Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Elections


EREVAN
Zaruhi Postanjian a déposé plainte auprès du tribunal pour fraudes électorales

Zaruhi Postanjian, chef de l’opposition du parti Yerkir Tsirani, a déposé hier une plainte auprès du tribunal administratif pour annuler les résultats des élections municipales du 14 mai à Erevan.

Yerkir Tsirani a terminé troisième dans la course qui opposait trois forces politiques. Il a obtenu 8 % des voix, et aura donc cinq membres dans le Conseil municipal qui compte 65 sièges. Le vainqueur est le parti républicain (HHK).

La semaine dernière, le parti de l’opposition a fait appel des résultats du vote auprès de la Commission électorale centrale (CEC), demandant l’annulation du résultat officiel des élections en raison de la “fraude à grande échelle mise en œuvre par le HHK avec l’aide des policiers“ qui, selon le parti d’opposition, comprenait achats de vote, orientations des électeurs, ainsi violence contre Postanjian et son mandataire.

La CEC a refusé cette requête, en faisant valoir qu’aucune preuve n’a été fournie pour justifier la réclamation de Yerkir Tsirani.

Après avoir soumis sa demande au tribunal administratif, Postanjian a de nouveau insisté sur le fait que le HHK a remporté les élections en raison de fraudes et de pressions sur les électeurs.

“Les citoyens n’ont pas eu la possibilité d’exercer leur droit de vote, et certains, intimidés, n’ont même pas participé aux élections“, s’est plainte Postanjian. “Parce que pour eux, il était clair que si, un candidat à la mairie et son mandataire pouvaient être soumis à la violence, alors, comment cela pouvait-il être une vraie élection ?“

Postanjian est allée personnellement dans l’un des bureaux de campagne du HHK, le jour du scrutin, pour exposer au grand jour ces achats de vote. Avec sa fille, Lilit Drampian, elle a été expulsée des locaux du HHK par des policiers appelés par des militants du parti au pouvoir.

Dans un communiqué publié peu de temps après l’incident, Postanjian, alors membre de l’Assemblée nationale, a affirmé que la violence a été utilisée contre elle et sa fille qui a eu une commotion cérébrale. Elle a également déploré l’absence de réponse des organes compétents en matière d’application de la loi. Le Service spécial d’enquête d’Arménie a ensuite lancé deux enquêtes en rapport avec l’incident.

posté le 25 mai 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200

THEMES ABORDES : Arménie  Elections  Erevan  Image 450  Justice  Opposition  Politique 


EREVAN
L’alliance Yelk assure avoir les preuves d’une fraude généralisée aux municipales

Une alliance de l’opposition a demandé aux autorités de se pencher sur certaines preuves présumées suggérant que les achats de vote par le parti au pouvoir de l’Arménie lors des élections municipales d’Erevan au début de ce mois ont été d’une nature “systématisée et centralisée“.

Le chef de la faction parlementaire d’opposition Yelk, Nikol Pashinian, a inclus avec sa demande hier adressée au procureur général certains documents qui ont été trouvés dans la poubelle près d’un des bureaux de campagne du Parti républicain (HHK). Ces documents en Arménie sont désormais connus sous le nom de “ZibiLeaks“.

Les documents en question, selon Yelk, mentionnent les sommes d’argent et les services rendus en donnant des coordonnées concrètes ainsi que des instructions à l’adresse des militants pour l’organisation du processus de distribution de l’argent aux citoyens.

Selon le bloc d’opposition, la police a également participé à ce processus, car l’un des documents a été envoyé par faxe à partir d’un numéro de téléphone appartenant à la police.

Un député de l’alliance Yelk, Edmon Marukian, a déclaré qu’ils seraient cohérents pour s’assurer que les procureurs ouvrent des procédures dans l’affaire et punissent les responsables.

“Nous avons recueilli cette preuve et avons promis d’être cohérent“, a-t-il déclaré.

