Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Elections


POLITIQUE
L’Alliance Ter-Petrosian se sent sur une bonne lancée pour les élections

Mercredi, une alliance de l’opposition dirigée par l’ancien président Levon Ter-Petrosian a prétendu gagner le soutien croissant des électeurs, car il a rassemblé des milliers de personnes à Erevan quatre jours avant les élections parlementaires en Arménie.

Levon Zurabian, un des principaux membres du bloc du Congrès-HZhK, a insisté sur le fait que son principal message électoral, une solution de compromis pour le conflit du Haut-Karabagh, est de plus en plus résonnant avec les Arméniens. Le bloc prouve également que ses opposants pro-gouvernementaux et de l’opposition se trompent, at-il ajouté.

« Ils nous ont dit que nous commettions un suicide politique avec notre programme [lié au Karabagh] et que personne ne nous appuierait. Aujourd’hui, nous démontrons que nous avons non seulement préservé nos partisans, mais avons également élargi notre base électorale“, a déclaré Zurabian alors que la foule traversait le centre-ville.

“Nous attirons de nouveaux supporters parce que les gens ont compris que ce que nous proposons est la clé du développement et du salut du pays“, a-t-il déclaré.

Ter-Petrosian, 72 ans, n’a pas participé aux rassemblements de la campagne électorale du Congrès-HZhK. Zurabian a attribué l’absence de l’ex-président du rassemblement de mercredi à son « imprévisible » style de communiquer avec l’électorat. Il a également précisé que Ter-Petrosian a déjà influencé l’opinion publique avec ses interviews pré-électorales accordées à deux grandes chaînes de télévision.

Au cours de ces entretiens, Ter-Petrosian a réaffirmé son ferme soutien aux principes fondamentaux de la résolution du conflit du Karabagh qui ont été présentés pour la première fois par les coprésidents américains, russes et français du Groupe de Minsk de l’OSCE à Madrid en 2007. L’Azerbaïdjan est vital pour la sécurité et la prospérité de l’Arménie.

Ter-Petrosian a également précisé que le président Serge Sarkissian peut compter sur le soutien du Congrès-HZhK s’il fait pression sur le règlement proposé. Cela a mené à la spéculation renouvelée par certains commentateurs que Sarkissian, dont le gouvernement prétend largement soutenir les Principes fondamentaux, aidera le bloc de Ter-Petrosian à gagner au moins 7% du vote nécessaire pour avoir des sièges dans le nouveau parlement d’Arménie. Les aides Ter-Petrosian ont rejeté cette spéculation.

Zurabian a soutenu que dans le cadre de l’accord-cadre rédigé par les trois puissances médiateurs, la partie arménienne conserverait le contrôle sur le Karabagh et n’aurait qu’à se retirer des districts entourant le territoire contesté.

“Votez pour l’alliance du Congrès-HZhK afin que la démocratie soit établie dans notre pays, de sorte que la paix soit établie autour de notre pays,“ Zurabian a déclaré à la foule avant de marcher de la place de la Liberté d’Erevan. “Voter pour l’ouverture de toutes les routes et pour notre libre-échange avec tous les pays du monde, y compris nos voisins.“

Le porte-parole de l’opposition a également déclaré qu’une série d’amendements appuyés par l’opposition au Code électoral arménien promulgué l’année dernière empêchera les fraudes graves dans les bureaux de vote le 2 avril. Il a déclaré que les Arméniens devraient profiter de cette occasion pour « supprimer ce régime corrompu » et « imposer une paix digne sur l’Azerbaïdjan “.

posté le 30 mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut



POLITIQUE
Tzaroukian prédit sa victoire aux élections

Gagik Tzaroukian, l’un des hommes les plus riches d’Arménie, a affirmé mardi que son alliance se dirige vers la victoire lors des élections législatives de dimanche.

