dans environ 20 mois après le début de la construction“.

Howard Stevenson, directeur général de Lydian, a été cité comme ayant déclaré que le travail sur l’exploitation minière et les installations de traitement du minerai à Amulsar devrait commencer cet été. “L’ingénierie de base progresse et nous prévoyons de déposer plusieurs contrats clés au cours des prochaines semaines en prévision de la première pelletée de terre“, a t-il précisé.

Stevenson a discuté du projet avec le Premier ministre Hovik Abrahamian lors de leur rencontre à Erevan le 21 mai. Il a assuré qu’Abrahamian l’avait remercié pour “son soutien et sa coopération.“

Les groupes de protection de l’environnement en Arménie s’opposent à l’exploitation minière à ciel ouvert à Amulsar, citant la proximité avec Jermuk, la plus grande et la plus célèbre station thermale du pays. Ils pensent aussi que cela pourrait polluer les rivières de la région montagneuse.

Lydian et le gouvernement arménien ont cherché à dissiper ces préoccupations, en expliquant que la société va utiliser une technologie de pointe et se conformer strictement aux normes de sécurité environnementales. La SFI, ainsi que la Banque européenne pour la reconstruction et le développement, ont prêté foi à ces assurances en achetant des participations minoritaires dans Lydian.

Les Etats-Unis ont également signalé un soutien au projet minier. En effet, Richard Mills, l’ambassadeur des Etats-Unis en Arménie, l’a décrit l’année dernière comme une “opportunité économique importante pour l’Arménie.“

Dans un rapport rendu public hier, la Banque mondiale conclut que si le secteur est “un facteur important“ pour l’économie arménienne, aucune des entreprises minières actives dans le pays ne respecte pleinement les normes de sécurité environnementale. Le rapport ajoute que “les opérations individuelles ne suffisent généralement pas à contribuer au développement durable à plus long terme de la nation.“

Les auteurs du rapport appelent à une réglementation gouvernementale plus efficace et transparente du secteur.

posté le 9 juin 2016 par Claire/armenews