Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
UGAB


PARIS
Débat avec Bernard-Henri Lévy : « Erdogan finira dans la poubelle de l’histoire »

A l’occasion de la sortie de son ouvrage L’Empire et les 5 rois, Bernard-Henri Lévy assurait avoir envie de le présenter à trois communautés en priorité : les Juifs, les Kurdes et les Arméniens. Ce fut chose faite le 25 avril dernier à l’invitation des Nouvelles d’Arménie Magazine, et ce dans les locaux de l’UGAB Paris. Pendant près de 2h, le philosophe et écrivain a expliqué sa lecture des barbaries contemporaines, en particulier celles liées à l’Empire ottoman et à la Turquie, mettant en avant son rejet du fascislamisme turc face à une centaine de personnes très attentive, qui ont pu posé des questions à l’issue de cette conférence et faire dédicacer leur ouvrage.

JPEG - 5.7 Mo

Avant son entrée dans la salle de l’UGAB, BHL alpagué par Cyrille Eldin, journaliste de Canal +.

JPEG - 6.6 Mo
Ara Toranian avec Erol Ozkoray

Pourquoi venir présenter cet ouvrage aux Arméniens, lui a demandé Ara Toranian, rédacteur en chef des Nouvelles d’Arménie Magazine, pour démarrer cette discussion. “La médaille que j’ai reçue de vos mains il y a 3 ans au dîner du CCAF, je l’ai reçue avec une vraie émotion, sans paroles en l’air“, s’est souvenu Bernard-Henri Lévy. La rencontre du 25 avril était ainsi l’occasion d’exprimer sa reconnaissance vis-à-vis du peuple arménien, mais aussi de mettre en lumière l’un des fils principaux de l’ouvrage : la question de la Turquie et de la résurgence de la tentation ottomane aujourd’hui. S’il avoue avoir fait partie au début de ceux qui ont cru à l’arrivée d’Erdogan, il pense clairement aujourd’hui “que le panturquisme est à la base de son régime“. S’il a eu l’idée de l’ouvrage L’Empire et les 5 rois lors d’un voyage au Kurdistan, l’écrivain en appelle à la solidarité entre “les peuples en trop“, les “incomptés par les nations“.

JPEG - 6.2 Mo
JPEG - 5.7 Mo
JPEG - 5.5 Mo

Valérie Toranian, directrice de la Revue des deux mondes, a quant à elle interrogé Bernard-Henri Lévy sur les relations entre Trump et Macron, et la place de la Turquie dans celles-ci.

JPEG - 6.1 Mo
JPEG - 5.3 Mo

La thèse de mon livre, a avancé le philosophe, c’est qu’il y a aujourd’hui cinq maîtres-chanteurs dans le monde, dont les deux plus pervers sont Erdogan et Poutine. Or, ils sont dans une alliance pas contre-nature, mais contre-historique“. Regrettant que peu de monde ne s’en soucie : “L’Europe se couche face à cela, c’est ce que j’écris dans ce livre, c’est pour ça que je suis révolté.

Avant de nous faire une confession : “Si je devais mourir demain, il y a une chose dont j’aurai honte, pour moi : c’est de ne pas avoir su convaincre de la nécessité d’intervention en Syrie“. Comparant les situations entre la Libye et la Syrie, “d’un endroit où l’on est intervenu et un où on n’est pas intervenu“.

JPEG - 5.7 Mo

Ara Toranian l’a alors interrogé sur Bachar Al Assad, perçu par les minorités chrétiennes comme un protecteur face aux Islamistes. Il s’en sert comme bouclier stratégique et bouclier humain a estimé Bernard-Henri Lévy. Quelle attitude adoptée face à ça ? “Une tutelle internationale pendant un temps donné ?, Ca rappellera de mauvais souvenirs, mais si c’est le prix à payer...“ a-t-il tenté, ajoutant que leur sort constituait une priorité absolue.