Il a déclaré que la campagne électorale avait démontré qu’Alliance Tzaroukian jouissait « de la confiance inconditionnelle du peuple » et a exhorté ses militants à s’assurer que tous les votes soient correctement comptés le jour des élections.

« Les voix du peuple doivent aller à celui en qui ils ont confiance », a déclaré Tzaroukian aux milliers de supporters rassemblés dans la plus grande salle de concert d’Erevan. « Nous n’avons pas besoin des votes des autres. Nous prendrons soin de nos votes et assurerons la victoire et transformerons les attentes de nos concitoyens en réalité. »

Le responsable de campagne du bloc, Ishkhan Zakarian, a également prédit une victoire électorale pour Tzaroukian lors du rassemblement. Tzaroukian a mené une « brillante » campagne électorale, a-t-il déclaré.

Dans son discours lors du rallye, le magnat a affirmé que ses « partenaires » d’affaires étrangères, restés anonymes, se sont engagés à investir jusqu’à 15 milliards de dollars en Arménie s’il obtient la majorité à la prochaine Assemblée Nationale. « Vu ce soutien populaire inconditionnel ... et voyant que nous allons gagner ... mes partenaires m’appellent depuis cinq jours et annoncent qu’ils sont prêts à investir 15 milliards de dollars dans notre pays », a-t-il affirmé.

Le chiffre cité par Tzaroukian dépasse le produit intérieur brut annuel de l’Arménie. Il était clairement destiné à contrer les promesses régulières du Premier ministre Karen Karapetian d’attirer 3,2 milliards de dollars d’investissements dans l’économie arménienne en difficulté au cours des prochaines années. Karapetian mène la campagne électorale du parti républicain au pouvoir de l’Arménie (HHK).

Citant son dernier sondage, VTsIOm, le leader des instituts de sondages russes, a déclaré mardi qu’Alliance Tzaroukian et le HHK continuent à diriger la course parlementaire arménienne, bénéficiant respectivement du soutien de 22 % et 21 % des électeurs potentiels. VTsIOM a souligné, cependant, que le HHK est clairement favori en raison de la force individuelle de ses candidats, dont beaucoup sont de riches individus influents dans diverses régions du pays. La nouveauté et la complexité du système électoral de la représentation proportionnelle leur permet d’améliorer sensiblement la performance nationale de leur parti grâce à leurs propres scores.

Le HHK est donc sur la bonne voie pour recueillir 44 % des voix, tandis qu’Alliance Tzaroukian devrait obtenir seulement 36 %, selon le sondage russe commandé par une chaîne de télévision pro-gouvernementale arménienne. Présentant ses conclusions, le directeur du VTsIOM, Valery Fyodorov, a déclaré que seulement deux ou trois autres groupes sont susceptibles de gagner des sièges dans le nouveau parlement arménien. Il a exclu l’Alliance Yelk. Fyodorov a admis que l’écrasante majorité des Arméniens ne sont pas satisfaits de la situation socio-économique du pays. « Ces dernières semaines, le nombre d’optimistes est tombé tandis que celui des pessimistes a légèrement augmenté », a-t-il déclaré aux journalistes.

Les sondages d’opinion pré-électorale menés en Arménie ont longtemps été mis en doute par l’opposition et la plupart des observateurs indépendants. Leurs résultats ont généralement reflété les résultats officiels des élections présidentielles et parlementaires marquées par des allégations de fraude.

posté le 29 mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



POLITIQUE
L’Alliance Ohanian-Raffi-Oskanian promet de continuer la lutte

L’ancien ministre de la Défense, Seyran Ohanian et ses alliés de l’opposition ont rassemblé mardi plusieurs milliers de partisans à Erevan, appelant de nouveau les Arméniens à utiliser les prochaines élections générales pour changer leur gouvernement.

Les dirigeants de l’Alliance Ohanian-Raffi-Oskanian (ORO) ont également renouvelé leurs revendications pour la libération de Samvel Babayan, un général de l’armée à la retraite allié à eux qui a été arrêté la semaine dernière pour des accusations de possession d’armes illégales. De nombreux manifestants rassemblés place de la Liberté d’Erevan portaient des photos de Babayan.

