Nouvelles d'Arménie
ACCUEIL   ACTUALITE   FORUMS   REDACTEURS   AIDE   VOS ARTICLES    |    Recherche  
 
Jérusalem


ISRAEL
Edouard Nalbandian rencontre Benjamin Netanyahu

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’est engagé à améliorer les relations d’Israël avec l’Arménie après s’être entretenu hier à Jérusalem avec le ministre arménien des Affaires étrangères, Edouard Nalbandian.

Les deux hommes auraient discuté non seulement des relations arméno-israéliennes mais aussi de la situation au Moyen-Orient et dans la zone du conflit du Haut-Karabagh, Netanyahu s’inquiétant des “tentatives d’établissement d’une présence militaire dans la région“.

“Nous renforcerons les relations entre Israël et l’Arménie dans les domaines de la technologie, du cyberespace et de l’agriculture“, a tweeté le leader israélien, également ministre des Affaires étrangères de son pays, après les pourparlers.

Le ministère arménien des Affaires étrangères a également déclaré que Netanyahu a expliqué à Nalbandian qu’Israël était prêt à “approfondir“ ses relations avec l’Arménie et qu’il voyait “un grand potentiel de coopération“ entre les deux nations.

Nalbandian a aussi exprimé sa confiance que les contacts bilatéraux recevront “une nouvelle impulsion“. Ils se sont déjà intensifiés ces derniers temps, a-t-il ajouté lors de sa première visite officielle en Israël.

JPEG - 58.7 ko

Un communiqué du ministère précise que les deux hommes ont exploré les moyens de stimuler le commerce bilatéral et de coopérer dans les domaines de l’agriculture, de la technologie de l’information, de l’éducation et du tourisme.

Le ministre israélien de la Coopération régionale, Tzachi Hanegbi, avait également assuré vouloir « renforcer nos relations » lors de sa visite à Erevan fin juillet. Hanegbi et Nalbandian avaient signé des accords sur l’évitement de la double imposition et la levée mutuelle des exigences de visa pour les détenteurs de passeports diplomatiques arménien et israélien. Le membre du gouvernement israélien, affilié au parti de Netanyahou, avait également rencontré le Premier ministre Karen Karapetian.

Les relations arméno-israéliennes sont assez tendues jusqu’à présent, reflétant les différentes priorités géopolitiques des deux États. L’Arménie a maintenu un bon rapport avec l’Iran pour atténuer son isolement géographique, tandis qu’Israël a poursuivi une coopération stratégique avec la Turquie et l’Azerbaïdjan.

JPEG - 101.3 ko

L’Arménie a été particulièrement préoccupée par les accords d’armement à grande échelle d’Israël avec son ennemi. En 2012, les responsables de la défense israélienne ont confirmé un accord pour fournir à l’armée azerbaïdjanaise des armes pour une valeur combinée de 1,6 milliard de dollars. L’armée azerbaïdjanaise a utilisé certaines de ces armes fabriquées par Israël, notamment des fusées antichar, lors de la guerre d’avril 2016 au Karabagh.

Quelques semaines après le voyage de Hanegbi à Erevan, une agence du ministère israélien de la Défense a stoppé les exportations vers l’Azerbaïdjan de drones “suicide“ fabriqués par une compagnie israélienne, accusée de les avoir utilisé contre une position armée arménienne début juillet. L’agence de contrôle des exportations a ouvert une enquête sur l’incident allégué en août.

Le quotidien israélien “Maariv“ a rapporté à l’époque que des représentants de l’entreprise Aeronautics Defence Systems (ADS) se sont rendus en Azerbaïdjan cet été pour finaliser un contrat de vente de drones Orbiter à l’armée azerbaïdjanaise. Le journal affirmait que deux opérateurs de drones israéliens travaillant pour l’entreprise avaient repoussé la demande des autorités azerbaïdjanaises de démontrer l’utilisation du drone mortel en frappant la position arménienne. Mais d’autres cadres supérieurs de l’ADS se sont mis d’accord pour lancer l’engin meurtrier sur la cible, selon “Maariv“. ADS a démenti le rapport.

On ne sait pas si Nalbandian a discuté de l’attaque de drone présumée avec Netanyahu. La déclaration du ministère arménien des Affaires étrangères a seulement indiqué qu’il avait informé Netanyahu des efforts déployés par les médiateurs arméniens et internationaux pour parvenir à une solution “uniquement pacifique“ au conflit du Karabagh.