Yelk a obtenu 21 % des voix lors des élections municipales du 14 mai et formera la deuxième plus grande faction du Conseil municipal d’Erevan. Le HHK a remporté les élections avec plus de 71 % des voix et son candidat, Taron Markarian, a conservé son poste de maire.

Le HHK a indiqué avoir toujours refusé de dédommager en argent ou par des services les électeurs.

posté le 25 mai 2017 par Claire/armenews


IRAN
Sarkissian félicite Rohani pour sa victoire

Le président Serge Sarkissian a souligné la nature amicale des relations de l’Arménie avec l’Iran et a assuré qu’il souhaitait continuer et renforcer cette coopération, lors de son message de félicitations envoyé au président Hassan Rohani. Ce dernier a remporté les élections qui se sont tenues dans la République islamique le 19 mai.

Rohani a battu son principal challenger, l’ex-procureur conservateur Ebrahim Raisi, lors du premier tour de l’élection en obtenant plus de 50% des voix.

Dans son message de félicitations, Sarkissian a exprimé sa confiance que, pendant le mandat du président iranien, « l’Iran amicalement voisin continuera à se développer vers le haut, apportant sa contribution considérable et importante à l’établissement de la paix et de la stabilité régionales. “

“J’espère que, grâce à nos efforts communs, les relations arméno-iraniennes traditionnellement chaleureuses et amicales continueront de se développer et de se renforcer dans tous les domaines, en enregistrant un niveau de coopération plus important entre nos peuples“, a ajouté Sarkissian.

“Je vous souhaite une excellente santé, un succès dans toutes vos entreprises, et je souhaite une paix et une prospérité durables au peuple iranien“, peut-on lire dans le message.

Sarkissian et Rohani ont discuté des moyens d’approfondir les liens économiques entre les deux pays lorsque le président iranien a effectué une visite en Arménie à la fin de l’année dernière. Ceux-ci incluent la coopération dans les domaines de l’énergie et des transports, ainsi qu’une zone libre d’impôt en Arménie pour les entreprises manufacturières iraniennes.

Sarkissian a également loué l’Iran pour sa position équilibrée sur le conflit arméno-azerbaïdjanais sur le Haut-Karabagh.

posté le 22 mai 2017 par Claire/armenews


MUNICIPALES A EREVAN
La CEC va étudier la demande d’invalidation du scrutin malgré l’absence de preuves transmis

La requête déposée par le parti d’opposition Yerkir Tsirani exigeant l’annulation des résultats des élections municipales de dimanche à Erevan va être étudiée, a assuré Tigran Mukuchian, chef de la Commission électorale centrale (CEC) de l’Arménie.

“Ce que nous pouvons dire dès à présent, c’est qu’une telle demande nous a bien été transmise, une demande qui comprend deux feuilles de papier et à laquelle aucun autre matériel n’a été joint“, a précisé Mukuchian.

Yerkir Tsirani, dirigé par Zaruhi Postanjian, a présenté cette requête mardi, alléguant des violations généralisées, y compris l’achat de votes, la violence contre son candidat à la mairie, et d’autres fraudes, commis lors des élections. Le Parti républicain (HHK) et son candidat, le maire sortant Taron Markarian, a officiellement remporté plus de 71 % des suffrages.

Postanjian, dont le parti a terminé troisième avec environ 8 % des voix, s’est rendue personnellement dans l’un des bureaux de campagne du HHK situé dans le district d’origine de Markarian à Avan le jour du vote pour exposer ce q’uelle prétendait être un régime d’achat de vote. Avec sa fille, Lilit Drampian, elle a été expulsée des locaux du HHK par des policiers appelés par des militants du parti au pouvoir.

Dans un communiqué publié le lendemain, Postanjian a affirmé que la violence a été utilisée contre elle et sa fille, qui a eu une commotion cérébrale. Elle a également déploré l’absence de réactions des organes compétents en matière d’application de la loi. (Le Service spécial d’enquête de l’Arménie a signalé hier que des procédures pénales ont été engagées dans le cadre de l’affaire impliquant Postanjian).