« Mes coéquipiers et moi sommes résolus, » a annoncé Ohanian à la foule avant de traverser le centre-ville. « Je crois que nous avons un puissant poing pour donner le pouvoir au peuple, le vrai maître. »

Un autre dirigeant de l’ORO, l’ancien ministre des Affaires étrangères, Vartan Oskanian, a attaqué la politique étrangère du président Serge Sarkissian, affirmant que l’Arménie n’est plus considérée comme un État souverain par les puissances mondiales. Oskanian a également accusé l’administration sarkissienne d’être prête à faire des concessions disproportionnées à l’Azerbaïdjan dans le conflit du Haut-Karabagh.

« Si la paix n’est pas juste, elle ne peut jamais être réelle », a déclaré Oskanian dans son discours. Il a affirmé que les autorités avaient arrêté Babayan, ancien commandant militaire du Karabagh, afin de pouvoir poursuivre leurs « négociations traîtres » avec Bakou.

L’avocat de Babayan a déclaré lundi que son client ne se considère pas comme un prisonnier politique en dépit des accusations portées contre lui.

Les dirigeants de l’ORO ont refusé de préciser ce qu’ils feront s’ils concluent que les élections de dimanche ont été truquées en faveur du parti républicain au pouvoir de l’Arménie (HHK).

« Nous nous tiendrons avec les gens. Nous ferons que les gens nous disent, » a annoncé Ohanian en restant flou. Il a déclaré que les éventuelles actions post-électorales de l’ORO seraient « légales » et « pacifiques », mais n’a pas élaboré.

Ohanian a commencé à critiquer le gouvernement arménien peu de temps après qu’il a été démis du poste de ministre de la Défense en octobre. Il a occupé le ministère pendant plus de huit ans.

posté le 29 mars 2017 par Claire/armenews


JUSTICE
L’homme détenu en Géorgie pour « contrebande arménienne »

La police géorgienne a arrêté un citoyen arménien recherché par les forces de l’ordre à Erevan dans le cadre de leur procès pénal contre Samvel Babayan, un membre arménien de l’opposition arrêté la semaine dernière.

Le ministère géorgien de l’Intérieur a déclaré que l’homme de 40 ans, identifié comme Robert A., a été emprisonné lundi à Tbilissi sur un mandat d’arrêt arménien relatif à la contrebande d’un système de missiles à l’épaule.

Le Service National de Sécurité de l’Arménie (SNS) a prétendu avoir confisqué un missile de surface russe Igla quelques heures avant d’annoncer l’arrestation de Babayan le 22 mars. Il a déclaré que Babayan, ancien commandant de l’armée du Haut-Karabagh, aurait payé deux autres suspects, aux aussi arrêtés, pour passer en contrebande l’arme depuis ou via la Géorgie.

Les trois hommes ont été accusés en vertu des articles correspondants du Code Pénal arménien la semaine dernière. Les procureurs arméniens ont déclaré qu’ils ont nié les accusations, mais « ont admis leur lien avec le trafic illégal ».

L’avocat de Babayan, Avetis Kalashian, a rejeté cette dernière revendication comme une « interprétation étrange » du témoignage de son client. Kalashian a poursuivi en déclarant lundi que le général, autrefois puissant, ne se considérait pas comme un prisonnier politique malgré son rejet des accusations.

Babayan est largement considéré comme un leader non officiel de l’Alliance ORO, l’un des principaux opposants lors des élections législatives arméniennes du 2 avril. Les dirigeants de l’ORO ont condamné son arrestation pour des motifs politiques, affirmant que les autorités tentent ainsi d’affaiblir leur bloc.