JPEG - 5.9 Mo

Journaliste au Monde, Gaïdz Minassian a ensuite pris la parole, se faisant dans un premier temps l’avocat du diable : “Ces cinq rois dont vous parlez - en Chine, en Turquie, en Iran, en Russie, dans le monde arabe - n’ont-ils pas des raisons d’en vouloir à l’Occident ?“. Ce à quoi Bernard-Henri Lévy a rétorqué : “Si j’étais Turc, je me sentirai plus humilié par Erdogan que par les Occidentaux !“. Mais l’auteur assure ne pas être désenchanté, ne pas avoir perdu courage - pour preuve la parution de ce livre qui se clôt par un message plein d’espoir, “mais avec quelques larmes de mélancolie, dédiées aux Kurdes“ - déclarant sous les applaudissements : “Erdogan, je pense qu’il finira dans la poubelle de l’histoire“.

Selon lui, c’est à l’Europe de reprendre le flambeau, puisque les Etats-Unis sont un peu en retrait, ces derniers affirmant en parole que l’Iran est son pire ennemi, mais en lui laissant un tel cadeau en Syrie, notamment à Afrin. Le problème : “Comment reprendre le flambeau s’il n’y a pas de solidarité entre les pays européens ? Oui, il y a une guerre de civilisation au sein de l’Europe, et c’est cette bataille qu’il nous faut aujourd’hui mener“.

JPEG - 6.6 Mo
JPEG - 5.9 Mo

Enfin, interrogé par une personne présente sur le rôle des Kurdes lors du génocide arménien, Bernard-Henri Lévy s’est dit content de finir sur cette question : “C’est vrai que les Kurdes ont été les sicaires du génocide des Arméniens, a-t-il concédé. Mais les Kurdes - en tout cas d’Irak - l’ont avoué, se sont repentis, ne sont pas dans le négationnisme“. C’est pour cette raison que la chaîne de solidarité des ébranlés doit aujourd’hui se mettre en place. Il en a d’ailleurs appelé à la reconnaissance par Israël du génocide des Arméniens, en appelant à la “solidarité profonde des peuples en trop“.

JPEG - 6.4 Mo

Un public attentif. Au premier rang notamment, Mourad Papazian et Nadia Gortzounian.

JPEG - 5.7 Mo

Une conférence passionnante, qui s’est terminée par une séance de dédicaces.

posté le 5 mai 2018 par Claire/armenews

Texte et photo : Claire Barbuti



PARIS
« Christapor Mikaelian est-il le fondateur d’une nouvelle culture politique arménienne ? »

L’Ugab présente l’Université populaire de Mgr Norvan Zakarian sur “La culture et l’identité arméniennes“ chaque deuxième mardi du mois.

Le prochain rendez-vous : le mardi 13 février 2018 à 20h30 au Centre Alex Manoogian, 118 rue de Courcelles, 75017 Paris, pour un débat avec Ara Krikorian et Gaïdz Minassian (Modérateur : Gorune Aprikian) sur le thème : “Christapor Mikaelian est-il le fondateur d’une nouvelle culture politique arménienne ?“.

posté le 5 février 2018 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Paris  UGAB 


RENDEZ-VOUS DES NAM
Les quatre députés à la filiation arménienne veulent faire bouger les lignes

Pour un premier contact avec les Français d’origine arménienne, les quatre députés à la filiation arménienne élus en juin 2017 ont répondu présent, mardi 5 décembre, à la 8e édition des Rendez-Vous des NAM, en partenariat avec l’UGAB France.

Face à une salle bien garnie et concentrée, qui comprenait plusieurs personnalités (les deux coprésidents du CCAF, Mourad Papazian et Ara Toranian, Hovaness Guevorkian, représentant de la République d’Artsakh en France, Levon Aghadjanian, numéro 2 de l’ambassade d’Arménie, le pasteur René Léonian et Nadia Gorzounian, présidente de l’UGAB France), les quatre élu(e)s Jacques Marilossian (La République En Marche - LREM), Danièle Cazarian (LREM), Nadia Essayan (Modem), Guillaume Kasbarian (LREM) se sont prêtés facilement au jeu des questions/réponses sur la vie politique française ainsi que sur leur perception des relations France-Arménie.