Le ministère a ajouté que les deux hommes ont également “échangé leurs points de vue sur les problèmes régionaux et internationaux pressants, et les développements au Moyen-Orient“.

Dans une courte déclaration d’un porte-parole de Netanyahu, on peut lire : “Le Premier ministre a soulevé la question des tentatives de l’Iran d’établir une présence militaire dans la région et de son influence négative.“

posté le 8 novembre 2017 par Claire/armenews

Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



EGLISE ARMENIENNE-JERUSALEM
Des représentants de l’Eglise arménienne présents à la réception de l’arrivée de Donald Trump en Israël et au Saint Sépulcre

Lors de sa visite en Israël, le président Américain Donald Trump s’est également rendu à la basilique du Saint Sépulcre à Jérusalem en présence de la chorale de l’école arménienne Jarankavorats.

JPEG - 72.8 ko

Plus tôt des représentants de l’Eglise apostolique arménienne dont Mgr Nourhan Manoukian l’Archevêque des Arméniens de Jérusalem étaient présents à l’aéroport international Ben Gourion de Tel Aviv pour la cérémonie de réception du président américain en Israël.

Krikor Amirzayan

posté le 23 mai 2017 par Krikor Amirzayan/armenews
THEMES ABORDES : Image 450  Jérusalem  Religion 


JERUSALEM
Les drapeaux de l’Arménie et de l’Artsakh flottent en l’église Saint-Jacques de Jérusalem

La semaine de Pâques vit des centaines de milliers de chrétiens converger vers Jérusalem la Ville-Sainte. Parmi ces visiteurs, également des centaines d’Arméniens qui se sont rendus en tourisme ou pèlerinage sur les lieux saints. Le quartier arménien de Jérusalem est également l’un des passages obligés des Arméniens qui se rendent en Terre Sainte. A Pâques l’église Saint-Jacques est envahie de milliers de fidèles. L’Eglise arménienne étant parmi les quelques églises à disposer des droits sur l’église Saint-Jacques où repose le corps du Christ, les Arméniens de la diaspora ou d’Arménie sont très nombreux à la visiter, surtout dans la semaine pascale. Cette année des drapeaux arméniens ainsi que de l’Artsakh furent aperçus à intérieur de l’église Saint-Jacques de Jérusalem. Témoignage de la présence arménienne en ces lieux saints et de la ferveur des Arméniens dont l’Etat fut en l’en 301 le premier au monde à reconnaitre le christianisme comme religion officielle de l’Etat arménien.

Krikor Amirzayan

posté le 22 avril 2017 par Krikor Amirzayan/armenews


JERUSALEM-CHRISTIANISME
Ouverture de la tombe de Jésus dans l’église du Saint Sépulcre à Jérusalem

Des scientifiques replacent la plaque de marbre recouvrant la tombe que les chrétiens considèrent comme celle de Jésus dans l’église du Saint Sépulcre à Jérusalem, le 28 octobre 2016. Des scientifiques replacent la plaque de marbre recouvrant la tombe que les chrétiens considèrent comme celle de Jésus dans l’église du Saint Sépulcre à Jérusalem, le 28 octobre 2016. Des scientifiques ont ouvert pour la première fois depuis au moins deux siècles le lieu considéré par les chrétiens comme étant la tombe de Jésus dans l’église du Saint Sépulcre à Jérusalem.

JPEG - 101 ko

La plaque de marbre recouvrant la tombe a été déplacée durant trois jours dans le cadre de travaux de restauration menés dans cette église située dans la vieille ville, a pu constater une photographe de l’AFP. C’est la première fois que cette pierre tombale est ainsi soulevée depuis au moins l’année 1810, lorsque de précédents travaux de restauration avaient été entrepris à la suite d’un incendie, a indiqué le Père Samuel Aghovan, le supérieur de l’église arménienne.

“C’est émouvant car c’est quelque chose dont nous parlons depuis des siècles“, a ajouté cet ecclésiastique. Des scientifiques replacent la plaque de marbre recouvrant la tombe que les chrétiens considèrent comme celle de Jésus dans l’église du Saint Sépulcre à Jérusalem. Des scientifiques replacent la plaque de marbre recouvrant la tombe que les chrétiens considèrent comme celle de Jésus dans l’église du Saint Sépulcre à Jérusalem, le 28 octobre 2016 Selon la tradition chrétienne, le corps de Jésus a été posé dans un lit funéraire taillé dans le roc à la suite de sa crucifixion par les Romains en l’an 30 ou 33. Les chrétiens croient que le Christ a ressuscité et que des femmes venues oindre son corps trois jours après son enterrement ont affirmé qu’elles n’avaient rien trouvé. L’opération en cours doit permettre d’effectuer des analyses des matériaux et des structures, ont indiqué à l’AFP des experts.