Dans sa demande, Yerkir Tsirani a déclaré que “tous les faits et documents vidéo justifiant cette requête seront soumis à la CEC, si nécessaire“.

Le parti d’opposition a notamment affirmé qu’“environ 10 000 bulletins de vote avaient été cochés en faveur du HHK avant d’être amenés dans les bureaux de vote“. Selon Yerkir Tsirani, les bulletins de vote qui ont ensuite été donnés aux électeurs rendaient automatiquement invalide le fait de cocher autre chose. “Mais des centaines de milliers de votants n’étaient pas au courant et n’ont pas fait invalider leurs bulletins de vote“, a expliqué le parti d’opposition.

Réagissant à cette allégation, Mukuchian a rétorqué : “Il y avait environ 8 000 bulletins de vote qui ont été invalidés. Par conséquent, nous ne pouvons pas parler de 10 000. En ce qui concerne es hypothèses, elles ne peuvent être faites que s’il y a certaines preuves probantes“.

posté le 18 mai 2017 par Claire/armenews


EREVAN
Le parti Yerkir Tsirani demande l’annulation des résultats des municipales

Le parti Yerkir Tsirani, dirigé par la parlementaire d’opposition Zaruhi Postanjian, a demandé à la Commission électorale centrale (CEC) d’annuler les résultats des élections municipales de dimanche à Erevan, affirmant qu’il y a eu des fraudes et des violations à grande échelle, et notamment des achats de voix par le parti au pouvoir.

Yerkir Tsirani, qui a été fondé quelques semaines seulement avant les élections, a recueilli près de 8 % des voix, ce qui lui a permis de former une faction minoritaire de cinq membres dans le Conseil municipales de 65 sièges de la capitale arménienne.

Une autre force d’opposition - l’alliance Yelk - a gagné 21 % des voix lors de ces élections gagnées par le parti républicain et son maire sortant, Taron Markarian, par plus de 71 %.

Dans sa demande adressée à la CEC, Yerkir Tsirani a mis en avant la fraude à grande échelle mise en œuvre par le HHK avec l’aide de policiers : pour eux, il y a eu notamment des achats de vote, ainsi que de la violence contre Postanjian et son mandataire.

Postanjian est allée personnellement à l’un des bureaux de la campagne HHK situé dans le quartier d’origine de Markarian à Avan le jour du vote pour exposer au grand jour ce qu’elle prétendait être un régime d’achat de vote. Avec sa fille, Lilit Drampian, elle a été expulsée des locaux de HHK par des policiers appelés par des militants du parti au pouvoir.

Dans un communiqué publié lundi, Postanjian a affirmé que la violence a été utilisée contre elle et sa fille, qui a eu une commotion cérébrale. Elle a également déploré l’absence de réponse des organes compétents en matière d’application de la loi.

En citant ces violations et d’autres observées au cours des élections, le parti d’opposition a également allégué que les documents liés aux élections conservés dans les coffres-forts dans les circonscriptions électorales avaient été falsifiés en faveur du HHK.

“Nous exigeons que, sur la base de l’article 142 du Code électoral, les résultats des élections soient annulés, car les violations susmentionnées ont eu un impact sur le résultat des élections et ne peuvent être réparées“, a déclaré le parti d’opposition.

Les préoccupations exprimées par Yerkir Tsirani, Yelk et d’autres groupes politiques et civiques arméniens ont fait écho lundi auprès d’bservateurs locaux, qui ont parlé d’un large éventail de violations, y compris la pression sur les électeurs, l’utilisation de ressources administratives, la présence d’observateurs « faux », des obstructions au travail des observateurs et même des violences et menaces contre eux lors d’une conférence de presse à Erevan.

Les représentants de HHK ont écarté ces accusations, insistant sur le fait que “les quelques violations“ enregistrées au cours des élections n’ont pas eu d’impact significatif sur le résultat du vote qui, autrement, représentait « un pas en avant sérieux » par rapport aux élections municipales précédentes.