Certains médias arméniens ont cité des sources gouvernementales anonymes comme alléguant que Babayan aurait planifié des assassinats politiques ou une rébellion armée contre le gouvernement à la veille des élections. Les représentants d’ORO ont écarté ces revendications.

Le ministère de l’Intérieur de la Géorgie n’a pas précisé immédiatement quand l’homme arrêté sera extradé vers l’Arménie. Le ministre géorgien de l’Intérieur, Giorgi Mghebrishvili, a déclaré plus tôt que son ministère coopérait avec les autorités arméniennes chargées de l’application de la loi dans leur enquête sur la contrebande présumée.

posté le 29 mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
Des directeurs d’école accusés de pratiques illégales dans la campagne électorale

Une organisation civile arménienne a assuré vendredi avoir recueilli des preuves que des directeurs d’écoles publiques pressaient illégalement leur personnel et les parents des élèves de voter pour le parti républicain lors des prochaines élections.

L’Union des citoyens informés (UCI) a déclaré qu’un de ses activistes se faisant passer pour un haut représentant du HHK a téléphoné aux directeurs de 136 écoles et jardins d’enfants à Erevan et dans le pays. Il a dit que 114 d’entre eux ont transmis des listes de parents d’enfants, de professeurs d’école et de personnel de jardin d’enfants qui ont promis de soutenir le HHK lors des élections du 2 avril.

L’UCI a indiqué que les listes ont été soumises aux autorités locales ou aux bureaux de campagne du HHK. Il a également rendu public l’audio supposé de ces conversations téléphoniques.

“Nous avons téléphoné à tous les districts administratifs d’Erevan et de toutes les provinces“, a déclaré Daniel Ioannisian, de l’UCI, lors d’une conférence de presse. “Plus de 80 % des directeurs d’école et de maternelle admettent qu’ils ont soumis de telles listes pour le parti républicain et ont donné des détails de ces listes.“

Selon Ioannisian, la plus longue liste contenant environ 1 700 noms a été rédigée par le responsable de l’école secondaire n ° 37 de Gumri. « Lorsqu’on leur demande comment être sûr que ces gens vont bien voter pour les républicains, le directeur de l’école explique qu’ils utilisent toutes les méthodes pour cela, y compris l’intimidation », a regretté l’activiste.

Ioannisian, dont l’organisation surveillera les élections législatives, a dénoncé la campagne illégale alléguée comme étant un “crime national“ commis “au niveau de l’Etat.“ “Ce ne sont pas des cas isolés“, a t-il déploré. « Nous n’avons pas téléphoné à toutes les écoles. Nous avons simplement téléphoné à 136 directeurs choisis au hasard et 80 % d’entre eux ont admis s’engager dans cette pratique. “

Le HHK a dénoncé les allégations comme étant une provocation « malhonnête » visant à discréditer ses partisans. Dans une déclaration écrite, le quartier général de campagne du parti n’a pas nié que de nombreux directeurs d’école font campagne pour sa victoire électorale. Mais il a déclaré que « le recrutement, l’enregistrement, la mobilisation et l’identification de l’électorat potentiel » fait partie intégrante d’une campagne électorale.

“Le Code électoral n’interdit pas aux citoyens arméniens de participer à des campagnes au-delà de leurs heures de travail et de leurs tâches professionnelles“, peut-on lire dans la déclaration. “Une analyse minutieuse d’une grande partie des enregistrements ne donne aucune raison de prétendre qu’il y a eu une violation du Code électoral.“

Le parti dirigé par le président Serge Sarkissian a longtemps été accusé par ses opposants politiques, les membres de la société civile et les médias d’utiliser ses leviers gouvernementaux pour remporter des élections. Il a toujours nié cela.

Les candidats au HHK qui se présentent au Parlement, dont beaucoup d’entre eux sont fortunés, sont également confrontés à des allégations croissantes de pratique d’achats de votes.

posté le 27 mars 2017 par Claire/armenews


POLITIQUE
Tsaroukian se dit prêt à faire partie d’une nouvelle coalition avec le parti républicain

L’homme d’affaires Gagik Tsaroukian a indiqué hier qu’il était prêt, sur le principe, à conclure un nouveau pacte de partage du pouvoir avec le Parti républicain du président Serge Sarkissian (HHK) après les élections législatives du mois prochain.