Selon le magazine National Geographic, qui a consacré un article aux travaux de restauration, la mise au jour “du lit funéraire va fournir aux chercheurs une occasion sans précédent d’étudier la surface d’origine de ce qui est considéré comme le site le plus sacré du christianisme“. Le projet de restauration dans l’église du Saint-Sépulcre a débuté en mai. Des échafaudages ont été montés autour du site, ainsi que des panneaux de protection tandis qu’une structure métallique a été apposée devant l’entrée du tombeau pour protéger les touristes. Le tombeau est situé dans une petite structure connue sous le nom d’édicule qui a été reconstruite en marbre à la suite d’un incendie.

Il est soutenu depuis des dizaines d’années par une structure métallique, qui maintient ensemble les blocs de marbre. Mais ceux-ci se désolidarisent sous l’effet, autrefois des intempéries et, aujourd’hui, de l’afflux quotidien de milliers de pèlerins et touristes. L’édicule dressé sous la coupole de l’église sera démonté et reconstruit à l’identique, a indiqué la Custodie. Seules les pièces trop fragiles ou cassées seront remplacées tandis que les plaques de marbre pouvant être conservées seront nettoyées. La structure qui les supporte sera consolidée.

Les travaux seront financés par les trois principales confessions chrétiennes du Saint-Sépulcre (Grecs-Orthodoxes, Franciscains, Arméniens) ainsi que par des contributions publiques et privées.

ette restauration est prévue pour durer huit mois afin d’être terminée pour les fêtes de Pâques de 2017. Elle est menée par des experts grecs avec le soutien de la National Geographic Society.

L’édicule est la dernière en date des constructions qui se sont succédé depuis le IVe siècle sur les lieux du tombeau du Christ.

AFP

posté le 30 octobre 2016 par Krikor Amirzayan/armenews


JERUSALEM
Un jeune séminariste arménien revenant de l’église Saint Jacques à Jérusalem agressé par un juif ultra-orthodoxe

Le 4 avril la police de Jérusalem a relâché le séminariste arménien qui était arrêté quelques heures plus tôt lors de heurts avec les Juifs ultra-orthodoxes. Le père Théodoros Zakarian le responsable des séminaristes arméniens de Jérusalem a expliqué que lorsque près d’une trentaine de séminaristes arméniens qui revenaient de l’église Saint Jacques de Jérusalem ont rencontre 3 juifs qui les ont insultés et ont tenté de les agresser. « L’un de nos élèves s’est alors approché seul des juifs et demandé la raison de leurs injures. Pour toute réponse l’un de ces juifs a tenté de porter un coup au séminariste arménien mais ce dernier a esquivé le coup tout en lui portant à son tour un coup au visage. Ensemble nous nous sommes rendus au commissariat pour porter plainte. La police a ensuite libéré notre élève » dit le père Théodoros Zakarian. Il a également confié que de tels actes d’agression sont courants aujourd’hui à Jérusalem « les jours de fête les juifs ultra-orthodoxes devenant plus agressifs envers les chrétiens ».

Krikor Amirzayan

posté le 11 avril 2015 par Krikor Amirzayan/armenews


ARMENIE-ISRAËL-GENOCIDE DES ARMENIENS
Le chef de la diplomatie arménienne à Jérusalem pour un concert dédié au 100ème anniversaire du génocide des Arméniens

Le 5 mars, le ministre arménien des Affaires étrangères Edouard Nalbandian était à Jérusalem pour un concert donné par l’orchestre symphonique de Jérusalem à l’occasion du 100ème anniversaire du génocide des Arméniens avec pour slogan « Avec toi, l’Arménie ! ».