Le président du CEC, Tigran Mukuchian, a également suggéré que des incidents et des violations signalés pendant le vote ne pouvaient pas éclipser le processus électoral dans son ensemble et que le processus a eu lieu conformément aux exigences du Code électoral.

posté le 17 mai 2017 par Claire/armenews


MUNICIPALES
Victoire du Parti républicain à Erevan

Le parti républicain d’Arménie a remporté les élections municipales à Erevan, avec 62,5% des voix, selon la plate-forme RealElections.

Le bloc YELK arrive en seconde position avec 25,3% des votes, tandis que Yerkir Tsirani (Terre d’abricot) termine troisième avec 9,5% des votes. (Le reste étant des bulletins nuls)

Les élections municipales d’Erevan ont enregistré une participation de 40,99%, c’est-à-dire que 345 226 citoyens se seraient déplacés pour voter.

Pour rappeler, le nombre total d’électeurs admissibles était de 842 147 personnes.

Plus tôt, Tigran Mukuchyan a informé les 474 bureaux de scrutin fermés Les élections du conseil d’Erevan et le nombre de votes sont en cours

Ce n’est pas une grande surprise : le parti républicain et son candidat, le maire sortant Taron Markarian, étaient les favoris.

En vertu du Code électoral du pays, les partis et les blocs doivent gagner respectivement au moins 6 % et 8 % des votes pour obtenir des sièges dans le conseil d’Erevan, s’il y a plus de trois candidats qui se présentent. Comme il n’y a eu que trois candidats à Erevan hier, cela signifie que quoiqu’il arrive les trois partis auraient été représentés dans le nouveau conseil, indépendamment de leur score.

Tout au long de la campagne, les deux concurrents de l’opposition ont attaqué Markarian, l’accusant de corruption et de mauvaise gestion.

Le maire de 38 ans, en poste depuis 2011, a défendu son bilan lors de réunions de campagne. Il a insisté sur le fait qu’il a largement réalisé ce qu’il avait promis lors de la campagne d’il y a quatre ans.

“Nous sommes satisfaits de notre campagne électorale et vous verrez ses résultats quelques heures plus tard“, a déclaré Markarian aux journalistes hier après avoir voté dans un bureau de vote d’Erevan.

Markarian a défendu sa décision d’éviter un débat télévisé en direct avec le candidat de Yelk, Nikol Pashinian.

Le président Serge Sarkisian a voté dans un autre bureau de vote. Il a déclaré qu’Erevan “s’améliorera“ si Markarian est réélu.

Pendant ce temps, Pashinian a accusé le parti au pouvoir d’avoir acheté à nouveau de nombreux votes. “Il est clair pour moi que, sans ces achats de voix, HHK n’aurait aucune chance de gagner une élection“, a-t-il accusé après avoir voté.

Dans la journée d’hier, l’ombusman d’Arménie a reçu au moins 75 rapports sur des fraudes électorales présumées publiées par les médias et sur les réseaux sociaux. Ils sont principalement liés à l’échec de la diffusion en direct du vote, l’équipement des bureaux de vote et la procédure de vote.

posté le 15 mai 2017 par Claire/armenews


MUNICIPALES D’EREVAN
Un journaliste arménien agressé alors qu’il assistait à un problable achat de vote

Un correspondant du service arménien de RFE / RL (Azatutyun.am) couvrant les élections municipales de dimanche à Erevan a été agressé par des fidèles du gouvernement après avoir assisté à une distribution d’argent devant un bureau de campagne du parti républicain (HHK).

Le journaliste, Sisak Gabrielian, a vu un groupe de citoyens recevoir de l’argent d’une autre personne peu après leur sortie du bureau situé dans le quartier central de Kentron.

“Avez-vous voté pour Taron ?“, leur aurait demandé un homme, en se référant au maire sortant d’Erevan, Taron Markarian, affilié à HHK. “Oui, nous l’avons fait“, a répondu l’un des citoyens.