La France va mieux, disent-ils mais il faut laisser du temps aux réformes entreprises depuis six mois pour voir les premiers résultats. Mais la volonté du président et celle de la nouvelle majorité parlementaire (dont les 4 député(e)s sont membres) sont intactes. Les réformes ne font que commencer et il est important de poursuivre ce rythme effréné des projets de lois pour satisfaire les Français. Après avoir énuméré les caractéristiques de cette nouvelle majorité et le profil des primo-députés qu’ils sont tous les quatre, ces derniers ont insisté sur la fin d’une époque politique, celle des partis où les dirigeants exerçaient leur mandat de député comme un métier. Avec la fin du cumul des mandats, cette époque est révolue et avec la loi de moralisation de la vie publique, le statut de l’homme politique se clarifie.

Tous les quatre sont membres du groupe d’amitié France-Arménie - Jacques Marilossian en est le président - et ont tenu à rappeler la nature de leur engagement en faveur de l’amélioration des liens avec l’Arménie. Les député(e)s veulent faire bouger les lignes, aller de l’avant, dépasser le cap mémoriel et s’engager sur des objectifs concrets et atteignables.

À propos de la question de la pénalisation de la sanction des génocides, les députés se sont montrés prudents après les deux invalidations par le Conseil constitutionnel. Ils veulent étudier de près ce point en prenant toutes les garanties au préalable. La voie est étroite et il en ont conscience mais ils veulent être à l’écoute des citoyens.

Quant au fait de savoir pourquoi Jacques Marilossian avait accepté d’être membre du Groupe d’amitié France-Turquie, il a précisé que ce n’est pas pour y faire de la figuration ou servir la real politik mais pour se mettre du côté des démocrates et des défenseurs turcs des droits de l’homme. Les quatre députés ont tenu à rappeler qu’ils sont des élus de la République, et non d’une communauté même si à l’unisson ils ont tenu à préciser qu’il n’y avait aucun complexe à vivre et exprimer leur double culture et qu’ils seront toujours sensibles aux demandes émanant des Français d’origine arménienne.

JPEG - 243.2 ko

Ils attendent également beaucoup de la prochaine visite du président Macron en Arménie à l’occasion du sommet de la francophonie à Erevan durant l’automne 2018.

Et sur l’Artsakh ? Rien de concret n’a filtré même si Guillaume Kasparian a glissé qu’il faut toujours s’attendre à des surprises avec le chef de l’Etat...

Bilan de la soirée ? Premier contact réussi pour les quatre députés, mais il faudra des actes concrets et forts pour maintenir le degré de fidélité, de confiance et d’exigence qui s’est mis en place depuis quelques mandats entre l’Elysée et les Français d’origine arménienne.

En attendant le prochain Rendez-Vous des NAM aura lieu le vendredi 9 février, avec le géopoliticien Gérard Chaliand sur le thème : Quel avenir pour les Kurdes au Proche-Orient ?

posté le 8 décembre 2017 par Claire/armenews

La rédaction des NAM



POUR LES 8 A 16 ANS
Séjour au ski organisé par l’UGAB

Séjour de ski en France Chapelle d’Abondance en Haute-Savoie du 11 au 18 février 2017 organisé par l’UGAB.

Un séjour pour les jeunes de 8 à 16 ans.

580 € par personne (hors frais de transport) - 250 € d’acompte. Ce qui comprend :
- Hébergement en pension complète
- Forfaits remontées mécaniques + assurance
- Location du matériel
- Encadrement sur les pistes
- Activités

Supplément possible : des cours de ski avec l’Ecole de Ski Française (ESF) pour 130 €.

Cliquer ici pour vous inscrire

Plus d’infos : UGAB France - 11 square Alboni - 75016 Paris
www.ugabfrance.org - contact@ugabfrance.org

posté le 15 décembre 2016 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : France  Image 450  UGAB 


EDUCATION
Université virtuelle arménienne de l’UGAB : inscription à la session d’hiver

L’Université Virtuelle Arménienne (UVA) de l’UGAB est une institution accréditée d’enseignement supérieur en ligne dont le but est de faciliter l’enseignement arménien par le biais des technologies modernes. Lancés en 2009, les cours de l’UVA sont ouverts à tous ceux qui sont intéressés par les études arméniennes. La salle de classe virtuelle de l’UVA est destinée aux étudiants qui n’ont pas accès aux programmes éducatifs arméniens en face à face, ainsi qu’aux étudiants qui souhaitent tout simplement enrichir leur formation. L’objectif de l’UVA est de créer une communauté d’enseignement en ligne afin d’encourager la transmission de la culture et la création de liens sociaux entre les apprenants à travers le monde.