La salle des concerts de Jérusalem affichait complet pour ce concert exceptionnel où furent jouées des créations de Komitas, Aram Khatchatourian, Bethoven et Stépan Rostomian. En début du concert, le chef de la diplomatie arménienne a fait une longue intervention. Dans son discours, Edouard Nalbandian a salué l’importance de ce concert dans cette ville sainte de Jérusalem pour commémorer la mémoire des victimes arméniennes du génocide de 1915. Il a rappelé la phrase d’Hitler prononcée en 1939 avant l’invasion de la Pologne « qui se souvient encore du massacre des Arméniens ? (ndlr : le mot génocide n’étant inventé qu’en 1948). « Le crime du génocide des Arméniens, resté impuni a permis que d’autres génocide se produisent » dit Edouard Nalbandian. Le ministre arménien des Affaires étrangères a également rappelé le destin commun des Arméniens et des Juifs, deux peuples soumis au génocide au 20e siècle. Il a appelé à la reconnaissance du génocide des Arméniens en prévention de futurs génocides. « Selon un rapport de l’Unesco, l’Arménie est le seul pays de la région où l’holocauste est enseigné dans les écoles (...) et selon un sondage effectué en Israël par la Fondation du souvenir de la Shoah, 88% des israéliens reconnaissent le génocide des Arméniens » dit Edouard Nalbandian.

Krikor Amirzayan

posté le 6 mars 2015 par Krikor Amirzayan/armenews


Nécrologie
Le Patriarche de Jérusalem Mgr Torkom Manoogian est décédé

Le Service d’information du Saint Siège de Mère Saint Etchmiadzine nous informe du décès du patriarche de Jérusalem, Monseigneur Torkom Manoogian.

Le 12 Octobre 2012, sa Sainteté Karékine II, Patriarche suprême et Catholicos de tous les Arméniens, a été informé par Son Eminence l’Archevêque Nourhan Manougian, vicaire général du Patriarcat de Jérusalem, Sa Béatitude le Patriarche Mgr Torkom Manoogian du Patriarcat arménien de Jérusalem, est entré son repos éternel à Jérusalem à l’âge de 93 ans, après de longues années de maladie.

Sa Sainteté Karékine II, Patriarche suprême et Catholicos de tous les Arméniens, les membres du Conseil spirituel suprême de l’Eglise arménienne, la Confrérie de la Mère de la Sainte Etchmiadzine et toute la classe du clergé ; pleurons la mort du patriarche archevêque Torkom Manoogian, et prient pour que le Seigneur accorde la consolation du Saint-Esprit à tous nos fidèles, et de garder le Catholicossat arménien de Jérusalem et de sa Fraternité dans ses bénédictions et de soins.

Béni soit la mémoire du juste.

Sa Béatitude l’archevêque Torkom Manoogian est né le 16 Février 1919, dans un camp de réfugiés près de la ville du désert de Baqouba, au nord de Bagdad, en Irak. Après avoir terminé ses études primaires à l’école Saint Traducteurs arménien de Bagdad, il entre au Séminaire Théologique Jarangavoratz au Patriarcat arménien de Jérusalem comme le plus jeune étudiant de sa classe. Le 2 Août 1936, il a été ordonné diacre par son père spirituel et professeur préféré, puis patriarche de Jérusalem, Mgr Torkom Koushagian, devenant ainsi un membre de la Confrérie de Saint-James. Il a été ordonné prêtre le 23 Juillet célibat 1939, et donné le nom sacerdotal de Torkom.

De 1939-1946, il a occupé divers postes au Patriarcat arménien de Jérusalem : sur le conseil d’officiel du Patriarcat gazette, Sion, et aussi comme vice-doyen du séminaire. En Juillet 1946, il a voyagé aux États-Unis pour servir en tant que pasteur spirituel de l’Eglise arménienne Sainte Trinité dans le nord de Philadelphie, en Pennsylvanie. Son pastorat a été interrompue en 1951 quand il a été nommé au poste de Vicaire du diocèse oriental de l’Eglise arménienne d’Amérique du Nord, dont le siège est à New York. Après avoir repris à son pastorat dans le nord de Philadelphie pendant un an en 1954, le Père Torkom est retourné au Patriarcat de Jérusalem, où il a occupé le poste de doyen à la Jarangavoratz Theological Seminary, en assumant la responsabilité de l’éducation religieuse des jeunes séminaristes se préparant au sacerdoce. Il a également dirigé la chancellerie du patriarcat.