Gabrielian est ensuite allé au bureau et a essayé d’interviewer les activistes de HHK travaillant là-bas. Clairement surpris, ils ont immédiatement caché leurs papiers qui se trouvaient sur un bureau. L’un d’entre eux a affirmé qu’ils partagaient des recettes de pâtisserie avec des résidents locaux.

Quelques instants plus tard, certains des jeunes hommes ont commencé à injurier verbalement et à bousculer Gabrielian, qui a été forcé d’arrêter de les filmer avec son téléphone portable. L’un d’eux a frappé le journaliste avec son chapeau.

Gabrielian a alors entendu des menaces proférées par un autre homme, qui s’est présenté comme un membre affilié à HHK du conseil municipal sortant d’Erevan. L’homme s’est excusé auprès du journaliste peu de temps après.

Les responsables de la direction du HHK n’ont pas immédiatement commenté l’incident.

Gabrielian a déjà été agressé alors qu’il avait été témoin d’une distribution similaire de liquidités aux électeurs dans un autre bureau de campagne de HHK à Erevan lors des élections législatives du 2 avril. Un homme a ensuite été accusé d’entraver les « activités professionnelles légitimes d’un journaliste ». Les autorités chargées de l’application de la loi ont soutenu, cependant, HHK qui a affirmé que le parti au pouvoir payait les « salaires » de ses activistes locaux plutôt que d’acheter des votes.

L’opposition arménienne et les groupes civiques soutiennent que le parti dirigé par le président Serge Sarkissian dépendait fortement de l’achat de vote pour gagner le scrutin du 2 avril. Les chiens de garde européens ont également cité “des informations crédibles sur l’achat de vote“.

Un porte-parole du HHK a admis le 5 avril que des pot-de-vin ont été remis par certains candidats. Mais il a insisté sur le fait qu’ils n’avaient pas eu un « impact substantiel » sur les résultats des élections.

posté le 15 mai 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



ARMENIE
La CEC étudie la légalité de la proposition de Yelk pour lutter contre l’achat de vote

La Commission électorale centrale de l’Arménie (CEC) a déclaré hier qu’elle étudiait la légalité de l’engagement controversé de l’opposition Yelk à récompenser financièrement les résidents d’Erevan refusant les pots-de-vin du Parti républicain au pouvoir (HHK) en vue des élections.

Tigran Mukuchian, président de la CEC, a déclaré que la commission prendra des “mesures appropriées“ si elle conclut que ce dispositif est illégal.

Yelk a déclaré en début de semaine que chaque électeur rejetant l’argent proposé par le parti républicain recevra 15 000 drams (31 dollars) du budget municipal si son candidat, Nikol Pashinian, gagne les élections municipales de dimanche. Pashinian et d’autres dirigeants du bloc espèrent que cela entravera sérieusement ce qu’ils appellent l’achat de vote systématique par le HHK.

L’offre inhabituelle a suscité de fortes critiques des autres forces de l’opposition ainsi que des militants de la société civile. Ils pensent que cela équivaut à de l’achat de vote.

Zaruhi Postanjian, également candidate de l’opposition dans la course à la mairie, a accusé hier Yelk de violer la loi. “C’est une action punissable par le droit pénal“, a t-elle assuré.

“Nous devrions mettre en place des programmes de développement à long terme afin que les gens n’aient pas besoin de ces 15 000 drams en premier lieu“, a ajouté Postanjian aux journalistes.

“Il est mal de lutter contre les autorités avec leurs propres armes“, a déclaré Levon Zurabian du Congrès national Arménien (HAK), qui a annoncé qu’il boycottera le vote du 14 mai.

Heriknaz Tigranian, expert juridique de la filiale arménienne de la société de contrôle anticorruption Transparency International, a suggéré que l’idée de Yelk va à l’encontre du Code électoral du pays qui interdit aux candidats aux élections de distribuer ou même promettre aide matérielle et services aux électeurs.