Tsaroukian a déclaré que son bloc électoral est ouvert à un accord de coalition avec toute autre force politique qui embrasserait son manifeste de 15 points appelant à des exemptions fiscales, des augmentations de salaires et de pensions et des réductions des prix des services publics dans le pays.

“Si mes partenaires, ceux qui forment une coalition, acceptent de mettre en œuvre mes 15 points, alors je vais les rejoindre. Sinon, je ne formerai pas de coalition avec quiconque“, a-t-il expliqué lors d’un déplacement pour sa campagne dans les provinces du sud-est de Syunik et de Vayots Dzor.

Tsaroukian a également précisé qu’il n’aurait pas nécessairement aspiré au poste de Premier ministre dans un accord de coalition avec le HHK ou d’autres forces. “Je n’ai pas besoin d’un poste au gouvernement“, a t-il assuré.

Ces remarques contredisaient les déclarations faites à maintes reprises par Naira Zohrabian, membre de haut rang du Bloc de Tsaroukian. “Le Bloc de Tsaroukian exclut catégoriquement la coopération post-électorale avec une seule force, le Parti républicain, quel que soit le format“, avait-elle tenu à insister le 17 mars.

Le Parti Arménie prospère de Tsaroukian (BHK), la force dominante de son alliance électorale, faisait déjà partie du gouvernement de coalition de Sarkissian de 2008 à 2012. Il s’est retiré du gouvernement au milieu des tensions croissantes entre le magnat et le président. Ils ont culminé dans une confrontation amère en février 2014 qui a conduit Tsaroukian à démissionner de son poste de chef de BHK et à se retirer de la politique.

Tsaroukian a annoncé son retour à l’arène politique en janvier de cette année. Les commentateurs ont alimenté la spéculation que son retour fait partie d’un accord secret avec Sarkissian. Les représentants du BHK ont nié.

Tsaroukian a critiqué la situation socio-économique dans le pays mais a évité de blâmer explicitement Sarkissian ou le gouvernement. Il a déclaré hier que les Arméniens ordinaires, et non les autorités, sont principalement responsables de leurs épreuves.

“Les gens doivent se blâmer parce qu’ils ne votent pas aux élections ou ne lisent pas les programmes qui leur sont présentés“, a-t-il déploré.

posté le 23 mars 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
Le parti républicain nie toute implication dans la violence pré-électorale

Le parti républicain d’Arménie (HHK) a refusé hier d’être accusé pour la série d’attaques violentes largement attribuées à la campagne électorale en cours.

Les médias arméniens ont rapporté à ce jour une dizaine de cas de violence électorale. Dans la quasi-totalité de ces cas, des individus liés au HHK auraient été impliqués.

“Le Parti républicain n’a pas été impliqué dans ces violences à aucun moment“, a affirmé Eduard Sharmazanov, porte-parole de HHK. “Le Parti républicain a déclaré à maintes reprises que nous allons chercher des sanctions juridiques strictes pour les individus qui vont enfreindre le Code électoral pendant la campagne électorale.“

“Il y a 1200 candidats à l’élection“, a déclaré Sharmazanov. “Chacun d’entre eux a des parents, des amis ou des partisans, et il n’est pas nécessaire de relier chaque escalade ou incident mineur au parti républicain. De telles choses se produisent dans l’ensemble du pays. “

Artur Sakunts, un militant des droits de l’homme, a rejeté cette défense du parti républicain, expliquant que pratiquement tous les incidents violents étaient le fruit des loyalistes des membres du HHK qui jouissaient d’une impunité. “Les responsables de ces violations n’ont pas été traduits en justice depuis des années“, a t-il regretté. “Et ce n’est pas un hasard si ce sont des représentants du gouvernement ou des individus soutenus par le gouvernement.“

Jusqu’à présent, les autorités chargées de l’application des lois n’ont ouvert que trois affaires pénales liées à ces incidents.