De retour aux États-Unis en 1960, il entra à l’école épiscopale de théologie à Cambridge, dans le Massachusetts, afin de poursuivre ses études post-diplôme d’études supérieures. Ses études ont été interrompues en 1962, quand il a été élu comme le Primat du Diocèse de l’Ouest de l’Eglise arménienne d’Amérique du Nord, dont le siège est à Los Angeles, en Californie. Le 14 Octobre de cette même année, il fut sacré évêque à la Mère de la Sainte Etchmiadzine Voir, par le Catholicos de tous les Arméniens, Sa Sainteté, je Vazken, de mémoire bénie.

Après avoir servi quatre ans comme Primat du diocèse des occidentaux, Mgr Torkom a été élu pour servir comme Primat du diocèse oriental de l’Eglise arménienne d’Amérique du Nord en Avril 1966. Deux ans plus tard, à l’occasion de la consécration de la cathédrale Saint-Vartan à New York, la première cathédrale arménienne en Amérique dont la construction a joué un rôle central, il a été élevé au rang d’archevêque par l’encyclique pontificale de Sa Sainteté Vazken I.

Le 22 Mars 1990, après avoir purgé six mandats consécutifs (24 ans) comme Primat du Diocèse de l’Est, l’archevêque Torkom a été élu 96e au poste de patriarche arménien de Jérusalem.

Quand Sa Sainteté Vazken est entré dans le repos éternel le 19 Août 1994, Sa Béatitude a été choisi pour assumer la responsabilité de Mère Sainte Etchmiadzine. Il a servi jusqu’à l’élection de Karékine I, le nouveau Patriarche suprême et Catholicos de tous les Arméniens en Avril 1995.

Sa Béatitude est titulaire de plusieurs distinctions universitaires, dont un doctorat honorifique qui lui est accordé par le Séminaire Théologique général à New York. En 1986, il a été récipiendaire de deux médailles américains prestigieux : la Statue de la Médaille de la Liberté et Ellis Island la Médaille d’Honneur. Le 18 Janvier 1990 a marqué le 50e anniversaire de son ordination à la prêtrise, un événement célébré l’échelle nationale aux États-Unis. Il a également été choisi comme « homme de l’année » par l’organisation. « Religion dans la vie américaine“

Sa Béatitude a joué un rôle essentiel dans la promotion des relations internationales œcuméniques. Il a siégé au conseil d’administration du Conseil national des Eglises du Christ aux Etats-Unis, et a été président du conseil de « La religion dans la vie américaine ». Il a également été membre du conseil d’administration de l’ « Appeal of Conscience Foundation“.

Au lendemain du tremblement de terre dévastateur qui a frappé l’Arménie en Décembre 1988, il a joué un rôle dans la coordination des efforts internationaux visant à mobiliser et à apporter un soutien financier et matériel pour le processus de réadaptation, dans lequel il a toujours été actif.

Musicien, chef de chœur, compositeur, poète et écrivain, l’Archevêque Torkom dispose d’un large éventail d’intérêts personnels. Il a publié quelque 20 ouvrages et monographies dont trois recueils de poèmes sous le pseudonyme de “Shen Mah“, des recherches originales sur la Divine Liturgie arménienne, des livres sur le génocide arménien, et un livre guide détaillé des lieux saints de Jérusalem. Il a récemment rendu à l’ Arménie les 154 sonnets de William Shakespeare.

Il est considéré comme un grand expert et maître de conférences sur le compositeur arménien, Komitas, et travaillait sur un livre de musique liturgique arménien du grand musicologue.

posté le 12 octobre 2012 par Jean Eckian/armenews


JÉRUSALEM
Nomination de l’Archevêque Nourhan Manougian
(JPEG) Un communiqué du Bureau du Saint-Siège de Jérusalem nous informe qu’en raison de l’hospitalisation de Sa Béatitude le Patriarche arménien de Jérusaiem, l’archevêque Torkom Manoogian, 93 ans, victime d’une pneumonie et d’une attaque cérébrale, le Patriarcat, en sa séance du 30 Janvier 2012 a nommé Son Éminence l’Archevêque Nourhan Manougian, Vicaire patriarcal, pour gérer les affaires courantes.
posté le 7 février 2012 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Derniere minute  Israël  Jérusalem  Religion 


JERUSALEM
Le Tombeau du Christ

Visitez le Saint-Sépulchre comme si vous étiez sur place.

ICI

posté le 24 décembre 2010 par Jean Eckian/armenews
THEMES ABORDES : Israël  Jérusalem  Religion