“Cela signifie qu’ils promettent de fournir une aide financière en cas de victoire“, a jugé Tigranian. “Je pense que cette déclaration est en contradiction avec la loi“.

Mais Daniel Ioannisian de l’Union des citoyens informés, en désaccord, a déclaré que les récompenses financières seraient légalement payées par une administration municipale contrôlée par Yelk, plutôt que par des sources privées. “Je pense que c’est plus une promesse de pré-élection qu’une promesse d’achat de votes“, a-t-il souligné.

“Si je dis, par exemple, que je vais augmenter les pensions si je suis élu, est-ce une promesse de campagne ou un pot de vin ? À mon avis, c’est une promesse de campagne “, a expliqué Ioannisian.

Les pots-de-vin auraient été en moyenne de 10 000 par personne lors des récentes élections législatives de l’Arménie. L’opposition arménienne et les groupes civiques croient que le HHK a remporté le vote le 2 avril principalement en raison de l’argent distribué aux électeurs appauvris à travers le pays.

posté le 11 mai 2017 par Claire/armenews


ARMENIE
Des alliés de Tsaroukian en colère contre leur leader

Huit hommes élus au nouveau Parlement arménien sous l’étiquette de l’alliance de l’homme d’affaire Gagik Tsarukian ont contesté et invalidé sa décision de donner leur place à d’autres candidats qui ont participé aux élections du 2 avril.

Selon les résultats officiels des élections, le Bloc Tsarukian a remporté 27,3% du vote et 31 sièges dans l’Assemblée nationale qui compte 105 membres. En vertu de la loi arménienne, ces mandats doivent être donnés aux candidats occupant les postes supérieurs correspondants sur sa liste électorale.

Le leadership de l’alliance a officiellement notifié la Commission électorale centrale (CEC) cette semaine que jusqu’à 23 de ses candidats élus ont décidé de céder leurs sièges à d’autres jeunes qui étaient en dessous d’eux dans l’ordre hiérarchique du Bloc Tsarukian. Il a présenté des lettres de démission signées par eux.

Le président de la CEC, Tigran Mukuchian, a déclaré hier que 12 de ces candidats ont ensuite déclaré à la commission qu’ils n’avaient jamais décidé de renoncer à leurs sièges au Parlement. Il a rencontré 8 de ces personnes (les 4 autres n’ayant pas été élu), dont Napoleon Azizian, un homme d’affaires basé à Erevan.

“Malade, je suis resté au lit et je n’ai pas quitté ma maison depuis le 2 avril“, a expliqué Azizian au service arménien de RFE / RL (Azatutyun.am). Il a précisé qu’il avait l’intention d’occuper son siège au Parlement.

Alors qu’on lui demandait s’il avait parlé de la situation avec Tsarukian ou son entourage, Azizian a rétorqué : “Non, ils ne répondent pas à mes appels téléphoniques“.

“Pour moi, le problème n’est pas mon mandat mais la justice“, a déclaré Mushegh Saghatelian, un autre candidat élu que Tsarukian a essayé sans succès de faire renoncer à sa législature.

Le Bloc Tsarukian n’a pas commenté la controverse embarrassante. Reste à savoir si les huit hommes mécontents rejoindront sa faction parlementaire.

“Je n’ai pas encore décidé“, a déclaré Sergey Bagratian, l’un de ces députés. “Il ne nous ont pas parlé avant de présenter [les lettres de démission], a-t-il ajouté. Cela nous a donné le droit de ne pas leur parler maintenant“.

Le parti républicain (HHK) a décidé de remplacer 9 de ses 58 députés élus. Parmi eux se trouvent le ministre de la Défense Vigen Sargsian, le ministre de la Culture Armen Amirian et le maire d’Erevan Taron Markarian. La loi arménienne leur interdit de servir simultanément dans les branches exécutives et législatives du gouvernement.

posté le 4 mai 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200