Un de ces cas découle de l’affaire de deux hommes poignardés dimanche. L’un d’eux, Aram Asatrian, dirige le bureau de la campagne électorale du bloc de l’homme d’affaires Gagik Tsaroukian dans le village de Kuchak.

Asatrian était toujours à l’unité de soins intensifs d’un hôpital d’Erevan hier. Le médecin Hayk Antonian a décrit son état comme étant « stable » mais a dit qu’il risque de perdre un de ses reins.

La mère d’Asatrian a insisté sur le fait que l’attaque contre son fils et un de ses amis était liée aux élections du 2 avril prochain. Un représentant du Bloc de Tsaroukian est allé plus loin, affirmant qu’il a été effectué par des loyalistes du HHK.

Mais le maire républicain de Kuchak, Hovik Amirian, a nié toute connexion entre les coups de couteau et la campagne parlementaire. Le Comité d’enquête d’Arménie a également assuré que c’était le résultat d’un différend sur des « questions mineures » non précisées. L’agence d’application de la loi n’a pas arrêté ni identifié les présumés agresseurs.

posté le 22 mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ELECTIONS
Le bloc de Tsaroukian soutenu par un groupe européen eurosceptique

Les dirigeants d’une coalition de partis politiques de droite européenne critiques vis-à-vis de l’Union européenne ont approuvé l’alliance de l’homme d’affaires Gagik Tsaroukian, l’un des principaux candidats aux prochaines élections législatives arméniennes.

Le président de l’Alliance des conservateurs et des réformistes d’Europe (ACRE), Jan Zahradil, et des politiciens représentant les partis membres de l’ACRE, y compris les conservateurs britanniques, ont tenu une conférence avec Tsaroukian et ses alliés politiques près d’Erevan.

Un porte-parole du magnat a déclaré qu’ils sont arrivés en Arménie « pour exprimer leur soutien au Bloc de Tsaroukian et pour lui souhaiter la victoire lors des prochaines élections ».

Le bloc a diffusé une vidéo de campagne de 15 minutes avec des extraits des discours prononcés par Tsaroukian, Zahradil et d’autres participants à la réunion.

« Cher M. Tsaroukian, nous sommes ici pour vous aider à gagner », a déclaré Zahradil. « Nous sommes ici pour exprimer notre soutien et notre amitié. Nous sommes ici pour montrer que nous sommes une famille politique unie ».

“ Nous vous souhaitons la victoire lors des prochaines élections “, a affirmé Ryszard Czarnecki, affilié au parti polonais de Droit et Justice (PiS).

Membre du Groupe parlementaire des Conservateurs et réformistes européens, l’ACRE a été créé par le Tchèque Jan Zahradil en 2009. Le groupe eurosceptique comprend actuellement plus d’une douzaine de mouvances non seulement des pays de l’UE mais aussi des trois pays du Caucase du Sud et de la Turquie.

Le parti Arménie prospère de Tsaroukian (BHK), force dominante de son bloc, a rejoint l’ACRE en 2014. Un membre du BHK, Naira Zohrabian, préside la Commission Permanente du Parlement arménien sur l’intégration européenne.

Parmi les participants à la réunion pré-électorale avec Tsaroukian, étaient présents deux politiciens conservateurs britanniques qui ont fait campagne pour le Brexit. L’un d’entre eux, Martin Callanan, pris la parole lors de la réunion.

Dans un manifeste en 15 points, le bloc de Tsaroukian promet d’augmenter considérablement les pensions et le salaire minimum national, de réduire les redevances et d’exempter toutes les petites et moyennes entreprises de l’Arménie d’impôts pendant au moins trois ans. Ses opposants ont désigné ces promesses comme étant populistes et irréalistes.