Les cours sont disponibles aux différents niveaux et en 7 langues (arménien oriental et occidental, anglais, russe, français, espagnol, turc).

Vous pouvez vous inscrire jusqu’au 18 décembre 2016 pour participer aux cours d’hiver 2017.
Plus d’infos : www.avc-agbu.org, (+374 60) 61 22 61 ou info@avc-agbu.org

posté le 9 décembre 2016 par Claire/armenews


FRANCE
Ouverture du site internet de la Bibliothèque Nubar de l’UGAB

La Bibliothèque Nubar de l’UGAB est heureuse de vous annoncer l’ouverture de son site Internet, avec de nombreuses informations, photos et documents sur l’histoire des Arméniens de l’Empire ottoman et de la diaspora arménienne :http://bnulibrary.org/index.php/fr/#

A noter que l’exposition Arménie 1915, entièrement consacrée à l’histoire du génocide, peut se visiter virtuellement. Cela prolonge et pérennise la grande exposition Arménie 1915 qui a été organisée à l’Hôtel-de-Ville de Paris à l’initiative de la maire de Paris Anne Hidalgo, à l’occasion de la commémoration du centenaire du génocide des Arméniens.
Voir l’exposition virtuelle : http://bnulibrary.org/index.php/fr/expositions-virtuelles/armenie-1915 ?utm_source=UGAB+France+%28France-Paris-Valence%29&utm_campaign=cb3117e71a-EMAIL_CAMPAIGN_2016_12_05&utm_medium=email&utm_term=0_da52fec6e8-cb3117e71a-300535569

posté le 8 décembre 2016 par Claire/armenews


UGAB JEUNES PARIS
Rencontre avec l’alpiniste Ara Khatchadourian

Les jeunes de l’UGAB Paris vous invitent à une rencontre exceptionnelle avec l’alpiniste marseillais Ara Khatchadourian.

Il a gravi l’Everest, toit du monde culminant à 8848m dans le cadre du défi “Everest pour la mémoire“ s’inscrivant dans la commémoration du centenaire du génocide des Arméniens et pour la lutte contre le négationnisme.

Au sommet du monde, Ara Khatchadourian a brandi fièrement le drapeau tricolore arménien et le drapeau de l’UGAB.

Vendredi 14 octobre à 20h
118 rue de Courcelles, 75017 Paris
Réservations : infoparis@ugabfrance.org

posté le 5 octobre 2016 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Paris  Sports  UGAB 


PARIS
Concert de Lusiné Harutyunyan et Vahan Mardirossian

Le 10 juin, Vahan Mardirossian accompagnera au piano la jeune étudiante en violon Lusiné Harutunyan, lors de la première Scène ouverte du PAD (Performing Arts Department) de l’Ugab, au Centre culturel Alex Manoogian.

Au programme : des oeuvres de Bach, Paganini, Kasparov, Kreisler, Ravel et Wieniawski.

Vendredi 10 juin à 20h
118 rue de Courcelles - 75017 Paris
Tarif : 20 euros / - 25 ans : 10 euros
Réservation conseillée : pad-france@ugabfrance.org ou 01 45 20 03 18

JPEG - 803.9 ko
posté le 3 juin 2016 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Paris  UGAB 


UGAB PARIS
Projection du documentaire Peindre après le génocide, d’Arto Pehlivanian
Peindre après le génocide, le film documentaire d’Arto Pehlivanian consacré à Zareh Mutafian, l’orphelin de Unye qui deviendra un grand peintre, sera projeté vendredi 15 avril à 20h30 à l’UGAB, 118 rue de Courcelles, 75017 Paris.
posté le 9 avril 2016 par Claire/armenews
THEMES ABORDES : Paris  UGAB