Le BHK de Tsaroukian a terminé deuxième des deux dernières élections parlementaires arméniennes, capitalisant sur les activités caritatives dénoncées comme s’apparentant à des pots de vin par ses opposants. Le magnat a de nouveau promis de l’argent et d’autres aides matérielles aux électeurs appauvris lors de sa campagne au début du mois. La Commission électorale centrale de l’Arménie (CEC) l’a averti que de tels engagements violaient les dispositions légales qui interdisent l’achat de vote.

Tsaroukian déplore régulièrement la situation socio-économique du pays. Mais jusqu’à présent, il n’a pas blâmé explicitement le président Serge Sarkissian ou le parti républicain au pouvoir de l’Arménie pour ces difficultés persistantes.

posté le 22 mars 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
Le bloc d’Ohanian prédit la défaite du parti républicain

L’alliance menée par l’ancien ministre de la Défense, Seyran Ohanian, a affirmé vendredi que le Parti républicain (HHK) du président Serge Sarkissian perdrait son pouvoir à la suite des prochaines élections législatives.

Il a également déclaré que les principales forces d’opposition arméniennes devraient déjà officiellement s’engager à former un « gouvernement d’accord national ». La proposition a fait face au scepticisme d’autres candidats majeurs de l’opposition aux élections prévues pour le 2 avril.

Dans un communiqué, le bloc ORO coprésidé par Ohanian et les anciens ministres des Affaires étrangères, Vartan Oskanian et Raffi Hovannisian, a assuré que “deux semaines restent avant la fin de la domination du HHK“. Les Arméniens sont fatigués de la “corruption systémique“ et des violences préélectorales. Ils veulent “des réformes radicales“, selon lui.

Le communiqué ajoute que ORO est prêt à signer une déclaration conjointe avec d’autres concurrents de l’opposition sur un accord post-électoral de partage du pouvoir qui exclura le HHK.

Armen Martirosian, haut responsable de ORO, a expliqué qu’un tel accord engagerait les signataires à ne pas conclure de coalitions post-électorales avec le parti au pouvoir. “S’ils ne signent pas, ils montreront qu’ils n’excluent pas une coalition avec le HHK“, a t-il expliqué.

Naira Zohrabian, haut représentant d’un autre bloc dirigé par l’homme d’affaires Gagik Tsaroukian, a exprimé le scepticisme au sujet de la proposition, mettant en avant le fait qu’il n’est pas encore clair de savoir quels groupes d’opposition gagneront des sièges au prochain Parlement.

Zohrabian a également rappelé : “Le Bloc de Tsaroukian exclut catégoriquement la coopération post-électorale avec le Parti républicain, dans n’importe quel forme que ce soit. Gagik Tsaroukian l’a clairement expliqué“.

Levon Zurabian (alliance Congrès-HZhK) a également décrit l’idée d’ORO comme étant prématurée. “Je pense qu’il est inutile de parler à l’avance de ce qu’il se fera ou ne se fera pas avec d’autres forces, d’autant plus que nous ne savons pas encore exactement quel est le poids électoral de chaque force politique“, a t-il commenté.

Zurabian a indiqué que les élections montreraient que les groupes nominalement opposés sont véritablement opposés au président Sarkissian. Il a révélé que le Congrès-HZhK soupçonne que certains de ces groupes sont autorisés par les autorités à distribuer des pots-de-vin lors de la campagne électorale.

Aram Sarkisian, un dirigeant du bloc d’opposition Yelk, n’a pas non plus été intéressé par l’idée d’une déclaration de l’opposition. “Je pense que le Bloc de Tsaroukian formerait certainement une coalition avec le HHK, plutôt que d’autres forces, dans certaines circonstances“, a-t-il déclaré. « Il en va de même pour Dashnaktsutyun et le Renaissance arménienne ».

posté le 20 mars 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200